24 résultats

BARJOT (Dominique)(dir.).

Les Patrons du Second Empire (1). Anjou, Normandie, Maine.

Picard/Editions Cénomane, 1991, gr. in-8°, 256 pp, préface de Pierre Chaunu, 16 pl. de gravures et photos hors texte, cartes, sources et biblio, 2 index, broché, bon état (Institut d'histoire moderne et contemporaine - CNRS)

Région par région, cette collection apporte un éclairage original sur une époque clé du développement économique français à travers ses agents essentiels : les entrepreneurs. — Premier d'une collection d'ouvrages régionaux sur «Les Patrons du Second Empire», le fascicule Anjou- Normandie-Maine est le fruit du travail d'une équipe de 36 collaborateurs animée par D. Barjot. C'est dire l'ampleur de la collecte, et la difficulté de la tâche. Cette enquête collective s'inscrit dans un vaste projet de prosopographie des élites françaises défini en 1979 par l'Institut d'Histoire Moderne et Contemporaine, mais qui, pour les hommes d'affaires, s'est finalement réduit dans un premier temps, moins ambitieux, à la coupe du Second Empire, phase déterminante dans les mutations économiques de la France du XIXe siècle, et qui plus est, tournant pour l'économie de l'Ouest français, avec la cure de libre-échange et la famine cotonnière qui mettent fin au grand mouvement d'industrialisation amorcé mi-XVIIIe siècle et amplifié sous la Monarchie de Juillet.

BAUSSAN (Charles).

L'Anjou.

Grenoble, P., Arthaud, 1945, gr. in-8° carré, 290 pp, 238 illustrations en héliogravure dans le texte et à pleine page, une carte volante, broché, couv. rempliée illustrée par Louis Garin, bon état (Coll. Les Beaux Pays). Un des 1000 ex. numérotés sur papier vélin à la forme

"En regardant la date de parution de ce livre, le lecteur peut se demander s'il ne s'est pas trompé. Malgré les difficultés dans lesquelles se débat l'édition française, on trouve ici la beauté du papier, la netteté des caractères, la délicatesse des reproductions photographiques en sépia foncé... rien n'est changé à la tradition de présentation luxueuse de la maison Arthaud ! C. Baussan, un Angevin qui connaît et aime sa petite patrie, la divise, selon la coutume, en cinq pays, dans lesquels il pénètre par la Touraine (p. 35) : la vallée qui n'existe que par la Loire (p. 39-96) ; le Saumurois où la vigne est la reine (p. 97-144) ; le Baugeois, pays de la forêt (p. 191-222) ; le bocage segréen (p. 223-252) ; les Mauges, cette Vendée angevine (p. 253-288) sur lesquelles règne, paisible, Angers, avec son château et sa cathédrale (p. 145-190). Description soignée, utile à l'archéologue, à l'amateur d'histoire locale comme au géographe ou au touriste, ce livre permet aussi bien d'apprendre à connaître la région que de retrouver d'agréables souvenirs de voyage. L'illustration mérite une mention spéciale : les photos sont remarquablement choisies et exécutées ; citons en particulier le moulin d'Anjou (p. 21), la statue du roi René, par David d'Angers (p. 29), les vues de Fontevrault (p. 42-43), les eaux calmes du Thouet (p. 123), la paix lumineuse du cloître Saint-Jean (p. 185), le château du Lude au bord du Loir (p. 190-220)..." (L'information géographique, 1946)

BOUGLER (Edouard-Jacques).

Mouvement provincial en 1789. Biographie des députés de l'Anjou depuis l'Assemblée Constituante jusqu'en 1815.

P., Didier, 1865, 2 vol. in-8°, vii-534 et 538 pp, reliure demi-basane brune, dos à 4 faux nerfs soulignés à froid, roulette en tête et en queue, mouillures claires, rousseurs éparses, bon exemplaire

Etudes sur les représentants de l'Anjou à la Constituante, à la Législative, à la Convention etc., parmi lesquels Volney, La Revellière-Lépeaux, le duc de Praslin, Choudieu, Delaunay jeune, le général d'Autichamp.

CHARBONNEAU (Etienne).

Etienne Charbonneau, 1870-1945.

[Angers], E. Charbonneau, 1990, gr. in-8°, 364 pp, 8 pl. de photos hors texte, 2 cartes, tableaux généalogiques (familles Charbonneau, Caillière, Poilièvre, Lemanceau), fac-similés en annexes, broché, couv. illustrée, bon état, envoi a.s.

Par le petit-fils de Etienne Charbonneau, qui porte le même nom que son grand-père. Les faits sont racontés ici comme ils ont été vécus, ce qui fait le charme de ce livre sans parti-pris et donne sa dimension humaine au héros, descendant d'un ami de Danton, qui épouse un jour de janvier 1900 la descendante d'un Chouan tué à Loiré au combat contre les bleus... — Au XIXe siècle, l'appellation "champagne de Saumur" est courante, mais elle est interdite par la loi de 1908 qui protège les vins de terroir (alors que les grandes firmes champenoises achètent couramment du vin dans le Saumurois). La dénomination de "vin mousseux" est la plus habituelle ; la marque "Saumur Brut" n'est déposée qu'en 1936. Une vingtaine de maisons fonctionnent dans l'agglomération saumuroise en 1912. Parmi elles, Armand-Jules Lecluse, fils d'un bottier-cordonnier de la rue Saint-Jean, associé un temps avec Amiot, s'installe à l'écart des autres maisons dans les caves du Bois-Brard, louées en 1871 à Baptiste Fouquet. En 1901, l'affaire est reprise par Etienne Charbonneau et son ami Emmanuel Lehou. Elle est prospère jusqu'en 1922 et décline ensuite... On en lira l'intéressante étude détaillée pp. 230-255.

Collectif – [Anjou].

Anjou. Cadre naturel, Histoire, Art, Littérature, Langue, Economie, Traditions populaires.

P., Christine Bonneton, 1985, gr. in-8°, 399 pp, très nombreuses gravures et photos en noir et en couleurs, biblio, index, broché, couv. illustrée à rabats, état correct

Histoire et Art (Robert Favreau et Jean-Luc Marais) ; Ethnographie (dir. Janine Brouard) ; Langue et Littérature (Gabriel Guillaume et Georges Cesbron) ; Milieu naturel (Romain Brossé) ; Vie économique (Jacques Jeanneau).

Congrès Archéologique de France.

Anjou.

P., Société française d'Archéologie, 1964, pt in-4°, 690 pp, nombreuses illustrations photographiques et plans, broché, bon état (CXXIIe session, 1964)

Angers : Château, Cathédrale Saint-Maurice (recherches récentes), Trésor de la cathédrale, Saint-Martin, Saint-Serge, Hôpital Saint-Jean, Abbaye Saint-Nicolas (H. Enguehard, A. Mussat, P.-M. Auzas et J. Martin-Dumézil). Vernoil-le-Fourier (J. Mallet). Mouliherne (J. Mallet). Brion (J. Mallet). Bocé (J. Mallet). Vieil-Baugé (J. Mallet). Pontigné : Eglise, peintures murales de l'église (J. Mallet et M. Thibout). Genneteil (J. Mallet). Chapelle du Collège des Jésuites de La Flèche (P. Moisy). Jarzé (H. Sigros). Château du Plessis-Bourré (P.-M. Auzas). La Hamonière (Y. Labande-Mailfert). Château du Percher (H. Enguehard). Château de l'Ecoublère (H. Chanteux). Eglise Saint-Jean-Baptiste de Château-Gontier (M. Thibout). Château de Saint-Ouen en Chemazé (H. Chanteux). Château de Mortier-Crolles (Ch. Demouveaux). Château de Magnannes, Craon et Pignerolles (P. Lavedan). Le Lion d'Angers (R. Planchenault). Château du Plessis-Macé (H. Enguehard). Château de Serrant (J.-M. Perouse de Montclos). Savennières (J. Martin-Demézil). Béhuard (R. Planchenault). Le Coudray-Montbault (H. Enguehard). Le Puy-Notre-Dame (R. Crozet).Saint-Denis de Doué (A. Mussat). Asnières (A. Mussat). Montreuil-Bellay (M. de Grandmaison). Fontevrault : Abbaye, travaux aux XIXe et XXe siècles, "Cimetière des Rois" (R. Crozet, H. Enguehard et A. Erlande-Brandenburg). Saint-Germain-sur-Vienne (J. Martin-Demézil). Candes (A. Mussat). Château de Montsoreau (Ch. Demouveaux). Saumur : Château, Notre-Dame-de-Nantilly, Saint-Pierre, Chapelle Saint-Jean, Notre-Dame-des-Ardilliers (H. Landais, A. Mussat, H. Enguehard). Château de Boumois (Ch. Demouveaux). Trèves (J. Mallet). Saint-Vétérin de Gennes (R. Planchenault). Notre-Dame de Cunault (Fr. Salet).

DENAIS (Joseph).

Armorial général de l'Anjou, d'après les titres et les manuscrits de la Bibliothèque nationale, des bibliothèques d'Angers, d'Orléans, de la Flèche, etc., les monuments anciens, les tableaux, les tombeaux, les vitraux, les sceaux, les médailles, les archives, etc.

Angers, Germain et Grassin, 1885, 3 vol. gr. in-8°, xxxvi-494, 436 et 451 pp, 56 planches de blasons en noir (la planche 44 n'existe pas), table des devises, sources, reliures demi-percaline bleue, couv. conservées, rousseurs, bon exemplaire

"Ouvrage peu commun." (Saffroy II, 16625)

DUMONTIER (Michel).

L'empire des Plantagenêts. Aliénor d'Aquitaine et son temps.

P., Copernic, 1980, in-4° (25 x 28), 156 pp, près de 200 documents, photos, plans, reconstitutions et dessins, tableaux généalogiques, reliure toile beige de l'éditeur, jaquette illustrée, bon état

"Présenter dans un album assez copieux et bien illustré les possessions des Plantagenêts est une idée séduisante. Ce n'est pas un projet inutile, car les ouvrages récents, sur ce domaine, en français, sont plutôt rares. L'ouvrage retient l'attention d'abord par son iconographie. Les cartes, les croquis, les photos, les reproductions de dessins, dont bon nombre sont empruntés à Viollet-le-Duc, forment un tout cohérent. L'aspect vieillot de telle ou telle reproduction apporte une note divertissante et en dit plus long qu'un discours historiographique..." (Jacques Paul, Revue d'histoire de l'Église de France, 1982)

DURAZZO (Prince Alexis d'Anjou, duc de).

Moi, Alexis, arrière-petit-fils du Tsar.

Fayard, 1982, gr. in-8°, 382 pp, 12 pl. de photos hors texte, 16 pp de fac-similés en annexe, broché, couv. illustrée, bon état

L'auteur prétend que les filles du Tsar et la Tsarine n'auraient pas été exécutées à Iékaterinbourg et auraient survécu, et qu'il serait le petit-fils de la grande-duchesse Marie, et aurait été reconnu héritier des Romanov par les Obrénovitch... — Alexis Durazzo s'appelait en réalité Alexis Brimeyer, un citoyen belge connu pour avoir usurpé de nombreux titres européens. Il s'est ainsi proclamé prince d'Anjou Durazzo (par son père) et prince Romanov-Dolgorouky par ses « grands-parents » : Maria Nicolaïevna (troisième fille de Nicolas II) et Nicolas Dolgorouky (prince Dolgorouky). Or, comme Maria, Nicolas Dolgorouky a été exécuté par les bolcheviques lors de la révolution. En 1992, Alexis Brimeyer s'est également proclamé héritier du trône de Serbie. Il décède à Madrid, en 1995. Au final, ce « petit-fils » de Maria n'était sans doute qu'un mystificateur. Pourtant, quelques historiens le reconnaissent encore comme un descendant de Nicolas II.

FRAYSSE (Jeanne et Camille).

Mon village. Glanes folkloriques des régions saumuroises et baugeoises.

Le Thoureil, chez les auteurs, 1965, in-8° carré, 123 pp, préface de Georges-Henri Rivière et Marcelle Bouteiller, 7 pl. de photos hors texte, illustrations de Jeanne Fraysse dans le texte, chansons d'autrefois avec musique notée, glossaire, broché, couv. illustrée, bon état, envoi a.s.

"Au cours des longues veillées d'hiver, M. J. Fraysse a mené auprès des habitants de son village saumurois du Thoureil et de ses alentours une véritable enquête sur les us et coutumes qui complète celle réalisée un demi-siècle plus tôt par son père dans le Beaugois. Traditions, croyances, littérature orale, chansons, médecine populaire, tels sont les principaux chapitres de cet agréable travail illustré de plaisantes photographies du début du siècle et, comme à l'habitude, de nombreux dessins à la plume exécutés par Mme J. Fraysse." (Louis Cotinat, Revue d'histoire de la pharmacie, 1966)

JOUBERT (André).

Une Famille de grands prévots d'Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les Constantin, seigneurs de Varennes et de la Lorie, d'après les archives inédites du château de la Lorie.

Angers, Germain et Grassin et P., Emile Lechevalier, 1890, gr. in-8°, xi-363 pp, 24 gravures hors texte, index, reliure demi-basane violine, dos à 4 nerfs soulignés à froid, titres dorés, couv. conservées, dos uniformément passé, qqs rares rousseurs, bon état. Exemplaire sur papier de Hollande. Ouvrage rare

La famille Constantin a possédé, pendant près d'un siècle et demi, la terre de la Lorie situé dans la commune de La Chapelle-sur-Oudon, près Segré, et, pendant cinquante ans seulement, le château de Varennes, qui se dresse sur le territoire de la commune de Savennières. Ces deux communes se trouvent dans le départemement du Maine-et-Loire. (Saffroy III, 39216). — "Le travail de M. Joubert retrace à grands traits l'histoire d'une famille importante de l'Anjou, et comprend une assez longue période (1652-1799). Les archives des Constantin de la Lorie ont fourni à l'auteur bon nombre de documents inédits qui, analysés et classés, forment le fond de l'ouvrage. L'histoire de la famille se trouve en quelque sorte reléguée au second plan, la première place restant occupée par le récit des incidents nombreux de la vie des grands prévôts. Les détails abondent, souvent curieux... Le volume est complété par une série d'héliogravures, dont quelques-unes fort remarquables (...) Dans les pièces justificatives, les plus intéressantes sont des inventaires après décès. Plusieurs de ces inventaires contiennent des indications intéressantes relatives au prix des bestiaux et des grains en 1683 et en 1700." (Bibliothèque de l'école des chartes, 1891)

LEBRUN (François).

Les Hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles. Essai de démographie et de psychologie historiques. (Thèse).

P. et La Haye, Mouton, 1971, gr. in-8°, 562 pp, 7 pl. hors texte, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

Professeur à l'Université de Haute-Bretagne, François Lebrun a consacré sa thèse à l'étude d'une province typique de l'ancienne France : l'Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles. Se tenant quasi totalement à l'écart des "révolutions" démographiques ou mentales du XVIe siècle finissant, l'Anjou fait partie du vaste ensemble Normandie-Poitou-Bretagne qui connaît, dans un siècle de progrès, la stagnation des déshérités et des médiocres. Faire l'histoire de ces temps et de ces lieux, c'est observer des hommes qui vivent mal, donc vulnérables, face aux nombreux fléaux qui les accablent : hommes, femmes et enfants, tous se débattent ou se résignent, désarmés devant la mort.

LEBRUN (François).

Se soigner autrefois. Médecins, saints et sorciers aux 17e et 18e siècles.

P., Temps Actuels, 1983, in-8°, 206 pp, 8 pl. de gravures hors texte, lexique, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

"Voici un petit livre, sur un sujet ample, et qui pourtant ne laisse sans réponse aucune des questions que le lecteur est amené à formuler. F. Lebrun ne nous livre pas un chapitre d'histoire de la médecine mais bien une approche globale de « l'attitude des Français des 17e et 18e siècles face à la maladie ». Encore ce livre d'histoire culturelle conçoit-il son enquête de la manière la plus large qui soit, en liant cette attitude devant la maladie à « tous les éléments qui constituent une civilisation : croyances religieuses et explication qu'elles fournissent au mystère de la maladie, structures économiques et niveau de vie (...) connaissances scientifiques et techniques en matière médicale, place dans la société des divers praticiens de l'art de guérir » (p. 7). (...) Ce n'est donc pas seulement un livre commode : c'est un livre important." (Alain Croix, Annales ESC, 1985)

LEBRUN (François)(dir.).

Histoire d'Angers.

Toulouse, Privat, 1975, gr. in-8° carré, 340 pp, 12 pl. de gravures et photos hors texte, 23 cartes et illustrations dans le texte, biblio, index, reliure pleine toile éditeur, jaquette illustrée, bon état (Coll. Univers de la France et des pays francophones)

Par Fr. Lebrun, J. Mallet, S. Chassagne.

LEBRUN (François)(dir.).

Histoire des Pays de la Loire. Orléanais, Touraine, Anjou, Maine.

Toulouse, Privat, 1972, gr. in-8° carré, 462 pp, 43 pl. de gravures et photos hors texte (dont une en couleurs), 38 cartes et illustrations dans le texte, biblio, index, reliure éditeur, 1er plat illustré, rhodoïd, bon état (Coll. Univers de la France et des pays francophones)

Par M. Gruet, J. Siraudeau, J.-M. Bienvenu, M. Le Mené, Fr. Lebrun, P. Bois et P. Wagret.

MAILLARD (Jacques).

L'Oratoire à Angers aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Klincksieck, s.d. (1975), gr. in-8°, 251 pp, biblio, index, ,broché, bon état

"Les Oratoriens ont vécu à Angers de 1619 à 1792. Etudier leurs ressources et leur mode de vie, l'enseignement qu'ils dispensent aux écoliers qui fréquentent le collège (dont ils ont la charge), leur rôle dans la vie de l'Eglise d'Angers, tel a été l'objet de ce travail."

[MASSIN LE GOFF (Guy)] .

L'Anjou religieux et les orfévres du XIXe siècle.

Nantes, Commission régionale Pays de la Loire, 1983, in-8°, 189 pp, 188 illustrations en noir et 8 en couleurs, tableau des poinçons, biblio, broché, couv. illustrée, bon état (Cahier de l'inventaire général Pays de la Loire n° 5)

Catalogue de l'exposition présentée au Musée des beaux-arts d'Angers en 1983. Nombreuses notices des oeuvres et article « Les commanditaires et les donateurs angevins », p. 25-30.

MATZ (Jean-Michel) et François COMTE.

Diocèse d'Angers. Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500. Volume 7.

Turnhout, Brepols, 2003, gr. in-8°, xiv-391 pp, une carte, 3 plans, 11 illustrations, broché, couv. illustrée à rabats, bon état, envoi a.s. des deux auteurs

Les Fasti Ecclesiae Gallicanae, ce sont, pour chaque diocèse de France entre 1200 et 1500 : des notices biographiques des évêques, auxiliaires de l 'évêque, dignitaires et chanoines prébendés du chapitre cathédral ; des tables chronologiques pour les évêques, leurs auxiliaires et les dignitaires du chapitre cathédral ; une présentation des institutions diocésaines et des sources, avec une bibliographie ; quelques notices faisant le point sur des aspects particuliers à chaque diocèse. Le volume consacré au diocèse d'Angers contient 695 notices prosopographiques, 16 notices d'évêques, une étude sur le Trésor de la cathédrale (avec notices sur les livres et reliques), une présentation de la cathédrale comportant des études détaillées sur les autels, le cycle peint de l'abside (entièrement reproduit sous forme de relevés), les vitraux commandités ou rénovés par les évêques ou le chapitre. Le livre contient également une étude du quartier canonial Saint-Maurice accompagnée d'un plan pour le début du XVe siècle.

MAURET (Jean-Marc).

Angers, ville d'art et de progrès. Texte de Jean-Marc Mauret. Photographies de Guy Karcher. Graphismes de Jacques Fortier.

Lyon, Imprimerie M. Lescuyer et Fils, 1980, gr. in-8° carré (18 x 22), 165 pp, 2e édition revue et corrigée, préface d'Hervé Bazin, 125 photos, dessins ou reproductions en noir et 10 planches en couleurs hors texte, dont le frontispice, biblio sommaire, imprimé sur papier couché, reliure pleine toile écrue de l'éditeur, plans reproduits sur les gardes, jaquette illustrée (une photo en couleur du château du roi René), bon état

De Juliomagus au Grand Angers. Angers pittoresque : le château, la cité, la cathédrale, du Ralliement à Saint Serge, la Doutre, les jardins, images des alentours. Les Angevins célèbres. Angers, centre culturel : l'Université, les activités culturelles, les relations internationales, les jumelages, les sports et activités de plein air. L'essor économique : l'industrie, l'horticulture, le commerce.

METAIS-THOREAU (Odile).

La Mémoire des femmes. Bouillé-Loretz, 1870-1914.

Maulévrier, Hérault-Editions, 1991, gr. in-8°, 215 pp, 16 pl. de photos et documents hors texte, biblio, annexes, broché, couv. illustrée, bon état

Ouvrage tiré d'un mémoire de maîtrise sur "La femme dans la société traditionnelle : l'exemple de la commune de Bouillé Loretz (79) à la veille de 1914" sous la direction d'Alain Corbin (Université de Tours, 1984). Ce livre apporte un éclairage nouveau sur l'histoire et la vie de cette région située aux marches de l'Anjou et du Poitou. Il s'agit d'une étude de l'évolution de la vie rurale à travers le regard des femmes qui, là comme ailleurs ont contribué de très près à "faire l'Histoire".

QUÉNIART (Jean).

Culture et société urbaines dans la France de l'Ouest au XVIIIe siècle. (Thèse).

Klincksieck, 1978, gr. in-8°, 590 pp, index, broché, couv. illustrée, bon état (Publications de l'Université de Haute Bretagne)

Neuf villes de Normandie, Maine, Anjou et Bretagne, choisies en raison de leur diversité... Neuf lieux d'observation pour une double analyse : celle d'indicateurs tels que l'alphabétisation ou la propriété des livres ; celle de structures et réseaux de diffusion que sont imprimeries, librairies et sociétés.

SAUSSEAU (Paul).

Histoire de Tigné, des origines à 1900. Géographie, histoire, administration, instruction, agriculture, commerce, curiosités.

Maulévrier, Hérault éditions, 1982, in-8°, 430 pp, figures, tableaux, plans et cartes dans le texte, broché, bon état. Réimpression de l'ouvrage publié en 1902

"... L'auteur n'a rien laissé au hasard. Il n'a occulté aucun moment de la vie de la commune de Tigné. Son style, à la fois très coulant mais aussi rigoureux et parfois même incisif, nous entraine de l'étude géographique du "moindre ruisselet" à la lecture des actes de l'état-civil, de la préhistoire à la guerre de Vendée, en passant par la Réforme, du vocabulaire des Tignéens aux veillées d'autrefois, de l'étude de la vigne et de ses cépages à la constructions des chemins... Ce livre est un monument d'histoire locale dont l'audience est loin de se limiter aux frontières de cette commune." (Philippe Aguilar)

URSEAU (Ch.).

La Cathédrale d'Angers.

P., Henri Laurens, 1929, pt in-8°, 101 pp, 40 gravures et un plan en couleurs, biblio, broché, bon état (Coll. Petites monographies des grands édifices de la France)

WYLIE (Laurence).

Chanzeaux, village d'Anjou.

Gallimard, 1970, in-8°, 494 pp, traduit de l'anglais, 19 photos sur 16 pl. hors texte, plans, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Témoins)

Chanzeaux est, en Anjou, l'expérience recommencée d' “Un village du Vaucluse” : l'Ouest après le Midi, c'est le village noir après le village rouge. Laurence Wylie, professeur à Harvard, a mené son enquête à la tête d'une équipe de dix-sept collaborateurs. Et la France rurale encore traditionnelle du début des années 50 a fait place au dynamisme des années 60. Le changement n'en accuse que mieux les traits permanents et la spécificité nationale qui n'ont cessé de passionner ce témoin. — "... Ce n'est plus le sociologue américain découvrant avec étonnement la vie d'une communauté paysanne du Vaucluse et décrivant surtout sa vie quotidienne et ses liens sociaux. Il y a ajouté cette fois une rigueur quasi scientifique. Il n'est plus le chercheur solitaire ou presque, puisqu'il s'est adjoint une équipe pluri-disciplinaire de dix-sept collaborateurs, également américains. Une telle puissance de moyens associée à un sens aigu des relations humaines explique la richesse de la documentation rassemblée : aux innombrables témoignages individuels sont venus s'ajouter l'utilisation de toutes les sources traditionnelles (état civil, listes nominatives, cadastres, statistiques agricoles, bibliothèques privées...) et de nombreuses enquêtes. Le résultat en est à la fois une somme d'exemples et la synthèse sociologique d'une communauté villageoise. La localisation de Chanzeaux constitue le fil directeur de l'ouvrage. Nous ne sommes plus à « Peyrane » village de Provence, mais dans les Mauges, aux portes du « Pays Chouan ». Commune de bocage marquée par l'insurrection vendéenne, puis par la domination de la noblesse locale, puis les querelles religieuses du début du siècle, mais aussi intégrée à la vie des campagnes françaises, prise entre la tradition et le renouvellement, entre la survie en tant que cellule indépendante ou l'association à l'agglomération d'Angers, Chanzeaux offre donc une multitude de liens et de contrastes. Ces faits sont analysés aussi bien au niveau de la commune que des hameaux, des groupements sociaux, des familles ou des individus." (Jean David, Revue de Géographie alpine, 1971)