171 résultats

[Angleterre].

Tous sur le front, 1940-1941. Histoire officielle du rôle joué par la Défense Passive d'Angleterre.

London, His Majesty's Stationery Office, 1944, gr. in-8°, 160 pp, 172 photos, 4 cartes et croquis, broché, couv. illustrée, broché, dos lég. abîmé, bon état

"Ces pages racontent des actes. Elles évoquent le bombardement des villes et des ports de l'Angleterre et l'attitude de leur population devant cette épreuve..."

Annales de Normandie.

Les Journées Franco-Britanniques d'Histoire (Caen, 17-20 juillet 1957).

Caen, Annales de Normandie, 1958, in-8°, 234 pp, paginées 62-290, broché, bon état

12 études érudites (8 en français et 4 en anglais) : Deux siècles de contacts culturels franco-anglais, 871-1066 (E.-J. Arnould). Les Evêques de Normandie, 1035-1066 (D. Douglas). Ecclesiastical patronage and the growth of feudal estates (M. Chibnall). The Normans in Canterbury (W. Urry). Contribution à l'étude du développement de la compétence ducale en Normandie (J. Yver). Recherches sur la consistance géographique des patrimoines monastiques normands (résumé) (L. Musset). Les origines Troyennes. Leur rôle dans la littérature historique au XVe siècle (A. Bossuat). La Normandie à l'époque des guerres civiles (F.-C. Spooner). L'agriculture à l'anglaise en Normandie au XVIIIe siècle (A.-J. Bourde). A comparative study of regionalism in politics in Lancashire and Normandy during the French Revolution (A. Goodwin). England and Normandy in the XIXth century. Some points of contact (J.-P.-T. Bury). Quelques remarques sur le rôle des Anglais dans la Révolution industrielle en France, particulièrement en Normandie, de 1750 à 1850 (J. Vidalenc).

AUBRY (Docteur Paul).

L'Agonie de Saint-Malo, 6 août - 14 août 1944.

Rennes, 1945, pt in-8°, 142 pp, 8 pl. de photos hors texte, broché, manque le 2e plat de couv., état correct

"Si l'essentiel du récit publié ici (les six premiers chapitres, l'épilogue et la note) est le journal de bord du Dr Paul Aubry, médecin-chef à la Défense passive de Saint-Malo, d'autres médecins chargés des différents quartiers ont aussi témoigné des combats pour la libération de la ville. Le chapitre VII est écrit par le Dr Raymond Nicolleau, le chapitre VIII ("Au fort national") est l'oeuvre du Dr Pierre Lemarchand et enfin "La capitulation de la garnison allemande du château" est racontée par le Dr Yves Lebreton. Tous les auteurs ont soigné les populations et les soldats victimes des bombardements alliés et des combats particulièrement rudes qui se déroulèrent dans la ville. Port du Mur de l'Atlantique érigé en "forteresse" et défendu par de nombreux soldats allemands, la ville est sévèrement pilonnée par l'aviation alliée. Les forces américaines qui assiègent le port obtiennent la reddition du Fort national le 14 août, et du reste de la garnison allemande le 17 août. Les défenseurs de l'île de Cézembre, pour leur part, ne se rendent pas avant le 2 septembre 1944. Le médecin-chef Aubry détaille l'organisation des secours au sein de l'hôtel-Dieu (où tous les lits ont été transportés dans les caves), la visite des abris de la Défense passive, l'accueil clandestin de blessés américains, mais aussi le soin aux soldats allemands de plus en plus nombreux. Après l'évacuation de la plus grande partie des civils, le médecin négocie à la fois avec les responsables français (maire, directeur de la Défense passive, sous-préfet) et le commandement allemand qui se montre particulièrement inflexible. Pour le Dr Aubry comme pour ses confrères, l'objectif n'en reste pas moins de protéger les blessés dont ils ont la charge et d'assurer au mieux la sécurité de leurs personnels." (Morgane Barey, « Ecrits de Guerre et d’Occupation » EGO 1939-1945)

AVRIL (Jean-Loup) et Michel QUEMERÉ.

Pêcheurs d'Islande.

Rennes, Ouest-France, 1984, in-8°, 125 pp, 30 photos et documents, 2 cartes, broché, bon état (Coll. De mémoire d'homme : l'histoire)

AYNARD (Joseph).

Oxford et Cambridge.

P., Laurens, 1909, pt in-4°, 132 pp, 92 gravures, broché, couv. lég. salie, bon état (Coll. des Villes d'art célèbres)

"La collection des « Villes d'art célèbres » a pénétré cette fois en Angleterre. Oxford et Cambridge, tel est le titre du dernier volume paru. Les deux célèbres Universités, si intactes à une époque où toutes celles des autres pays ont été remplacées par des bâtisses neuves, étaient en effet, de droit, des villes d'art, et qu'il fallait étudier ensemble. Édifices collégiaux, églises, vues de jardins et aperçus de la ville même, ces ensembles si rares, si caractéristiques, si éloquents de souvenirs, ont été décrits et contés en connaisseur longuement nourri de leur pratique. L'histoire qu'ils rappellent a été aussi évoquée, l'organisation des études et surtout la fondation des bibliothèques, et « cette œuvre d' art encore, l'harmonieux développement de la jeunesse d' Oxford et de Cambridge dans les meilleurs sujets. » C'est d'un intérêt très neuf pour nous et les reproductions photographiques sont d'une perfection qui achève d'attacher le lecteur au sujet." (Revue critique d'histoire et de littérature) — "M. J. Aynard nous montre l'existence de vivantes universités modernes dans un cadre pittoresque d'architecture médiévale." (Louis Hourticq, Revue Historique, 1910)

BACHELIER (A.).

Essai sur l'Oratoire à Nantes au XVIIe et au XVIIIe siècles.

P., Nizet et Bastard, 1934, gr. in-8°, 150 pp, 2 planches hors texte, un plan, index, broché, bon état

"Le travail de M. l'abbé Bachelier comble une lacune de la littérature historique puisque, de 1613 à 1792, il donne une histoire d'ensemble d'un des plus importants collèges de l'Oratoire sous l'Ancien Régime. L'exposé, fort clair, qui se déroule sur un plan chronologique, apporte du nouveau ; particulièrement sur la construction des bâtiments, la nature et la valeur des rentes et fondations, les règlements (p. 69-70), les origines de la bibliothèque municipale, les rapports entre les Oratoriens et la municipalité. M. Bachelier a eu l'excellente idée de donner deux bonnes photographies : de la façade et de l'escalier du collège, de reproduire le plan Crucy de 1792, de publier, en appendice, un éloge en vers latins d'Innocent XI, des positions de thèses en 1682 et 1752, une liste de quatre-vingt-huit Nantais élèves du collège au XVIIIe siècle..." (E. Préclin, Revue Historique, 1935) — "Le collège de l'Oratoire, installé à Nantes en 1617, y fut jusqu'à la Révolution le principal établissement d'enseignement secondaire. M. A. Bachelier nous renseigne abondamment sur les circonstances de la fondation du collège, les conflits entre Oratoriens et Jésuites, les prétentions de l'Oratoire, devenu maître de la faculté des Arts à l'Université de Nantes, à s'attribuer dans la ville le monopole de l'enseignement secondaire ; il nous apprend comment la bibliothèque du collège devint, en 1753, bibliothèque publique municipale. Tout cet exposé est clair et précis. Un ouvrage solide et consciencieusement préparé et qui complète utilement la thèse principale de son auteur sur le Jansénisme à Nantes." (A. Rébillon, Annales de Bretagne, 1934) — "L'histoire de l'Oratoire nantais se développe entre les années 1613 et 1792. On trouvera dans le livre de M. Bachelier des détails savoureux concernant la vie du collège des Oratoriens ; études, recrutement, discipline, méthodes de travail, tout ce que le P. Lallemand avait déjà si bien indiqué, trouve ici des exemples concrets du plus grand intérêt. La fortune du collège oratorien subit, aux XVIIe et XVIIIe siècles, bien des vicissitudes. Il fallut se défendre contre les Jésuites, établis à Nantes depuis 1665, et contre les Dominicains, en 1686, et contre les maîtres de pension, ecclésiastiques et laïcs, qui s'installaient en grand nombre, tantôt favorisés, tantôt abandonnés par la municipalité. En fait, la belle période est terminée vers 1716, où, de 110 élèves, le cours de théologie n'en conserve plus qu'une vingtaine. Le collège s'abîmait, lui aussi, en une longue décadence : 75 pensionnaires en 1769, 63 en 1770, 53 en 1771, 52 en 1772, 40 en 1774, 11 en 1786. La chute était implacable : elle tenait à des causes que M. Bachelier a bien analysées..." (Joseph Dedieu, Revue d'histoire de l'Église de France, 1935)

BALCOU (Jean) et Yves LE GALLO (dir.).

Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne.

P.-Genève, Champion-Slatkine, 1987, 3 vol. in-4°, xiii-432, 426 et 408 pp, 336 planches hors texte d'illustrations en noir et en couleurs, index, reliures pleine toile bleue de l'éditeur, jaquettes illustrées, bon état

Tome I : Héritage celtique et captation française. Des origines à la fin des Etats (sous la dir. de Léon Fleuriot et Auguste-Pierre Ségalen) ; Tome II : Romantisme et littératures populaires. De la Révolution de 1789 à la Troisième République (sous la dir. de Louis Le Guillou et Donatien Laurent) ; Tome III : L'invasion profane. De la Troisième à la Cinquième République (sous la dir. de Jean Balcou, Yves Le Gallo, Louis Le Guillou)

[Banque] – BALOGH (Thomas).

Enquête sur les changements de structure du crédit et de la banque, 1914-1940, publiée sous la direction de Henry Laufenburger. T. III : Les Banques anglaises et leur organisation.

P., Librairie du Recueil Sirey, 1949, in-8°, xii-399 pp, traduit par MM. P. Dieterlen et R. Roux, nombreux tableaux, notes bibliographiques, broché, bon état (Institut scientifique de recherches économiques et sociales)

BARDOUX (Jacques).

Croquis d'Outre-Manche.

Hachette, 1914, in-12, ix-235 pp, broché, couv. lég. défraîchie, état correct

"Deux parties très différentes dans ce volume de mélanges : 1) impressions d'un littérateur, qui parcourt les plateaux de la Cornouaille, les falaises du Devon, les vallées du Somerset ; 2) impressions d'un publiciste qui a eu le privilège d'assister en bonne place aux fêtes du couronnement d'Edouard VII et de Georges V. Aspects variés du sol, de la petite vie provinciale, de l'art gothique (la cathédrale de Wells) et italien (le château de Long-Leat, près de Bath) ; spectacles prestigieux de la procession royale à travers les rues de la Cité et de Westminster, de la revue navale à Southampton. Le contraste violent entre les deux parties surprend le lecteur, qui, le livre fermé, se console aisément en pensant qu'il a pris une utile leçon de choses avec un guide aussi bien informé." (Ch. Bémont, Revue Historique, 1914)

BARDOUX (Jacques).

L'Ile et l'Europe. La politique anglaise (1930-1932).

Delagrave, 1933, in-12, 494 pp, broché, bon état (Coll. Bibliothèque d'histoire et de politique)

BARRY (Tom).

Victoire pour l'Armée Secrète.

P., Société de presse et d'éditions, 1966, in-8°, 238 pp, traduit de l'anglais (“Guerilla days in Ireland”), une carte, broché, jaquette illustrée, bon état (Coll. Action)

Ecrit par un ancien général de l'Armée Républicaine Irlandaise, ancien major général de la Colonne Automobile Volante du West Cork de l'IRA pendant la guerre d'indépendance irlandaise, ce livre est le récit des activités de son groupe de combat de 1916 à 1921. Ce livre sera réédité en 1971 par les Presses Universitaires de Bretagne sous le titre « Guerilla en Irlande ».

BEL-ÎLE (R.P. François-Marie de).

Histoire de Bel-Ile. Texte établi et présenté par Nicolas Tafoiry.

Rennes, Editions Ouest-France, 2005, gr. in-8°, 329 pp, notes, broché, bon état

Les aléas de l'histoire n'ont pas voulu que paraisse, il y a deux siècles et demi, cette Histoire de Bel-Île. Pressé par ses compatriotes, le Révérend-Père François-Marie de Bel-Île avait pourtant rédigé au beau milieu du siècle des Lumières le premier essai historique consacré à ce territoire qui n'a jamais été le plus négligeable de France. Sans s'embarrasser des exigences de l'historiographie moderne, les lignes inédites de ce manuscrit dévoilent l'histoire d'une île depuis ses origines jusqu'en 1750. Des événements qui rythment ce passé aussi riche que mouvementé, du génie de l'endroit qui y est particulièrement développé, jusqu'aux préoccupations des insulaires... l'auteur nous livre, avec ce tableau complet, un véritable témoignage sur cette île où il naquit en 1677. Dans ce passionnant entretien, ses opinions, sentiments et souvenirs personnels donnent une forme éminemment humaine à ce qui ne serait ailleurs qu'une suite de dates et de faits. Ainsi, à travers l'histoire du Révérend-Père François-Marie de Bel-Île, ce sont, en quelque sorte, les Bellilois du XVIIIe siècle qui nous content leur passé, nous confient leurs attentes dans l'avenir et, ce faisant, nous révèlent leur présent qui est devenu notre histoire.

BERTIN (François).

Rennes sous l'Occupation.

Rennes, Ouest-France, 1979, gr. in-8°, 125 pp, 150 photos, cartes et dessins de l'auteur, broché, couv. illustrée, découpure sur la 1ère page de garde, bon état

BOISBOISSEL (Yves de).

Le dernier avocat général au Parlement de Bretagne, Hippolyte Loz de Beaucours, 1746-1830.

Peyronnet, 1955, in-8°, 302 pp, 5 pl. de portraits et 2 tableaux généalogiques dépliants hors texte, index, broché, bon état

"Le général de Boisboissel a fort bien fait de mettre en lumière la figure de son aïeul. Loz de Beaucours appartenait à une famille d'ancienne noblesse, possédant la seigneurie de ce nom en Bothoa, dans la partie « continentale » de l'évèché de Cornouaille, relevant du comté de Quintin et dont le manoir était une modeste habitation comptant seulement deux pièces, vastes sans doute, par étage. Entré au Parlement avec l'achat d'une charge de conseiller, en 1775, à vingt-neuf ans, il devint, quatre ans après, avocat général, à la place de Duparc-Porée, et le demeura jusqu'à la fin de l'institution. Les archives copieuses qu'il a laissées (il aimait écrire), nous éclairent sur ses opinions. C'était un magistrat libéral, membre de la Chambre de Lecture Rennaise, partisan de l'égalité devant l'impôt et de concessions au Tiers dans la distribution des places. Paisible par nature, modéré par raison, il ne fut pas écouté et émigra. Le Comte d'Artois le dissuada de s'engager dans la conjuration de la Rouerie. Rentré dès 1801, il paya sa hâte de six mois de prison à Sainte-Pélagie, mais ayant donné à l'Empereur ses deux fils, dont l'un servit à l'armée, et l'autre dans la diplomatie, il fut nommé Conseiller à la Cour d'Appel de Rennes en 1811 et remplit ces fonctions, sauf l'intervalle des Cent-Jours, jusqu'à sa retraite en 1823 (il avait soixante dix-sept ans). Il est mort à Rennes peu de jours avant la chute de la monarchie légitime à laquelle l'attachaient ses préférences. Dans les abondants papiers qu'il a occasionnés ou griffonnés, l'auteur a trouvé les éléments d'une étude qui fait apparaître avec les traits du personnage, l'atmosphère qui l'enveloppait. Les vicissitudes subies par ses domaines tant de la part des chouans que des administrateurs révolutionnaires n'en forment pas le moins curieux chapitre..." (B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Annales de Bretagne, 1956)

BOUQUET de LA GRYE (A.).

Pilote des Côtes Ouest de France. Tome I : Partie comprise entre Penmarc'h et la Loire. Tome II : Partie comprise entre la Loire et Bidassoa ; et côte Nord d'Espagne jusques et y compris Saint-Sébastien.

Editions le Chasse-Marée, 1987-1988, 2 vol. gr. in-8°, xxxix-380 et xxiii-383 pp, 11 cartes, nombreux croquis dans le texte, index, liste des phares, feux, fanaux, sémaphores, stations et postes de sauvetage, tourelles, balises et bouées in fine, reliures pleine toile bleue de l'éditeur, jaquettes illustrées, bon état. Réimpression des éditions de Paris, 1869 et 1873

Ce "Pilote des Côtes" n'est pas seulement le plus célèbre guide de navigation côtière du XIXe siècle : c'est un ouvrage d'une étonnante actualité. Conçu pour les marins d'un temps où la voile était reine, il répond pleinement à l'attente de bien des plaisanciers d'aujourd'hui, qui souhaitent "naviguer autrement", retrouver une complicité avec les éléments, acquérir la véritable compréhension d'un paysage.

BOURDE (André-J.).

Histoire de la Grande-Bretagne.

PUF, 1961, in-12, 128 pp, (Coll. Que Sais-Je ?)

BRANSON (Noreen).

History of the Communist Party of Great Britain. Volume 3 : 1927-1941.

London, Lawrence & Wishart, 1985, in-8°, 350 pp, 16 illustrations hors texte, index, broché, bon état

BREKILIEN (Yann).

Histoire de la Bretagne. Nouvelle édition revue et corrigée.

France-Empire, 1993, gr. in-8°, 390 pp, 16 pl. de gravures hors texte, biblio

La Bretagne a une histoire, une histoire tout à fait distincte de l'histoire de France. Tour à tour haut lieu de la civilisation mégalithique, fédération de cités celtiques, royaume, puis duché souverain (Anne de Bretagne disait « principauté »), la petite péninsule bretonne est restée, jusqu'au XVIe siècle, un État indépendant. Contrairement à ce que croient beaucoup de gens, il ne s'agissait pas de l'un de ces « grands fiefs » issus du démembrement du royaume franc, sur lesquels les rois cherchaient à rétablir leur autorité perdue, mais bien d'un pays libre, qui n'avait jamais fait partie du territoire des Mérovingiens, des Carolingiens, ni des Capétiens. Même après le traité d'union à la France signé en août 1532, la Bretagne est restée une « province réputée étrangère » et a conservé, au sein de l'ensemble français, un statut d'autonomie. La Bretagne a une histoire, mais beaucoup de Bretons ne la connaissent pas, bien que ce soit celle de leur terre et de leurs ancêtres. Parce qu'on ne la leur a jamais enseignée. Il n'est pire aliénation, pour un peuple, que d'être coupé de son passé, d'oublier ses racines, de perdre le souvenir de ses aïeux. C'est pour que les gens de Cornouaille, du Léon, de Vannes, du Trégor, du pays de Rennes et de Nantes ne méconnaissent plus leur propre histoire, que Yann Brekilien a écrit ce livre, qui n'est pas une étude universitaire, mais un récit vivant, accessible à tous. — Originaire d'une vieille famille de Blain, en pays nantais, Yann Brekilien (1920-2009) a été avocat, journaliste puis magistrat. Egalement écrivain, ce fut un auteur prolifique, fondateur et président d’honneur de l’Association des écrivains bretons. Bien que Haut-Breton, il avait appris et parlait la langue bretonne.

[Bretagne].

Décret de l'Assemblée nationale au sujet de la Chambre des Vacations du Parlement de Rennes du 11 janvier 1790.

P., Imprimerie nationale, 1790, in-12, 2 pp, reliure demi-maroquin ocre, dos lisse orné de motifs dorés, titres dorés, bel exemplaire très finement relié

[Bretagne].

Décret de l'Assemblée nationale au sujet de la Chambre des Vacations du Parlement de Rennes du 11 janvier 1790.

P., de l'Imprimerie Nationale, 1790, in-12, 2 pp, reliure demi-maroquin ocre, dos lisse orné de motifs dorés, bel exemplaire très finement relié

[Bretagne].

La Bretagne en compagnie de Balzac, Barrès, Le Braz, Briand, Châteaubriand, Lamennais, Michelet, E. Reclus, Renan, Stendhal, etc.

Arts et métiers graphiques, s.d. (1934), in-4°, 64 pp, nombreuses photos, cartes, dos abîmé

[Bretagne] – Collectif.

L'écrit, instrument de communication. Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne - 1485-1985, Cinquième centenaire de l'introduction de l'Imprimerie en Bretagne.

Rennes, Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1985, gr. in-8°, 628 pp, illustrations, broché, bon état (Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 62)

"La Bretagne des cinq derniers siècles ne fut pas un « désert du livre ». C'est ce que s'attachent à souligner, entre autres, les vingt-six contributions historiques et la vaste chronique des bibliothèques bretonnes du volume consacré par la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne au demi-millénaire de l'introduction de l'imprimerie en Bretagne. Avant même l'apparition de la typographie, la province déjà fait place à l'écrit : des scriptoria monastiques, dont l'activité reste cependant difficile à cerner, y fonctionnent dès le haut Moyen Age (H. Guillotel) ; il est attesté dès la fin du XIVe siècle que les ducs de Bretagne sont aptes, non seulement à lire, à écrire et à signer, mais aussi à favoriser le développement des métiers du manuscrit puis de l'imprimé (M. Jones). Implantée de bonne heure à Brehan-Loudéac, l'imprimerie a peine toutefois à s'acclimater définitivement en Bretagne. Passé le temps des pionniers et des mécènes nobiliaires ou monastiques, le marché impose sa loi et toute une province se trouve marginalisée pour plusieurs siècles. L'analyse et l'explication de ce phénomène d'ensemble sont donc au centre des réflexions. Ainsi M. Simonin, tirant « Les leçons de Brehan » (p. 99-110), propose à juste titre de recentrer la recherche sur la « face inconnue de la Gallia typographica », à savoir la librairie et ses réseaux, « l'histoire de la pénétration du livre » plus que de sa production locale. J. Quéniart, à partir des résultats fort médiocres de l'alphabétisation bretonne, tente de cerner, en amont, la persistance d'une culture orale péninsulaire fortement enracinée et le poids de la langue bretonne, et, en aval, les « limites de la clientèle », le sous-développement typographique et la dépendance vis-à-vis des libraires normands et parisiens (« Livre et lecture en Bretagne », p. 287-300). Confirmant ces analyses, des articles plus circonstanciés font la démonstration d'une implantation typographique fragile, nettement tributaire des marchés monopolistes et de l'activité institutionnelle (Rennes, seul foyer stable, est le siège du parlement de Bretagne, dont l'exil, en 1675-1689, est une véritable catastrophe provinciale), de l'immigration des talents (parmi les plus grandes dynasties d'imprimeurs bretons, les Doublet sont originaires de Coutances, les Vatar probablement d'Auxonne, via Tours et Angers, et les Hovius des Pays-Bas), et menacée quotidiennement par la concurrence de diffuseurs ambulants, voire clandestins (A.-J. Lemaître, « Diffusion du livre et publications clandestines », p. 313-328). A ces caractéristiques de l'Ancien Régime, il semble bien que la Révolution et le début du XIXe siècle n'aient pas apporté de progrès immédiats. Le cas de Rennes (J. Gury, « Lire à Rennes de Louis XVI à Louis-Philippe », p. 395-405), laisse même apparaître les indices d'une régression... Il n'en reste pas moins qu'échappant au strict point de vue comparatiste qui la cantonne dans son image de province retardataire de notre hexagone, la Bretagne a développé une forme originale et parallèle d'échanges culturels. La langue bretonne, copieusement raillée par Voltaire, n'en est pas moins restée le fondement vivant de la culture orale locale ; elle a joué aussi un rôle majeur dans l'alphabétisation populaire, campagnarde notamment, et cela dès l'expansion de la Réforme catholique dans la province..." (Jean-Dominique Mellot, Bibliothèque de l'école des chartes, 1991)

BUFFET (Henri-François).

Vie et société au Port-Louis des origines à Napoléon III.

Rennes, Editions Bahon-Rault, 1972, gr. in-8°, viii-509-(28) pp, 12 pl. de gravures et une carte hors texte, annexes, index, broché, couv. illustrée, 2e plat lég. sali, bon état

"Voici un ouvrage, doté d'un appareil critique, où j'ai voulu dresser un inventaire exact et aussi précis que possible de l'activité port-louisienne au cours des âges, et principalement de Louis XIII à Napoléon III. J'ai cherché à grouper les faits de manière à être le plus clair possible, en embrassant cependant dans le détail toute la vie du passé : Les activités militaires, la vie artisanalle, la communauté urbaine, l'urbanisme, la vie quotidienne et la vie religieuse." (Introduction)

CASATI (Marc).

Le Royaume-Uni de 1815 à 1914.

CDU, 1963, in-4°, 189-(3) pp, texte dactylographié, broché, bon état (Coll. Les cours de Sorbonne)

CASATI (Marc).

Le Royaume-Uni en 1914.

CDU, 1964, in-4°, 73 pp, texte dactylographié, broché, qqs annotations stylo, bon état

CASTERAN (Christian).

Guerre civile en Irlande (1969).

Mercure de France, 1970, in-8°, 214 pp, broché, couv. illustrée, bon état

Par un reporter à "La Croix", qui est en même temps un spécialiste engagé de l'Irlande.

CHAMMING'S (Marie).

J'ai choisi la tempête. "Marie-Claire", une jeune fille dans la Résistance.

France-Empire, 1997, gr. in-8°, 318 pp, préface de Rémy, 16 pl. de photos hors texte, 6 cartes, broché, couv. illustrée, bon état

Témoignage bouleversant qui révèle le rôle important joué par les jeunes dans la guerre clandestine et par la Bretagne au moment du débarquement de 1944.

CHARDRONNET (Joseph).

Histoire de Bretagne. Naissance et vie d'une nation.

Nouvelles Editions Latines, 1982, in-12, 254 pp, 9 pl. de gravures hors texte, broché, couv. illustrée, bon état

"L'auteur n'a pas de prétention à l'érudition... Il se contente de donner, dans une langue simple, claire et avec beaucoup d'esprit critique en rattachant continuellement son récit par d'habiles comparaisons au déroulement de faits connus de tous, une vue d'ensemble de l'histoire de Bretagne, telle que l'on fixée les travaux de nos historiens nationaux depuis d'Argentré jusqu'à La Borderie." (P. Denez) — "L'auteur s'est désintéressé des dates mineures et de l'imbroglio des détails, surtout dans les périodes les plus reculées, piur s'attacher, à la manière de Bainville, aux synthèses et tirer la philosophie des mouvements d'ensemble. L'oeuvre y gagne en clarté." (Y.-M. Rudel) — Joseph Chardronnet (1940-2001) est né à Brest. Diplômé d’études supérieures de géographie et d’études celtiques, il enseigne l’histoire de 1935 à 1947 à Pontmain (Mayenne) et à Fougères. Passionné de culture bretonne, il a publié une “Histoire de Bretagne” en 1965 rééditée à plusieurs reprises. Il est par ailleurs auteur de plusieurs ouvrages sur les saints et les prières bretonnes. (Dictionnaire de Bretagne)

CHARDRONNET (Joseph).

Histoire de Bretagne. Naissance et vie d'une nation.

Nouvelles Editions Latines, 1985, in-8°, 267 pp, 8 pl. de gravures et photos hors texte, biblio, index, broché, bon état

Joseph Chardronnet (1940-2001) est né à Brest. Diplômé d’études supérieures de géographie et d’études celtiques, il enseigne l’histoire de 1935 à 1947 à Pontmain (Mayenne) et à Fougères. Passionné de culture bretonne, il a publié une Histoire de Bretagne en 1965 rééditée à plusieurs reprises. Il est par ailleurs auteur de plusieurs ouvrages sur les saints et les prières bretonnes. (Dictionnaire de Bretagne)

CHÉDEVILLE (André).

Histoire de la Bretagne.

Rennes, Ouest-France, 1997, gr. in-8°, 64 pp, nombreuses illustrations, cartes et photos en noir et (surtout) en couleurs, biblio, index, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

La Bretagne est incontestablement l'une des régions françaises qui offrent la plus grande originalité. La variété de ses paysages, la diversité de ses monuments, la richesse de sa culture, aussi bien dans la zone de langue bretonne que dans celle de langue française, ne peuvent se comprendre et s'apprécier sans le recours à l'histoire. Cet ouvrage présente, à la lumière des recherches historiques les plus récentes, une synthèse claire et précise, abondamment illustrée, utile aussi bien à ceux qui vivent en Bretagne qu'à ceux qui y viennent pour la visiter.

COINTAT (Michel).

1789, sept députés bretons à Versailles.

France-Empire, 1988, gr. in-8°, 279 pp, biblio, broché, couv. illustrée, un cahier lég. débroché, bon état

Sept représentants du Tiers-Etat de Rennes (J.-D. Lanjuinais, Le Chapelier, le père Gérard, J. Derfermon des Chapelières, J.-M. Glézen, Hardy de La Largère, Varin de La Brunellière). L'un d'eux a noté ses impressions et celles de ses amis dans son journal personnel.

Collectif.

Annales de la Société d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo. Annales 1995.

Fayard, 1996, gr. in-8°, 356 pp, 25 gravures et photos, 5 cartes, broché, couv. illustrée lég. passée, bon état

Contient les 12 mémoires suivants : Saint-Malo sous la Restauration, Charles de Boishamon (1776-1846) (Michel Duval) ; Pauvreté et assistance à Saint-Malo aux 17e et 18e siècles : la Maison de la Charité et l'Hôpital général (J.-P. Schwobthaler) ; Roger Vercel entre mer et Rance (Jacqueline Blin) ; L'histoire de Saint-Suliac à travers son église (Yves Perrin) ; Maupertuis et le développement des sciences au 18e siècle (Michel Renouard) ; Le séjour de Madame la duchesse de Duras à Saint-Malo du 19 août au 2 septembre 1769 (Patrick Delon) ; Le Père Umbricht, aumônier militaire, 1914-1940 (Jacques Dalbard) ; Dans le sillage de Svarthofdi (Christophe James) ; En Haute-Bretagne sur les pas de Balzac et Hugo (Paul Blin) ; Jean François Briand de la Morandais, un Malouin installé au Chili au 18e siècle (Solange Becquey) : La guerre de course en France aux 17e et 18e siècles : une institution contestée au bilan nuancé (1ère partie) (Alain Berbouche) ; Monseigneur Louis Duchesne, « éminent Servannais » (Brigitte Waché).

Collectif.

Dictionnaire des Saints Bretons.

Editions Sand, 1985, gr. in-8°, 398 pp, préface de Per Jakez Hélias, nombreuses gravures et photos dans le texte, 16 planches en couleurs hors texte, cart. illustré de l'éditeur, bon état (Coll. La Bibliothèque bretonne)

COLLET (Jean).

À 20 ans dans la Résistance, 1940-1944.

Editions Graphein, 1999, in-8°, 163 pp, 16 pl. de photos et documents en noir et en couleurs hors texte, broché, couv. illustrée, bon état, envoi a.s.

"Ceci n'est pas un roman, ce n'est pas non plus un traité d'Histoire. Bien du temps a passé depuis cette guerre mondiale de 1939-1945..." Jean Collet est né en 1921 à l’école publique d’Antrain-sur-Couesnon, en Ille-et-Vilaine, où ses parents enseignaient. Il fait ses études à Rennes et entre en faculté des lettres en 1940. Militant des Jeunesses communistes depuis 1936, il participe très vite aux actions de résistance. Il est arrêté en mars 1941, incarcéré à la prison de Rennes, transféré dans celle de Vitré puis dans celle de Laval d’où il s’évade en 1942 pour éviter la déportation. Arrivé à Paris, il reprend contact avec les mouvements de Résistance liés au Parti communiste et, pendant toute la guerre, il sera un chef de réseau important dans la région parisienne et le nord de la France.

Congrès Archéologique de France.

Cornouaille.

Orléans, Pillault, 1957, pt in-4°, 284 pp, nombreuses illustrations photographiques et plans, broché, bon état (CXVe session, 1957)

Quimper (H. Waquet). Guengay (H. Waquet). Plogonnec (R. Couffon). Notre-Dame de Kerdévot (H. Waquet). Fouesnant (R. Grand). Notre-Dame de Confort (R. Couffon). Pontcroix (R. Couffon). Saint-Tugen (R. Couffont). Cléden-Cap-Sizun (R. Legrand). Notre-Dame de Kerinec (H. Waquet). Pouldavid (M. Thibout). Ploaré (H. Waquet). Quimperlé : église Notre-Dame (R. Couffon), église Sainte-Croix (R. Lisch). Le Faouët (R. Couffon). Kernascléden (P. Deschamps). Ploërdut (R. Grand). Langonnet (R. Grand). Locronan (H. Waquet). Saint-Nic (A. Mussat). Sainte-Marie du Menez-Hom (A. Mussat). Landévennec (R. Grand). Rumengol (A. Mussat). Saint-Ségal (R. Lisch). Châteaulin (A. Mussat). Pleyben (R. Lisch). Brennilis (R. Couffon). Plouguer (A. Mussat). Spezet (R. Couffon). Notre-Dame de Quilinen (R. Legrand). Plogastel (H. Waquet). Plozévet (A. Mussat). Notre-Dame de Tronoen (R. Couffon). Penmarc'h (R. Couffon). Loctudy (R. Couffon). Pont-l'Abbé (R. Couffon).

Congrès Archéologique de France.

Haute-Bretagne.

P., Société française d'Archéologie, 1968, pt in-4°, 354 pp, nombreuses illustrations photographiques et plans, broché, bon état (126e session, 1968)

Saint-Melaine de Rennes (B.-A. Pocquet du Haut-Jussé). Saint-Ouen-des-Iffs (R. Couffon). Dol. Cathédrale (R. Couffon). Champeaux (H. Couzy). Louvigné-de-Bais (R. Couffon). Nantes : L'Ile Feydeau, le théâtre et la place Graslin, Saint-Nicolas (H. de Berranger, D. Rabreau, B. Foucart et V. Noël-Bouton). Guérande (D. Rabreau). Langon (J. Mallet). La Motte-Glain (Ch. Demouveaux). Goulaine (M. Melot). Clisson : La reconstruction de Clisson et le foyer artistique clissonnais dans la première moitié du XIXe siècle, Le Château (J.-M. Pérousse de Montclos et A. Erlande-Brandenburg). Montmuran (Fr.-Charles James). Châteaubriant (Fr.-Charles James).

COSNIER (Colette).

La Bolchevique aux bijoux. Louise Bodin.

Editions Pierre Horay, 1988, gr. in-8°, 198 pp, chronologie, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état, envoi a.s. et carte de visite a.s. de l'auteur à Nina Companeez

En pleine guerre de 14-18, elle écrivait, ainsi que Séverine et Marcelle Capy, « les rares articles de courage et de bon sens » qui, selon Romain Rolland, consolaient de la presse française, belliciste et chauvine. On connaît bien Séverine, un peu moins Marcelle Capy, et pas du tout Louise Bodin. On cherche vainement son nom dans les histoires du féminisme ou du journalisme. Oubli ? Amnésie de l'Histoire ? ou censure ? Pourquoi ce silence autour de celle qui fut rédactrice de “La Voix des femmes” et qui publia plus de cinq cents articles dans le “Populaire”, “L'Humanité”, “La France”, “L'Ouvrière”, “Les Hommes du jour”, “La Pensée bretonne”, etc. ? Qui dérange-t-elle encore pour qu'il soit si difficile de reconstituer son histoire ? Dans les années 20, pour les militants ouvriers rennais, elle était « la bonne Louise ». Pour ceux qui ne comprenaient pas qu'on pût être à la fois belle, cultivée, issue d'un milieu bourgeois, épouse d'un professeur à l'école de Médecine de Rennes, et secrétaire dès 1921 – à un moment où les femmes ne votaient pas encore – de la Fédération communiste d'Ille-et-Vilaine, elle était « la bolchevique aux bijoux ». Louise Bodin : née à Paris en 1877, morte à Rennes en 1929. Une vie brève hantée par le remords d'être une privilégiée et par la foi en une Révolution qui ne devra s'arrêter qu'à la perfection du bonheur pour les plus défavorisés, une vie de combat contre toutes les injustices, pour toutes les grandes causes de son temps. Suffragiste, féministe, pacifiste, socialiste, communiste, sympathisante trotskyste : autant d'engagements successifs qui marquent l'itinéraire de Louise Bodin, figure exemplaire de la première génération d'intellectuels, fondateurs du Parti communiste français puis dissidents. Mais aussi autant de ruptures de plus en plus douloureuses pour une femme que minent la maladie et l'impuissance à venir à bout de toute la misère du monde. C'est la voix d'une authentique journaliste qu'il nous est enfin permis d'entendre après plus d'un demi-siècle d'oubli, une voix caustique ou amusée pour dire la vie à Rennes avant 1914, une voix bouleversante pour crier la détresse des femmes et des mères pendant la guerre, une voix indignée pour protester contre la loi de 1920, une voix impitoyable pour décrire un congrès : la voix d'une femme témoin de son temps, qui a sa place dans l'Histoire des femmes aux côtés de Séverine, de Nelly Roussel, de Marguerite Durand.

COSNIER (Colette).

La Bolchevique aux bijoux. Louise Bodin.

Editions Pierre Horay, 1988, gr. in-8°, 198 pp, chronologie, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

En pleine guerre de 14-18, elle écrivait, ainsi que Séverine et Marcelle Capy, « les rares articles de courage et de bon sens » qui, selon Romain Rolland, consolaient de la presse française, belliciste et chauvine. On connaît bien Séverine, un peu moins Marcelle Capy, et pas du tout Louise Bodin. On cherche vainement son nom dans les histoires du féminisme ou du journalisme. Oubli ? Amnésie de l'Histoire ? ou censure ? Pourquoi ce silence autour de celle qui fut rédactrice de “La Voix des femmes” et qui publia plus de cinq cents articles dans le “Populaire”, “L'Humanité”, “La France”, “L'Ouvrière”, “Les Hommes du jour”, “La Pensée bretonne”, etc. ? Qui dérange-t-elle encore pour qu'il soit si difficile de reconstituer son histoire ? Dans les années 20, pour les militants ouvriers rennais, elle était « la bonne Louise ». Pour ceux qui ne comprenaient pas qu'on pût être à la fois belle, cultivée, issue d'un milieu bourgeois, épouse d'un professeur à l'école de Médecine de Rennes, et secrétaire dès 1921 – à un moment où les femmes ne votaient pas encore – de la Fédération communiste d'Ille-et-Vilaine, elle était « la bolchevique aux bijoux ». Louise Bodin : née à Paris en 1877, morte à Rennes en 1929. Une vie brève hantée par le remords d'être une privilégiée et par la foi en une Révolution qui ne devra s'arrêter qu'à la perfection du bonheur pour les plus défavorisés, une vie de combat contre toutes les injustices, pour toutes les grandes causes de son temps. Suffragiste, féministe, pacifiste, socialiste, communiste, sympathisante trotskyste : autant d'engagements successifs qui marquent l'itinéraire de Louise Bodin, figure exemplaire de la première génération d'intellectuels, fondateurs du Parti communiste français puis dissidents. Mais aussi autant de ruptures de plus en plus douloureuses pour une femme que minent la maladie et l'impuissance à venir à bout de toute la misère du monde. C'est la voix d'une authentique journaliste qu'il nous est enfin permis d'entendre après plus d'un demi-siècle d'oubli, une voix caustique ou amusée pour dire la vie à Rennes avant 1914, une voix bouleversante pour crier la détresse des femmes et des mères pendant la guerre, une voix indignée pour protester contre la loi de 1920, une voix impitoyable pour décrire un congrès : la voix d'une femme témoin de son temps, qui a sa place dans l'Histoire des femmes aux côtés de Séverine, de Nelly Roussel, de Marguerite Durand.

COUDURIER (Jean-Pierre).

La Dépêche de Brest. Naissance et avatars d'un journal de province témoin de son temps.

Le Télégramme Editions, 1999, in-4°, 190 pp, 16 photos, 15 fac-similés dont 5 "unes", index, cart. éditeur illustré

CRAEMER (Rudolf).

Benjamin Disraeli. Traduit de l'allemand.

Editions Balzac, 1943, in-12, 317 pp, gravures hors texte,

CRAPOUILLOT (Le).

Les Anglais. Avec un grand reportage d'actualité de Claude Blanchard. Numéro spécial, novembre 1931.

P., Revue Crapouillot, 1931, in-4°, 85 pp, texte sur 2 colonnes, nombreuses gravures et photos dans le texte, broché, couv. illustrée (dessin de Willette), bon état

Ce numéro fut interdit lors de sa sortie le 6 novembre 1931 par mesure ministérielle, mesure rapportée le 16 car sans fondement légal. Sommaire : Vingt-quatre heures à Londres en 1851 (extrait du "Magasin pittoresque" de 1851) ; Français et Anglais (J. Lucas Dubreton) ; La caricature française pendant la guerre Anglo-Boer ; photos de Londres au temps des "cabs" ; Angleterre ou empire ? (Lucien Farnoux-Reynaud) ; La Season (Maurice Van Moppès) ; Messieurs les Anglais, Londres, octobre 1931 (Claude Blanchard, 40 pp) ; Londres vu par Chas-Laborde ; "L'intelligence service" et ses mystères (Xavier de Hautecloque) ; La chute de la livre et de l'empire (Francis Delaisi).

CROIX (Alain).

Cultures et religion en Bretagne aux 16e et 17e siècles.

Rennes, Apogée, Presses Universitaires de Rennes, 1995, gr. in-8°, 332 pp, annexe, biblio, broché, couv. illustrée, bon état

Pourquoi l'idéologie chrétienne a marqué tous les aspects de la vie en Bretagne ? Pourquoi les comportements autrefois largement répandus en France ont pu se maintenir si fortement et si longtemps en Bretagne ? Voici, entre autres, les questions qui ont présidées à la thèse d'Alain Croix. Il s'agit ici de la réédition de la partie la plus neuve de ce « classique » désormais introuvable. Ce livre montre l'importance des liens entre cultures et religion pour comprendre la Bretagne d'hier... et d'aujourd'hui.

CROIX (Alain).

Nantes et le pays nantais au XVIe siècle. Etude démographique.

SEVPEN, 1974, in-8°, 356 pp, 58 cartes et graphiques, 2 plans dépliants hors texte, pièces justificatives, sources, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

L’une des premières études démographiques au sens large du terme, réalisée sur une région de la France du XVIe siècle, repose sur le dépouillement des registres paroissiaux et elle est complétée par cinquante-huit cartes et graphiques. On y voit la distorsion qui s’amorce dans l’évolution des rapports ville-campagne due à la famine, la peste et la guerre, la répétition des crises à la fin du siècle étant rapprochée des phénomènes politiques et climatiques. L’analyse des mouvements saisonniers avec leur interférence sur les phénomènes religieux et économiques, de l’usage du français et du latin, des migrations des colonies étrangères offre un tableau de la société et de ses mentalités. — "Ce livre est pionnier dans la mesure où il est difficile de traiter de la démographie au XVIe siècle faute de documents utilisables. Alain Croix a bénéficié de sources exceptionnelles ; dès le XVe siècle, les évêques s'intéressèrent à la tenue de registres paroissiaux. (...) Cette étude exceptionnelle pour le XVIe siècle confirme le modèle établi par les historiens démographes pour les XVIIe et XVIIIe siècles, à quelques nuances près." (Jean-Marie Constant, Revue d'histoire économique et sociale, 1975)

CROIX (Alain) et Fanch ROUDAUT.

Les Bretons, la mort et Dieu de 1600 à nos jours.

Messidor/Temps Actuels, 1984, in-8°, 264 pp, 16 pl. de gravures et photos hors texte, 5 cartes et graphiques, notes, sources et biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

"On sait déjà quelle monumentale thèse d'Etat A.C. a consacrée à la Bretagne des XVIe et XVIIe siècles. F.R., lui, est l'auteur d'une thèse de 3ème cycle inédite sur la prédication en langue bretonne à la fin de l'ancien régime. De leur collaboration est issu ce livre court, sobre et brillant, qui présente les résultats de leurs recherches et ouvre des perspectives plus larges. Le tout, et ce n'est pas la moindre qualité de l'ouvrage, avec un souci constant de montrer ce que l'historien peut dire et pourquoi, et aussi les limites de sa démarche : c'est à la fois leçon de choses et leçon de méthode..." (Yvon Tranvouez, Archives de sciences sociales des religions, 1986)

D'ABERNON (Lord).

An Ambassador of Peace. Pages from the Diary of Viscount d'Abernon (Berlin, 1920-1926). Vol. 1 : From Spa (1920) to Rapallo (1922). With historical notes by Maurice Alfred Gerothwohl.

London, Hodder and Stoughton, 1929, gr. in-8°, x-332 pp, un portrait en frontispice, une carte en couleurs dépliante hors texte, index, reliure pleine toile violine de l'éditeur, bon état. Edition originale, texte en anglais

Tome 1 seul (sur 3). Edgar Vincent, premier vicomte d'Abernon (1857-1941), fut ambassadeur de Grande-Bretagne à Berlin de 1920 à 1926, où il se lia d'amitié avec Gustav Stresemann. Il fut notamment chargé des négociations concernant les réparations financières de l'Allemagne prévues par le Traité de Versailles.

DECAUX (Alain).

L'abdication.

Perrin, 1995, gr. in-8°, 339 pp, sources, broché, couv. illustrée, bon état

L'abdication du roi Edward VIII, en décembre 1936, secoua le monde entier. La grande presse internationale se montra à l'affût de la moindre information sur ce cas unique : un roi préférant perdre son trône plutôt que de renoncer à la femme qu'il aimait. Ce qui fut publié à l'époque – et postérieurement – véhicula plus d'inexactitudes, voire d'inventions délibérées, que de réalités. La vérité se trouvait dans des archives qui demeurèrent secrètes pendant plus de quarante ans : celles de l'ancien roi d'Angleterre, devenu duc de Windsor. Alain Decaux fut le premier historien à être autorisé, dès 1977, à les explorer...

DELOURMEL (Louis).

Histoire anecdotique de Brest à travers les rues. Recherches sur la Bretagne.

Marseille, Laffitte Reprints, 1975, in-8°, viii-359 pp, 20 gravures, vues, portraits et plans anciens hors texte, index, reliure plein simili-cuir havane de l'éditeur, titres dorés au 1er plat et au dos, bon état. Réimpression tirée à 300 exemplaires seulement de l'édition de Paris, Honoré Champion, 1923.

Recueil d'articles publiés dans la "Dépêche de Brest et de l'Ouest" sous la rubrique "Les Rues de Brest": "Evènements historiques et faits divers, [.] histoire de nos édifices publics, de nos monuments et de nos vieilles maisons, moeurs et coutumes d'autrefois, biographies de Brestois célèbres". D'après les archives municipales, la presse, et les travaux des historiens locaux (ouvrages cités). Précieuse mémoire d'une ville dont le centre a été détruit en 1944.

DELUMEAU (Jean)(dir.).

Histoire de la Bretagne.

Toulouse, Privat, 1969, gr. in-8° carré, 542 pp, 36 pl. de gravures et photos hors texte (dont 4 en couleurs), 58 illustrations dans le texte, biblio, index, reliure éditeur, 1er plat illustré, rhodoïd, bon état (Coll. Univers de la France)

Par Jean Delumeau, Pierre-Roland Giot, Jean L'Helgouach, Jacques Briard, Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu, Louis Pape, Pierre Riché, Guy Devailly, Henri Touchard, André Mussat, Jean Meyer, Gilbert Le Guen.

DELUMEAU (Jean)(dir.).

Histoire de la Bretagne.

Toulouse, Privat, 1991, gr. in-8° carré, 542 pp, 43 pl. de gravures et photos hors texte, 58 illustrations et cartes dans le texte, biblio, index, broché, couv. illustrée à rabats, bon état (Coll. Univers de la France et des pays francophones)

Par Jean Delumeau, Pierre-Roland Giot, Jean L'Helgouach, Jacques Briard, Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu, Louis Pape, Pierre Riché, Guy Devailly, Henri Touchard, André Mussat, Jean Meyer, Gilbert Le Guen.

DELUMEAU (Jean) et collaborateurs.

Le Mouvement du port de Saint-Malo, 1681-1720. Bilan statistique.

P., Klincksieck, 1966, gr. in-8°, xiv-297 pp, 2 pl. et 8 cartes hors texte, 10 graphiques, broché, bon état, envoi a.s. de Jean Delumeau

Etude statistique (par bateaux et par tonnage) du traffic malouin dans la zone de petit commerce (proximité), avec le reste de la France et avec les pays étrangers. — "Résultat du travail systématiquement mené à l'Institut de Recherches Historiques de Rennes par J. Delumeau et ses élèves, le bilan du commerce malouin pendant les quarante années de tournant du grand siècle a nécessité l'élaboration et le traitement de 71.000 fiches représentant chacune un mouvement de navire à l'entrée ou à la sortie du port. Ce trafic est divisé en trois régions géographiques : le petit cabotage, de Caen à l'estuaire de la Vilaine ; le reste de la France ; l'étranger. On note, sur le plan armoricain, la relative importance de petits ports, qui, aujourd'hui ne font plus de commerce. Certaines années, Carteret envoya 70 bateaux à Saint-Malo, Portbail : 28, le Groin-du-sud (près de l'embouchure de la Sée) plus de 100, de même que le Pas-au-Bœuf, aujourd'hui colmaté, près de Pontorson, Erquy : 30. On enregistre même des trafics épisodiques (pas tous les ans) à Barfleur, aux Chausey, au Bec d'Andaine, à Saint-Briac, à Hillion, à Saint-Pol, ù Pénerf. On voit combien la vie commerciale sur la côte bretonne était beaucoup plus diluée qu'aujourd'hui. Sur le plan international, on note les effets désastreux des guerres de la ligue d'Augsbourg et de Succession d'Espagne, qui, malgré la faible compensation des bénéfices de la « course » et bien qu'ayant augmenté les revenus de certains armateurs, portèrent un coup décisif au rôle de Saint-Malo en France : si ce port resta encore actif jusqu'à la Révolution il ne retrouva pas la place éminente qu'il avait occupée au XVIIe siècle." (A. Meynier, Norois, 1967)

DERIC (Gilles).

Histoire ecclésiastique de Bretagne, dédiée aux Seigneurs Evêques de cette province. 2ème édition.

Saint-Brieuc, Prud'homme, 1847, 2 vol. in-4°, 492 et 658-10-xliii pp, deuxième édition, brochés, qqs rares rousseurs, bon état

Deuxième édition éditée par Vannier à Rennes et Prud'homme à Saint-Brieuc ; la première fut éditée de 1777 à 1788, en six volumes in-12, par Hovius à Saint-Malo et Valade à Paris ("Introduction à l'histoire ecclésiastique de Bretagne, où l'on traite de la religion, du gouvernement, des mœurs & des usages des Bretons, depuis leur établissement en Bretagne, jusqu'au tems où ils embrassèrent le Christianisme"). Par Gilles Deric, né à Saint-Coulomb (près de Saint-Malo) en 1726, maître ès-arts de la faculté de Caen, puis docteur en théologie, qui fut chanoine de Dol, prieur de Notre-Dame de Fougères, grand official du chapitre de Dol, député aux Etats de Bretagne. Refusant le serment à la Constitution civile du clergé en 1791, il partit pour Jersey en 1792. C'est de là qu'il envoya le manuscrit du septième volume de son Histoire pour le faire imprimer ; ce manuscrit fut intercepté et détruit. "Le manuscrit du tome VII, envoyé de Jersey, tomba aux mains des Bleus qui en bourrèrent leurs fusils." (B. A. Pocquet du Haut-Jussé, Annales de Bretagne, 1942). Deric ne put achever son «Histoire» qui ne comprend que les dix premiers siècles, et mourut en exil en 1800.

DEVAILLY (Guy)(dir.).

Histoire religieuse de la Bretagne.

Chambray-lès-Tours, C.L.D., 1980, gr. in-8°, 398 pp, une carte, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état

"Connaître le visage de la France religieuse, c'est abord en reconnaître les particularités régionales. Les Ed. C.L.D. ont choisi de se situer au niveau des provinces. Comme toujours dans ce genre d'ouvrages, la répartition des matières se fait selon les collaborateurs disponibles, qui se voient assigner un champ d'étude qui colle plus ou moins bien à leur spécialité. Des littéraires ont prêté leur concours, ce qui nous vaut deux chapitres sur Lamennais et sur Renan (L. Le Guillou et J. Vier). On trouve également deux chapitres spécifiques sur l'art religieux (B.A. Pocquet du Haut-Jussé et Y.P Castel). Le reste du livre est découpé selon les grandes tranches chronologiques classiques : antiquité (D. Aupest-Conduche), Moyen Age (G. Devailly), moderne (J. Meyer), période révolutionnaire (R. Dupuy), contemporaine (chanoine J. Mahuas). L'intérêt d'une étude d'ensemble comme celle-là est de mettre en évidence la permanence ou l'évolution des problèmes sur la longue durée. On peut suivre ainsi les étapes de la pénétration en Bretagne du christianisme romain, affronté à la fois au vieux fonds païen et aux traditions des chrétientés celtiques, et l'histoire des missions entre le XVIIe et le XXe siècle. Des « fronts » durables comme le clivage blancs/bleus sont bien soulignés..." (Yvon Tranvouez, Archives de Sciences Sociales des Religions, 1980)

DUBURQUOIS (Maurice).

A l'Est du cap des Tempêtes. La Royale dans l'Océan Indien et la Mer de Chine.

Châteaugiron, Yves Salmon, 1982, gr. in-8°, 245 pp, 10 cartes, 11 planches hors texte, 16 fac-similés, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

César Bourayne, puis baron de Bourayne (1768-1817), officier de marine français, célèbre pour ses combats contre les navires anglais dans l'océan Indien et en mer de Chine, a été nommé major général en 1814, après avoir été fait baron en 1811. Il a sous ses ordres le lieutenant de vaisseau Joseph Duburquois, son futur gendre. Ils rentreront en France tous les deux en fin 1809. Mais au large de Belle-Ile en février 1810, la Confiance est attaquée par un vaisseau anglais de 74 canons, le HMS Valiant. César Bourayne et Joseph Duburquois sont capturés et emmenés en Angleterre, sur les sinistres « pontons » de Portsmouth, véritables prisons flottantes, puis dans la région de Birmingham...

DU HALGOUET (Vte Hervé).

Le Comte de Thiard, dernier commandant militaire en Bretagne (1787-1790). Fermentation d'une province à la veille de la Révolution.

dans le Correspondant, 1913, gr. in-8°, 25 pp, broché, état correct. On trouve dans le même numéro des études sur Comment a disparu l'influence de la France en Egypte (Biard d'Aunet), A l'Armée de Metz : encore Bazaine et Ladmirault (Mis de La-Tour-du-Pin Chambly), La Conférence Molé-Tocqueville : les débuts de nos hommes politiques (Cte de Larègle), Le gachis mexicain : le protectorat des Etats-Unis, etc.

DUPONT-NIVET (Jean).

Sarah Bernhardt. Trente ans de passion pour Belle-Ile-en-Mer.

Chez l'Auteur, 1973, in-8°, 221 pp, préface de Lysiane Sarah-Bernhardt, 40 pl. de photos hors texte, broché, couv. illustrée, bon état

La dame de Penhouët, une autre Sarah... Sur les séjours de la comédienne de théâtre Sarah Bernhardt à Belle-Ile-en-Mer en Bretagne. Comment Sarah Bernhardt a découvert cette île et acheté le Fort. La transformation de celui-ci en résidence d'été, l'aménagement intérieur. L'agrandissement de la propriété par l'achat du château voisin. La vie de Sarah Bernhardt à Belle-Ile ; ses rapports avec les habitants, les amis qu'elle recevait. Son nationalisme pendant la guerre de 1914. Ses dernières années. Sa volonté, non respectée, d'être enterrée sur un rocher de l'île. La vente de sa propriété...

DUPOUY (Auguste).

La Basse-Bretagne.

Arthaud, 1963, gr. in-8°, 246 pp, 195 héliogravures dans le texte et hors texte, imprimé sur papier hélio, broché, couv. illustrée en couleurs rempliée (peinture de Saint-Guénolé par Jean Le Merdy), rhodoïd, bon état (Coll. Les Beaux Pays). Bien complet de la carte de la bretagne en dépliant volant

DUPOUY (Auguste).

La Basse-Bretagne.

Grenoble, P., Arthaud, 1940, 2 vol. gr. in-8° carré, 170 et 153 pp, 313 illustrations en héliogravure dans le texte et à pleine page, une carte dépliante volante, broché, couv. rempliées illustrées par Mathurin Méheut, bon état (Coll. Les Beaux Pays)

DUPOUY (Auguste).

La Basse-Bretagne. II.

Grenoble, Arthaud, 1940, gr. in-8° (17 x 23), 153 pp, 163 héliogravures dans le texte et hors texte, broché, couv. rempliée illustrée en couleurs par Mathurin Méheut, bon état (Coll. Les Beaux Pays)

DURAND (Abel).

Nantes dans la France de l'Ouest. Les Provinces dans la Reconstruction Nationale.

Plon, 1941, pt in-8°, xxxvii-230 pp, 8 pl. hors texte (2 en couleurs) et 24 illustrations dans le texte, 5 cartes (dont 2 dépliantes hors texte), reliure demi-toile brique, bon état (Ouvrage couronné par l'Académie française), envoi a.s.

L'ouvrage vise à démontrer que Nantes n'est pas seulement un pôle d'attraction économique en rappelant son rôle politique dans la formation et l'évolution historique de la Bretagne, en évoquant la capitale ducale et ce que l'auteur appelle, dans l'intitulé du chapitre V, « la seconde vocation historique de Nantes » : capitale de la Ligue et surtout port maritime et colonial aux XVIIe et XVIIIe siècles... Par Abel Durand (1879-1975), avocat et homme politique, adjoint au maire de Nantes, puis sénateur de la Loire-Inférieure, devenu Loire-Atlantique en 1957. Il présida le Conseil général de la Loire-Inférieure de 1945 à 1970.

DÉGUIGNET (Jean-Marie).

Mémoires d'un Paysan Bas-Breton.

Ergué-Gabéric, Editions An Here, 1999, gr. in-8°, 462 pp, édition établie et annotée par Bernez Rouz, broché, couv. illustrée, bon état

Publiées en partie dans la « Revue de Paris » en 1905, et dans le Bulletin de la Société Archéologique du Finistère en 1963, les mémoires de Jean-Marie Déguignet (1834-1905) sont enfin disponibles dans une version non édulcorée. Ce fils de journalier agricole du fin fond de la Bretagne bretonnante nous a en effet laissé un témoignage exceptionnel sur la société du XIXe siècle. Tour à tour mendiant, vacher, soldat, sergent, cultivateur, assureur, débitant de tabac, miséreux, Déguignet nous apporte une vision décapante de la Bretagne du siècle dernier, mais aussi de l'armée impériale... Un témoignage unique sur quatre campagnes du Second Empire : la Crimée, l'Italie, la Kabylie et le Mexique.

ERLANNIG (Even).

La Résistance bretonne à Napoléon Bonaparte (1799-1815).

Albatros et DUC, 1986, in-8°, 314 pp, broché, bon état

EVANS (John).

L'Âge du Bronze. Instruments, armes et ornements de la Grande-Bretagne et de l'Irlande. Traduit de l'anglais par W. Battier, revu et corrigé par l'auteur.

P., Germer Baillière, 1882, in-8°, viii-551 pp, abondamment illustré de 540 gravures dans le texte, index, reliure demi-chagrin carmin, dos à 4 nerfs, titres et caissons dorés, encadrements à froid sur les plats, tranches dorées (rel. de l'époque), plats en partie décolorés, qqs rares et pâles rousseurs, bon état

Archéologue et géologue anglais, Sir John Evans (1823-1908) a exercé de nombreuses responsabilités au sein de sociétés savantes telles que la Society of Antiquaries, la Numismatic Society, et la Geological Society. Il fut également administrateur du British Museum. On lui doit plusieurs ouvrages fondamentaux sur l’archéologie britannique : “The Coins of Ancient Britons” (1864), “The ancient Stone Implements, Weapons and Ornaments of Great Britain” (1872, 2e édition 1897), “The ancient Bronze Implements,Weapons and Ornaments of Great Britain and Ireland” (1872). Il laisse aussi de nombreux articles, concernant notamment les outillages en pierre des dépôts fluviatiles.

FALIGOT (Roger).

Les Services spéciaux de Sa Majesté.

Messidor/Temps Actuels, 1982, in-8°, 323 pp, 16 pl. de photos hors texte, biblio, index, broché, couv. illustrée à rabats, bon état (Coll. La Vérité vraie)

... Comment l’Intelligence Service a-t-il pratiqué le trafic de drogues pour lutter contre l’IRA en Irlande du Nord ? Comment a-t-il gagné la « Guerre des chiens courants » en Malaisie ? Fut-il pour quelque chose dans la mort de Lénine ? A-t-il sacrifié Edith Cavell en 1917 ? Qui était vraiment Lawrence d'Arabie ? A qui le scandale des « taupes soviétiques » a-t-il le plus profité ? Pourquoi l'OAS a-t-elle abattu des agents anglais à Alger ? Autant de questions, parmi des dizaines d'autres, auxquelles Roger Faligot répond dans ce livre...

FLEURIOT (Léon).

Les origines de la Bretagne. L'émigration.

Payot, 1980, in-8°, 353 pp, 13 cartes, biblio, couv. illustrée, bon état (Coll. Bibliothèque historique)

L'émigration bretonne s'inscrit depuis la préhistoire dans un vaste courant d'échanges entre les deux rives de la Manche. Elle a touché tout le nord de la Gaule, surtout à partir du IVe siècle avant J.-C. Mais les Bretons n'ont jamais été absents en Armorique. Ils ont aidé les Vénètes contre César, et il y avait des Britanni sur la côte picarde au Ier siècle de notre ère. L'auteur fait une large place au problème des langues parlées en Armorique et montre pourquoi la langue des Bretons, à peu près identique à l'origine au gaulois du nord de la Gaule, s'est maintenue jusqu'au XXe siècle, alors que le norois ou le francique avaient disparu depuis longtemps. — "Dans la vieille controverse qui oppose les tenants du breton comme survivance du celtique continental, et ceux du breton comme langue insulaire introduite par de tardives immigrations dans la péninsule armoricaine, c'est aujourd'hui la première de ces deux thèses qui, à quelques nuances près, semble prévaloir. M. Léon Fleuriot, titulaire de la chaire de langues celtiques à l'université de Rennes et auteur du précieux Dictionnaire des gloses en vieux breton (1964), vient de livrer au public le fruit des recherches qu'il poursuit depuis bien des années dans un domaine peu ou mal connu des romanistes, celui du monde celtique. M. Fleuriot est breton, parle breton, il est un linguiste particulièrement compétent et voit les problèmes de plus haut, avec plus de sérénité et d'objectivité qu'on ne le fait d'ordinaire : la « celtomanie » n'est pas son fait. C'est en linguiste qu'il étudie le problème des origines de la Bretagne, mais en s'appuyant constamment sur les données de l'histoire. (...) De ce livre attachant ressort l'impression d'un va-et-vient continuel, au fil des siècles, des relations entre le Continent et la Grande-Bretagne ; et, en effet, le monde celtique n'est pas scindé en continentaux et en insulaires : la coupure est d'ordre linguistique et le monde brittonique, de part et d'autre de la mer, est un. Les échanges culturels, commerciaux, conflictuels même ont été constants entre un rivage et l'autre ; et c'est pourquoi les immigrants d'origine insulaire qui, au cours des six premiers siècles, se sont peu à peu fixés en Gaule extrême-occidentale n'y ont certainement pas trouvé une langue fort différente de la leur : en terrain familier, ils ont pu faire perdurer un langage qui avait ses racines ancrées au sol même : c'est aujourd'hui le breton." (Marianne Mulon, Bibliothèque de l'École des chartes, 1981)

FLEURY (Comte).

Un grand terroriste. Carrier à Nantes (1793-1794).

Plon, 1901, in-12, xv-338 pp, 2e édition, un portrait de Carrier en frontispice, index, reliure percaline rouge, dos lisse, titres, fleuron et filets dorés, couv. conservées, bon état

"... M. le comte Fleury a donné un grand développement à la portion de la vie de Carrier qui suivit son séjour à Nantes, c'est-à-dire à son procès devant le tribunal du 23 thermidor an II. Il fait revivre le procès des quatre-vingt-onze Nantais, celui du comité révolutionnaire, enfin celui de Carrier lui-même, dans une série de chapitres très animés. L’écueil d'un livre sur Carrier, c'est la nécessité de la répétition. On raconte d'abord sa vie ou plutôt ses crimes à Nantes; mais on ne peut le faire qu’à l’aide des documents que révéleront les procès ultérieurs ; à la suite, on déroule ces procès, et l’on est bien forcé de revenir sur les faits qu’on a détaillés précédemment. Cet inconvénient tout littéraire, les contemporains ne le connurent pas comme nous. C’est, en effet, l’une des singularités les plus étranges de ce temps-là que les crimes de Carrier ne furent connus que lors du procès ; jusque-là, on ignorait, ou, ce qui contribuait à maintenir l’ignorance, ceux qui savaient n'osaient pas parler. Lui-même, le farouche proconsul, une fois parti de Nantes, il sembla oublier ; il rentra à la Conventrfon, cria haro ! contre Robespierre, et ne se trouva pas plus répréhensible que tant d’autres scélérats aux côtés de qui il siégeait. Ceux-ci même se connurent mieux en se contemplant dans Carrier, ce qui ne les empêcha pas de le condamner unanimement. Et ce ne fut que son procès qui découvrit l'horreur et la multitude de ses crimes." (Victor Pierre, Revue des questions historiques)

FLOHIC – Collectif.

Le Patrimoine des Communes d'Ille-et-Vilaine.

P., Flohic Editions, 2000, 2 vol. gr. in-8°, 1782 pp, pagination continue, 6500 notices et 6500 photographies en couleurs dans le texte, cartes, index des communes, cartonnages illustrés éditeur, bon état

FRÉMINVILLE (Chevalier de).

Antiquités du Finistère, I-II.

Paris-Genève-Gex, Slatkine Reprints, 1979, 2 vol. in-8°, 326-(8) et x-541 pp, un frontispice gravé et 2 planches hors texte,les 2 tomes reliés ensemble en un fort volume simili-cuir bordeaux de l'éditeur, dos lisse, pièce de titre basane verte, bon état. (Réimpression de l'édition de Brest, 1832-1835)

Tome I : Antiquités de la Bretagne - Finistère. – Tome II : Antiquités du Finistère. Seconde partie. Contenant la description des anciens monumens de la Cornouailles et un supplément notable à ceux du Léonnais ; suivie d'un recueil important de pièces et de titres authentiques relatifs à l'histoire particulière de ces contrées de l'ancienne Bretagne. — Le Chevalier de Fréminville a été le premier à donner une énumération assez complète et une description quelque peu détaillée des nombreux monuments mégalithiques bretons. — "Christophe Paulin de la Poix, chevalier de Fréminville, est né à Ivry- sur-Seine le 23 janvier 1787. Fils d'un ingénieur des Ponts et Chaussées, il passe son enfance au Havre et y acquiert une vocation de marin mais aussi une passion pour l'archéologie. Il entre dans la marine à Brest en 1801 et devient lieutenant de vaisseau en 1811. Il chouanne en 1814 dans le Morbihan et reste dans l'armée royale jusqu'en avril 1815. En 1815, à la faveur de la Restauration, il devient chef de brigade de la compagnie des élèves de la Marine à Brest. Il effectue des expéditions scientifiques au Sénégal et aux Antilles en 1822. La Monarchie de Juillet le met à la retraite en 1831. Ses sentiments légitimistes l'ont empêché de prêter serment à Louis-Philippe. Cet homme d'action est également curieux de tout. II se préoccupe de botanique, d'entomologie et d'histoire. Il publie en 1819 “Le combat des Trente, poème du XVIe siècle” et en 1841, une “Histoire de Bertrand du Guesclin, connétable de France et de Castille”, en 522 pages. Ces préférences ne vont pas au seul Moyen Âge. Il s'intéresse également aux « monuments druidiques » et lance une vogue de l'archéologie en Bretagne avec ses “Antiquités de la Bretagne, monuments du Morbihan”, parues en 1827-1829, ses “Antiquités de la Bretagne, monuments du Finistère”, de 1832-1835 et enfin, “Antiquités de Bretagne, monuments des Côtes du Nord” de 1837. Il meurt à Brest le 12 janvier 1848. Les travaux du chevalier de Fréminville ont acquis une réputation en dehors de sa province. Membre de la société royale des Antiquaires de France, il a contribué à répandre une image de la Bretagne celtisante auprès des milieux érudits de son temps. Prosper Mérimée a lu ses œuvres. Il le présente comme « Monsieur de Fréminville, auteur de plusieurs ouvrages estimés sur les Antiquités du Finistère et du Morbihan ». Dans son récit de voyage dans l'Ouest de la France, il le présente comme un celtisant et évoque son patriotisme breton." (Sophie Cassagnes-Brouquet, Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 2000) — "On lit dans les “Antiquités du Finistère” par Fréminville, que, près de Saint-Renan, on rencontre un menhir qui a plus de 11 mètres de hauteur. Cette superbe aiguille de granit, quoique brute, comme tous les monuments du même genre, présente, sur deux de ses faces opposées, une bosse ronde taillée demain d'homme et qui a environ 32 centimètres de diamètre. « Objet de superstition dont l'origine et le but se perdent dans la nuit des temps, ces bosses reçoivent encore une sorte de culte bizarre de la part des paysans des environs. Les nouveaux mariés se rendent dévotement au pied de ce menhir et, après s'être en partie dépouillés de leurs vêtements, la femme, d'un côté, l'époux de l'autre, se frottent le ventre nu contre une de ses bosses. L'homme prétend, par cette cérémonie ridicule, obtenir des enfants mâles plutôt que des filles, et la femme se persuade que par là elle obtiendra l'avantage d'être la maîtresse absolue dans son ménage. »" (Julien Sacaze, Le culte des pierres dans les Pyrénées, Bulletin de la Société d'anthropologie de Paris, 1879)

GABORY (Emile).

La vie et la mort de Gilles de Raiz, dit, à tort, "Barbebleue".

Perrin, 1926, in-12, 241 pp,

GAUTHIER (Guy).

Victoria. L'apogée de l'Angleterre.

France-Empire, 2000, gr. in-8°, 302 pp, 8 pl. de gravures et photos hors texte, tableaux généalogiques, chronologie du règne, biblio, broché, couv. illustrée, qqs soulignures crayon, bon état

Il y a cent ans, le 22 janvier 1901, s'éteignait Alexandrina Victoria de Grande-Bretagne, plus connue sous le nom de Victoria Ière. Au cours d'un règne qui fût le plus long de la monarchie britannique, l'Angleterre se hissa au premier rang des nations par sa puissance économique et l'étendue d'un empire que seul Rome, avant elle, avait égalé. Dans le même temps, alors que l'Europe était en proie aux convulsions et que la France s'épuisait à changer de régimes politiques, les Anglais, pragmatiques, conservaient la monarchie en lui ôtant tout pouvoir de nuisance et bâtissaient une démocratie parlementaire exemplaire. Bien que de tempérament autoritaire et capricieux, Victoria fut convaincue par le prince Albert, son mari, que la royauté, s'appuyant sur les classes moyennes entreprenantes, devait accompagner l'évolution démocratique et non la freiner. Elle devint ainsi le symbole vivant – et presque divinisé à la fin de son règne – d'une nation britannique persuadée que Dieu lui avait donné mission de dominer le monde. Follement amoureuse de son mari mais indifférente à ses enfants, imbue de son rang mais très critique à l'égard de l'aristocratie, incarnant la morale bourgeoise mais s'affichant elle-même avec un valet d'écurie puis avec un domestique indien, méfiante à l'égard du cosmopolitisme mais faisant d'un Juif son Premier ministre adulé, patriote jusqu'au chauvinisme mais conservant une étrange tendresse pour la France, Victoria fut pétrie de contradictions...

GIOT (Pierre-Roland), Jacques BRIARD et Louis PAPE.

Protohistoire de la Bretagne.

Rennes, Ouest-France, 1979, in-8°, 443 pp, nombreuses cartes, figures et photos, biblio, index, cart. illustré de l'éditeur, bon état (Coll. Histoire de la Bretagne)

La Bretagne armoricaine pendant les "Ages des Métaux". — "Après une introduction due à P.-R. Giot, la première partie est traitée par J. Briard : il s'agit de l'âge du Bronze. Un chapitre est consacré aux premiers métallurgistes : ceux-ci ont utilisé les gisements locaux d'étain, de plomb, mais l'essentiel a été importé. L'influence méditerranéenne semble beaucoup moins importante qu'on ne le croyait. Il est difficile d'attribuer une origine précise aux haches de combat, aux haches plates et aux bijoux d'or. (...) Au début du deuxième millénaire, les progrès techniques dans les alliages permettent la fabrication d'une gamme beaucoup plus étendue d'instruments. Les sépultures collectives mégalithiques sont remplacées par des tombes individuelles : « c'est le temps des tumulus ». Le Bronze final, en Armorique, est marqué par de nouveaux types d'armes, l'abondance de l'outillage. Le métal est employé pour les moindres usages. Les épées à lame élargie « pistilliforme », les haches à talon se retrouvent dans toute la zone atlantique des Pays-Bas à l'Irlande et à la Gironde. (...) L'Age du Fer est traité par P.-R. Giot. La transition entre le Bronze et le Fer s'étale sur plus d'un siècle. Le second Age du Fer commence vers 450 avant J.-C. Les populations armoricaines passent plus ou moins dans la culture celtique. Les importations méditerranéennes ou leurs copies sont rares. L'essentiel de l'habitat rural est dispersé en fermettes, cabanes ou huttes où le bois est le matériau essentiel. Les promontoires étaient souvent fortifiés. L'époque est celle des grands défrichements et de l'extension des cultures. La poterie armoricaine est variée et riche. L'extraction du sel marin est florissante. La troisième partie, consacrée aux derniers temps de l'indépendance, est l'oeuvre de L. Pape. Les très nombreuses monnaies frappées en Armorique permettent de mieux connaître le pays et les tribus qui le peuplaient. Les commentaires de César sont la principale source historique sur la conquête romaine. « L'étude des Osismi à l'époque gallo-romaine fait croire à un maintien de structures archaïques, à une prédominance de la paysannerie libre avec en corollaire un habitat dispersé qui est resté l'un des traits majeurs du paysage humain de la péninsule armoricaine. Ce conservatisme structurel explique la résistance de la langue gauloise face au latin... » Ce sec résumé des points essentiels de ce travail ne traduit pas toute la richesse des informations contenues dans l'ouvrage, de la rigueur des raisonnements qui détruisent beaucoup d'idées reçues. Puisse ce compte rendu donner envie de lire ce livre !" (R. Facon, Norois, 1979)

GIRARD (Louis).

Le Royaume Uni de 1815 à 1848.

CDU, 1957, 2 vol. in-4°, 270 pp, pagination continue, texte dactylographié, biblio, broché, bon état (Coll. Les cours de Sorbonne)

[Guerre d'Espagne] – BURNS (Emile).

Spain.

London, Communist Party of Great Britain, 1936 in-8°, 16 pp, broché, couv. illustrée, bon état. Texte en anglais

Sur les causes et le déclenchement de la guerre civile espagnole. Emile Burns (1889-1972) était un membre actif du Parti communiste de Grande-Bretagne.

[Guerre d'Espagne] – POLLITT (Harry).

Spain: What Next ?

London, Communist Party of Great Britain, 1939 in-8°, 16 pp, broché, couv. illustrée, bon état. Texte en anglais

Harry Pollitt (1890-1960) a été l'un des fondateurs du Parti communiste de Grande-Bretagne et en a été le dirigeant pendant plus de vingt ans, de 1929 à 1956, avec une courte pause durant la Seconde Guerre mondiale. Pendant la guerre civile espagnole de 1936-1939, Pollitt se rendit cinq fois en Espagne, prononçant à chaque fois des discours devant le bataillon britannique qui faisait partie de l'une des brigades internationales soutenant le camp républicain. Pollitt joua également un rôle dans l'approbation ou le veto des demandes de volontaires britanniques désireux de rejoindre les brigades internationales. L'un de ces veto a été opposé à George Orwell, que Pollitt considérait comme politiquement peu fiable...

[Guides noirs] – LE SCOUËZEC (Gwenc'hlan).

Guide de la Bretagne mystérieuse.

Editions Tchou-Princesse, 1976, fort in-8° oblong, 670 pp, abondamment illustré de 800 gravures et photos, 20 cartes et plans, reliure toile noire de l'éditeur, vignette polychrome et titre doré au 1er plat, titre doré au dos, bon état (Coll. Les Guides noirs)

"Après une vue d'ensemble du « mystère breton » (historique, linguistique, traditionnel) le guide fait revivre, illustrations à l'appui, chaque localité bretonne à travers ses particularités (sites, cultes, légendes et traditions...) (classement par ordre alphabétique)." (Bibliographie d'ethnologie française 1966, Arts et traditions populaires, 1967) — Table : Histoire légendaire ; Cultes primitifs ; Enigmes préhistoriques ; Mythes et monuments païens ; Lieux sacrés et miracles chrétiens ; Les illuminés ; Moeurs et coutumes ; Bestiaire fantastique ; Créatures merveilleuses ; Diables, sorciers, fantômes ; Lieux maudits et déserts ; Paysages insolites ; Grottes, souterrains, trésors ; Curiosités et collections étranges ; Tragédies et faits bizarres.

GUILLOU (Anne).

Les Femmes, la terre, l'argent : Guiclan en Léon. (Thèse).

Brasparts, Editions Beltan, Les bibliophiles de Bretagne, 1990, gr. in-8°, 222 pp, dessins d'Isabelle Guyot, biblio, broché, couv. à rabats, C. de bibl., bon état

"Le livre d'Anne Guillou, qui est sa thèse de doctorat (elle enseigne aujourd'hui à l'Université de Brest), analyse la vie des femmes dans le milieu agricole du Pays de Léon (Finistère) dont, pour y être née, elle connaît intimement la population. Les exploitations agricoles y ont subi, depuis cinquante ans, d'importantes modifications structurelles : progrès rapide de la mécanisation, intensification de l'élevage bovin, création d'élevages industriels porcins et avicoles. La femme s'y taille un domaine qui recoupe celui de l'homme, mais ne coïncide pas entièrement avec lui, qu'il s'agisse d'élevage ou de culture des choux-fleurs, très importante dans cette région. Autre changement capital, la fin de la cohabitation avec les parents donne plus d'autonomie au jeune ménage et favorise la détente des rapports entre générations. L'agricultrice d'aujourd'hui met tous ses soins à aménager son intérieur, surtout quand elle a la possibilité de faire construire une maison, symbole de la rupture avec l'ordre ancien. Le rapport au corps et, à travers lui, à la vie sexuelle, à l'amour, au mariage et à la procréation, est un des domaines qui ont connu le plus grand bouleversement, lié, dans une large mesure, à une modification profonde des rapports avec la religion et avec le clergé, longtemps tout-puissant et très traditionaliste dans cette partie de la Bretagne. La Jeunesse agricole chrétienne a beaucoup fait, au lendemain de la guerre, pour ouvrir les esprits à une nouvelle conception du rôle et de la place de la femme en milieu rural. Les pages où Anne Guillou oppose les anciennes manières de voir et d'agir aux nouvelles attitudes sont parmi les mieux venues du livre. Au centre de la vie de l'agricultrice, sa collaboration au travail paysan. Elle y joue un rôle capital, mais qui varie beaucoup selon les exploitations. Tâches de production : s'occuper de la traite des vaches, nourrir les veaux et, quand il y a des choux-fleurs, aider à leur cueillette qui exige beaucoup de main-d'œuvre. Tâches de gestion : tenir la comptabilité, correspondre avec les banques, etc. Enfin, tâches de prévention : détecter à temps les maladies du bétail. Sans parler de la multitude de tâches annexes que le mari confie à sa femme : courses à faire en ville, coups de téléphone aux livreurs, etc. Tout cela est décrit et analysé avec le regard de l'ethnologue. On retrouve celui-ci, sa finesse et sa précision, dans les chapitres consacrés à la maison paysanne (le rôle de la cave, innovation dans ce pays, fait l'objet de pages savoureuses) et à la participation des femmes à la vie collective : affaires de la commune, des organisations professionnelles et vie mutualiste. Cette région a joué un rôle pilote en matière de syndicalisme agricole et de prise en main de leurs affaires par les paysans eux-mêmes. Ici encore les femmes, beaucoup plus instruites qu'autrefois, jouent un rôle discret, mais efficace. Le dernier chapitre, « Vieillir à la campagne », est un peu nostalgique : beaucoup de ces exploitations agricoles seront sans successeurs, car le processus de concentration des terres est irréversible. Les 185 exploitations recensées en 1982 se réduiront, dans une génération ou deux, à quelques dizaines, dont chacune dépassera cinquante hectares. Les jeunes ont tendance à émigrer vers des emplois urbains. Cette évolution ne peut que s'accentuer. La fin de la civilisation paysanne se marque par la disparition de l'« argent du beurre », qui, pendant des siècles, a procuré à la femme léonarde un pécule qu'elle gérait en toute autonomie. La production capitaliste introduit de nouvelles contraintes (calcul des rations, gestion des stocks de concentrés, etc.) dans le rapport entre les gens et les bêtes. L'homme tend à déposséder la femme de ses fonctions traditionnelles, mais la collaboration de celle-ci lui reste indispensable : seulement, elle est moins spécialisée, plus générale, plus cérébrale aussi qu'autrefois. Tandis que l'homme prend en charge tout l'aspect technique de la vie de l'exploitation, la femme assume le volet « social », à la gestion duquel elle est mieux préparée. Il en résulte certaines tensions, mais dans l'ensemble les couples d'agriculteurs léonards se sont remarquablement adaptés à la transformation radicale de la vie rurale constatée depuis quarante ans. Ce remarquable travail contribue à faire du Léon une des régions françaises les mieux analysées par la sociologie contemporaine." (Jean-René Tréanton, Revue française de sociologie, 1993)

HOARE (Sir Samuel)(Lord Templewood).

Neuf années de crise.

Amiot-Dumont, 1957, in-8°, 372 pp, traduit de l'anglais par André Cubzac, préface de M. Charles Corbin, ancien ambassadeur de France à Londres, commentaires de Paul Reynaud et Georges Bonnet, broché, couv. lég. défraîchie, sinon bon état (Coll. Archives d'histoire contemporaine)

"J'ai essayé dans cet ouvrage de relater mes impressions au cours des nombreuses crises qui ont ébranlé le monde, entre 1931 et 1940." (Introduction) — "Après avoir écrit des mémoires sur sa mission en Espaqne de 1940 à 1944, Sir S. H. évoque ici les neuf années qui ont précédé la guerre et auxquelles il a participé comme membre du Cabinet britannique et, durant plusieurs mois, comme secrétaire d'Etat au Foreign Office. Son récit évoque, avec beaucoup de détails inédits, la plupart des Questions agitées en Angleterre à cette époque : futur statut de l'Inde, débats sur le désarmement, affaire d'Abyssinie, abdication du roi Edouard VIII, et toutes les négociations précédant Munich jusqu'aux premiers mois de la « drôle de guerre »." (Revue française de science politique, 1958)

HÉLIAS (Pierre-Jakez).

Le Quêteur de mémoire. Quarante ans de recherche sur les mythes et la civilisation bretonne.

France Loisirs/Plon, 1990, in-8°, 426 pp, 90 photographies hors texte, 3 index, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état (Coll. Terre humaine)

Un essai autobiographie par l'auteur du "Cheval d'orgueil".

HÉLIAS (Pierre-Jakez).

Les Autres et les Miens.

Plon, 1977, in-8°, 510 pp, traduit du breton par l'auteur, 32 pl. de photographies hors texte, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état

La matière de ce livre a été recueillie par l'auteur pendant qu'il poursuivait l'inventaire de sa civilisation maternelle, celle d'une communauté rurale du bout du monde dont il devait donner le témoignage dans le Cheval d'Orgueil. Les mêmes traits et le même ton s'y reconnaîtront sans peine, mais nuancés, diversifiés du seul fait que la quête a débordé le cadre du Pays Bigouden. A cet égard, les Autres et les Miens peut apparaître comme un complément du Cheval d'orgueil. Ce second volume apportant les « preuves » du premier. Ces contes, en dehors de ceux que l'auteur a entendus dans sa propre famille et qui sont à ses yeux les plus achevés, il lui est rarement arrivé de les entendre en entier dans une même bouche et en une seule fois. Il a donc pris le parti de recomposer lui-même, de mémoire, cette « littérature orale » à partir des meilleures versions écoutées, usant ainsi de la liberté que les conteurs se donnaient eux-mêmes. Quant aux légendes, il lui a fallu quelquefois plusieurs années et des interrogations sans fin avant d'en reconstituer le corps. Et son meilleur auxiliaire était souvent le hasard. A vrai dire, le conte l'intéressait moins que le conteur. Ou plutôt le conteur lui semblait faire partie du conte. C'est pourquoi il l'a mis dedans. II s'est même permis, pour plus de clarté, d'avoir recours à l'environnement des personnages en action, la maison et les animaux, le quotidien et les dimanches, le ciel et la terre, le corps et l'âme, y compris ses fantasmes à lui, inséparable qu'il est des siens et des autres. L'auteur s'excuse humblement auprès des ethnographes et il demande l'indulgence des bonnes gens qui aiment entendre dire qu'il y avait une fois...

INGLIS (Brian).

L'Abdication d'Edouard VIII. 11 décembre 1936.

Laffont, 1968, gr. in-8°, 395 pp, traduit de l'anglais, 16 pl. de photos hors texte, broché, couv. illustrée à rabats, bon état (Coll. Ce jour-là)

"Histoire d'amour, choix romantique qui fit du roi Edouard VIII le duc de Windsor, ce n'est pas ce que l'on trouvera dans ce livre. Seuls les aspects politiques, les intrigues, les rivalités personnelles sont étudiés dans ce volume. C'est donc exclusivement une affaire anglaise. Après trente ans pouvons-nous y trouver encore quelque intérêt ? Peut-être, si l'on veut bien se souvenir que nous sommes à trois ans de la déclaration de la seconde guerre mondiale et que ces personnages dont la conduite est minutieusement décrite, sont ceux qui, à cette même époque, menaient ou influençaient la politique étrangère de la Grande-Bretagne." (E. Tesson, Etudes, 1968)

INISAN (Lan, prêtre de Plounevez-Lochrist).

La Bataille de Kerguidu et autres événements survenus en Basse-Bretagne pendant la Révolution de 1793.

Laffont, 1977, gr. in-8°, 349 pp, traduction du breton, présentation et notes de Yves Le Berre, préface de F. Falc'hun, 8 pl. de gravures hors texte, une carte, broché, couv. illustrée, bon état

Kerguidu, un haut lieu historique de la Bretagne bretonnante, un paysage de landes, de bois et de chemins creux, où les paysans du Finistère-Nord, ceux de Guingamp au Conquet livrent bataille en 1793 aux « bleus » républicains envoyés de « l'intérieur » français pacifier le pays.

JEHAN (L.-F.)(de Saint-Clavien).

La Bretagne. Esquisses pittoresques et archéologiques. Origines celtiques et nouvelle interprétation des monuments. Vues ethnographiques. Druidisme et traditions primitives.

Tours, Cattier, 1863, in-8°, xxii-452 pp, un frontispice et 16 gravures dans le texte et hors texte, biblio, index, broché, dos cassé, couv. salie, pt trace de mouillure ancienne au coin des derniers feuillets, qqs rousseurs, qqs annotations crayon, état moyen. La Bretagne pittoresque et archéologique. La Bretagne celto-gaélique. La Bretagne celto-kymrique. Appendice. Eclaircissements et notes supplémentaires.

KERSAUDY (François).

Winston Churchill. Le pouvoir de l'imagination.

Tallandier, 2009, fort in-8°, 715 pp, 8 pl. de photos hors texte, 15 cartes, notes, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

« Nous sommes tous des vers », avait modestement confié le jeune Winston à une amie, « mais je crois que moi, je suis un ver luisant ! ». Le mot n'est pas trop fort : Alexandre Dumas aurait pu inventer un personnage de ce genre, mais dans le cas de Winston Leonard Spencer-Churchill, la stricte réalité dépasse de très loin la fiction. Jusqu'à 26 ans, les aventures du jeune officier et du reporter évoquent immanquablement celles de Tintin, mais ensuite, le personnage devient une synthèse de Clemenceau et de De Gaulle, l'humour et l'alcool en plus... ainsi qu'une imagination sans limites : « Winston, disait le président Roosevelt, a cent idées par jour, dont quatre seulement sont bonnes. mais il ne sait jamais lesquelles ! » C'est pourtant le général de Gaulle qui l'a le mieux jugé : « Il fut le grand artiste d'une grande histoire. » Cette vie a été un roman, elle est racontée comme tel, sans un mot de fiction. Se fondant sur des recherches dans les archives de huit pays, la consultation de quelque quatre cents ouvrages et l'interview de nombreux acteurs et témoins, ce récit épique montre comment un homme solitaire, longuement façonné par d'exceptionnels talents et de singulières faiblesses, a pu infléchir le cours de notre siècle, avec la complicité d'un destin qui s'est radicalement départi de son impartialité.

KLUGMANN (James).

History of the Communist Party of Great Britain. Volume 1 : Formation and early years 1919-1924.

London, Lawrence & Wishart, 1980, in-8°, 381 pp, index, broché, bon état

KLUGMANN (James).

History of the Communist Party of Great Britain. Volume 2 : The General Strike 1925-1926.

London, Lawrence & Wishart, 1980, in-8°, 373 pp, index, broché, bon état

KNIGHTLEY (Phillip) et Caroline KENNEDY.

Profumo, les dessous d'une affaire d'Etat.

Christian Bourgois, 1987, gr. in-8°, 350 pp, traduit de l'anglais, 32 pl. de photos hors texte, broché, couv. illustrée, bon état

En 1963, l’Affaire Profumo, d'après le nom de John Profumo, Secrétaire d'Etat à la Guerre, est un immense scandale politique en Angleterre, La liaison de Profumo avec Christine Keeler, call-girl de luxe et maîtresse d'un espion russe, suivie par ses mensonges devant la Chambre des communes à ce propos, l'a contraint à démissionner, et a entamé la réputation du Premier ministre Harold Macmillan et de son gouvernement. Macmillan démissionna quelques mois plus tard, pour raisons de santé...

LALLIÉ (Alfred).

La Justice révolutionnaire à Nantes et dans la Loire-Inférieure.

Cholet, Editions du Choletais, 1991, gr. in-8°, xxvi-432 pp, reliure plein chagrin carmin de l'éditeur, dos lisse, titres dorés, bon état. Edition originale de cette réimpression de l'édition de Nantes, 1896, limitée à 100 exemplaires numérotés (10 reliés cuir pleine peau et 90 reliés simili-cuir), celui-ci un des 10 ex. numérotés reliés cuir pleine peau (n° 5)

"En recueillant et en classant les éléments de ce volume, j'ai constaté avec tristesse que, pendant les premiers mois de 1794, la ville de Nantes avait été une sorte de cloaque de sang et de boue, où toutes les passions viles, la cupidité, la cruauté, la lâcheté, s'étalaient sans vergogne. Quelques années avaient suffi pour détruire le rêve des hommes de 89, l'espoir d'un régime où la liberté, la paix et la confiance auraient assuré le bonheur public..." (Introduction)

LALLIÉ (Alfred).

Les Noyades de Nantes. Deuxième édition, revue et augmentée de l'histoire de la persécution des prêtres noyés.

Cholet, Editions du Choletais, 1987, in-8°, 179 pp, 3 gravures hors texte, reliure simili-cuir de l'éditeur, titres dorés au 1er plat et au dos, bon état. Edition originale de cette réimpression de l'édition de Nantes, 1879 limitée à 300 exemplaires numérotés (20 reliés cuir pleine peau et 280 reliés simili-cuir), celui-ci un des 280 ex. numérotés reliés simili-cuir

"Les historiens de Nantes, Laurent, Mellinet, Guépin, qui ont parlé des noyades exécutées sous le proconsulat de Carrier, ne se sont pas étendus longuement sur les différentes scènes et les conséquences de cet horrible drame de notre Révolution. Carrier et ses séides avaient tellement terrifié les Nantais que pas une voix n'osa s'élever de suite contre eux pour demander à la Convention l'expiation de leurs forfaits. Aucun ordre n'étant donné par écrit et chaque exécution s'accomplissant la nuit dans le plus grand mystère, on put croire un moment que l'impunité était assurée aux bourreaux des noyades. Le coup qui les frappa partit du côté qui paraissait le moins menaçant pour eux. Les 132 Nantais qui furent appelés à la barre du tribunal révolutionnaire pour répondre de leurs opinions fédéralistes ne purent se justifier sans parler de la conduite des membres du Comité révolutionnaire de Nantes. (...) On sent, en lisant ce livre, que l'auteur n'a négligé aucune source d'information pour atteindre l'exactitude. Il connaît si bien son personnel qu'il est en mesure de nous fournir sur chaque prêtre une notice biographique où sont condensés les faits les plus essentiels." (Revue Historique, 1881)

LALLIÉ (Alfred).

Les Prisons de Nantes pendant la Révolution.

Cholet, Editions du Choletais, 1988, gr. in-8°, 238 pp, deuxième édition, revue et augmentée, 2 gravures hors texte, reliure simili-cuir havane de l'éditeur, titres dorés au 1er plat et au dos, bon état. Edition originale de cette réimpression de l'édition de 1912 limitée à 200 exemplaires numérotés (20 reliés cuir pleine peau et 180 reliés simili-cuir), celui-ci un des 180 ex. numérotés reliés simili-cuir (n° 50)

"Nous n'avons pas à présenter à nos lecteurs l'auteur, dont les études sur la Révolution à Nantes et dans le pays nantais jouissent d'une considération méritée. Cette étude n'a rien perdu de sa valeur; car, composée tout entière sur des documents empruntés aux archives du greffe et aux archives municipales, elle a toute la précision des pièces qu'elle analyse et l'intérêt tragique des événements qu'elle évoque. Elle a servi de modèle à beaucoup de travaux du même genre. M. Lallié a divisé son récit en trois périodes : la première, de 1790 à l'insurrection vendéenne la seconde, de l'insurrection vendéenne à la formation du comité révolutionnaire; la troisième, de la formation du comité révolutionnaire au 5 pluviôse an III (24 janvier 1795), date d'un arrêté qui supprima plusieurs prisons, et que dans chacune, il nous fait assister aux souffrances de toutes sortes endurées par les milliers de prisonniers que torturait la cruauté de Carrier et de ses séides. Les statistiques qu'il nous donne du nombre des prisonniers sont vraiment effrayantes, et elles ne sauraient s'expliquer par la seule nécessité de résister à la révolte de la Vendée." (Jean Guiraud, Revue des Questions historiques) — M. Alfred Lallié est connu par de nombreuses et solides contributions à l'histoire locale et provinciale de l'ouest durant la période révolutionnaire... (Revue Historique)

LANGLOIS (Claude).

Un diocèse breton au début du XIXe siècle. (Thèse).

Rennes, Université de Haute-Bretagne, 1974, in-8°, 630 pp, préface de Louis Girard, biblio, index, reliure demi-chagrin bordeaux, dos à 5 nerfs soulignés à froid, titres et fleurons fleurs de lys dorés, très bon état

"Le gros ouvrage de Claude Langlois a pour sous-titre "Société cléricale et reconstruction religieuse en Bretagne". Le cadre, un diocèse, se définissait naturellement. La période choisie, 1800-1830, c'est le « temps de la reprise », depuis le moment où l'histoire bascule en l'an VIII, jusqu'à l'achèvement de la remise en ordre religieuse. Un sujet vierge : pratiquement pas de travaux universitaires récents, l'histoire du Morbihan ayant été jusqu'ici a trop réduite aux affrontements politico-religieux de la Révolution. L'étude s'oriente autour de deux axes : la politique et la vie religieuse. (...) Rendre compte ainsi de l'ouvrage de Claude Langlois, c'est ne donner qu'une faible idée de la richesse de l'oeuvre, tant au niveau de la documentation qu'à celui des idées. Un livre clair, de lecture agréable, illustré de tableaux et graphiques. Entreprise audacieuse, l'auteur a dépassé les limites de l'histoire ecclésiastique pour « tenter une exploration de la psychologie religieuse populaire ». C'est une contribution particulièrement riche que Cl. Langlois vient d'apporter à l'histoire du Morbihan." (Françoise Mosser, Bibliothèque de l'Ecole des chartes, 1977)

LANOIRE (Maurice).

Les Lorgnettes du roman anglais.

Plon, 1959, in-8°, vi-300 pp, broché, bon état (Coll. Civilisations d'hier et d'aujourd'hui)

Excellente étude : un tableau de la société et des moeurs britanniques de 1900 à 1959 vue à travers les romans anglais. — "La révolution qui a profondément transformé depuis une cinquantaine d’années les mœurs de l’Angleterre édouardienne, a été étudiée par les historiens et les économistes. Maurice Lanoire s’est proposé de la retrouver dans la littérature, de la suivre à travers “les lorgnettes” du roman. Il a appliqué aux personnages de fiction les méthodes d’analyse réservées aux hommes de la vie réelle. Il réussit ainsi à récupérer au profit de l’histoire les richesses d’observation des grands romanciers de cette époque – une des belles époques du roman anglais. Son essai jette un pont entre l’histoire, la sociologie et la littérature, que nos habitudes de travail spécialisé maintiennent séparées." (Présentation de l’éditeur)

LA VILLEMARQUÉ (Théodore Hersart de).

Barzaz-Breiz. Chants populaires de la Bretagne [recueillis, traduits et annotés] par le vicomte Hersart de la Villemarqué.

Perrin, 1963, fort in-8°, lxxxii-(2)-539-(3)-xliv pp, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état. Edition identique à celle de 1867

Lorsque le jeune Hersart de la Villemarqué, en 1839, fait paraître le Barzaz-Breiz, il ne se doute pas du retentissement que cette publication va avoir... en Bretagne, mais aussi en France et jusqu'en Europe. La parution de ces Chants populaires de la Bretagne est une véritable révélation : une culture jusque-là ignorée est révélée par un recueil de poésies populaires où s'illustre toute la richesse de l'histoire et de la langue d'un peuple. Les qualités poétiques et lyriques de la langue bretonne sont alors reconnues au point que George Sand place ces chants au "plus haut niveau du génie des nations poétiques". Avec La Villemarqué naît un mouvement de collecte du patrimoine littéraire et musical breton dont les effets bénéfiques sont sensibles aujourd'hui. Et dans l'Europe entière se dessine alors un intérêt pour les musiques et poésies populaires, initiant un mouvement d'affirmation des "identités régionales". Cette édition restitue dans son intégralité le texte de 1867 : le texte breton et sa traduction française, ainsi que les partitions des chants (44 pages in fine).

LAWFORD (G. L.) et L. R. NICHOLSON.

The Telcon Story, 1850-1950.

London, The Telegraph construction & Maintenace Co Ltd, 1950, in-8°, 173 pp, très nombreuses illustrations dans le texte (gravures, photos), reliure plein maroquin vert, dos à 4 nerfs soulignés à froid, titres dorés, quadrillage doré en losange et vignette de basane verte comportant le titre doré au 1er plat, tranches dorées, emboîtage toilé vert, bel exemplaire. Exemplaire nominatif du commandant S. Petrovsek. Texte en anglais.

Histoire de la société Telegraph Construction & Maintenance Company, de 1850 à 1950. Une des plus importante société anglaise de l'industrie du câble sous-marin télégraphique.

LE BOTERF (Hervé).

La Bretagne dans la guerre. Tome II : 1941.

France-Empire, 1970, pt in-8°, 331 pp, 24 pl. de photos hors texte, index, sans la jaquette, envoi a.s. Tome II seul (sur 3)

LE BOTERF (Hervé).

La Bretagne sous le gouvernement de Vichy.

France-Empire, 1982, in-8°, 300 pp, 12 pl. de photos et fac-similés hors texte, biblio, broché, bon état

LE BRAZ (Anatole).

Contes du soleil et de la brume.

Rennes, Terre de Brume, 2002, in-8°, 234 pp, préface de Dominique Besançon, 17 illustrations de Dudoret, broché, jaquette illustrée, bon état (Bibliothèque Celte)

Célébré par tous pour son ouvrage "La Légende de la Mort en Basse-Bretagne", Anatole Le Braz est devenu le chantre d'une Bretagne du mystère et de la légende. Il nous offre, dans les "Contes du soleil et de la brume", une série d'histoires où est tapie l'ombre de l'Ankou et où rugit le souffle du Kornog. "Les Contes du soleil et de la brume" illustrent bien la richesse de la tradition orale en Bretagne, richesse à laquelle nul ne peut rester insensible. "Les Contes du soleil et de la brume" reste un ouvrage indispensable pour tous ceux qui se passionnent pour les récits traditionnels de la Bretagne. "Anatole Le Braz (1859-1926) reste sans doute, de tous les écrivains bretons sans exception, celui qui a le plus intimement pénétré tous les secrets de l'âme bretonne." Cette citation d'Anatole Rivoallan semble parfaitement définir la finesse d'écriture et de perception dont a fait preuve Anatole Le Braz à travers toute son œuvre. Romancier, poète, conteur, conférencier, il a su laisser la parole aux "grandes voix éternelles du vent, de la mer, de la forêt et de la légende." Dominique Besançon aime à dire qu'elle a rencontré Anatole Le Braz un beau jour de 1976 et que, depuis, elle ne l'a plus quitté. Elle lui a d'ailleurs consacré plusieurs travaux universitaires et de nombreuses publications depuis cette date.

LE BRAZ (Anatole).

Contes du vent et de la nuit.

Rennes, Terre de Brume, 1998, in-8°, 248 pp, textes inédits rassemblés et présentés par Dominique Besançon, broché, jaquette illustrée, bon état (Bibliothèque Celte)

"Contes du vent et de la nuit", c'est avant tout une atmosphère, une sensation d'étrange, le sentiment angoissant que l'inconcevable va surgir du quotidien, la folie de la sagesse, la mort de la vie. Anatole Le Braz nous a déjà montré à quel point il savait sonder les tréfonds de l'âme bretonne, il nous en dévoile ici l'un des pans les plus obscurs : celui des passions. Il ne s'agit pas de ces passions bruyantes, étalées au grand jour. Non, celles-là sont sourdes, rentrées ; elles sont de celles qui couvent silencieusement mais vont jusqu'au bout : jusqu'à la folie ou la mort. Rien n'est nommé mais tout est dit : l'amour, la vengeance, le remords, le chagrin. Avec les "Contes du vent et de la nuit", inédits jusqu'à ce jour en librairie, nous découvrons qu'Anatole Le Braz était aussi un remarquable auteur de nouvelles fantastiques qui nous plonge avec délice dans “les immenses ténèbres hurlantes” du vent et de la nuit...

LE BRAZ (Anatole).

La Légende de la Mort chez les Bretons armoricains.

Marseille, Laffitte Reprints, 1979, 2 vol. in-8°, 24-xc-448 et 506 pp, préface et notes par Georges Dottin, un portrait de l'auteur en frontispice, biblio, index, brochés, bon état. Réimpression de l'édition Champion de 1928

"Je suis bien incompétent pour parler de ce grand et bel ouvrage, imposant monument d'érudition, qui représente quinze années de travail et qui a classé depuis longtemps M. Anatole Le Braz parmi les maîtres du Folklore breton. Aussi bien n'ai-je pour devoir que de signaler les principales modifications introduites dans cette seconde édition. L'auteur a ajouté à l'ouvrage primitif plus de trente récits et une centaine de croyances et coutumes funéraires, ce qui l'a naturellement amené à remanier différents chapitres et à en créer de nouveaux. Parmi les notes qui accompagnent le texte, les unes, rédigées par M. Le Braz, « ont pour objet d'éclairer ou de compléter, soit par des observations personnelles, soit par des renseignements de topographie ou d'ethnographie,... les récits des conteurs ». – Quant aux autres, elles sont toutes de M. Dottin « et donnent à cette édition son véritable caractère par les comparaisons qu'elles établissent, d'une part, avec les légendes de la Bretagne armoricaine ; d'autre part, avec les croyances analogues des Irlandais, des Ecossais, etc. » De M. Dottin est aussi l'index développé qui termine le second volume de l'ouvrage. La collaboration de M. Dottin est, on le voit, la grande et caractéristique innovation de cette nouvelle édition. (...) L'auteur nous dit la genèse de son ouvrage ; il nous dit la vaste enquête entreprise par lui dans toutes les régions de la Bretagne, et enfin ces veillées familiales de Port-Blanc où, grâce à la confiance qu'inspire une cordiale hospitalité, il recueillit une à une de la bouche même des gens du pays la plupart des légendes funèbres qui remplissent aujourd'hui ces deux gros volumes. Et ainsi des centaines de légendes qui, jusqu'ici, ne subsistaient que par la tradition orale, sont désormais fixées par le livre ; elles vivront avec lui et ne périront plus." (Gustave Allais, Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 1903)

LE BRIS (Michel).

L'Homme aux semelles de vent.

Grasset, 1977, in-8°, 285 pp, broché, jaquette illustrée (pelliculage de la jaquette très lég. décollé), qqs rares marques au stylo sur 7 pages, bon état (Coll. Figures). Edition originale (il n'est pas mentionné de grands papiers), envoi a.s.

"Nous irons quelque jour, par-delà l'horizon, à la recherche de nos Mondes." Que serait un voyage sans le livre qui l'avive et en prolonge la trace – sans le bruissement de tous ces livres que nous lûmes avant de prendre la route ? Samarcande, Trébizonde, tant de mots, dès l'enfance, qui nous furent comme des portes, tant de récits, tant de légendes ! A sa parution, en 1977, “L'Homme aux semelles de vent” fut salué comme un livre en rupture avec les idéologies du temps. Mais il était bien plus que cela : l'annonce d'un grand retour de la fiction, le premier manifeste pour une "littérature aventureuse". Écrivain, critique littéraire, Michel Le Bris est le fondateur du festival "Étonnants Voyageurs" de Saint-Malo.

LE DIBERDER (Yves).

Contes de Korrigans. Bugul-noz, Groah & autres contes merveilleux. Textes traduits et présentés par Michel Oiry.

Rennes, Terre de Brume, Presses Universitaires de Rennes, 2001, in-8°, 288 pp, repères biographiques, biblio, index, broché, jaquette illustrée, bon état (Bibliothèque Celte)

Avec les korrigans, on ne sait jamais sur quel pied danser ! Et ce n'est pas seulement en raison de leur danse infernale, dans laquelle, la nuit, ils ont coutume de nous entraîner. Ni très méchants ni tout à fait bons, ils ont en réserve d'inépuisables facéties et malices. Stéphanie Guillaume connaît leurs histoires d'enfants volés, de bêtes mises en pièces, de sabbats à bride abattue. Grâce à la collecte effectuée par Yves Le Diberder au début du siècle, ces contes merveilleux sont aujourd'hui disponibles.

LE DUC (Dom Placide).

Histoire de l'abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, publiée pour la première fois d'après le manuscrit de l'auteur, suivie de pièces justificatives et accompagnée de notes par R.-F. Le Men, archiviste du Finistère.

Quimperlé, Th. Clairet, s.d. (1863), in-8°, 666 pp, reliure demi-basane verte à coins, dos à 4 nerfs soulignés à froid, tranches mouchetées (rel. moderne) qqs rousseurs, page de titre restituée en photocopie, bon exemplaire

Edition originale de cet ouvrage achevé en 1682.