20 résultats

BARRIÈRE (Bernadette), Geneviève CANTIÉ et Véronique NOTIN.

Splendeurs de Saint-Martial de Limoges au temps d'Adémar de Chabannes.

Limoges, Musée municipal de l'Evêché, 1995, pt in-4° carré, 134 pp, nombreuses illustrations, la plupart en couleurs, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

BOCQUILLON-LIMOUSIN (H.).

Formulaire de l'antisepsie et de la désinfection.

P., J.-B. Baillière et Fils, 1893, in-12, vii-298 pp, introduction par le Dr. Verchère, 14 figures, reliure percaline grise de l'éditeur, titres en brun au 1er plat et au dos, dos sali, rousseurs éparses, état correct

BULST (Neithard).

Les représentants du Limousin et de l'Aquitaine aux Etats généraux de 1468 et 1484. (Tiré à part).

Ussel, 1994, in-8°, 26 pp,

BÉLINGARD (Christian).

Un village arédien sur la route de Compostelle. (Saint-Yrieix-la-Perche).

Périgueux, Fanlac, 1997, gr. in-8°, 253 pp, 50 illustrations (photos, fac-similés, gravures, blasons) dans le texte et hors texte, 4 cartes, sources et biblio, broché, bon état

CASSAGNES-BROUQUET (Sophie).

Marie en Limousin.

Rodez, Editions du Rouergue, 1991 gr. in-8°, 286 pp, textes de Sophie Cassagnes-Brouquet, nombreuses photos en noir et en couleurs de Jean-François Amelot, lexique, biblio, index, broché, couv. illustrée, état correct

La Majesté de Beaulieu-sur-Dordogne (Corrèze) ouvre à l'âge roman une longue série de représentations de la Vierge en Limousin. Sculptée dans la pierre ou le bois, célébrée par les chatoyantes couleurs des peintures murales, des toiles ou des vitraux et, surtout, magnifiée par l'orfévrerie et l'émaillerie qui firent la renommée du Limousin, l'image mariale offre une multiplicité de visages adressés à la piété des fidèles. La vie de Marie, fertile en épisodes, canoniques ou apocryphes, permet le déploiement d'un art, réuni ici en un véritable petit musée, riche d'œuvres populaires ou savantes, anciennes ou modernes, qui proclament la diversité s'un art limousin trop souvent méconnu.

CASSAN (Michel) et Jean-Loup LEMAITRE (dir.).

Espaces et pouvoirs urbains dans le Massif Central et l'Aquitaine du Moyen Age à nos jours. Actes du Colloque tenu à Ussel les 25 et 26 septembre 1993.

Ussel, 1994, gr. in-8°, xii-428 pp, 25 illustrations, index,, broché, bon état

18 études érudites : Villes et pouvoirs dans le Limousin médiéval (9 études). Etats et villes sous l'Ancien Régime (4 études). Pouvoirs urbains et notables au XIXe siècle (5 études).

Catalogue d'exposition.

Aspects de la vie religieuse au pays d'Ussel. Catalogue rédigé par Jean-Loup et Nicole Lemaître.

Ussel, 1980, in-8° carré, 111 pp, 64 illustrations en noir dans le texte, 243 numéros décrits avec notices érudites, broché, couv. illustrée, bon état

CLANCIER (Georges-Emmanuel).

La Vie quotidienne en Limousin au XIXe siècle.

France Loisirs, 1992, in-8°, 314 pp, repères chronologiques, biblio, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état

"Puisant, avec l'aide de son fils Pierre-Sylvestre, dans une précieuse somme d'archives et d'études locales, guidé par le souvenir des récits que lui faisaient ses aïeux dans son enfance, Georges-Emmanuel Clancier convie le lecteur à une promenade dans le Limousin du XIXe siècle. Avec lui, nous écoutons contes, légendes et dictons au coin de l'âtre, nous suivons le laboureur aux champs, le feuillardier dans les taillis, le hobereau sur son domaine, le porcelainier dans sa fabrique, les trop rares élèves jusqu'à leurs trop rares écoles. Nous nous mêlons aux fabuleuses processions des Ostensions ou de la Lunade, nous « descendons » la Vienne sur les radeaux des flotteurs de bois, nous accompagnons dans leur exode annuel les maçons de la Creuse, nous flânons enfin dans les vieilles rues de Tulle, de Brive et de Limoges."

DELPASTRE (Marcelle).

Derrière les murs. Les années de pension.

Payot, 1994, gr. in-8°, 494 pp, broché, couv. illustrée, état correct (Coll. Récits de vie)

1937. A douze ans, « les cheveux coupés, la nuque rasée, la corde au cou », la petite paysanne Marcelle Delpastre se retrouve en pension, censée préparer le concours d'entrée à l'Ecole normale d'institutrices, la voie royale qu'on a choisi pour elle. Elle y reste cinq ans, avant de partir pour le collège de jeunes filles de Brive où elle obtient un bac philo-lettres. Encore une année, sa vingtième d'âge, à l'Ecole des arts décoratifs de Limoges, et Marcelle retrouve définitivement la ferme familiale, à la poursuite interminable de la poésie... Entre-temps, il y a la vie d'internat, les vacances, la discipline et l'indiscipline, les compagnes, les professeurs, les surveillantes, les lectures, les leçons... Et, par-dessus tout, la guerre avec laquelle s'achèvent ces dures années d'apprentissage derrière les murs. — Marcelle Delpastre (1925-1998) est une auteure limousine de langue occitane et française.

DÉSIRÉ-VUILLEMIN (Geneviève).

Une grève révolutionnaire : les porcelainiers de Limoges en avril 1905.

Annales du Midi, 1971, gr. in-8°, 62 pp, paginé 25-86, 2 pl. de photos hors texte, tableaux, notes, pièces annexes, broché, bon état. Tiré à part extrait des Annales du Midi, 1971, envoi a.s. à Philippe Vigier

FOROT (Victor).

Géographie économique de la Corrèze. Etude initiale pour aider au développement industriel, commercial, artistique, touristique, etc. du Bas-Limousin.

Tulle, Imprimerie "La Gutenberg", 1921, gr. in-8°, 252 pp, préface de Edmond Perrier, nombreux dessins au trait et figures (à lui seul, le Tableau synoptique des richesses économiques, artistiques et touristiques des 289 communes du département de la Corrèze (pp. 149-242 contient 123 gravures), reliure demi-toile havane à coins, dos lisse avec fleuron et double filet doré en queue, pièce de titre chagrin carmin, couv. conservées, bon état

LABANDE (Edmond-René)(dir.).

Histoire du Poitou, du Limousin et des Pays Charentais. Vendée - Aunis - Saintonge - Angoumois.

Toulouse, Privat, 1976, gr. in-8° carré, 477 pp, 14 pl. de gravures et photos hors texte, 16 cartes et illustrations dans le texte, biblio, index, reliure pleine toile éditeur, jaquette illustrée, bon état (Coll. Univers de la France et des pays francophones)

Par G. Dez, Et. Patte, E.-R. Labande, Y. Labande-Mailfert, R. Favreau, J. Tarrade, A. Perrier, A. Corbin, G. Chambon.

LARIVIERE (Jean-Pierre).

L'industrie à Limoges et dans la vallée limousine de la Vienne.

PUF, 1968, gr. in-8°, 177 pp, 14 figures dans le texte, biblio, broché, bon état. Résumé d'une thèse de Doctorat de 3e cycle.

LEMAITRE (Jean-Loup).

L'Obituaire des prêtres filleuls de Liginiac.

Ussel, Musée du pays d'Ussel, 1994, in-8°, (8)-183 pp, 16 planches hors texte, index, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Mémoires et documents sur le Bas-Limousin). Tirage à 450 exemplaires seulement.

LE MOIGNE (Louis) et Marcel BARBANCEYS.

Sédentaires, Réfractaires et Maquisards. L'Armée secrète en Haute-Corrèze, 1942-1944.

Ussel, Association Amicale des Maquis de Haute-Corrèze, 1977, in-8°, 509 pp, 24 pl. de portraits et photos hors texte, qqs cartes, broché, 2e plat lég. sali, bon état

"Dans l’histoire de la Résistance en France, le développement des maquis et leur rôle dans la lutte armée contre l’occupant allemand et ses auxiliaires de Vichy ont certainement constitué la page la plus glorieuse. Mais si la mémoire a surtout retenu comme illustration du phénomène le maquis des Glières en Haute-Savoie ou celui du Vercors en Isère, le département de la Corrèze fut indéniablement l’endroit en France où les maquis connurent leur développement le plus important et menèrent les opérations armées les plus précoces et les plus spectaculaires. Il n’y eut pas ici de grand maquis mobilisateur, comme les maquis alpins ou celui du mont Mouchet en Auvergne, mais une multitude de petits camps disséminés dans les forêts et les zones de moyenne montagne. Au total, les statistiques officielles établies par le service historique de l’armée de terre ont ainsi recensé 71 emplacements de camps de maquisards dans l’ensemble du département pour la seule Armée secrète (AS, d’obédience gaulliste)..." (Fabrice Grenard, “Tulle. Enquête sur un massacre. 9 juin 1944”, 2014)

LOURADOUR (Simon).

Terres de légendes.

Editions de la Veytizou , 2003, gr. in-8°, 231 pp, 32 photos dans le texte et à pleine page, 7 dessins originaux en couleurs de Marina Chassain hors texte, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

Sur les hautes terres, les légendes sont vivaces. Seraient-elles portées à travers puys et vallons par les vents qui s'y battent ? Ou bien, par quelque fantastique alchimie, ne viendraient-elles pas avec l'eau vive des innombrables sources qui montent au jour à la faveur des moindres replis du sol ? Que l'on prenne à témoin le village de Millevaches, au plus haut de toute une région qui porte son nom ! Tout autour, des ruisseaux prennent naissance, d'abord insignifiants, puis se donnent de l'importance et se partagent en direction de la Dordogne ou de la Loire. En roulant, les eaux claires de l'altitude se regroupent, deviennent rivières. Dans leurs descentes, elles se contorsionnent, elles caressent les rochers, elles chantent pour accompagner la mémoire du granite et nous transmettre le savoir de nos anciens. Ecoutons ! Sur les hautes terres, les légendes sont partout. Elles se perpétuent avec l'eau et la pierre. A nous de les percevoir et de nous laisser séduire...

PLANTADIS (Johannès).

Histoire de Tulle.

Marseille, Laffitte Reprints, 1977, in-8°, xvi-350 pp, 2 plans et une carte dépliants hors texte, nombreuses illustrations, bandeaux, lettrines et culs de lampe, reliure plein cuir de l'éditeur, titres dorés au dos, blason doré sur le 1er plat, bon état. Réimpression de l'édition de Tulle, 1913.

"M. J. Plantadis, en écrivant son Histoire de Tulle, s'est efforcé, dit-il, de présenter « le résumé de ce qui a paru sur Tulle depuis des années ». C'est là déjà, une entreprise considérable en dépit de sa modeste apparence, et seul un érudit aussi laborieux que M. P. était capable de la mener à bonne fin. Pour certaines parties de cette histoire, notamment les époques révolutionnaire et moderne, l'auteur était parfaitement préparé. Mais la question qu'il semble avoir étudiée avec une prédilection marquée, à laquelle il a donné un développement tout spécial, est celle des origines de Tulle. Abondamment illustrée, un peu touffue, un peu inégale, au total fort intéressante, l'Histoire de Tulle demeure, comme son auteur l'a voulu, une œuvre de bonne vulgarisation, avec en plus maintes parties originales." (A. Petit, Annales du Midi, 1915) — "Le fondateur de la revue régionaliste Lemouzi, Johannes Plantadis, majoral du félibrige, est décédé à Paris, le 23 février 1922, après une longue maladie qui avait amoindri ses forces physiques sans porter atteinte h sa vigueur intellectuelle et à sa fructueuse activité. Né à Tulle en 1864, il commença, dès l'âge de vingt-deux ans, à recueillir, à mettre en œuvre et à publier les faits historiques qui intéressaient sa ville natale; et depuis lors, son labeur, qui n'a pas eu trêve, s'est étendu sur toute la province du Limousin. Il laisse une œuvre considérable, aussi solide que variée. Des mémoires sur la chanson populaire, sur les musiciens et les artistes de sa province, des biographies très fouillées, une importante histoire du mouvement fédéraliste des Girondins en Limousin, l'avaient classé déjà parmi les travailleurs les plus estimables, lorsque, à l'instigation des directeurs de cette Revue, il orienta ses recherches vers les origines lointaines de Tulle et du Limousin. Le premier, dans sa province, il eut le mérite d'appliquer avec clairvoyance les méthodes qui sont préconisées ici. Nous en trouvons les résultats dans son Histoire de Tulle..." (René Fage, Revue des Etudes Anciennes, 1922)

VALLERY-RADOT (Etienne et Vincent).

Histoire de l'église et du vieux château de Jourgnac (Limousin XIe s.- XXe s.).

S.l., Chez les auteurs, 2002, in-8°, 210 pp, préface de Pascal Texier, président de la Société archéologique et historique du Limousin, 36 planches hors texte en couleurs, 28 blasons en couleurs, 22 arbres généalogiques, plans et tableaux, ouvrages cités, index, broché, couv. illustrée, bon état, envoi a.s.

La restauration récente du vieux château de Jourgnac, situé au coeur du Haut-Limousin, non loin de l'abbaye de Solignac, donne un intérêt particulier à l'histoire de ce monument et à celle de l'église paroissiale qui lui est étroitement imbriquée. L'église Saint Pierre est citée pour la première fois dans le dernier tiers du XIe siècle par le cartulaire d'Uzerche. Son vocable et l'étroitesse de sa nef laissent à penser qu'elle dépendait à l'origine d'un domaine privé carolingien voire mérovingien. L'histoire de la seigneurie, du début du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, est intimement liée à la famille de Chauveron, dont les premiers représentants connus sont installés à Limoges au milieu du XIVe siècle. Cette famille donne un prévot de Paris à la fin du même siècle...

VAUREIX (Général de).

Observations géographiques, historiques, linguistiques et généalogiques sur l'ancien pays de Combraille.

Guéret, Imprimerie régionale, 1912, gr. in-8°, 181 pp, une carte dépliante, broché, pt. manque au 1 er plat, état moyen

Extrait du Bulletin de la Société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse. Il y eut un archiprêtré de Combraille dans le diocèse de Limoges. Nombreux documents analysés.

[Zodiaque] – MAURY (Jean), Marie-Madeleine S. GAUTHIER, Jean PORCHER.

Limousin roman.

La Pierre-qui-Vire, Zodiaque, 1960, gr. in-8°, 320 pp, 2e édition, 102 héliogravures et 19 pl. en couleurs hors texte, cartes et plans, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état (la Nuit des Temps 11)