90 résultats

ALLEN (Edward).

Stone Shelters.

Cambridge, Massachusetts, M.I.T. Press, 1971, viii-210 pp, 150 photos, cartes et figures, dans le texte et à pleine page, notes, glossaire, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état. Texte en anglais

Relevés architecturaux et analyse des différents types de constructions traditionnelles en pierre dans la partie Est de l'Italie du sud, la Murgia di Trulli (villages de Massafra, Alberobello, Cisternino). Edward Allen, dans cet ouvrage, a grandement contribué à faire connaître l'architecture de pierre sèche des Pouilles de l'Italie du Sud. : "Les 'trulli' furent à l'origine construits par des bergers et des fermiers avec les pierres retirées de leurs champs. Mais, ce type de construction devenant plus évolué, en particulier lors de l'essor qu'il connut à la suite de la loi interdisant l'usage du mortier, les 'trullisti', bâtisseurs spécialistes des 'trulli', assumèrent la construction de ce type d'abri dans la Murgie, faisant de l'édification des 'trulli' un métier de haute technicité". — Le trullo (pluriel trulli) représente une forme typique de construction rurale de la Murgia dei Trulli (Murgie des trulli), plateau situé entre les villes de Bari, Brindisi et Tarente dans la région des Pouilles en Italie du Sud. — "Stone Shelters is an unusual and beautiful book. Its subject, the use made by man of the environment found in Apulia, the south-eastern region of Italy, makes it a book of unusual interest to the geographer. But this book appeals to the architect and the historian, too, and it should be required reading for anyone, tourist or scholar, who wishes to explore that seemingly remote and truly beautiful land of open vistas, rolling hills, and whitewashed towns brilliant under the Mediterranean sun, that is Apulia..." (George Kish, Annals of the Association of American Geographers, 1971)

[Architecture] – Collectif.

Quai Branly : Concours pour le Centre de Conférences Internationales de Paris.

P., Institut français d'architecture, Editions Carte Segrete, 1990, in-8°, 349 pp, très nombreuses illustrations, photos et plans, dans le texte et à pleine page, qqs-unes en couleurs, broché, jaquette illustrée, bon état

Textes de François-Régis Bastide, Jacques Leprette, J.-B. Duroselle, Bernard Marrey, etc.

[Architecture] – MAC DONALD (Donald) & Ira NAGEL.

Golden Gate Bridge: History and Design of an Icon.

San Francisco, Chronicle Books, 2008, in-12 à l'italienne, 128 pp, texte de Donald MacDonald et Ira Nagel, 70 illustrations en couleurs de Donald MacDonald, index, reliure pleine toile brique de l'éditeur, titres dorés au 1er plat et au dos, dessin stylisé du pont en sépia au 1er plat, bon état. Texte en anglais

Le pont du Golden Gate (en anglais Golden Gate Bridge, littéralement le « pont de la porte d'or ») est un pont suspendu américain situé dans l'État de Californie, traversant le Golden Gate, détroit par lequel la baie de San Francisco débouche dans l’océan Pacifique. Il permet ainsi de relier la ville de San Francisco, située à la pointe nord de la péninsule de San Francisco, à la ville de Sausalito, située à la pointe sud de la péninsule du comté de Marin. Financée par la Work Projects Administration, sa construction, qui se heurte à de nombreuses difficultés, débute en 1933 et s’étale sur une durée de quatre ans, pour s’achever en 1937. Le pont du Golden Gate est jusqu’en 1964 le pont suspendu le plus long du monde et constitue aujourd’hui le monument le plus célèbre de San Francisco. Il est en outre aisément reconnaissable à sa couleur « orange international » et à l’architecture de ses deux pylônes. Selon un classement de l’American Society of Civil Engineers, l'ouvrage d'art fait partie des sept merveilles du monde moderne. — "Nine million people visit the Golden Gate Bridge each year, yet how many know why it's painted that stunning shade of "international orange" ? Or that ancient Mayan and Art Deco buildings influenced the design ? Current bridge architect Donald MacDonald answers these questions and others in a friendly, informative look at the bridge's engineering and 70-year history. This accessible account is accompanied by 70 of MacDonald's own charming color illustrations, making it easy to understand how the bridge was designed and constructed. A fascinating study for those interested in architecture, design, or anyone with a soft spot for San Francisco, Golden Gate Bridge is a fitting tribute to this timeless icon."

ARGAN (Giulio Carlo).

L'Europe des capitales, 1600-1700.

Genève, Skira, 1964, gr. in-4°, 222 pp, 64 reproductions et photographies en couleurs contrecollées sur 60 planches hors texte, 60 illustrations en noir, index des noms cités, reliure éditeur, jaquette illustrée, rhodoïd, sous emboîtage (très lég. sali), bon état (Coll. Art, Idées, Histoire). Edition originale

"Dans “L'Europe des capitales”, M. Giulio Carlo Argan, de l'Université de Rome, étudie le XVIIe siècle. Celui-ci marque un recul sur l'optimisme logique de la Renaissance ; mais, en même temps qu'il voit le déclin de la pensée abstraite, il consacre le triomphe des images contre les tendances iconoclastes et le puritanisme de la Réforme. La défense et la revalorisation des images aura été la grande affaire du Baroque dont les extériorisations et le triomphalisme rejoignent la pompe de l'absolutisme. Ce moment correspond effectivement à l'apparition en Europe des villes-capitales, représentation monumentale de ce que Mumford appelle « l'idéologie du pouvoir ». Le monument devient le signe de cette idéologie. En fait, une grande partie de l'art du XVIIe siècle tend vers le style monumental dont le langage sera l'allégorie. Ce sens du monumental marque toute la période classique à son apogée, et Poussin saura l'étendre jusqu'aux paysages. Mais il s'agit aussi d'un art conquérant, qui cherche autant à persuader qu'à frapper le regard et les sens. Déjà l'art franchit les enceintes princières ; le monument ne respire plus seulement vers l'intérieur. L'importance des façades, les places, les perspectives, les jardins ouverts au public semblent inviter celui-ci à participer à ces fastes et à ces fêtes. Cet art baroque, où l'on n'a vu longtemps que surcharge et vaine complication, s'inscrit dans le renouvellement des techniques. L'audace, la gratuité, le défi à la pesanteur et à la logique sont à la mesure d'une époque qui pour la première fois envisage de donner à l'univers ses dimensions réelles et invente une nouvelle formule du merveilleux : le temps, l'espace et le mouvement." (Camille Bourniquel, Esprit, 1965)

ASLANAPA (Oktay).

Turkish Art and Architecture.

London, Faber and Faber, 1971, in-4°, 422 pp, 315 illustrations, dont 33 en couleurs, 67 plans et 3 cartes, biblio, index, reliure pleine toile de l'éditeur, jaquette illustrée, bon état

AUBERT (Marcel), Marcel POBÉ et Joseph GANTNER.

L'Art monumental roman en France.

Editions Braun et Cie, 1964, gr. in-4°, 84 pp, 84 pages de texte suivies de 271 photos de Jean Roubier hors texte reproduites en héliogravure, reliure toile écrue décorée de l'éditeur, jaquette illustrée, bon état

Ce livre offre une présentation luxueuse. Les photos sont proprement admirables et révèlent des détails d'œuvres peu connues, même des spécialistes. Des textes de synthèse sérieux et documentés (une cinquantaine de pages) et un commentaire précis des illustrations.

BARRAL I ALTET (Xavier)(dir.).

Artistes, artisans et production artistique au Moyen Age. Volume I. Les hommes. Volume II. Commande et travail. Volume III. Consommation de l'oeuvre et index général.

Picard, 1986-1990, 3 vol. gr. in-8°, 623, 581 et 736 pp, plus de 800 illustrations, figures et cartes, index, brochés, couv. illustrées à rabats, bon état. 108 études érudites en français (76), anglais (17), allemand (4), italien (3), espagnol (6) et catalan (2)

Un instrument de travail indispensable pour tous les spécialistes des sciences historiques. — Actes du colloque international de Rennes, CNRS, Université de Rennes II–Haute Bretagne, 2-6 mai 1983. Ce colloque a réuni plus d'une centaine de spécialistes français et étrangers. Les Actes de cette rencontre présentent, en trois volumes, les contributions des participants et la synthèse des discussions. Dans le cadre des études médiévales se développe depuis quelques années une Histoire de l'Art plus proche des préoccupations des spécialistes d'autres disciplines. Une Histoire de l'Art s'intéressant aux conditions de la production des oeuvres, aux hommes qui les ont exécutées, aux moyens techniques mis à leur disposition, au rôle des artistes et des artisans dans la société médiévale, au commerce des objets, et à la réception des oeuvres d'art par le public auquel elle est destinée. La diversité des travaux exposés dans ces trois volumes, témoigne de l'intérêt porté à ce sujet par les historiens, historiens de l'art, sociologues, archéologues ou littéraires. De l'Antiquité tardive à la fin du Moyen Age, cette approche pluridisciplinaire garantit des ouvertures nouvelles parmi les nombreux chemins de recherche qu'éveillent ces Actes. Réunis autour de Xavier Barral I Altet les participants au colloque de Rennes se sont engagés dans les débats auxquels l'histoire de l'art du Moyen Age sera largement redevable dans l'avenir.

BASDEVANT (Denise).

L'Architecture française des origines à nos jours. Avec la collaboration de Gérald Gassiot-Talabot et Marc Gaillard pour l'architecture contemporaine.

Hachette, 1971, gr. in-8°, 414 pp, texte sur 2 colonnes, 374 illustrations, 2 cartes, 24 planches hors texte, biblio, index, reliure toile éditeur, titres dorés au 1er plat et au dos, jaquette illustrée, rhodoïd, sous emboîtage carton, bon état (Coll. Bibliothèque des Guides Bleus)

L'ambition de cet ouvrage est de dégager, dans la riche diversité de ses oeuvres, la continuité de l'architecture française et le sens vivant de sa tradition. L'ouvrage accorde donc, tout naturellement, un intérêt particulier aux époques de transition telles que le XVe siècle ou le XIXe siècle. C'est en effet, dans les périodes où il fut pris entre les habitudes d'un passé encore puissant et les sollicitations d'un avenir révolutionnaire que les caractères permanents de l'esprit français en architecture peuvent le mieux se déceler... (Introduction)

BAZZANA (André) et Jean-Michel POISSON.

Histoire et archéologie de l'habitat médiéval. Cinq ans de recherches dans le domaine méditerranéen et la France du Centre-Est.

Lyon, Université Lyon II, 1986, in-4°, 244 pp, 62 figures dans le texte, biblio, broché, couv. illustrée, bon état. Peu courant

Zones géographiques étudiées. - France du Centre-Est : Bourgogne, Bresse, Dombes, Bugey, Forez, Lyonnais, Dauphiné. - Méditerranée : Méditerranée occidentale (Espagne, de Valence à Grenade), Italie méridionale et insulaire, Maroc, Sicile, Syrie.

BENOIT (François).

L'Architecture. Antiquité. Ouvrage illustré de 148 gravures, de 13 cartes et de 997 dessins schématiques par l'auteur.

P., Librairie Renouard, H. Laurens éditeur, 1911, gr. in-8°, vii-575 pp, richement illustré, biblio, index monumental, des architectes, des références artistiques, des références historiques et géographiques, reliure pleine toile grise ornée de l'éditeur, titrée en rouge au 1er plat et au dos, tête dorée, bon état (Coll. Manuels d'histoire de l'Art)

L'architecture préhistorique ; Les architectures de l'Egypte et de la Mésopotamie ; Les premières architectures de l'Asie antérieure ; Les première et deuxième époques des architectures égéennes ; Les architectures éclectiques des civilisations perse et romaine. Excellente documentation.

BIDEAULT (Maryse) et Claudine LAUTIER.

Ile-de-France gothique. I. Les Eglises de la vallée de l'Oise et du Beauvaisis.

P., Picard, 1987, gr. in-8°, 407 pp, nombreuses illustrations (carte, plans, photos), biblio, glossaire illustré, reliure pleine toile écrue éditeur, jaquette illustrée, bon état

BON (Antoine).

Byzance.

Nagel, 1972, gr. in-8°, 215 pp, 141 illustrations hors texte dont 90 en couleurs, 2 cartes sur les gardes, biblio, index, reliure éditeur, jaquette illustrée, bon état (Coll. Archaeologia Mundi)

BOUTMY (Emile).

Le Parthénon et le génie grec.

Armand Colin, 1897, in-12, xxxv-302 pp, 3 planches hors texte, dont le frontispice, figures dans le texte, reliure demi-chagrin carmin, dos à 5 nerfs soulignés à froid, titres dorés (rel. de l'époque), rousseurs, bon état

Le premier livre d'Emile Boutmy (1835-1906), fondateur de l'Ecole libre des Sciences politiques de Paris en 1872, qu'il dirigea jusqu'à sa mort. Boutmy a peu écrit. Tour à tour critique d’art, philosophe politique, biographe, son œuvre savante se limite à son cours à l’Ecole d’architecture (“Philosophie de l’architecture en Grèce”. Paris, Germer-Baillière, 1870, réédité en 1897 sous le titre, “Le Parthénon et le génie grec”), à deux volumes sur l’histoire constitutionnelle, à deux essais de psychologie historique et à quelques notices nécrologiques sur Taine, Scherer, Laboulaye, Bardoux. Liant intimement milieu physique, état moral, état social et histoire politique, Boutmy procède en sociologue et en psychologue, en disciple assidu de Taine, libéral quant à ses idéaux politiques, déterministe quant à ses conceptions scientifiques.

BRADBURY (Dominic) et Richard Powers.

Maisons de référence : de 1900 à nos jours.

Editions du Chêne, 2009, in-4° carré, 351 pp, très nombreuses photographies de Richard Powers en couleurs, plans, biblio, reliure éditeur, jaquette illustrée, bon état

Cet ouvrage dresse un panorama saisissant des chefs-d'œuvre de l'architecture du siècle passé jusqu'à nos jours, présentant des projets majeurs de maîtres comme Le Corbusier, Frank Lloyd Wright et Mies van der Rohe, mais aussi de grands architectes d'aujourd'hui tels que Tadao Ando, Rem Koolhaas ou Herzog et de Meuron. Ces maisons au retentissement international et aux styles les plus divers ont pour point commun leur sensibilité au site et au contexte, le souci des matériaux, le respect des traditions de construction locales et la méticuleuse attention portée aux souhaits des clients. Chacune d'elles, cependant, est le fruit d'une approche unique qui la rend révolutionnaire et radicale pour son époque. Chaque maison a une histoire et ce livre dévoile les péripéties parfois intimes de ces habitations remarquables, de leurs architectes et de leurs clients. Des textes originaux, concis et clairs, des photographies de grande qualité dont certaines ont été spécialement réalisées pour cet ouvrage ainsi qu'un grand nombre de plans et de dessins, offrent une documentation précise. Une bibliographie, des informations pratiques et la liste des maisons classées par style architectural achèvent d'enrichir cet ouvrage. Arts and Crafts ou Art nouveau, high-tech, modernistes ou minimalistes, ces constructions qui ont imprimé leur marque sur tous les continents et sur tout le XXe siècle séduiront et inspireront aussi bien les étudiants que les professionnels de l'architecture, les passionnés de design comme celles et ceux qui rêvent de construire un jour leur propre maison.

BRUTAILS (J.-A.).

Pour comprendre les Monuments de la France. Notions pratiques d'archéologie.

Hachette, 1919, in-12, 253 pp, 340 dessins et photographies dans le texte, 15 planches contenant 86 photographies, reliure toile verte de l'éditeur, dos orné, titres, médaillon et encadrements dorés au 1er plat, bon état

C'est en 1917 que Brutails publia son fameux petit volume “Pour comprendre les monuments de la France”, chef-d'oeuvre de clarté et de netteté, où la science archéologique apparaît comme définitivement fixée et mise à la portée de tous les débutants. L'ouvrage est entièrement théorique, en ce sens qu'aucun monument n'est cité. — "A côté des monographies détaillées et des gros traités sur l'architecture du moyen âge et des temps modernes, il y avait place pour un manuel résumant la science des uns et des autres et exposant d'une manière aussi claire et précise que possible l'état des différents problèmes que soulève l'étude des monuments. C'est ce manuel que vient d'écrire notre confrère M. Brutails ; nul mieux que lui n'y était préparé par ses travaux antérieurs. Le but que se propose l'auteur, c'est de faire comprendre les monuments de la France, d'apprendre à les reconnaître, à les dater, à démêler les raisons d'être de leurs formes. Le plan du volume est logique : analyse de la construction, de la décoration, étude des édifices religieux, militaires, civils... On est véritablement étonné de tout ce que M. Brutails a pu faire tenir en un si petit volume..." (Marcel Aubert, Bibliothèque de l'école des chartes, 1918)

CASTEX (Jean).

Renaissance, baroque et classicisme. Histoire de l'architecture 1420-1720.

Hazan, 1990, gr. in-8°, 430 pp, 180 illustrations dans le texte, index, broché, bon état

De l'incroyable coup d'audace que fut la construction du dôme de Florence jusqu'au triomphe du classicisme avec la colonnade du Louvre, Jean Castex s'attache à reconstituer avec clarté et méthode trois siècles d'architecture. Mais l'histoire de l'architecture ne se résume pas à celle des grands monuments. Certes, elle prend appui sur eux parce qu'ils se prêtent à des lectures riches, parce qu'ils condensent les événements et parce qu'ils procurent un indéniable plaisir. Mais ils ne peuvent se comprendre isolément. Aussi il est indispensable d'envisager ensemble l'architecture, la ville et le territoire qui sont amenés à se transformer dans un constant va-et-vient. Savoir décrire l'architecture, la ville et le territoire demande de posséder des notions de morphologie que la culture contemporaine dispense peu. Issu d'un cours professé depuis de nombreuses années, cet ouvrage vise justement à procurer les catégories de l'analyse, pour progressivement pouvoir envisager les débats sur l'architecture avec assurance. L'architecture de la Renaissance n'est pas facile à saisir car derrière la beauté des formes, il y a une sérieuse prétention à la rigueur intellectuelle. Elle tend à faire de l'architecte un intellectuel, armé d'un savoir qu'il convient de pénétrer pour en saisir les enjeux.

Catalogue d'exposition.

Les Architectes de la Liberté, 1789-1799.

Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, 1989, pt in-4°, 396 pp, 324 illustrations en noir et en couleurs, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état (Catalogue de l'exposition tenue à l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts du 4 octobre au 7 janvier 1990)

Château-Gaillard XIX.

Etudes de castellologie médiévale. XIX : Actes du colloque international de Graz, Autriche, 22-29 août 1998.

Caen, CRAM (Centre de recherches archéologiques médiévales), 2000, in-4°, 328 pp, 237 figures, photos et plans, bibliographies, cart. illustré de l'éditeur, bon état

35 études érudites (10 en français, 10 en anglais, 15 en allemand). Résumés en français, anglais et allemand. Etude archéologique du château du Guido (Côtes-d’Armor). Premiers résultats ; La prise du château de La Perrière, épisode de la guerre delphino-savoyarde (1333) ; La butte du château à Bretoncelles, un exemple de la conquête territoriale des Rotrou ; Les châteaux bourguignons pendant la guerre de Cent Ans. Leur mise en défense : artillerie, garnisons, campagnes de fortification ; Fortifications de siège et “contre-châteaux” en Normandie (XIe-XIIe s.) ; etc.

Collectif.

Actualité de Cl. N. Ledoux. Son oeuvre en Franche-Comté : les Salines royales d'Arc-et-Senans.

S.l.n.n. (Centre International de Réflexion sur le futur), 1970, gr. in-8°, 44 pp, 15 pl. de gravures et plans hors texte, biblio, broché, couv. illustrée, bon état

Á la frontière entre le Doubs et le Jura, le sel jaillit de la terre et la façonne depuis des siècles. Hier à l’origine d’une industrie florissante, il nous a laissé un patrimoine riche : les Salines royales d’Arc-et-Senans à l’architecture fascinante, signée Claude-Nicolas Ledoux. Brochure réalisée en septembre 1970 à l'occasion de l'ouverture du Centre International de Réflexion sur le Futur (Fondation Cl. N. Ledoux) dans les Salines de Chaux d Arc-et-Senans.

Collectif.

Evolution des quartiers anciens.

Plan Construction, 1982, in-8°, 222 pp, nombreux plans et photos, couv. rempliée, qqs rares annotations crayon (Coll. Bilan thématique)

Collectif – FARGEOT (Bernard), Jean Montagnon, Pierre Xercavins, et alii.

Eugène Freyssinet, 1879-1962. Une révolution dans l'art de construire.

Presses de l'Ecole nationale des Ponts et Chaussées, 2004, gr. in-4°, 196 pp, préface de Roger Lacroix, nombreuses photos en noir et en couleurs, annexes, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état

Discret inventeur, constructeur audacieux, son intuition extraordinaire du comportement du béton, confirmé récemment par l'analyse fine de la micro mécanique, a fait d'Eugène Freyssinet l'un des ingénieurs qui ont le plus marqué le monde de la construction pendant tout le XXe siècle. Dans une première partie de carrière, il pousse le béton jusqu'à ses limites de résistances dans les arcs des ponts qui volent de records en records. Puis, ayant compris comment s'affranchir des insuffisances du matériau béton, il invente la précontrainte qui fait de lui ce "matériau nouveau" qui "révolutionne l'art de bâtir". La technique du béton précontraint a conquis le monde, elle a suvécu à son inventeur, mais elle a effacé l'homme, ses convictions, son message. Le faire connaître au travers de ses œuvres, nombreuses, et de ses écrits, rares, tel est le but de ce livre. Le lecteur y trouvera de nombreux exemples d'ouvrages qui démontrent à la fois l'extraordinaire potentiel du matériau béton et comment l'idée de précontrainte l'a aidé à supplanter l'acier, en particulier pour les ouvrages d'art. Mais, il y trouvera aussi un homme soucieux du rôle social de l'ingénieur, parfois poète devant un ouvrage réussi et toujours épris d'une éthique qui est peut-être son plus beau message.

COLLIN (Jean-Marie).

Nancy avant la Révolution.

Nancy, Presses de Pixy, 2002, gr. in-8°, 300 pp, préface d'André Rossinot, nombreuses illustrations originales de l'auteur, biographies, biblio, broché, couv. illustrée, bon état, envoi a.s.

Cet ouvrage édité à compte d'auteur est un précieux document pour tous ceux qui se passionnent pour l'histoire architecturale de Nancy. L'auteur, architecte reconnu, a redessiné tout le patrimoine de sa ville natale, avant 1789. Un regard nouveau sur l'architecture de Nancy. — Nancy avant la Révolution était encore une petite ville d’environ 20.000 âmes. Elle était encore très arriérée sur certains points : l’éclairage public n’existait pas : ce n’est qu’en 1715 que Léopold fit installer 250 lanternes à suif allumées entre le 24 octobre et le 24 mars suivant. Des bourgeois étaient chargés d’allumer les lanternes de leur quartier et pour cela étaient dispensés de certaines servitudes en compensation. Pour la distribution de l’eau, qui était captée principalement sur les collines de Boudonville, elle était encore acheminée au début du XVIIIe siècle par des canaux en bois d’une étanchéité douteuse. On les remplaça progressivement par des conduits en pierre de taille et, en 1726, on construisit un réservoir destiné à retenir les eaux de la commune de Vandœuvre...

CORROYER (Edouard).

L'architecture gothique.

Ancienne Maison Quantin, 1891, in-8°, 382 pp, 236 gravures, reliure demi-percaline époque

CULOT (Maurice) et Jean-Marie THIVEAUD (dir.).

Architectures françaises outre-mer.

Liège, Pierre Mardaga, 1992, pt in-4° carré (21,5 x 24), 408 pp, 286 photos, cartes, plans et figures en noir et en couleurs, notes, sources documentaires, index, reliure pleine toile bleue, jaquette illustrée, bon état (Coll. Villes – Institut français d'architecture, Mission des travaux historiques de la Caisse des dépôts et consignations)

"Ce livre présente l'architecture urbaine coloniale de l'ancien empire colonial français, par des architectes, mais également des universitaires et tout particulièrement des historiens – soit le quart parmi une vingtaine de noms. Autant de textes se suivent, en partant de l'Afrique du Nord pour aboutir à l'Indochine, passant par Madagascar et incluant le Proche-Orient : Alep, Beyrouth, Damas et aussi Riyadh. Ce sont surtout les grandes villes du pourtour de l'Afrique, les capitales portuaires qui sont traitées : Alger, Casablanca, Dakar, Abidjan, mais pour l'A.E.F. et Madagascar, les centres de l'intérieur sont aussi abordés. Une relative richesse, des espaces vierges, les facilités d'importation des matériaux, de facteurs ont permis à des écoles d'architectes de déployer leur génie propre, tant en urbanisme que dans l'architecture d'habitat, riche ou modeste. Casablanca en donne un exemple pertinent. Par contraste, les colonies de l'intérieur de l'A.O.F. apparaissent peu. Ainsi Bamako, où l'architecture néo-soudanaise avait donné d'intéressants résultats dans les années qui ont suivi l'Exposition coloniale de 1931, avec en particulier le grand marché (détruit par incendie en 1993). Ces monographies sont complétées par des exemples thématiques comme la reconstruction des villes d'Afrique du Nord sinistrées par les tremblements de terre : Orléansville (1954) et Agadir (1960) ; les recherches sur l'adaptation au climat, l'architecture des barrages au Maroc, l'aménagement de cités industrielles : Cansado en Mauritanie... Et au passage, on constate que les bâtisseurs métropolitains n'ont pas opéré uniquement des transferts de leur art en sens unique, mais qu'ils ont constamment cherché l'adaptation aux conditions locales et ont même généré des transferts inverses. Ce livre n'est pas seulement remarquable comme synthèse et par la nouveauté de ses informations puisées dans une documentation considérable, mais aussi par la richesse des illustrations. Environ la moitié des pages du livre sont en photos, noir ou couleur, en plans, vues récentes et anciennes (gravures reproduites de Riou...). Enfin est offert un recueil d'une centaine de notices concernant aussi bien des hommes politiques (par exemple Lyautey) que les architectes les plus connus." (Gérard Brasseur, Outre-Mers. Revue d'histoire, 1994)

DAVIS (Deering), Stephen P. Dorsey & Ralph Cole Hall.

Georgetown Houses of the Federal Period. Washington D.C., 1780-1830.

New York, Architectural Book Publishing Co, Inc, 1944, in-4°, 130 pp, 80 photos et gravures, un plan-itinéraire de Georgetown, reliure toile bleue éditeur, jaquette illustrée, bon état

The history and architecture of this unique square mile in Washington, D.C. The twenty-two historic houses described here are illustrated with black-and-white photographs. With a foreword by Nancy McClelland.

DECKER (H.).

L'Art roman en Italie. Illustrations de l'auteur.

Editions Braun et Cie, 1958, in-4°, 332 pp, 88 pages de texte suivies de 263 photos de l'auteur reproduites en héliogravure sur 240 planches hors texte, une carte, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état

"Ce livre, qui s'insère dans la même collection que "l'Art monumental roman en France" de Marcel Aubert, Marcel Pobé et Joseph Gantner et "l'Art roman en Espagne" de Marcel Durliat, offre la même présentation luxueuse. Les photos de l' auteur sont proprement admirables et révèlent des détails d'œuvres peu connues, même des spécialistes de l'art italien. L'économie de l'ouvrage est identique à celle des autres : texte de synthèse d'une cinquantaine de pages, commentaire précis des illustrations, pas de bibliographie malheureusement. Le texte de M. Decker est sérieux et documenté. I] a pris le parti de suivre un ordre géographique descendant par l'ouest, depuis la Lombardie – où se trouve inclus le Piémont – jusqu'à la Sicile, et, remontant par l'est jusqu'à la Vénétie. La plupart des archéologues français ont trop peu souci de ce qui s'est passé au delà de leurs frontières pour qu'on n'applaudisse pas à cette présentation magnifique de l'art hautain, toujours majestueux, souvent tourmenté et tragique que fut l'art roman d'Italie." (Francis Salet, Bulletin Monumental, 1964)

DILLANGE (Michel).

Eglises et abbayes romanes en Vendée. (Thèse).

Marseille, Jeanne Laffitte, 1983, in-4°, 263 pp, texte sur 2 colonnes, 22 photos et 98 plans dans le texte, biblio, broché, couv. illustrée, bon état

L'étude de l'art roman en Vendée a trop longtemps souffert de son rattachement – tout théorique – au Poitou et il semble resté en quelque sorte un parent pauvre de l'architecture médiévale de l'Ouest. D'autre part, les guerres de religion puis celles de la Révolution ont entraîné de tragiques dévastations du patrimoine régional. C'est le mérite de Michel Dillange d'avoir non seulement traité des monuments subsistants mais aussi d'avoir retrouvé et analysé des vestiges qui permettent maintenant d'avoir une vue précise et complète des constructions de l'âge roman vendéen et de dégager l'ensemble original qu'elles constituent. (...) Il est difficile de rendre compte de toutes les pertinentes analyses auxquelles a procédé Michel Dillange. Il conclut qu'on ne saurait à proprement parler d'un roman vendéen, mais que, si la région a subi toutes les influences architecturales des provinces voisines, elles se retrouvèrent dans les monuments d'une manière très élaborée. « II en résulte, conclut-il, un mélange harmonieux, sensible et très particulier. » (Henri-Paul Eydoux, Bulletin Monumental, 1984)

DUBY (Georges).

Adolescence de la chrétienté occidentale, 980-1140.

Genève, Skira, 1967, gr. in-4°, 214 pp, 71 reproductions et photographies en couleurs contrecollées sur 60 planches hors texte, 60 illustrations en noir, index des noms cités, reliure d'éditeur, jaquette illustrée, rhodoïd, sous emboîtage (lég. abîmé), bon état (Coll. Art, Idées, Histoire). Edition originale

Premier volume de la lumineuse synthèse sur l'art et la société entre 980 et 1420 que Georges Duby avait composée pour les éditions Skira, sous la forme d'un harmonieux triptyque : “Adolescence de la chrétienté occidentale (980-1140)” ; “L'Europe des cathédrales (1140-1280)” ; “Fondements d'un nouvel humanisme (1280- 1440)”, superbement illustrée. — "... L'écriture atteint ici parfois une telle perfection qu'elle échappe à l'implacable érosion du temps. Ce livre si achevé s'apparente aux types idéaux dont les sculpteurs de l'âge gothique peuplaient les cathédrales, ignorant les déformations provoquées par l'âge et le travail, parvenant d'emblée à un total accomplissement. A lire et à relire, donc, de véritables morceaux d'anthologie où l'acuité du regard porté sur les œuvres se double d'un rare bonheur d'expression. Soit un art consommé de restituer les monuments dans leur éclat et leur rôle originels, en les arrachant à l'ensevelissement dont l'érudition les menace. Ici tout est jaillissement et vivacité. Ce livre montre avec éclat, et rappelle encore aujourd'hui, combien est nocif le cloisonnement qui a longtemps sévi entre « l'histoire de l'art » et « l'histoire » tout court, événementielle et politique de préférence. Georges Duby appréhende la création artistique non comme une activité séparée, mais comme une pratique sociale parmi d'autres, qu'il réfère aux grandes tendances de l'évolution socio-économique et aux systèmes dominants de représentations. Ainsi l'évocation des comportements et des croyances des féodaux permet d'approcher de façon très neuve les réalisations du premier âge roman..." (H. Martin, Revue d'histoire de l'Église de France)

ESCHAPASSE (Maurice).

L'Architecture bénédictine en Europe.

P., Editions des Deux-Mondes, 1963, pt in-4°, 231 pp, préface de Louis Grodecki, très nombreuses photographies dans le texte et à pleine page reproduites en héliogravure, nombreux plans, biblio, cartes et tableaux synoptiques, index, reliure pleine toile illustrée de l'éditeur, rhodoïd, bon état

"Ce livre agréablement présenté inaugure une collection intitulée « Architectures » dirigée par M. Louis Grodecki. Dans une préface dense mais substantielle, celui-ci insiste sur les liens qui unissent les architectures et les sociétés, liens qui jouent dans les deux sens, soit que l'art de bâtir reflète les besoins humains, soit qu'il les conditionne et les plie à ses conceptions propres. Voici donc un ouvrage où se vérifient, depuis le haut moyen âge jusqu'à nos jours, un certain nombre de constantes dues à la pérennité des problèmes à résoudre, concilier les besoins de l'existence matérielle avec ceux de la vie spirituelle des adeptes de la vie monastique. Une manière d'écrire l'histoire de l'art qui fait sa large place à l'homme et qui, tout en accordant ce qu'il faut à la chronologie des styles et des périodes historiques, ne s'en trouve pas pour autant prisonnière. Nous ne saurions nous en plaindre..." (René Crozet, Cahiers de civilisation médiévale, 1964)

FERMIGIER (André).

La Bataille de Paris. Des Halles à la Pyramide. Chroniques d'urbanisme.

Gallimard, 1991, in-8°, 396 pp, 21 illustrations hors texte, broché, couv. illustrée, bon état

Recueil des articles parus dans "Le Nouvel Observateur" et dans "Le Monde" par un grand critique d'architecture.

FISHMAN (Robert).

L'Utopie urbaine au XXe siècle. Ebenezer Howard, Frank Lloyd Wright, Le Corbusier.

Bruxelles, Pierre Mardaga, 1979, in-8°, 223 pp, biblio, index, broché, bon état (Coll. Architecture et Recherches 9)

La cité idéale du XXe siècle existe-t-elle ? Existe-t-il une ville qui allie parfaitement la puissance et la beauté de la technologie moderne avec les objectifs les plus éclairés de justice sociale ? L’utopie urbaine au XXe siècle analyse en profondeur les réponses respectives apportées par trois urbanistes qui on tenté de transformer leur projet de ville utopique en réalité : la « Cité-Jardin » de Ebenezer Howard, le « Broadacres » de Frank Lloyd Wright, et enfin la « Cité radieuse » de Le Corbusier.

FIUME-FREDDO (Valentin) et Olivier GRIETTE.

Paris ressuscité.

L'Âge d'Homme, 2000 gr. in-8°, 146 pp, préface de Jean Dutourd, postface de Christian Langlois, aquarelles originales de Valentin Fiume-Freddo, texte d'Olivier Griette, 30 photos et aquarelles en couleurs sur 15 pl. hors texte, les mêmes reprises en noir au début des 15 chapitres, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

De la Fac de Jussieu à la Bibliothèque de Tolbiac, les quinze plus monstrueux ratages de l'architecture « moderne » à Paris corrigés par un dessinateur et un écrivain de talent. Un manifeste pratique contre le massacre architectural de la Ville-lumière.

FLEURY (Michel), Alain Erlande-Brandenburg et Jean-Pierre Babelon.

Paris monumental.

Flammarion, 1974 in-4° (25,5 x 32), 409 pp, 383 illustrations en noir et 52 en couleurs (photographies de Max et Albert Hirmer), biblio, index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, sous emboîtage, bon état. On joint un dépliant publicitaire en couleurs sur le livre

Le prétexte de cette nouvelle approche de l'archéologie parisienne a été fourni par les campagnes de ravalement ordonnées par M. André Malraux. Les prises de vues se sont déroulées sur plusieurs années, suivant l'ordre de remise en valeur des différents monuments étudiés et permettant ainsi de fixer une vue idéale d'un Paris neuf, que la pollution n'a malheureusement pas tardé à ramener à la grisaille. Ce livre est dédié à tous ceux qui refusent de passer indifférents devant les églises, les palais et même les maisons les plus modestes, à tous ceux pour qui ces façades intégrées dans la trame très particulière de chaque quartier et de chaque rue représentent vraiment le vêtement de pierre que lui ont légué des générations de Parisiens. (L'éditeur)

FLIPO (Vincent).

Mémento pratique d'archéologie française.

Firmin-Didot, 1930, in-4°, 372 pp, 700 gravures, 18 planches en héliogravure hors texte avec calques, biblio, glossaire, index, broché, bon état

Remarquable ouvrage comportant une iconographie riche de plus de 700 photos consacrée à l'art médiéval aussi bien monumental qu'ornemental. Les calques commentés constituent un très bon outil pour comprendre l'analyse de l'architecture médiévale. — Table : Première partie : L'Architecture : Matériaux et appareils ; Les origines ; Les basiliques ; L'architecture carolingienne ; L'art lombard ; L'art préroman ; L'architecture romane ; Les écoles romanes, etc. ; L'architecture gothique ; Les écoles gothiques ; L'architecture monastique ; L'architecture civile ; L'architecture militaire. – Deuxième partie : La décoration. – Troisième partie : L'iconographie.

FLIPO (Vincent).

Mémento pratique d'archéologie française.

Firmin-Didot, 1930, in-4°, 372 pp, 700 gravures, 18 planches en héliogravure hors texte avec calques, biblio, glossaire, index, reliure brdel papier gris-clair, dos lisse, pièce de titre basane carmin, couv. (lég. salies) conservées, bon état

Remarquable ouvrage comportant une iconographie riche de plus de 700 photos consacrée à l'art médiéval aussi bien monumental qu'ornemental. Les calques commentés constituent un très bon outil pour comprendre l'analyse de l'architecture médiévale. — Table : Première partie : L'Architecture : Matériaux et appareils ; Les origines ; Les basiliques ; L'architecture carolingienne ; L'art lombard ; L'art préroman ; L'architecture romane ; Les écoles romanes, etc. ; L'architecture gothique ; Les écoles gothiques ; L'architecture monastique ; L'architecture civile ; L'architecture militaire. – Deuxième partie : La décoration. – Troisième partie : L'iconographie.

GARDELLES (Jacques).

Aquitaine gothique.

Picard, 1992, in-8°, 288 pp, 230 illustrations, index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, très bon état (Coll. Les Monuments de la France gothique)

L'art gothique se développe en Aquitaine au cours du XIIe siècle jusqu'au début du XIVe siècle. L'adoption de la croisée d'ogives aboutit à la création d'édifices originaux. L'auteur a déjà consacré plusieurs travaux universitaires sur l'art gothique. "Après avoir consacré sa thèse (publiée en 1963) à la cathédrale Saint-André de Bordeaux, Jacques Gardelles nous livre à présent, avec un grand talent synthétique, dans un style clair et très nerveux, la quintessence de ses recherches sur l'architecture gothique en Aquitaine, qu'accueille la collection dirigée par Anne Prache, Les monuments de la France gothique, collection qui doit devenir en quelque sorte, et on lui souhaite un grand succès, ce qu'est à l'architecture romane la célèbre collection Zodiaque. Quatrième volume de la France gothique, l'Aquitaine succède aux deux ouvrages sur l'Ile-de-France et à celui qui est consacré à la Lorraine. Comme eux, il plaira à un public d'amateurs, mais sera aussi un bon instrument de travail pour chercheurs et historiens d'art, qui y trouveront à la fois l'état des recherches et la clé d'accès à des études plus détaillées." (Sylvain Bertoldi, Bibliothèque de l'école des chartes)

GAUTHIER (Joseph).

Pour comprendre les styles français.

Hachette, 1928, in-12, 317 pp, 336 photographies et dessins dans le texte, 54 planches contenant 322 photographies et dessins, reliure toile verte de l'éditeur, dos orné, titres, médaillon et encadrement dorés au 1er plat, bon état

GOLVIN (Lucien).

Essai sur l'architecture religieuse musulmane. Tome 4 : L'Art hispano-musulman.

P., Klincksieck, 1979, in-4°, 323 pp, 101 figures dans le texte et à pleine page, 92 photos sur 21 planches hors texte, index, broché, couv. illustrée, bon état (Archéologie méditerranéenne V)

GOODWIN (Godfrey).

A History of Ottoman Architecture

Baltimore, The John Hopkins Press, 1971, in-4°, 511 pp, 4 pl. en couleurs hors texte et 521 illustrations, dont 81 plans, biblio, index, reliure pleine toile de l'éditeur, jaquette illustrée, bon état

GROMORT (Georges).

Histoire abrégée de l'architecture de la Renaissance en France (XVIe, XVIIe & XVIIIe siècles).

P., Vincent, Fréal & Cie éditeurs, 1930, in-8°, 232 pp, 175 illustrations et plans en noir dans le texte et hors texte, index, broché, dos recollé avec petit manque, état correct

Ecole d'Amboise, dernières productions du style gothique, Blois, Chambord. l'Ecole de Fontainebleau, les châteaux de la Loire. Le Louvre, les Tuileries, Lemercier, Le Vau. Henry et Louis XIII, la brique et la pierre, de Brosse et Lemercier, influence du Baroque, architecture religieuse. Louis XIV, influence de l'Italie, les châteaux, les Invalides, le Val-de -Grâce. Versailles, Le Vau, Le Brun, Mansard et Le Nôtre. Louis XV, les hôtels privés, renaissance antique, Gabriel, le Panthéon. Louis XVI, Louis, Antoine Desmaisons et Gondouin.

GROMORT (Georges).

Italian Renaissance Architecture.

P., A. Vincent, 1922, gr. in-8°, (5)-182 pp, translated from the French by George F. Waters, 110 gravures et photos sur 80 planches hors texte, 45 illustrations dans le texte, biblio, index, broché, bon état (Ouvrage couronné par l'Académie des beaux-arts - Prix Bailly, 1914). Texte en anglais

Traduction en anglais de "Histoire abrégée de l'architecture de la Renaissance en Italie" (1913). Georges Gromort (1870-1961) est un architecte français, il est connu principalement pour avoir enseigné à l'Ecole des Beaux-Arts, et pour ses ouvrages de théorie.

GUILLAUME (Jean)(dir.).

Architecture et vie sociale. L'organisation intérieure des grandes demeures à la fin du Moyen Age et à la Renaissance. Actes du colloque tenu à Tours du 6 au 10 juin 1988.

Picard, 1994, in-4°, 280 pp, nombreuses photos et plans, broché, couv. illustrée à rabats, bon état (Coll. De Architectura)

HAMILTON (George Heard).

The Art and Architecture of Russia.

PENGUIN, 1954, in-8°, Penguin Books 1954, XXI-320p., 180 planches hors texte, index, grand in-8, reliure d'éditeur (bon état).

HOGG (Ian V.).

Forteresses. Histoire illustrée des ouvrages défensifs.

Lausanne, Edita-Vilo, 1976, in-4°, 174 pp, traduit de l'anglais, 250 photographies, illustrations, cartes et schémas, lexique, biblio, reliure toile éditeur, jaquette illustrée (lég. abîmée), bon état. L'édition originale en anglais ne comprend pas le chapitre sur la ligne Maginot (par L. Claudel et Ph. Truttmann), qui est propre à l'édition française

Excellent ouvrage sur la fortification : la plus ancienne des sciences militaires. Ce livre explique et illustre les solutions imaginées pendant plus de deux mille ans d'histoire. En bref, trois grandes périodes : la première, celle du remblai de terre, de la palissade et du château fort, correspond à l'armement individuel et aux machines anciennes ; elle se termine avec le Moyen Age ; la deuxième, de la Renaissance au début du XXe siècle, est celle de la place fortifiée en réponse à la force destructrice des armes à feu, de l'artillerie à boulets notamment ; la troisième, contemporaine, est celle des grands systèmes defensifs intégrés qui tentent de parer à l'emploi massif d'armes et d'explosifs nouveaux : artillerie lourde, engins blindés, aviation, fusées, projectiles à charge creuse, bombes d'avion (classiques, nucléaires et thermonucléaires). Le livre retrace les étapes essentielles de cet aspect de l'histoire militaire.

HOGG (Ian V.).

Forteresses. Histoire illustrée des ouvrages défensifs.

Lausanne, Edita-Vilo, 1976, in-4°, 174 pp, traduit de l'anglais, 250 photographies, illustrations, cartes et schémas, lexique, biblio, reliure toile éditeur, titre doré au 1er plat et au dos, sans la jaquette, bon état. L'édition originale en anglais ne comprend pas le chapitre sur la ligne Maginot (par L. Claudel et Ph. Truttmann), qui est propre à l'édition française

Excellent ouvrage sur la fortification : la plus ancienne des sciences militaires. Ce livre explique et illustre les solutions imaginées pendant plus de deux mille ans d'histoire. Il retrace les étapes essentielles de cet aspect de l'histoire militaire en trois parties : la première, celle du remblai de terre, de la palissade et du château fort, correspond à l'armement individuel et aux machines anciennes ; elle se termine avec le Moyen Age ; la deuxième, de la Renaissance au début du XXe siècle, est celle de la place fortifiée en réponse à la force destructrice des armes à feu, de l'artillerie à boulets notamment ; la troisième, contemporaine, est celle des grands systèmes defensifs intégrés qui tentent de parer à l'emploi massif d'armes et d'explosifs nouveaux : artillerie lourde, engins blindés, aviation, fusées, projectiles à charge creuse, bombes d'avion...

HUISMAN (Georges) et Georges POISSON.

Les monuments de Paris.

Hachette, 1966, in-8° étroit, 419 pp, 302 photos, figures, cartes et plans, 2 plans dépliants hors texte, biblio, index, reliure toile gris-bleu de l'éditeur, titres dorés au 1er plat et au dos, bon état (Bibliothèque des Guides Bleus)

"C'est en 1925 que Georges Huisman fit paraître, sous le titre “Pour comprendre les monuments de Paris”, un livre qui devait devenir rapidement un des classiques de la connaissance parisienne. Chargé de remettre l'ouvrage à jour, un des meilleurs spécialistes actuels de la question, M. Georges Poisson, a opéré à la fois avec piété et vigueur. Avec piété, en respectant scrupuleusement la conception originelle et l'évolution de pensée du premier auteur ; avec vigueur, en modifiant tout ce qui était périmé et en étoffant ce qui pouvait sembler insuffisamment traité. En faisant la part belle au Moyen Age, qu'il connaissait particulièrement, Huisman avait traité plus rapidement les dix-septième et dix-huitième siècles. Georges Poisson a rétabli l'équilibre et sabré à son tour dans un dix-neuvième siècle dont nous estimons aujourd'hui qu'il n'a pas toujours justifié les espoirs mis en lui : par exemple, la nouvelle Sorbonne, de Nénot, gratifiée de quatre pages dans l'édition primitive, n'occupe plus qu'une demi-page. En revanche, le nouvel auteur a accordé au style 1900 de Guimard et de Lavirotte la place qui lui avait été refusée, et a récrit entièrement les derniers chapitres, consacrés à l'art parisien depuis le début du siècle, sans se priver de porter des jugements, d'ailleurs modérés, sur ses réalisations. En même temps, l'illustration a été entièrement renouvelée : aux photos-timbres-poste des premières éditions ont été substitués de jolis clichés de Jacques Verroust, où les monuments parisiens apparaissent dans leur blancheur retrouvée. De plus, Georges Poisson a fait exécuter de nouveaux plans d'édifices, remarquablement dessinés par le service cartographique des Guides bleus, où apparaissent nombre de détails inédits : la place Dauphine, par exemple, est pour la première fois recensée hôtel par hôtel. D'autres plans, certains en couleurs, montrent le Paris de Ledoux ou le Paris des Expositions universelles." (Le Monde, 4 jan. 1967)

Institut Français d'Architecture.

Biarritz : le Casino, 1929-1994.

P., Norma, 1994, gr. in-8° carré, 127 pp, nombreuses photographies de Dominique Delaunay, gravures et illustrations en noir et en couleurs, reliure cartonnée de l'éditeur, jaquette illustrée, bon état

JENGER (Jean).

Orsay, de la gare au musée. Histoire d'un grand projet.

Milan-Paris, Electa Moniteur, 1986, in-4°, 208 pp, nombreuses illustrations dans le texte et à pleine page, certaines en couleurs, broché, couv. illustrée, pelliculage lég. décollé sur les bords, comme toujours, bon état. Edition originale

Orsay, architecture de métamorphose. Deux architectures imbriquées, respectueuses l'une de l'autre. La gare est devenue musée mais, sous le musée, la gare demeure lisible. Peut-on imaginer fonctions aussi antinomiques que celles d'une gare et d'un musée ? N'était-ce pas une gageure, que de vouloir assurer dans le même temps la réhabilitation des grands volumes et des décors de la gare et d'y déployer les espaces et les cimaises propres à présenter des œuvres d'art parmi les plus importantes et les plus célèbres au monde ? Dans “Orsay, de la gare au musée”, Jean Jenger expose le processus de conception et de réalisation du projet, analysé sous toutes ses dimensions. Après avoir brossé l'histoire de la construction du palais d'Orsay, détruit en 1871, puis celle de la gare, édifiée en 1900, il démonte tous les mécanismes qui ont permis de faire aboutir le projet. Il s'interroge sur la dimension politique du musée d'Orsay parmi les "grands projets". Il nous aide à mieux comprendre que l'architecture d'un édifice public n'est pas seulement l'addition de formes, de matériaux et de techniques mais la résultante d'un faisceau de forces politiques, économiques, culturelles et sociales.

KAUFMANN (Emil).

L'Architecture au Siècle des Lumières. (Architecture in the Age of Reason). Baroque et post-baroque en Angleterre, en Italie et en France.

Julliard, 1963, gr. in-8°, 301 pp, traduit de l'anglais par Olivier Bernier, 222 gravures sur 64 pl. hors texte, index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée (abîmée), bon état (Coll. Histoire de l'Art). Edition originale française

KNIGHT (Henry Gally).

The Normans In Sicily. Being A Sequel to "An Architectural Tour in Normandy.".

London, John Murray, 1838, in-8°, vii-355 pp, reliure pleine toile violine, dos lisse avec titres dorés et filets à froid, motifs à froid sur les plats (rel. de de l'éditeur), dos uniformément passé, petit cachet d'un précédent propriétaire sur la page de titre, bon état. Edition originale. Rare

Par Henry Gally Knight (1786-1846), voyageur et écrivain anglais, auteur de plusieurs contes orientaux : "Ilderim, a Syrian Tale" (1816), "Phrosyne, a Grecian Tale", et "Alashtar, an Arabian Tale" (1817), mais aussi spécialiste reconnu en architecture, auteur de divers livres sur le sujet, dont : "Ecclesiastical Architecture of Italy", et "The Normans in Sicily", qui firent bien plus pour sa réputation que ses romans...

KRIER (Robert).

L'espace de la ville. Théorie et pratique.

Bruxelles, Archives d'Architecture Moderne, 1980, in-8° carré, 181 pp, 447 illustrations en noir et en couleurs, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

En filigrane de cet ouvrage se profile la certitude que dans nos villes modernes, la notion traditionnelle d'espace urbain a disparu. Ce que signifie cette disparition peut être compris par tous les citadins un tant soit peu avertis, dotés d'une sensibilité suffisante pour comparer les réalisations urbanistiques actuelles a celles du passé, et determinés à se faire une opinion sur la façon dont les choses ont evolué. Mais ce simple constat ne peut à lui seul faire progresser la recherche urbanistique. Il faut définir clairement ce qu'est l'espace urbain, montrer l'importance qu'il peut avoir dans un contexte urbain, et ensuite analyser si la référence à cette notion se justifie dans l'urbanisme contemporain. Le concept d'espace fait aujourd'hui l'objet d'âpres polémiques ; mon propos n'est pas ici de lui trouver une nouvelle définition mais, au contraire, de réactualiser sa signification originelle. (Robert Krier)

LAVEDAN (Pierre).

Histoire de l'urbanisme à Paris.

P., Association pour la publication d'une Histoire de Paris, 1975, in-4°, 634 pp, 344 gravures et plans dans le texte et à pleine page, biblio, index, reliure plein vélin de l'éditeur, armoiries dorées de la Ville de Paris au 1er plat, gardes illustrées, bon état (Coll. Nouvelle histoire de Paris)

"L'ouvrage de P. Lavedan, très clair, précis, bien informé, est un grand classique que tout historien de la capitale est amené à consulter. Pour P. Lavedan l'urbanisme ne se réduit pas seulement au tracé des rues, à la place des monuments ou à l'aspect des façades. Il concerne aussi les problèmes de l'eau, de l'éclairage, de la propreté, des facilités de circulation, de l'approvisionnement, des jardins publics. Et nous avons là un des chapitres les plus intéressants de son livre. Mais l'histoire de l'urbanisme est aussi celle des plans et des projets. Il y en eut tellement aux XVIIe et XVIIIe siècles que A. Bonnardot qui écrivait sous le Second Empire avait renoncé à les dénombrer. La Révolution malgré les immenses possibilités que lui offraient les confiscations prononcées par elle réalisa fort peu : trois ouvertures de rues réalisées par l'État, deux ouvertures par un particulier et l'opération de la rue des Colonnes près de la Bourse. Napoléon devait faire beaucoup plus et P. Lavedan a rédigé un excellent chapitre érudit et dense sur les réalisations de l'urbanisme impérial (pp. 337-359) auquel le temps a manqué. Un livre magnifique, avec une bibliographie de plus de 500 titres et 344 illustrations." (Emile Ducoudray, Annales historiques de la Révolution française)

LEMAIRE (Constant).

Barême pour servir à l'établissement des devis instantanés. Prix de base, Série de la Société Centrale des Architectes. Edition 1913.

P., Ch. Massin, s.d. (1913), in-12, 102 pp, reliure toile bordeaux de l'éditeur, encadrements à froid sur les plats, titres argentés au 1er plat, bon état. Peu courant

LE MOEL (Michel) et Claude-France ROCHAT (publiés par).

Catalogue général des cartes, plans et dessins d'architecture. Série N. Tome III : Départements Oise à Réunion.

P., Imprimerie nationale/SEVPEN, 1972, fort gr. in-8°, 612 pp, 18 pl. de vues et plans dépliants hors texte (4 en couleurs), broché, bon état (Ministère des Affaires Culturelles - Direction des Archives de France. Archives Nationales)

LEVEQUE (Jean.-Jacques).

L'Hôtel de Ville de Paris. Une histoire, un musée.

Pierre Horay, 1983, in-4°, 220 pp, environ 500 gravures, photographies et plans dans le texte, 7 planches hors texte en couleurs, index, reliure pleine toile de l'éditeur, jaquette illustrée, bon état

De tous les monuments de Paris, l'Hôtel de Ville est le moins connu. Le plus secret aussi. Et pourtant il constitue le plus vaste et le plus riche ensemble de production picturale, sculpturale et décorative du XIXe siècle qu'on aura hâtivement rangée sous l'étiquette un peu méprisante d'art pompier. Produit de la société bourgeoise de la IIIe République, l'Hôtel de Ville est le formidable reflet d'une époque, le monument type d'un régime, le produit d'une mentalité, et à ce titre un important jalon de l'Histoire. (...) Construit à la Renaissance, agrandi au cours des siècles jusqu'à la Commune qui en fera un autodafé, l'Hôtel de Ville survivra dans sa version nouvelle. Affrontant tout à la fois l'Histoire de la ville à travers le bâtiment qui est son hôtel communal, le point de ralliement de tous les grands mouvements populaires, et l'analyse du musée qu'il constitue, Jean-Jacques Lévêque nous offre une histoire de Paris, et une histoire de l'art du XIXe siècle. Une histoire aussi de cet art pompier fêté hier, maudit aujourd'hui.

LEVRON (Jacques).

Grands travaux, grands architectes du passé.

Editions du Moniteur, 1979, in-8° carré, 224 pp, 91 gravures et plans dans le texte et à pleine page, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

Les bâtisseurs de cathédrales ; De la forteresse du Moyen Age au manoir de la Renaissance ; Les constructions de la Renaissance ; Philibert de l'Orme et Androuet du Cerceau ; La construction du château de Versailles ; La "tribu" des Mansart ; Les villes nouvelles au XVIIe et XVIIIe siècles ; Soufflot, l'architecte du Panthéon ; L'urbanisme au XVIIIe siècle ; Richard Mique, architecte de Marie-Antoinette ; Haussmann a-t-il saccagé Paris ? ; De la voie romaine à l'autoroute ; Du pont du Gard au pont de Tancarville ; Les hôtels de ville ; Des arènes antiques aux théâtres modernes ; Du passé au présent : Viollet-le-duc et son oeuvre.

LEZINE (Alexandre).

Sousse, les monuments musulmans.

Tunis, Cérès, s.d. (1970), in-8° carré, 125 pp, 53 pl. de photographies hors texte, 15 plans (13 pleine page), chronologie, biblio, glossaire, cart. illustré de l'éditeur, bon état. Les monuments islamiques du IXe siècle de la ville de Sousse, en Tunisie, avec, précédant la description des édifices, une esquisse rapide de l'histoire de la ville musulmane des origines à 1881.

LOOS (Adolf).

Paroles dans le vide (1897-1900). Chroniques écrites à l'occasion de l'exposition viennoise du jubilé (1898). Autres chroniques des années 1897-1900. – Malgré tout (1900-1930).

P., Ivréa, 1994, gr. in-8°, 335 pp, traduit de l'allemand, 8 pl. de photos hors texte, notice bibliographique, broché, couv. à rabats, pt tache sur la tranche et en marge des 4 derniers feuillets, bon état

Adolf Loos (1870-1933), viennois, architecte. Parmi ses œuvres : à Vienne, le café Museum (1899), le Kärtner Bar (1907), l'immeuble de la place Saint-Michel (1910); à Paris, la maison Tristan Tzara (1926); à Prague, la maison du docteur Müller (1930). Dès 1897, il polémique contre le style "fin de siècle", s'élève contre la tyrannie de l'ornement, en souligne le ridicule, plaide pour la sobriété et l'utilisation de matériaux bruts dans la construction. Plus tard, il défendra les mêmes idées dans "Malgré tout", et fera scandale lors d'une conférence où il prétendra établir un lien entre "Ornement et Crime". Isolé, il fut en butte à une véritable conspiration de l'establishment qui fit tout pour le réduire au silence. Adolf Loos aimait à dire: "il est notoire que je ne classe pas les architectes parmi les êtres humains." La société moderne a largement confirmé ce jugement.

LUGASSY (Françoise).

Le Discours idéologique des architectes et urbanistes.

P., Copedith, 1972, gr. in-8°, 152 pp, notes, broché, bon état (Système économique urbain - Document de travail - Action concertée des recherches urbaines)

MARTIN (Hervé).

Guide de l'architecture moderne à Paris - Guide to Modern Architecture in Paris. 6e édition.

Editions Alternatives, 1996, gr. in-8° oblong, 318 pp, texte bilingue français/anglais, nombreuses photos dans le texte en noir et en couleurs, plans de chaque arrondissement avec localisation des édifices, index, couv. illustrée à rabats, bon état

MARTIN (Roland).

Monde grec. Texte par Roland Martin, photos par Henri Stierlin.

Fribourg, Office du Livre, 1964, in-8° à l'italienne, 192 pp, préface de Max Bill, 89 photos et 103 figures, une carte, texte sur 2 colonnes, biblio, chronologie, cart. illustré de l'éditeur, bon état (Coll. Architecture universelle)

MARÇAIS (Georges).

L'Architecture musulmane d'Occident. Tunisie, Algérie, Maroc, Espagne et Sicile.

P., Arts et Métiers Graphiques, 1955, fort in-4°, xi-541 pp, 286 figures, cartes et plans dans le texte et 108 illustrations photographiques reproduites en héliogravure sur 64 planches, biblio, index, broché, trace d'humidité ancienne au dos, bon état. Edition originale, un des 2000 exemplaires numérotés réservés au Gouvernement général de l'Algérie. On joint un carton imprimé : "De la part de Monsieur le Gouverneur général de l'Algérie"

"Tous les travailleurs connaissent le “Manuel d'art musulman” publié en 1926-1927 par M. Georges Marçais. C'est le même sujet, l'architecture et la décoration des pays occidentaux de l'Islam, traité un peu de la même manière, mais avec quelques modifications et des additions importantes, qu'étudie M. Georges Marçais en un très beau volume richement illustré. (...) L'ouvrage est divisé en neuf parties : les royaumes musulmans au IXe siècle ; le domaine des Fatimides, la Sicile musulmane et normande (Xe au XIIe siècle) ; l'Espagne des Omeyades et le califat de Cordoue ; les royaumes espagnols et les empires hispano-berbères du XIe au XIIIe siècle ; les dynasties héritières des Almohades aux XIIIe et XIVe siècles ; l'art mudéjar – c'est-à-dire l'art des musulmans vivant en terre chrétienne et travaillant selon leur technique et d'après leurs traditions, sous le joug des vainqueurs chrétiens, tandis que l'art « mozarabe » est l'art des Espagnols convertis ou restés chrétiens travaillant pour les vainqueurs musulmans ; le Maroc sous les dynasties chérifiennes ; l'Algérie turque ; la Tunisie des derniers hafeides et des Turcs. Chaque partie comprend une introduction historique ; une étude détaillée des monuments religieux, civils et militaires, de la technique et de la décoration ; une conclusion. (...) Tel est ce volume que M. Georges Marçais a écrit non seulement avec une parfaite connaissance du sujet, mais encore avec un goût délicat et une précision qui emportent la conviction." (Marcel Aubert, Bulletin Monumental, 1955) — "L'Islam occidental a dans le monde musulman son individualité propre qu'il est en ce moment particulièrement important de tâcher de comprendre par la connaissance de son histoire, de toute son histoire. C'est pourquoi le beau livre que vient de publier M. Georges Marçais sur son architecture vient à l'heure qui convient. Chaque chapitre en est précédé d'une introduction sur “Les conditions historiques”, de telle sorte que l'ensemble de ces introductions préliminaires constitue par lui-même tout un livre permettant de saisir au mieux tout ce qui dans le passé explique et conditionne le Maghreb d'aujourd'hui. Ce gros ouvrage de quelque 550 pages réunit les résultats de plus de cinquante années de recherches dans un domaine où le maître de nos études d'art musulman a en vérité frayé les voies..." (Elie Lambert, Journal des savants, 1956)

MOULIN (Raymonde), Françoise Dubost, Alain Gras, Jacques Lautman et al.

Les Architectes. Métamorphose d'une profession libérale.

Calmann-Lévy, 1973, gr. in-8°, 311 pp, 5 plans (la Grande Borne à Grigny), qqs tableaux, biblio, index, broché, couv. à rabats, bon état (Coll. Archives des sciences sociales)

"Voici un ouvrage intéressant qui apporte une contribution précieuse à une sociologie des professions libérales dans la société contemporaine. Plus précisément, les auteurs se proposent « d'analyser la fonction et la profession des architectes, de tenter de mesurer les effets de freinage exercés par les architectes en tant que corps, d'apprécier les moyens d'évolution de la profession, et de définir le sens de cette évolution ». Pour atteindre cet objectif, ils ont choisi une méthode avant tout qualitative : études de documents écrits (presse, revues spécialisées, motions de congrès, textes émanant des syndicats, des associations, rapports officiels...), observations de type ethnographique, interviews semi-directives. L'ouvrage nous amène tout d'abord à chercher à situer la place des architectes en nous montrant comment ils ont su se distinguer des maîtres-maçons dès le Moyen-Age par une insistance répétée sur l'activité intellectuelle de leur pratique. De cette rupture entre le manuel et l'intellectuel va naître l'artiste, le démiurge que veut être l'architecte entouré d'un halo charismatique encore vivace aujourd'hui. Cette montée des architectes se verra institutionnalisée au XVIIe siècle sous le règne de Louis XIV. Le second moment décisif se situe à la fin du XIXe siècle avec la création des Ecoles, Syndicats et Associations, puis avec l'élaboration du Code Guadet, première ébauche qui conduira en 1940 à la création de l'Ordre des Architectes. Insister sur la montée sociale des architectes et l'institutionnalisation progressive de leur pratique, conduit logiquement à poser les problèmes actuels en termes de bouleversement des systèmes de valeurs, de modifications des conditions d'appartenance à « l'élite », de risque même de déclassement. La seconde approche présentée est très différente et conduit à un autre type d'analyse. Cette seconde approche porte sur une analyse des rôles, des stratégies et des conflits développés entre les architectes et leurs partenaires. Dans de nombreux cas, les architectes se trouvent en compétition avec les maîtres d'œuvre, les métreurs-vérificateurs, les ingénieurs, les entrepreneurs désireux d'industrialiser la construction, et bien souvent, ils se sentent dépossédés par ces concurrents mieux armés. Cette démarche conduit bien sûr les auteurs à tenter de caractériser le marché de la construction et à en dégager la structure de pouvoir. De ce fait, l'analyse abandonne donc les références au système de valeurs pour s'orienter vers une approche économico-politique centrée sur la division du travail, parfaitement illustrée par l'étude des relations entre l'architecte et le maître d'ouvrage, qu'il soit promoteur public ou promoteur privé..." (Christian de Montlibert, Revue française de sociologie, 1974)

OUDIN (Bernard).

Dictionnaire des Architectes.

Seghers, 1970, fort in-8° carré, 479 pp, texte sur 2 colonnes, environ 125 illustrations photographiques dans le texte et hors texte, glossaire des termes techniques, index des oeuvres citées regroupées par pays, biblio, reliure pleine toile de l'éditeur, jaquette illustrée (lég. abîmée), bon état

Si tout le monde connaît le Parthénon, peu de gens connaissent le nom de son constructeur, Ictinos. Apprécier l'architecture, c'est identifier et aimer "un Mansart" ou "un Le Corbusier" tout comme l'amateur de peinture contemple "un Vermeer" ou "un Picasso". Cet ouvrage offre le panorama complet des principaux architectes qui ont enrichi le patrimoine de l'Humanité : plus de 800 noms, de l'antiquité égyptienne aux architectes actuels.

PALUSTRE (Léon).

L'architecture de la Renaissance.

Maison Quantin, 1892, in-8°, 352 pp, 106 gravures dans le texte, index, reliure pleine toile brique éditeur, dos lisse orné, titres dorés au dos et sur le 1er plat, plats ornés (rel. de l'époque), bon état

"Nul n'était mieux préparé à écrire une histoire de l'Architecture de la Renaissance que notre directeur honoraire, M. Léon Palustre, qui, depuis plus de quinze ans, a consacré tout son temps à cet ouvrage considérable, La Renaissance en France , arrivé aujourd'hui à moitié de sa publication et qui comprend plus de trois volumes in-folio. Aussi voit-on que l'auteur est absolument maître de son sujet. Toutefois, quand on connaît très bien une matière, quand on a étudié tous les monuments d'une époque, il se présente quelquefois un écueil redoutable : c'est celui de ne savoir assez se borner et de se laisser envahir par la recherche des détails , lorsqu'il s'agit d'écrire un résumé devant tenir dans un volume de peu d'étendue. Mais, M. Palustre a su habilement triompher de cette difficulté et donner dans son livre, à chaque partie, l'espace proportionné à son importance relative. (...) L'illustration, qui comprend cent six planches, est généralement bonne et surtout très claire ; comme nous l'avons déjà dit, ce sont des élévations, des coupes et des plans, permettant de juger du style et de l'ordonnance des édifices signalés, et quelques détails caractéristiques, mais ceux-là en petit nombre. En tête de chaque chapitre se trouve une bibliographie très sommaire, mais suffisante, indiquant les quatre ou cinq principaux ouvrages à consulter pour étudier l'ensemble des monuments d'un pays ou d'une province. Ce manuel n'est destiné qu'à retracer à grands traits l'histoire de l'architecture de la Renaissance, et l'auteur y a réussi. Les personnes qui voudront de plus amples détails trouveront, à l'aide de ces premiers ouvrages , les indications nécessaires pour pousser plus avant leurs études." (Comte Arthur de Marsy, Bulletin Monumental, 1891)

PAPINI (Roberto).

Le Arti d'Oggi. Architettura e Arti Decorative in Europa. [Arts d’aujourd’hui. L'Architecture et les arts décoratifs en Europe].

London, Verba Volant, 2005, gr. et fort in-4°, 23-(435)-7 pp, 23 pages, CDXXXV (435) planches photographiques + 7 pp d’Index général, des noms, par localisation. soit 808 illustrations dont 12 en couleurs imprimées en deux tons sur papier ivoire, introduction et légendes en italien, note de l’éditeur en anglais, reliure pleine toile crème, dos lisse orné, jaquette rempliée illustrée, très bon état

Publié en 1930 par Casa Editrice d'Arte/Bestetti e Tumminelli, ce livre est aujourd’hui réédité en fac-similé, avec le parti pris de l’éditeur d’une impression en deux tons afin de respecter la qualité des reproductions en héliogravure de l’édition originale devenue rare. L’auteur, historien et critique d’art, a rassemblé une magnifique iconographie organisée en six sections : Architecture, Mobilier, Ferronnerie, argenterie et joaillerie, Céramique, Verrerie et textile, Tapisserie, cuir et reliure, papiers peints. Ensemble emblématique de cette époque révolutionnaire en termes d’art décoratif et d’architecture (Baccarat, Cartier, René Lalique, Le Corbusier, Louis Süe, André Mare…). La netteté des illustrations restaurées sera appréciée par les bibliophiles, les collectionneurs et les connaisseurs des diverses disciplines abordées.

PEVSNER (Nikolaus), John FLEMING, Hugh HONOUR.

A Dictionary of Architecture. Revised and enlarged edition.

London, Allen Lane, 1975, in-8°, 554 pp, très nombreuses illustrations, reliure toile éditeur, jaquette illustrée

"This comprehensive dictionary..describes, catalogs, and explicates the history and development of this first and most basic art form from Abacus to Ziggurat. It covers architects, architectural terms, building materials, styles and movements, types and specific examples of buildings. All the great architectural achievements of the world's civilizations are brilliantly and clearly de scribed, graphically illustrated. Here are all the great buildings from cathedrals to castles, from pyramids to skyscrapers and all the illustrious names: Bernini, Michaelangelo, Corbusier, Wright, Gropius, Gaudi.."

PICHEIRE (Docteur J.).

Monographie de l'Eglise romane de Formiguères-en-Capcir (Pyrénées-Orientales).

Béziers, Librairie Clareton, 1940, gr. in-8°, 60 pp, 4 pl. hors texte, broché, bon état, envoi a.s.

POUILLON (Fernand).

Mémoires d'un architecte.

Seuil, 1984, in-8°, 481 pp, 35 photos sur 16 pl. hors texte, broché, bon état

Dans une chambre où il s'est réfugié à Fiesole, un évadé parle. Il est recherché par toutes les polices du monde. Il s'appelle Fernand Pouillon. Sa réussite a été sensationnelle ; il a couvert de ses chantiers la France, l'Algérie, l'Iran. Et finalement, le CNL – sombre « affaire » – l'a plaqué au sol. Livré par la presse en pâture à l'opinion publique, il veut à son tour, sans contrainte, dire sa vérité, dire tout : ses débuts à Marseille, les étapes d'une carrière fulgurante, les hommes qu'il a affrontés, les succès qui lui ont révélé sa solitude intérieure, les avanies qui l'ont forcé jusqu'en son recreux. Le récit continue en prison : c'est le journal d'un « grand procès » où l'on découvre l'envers du décor... Depuis lors, le bâtisseur a repris son œuvre ; il a fait sortir de terre des dizaines de chantiers. Mais ceci est une autre histoire. Fernand Pouillon est décédé le 24 juillet 1986.

RAGOT (Gilles).

Robert Camelot, architecte des Palais de la céramique et du C.N.I.T.

Liège et Bruxelles, P. Mardaga ; Paris, Institut français d'architecture, 1988, gr. in-8° carré, 239 pp, nombreuses illustrations et photos, quelques-unes en couleurs, chronologie, biographies, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Architecture et urbanisme). Texte bilingue français et anglais

RAMBERT (Charles).

Histoire de l'architecture civile française.

P., L'Information du Bâtiment, 1962, gr. in-8°, 103 pp, préface de Albert Laprade, 174 figures (dessins, plans, gravures et photos), biblio, broché, bon état

REID (Richard).

Le Livre de l'Architecture. Europe - Amérique du Nord. 3.500 exemples illustrés d'architecture urbaine et rurale et de monuments de l'Antiquité à nos jours.

Hachette, 1981, gr. in-8°, 448 pp, illustrations dans le texte et à pleine page en couleurs, très nombreux dessins dans le texte en noir, 6 cartes sur double page, glossaire, index, reliure percaline brune de l'éditeur, jaquette illustrée, bon état

Le monde de l'Antiquité classique ; Le monde byzantin et médiéval ; Renaissance et classicisme ; Le monde contemporain.

Revue Utopie – Collectif – Hubert Tonka, Jean Baudrillard...

Utopie quatre, octobre 1971.

Paris, 1971, in-8°, 79 pp, broché, couv. lég. salie, bon état

La revue Utopie est fondée en 1967, animée par Hubert Tonka, éditeur et co-fondateur avec Henri Lefebvre. On y retrouve Isabelle Auricoste et Jean Baudrillard. La revue publie au hasard des numéros des sociologues comme Jean Baudrillard et René Lourau, des urbanistes (Catherine Cot, Isabelle Auricoste, Hubert Tonka) ainsi que des architectes (Jean Aubert, Antoine Stinco, Jean-Paul Jungmann). Utopie milite sur une " Sociologie de l'Urbain" et une architecture inscrite dans la lutte des classes. En 1971, le groupe se sépare mais la revue Utopie, toujours animée par Hubert Tonka, continuera jusqu en 1977.

SALCH (Charles-Laurent) et Joëlle Burnouf.

L'Atlas des villes et villages fortifiés en France du Ve siècle à la fin du XVe siècle.

Strasbourg, Publitotal, 1978, in-4°, 495 pp, préface de Philippe Dollinger, cartes de Maurice Frey, plans dessinés par Claire Chantelouve et Nicolas du Saulcy, photos de Dominique Martinez, richement illustré d'environ 1500 photos, gravures, relevés et plans en noir et en couleurs, 14 cartes, biblio, reliure pleine toile bleue de l'éditeur, jaquette illustrée (pt déchirure réparée au 2e plat de la jaquette), bon état

Un inventaire géographique des fortifications urbaines et communales du moyen âge en France. L'ouvrage comprend trois parties. La première présente l'histoire de nombreux monuments. La seconde est un inventaire des sites par département. Enfin, des études d'ensemble consacrées à l'histoire et à l'architecture des communes fortifiées au moyen âge terminent l'Atlas. — "On connaît les ouvrages remarquables de Charles-Laurent Salch, qui ont marqué une étape nouvelle dans la connaissance des châteaux et des enceintes en France : successivement, il a publié l'Atlas des châteaux forts en France ; l'Atlas des villes et villages fortifiés en France, le Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Age en France, sans compter son Dictionnaire des châteaux de l'Alsace médiévale et d'autres ouvrages encore. (...) On apprécie, au fil des pages, l'énorme accumulation de connaissances que révèle ces dictionnaires. La quantité de dessins, de plans, d'encadrés spécifiques, fait de ces livres une « pioche » où l'on peut extraire de l'information à plaisir." (Jean Mesqui, Bulletin Monumental)

SCHMID (Thomas) et Carlo TESTA.

Systems Building / Bauen mit Systemen / Constructions modulaires.

Zurich, Editions d'Architecture Artemis, 1969, in-4°, 240 pp, très nombreuses figures, photos et plans, texte en anglais, allemand et français, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état

SEITZ (Frédéric).

L'Ecole spéciale d'architecture, 1865-1930. Une entreprise d'idée.

Picard, 1995, gr. in-8°, 200 pp, 43 illustrations, biblio, index, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

"Ce livre est une bonne monographie sur l'unique école privée d'architecture existant en France, rédigée par un spécialiste de l'histoire de l'architecture. L'Ecole centrale d'architecture, rebaptisée spéciale en 1870, est fondée par Emile Trélat en 1865 sur le modèle de l'Ecole centrale des arts et manufactures. Cette création, conçue en réaction contre l'enseignement académique délivré alors par l'Ecole des Beaux-arts, vise à promouvoir un enseignement libéral et rationnel de l'architecture, associant à l'éducation plastique une solide formation technique, le tout en seulement trois années. Après des débuts difficiles, l'Ecole, devenue d'utilité publique en 1870, parvient à trouver place dans le paysage architectural français, malgré l'hostilité de l'Ecole des Beaux-arts, mais c'est une place somme toute modeste : les effectifs sont réduits (le nombre des diplômés oscille entre 6 et 20 chaque année entre 1880 et 1930) et l'enseignement qui s'y donne ne semble pas avoir été d'une grande originalité, la direction de l'école se ralliant même, très explicitement, à l'esprit beaux-arts après 1910." (Bruno Belhoste)

STAROBINSKI (Jean).

L'Invention de la liberté, 1700-1789.

Genève, Skira, 1964, gr. in-4°, 222 pp, 63 reproductions et photographies en couleurs contrecollées sur 60 planches hors texte, 60 illustrations en noir, index des noms cités, reliure d'éditeur, jaquette illustrée, rhodoïd, sous emboîtage, bon état (Coll. Art, Idées, Histoire). Edition originale

L'espace humain du XVIIIe siècle ; Philosophie et mythologie du plaisir ; L'inquiétude de la fête ; L'imitation de la nature ; Nostalgies et utopies. — "Le texte de M. Starobinski frappe par la qualité de l'écriture, sa cohérence, sa vivacité constante et l'ampleur de cette découverte panoramique. On sent tout le plaisir qu'il a eu à l'écrire. Il s'agit en effet d'un moment décisif, sinon à la vérité dans la vie des formes, du moins dans le progrès de la conscience moderne. L'art en ce siècle se détache de la délectation. « L'on ne se contente plus de débattre sur les moyens choisis par l'artiste, l'on s'interroge sur la fin même de son activité... » L'art tend à se désaliéner, et on peut entrevoir le moment où il ces sera de servir « l'idéologie du pouvoir » au profit « d'un complet épanouissement de l'humanité de l'homme ». Le « baroque jubilant » trahit-il au vrai ce partage ? Les rites royaux tournent au simulacre. La frivolité de la cour ruine le prestige mystique de la monarchie. L'ostentation devient spectacle. La pompe, divertissement. Le monde des princes s'est séparé, coupé de la réalité, et le faste – au lieu d'être l'image visible de la puissance – n'est plus qu'un défi à la misère du peuple. Le style rocaille a renoncé à la « rhétorique de la persuasion » qui justifiait au siècle précédent Le Bernin ou Guarini, pour s'établir dans la fantaisie. Dans une telle évolution, note M. Jean Starobinski, le luxe n'est plus que « la notification décorative du superflu ». La mode commence à envahir les mœurs. Si la femme est au centre de ce théâtre d'illusions, les masques, les parcs, les ruines, la nature du bon sauvage en sont le trompe-l'œil. La mythologie, vidée de toute transcendance, n'est plus qu'un répertoire assez banal de formes, de chairs lumineuses, de mouvements. Où trouver le lien entre la passion des idées et cette constante recherche du plaisir qui tournent d'une part à la prolixité et à l'utopie, de l'autre à la dissipation ? Ce qu'inaugure le XVIIIe siècle, c'est une « réflexion sérieuse sur le plaisir ». Libertaires et libertins y forment une alliance indissoluble. « Libre jouissance, mais aussi libre examen ». La vertu y devient une mode, comme la campagne ou les laiteries. La mort n'est d'ailleurs pas absente du divertissement, et le siècle passera de l'escarpolette à l'échafaud sans s'écarter de ce que l'auteur appelle ici les « juridictions du sentiment ». En réalité la fête galante reste une des pudeurs de ce siècle qui refuse d'avouer ce qui le ronge. Elle transpose moins d'illusions que l'exotisme naissant ou le mesmérisme. L'ennui, l'inquiétude accompagnent les couples dans le demi-jour des allées. Entre un monde qui s'achève et un monde qui n'est pas encore né, Watteau confirme sa mélancolie..." (Camille Bourniquel, Esprit, 1965)

STOIANOVITCH (Jean).

Monuments romans et gothiques de la France. (Architecture et sculpture).

P., Ch. Massin, s.d. (1936), in-folio, In-folio en feuilles, sous chemise à rubans, dos toilé, 12 pages de texte, suivies de 44 planches en noir. Bibliographie, envoi a.s. Bon exemplaire

TISNÉ (Pierre et Laurent)(dir.).

Guide artistique de l'Espagne. Avec la collaboration de D. José Milicua.

Editions P. Tisné - Librairie A. Hatier, 1967, gr. in-8°, ix-559 pp, texte sur 2 colonnes, 2500 illustrations, 14 planches en couleurs hors texte, 13 cartes, index géographique, index des noms, broché, couv. illustrée, sous emboîtage carton, bon état

Ce livre présente l'essentiel de l'architecture, de la sculpture, de la peinture et des arts mineurs qui composent les richesses artistiques de l'Espagne. L'amateur y trouvera les chefs-d'oeuvre, mais aussi les éléments d'une leçon d'art et de nombreux détails méconnus qui seront autant de pistes permettant des découvertes personnelles. Des notices concises situent dans l'histoire de l'Espagne et dans l'histoire de l'art l'importance d'un lieu et de ses trésors d'art.

TOURNIER (René).

Les Eglises comtoises. Leur architecture des origines au XVIIIe siècle. Préface de Lucien Febvre. (Thèse).

Picard, 1954, in-4°, 448 pp, illustré de 10 cartes, de 82 plans, de 26 figures dans le texte et de 72 planches hors texte, index, exemplaire numéroté sur alfa, broché, qqs rares rousseurs, bon état

VIOLLET-LE-DUC (Eugène).

Histoire de l'Habitation humaine, depuis les temps préhistoriques jusqu'à nos jours.

Liège et Bruxelles, Pierre Mardaga, 1978, in-8°, (4)-372 pp, nombreuses gravures dans le texte et à pleine page, plans, vignettes, broché, couv. illustrée, bon état

Réimpression en fac-similé de l'édition parue chez Hetzel. Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc (1814-1879) fut un architecte français, célèbre pour ses restaurations de constructions médiévales. Ses écrits théoriques rationalistes (Entretiens sur l’architecture, 1863), posèrent aussi les bases de l’architecture moderne.

VIOLLET-LE-DUC (Eugène).

La Cité de Carcassonne (Aude).

P., Editions Albert Morancé, s.d. (v. 1920), in-8°, 84 pp, 15e édition, 16 figures et plans dans le texte et à pleine page, broché, papier jauni, bon état

VIOLLET-LE-DUC (Eugène).

L'éclectisme raisonné. Choix de textes et préface de Bruno Foucart.

Denoël, 1984, in-8°, 335 pp, 12 pl. de gravures hors texte, broché, couv. illustrée (pelliculage de la couv. lég. décollé), bon état

VOLAIT (Mercedes).

Architectes et architectures de l'Egypte moderne (1830-1950). Genèse et essor d'une expertise locale. (Thèse).

Maisonneuve et Larose, 2005, gr. in-8°, 476 pp, 130 ill. dans le texte (croquis, plans, photos), notices biographiques, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

Les années 1850-1950 ont légué à l'Egypte, en amont et en marge de l'occupation coloniale, une riche production bâtie, qui en fait un terrain fécond pour étudier la formation et le déploiement des pratiques et savoirs architecturaux modernes dans un contexte extra-européen. Ce travail s'attache à en proposer une histoire centrée sur l'émergence et l'essor d'un corps local d'ingénieurs-architectes en liaison avec les grands projets publics d'aménagement urbain. A partir des scansions usuelles de l'histoire politique égyptienne – le temps des réformes vice-royales (jusqu'en 1882), l'occupation britannique (1882-1922), l'âge dit "libéral" (à partir de 1922) – la narration parcourt successivement trois champs de pratiques : celui de la codification et de la transmission des savoirs techniques propres au métier d'architecte étudiés à travers le développement d'un enseignement spécifique, la production de traités et de manuels spécialisés et les formations acquises en Europe ; celui de l'aménagement urbain, vu au prisme d'une sélection d'opérations significatives et de la mise en place du dispositif institutionnel et réglementaire encadrant l'édilité urbaine ; celui, enfin, de la production architecturale proprement dite, analysée à partir d'un ensemble de réalisations représentatives. C'est une maîtrise d'oeuvre de qualité, stimulée par une commande publique progressiste, et en position d'assimiler et de s'approprier la pensée et les techniques modernes, dans leurs référents européens, qui a pris ainsi peu à peu corps.

VOLWAHSEN (Andreas).

Inde islamique.

Fribourg, Office du Livre, 1971, in-8° à l'italienne, 194 pp, 84 pl. hors texte de photos reproduites en héliogravure, 16 p. de plans originaux, 40 dessins dans le texte, 3 cartes, tableau chronologique, glossaire, biblio, cart. illustré de l'éditeur, bon état (Coll. Architecture universelle)

L'architecture du sous-continent indien sous le règne des grands souverains musulmans.

WARD (W. H.).

The Architecture of the Renaissance in France. A History of the Evolution of the Arts of Building, Decoration and Garden Design under Classical Influence from 1495 to 1830. Volume I : The Early Renaissance (1495 to 1640). – Volume II : The Later Renaissance (1640 to 1820). Second edition, revised.

New York, Hacker Art Books, 1976, fort in-8°, xxvi-533 pp, pagination continue, 473 figures dans le texte, biblio, index, les 2 tomes reliés ensemble en un volume pleine toile bleue, bon état

Réimpression en un seul volume de la deuxième édition revue de 1926. — "M. Ward, déjà connu par un ouvrage sur les châteaux et les jardins français du XVIe siècle, vient de publier deux volumes abondamment illustrés dans lesquels il ne limite plus ses recherches au XVIe siècle, mais s'efforce de montrer ce qu'est devenu l'art classique pendant les deux siècles suivants, les transformations qu'il a subies de Louis XIV à Louis XVI, la vitalité qu'il possédait encore sous Napoléon, et finalement sa décadence aux temps de la Restauration. C'est une période d'environ trois cents ans, qui a donné lieu jusqu'ici à de nombreuses monographies de détail, mais qui n'a guère fait l'objet de travaux d'ensemble et, quoi qu'il en puisse coûter à notre amour-propre national, je suis obligé d'avouer qu'on ne lui a consacré en notre langue aucun ouvrage aussi complet que celui de M. Ward. L'ouvrage est divisé en huit chapitres correspondant aux règnes de Louis XII, François Ier, Henri II, Henri IV et Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI, Napoléon. (...) L'ouvrage fait honneur à l'éditeur. Il est bien publié. Les illustrations sont nombreuses, bien choisies, bien exécutées, et quoique un peu petites parfois, elles peuvent donner une idée suffisante de l'architecture française pendant la longue période étudiée par M. Ward." (R. de Lasteyrie, Journal des savants)

WESTON (Richard).

Visionnaires. Les plus grands architectes.

Editions de La Martinière, 2015, in-4°, 312 pp, très nombreuses photos en noir et en couleurs, broché, couv. illustrée, bon état

Antoni Gaudí, Le Corbusier, Jean Prouvé, Oscar Niemeyer, Frank Gehry, Renzo Piano, Tadao Ando, Herzog & de Meuron... 75 grands noms pour incarner toute la diversité de l'architecture moderne, de 1880 à nos jours. Chacun de ces talentueux architectes a su imposer sa propre manière de penser l'espace, tout en s'adaptant à l'évolution des sociétés et aux avancées technologiques. Leurs œuvres habitent nos villes et nourrissent notre imaginaire.

WOGENSCKY (André).

Architecture active.

Casterman, 1972, in-8°, 258 pp, 8 pl. de photos hors texte, broché, couv. illustrée, petite trace d'humidité ancienne au bas du 2e plat affectant les 8 planches de photos in fine qui sont abîmées, état correct. Edition originale, un des 150 exemplaires hors commerce numérotés, enrichi d'un envoi a.s.

Le principal ouvrage d'André Wogenscky (1916-2004), éminent architecte, disciple et proche collaborateur de Le Corbusier, Grand prix national de l'architecture en 1989, président de la Fondation Le Corbusier de 1971 à 1988. — « L'architecture, au sens large du terme qui englobe l'urbanisme, est l'organisation du milieu physique. Ce milieu exerce de multiples actions sur nous. L'architecture consiste à l'organiser pour que ces actions soient bonnes, pour diminuer ou supprimer les mauvaises, pour renforcer les bonnes, pour en créer de nouvelles. L'architecture est l'organisation de toutes les actions du milieu physique. Elle rend le milieu encore plus agissant qu'un milieu naturel. L'architecture est active. Elle agit sur notre santé. Elle agit sur nos activités, nos gestes les plus simples, nos mouvements, nos actes, non seulement individuels, mais collectifs, depuis ceux de la famille ou du groupe social le plus élémentaire jusqu'à ceux des groupes sociaux les plus complexes, c'est-à-dire sur toutes les activités de la société... »

YETKIN (Suut Kemal).

L'architecture turque en Turquie.

Maisonneuve et Larose, 1962, gr. in-8°, (8)-173 pp, 104 planches de photos hors texte, 48 figures et plans dans le texte, biblio, index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état (Coll. Histoire du monde de l'Islam)

L'architecture des Seldjoukides ; L'architecture des principautés ; L'architecture de l'empire ottoman (Mosquées, Médressés, Turbés).

ZEVI (Bruno).

Apprendre à voir l'architecture.

Editions de Minuit, 1959, gr. in-8° carré, 135 pp, texte français de Lucien Trichaud, 34 figures dans le texte, 133 photos in fine sur 32 pl. hors texte, broché, couv. lég. salie, état correct (Coll. Les Cahiers Forces vives)

"Première édition française (“Saper vedere l'architettura”, Turin, Einaudi, 1948) de ce manuel classique des études d'architecture, le principal ouvrage du théoricien italien Bruno Zevi (1918-2000)." (Vignes, 337)