4627 résultats

ABADIE (Lieutenant-Colonel M.).

Ce qu'il faut savoir de l'Infanterie.

Charles-Lavauzelle, 1924, in-8°, 305 pp, broché, bon état

I. La composition, l'organisation et les moyens de l'infanterie ; II. L'infanterie dans le combat offensif ; III. L'infanterie dans le combat défensif.

ABBAS (Ferhat).

Autopsie d'une guerre. L'aurore.

Editions Garnier, 1980, gr. in-8°, 346 pp, broché, couv. illustrée, état correct

"Une vaste fresque peinte au soir d'une vie, des Mémoires en quelque sorte d'un des principaux leaders algériens. Ferhat Abbas raconte l'exploitation et la violence coloniale, la fraude électorale, l'entêtement des Européens à refuser à la fois l'assimilation et l'émancipation des "indigènes", l'aveuglement du lobby algérien de la IVe République, la genèse et les péripéties de la guerre d'indépendance algérienne, l'absence de cohésion de cette révolution." (Benjamin Stora, Dictionnaire des livres de la guerre d'Algérie) — "Avant de rejoindre le parti de la violence révolutionnaire Ferha Abbas, intellectuel algérien et musulman de culture française, et premier président du gouvernement provisoire de la République algérienne, avait épuisé tous les moyens, les appels et toutes les luttes politiques. Marié à une Française, soucieux de garder des attaches avec la France au plus fort du déchaînement des haines et des souffrances, cet homme a mené une vie qui résume l’histoire des erreurs dramatique de la France en Algérie. Si un million de pieds noirs ont été contraints à l’exil, ce n’est pas en tout cas à cause de lui, pour qui la complémentarité entre les valeurs berbero-algériennes d’une part, et françaises de l’autre, constituait une raison de vivre. J’ai toujours eu du respect pour ce pacifiste qui n’a opté pour la violence qu’en dernier recours et la mort dans l’âme." (Jean Daniel)

ABELLIO (Raymond).

La Structure absolue.

Gallimard, 1988, in-8°, 527 pp, broché, tranche inf. lég. salie, bon état (Coll. Bibliothèque des idées)

C'est dans son dernier roman, 'La Fosse de Babel', qu'Abellio parle pour la première fois de la structure absolue où l'un de ses héros veut voir « la clef universelle de l'être et du devenir, des situations et des mutations ». Dès sa préface, l'auteur remet en cause la notion de « structure » qui jouit d'une si grande vogue dans la plupart des disciplines actuelles et qui ne semble devoir l'essentiel de son crédit qu'à une complaisante souplesse de sens. Comment les sciences pourraient-elles, en effet, justifier l'emploi d'un concept qui implique une interdépendance globale des parties alors qu'elles ne peuvent jamais rendre compte de celles-ci que de façon elle-même partielle ? C'est en partant, au contraire, d'une vision universelle de l'interdépendance et d'une étude initiale de l'intuition et de la perception qu'Abellio s'efforce de dégager une dialectique entièrement nouvelle. Il fonde ainsi une ontologie, une théologie et une anthropologie dont la lecture demeure difficile sans doute mais qui, constamment éclairée d'aperçus nouveaux, d'analyses brillantes et profondes, demeure la première tentative pour maîtriser et systématiser la complexité croissante des sciences dites humaines.

ABESCAT (Bruno).

La saga des Bettencourt. L'Oréal : une fortune française.

Plon, 2002, in-8°, 280 pp, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

Voilà des années qu'ils monopolisent la première place au palmarès des riches. Elle, la fille et l'unique héritière d'Eugène Schueller, fondateur controversé de L'Oréal, numéro un mondial de la beauté. Lui, jeune homme de bonne famille, ancien ministre sous Pierre Mendès France et Charles de Gaulle, ami de Georges Pompidou et de François Mitterrand, membre de l'Institut. Liliane et André Bettencourt demeurent de célèbres mais parfaits inconnus. Leur clan a bâti sa fortune dans l'industrie du paraître, mais ses membres n'aiment rien tant que respecter la discrétion et demeurer dans l'ombre. L'histoire, ordinaire, de cette dynastie bourgeoise est pourtant exemplaire. L'explorer, c'est aller à la découverte d'une certaine France du XXe siècle. C'est se pencher sur trois générations d'hommes et de femmes – une famille, avec ses périodes fastes et aussi ses heures troubles. C'est, enfin, plonger dans l'univers d'une multinationale bientôt centenaire et s'interroger sur son destin.

ABRICHAMTCHI (Mehdi).

Iran, Moudjahidines du peuple : la résistance aux ayatollahs.

Jean Picollec, 2004, in-8°, 368 pp, préface d'Yves Bonnet, 8 pl. de photos hors texte, notes, annexes, index, broché, bon état, envoi a.s. du traducteur

Voici le premier livre en français, entièrement consacré aux Moudjahidines du peuple d'Iran, musulmans partisans d'un islam défendant la séparation de la religion et de l'Etat. Cela fait quatre décennies que l'Organisation des Moudjahidines du peuple d'Iran (OMPI) lutte contre la dictature – d'abord celle du chah, puis celle de Khomeiny et des mollahs. L'opinion en Occident a, néanmoins, une image très controversée à leur sujet. Des combattants de la liberté et des résistants ? Ou un groupe isolé et terroriste ? Qui sont les Moudjahidines du peuple ? Les accusations dont ils font l'objet sont-elles fondées ou sont-elles le fruit d'une campagne de diabolisation ? Ce livre répond à ces interrogations. Cet ouvrage est un document gorgé d'informations et de références. Il fait mieux connaître les Moudjahidines, comprendre l'Iran contemporain et entrevoir son avenir.

ABUL-FATH (Ahmed).

L'Affaire Nasser.

Plon, 1962, in-8°, ii-340 pp, broché, couv. illustrée, pelliculage de la couv. partiellement décollé, sinon bon état, bel envoi a.s.

"Ahmed Abul-Fath connaît particulièrement bien le Président Nasser. Il fut son confident lors de la préparation et de l'exécution du coup d'État de juillet 1952 qui devait chasser Farouk de son trône. Mais, membre influent du parti Wafdiste, rédacteur en chef du journal “Al Misri”, libéral de cœur et d'esprit, il était trop attaché à la démocratie parlementaire pour pouvoir accepter plus longtemps le régime militaire imposé par le nouveau chef de l'Égypte. Il lutta contre la dictature naissante puis choisit, avant qu'il ne soit trop tard, l'exil volontaire. C'est donc un témoignage de première main qu'il nous propose tant sur les origines de la Révolution que sur l'évolution de la politique nassérienne..." (4e de couv.) — "Livre violemment hostile à la personne de Nasser et à sa politique. Pour A. -F., ami et parfois confident de Nasser jusqu'au début de 1954, ancien rédacteur en chef d'un quotidien interdit après la Révolution, Abdel Nasser, mû par « la rancune, le désir de vengeance et le plaisir d'humilier », a trahi les aspirations du peuple égyptien. Le régime égyptien reste un régime militaire, son programme économique demeure inexistant : Nasser, pour A. -F., n'est qu'un dictateur." (Revue française de science politique, 1963) — "Un membre du parti wafdiste, artisan de la révolution de 1952 explique la carrière du Colonel Nasser et la juge." (Politique étrangère, 1963)

[Académie française] – CLAIR (René), Jacques de LACRETELLE.

Discours de réception de M. René Clair à l'Académie française et réponse de M. Jacques de Lacretelle.

Gallimard, 1962, in-12, 88 pp, broché, non rogné, bon état. Edition originale, ex. du SP

[Académie française] – CLAIR (René), Jacques de LACRETELLE.

Discours de réception de M. René Clair à l'Académie française et réponse de M. Jacques de Lacretelle.

Gallimard, 1962, in-12, 88 pp, broché, bon état. Edition originale sur papier courant, envoi a.s. de Jacques de Lacretelle

[Académie française] – DECAUX (Alain).

Autour d'une épée. Alain Decaux.

Perrin, 1980, in-8°, 77 pp, 2 photos en couleurs contrecollées (une photo de l'épée d'académicien d'Alain Decaux et une photo en couleurs d'Alain Decaux avec André Castelot à l'occasion de son entrée à l'Académie française), broché, bon état

Cette plaquette a été tirée exclusivement pour les amis d'Alain Decaux sur papier vélin pur fil Lafuma des papeteries Navarre. On joint une lettre dactylographiée signée de André Castelot à un souscripteur. Par Jacqueline Baudrier, Maurice Ulrich, André Castelot, Alain Decaux.

[Action Française].

Almanach de l'Action Française pour l'année 1925.

Nouvelle Librairie Nationale, 1925, in-12, 320 pp, avec un portrait de Mgr le Duc d'Orléans, deux dessins de L. Anin, deux dessins de Sennep, quatre dessins de Serre, quatre dessins de O. Fabrès, 33 dessins de Mus et 75 photogravures dans le texte, broché, couv. lég. salie et page de titre tachée, état correct

[Action Française].

L'Action Française et le Vatican. Les pièces d'un procès. Préface de Charles Maurras et Léon Daudet.

Flammarion, 1927, in-12, 319 pp, broché, bon état. Edition originale, un des 500 exemplaires sur papier Alfa

Le 29 décembre 1926, le quotidien L'Action française et sept ouvrages de Charles Maurras sont condamnés par le Saint-Office et mis à l'index... Cet ouvrage est le Livre Jaune de l'Action Française. C'est un fort volume de 319 pages, qui réunit avec les documents déjà connus, plusieurs documents qui, jusqu'à ce jour, n'avaient pas été publiés. "Nous venons de relire les épreuves de ce volume, simple recueil de textes, mais qui permettra à beaucoup d'entre vous de pe rendre compte de bien des choses ! Feuille à feuille, nous y voyons, quand à nous, non seulement pourquoi vous êtes restés fidèles à l'Action Française, mais pourquoi un si grand nombre d'entre vous nous a rejoints à la suite des assauts qui nous étaient livrés. Plus encore que les sentiments d'une amitié tenace, c'est le patriotisme, c'est l'amour de la vérité qui vous ont ainsi conservés ou ralliés à notre oeuvre, a notre pensée et à notre action. Assurément, le débat aura été douloureux pour tous. Les catholiques étaient les mieux placés pour en souffrir dans leurs coeurs troublés, dans leurs esprits quelquefois remués jusqu'au fond ! Mais, eux aussi, les incroyants, de tout temps si émus des splendeurs du bienfait de Rome, si confiants dans l'immense service quelle rend à l'esprit humain et au genre humain, auront senti quelque chose se déchirer en eux devant les proportions de l'erreur commise et les cruelles conséquences qu'elle leur semblait contenir. (...) De toute évidence, l'Action Française était innocente. De toute évidence, elle était victime de mille erreurs de fait. Néanmoins nous avons voulu accorder à la discipline catholique tout ce qu'elle pouvait demander..." (préface)

[Action Française].

L'Action Française et le Vatican. Les pièces d'un procès. Préface de Charles Maurras et Léon Daudet.

Flammarion, 1927, gr. in-12, 319 pp, broché, état correct

Le 29 décembre 1926, le quotidien L'Action française et sept ouvrages de Charles Maurras sont condamnés par le Saint-Office et mis à l'index... Cet ouvrage est le Livre Jaune de l'Action Française. C'est un fort volume de 319 pages, qui réunit avec les documents déjà connus, plusieurs documents qui, jusqu'à ce jour, n'avaient pas été publiés. "Nous venons de relire les épreuves de ce volume, simple recueil de textes, mais qui permettra à beaucoup d'entre vous de se rendre compte de bien des choses ! Feuille à feuille, nous y voyons, quand à nous, non seulement pourquoi vous êtes restés fidèles à l'Action Française, mais pourquoi un si grand nombre d'entre vous nous a rejoints à la suite des assauts qui nous étaient livrés. Plus encore que les sentiments d'une amitié tenace, c'est le patriotisme, c'est l'amour de la vérité qui vous ont ainsi conservés ou ralliés à notre oeuvre, à notre pensée et à notre action. Assurément, le débat aura été douloureux pour tous. Les catholiques étaient les mieux placés pour en souffrir dans leurs coeurs troublés, dans leurs esprits quelquefois remués jusqu'au fond ! Mais, eux aussi, les incroyants, de tout temps si émus des splendeurs du bienfait de Rome, si confiants dans l'immense service quelle rend à l'esprit humain et au genre humain, auront senti quelque chose se déchirer en eux devant les proportions de l'erreur commise et les cruelles conséquences qu'elle leur semblait contenir. (...) De toute évidence, l'Action Française était innocente. De toute évidence, elle était victime de mille erreurs de fait. Néanmoins nous avons voulu accorder à la discipline catholique tout ce qu'elle pouvait demander..." (préface)

Action Française.

Vérités sur l'Action Française.

A.F. Université, 1967, in-8°, 24 pp, Une étude sur la “vérité officielle” sur l'Action Française propagée par les manuels d'histoire du secondaire (Girard, Bonnefous, Rudel ~ J.-B. Duroselle ~ Bouillon, Sorlin, Rudel ~ L. Genet) et les cours et livres de l'enseignement supérieur (J. Touchard ~ R. Rémond ~ de Soto). Intéressante brochure polémique parue en supplément du n° 120 d'A.F. Université, dirigé par Pierre Pujo.

ADAM (Gérard), Frédéric BON, Jacques CAPDEVIELLE et René MOURIAUX.

L'ouvrier français en 1970. Enquête nationale auprès de 1116 ouvriers d'industrie.

Armand Colin, 1971, gr. in-8°, 276 pp, broché, couv. à rabats, bon état (Coll. Travaux et recherches de science politique)

ADAM (Mme Juliette Edmond)(Juliette Lamber).

Impressions françaises en Russie. Ouvrage illustré de 51 gravures tirées hors texte.

P., Librairie Hachette et Cie, 1912, in-12, viii-245 pp, mention de 2e édition (mais année de l'originale), 51 gravures et photos, dont une photo de l'église de la résurrection à Saint-Pétersbourg en frontispice, sur 32 planches hors texte, reliure demi-chagrin vert, dos à 4 nerfs soulignés à froid, titres (“En Russie”) et fleurons dorés (rel. de l'époque), dos uniformément passé, bon état

Juliette Adam, écrivaine et femme politique, « fonda une première société des amis de la Russie et joua un rôle central dans le tournant qui offrait à la France l'alliance russe » (Hogenhuis-Seliverstoff). — "... Attentive à surprendre l'âme russe dans ses manifestations les plus diverses, Mme Adam nous la montre, vivante et agissante, avec toutes ses complications. En compagnie de l'illustre voyageuse, nous traversons la Russie, de Saint-Pétersbourg à la mer Noire, pénétrant partout, chez la vaillante colonie française de Moscou, comme sous la tente des marchands forains de Nijni-Novgorod, et jusque dans la villa impériale de Livadia. Avec elle, nous sommes admis familièrement dans la plus haute société, dont les femmes « savent mêler la fantaisie la plus désordonnée à la logique la plus froide, la virilité de la pensée à toutes les coquetteries féminines, l'intelligence la plus hardie à des douceurs, à des bontés presque naïves, le mysticisme, aux utopies et aux réalismes de la politique ». Chemin faisant, elle interroge le moujick et le trouve lamentablement arriéré en matière de culture agricole, mais susceptible de vous faire des réflexions d'une spiritualité étonnamment relevée. (...) Mme Adam revient souvent sur l'Alliance, dont elle fut, chacun se plaît à le reconnaître, un des premiers et des plus dévoués artisans. Tout cela, bien entendu, agrémenté de descriptions charmantes, parsemé de souvenirs personnels sur les penseurs et les hommes d'Etat russes, émaillé d'anecdotes recueillies sur place, dont beaucoup relatives tant à la désastreuse campagne de 1812 qu'à la guerre de Crimée car ce qu'il a fallu que Français et Russes s'entr égorgent, avant de devenir amis et alliés ! Mais ce que je ne saurais rendre, par exemple, c'est la vivacité du style, la jolie prestesse des petits tableaux brossés en chemin de fer ou en voiture, la quantité de détails, démonstratifs ou simplement pittoresques, observés et résumes d un mot telle la récolte d une habile glaneuse, adroite à ne rien négliger de ce qui peut embellir sa gerbe..." (Emile Vedel, Le Figaro, 30 août 1912)

ADJOUBEI (Alexei).

A l'ombre de Khrouchtchev.

La Table Ronde, 1989, in-8°, 382 pp, texte français de Galia Ackerman et Pierre Lorrain, broché, couv. illustrée, bon état

« Le mariage d'Adjoubei vaut de l'or », disaient les mauvaises langues en URSS. En épousant Rada, la fille de Khrouchtchev, Alexeï Adjoubei, fils d'une couturière, entrait dans la famille de celui qui, quatre ans plus tard, deviendrait le numéro un soviétique. Adjoubei monte avec son beau-père. Jeune journaliste chargé du courrier des lecteurs, il devient en quelques années rédacteur en chef d'un prestigieux journal, les “Izvestia” et « ministre des Affaires étrangères bénévole », comme on le raillait à Moscou. Il nous raconte cette étonnante décennie post-stalinienne, la dénonciation des purges, le premier dégel et la première perestroïka, l'ouverture vers l'étranger. Il présente un puissant portrait de Khrouchtchev, homme peu cultivé, idéaliste, despote, mais réformateur audacieux. Adjoubei parle aussi de sa propre enfance et du travail de journaliste soviétique, de ses rencontres avec les célébrités de son époque, les frères Kennedy, de Gaulle, Jean XXIII, Nasser. Il raconte les dernières années de Khrouchtchev limogé et sa mort solitaire. Il inclut aussi les témoignages des autres, dont Nina Patrovna, la compagne de toute une vie de Khrouchtchev que, pourtant, il n'épousa jamais. Et en filigrane apparaît constamment la figure dominante et sinistre de Joseph Staline qui hanta son successeur... Un livre riche, passionné et passionnant, précieux souvenir de la grande époque de l'après-guerre.

ADLER (Alexandre).

J'ai vu finir le monde ancien.

Grasset, 2002, in-8°, 336 pp, broché, couv. illustrée, bon état

"Oui, ce fut bien une Apocalypse, au sens originaire de l'expression, une révélation de notre monde, que ce terrible spectacle du 11 septembre 2001. Mais comme toutes les révélations antérieures, la lumière qui s'en dégagea était bien trop crue, dans un premier temps, pour nous livrer autre chose qu'elle-même... La pénombre qui s'abattit sur Manhattan s'est aujourd'hui dissipée. L'émotion s'est estompée, comme les images d'un Wall Street dominateur soudain réduit en cendres. Mais sommes-nous plus lucides pour autant ? Les mois ont passé, et il faut maintenant essayer de penser ce nouveau monde. J'ai mêlé ici les intuitions et la connaissance. Le temps de l'hypothèse et le temps de l'Histoire. Je veux donner une boussole à ceux qui savent que la planète ne s'arrête pas aux frontières de l'Hexagone, ni aux étroits parapets de la vieille Europe." (A. Adler)

ADLER (Laure).

Les Femmes politiques.

Seuil, 1993, in-8°, 281 pp,

[Affaire Rosenberg] – MEEROPOL (Robert et Michael).

Nous sommes vos fils. L'affaire Rosenberg. Les fils parlent. Avec plus de cent lettres inédites de Julius et Ethel.

Editions Sociales–Editeurs Français Réunis, 1975, in-8°, 364 pp, avant-propos à l'édition française par Martine Monod et Stellio Lorenzi, broché, couv. illustrée, bon état, envoi a.s.

"Tranquilles, en 1950, Ethel et Julius Rosenberg et leurs deux fils vivaient dans l'East Side de New York. Un jour, brusquement, leur vie de famille se désintégra. Julius. puis Ethel, furent jetés en prison. Accusés d'avoir commis «le crime du siècle», ils furent finalement exécutés sur la chaise électrique. Dans cet ouvrage. les enfants racontent pour la première fois leur propre histoire. Ils retracent le cauchemar des années 1950-1954, le procès, les appels, l'exécution de leurs parents, les chicanes judiciaires sur leur propre sort. La correspondance de Julius et Ethel, en grande partie inédite. révèle leurs soucis, leurs émotions et leurs aspirations politiques. Ils s'efforçaient de rassurer leurs enfants et de leur donner courage, alors que le gouvernement des Etats-Unis leur chuchotait : « Avouez ou mourez !». Leurs fils décrivent également leurs parents adoptifs. Anne et Abel Meeropol, qui leur assurèrent la sécurité et l'équilibre affectif. Ils demeurent convaincus de l'innocence de leurs parents et présentent des arguments et des témoignages, dont certains n'ont jamais encore été publiés. Robert Meeropol est diplômé de l'Université de Michigan. Il a enseigné l'anthropologie au Western New England College et prépare une thèse de doctorat sur l'anthropologie urbaine. Il participe au Comité américain pour la révision du procès Rosenberg. Michael Meeropol est diplômé des Universités de Swarthmore (USA) et de Cambridge (G.B.). Il est docteur de l'Université de Wisconsin et maitre de conférences au Western England College. Il est membre de « L'union for radcal political economies» et participe au Comité américain pour la révision du procès Rosenberg." (4e de couverture)

[Affaire Rosenberg] – RADOSH (Ronald) et Joyce MILTON.

Dossier Rosenberg.

Hachette, 1985, in-8°, 317 pp, traduit de l'américain, préface d'Emmanuel Le Roy Ladurie (9 pages), broché, couv. illustrée, bon état

Les Rosenberg étaient-ils coupables ? Pour la première fois, des historiens ont eu accès aux archives secrètes du FBI – plus de 200 000 pages de dossiers. Et ils ont conclu : Loin d'être innocent, Julius Rosenberg était le chef d'un réseau d'espionnage dont les activités étaient bien plus importantes qu'il n'a jamais été dit... Mais ce livre est aussi la mise à jour d'une gigantesque mystification : comment le mouvement communiste international, sous l'impulsion semble-t-il du PCF, lança la campagne de soutien aux Rosenberg pour rejeter sur l'Amérique l'accusation d'antisémitisme qui planait au même moment sur le procès Slansky, à Prague. On trouve enfin dans ce livre la description minutieuse d'un énorme travail policier qui met à nu les méthodes du FBI...

[Affaire Rosenberg] – ROSENBERG (Julius et Ethel).

Lettres de la maison de la mort. (Letters from the death house).

Gallimard, 1953, in-12, 251 pp, traduit de l'américain par Pierre Singer, broché, état correct. Achevé d'imprimer du 11 juin 1953

Première publication française des lettres rédigées par les époux Rosenberg depuis l'arrestation de Julius le 17 juillet 1950 jusqu'au 31 mai 1953. Julius Rosenberg (ingénieur électricien, né en 1918 à New York) et son épouse Ethel Rosenberg (née en 1915 à New York) sont un couple de Juifs new-yorkais communistes arrêtés pour espionnage au profit de l’URSS. Julius fut arrêté le 17 juillet 1950 et Ethel le 11 août. Ils furent jugés coupables le 5 avril 1951 et exécutés sur la chaise électrique le 19 juin 1953 dans la prison de Sing Sing.

AGERON (Charles-Robert).

Les Populations du Maghreb face à la propagande allemande.

S.l.n.n. (Revue d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale), s.d. (1979), gr. in-8°, 39 pp, notes, broché, bon état. Extrait de la “Revue d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale”, n° 114, 1979, envoi a.s.

AGERON (Charles-Robert).

L'Opinion française devant la guerre d'Algérie.

Revue française d'histoire d'outre-mer, 1976, gr. in-8°, 29 pp, paginé 256-284, 2 tableaux, notes, broché, bon état. Tiré à part extrait de la “Revue française d'histoire d'outre-mer”,1976, envoi a.s.

AGERON (Charles-Robert).

À propos d'une prétendue politique de « repli impérial » dans la France des années 1938-1939.

S.l.n.n. (Revue d'histoire maghrébine), s.d. (1978), gr. in-8°, 13 pp, paginé 225-237, notes, broché, bon état. Extrait de la “Revue d'histoire maghrébine”, n° 12, juillet 1978

AGLAN (Alya), Olivier FEIERTAG, Yannick MAREC (dir.).

Les Français et l'argent. Entre fantasmes et réalités.

Presses universitaires de Rennes, 2011, gr. in-8°, 352 pp, broché, couv. illustrée, bon état

22 études érudites. Plus qu'une histoire de l'argent en France durant la période contemporaine, cet ouvrage cherche à explorer l'histoire des relations qu'entretiennent les Français avec l'argent. S'inscrivant dans une perspective interdisciplinaire, il part de l'idée que l'argent est à la fois facteur, signe et conséquence de la valeur sociale des biens et des personnes. Un premier questionnement est centré sur la fonction identitaire de l'argent et les pratiques sociales qu'il a pu susciter dans la réalité historique. Un deuxième thème envisage le pouvoir de l'argent et son rôle régulateur au travers notamment des liaisons dangereuses entretenues avec le politique et de son importance dans les rapports sociaux. Une troisième partie ouvre sur l'histoire des représentations, des perceptions sociales et morales de l'argent. À la croisée de l'histoire économique, sociale, politique et culturelle, les approches proposées sont autant de contributions à une histoire totale de l'argent, cette réalité protéiforme des sociétés contemporaines.

AGNELLI (Susanna).

Nous portions des costumes marins.

Fayard, 1975, in-8°, 252 pp, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

Souvenirs d'enfance et d'adolescence (jusqu'à son mariage en 1945) par la petite-fille du fondateur de Fiat. Dans la seconde partie de l'ouvrage l'auteur évoque avec une vérité criante la réalité quotidienne de la vie pendant la guerre et l'extraordinaire confusion qui régnait en Italie lors du débarquement allié.

AGULHON (Maurice).

La République de Jules Ferry à François Mitterrand, 1880 à nos jours.

Hachette, 1990, in-4°, 525 pp, abondamment illustré en noir et en couleurs, 25 cartes, tableau, chronologies, index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée en couleurs, bon état (Coll. Histoire de France Hachette, 5)

Maurice Agulhon, professeur au Collège de France de 1986 à 1997, est le spécialiste de l'imagerie et de la symbolique républicaine aux XIXe et XXe siècles. Les dernières années du XIXe siècle voient la République affirmer sa légitimité nationale. Désormais établie, elle doit toutefois encore manifester sa capacité à rassembler, ce que l'épreuve de la guerre va bientôt lui permettre. Il lui faut alors faire face à d'autres périls : ceux de la montée des totalitarismes et d'un conflit mondial qui manquera de l'engloutir. Renaissante après 1945, la République ne parviendra à surmonter la décolonisation et la guerre d'Algérie qu'au prix de sa refondation sous une forme plus présidentielle par De Gaulle. Cette invention est désormais notre héritage.

AGUSTONI-PHAN (Nhung).

Viêt-Nam. Nouveau dragon ou vieux tigre de papier ? Essai sur le Viêt-Nam contemporain.

Genève, Olizane, 1995, in-8°, 253 pp, une carte, broché, bon état

Une vision de la société et de la mentalité vietnamiennes d'hier et d'aujourd'hui. L'auteur rassemble des éléments d'analyse et de réflexion de fond sur les orientations, les contraintes, les partenaires de la politique d'ouverture...

AICARDI de SAINT PAUL (Marc).

Namibie. Un siècle d'histoire.

Albatros, 1984, in-8°, 192 pp, annexes, biblio, on joint une lettre a.s. de l'auteur

AILLERET (Général Charles).

L'organisation de la sécurité et les progrès des armes nouvelles.

dans la Revue Politique Etrangère, 1957, in-8°, 14 pp,

AIRBEY (P., pseudonyme de Raymond BOISDÉ).

Commerce et lois sociales.

Angoulême, Edition Libréaliste, 1940, in-8°, 142 pp, broché, bon état (Série "Notre Paix", II)

AIRBEY (P., pseudonyme de Raymond BOISDÉ).

Commerce et lois sociales.

Angoulême, Edition Libréaliste, 1940, in-8°, 142 pp, reliure demi-chagrin bordeaux, dos à 4 nerfs soulignés à froid, couv. conservée (rel. de l'époque), bon état (Série "Notre Paix", II). Exemplaire de l'auteur, avec ses initiales en queue

AIRBEY (P., pseudonyme de Raymond BOISDÉ).

Contrecommune.

Angoulême, Edition Libréaliste, 1940, in-8°, 146 pp, broché, dos lég. abîmé, état correct (Série "Notre Paix", I)

AIRBEY (P., pseudonyme de Raymond BOISDÉ).

Contrecommune.

Angoulême, Edition Libréaliste, 1940, in-8°, 146 pp, reliure demi-chagrin bordeaux, dos à 4 nerfs soulignés à froid, couv. conservée (rel. de l'époque), bon état (Série "Notre Paix", I). Exemplaire de l'auteur, avec ses initiales en queue

AIRBEY (P., pseudonyme de Raymond BOISDÉ).

Paysans de l'avenir.

Angoulême, Edition Libréaliste, 1940, in-8°, 123 pp, broché, bon état (Série "Notre Paix", III)

AIRBEY (P., pseudonyme de Raymond BOISDÉ).

Paysans de l'avenir.

Angoulême, Edition Libréaliste, 1940, in-8°, 123 pp, reliure demi-chagrin bordeaux, dos à 4 nerfs soulignés à froid, couv. conservée (rel. de l'époque), bon état (Série "Notre Paix", III). Exemplaire de l'auteur, avec ses initiales en queue

AJALBERT (Jean).

Dix années à Malmaison, 1907-1917.

Flammarion, 1920, in-12, 360 pp, préface par Léon Bérard, broché, dos recollé, papier jauni, état moyen

"Le 1er mai 1907, Jean Ajalbert prend le poste de conservateur du « palais impérial » de Malmaison où, dit-il, « il n’y a rien à conserver ». Après l’achat de Malmaison par D. Iffla-Osiris en 1896 et le bref passage du premier conservateur, Pallu de la Barrière, la nomination d’Ajalbert est la deuxième chance de résurrection du château. Il est en poste grâce à l’amitié d’Aristide Briand alors ministre de l’Education. Il y fera merveille. Dans ce livre, Ajalbert raconte sa vie de conservateur. Le récit aurait pu être sérieux, technique mais Ajalbert a l’art de transformer des situations ordinaires ou irritantes en histoires drôles et parfois burlesques. Il trace avec passion ou énervement le portrait des gens qu’il rencontre. Il a de brefs moments de découragement, mais il rebondit et repart à l’attaque ! Il est courageux et il le fallait…on s’en aperçoit en lisant quelques passages écrits lors de son entrée en poste : « Dès mon arrivée, en 1907, je dus constater le pénible état des lieux. Le public s’esclaffait à l’aspect minable du jardin et du parc. De quatre hectares, deux étaient interdits aux promeneurs. Ils étaient affectés, en partie aux potagers, poulaillers et cabanes à lapins, des hommes de service et du surveillant militaire – zone sordide et puante derrière un treillage dépenaillé, qui la sépare du terrain vague où l’on avait creusé aux fins d’y bâtir le musée Osiris. En attendant, les habitués du dimanche y vidaient des litres en consommant la charcuterie dominicale. Pour le reste, c’était une exploitation maraîchère à l’usage exclusif du jardinier chef, qui n’était, naturellement, pas un jardinier »..." (D. Marie-Vignal, Bulletin de la société historique de Rueil-Malmaison)

ALAIN [Emile-Auguste Chartier].

Correspondance avec Elie et Florence Halévy. Préface et notes par Jeanne Michel-Alexandre.

Gallimard, 1958, in-8°, 467 pp, 2 photos hors texte, index, broché, bon état. Edition originale, un des 58 exemplaires numérotés sur vélin pur fil Lafuma-Navarre, seul tirage en grand papier

Plus de 350 lettres adressées par Alain à Elie Halévy de 1892 à 1918. — Voici plus de trois cent cinquante lettres d'Alain, écrites au cours de près de cinquante années d'amitié inaltérable. Il n'est guère de sujet, grand ou petit, de préoccupation philosophique, politique, historique, pédagogique, personnelle, qui n'y soit abordé... Alain écrivait à Halévy : «J'aurais bien volontiers un discours de quelques jours et de quelques nuits avec toi. Réellement, je ne vois pas une autre créature de qui je puisse penser une chose pareille.» Les éditeurs déplorent à propos de ce livre une double carence. La première est l'absence des lettres d'Élie Halévy à Alain, détruites pendant la guerre de 1939, à l'exception de quatre ou cinq. La seconde est l'espèce d'oubli où est tombé l'ami d'Alain. «Le nom d'Alain est devenu célèbre, écrivent-ils, mais devant ce livre beaucoup ne seront pas sans se demander : qui donc a été Élie Halévy?» On répond à cette question en consacrant une part de l'introduction à ÉIie Halévy, puis en plaçant en guise de préface quelques fragments de son Journal d'adolescence, et en appendice un certain nombre de ses lettres à d'autres de ses amis qu'Alain. Par ce travail de restauration littéraire, Élie Halévy est présent en ce livre. Mais il l'est surtout grâce au contact si direct et si fort entre les deux amis, qui permet souvent, à travers les lettres d'Alain, de deviner questions et réponses et d'entendre presque la voix de celui à qui elles sont destinées. On découvrira ici un peu de ce comportement quotidien d'Alain, quelques-unes de ses réactions aux événements privés qu'il a exclues délibérément de l'Histoire de mes pensées par le refus de «se raconter». Plus profondément, ce livre s'offre comme un puissant témoignage sur deux hommes pensants, deux hommes que leur grandeur a faits, malgré tant de différences, également solitaires et secrets... — "Cette correspondance contient principalement des lettres d'Alain, presque toutes les lettres d'Elie Halévy ayant disparu. Jusqu'à 1914 (pp. 25-138). il est surtout question de philosophie. Pendant la période de guerre (pp. 138-258). le canonnier Alain décrit minutieusement sa vie ; il s'indigne contre Barrés, et les aumôniers galonnés, il apprécie peu la hiérarchie militaire, voit dans “Le Feu” de Barbusse un « livre d'officier ». et écrit : « Le mal le plus sensible à la guerre, c'est l'esclavage ». Ouant aux textes allant de 1918 à 1937, date de la mort d'Halévy (pp. 258-317), ils ne manifestent pas tous une éqale clairvoyance. C'est ainsi au'Alain écrit le 2 mai 1936 : « Je ne cesse de demander ce colmataqe à l'Ouest (sic) selon la liqne belge et française, ligne que l'on oeut rendre inviolable (par la fragilité propre aux colonnes motorisées) ». De Blum il dit : « J'aimerais mieux un Combes, mais i'aime bien Blum et ses collaborateurs: tous ils me semblent naïfs et propres »." (Revue française de science politique, 1958)

ALAIN-FOURNIER.

Lettres à sa famille. Edition revue et augmentée.

Fayard, 1986, fort in-8°, 549 pp,

ALAPETITE (Gabriel).

Discours prononcés par M. Alapetite (Résident général de France en Tunisie, Commissaire du Gouvernement) à la Chambre des députés dans les séances des 26, 29, 30 janvier et 1er février 1912. Interpellation relative à la Tunisie.

P., Imprimerie des Journaux Officiels, 1912, pt in-8°, 210 pp, reliure souple pleine basane havane (rel. de l'époque), bon état, envoi a.s.

[Album de la Pléiade] – COLETTE.

Album Colette. Iconographie choisie et commentée par Claude et Vincenette Pichois.

Gallimard, 2001, in-12, 322 pp, 508 illustrations, index, reliure plein cuir éditeur, jaquette, rhodoïd, bien complet de son emboitage cartonné, parfait état (Coll. Bibliothèque de la Pléiade). Edition originale hors commerce. Riche iconographie

[Album de la Pléiade] – Nouvelle Revue Française.

Un siècle NRF. Iconographie choisie et commentée par François Nourissier.

Gallimard, 2000, in-12, 374 pp, 459 illustrations, rel. plein cuir éd., rhodoïd, bien complet de son emboitage illustré. Edition originale hors commerce. Riche iconographie (Coll. Bibliothèque de la Pléiade). En parfait état

ALENGRY (Franck).

Psychologie et Education. I. Leçons de Psychologie. II. Applications à l'Education.

P., Librairie d'Education Nationale, s.d. (1906), fort in-8°, xii-368 et ix-299 pp, biblio, reliure demi-toile chagrinée taupe, dos lisse avec titres dorés et filets à froid (rel. de l'époque), bon état

Manuels destinés aux élèves des Ecoles normales (cours de 1ère année, programmes du 4 août 1905), ici reliés ensemble dans une élégante reliure de l'époque. — "... il faut louer comme il le mérite, le travail de M. Alengry, et lui savoir gré des efforts consciencieux pour exposer, sous une forme élémentaire, succincte et pourtant très vivante, les résultats les plus essentiels et les plus suggestifs de la science psychologique. A ce point de vue, on peut laisser de côté le volume de Pédagogie, qui, en dehors de quelques études curieuses (sur les jeux des enfants en particulier) ne renferme rien de bien saillant. Au contraire, le volume de Psychologie contient un certain nombre de chapitres fort intéressants sur l'intelligence. On y trouve des indications très exactes et très profondes sur les principales opérations de l'esprit (association des idées), et, au lieu de la description classique de l'entendement, un tableau très remarquable de l'activité intellectuelle..." (Revue de métaphysique et de morale)

ALEXANDRE (Bernard).

Le Horsain. Vivre et survivre en Pays de Caux.

Plon, 1988, in-8°, 554 pp, 39 photographies hors texte, 17 illustrations, une carte et un index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée (très lég. abîmée), bon état (Coll. Terre humaine)

Le témoignage poignant et plein d'humour d'un curé – qui est de surcroît un merveilleux conteur – sur la vie sociale de la Haute-Normandie profonde. Qui nous baptisera ? Qui nous mariera ? Qui nous enterrera donc demain ? Les derniers curés vont disparaître dans les campagnes... "Métier d'curé, métier foutu !" comme l'annonçait déjà rudement un berger cauchois au jeune abbé Bernard Alexandre qui allait rejoindre sa première paroisse – qu'il ne devait plus quitter depuis : Vattetot-sous-Beaumont. Ce livre est son témoignage. Bernard Alexandre, inlassablement, a tenté de faire "entendre" à ses paroissiens la parole du Christ. Ceux-ci n'ont cessé d'opposer à leur curé une résistance souveraine... "Eglisiers", les Cauchois ne demandent guère plus à leur curé que d'être un bon sacristain ; eux, s'accrochent de toutes leurs forces à leurs traditions : "A toujou été comm'cha..." Est-ce parce qu'ils savent inconsciemment que ces traditions qui plongent leurs racines dans des rites païens ont, en eux, des résonances essentielles ? Que leur sagesse consiste, comme tant de sociétés traditionnelles, à refuser de se poser des questions sur le plan du sacré, de crainte de ne pas leur trouver de réponse ? De crainte, surtout, de perdre leur foi et que ne s'écroule un édifice religieux et, avec lui, l'ensemble de la société auxquels leur destin est lié ? Bernard Alexandre sait qu'il ne sera pas remplacé faute de vocations sacerdotales assez nombreuses. Il assiste au déclin de l'Eglise traditionnelle ; il espère de tout son coeur en une nouvelle Eglise plus restreinte, mais combattante, s'appuyant sur des laïcs responsables, agissant dans l'esprit des premiers chrétiens de l'Eglise primitive. Ce livre n'est pas seulement un poignant témoignage. C'est aussi le regard attentif, privilégié et, souvent, plein d'humour d'un homme – qui est de surcroît un merveilleux conteur – sur la vie sociale de la Haute-Normandie profonde. Il jette sur cette province une lumière différente de celle de Maupassant, d'une acuité et d'une pénétration qu'il ne sera plus possible d'oublier.

ALEXANDRE (Philippe) et Béatrix de l'AULNOIT.

La Dame des 35 heures.

Laffont, 2002, in-8°, 193 pp, broché, bon état

Pamphlet mordant sur une femme politique ambitieuse : Martine Aubry. Son rôle au sein du Parti socialiste, son bilan au gouvernement, ses relations avec Pierre Mauroy, D. Strauss-Kahn, le baron Seillière, son élection à la mairie de Lille, etc.

ALEXINSKY (Grégoire).

La Russie révolutionnaire. Des émeutes de la Russie agraire à l'organisation stalinienne.

Armand Colin, 1947, in-8°, 266 pp, broché, soulignures crayon et stylo, papier jauni, état correct

"[le livre] est instructif. Sérieux, mesuré. Un peu froid et compassé. On regrette, à tort sans doute, qu'il ne soit pas véhément dans un sens ou dans l'autre. C'est que l'histoire d'une suite de révolutions demande à être servie chaude. (...) Bref rappel des antécédents révolutionnaires de la Russie contemporaine. Qualification des partis à l'origine : Menchéviks, Bolcheviks. Le premier Soviet. L'Etat soviétique. La doctrine étatiste de Lénine. Le caractère international de la Révolution soviétique. Les conquêtes matérielles. L'évolution : Staline. Les suites de la guerre. Voilà ce qu'on trouve dans ce livre sage, pondéré, nourri de faits et qui veut être « objectif ». On ne le lit pas par passion. Mais on s'y instruit. Il manque de vie, mais non pas de savoir ou de bon sens. Le malheur, c'est qu'il y a des sujets exaltants qui, d'avance, vous font souhaiter des histoires exaltantes. On trouve une histoire bien sage. Et certes la sagesse a son prix." (Lucien Febvre, Annales ESC, 1949)

ALLEAUME (Ghislaine)(dir.).

L’Égypte dans le siècle, 1901-2000.

Editions Complexe, Cedej – Égypte/Monde arabe n° 4-5, 2000-2001, 2003, gr. in-8°, 340 pp, broché, couv. illustrée, bon état

C'est un siècle de vie égyptienne tourmenté et riche événements qu'évoque la présente livraison d'Égypte/Monde arabe. Entre 1901 et 2000, l'Égypte a connu le sultanat, la monarchie, la révolution et le présidentialisme autoritaire ; des combats pour la liberté et pour la religion, d'autres – moins nombreux mais tout aussi acharnés – pour la laïcité et le libéralisme. Ce siècle fut aussi fait de guerres : la guerre perdue de 1948, pour la Palestine, la défaite de 1967 contre Israël et, enfin, la victoire de 1973. A plusieurs reprises, les Égyptiens espérèrent maîtriser leur économie et réformer leur société ; à plusieurs reprises, ils tentèrent d'établir des régimes politiques stables, passant de la monarchie constitutionnelle au socialisme autoritaire puis à l'autoritarisme libéral ; à plusieurs reprises, la religion s'empara de la vie publique mais sans jamais parvenir à la brider. L'Égypte du siècle maintenant passé est traversée de courants d'idées, de débats et de vastes espérances. Elle a ses figures et ses hommes : le Journaliste, le Musicien, l'Officier libre, le Frère musulman, l'Intellectuel, Zaghloul, Farouk, Nasser, Sadate et bien d'autres. Certes, il est impossible de peindre, en quelques trois cents pages, le tableau foisonnant d'un siècle. Aussi, comme le jeu de l'oie de Golo qui figure en couverture, ce numéro est-il le fait de vignettes juxtaposées dont le déroulement devrait parvenir, sinon à restituer le XXe siècle égyptien, du moins à donner une idée de son extraordinaire richesse.

ALLEAU (René).

Hitler et les sociétés secrètes. Enquête sur les sources occultes du nazisme.

Grasset, 1969, in-8°, 318 pp, 46 gravures et photos hors texte, références bibliographiques, broché, couv. illustrée, bon état. Edition originale

"Comment Adolf Hitler a-t-il pu, pendant plus de vingt ans, marquer de son emprise le peuple allemand ? Sa doctrine, martelée dans ses écrits et ses discours, était indigente. Mais il exerçait sur les foules un pouvoir presque « magique » qui puisait son inspiration dans les mythes et les rites des sociétés secrètes qui ont toujours fleuri en Allemagne. Avec les principaux fondateurs du parti nazi, Adolf Hitler appartenait à la Société de Thulé, une redoutable confrérie à laquelle Rudolf von Sebbotendorf, le « magicien noir », avait transmis les clés magiques des fraternités racistes turques. À partir de documents inédits, René Alleau pénètre dans les arcanes de l'univers hitlérien et révèle que le nazisme a été contemporain du pangermanisme, étrangement associé au panislamisme. Dans une fresque saisissante, il dévoile les ressorts secrets de ce grand rêve historique, son caractère illuministe et manichéen."

ALLEG (Henri).

La Question.

Editions de Minuit, 1977, in-12, 112 pp, broché, bon état (Coll. Documents), envoi a.s.

Témoignage accablant sur les tortures infligées en prison par l’armée française, par l'ancien directeur du quotidien « Alger républicain ».

ALLEG (Henri).

La Question.

Editions de Minuit, 1958, in-12, 112 pp, broché, bon état (Coll. Documents)

Témoignage accablant sur les tortures infligées en prison par l’armée française, par l'ancien directeur du quotidien « Alger républicain ».

ALLEG (Henri).

Le Siècle du dragon. Un reportage et quelques réflexions sur la Chine d'aujourd'hui et (peut-être) de demain.

Le Temps des Cerises, 1994, in-8°, 261 pp, 8 pl. de photos hors texte, 6 dessins, une carte, broché, couv. illustrée, bon état

ALLEG (Henri).

Prisonniers de guerre.

Editions de Minuit, 1961, in-12, 250 pp, achevé d'imprimer du 24 avril 1961, broché, couv. lég. salie, bon état (Coll. Documents). Edition originale, bande éditeur conservée : “La Question (Suite)”

"Journal intime couvrant les trois années passées en préventive à la prison civile de Barberousse à Alger, du 16 août 1957 jusqu'au début du mois de juin 1960, c'est-à-dire à la veille du procès qui condamnera Henri Alleg à dix ans de prison." (Vignes, 389)

ALLEMAND (André).

Parachutiste d'essai.

P., André Bonne, 1953, in-8°, 253 pp, 14 photos sur 8 pl. hors texte, figures, broché, couv. salie, jaquette illustrée abîmée avec manque, état moyen

"André Allemand, qui totalise 516 descentes et battit le record du monde en sautant d'un avion lancé à grande vitesse, était particulièrement qualifié pour écrire un livre consacré au parachutisme d'essai. On sait qu'André Allemand se blessa gravement au cours du printemps 1952 alors qu'il tentait à 800 kilomètres à l'heure le premier essai en France du siège éjectable. Mettant à profit le loisir forcé auquel l'astreignait son repos à l'hôpital, André Allemand a rédigé, en même temps que le récit de ses souvenirs, la première histoire du parachutisme depuis les temps héroïques jusqu'à nos jours."

ALLIGIER (Charles).

Socialisme, Bolchevisme et France.

Cahiers Spartacus, avril 1946, gr. in-12, 93 pp, broché, bon état

ALLIGIER (Charles).

Socialisme, Bolchevisme et France.

Cahiers Spartacus, 1946, in-12, 93 pp,

ALLILUYEVA (Svetlana).

En une seule année.

Laffont, 1970, gr. in-8°, 395 pp, traduit du russe, broché, couv. à rabats, bon état, bande éditeur conservée

Par la fille de Staline. — "Le témoignage le plus authentique que l'on possède en Occident sur Staline a été donné par sa propre fille, Svetlana. Bien qu'elle soit toujours restée à l'écart de la vie politique, le portrait qu'elle trace de son père à travers ses deux livres de souvenirs est sans doute la contribution la plus juste à la connaissance d'un personnage devenu légendaire. Le premier livre, “Vingt lettres à un ami” fut écrit en URSS et publié ultérieurement en Occident ; le deuxième, “Dans une seule année” fut écrit aux Etats-Unis, après son départ en exil. Si l'on peut parfois être choqué par la violence de certains réquisitoires, on ne peut qu'être sensible à la sincérité du témoignage. (...) Un aspect intéressant du livre est l'image nouvelle qui vient compléter l'iconographie stalinienne, celle de Staline père tendre et affectueux. On perçoit dans ces mémoires le souci d'humaniser Staline seul sur son Olympe, « prisonnier de sa gloire et de son propre système », n'ayant personne « à qui dire le moindre mot ». On peut y voir peut-être une des explications des excès du régime à partir de 1948 : « La solitude et le vide autour de lui avaient engendré une attitude pathologique, une véritable manie de la persécution »." (Lilly Marcou, Staline vu par l'Occident, 1972) — "Un document historique unique. Une oeuvre qui a la hardiesse, l'audace et la passion de “Docteur Jivago”." (Edmund Wilson, the New Yorker)

ALMEIDA-TOPOR (Hélène d').

L'Afrique au XXe siècle.

Armand Colin, 1999, gr. in-8°, 383 pp, 2e édition revue et augmentée, 16 cartes, chronologie, biblio, index, broché, bon état (Coll. U)

De la Méditerranée au cap de Bonne-Espérance et de l'Atlantique aux rives de l'Océan Indien, l'immensité de l'Afrique n'a d'égale que sa diversité. En découle une multiplicité de situations qui constituent autant de réponses de ses habitants aux défis du XXe siècle : colonisation et décolonisation, guerres, crises et sous-développement... L'aspect comparatif sous-tend donc la trame de cette étude qui aborde l'histoire contemporaine du continent africain, sous un angle à la fois chronologique et thématique. Elaborée à partir de travaux récents de nombreux spécialistes et des recherches personnelles de l'auteur, cette synthèse met en relief la complexité et la totalité de l'Afrique.

ALMERAS (Philippe).

Céline. Entre haines et passion.

Laffont, 1994, gr. in-8°, 477 pp, 16 pl. de photos hors texte, biblio, index, index des oeuvres, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Biographies sans masque)

Céline a joué sa vie sur ses haines. Elles sous-tendent son oeuvre. Son antisémitisme n'est que l'aspect grimaçant d'un racisme biologique auquel il a adhéré de toute sa force par-delà les comédies et les palinodies. Sûr d'avoir l'horrible vérité pour lui, il s'est très tôt convaincu qu'on voulait sa mort – physique, littéraire. Cela l'autorisait à vouloir celle des autres et justifie tous les travestissements. Cent ans après la naissance de Louis Destouches, il est enfin possible de faire la part du vécu et du transposé. Réapparues, Élisabeth Craig, Karen Marie Jensen racontent la genèse de Voyage au bout de la nuit, les ruptures, l'or du Danemark. La masse de lettres qu'il a écrites permettent de suivre sa vie – souvent au jour le jour. Chacun les a gardées. On les a retrouvées en Australie, à Londres, au Maroc, en Californie ou chez ses éditeurs ; celles aussi adressées à Robert Le Vigan, qui fut forcé de les vendre, ou celles encore que Je suis partout renonçait à publier en 1942 et 1943, pour "excès racistes". Sentiments, passions, argent, ces lettres racontent une histoire bien différente de celles qu'il a écrites ou inspirées. Ni peuple ni pauvre, Céline, mais "accablé d'orgueil" et constamment humilié. Aussi désireux de réussite que de revanche. De Baden-Baden à Sigmaringen, en passant par Rambouillet, la caserne, la prison, les toits de Copenhague ou le château Scherz, voici le tissu de la fiction, et comment se crée la biographie imaginaire où Ferdinand raconte ce que sent Louis Destouches : son histoire symbolique. Mais cet ouvrage est en même temps la première biographie critique de Céline. Elle suit le rythme du vécu, jusqu'à la dernière mise en scène, à Meudon. Ni fou, ni saint, mais persécuteur persécuté. Un grand écrivain, au style nourri de passions et de phobies, le seul qui, par le miracle de la langue au-delà des options politiques, unisse gens de culture et grand public. À travers Céline, le siècle se raconte ; il est le seul à en avoir rendu les débats, les déchirements, les drames et les bonheurs.

ALOISI (Baron Folco).

Journal (25 juillet 1932–14 juin 1936). Introduction et notes par Mario Toscano.

Plon, 1957, in-8°, xvi-390 pp, traduit de l'italien par Maurice Vaussard, broché, bon état

Le baron Aloisi est un des rares diplomates italiens de carrière qui jouèrent un rôle de premier plan dans l'entourage immédiat de Mussolini. Il mit en oeuvre les directives du dictateur de 1932 à 1936, au double titre de chef du Cabinet et de premier délégué italien à la S.D.N. — "Il est intéressant de voir dans leur réalité quotidienne et leur détail les différents aspects de la politique italienne. La personnalité de l'auteur, un des rares diplomates de carrière écoutés par Mussolini, dont il était le chef de cabinet au Ministère des Affaires étrangères et le représentant à la S.D.N., ajoute à cet intérêt. De même, le choix de la période étudiée, qui est à la fois mal connue et essentielle pour l'orientation de la politique étrangère de l'Italie." (Revue française de science politique, 1957)

AMAHAN (Ali).

Mutations sociales dans le Haut Atlas. Les Ghoujdama.

P., Editions de la Maison des sciences de l'homme et Rabat, Editions de la Porte, 1998, gr. in-8°, xiii-325 pp, 63 photos en noir et en couleurs sur 40 pl. hors texte, 9 cartes et schémas, 7 documents, biblio, lexique, index, broché, couv. illustrée, bon état

Les Ghoujdama, tribu du Haut Atlas, par leur ancrage dans l'histoire et leur capacité d'adaptation au monde moderne constituent un cas exemplaire pour comprendre le Maroc et par-delà le monde rural maghrébin. Par une étude historique solide, l'auteur nous montre les Ghoujdama à l'aube du XXe siècle, sous la double domination du Glaoui et du Protectorat et depuis l'indépendance. Grâce à la connaissance intime de ce milieu dont il est issu, A. Amahan, dans le sillage de Robert Montagne, Jacques Berque, Paul Pascon, Pierre Bourdieu, aborde avec acuité, justesse et authenticité l'analyse des mutations sociales chez les Ghoujdama. Il révèle les mécanismes enfouis dans les structures sociales et mentales, dévoile la dynamique spécifique qui incite au changement mais aussi à la résistance, et montre que la confrontation entre changement et permanence n'est en fait que la juxtaposition de deux systèmes, l'un moderne et puissant, l'autre traditionnel et ancestral. Ces systèmes se complètent et ne s'opposent que rarement ; ils s'appuient mutuellement l'un sur l'autre pour perdurer et évoluer.

AMALRIK (Andréï).

Raspoutine.

Seuil, 1982, gr. in-8°, 285 pp, traduit du russe et annoté par Basile Karlinsky, préface de Léonide Pliouchtch, 7 photos sur 4 pl. hors texte, annexes, biblio, index, broché, couv. illustrée, pelliculage de la couv. lég. décollé, bon état

Au-delà de la légende, c'est la figure complexe du personnage réel que peint le biographe. Laissée inachevée par la mort inopinée d'Amalrik, l'histoire de l'énigmatique Raspoutine, moine russe débauché au talent de guérisseur...

AMANRICH (Vice-Amiral)(de l'aéronautique navale).

Une Française, Maryse Bastié.

Editions Baudinière, 1953, in-8°, 269 pp, 41 photos sur 24 planches hors texte, broché, couv. illustrée lég. abîmée avec pt mque en coin, bon état

Biographie de la grande aviatrice Maryse Bastié, née Marie-Louise Bombec, gloire du sport, née le 27 février 1898, à Limoges et morte le 6 juillet 1952 à Bron. Elle fut la première aviatrice française à accrocher de nombreux records à son palmarès. Ses exploits furent très rapidement médiatisés. Nombre d'établissements scolaires, théâtres, rues et avenues portent aujourd'hui son nom.

AMELINE (Léon).

Ce qu'il faut connaître de la police et de ses mystères.

P., Boivin et Cie, 1926, in-12, 160 pp, annexes, broché, bon état

Table : I. La police. II. Organisation de la police en France. III. La recherche criminelle. IV. La police politique. V. La police des moeurs.

Amnesty international.

L'Emprisonnement politique en République populaire de Chine.

EFAI, 1981, in-8°, 235 pp, 6 illustrations, plans et tableaux, une carte, index, broché, bon état

Amnesty international.

Rapport 1981. (Période du 1er mai 1980 au 30 avril 1981).

EFAI/AIP, 1982, in-8°, 493 pp, broché, bon état

Amnesty international.

Rapport 1982. (Période du 1er janvier au 31 décembre 1981).

EFAI, 1982, in-8°, 432 pp, broché, état correct

Amnesty international.

Rapport 1983. (Période du 1er janvier au 31 décembre 1982).

EFAI, 1983, in-8°, 424 pp, broché, couv. lég. abîmée, sinon état correct

Amnesty international.

Rapport 1984. (Période du 1er janvier au 31 décembre 1983).

EFAI, 1984, in-8°, 444 pp, broché, bon état

Amnesty international.

Rapport 1993. (Période du 1er janvier au 31 décembre 1992).

EFAI, 1993, gr. in-8°, 382 pp, broché, état correct

AMOROSO (Dr. H.).

Le Monde hallucinant de la Mafia.

La Pensée Moderne, 1972, in-8°, 249 pp, broché, couv. illustrée à rabats, état correct

AMOUROUX (Henri).

Pétain avant Vichy : La guerre et l'amour.

Fayard, 1967, in-8°, 362 pp, 16 pl. de photos et 12 pl. de fac-similés hors texte, biblio, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état, envoi a.s. à l'éditeur Charles Orengo

"Il existe de nombreux livres sur le Maréchal Pétain. Mais Pétain avant Vichy est un libre neuf. Tout d'abord parce que l'auteur puise une partie de sa documentation dans plus de 500 lettres inédites écrites par le Maréchal Pétain de 1913 à 1940, témoignages qui sortent de la banalité, éclairent la psychologie d'un homme dans ce qu'elle a de plus secret car il s'agit, le plus souvent, de passionnantes et passionnées lettres d'amour. Parlant de Pétain amoureux, les historiens devaient, jusqu'à présent, se contenter de racontars et de récits sans preuves. Voici, pour la première fois, Pétain intime révélé. Mais Petain avant Vichy n'est en aucune manière un libre à scandale. Les lettres sont citées pour mieux faire comprendre un être complexe et pudique, pour rectifier certaines erreurs, préciser certains points d'histoire, jamais pour blesser des lecteurs fidèles à l'image traditionnelle du Maréchal Pétain ou pour allécher ceux qui ne voient dans l'Histoire qu'une succession de petites histoires..." (rabat de la jaquette)

AMRANI (Djamal).

Le Témoin.

Editions de Minuit, 1960, in-12, 83 pp, broché, bon état (Coll. Documents). Edition originale

L'auteur raconte l'histoire tragique de sa famille durant la guerre d'indépendance algérienne. "Récit des tortures endurées par l'auteur à la caserne d'Hussein-Dey. Premier livre du jeune poète algérien Djamal Amrani (1935-2005), lauréat de la médaille Pablo Neruda en 2004." (Vignes, 356)

AMSON (Daniel).

Le troisième Gouvernement Messmer.

P., LGDJ, 1974, gr. in-8°, 14 pp, broché, bon état, envoi a.s. (Extrait de la Revue du Droit Public et de la Science Politique en France et à l'Etranger)

Le troisième gouvernement Messmer (27 février - 27 mai 1974) ne comprenait que 29 membres (le premier ministre, 15 ministres et 13 secrétaires d’Etat).

AMSON (Daniel).

Poincaré. L'acharné de la République.

Tallandier, 1997, in-8°, 442 pp, chronologie, notes, broché, couv. illustrée, bon état

Raymond Poincaré a mené l'une des plus brillantes carrières politiques de la République. Très jeune député, grand avocat, académicien français, il occupe son premier fauteuil ministériel à trente-trois ans, sera le président de la République de la Grande Guerre et cinq fois président du Conseil. Cette excellence serait un peu monotone toutefois sans les grands rendez-vous qu'eut l'homme avec l'histoire. Artisan d'un certain nombre d'alliances dans les années dix, il s'impose comme l'homme de la revanche (on l'appelle "Poincaré-la-guerre") et, devenu président de la République en 1913 (pour sept ans), personnifie la résistance de la nation. Champion de l'Union sacrée au début du conflit, il ne parvient pas, cependant, à trouver son style, manque de séduction (ses visites au front sont d'une maladresse exemplaire) et c'est de mauvaise grâce qu'il se résoud à appeler Clemenceau aux affaires en 1917. Après la guerre, Poincaré se montre intransigeant vis-à-vis de l'Allemagne et entend faire exécuter intégralement le traité de Versailles. Cette rigidité, assez caractéristique du personnage, conduit à l'occupation de la Ruhr par l'armée française. Enfin, de retour à la présidence du Conseil, il stabilise le franc en 1926. De l'Affaire Dreyfus jusqu'aux prémices de la crise économique des années trente, Poincaré incarne près de cinquante ans de l'histoire de France, à une période particulièrement controversée. C'est l'un des mérites de cette biographie que de s'attacher à la personnalité complexe du grand homme tout autant qu'à son rôle politique et au contexte exceptionnel qui en déterminera l'action.

AMSON (Daniel).

Stabilité gouvernementale et ministérielle sous la Ve République. (Thèse).

Paris, s.d. (1970), fort in-4°, 603 pp, texte dactylographié, biblio, broché, dos toilé muet, bon état

AMUNDSEN (Roald) et ses collaborateurs.

En avion vers le Pôle Nord. Relation de l'expédition Amundsen-Ellsworth. Traduit du norvégien et adapté par Charles Rabot.

Albin Michel, 1926, in-12, 252 pp, 18 photos et cartes hors texte, broché, couv. illustrée lég. défraîchie, bon état

[AMY, Chanoine].

Cinq ans dans la banlieue rouge. Par un Curé du Diocèse de Paris.

Editions Spes, 1946, in-12, 126 pp, lettre-préface du R. P. Villain, de l'Action Populaire, broché, bon état

ANCEL (Alfred).

Cinq ans avec les ouvriers. Témoignage et réflexions.

Editions du Centurion, 1963, pt in-8°, 508 pp, lettre de S. Em. le cardinal Gerlier, préface de S. Exc Mgr Veuillot, broché, couv. illustrée, petit manque de papier au bas de la page de faux-titre, bon état

"Mgr Ancel, évêque auxiliaire de Lyon et Supérieur Général de la Congrégation du Prado, fut, de 1954 à 1959, le premier – et unique – « évêque-ouvrier ». Son témoignage frappe par son ton de totale et émouvante sincérité, en même temps que l'on constate, par rapport à l'expérience des prêtres-ouvriers, un triple décalage, dans le temps, dans la forme (Mgr Ancel n'a jamais travaillé en usine, mais à domicile) et dans l'esprit, qui explique l'orientation tantôt convergente, tantôt divergente, de ses propres conclusions. La première partie de l'ouvrage, consacrée à « la découverte du monde ouvrier », se veut étude sociologique, bien que son auteur déclare n'avoir jamais été dans les dispositions d'un « sociologue qui voudrait étudier le monde ouvrier en lui-même et pour lui- même ». Cette analyse de la complexité du monde ouvrier, de son langage et son âme, des influences qui s'exercent ou ne s'exercent pas sur lui, de sa position religieuse, par un homme d'Eglise qui a conscience d'y être étranger, est, à n'en pas douter, un important document pour une sociologie de la connaissance." (Emile Poulat, Archives de sciences sociales des religions, 1963)

ANDERS (France).

Jacques Copeau et le Cartel des Quatre.

A. G. Nizet, 1959, in-8°, 340 pp, biblio, index, broché, bon état, envoi a.s.

Jacques Copeau (1879-1949), est une personnalité d'importance majeure dans le monde intellectuel et artistique français de la première moitié du XXe siècle. Critique de théâtre pour plusieurs journaux parisiens, il participe à la création de La Nouvelle Revue française en 1908, avec des amis écrivains tels que André Gide et Jean Schlumberger. Il fonde le théâtre du Vieux-Colombier en 1913, qu'il dirige pendant plusieurs années, puis monte une école d'art dramatique en réaction à l'enseignement prodigué au Conservatoire. Le théâtre français du XXe siècle est marqué par la pensée de Copeau. Albert Camus déclare ainsi : « Dans l'histoire du théâtre français, il y a deux périodes : avant et après Copeau ». Louis Jouvet, l'un des plus proches collaborateurs de Copeau, resté à ses côtés jusqu'en 1922 comme metteur en scène et acteur, est devenu l'un des plus importants directeurs français du XXe siècle. Avec Gaston Baty, Georges Pitoëff, et Charles Dullin, il a fondé le Cartel des Quatre en 1927, visant à soutenir les offres de chacun et, surtout, à l'élévation de la qualité de la scène parisienne dans la tradition de Copeau.

ANDRAU (Marianne).

Famille royale à la mode de France. Une semaine à Louveciennes.

France-Empire, 1959, in-8°, 299 pp, 18 pl. de photos hors texte, généalogies, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état

Peu de français, malgré la curiosité suscitée par la "famille royale de France", et les perpétuels reportages des journaux, savent exactement quelle est la personnalité privée ou politique du Comte de Paris. Ce livre répond à toutes ces questions. (...) Pour la première fois, ceux que passionne tout ce qui touche à nos princes pourront ici suivre heure par heure, le Comte de Paris, la Comtesse, et leurs enfants, , dans leur maison, à travers leur emploi du temps familier...

ANDREU (Pierre).

Notre maître M. Sorel.

Grasset, 1953, in-12, 338 pp, préface de Daniel Halévy, 4 planches hors texte de portraits (photos de Georges Sorel à 17 ans, à Polytechnique en 1865, en 1905, et de Mme Sorel), annexes, broché, bon état.. Edition originale (il n'y a eu que 40 ex. sur alfa en grand papier)

"Cette biographie de Georges Sorel est surtout une histoire de ses idées, de leur formation, de leur évolution. Elle insiste sur l'amour de la vérité et sur l'extraordinaire liberté d'esprit d'un penseur qui écrivait lui-même : « La multiplicité des opinions que j'ai successivement adoptées ne manquera pas d'attirer l'attention des métaphysiciens, qui y trouveront la manifestation particulièrement frappante de la liberté dont jouit l'esprit quand il raisonne sur les choses produites par l'Histoire ». Aussi sut-il éveiller bien des esprits, tout en restant toujours éloigné des écoles et des partis. Un certain nombre de textes et de documents sont donnés en annexes." (Revue française de science politique, 1954)

ANDREU (Pierre) et Frédéric GROVER.

Drieu la Rochelle.

Hachette, 1979, fort gr. in-8°, 587 pp, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

"Pierre Andreu et Frédéric Grover possèdent une longue familiarité avec l'auteur de Gilles puisqu'ils lui ont consacré leurs premiers essais voici une trentaine d'années. Portés par leur connaissance intime de la vie et de l'oeuvre de Drieu, ils nous donnent une biographie classique, avec bonheur doit-on dire : l'homme, l'oeuvre, les engagements politiques, ces trois aspects sont étroitement associés dans un même mouvement. Nulle contradiction éventuelle, mais des morceaux de vie qui s'emboîtent, au fond, harmonieusement les uns dans les autres et que n'altèrent pas vraiment les incertitudes, les hésitations ou les interrogations du héros, car Drieu est ici lui-même un héros de roman. A la lecture de sa vie, Drieu peut apparaître comme l'imposteur-né : de milieu bourgeois declassé, il affecte le comportement de la certitude et de l'aisance sociales ; à la fois couvé matériellement et rejeté au plan affectif par sa mère, il se comporte en passionné des femmes auprès desquelles son comportement d'échec fait merveille ; à ses écrits romanesques répondent des écrits politiques d'autant plus vigoureux et virils que les premiers sont empreints du sentiment de l'échec et parés des charmes de la décadence... Un ouvrage remarquable de probité et alimenté aux meilleures sources." (Jean-Paul Cointet, Revue Historique)

ANDRÉ (Marius).

Entretiens avec le général Mangin sur l'Amérique.

Pierre Roger, 1926, pt in-8°, 273 pp, un portrait de Mangin en frontispice et une lettre en fac-similé dépliant hors texte in-fine, envoi a.s., broché, dos bruni, bon état

Sur l'histoire des guerres de l'Indépendance hispano-américaine et le génie militaire de Bolivar.

ANGELI (Claude) et Paul GILLET.

La Police dans la politique (1944-1954).

Grasset, 1967, in-8°, v-396 pp, 16 pl. de documents hors texte, broché, couv. à rabats, bon état

Dix années de l'histoire de France via l'analyse du rôle de la police dans la politique.

ANGELI (Claude) et Stéphanie MESNIER.

Sale temps pour la République (1995-1997).

Grasset, 1997, in-8°, 234 pp, Par deux journalistes du "Canard Enchaîné".

ANGELL (Norman).

La Grande Illusion.

Nelson, s.d. (1911), in-12, 372 pp, reliure percaline crème décorée de l'éditeur, sans la jaquette, bon état

Sir Ralph Norman Angell-Lane (1872-1967) est un écrivain et homme politique anglais, lauréat du Prix Nobel de la paix en 1933. Son essai La Grande Illusion (The Great Illusion: A Study of the Relation of Military Power in Nations to their Economic and Social Advantage), publié en 1910, rencontra un succès international. Selon lui, croire à une guerre entre grandes puissances est une « grande illusion ». Angell remaniera son analyse, démentie par les faits en 1914-1918, dans une nouvelle version de son livre parue en 1933, où il estime que déclarer la guerre à un autre pays est contre-productif sur le plan économique.

ANGLADE (Jean).

La Vie quotidienne contemporaine en Italie.

Hachette, 1973, in-8°, 300 pp, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

"En toutes choses, l'Italie est un pays binaire. Il y a l'Italie riche et l'Italie pauvre ; la surindustrialisée et la sous-développée ; celle de la fierté et celle de la honte ; la politiquement rouge et la noire ; l'une cuisine à l'huile et l'autre au beurre... Mais comme toutes ces divisions s'entrecoupent, cela donne une succession d'Italies innombrables dans leurs manières de vivre et de penser..." — Jean Anglade, né à Thiers (Puy de Dôme) en 1915, est fils d'une servante et d'un ouvrier maçon. Instituteur de campagne, puis professeur de lettres et agrégé d'italien, il est l'auteur de nombreux romans et essais.

Anonyme.

La Renaissance militaire de l'Allemagne.

dans le Correspondant, 1925, 2 vol. gr. in-8°, 20 et 20 pp, une carte, brochés, bon état

I. L'armée régulière et les armements clandestins. II. Le potentiel de la nation.

Anonyme.

Le Mur d'Argent.

P., Les Editions de Publicité et Propagande, s.d., in-12, 60 pp, broché, bon état

Pamphlet anti-communiste publié après 1936. — "La grande idée des partis révolutionnaires en France est aujourd'hui cristallisée dans une formule : la destruction du régime capitaliste. A l'instigation de leurs chefs, les militants et les troupent doivent demain monter à l'assaut du « mur d'argent » et le détruire de fond en comble. (...) Plus d'obstacle dès lors à l'élévation des salaires, à la diminution des heures de travail, à la démagogie politique et sociale. (...) Cette idée, force des mécontents, des paresseux et des envieux, n'est pas nouvelle. (...) Tel est le problème complexe qui s'offre à notre réflexion pour toutes les nations en mal de contamination révolutionnaire..."

Anonyme.

Les Dessous de l'affaire éthiopienne. Qui veut la guerre ?...

P., Extrait de "La Revue hebdomadaire", 1936, in-12, 61 pp, broché, bon état

Pamphlet anonyme antisémite et anti-maçonnique assez virulent.

ANTONEL (D.), A. JAUBERT et L. KOVALSON.

Les Complots de la C.I.A. : Manipulations et assassinats. Documents réunis et présentés par David Antonel, Alain Jaubert et Lucien Kovalson.

Stock, 1976, fort in-8°, 599 pp, broché, bon état

Voici un document historique et politique exceptionnel : les enquêtes officielles américaines sur les activités illégales de la C.I.A. Pour la première fois, le fonctionnement clandestin d’un grand service secret est révélé au public. Entre 1950 et 1975, les opérations de la C.I.A. se sont étendues au monde entier : complots internationaux, manipulations de gouvernements et de groupes politiques, coups d’état sanglants, assassinats de dirigeants, Fin 1960, les agents américains s’acharnent sur le leader congolais Patrice Lumumba. Des poisons et des virus sont envoyés en Afrique, des tueurs sont recrutés... A partir de 1962 l’élimination de Fidel Castro devient l’obsession des dirigeants de la C.I.A. Les gadgets les plus complexes, les poisons les plus violents sont préparés... On prévoit même de « faire débarquer le Christ à Cuba...» En 1970, des mitraillettes sont acheminées vers Santiago par la valise diplomatique et l’exécution du général Schneider marque le commencement de la véritable guerre clandestine que les États-Unis vont mener pendant trois ans contre le gouvernement de Salvador Allende.. Mais la C.I.A. ne s’est pas contentée de mener ses opérations secrètes à l’étranger. Sur le territoire même des États-Unis, ses agents ont espionné les opposants politiques, mis en fiches des millions de citoyens, recruté des groupes de tueurs, testé des drogues dangereuses sur des hommes et des femmes choisis au hasard. On retrouve ces mêmes agents dans le scandale du Watergate... Et pendant plus de dix ans, la C.I.A. a dissimulé des données décisives sur l’assassinat du président Kennedy... Ce qui est ici dévoilé est stupéfiant.

ANZIEU (Didier).

Le Groupe et l'Inconscient. L'imaginaire groupal.

P., Dunod, 1989, in-8°, 234 pp, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Psychismes)

“Le groupe et l'inconscient” est le livre le plus important écrit ces dernières années sur la réalité psychologique des groupes humains. Paru en 1975, traduit en quatre langues, vendu en France à plusieurs milliers d'exemplaires, il constitue l'ouvrage de base de la recherche française en matière de psychanalyse groupale. Dans cette nouvelle édition, profondément remaniée, D. Anzieu recentre son propos sur la notion d'imaginaire groupal : le groupe a sa psychologie propre, différente, sous certaines conditions et à certains moments, de celle des individus qui le composent ou qui s'y opposent. Pour élucider cette psychologie, l'auteur part de l'analogie du groupe et du rêve. Elle le conduit à décrire et à situer plusieurs processus imaginaires qui sous-tendent la vie des groupes : l'illusion groupale, le groupe-bouche, les fantasmes de casse, le groupe-machine, la résistance paradoxale autodestructrice, les perturbations entraînées par la prévalence de l'imago paternelle ou du Surmoi... Des "organisateurs psychiques inconscients" - tels que les fantasmes originaires ou l'image du corps propre... - sont ainsi dégagés qui fondent et structurent l'imaginaire groupal. Avec cette nouvelle édition du “Groupe et l'inconscient” D. Anzieu apporte aux chercheurs, aux praticiens, voire aux usagers des groupes formateurs, thérapeutiques et naturels, le panorama de la vie groupale inconsciente.

[Apollinaire] – DECAUDIN (Michel)(dir.).

Guillaume Apollinaire.

Lille, Faculté des lettres et sciences humaines, 1956, in-8°, 140 pp, paginé 373-510, broché, bon état (Revue des sciences humaines. Nouvelle série. 84, octobre-décembre 1956)

Sommaire : Apollinaire obscène et tendre (J.-B. Barrère) ; Cors de Chasse (M.-J. Durry) ; Le manuscrit de Lul de Faltenin (L.-C. Breunig) ; A propos de Calligrammes (R. Warnier) ; Guillaume Apollinaire et L'Enchanteur pourrissant (Scott Bates) ; Sur la composition du Poète assassiné (M. Décaudin) ; Notes sur La Femme assise (R. Guiette) ; Apollinaire et Shakespeare (C. Evrard) ; Une note du Journal d'Apollinaire (M. Décaudin).

ARAFAT (Soha) et Gérard Sebag.

Soha Arafat. Enfant de Palestine.

Michel Lafon, 1995, in-8°, 235 pp, 8 pl. de photos h.t.

[ARAGON] – RABEUX (Jean-Louis).

Aragon ou les métamorphoses. Photographies de Jean-Louis Rabeux. Postface de Danièle Sallenave.

Gallimard, 1977, in-4°, 102 pp, très nombeuses photographies en noir, avec des légendes d'Aragon reproduites en fac similé, imprimé sur papier Chromomat des Papeteries Arjomari-Prioux, broché, couv. illustrée, état correct

Les textes reproduisant en fac-similé l'écriture d'Aragon sont extraits de “La Mise à mort” et de “Théâtre/Roman”.

ARANDA (Gabriel).

La Stratégie soviétique dévoilée.

Fayard, 1962, in-8°, 343 pp, broché, bande conservée (Mussolini, la plus colossale et sanglante mystification de l'histoire), bon état. Le livre prétend que Mussolini était un agent soviétique qui a fait perdre la guerre à Hitler en prenant volontairement des initiatives militaires catastrophiques, ce qui expliquerait pourquoi le Duce fut liquidé sans jugement par les communistes italiens aux ordres de Staline. "La stratégie évoquée par G. A. est celle qu'a employée le gouvernement soviétique entre les deux guerres pour se rapprocher du gouvernement allemand tout en manifestant de louables intentions envers l'Occident. Malheureusement ce récit, qui vise au sensationnel, ne repose sur aucune source citée et porte, comme son titre ne l'indique pas, autant sur la politique de Mussolini que sur celle de Staline." (Revue française de science politique, 1963)

ARBELLOT (Simon).

J'ai vu mourir le Boulevard.

Editions du Conquistador, 1950, pt in-8°, 301 pp, 5 pl. de photos hors texte, index des noms cités, broché, couv. illustrée lég. salie, état correct

Souvenirs d'une vie journalistique, quand la presse parisienne siégeait sur les grands boulevards dans l'entre-deux-guerres et à Vichy. — L'entre-deux-guerres : Le temps des illusions ; Le Figaro de Robert de Flers ; L'or de François Coty ; A la recherche du temps perdu ; De quelques maîtres et petits maîtres ; Parlotes et agapes sur un volcan. – La Guerre et Vichy : Le temps retrouvé ; La presse à l'Hôtel de la Paix ; L'Etat à l'Hôtel du Parc ; Pierre Laval et la presse ; Promenade autour des sources. — Le livre s'achève avec la nomination de l'auteur comme Consul de France à Malaga au début de 1943.

ARBELLOT (Simon).

Maurras, homme d'action.

Denoël et Steele, 1937, in-12, 124 pp, 8 pl. de gravures et photos hors texte, broché, couv. illustrée d'une photo de Maurras, pt mque au dos, état correct

"Simon Arbellot, qui écrit en 1937 un “Maurras homme d’action”, s’attarde davantage sur le magistère politique du « maître » de l’A.F., tout en s’insérant dans la tradition biographique du Maurras provençal." (Tony Kunter, Maurras et la Contre-Révolution : historiographie, 2008) — "On ne connaît pas la vie de Charles Maurras si l'on n'a pas lu “Charles Maurras, homme d'action” par Simon Arbellot." (L'Etudiant français : organe mensuel de la Fédération nationale des étudiants d'Action française, 1938) — D’origine limousine, Simon Arbellot (1897-1965) débute sa carrière au Figaro en 1920, qu’il quitte au début des années 1930 pour le journal Le Temps et la revue Documents. Bien que n’étant membre d’aucun mouvement politique, il est connu pour ses idées monarchistes et sa proximité avec l’Action française et Charles Maurras, auquel il consacre une biographie en 1937. En 1938, il justifie l’action clandestine de La Cagoule, estimant que cette organisation a été formée dans la crainte d’un « putsch de gauche ». Sous l’Occupation, il est nommé directeur de la presse au ministère de l’Information à Vichy de 1940 à 1942, puis consul général de France à Malaga de 1943 à 1944. Il est surtout connu pour avoir été avec Gabriel Jeantet un des deux « parrains » de François Mitterrand pour l’obtention de la Francisque en 1943. Après la guerre, il contribuera à divers titres de presse, comme les Écrits de Paris, Le Charivari, ou encore La Revue des Deux Mondes.

ARBOUIN (Gabriel).

Les Nations d'après leurs journaux. Petit essai de psychologie de la Presse. Avertissement par Paul Lombard.

Editions Bossard, 1917, in-12, 104 pp, broché, état correct. Les Nations d'après leurs journaux. Un exemple latin : la Presse italienne. L'exemple germanique : la Presse allemande. Allemands de Paris.

ARETTE (Alexis).

On m'appelait Bleu de Noir. Chroniques d'Indochine.

Biarritz, J & D Editions, 1997, gr. in-8°, 320 pp, broché, couv. illustrée, bon état. Edition originale

Après la guerre d'Indochine, un récit envoyé par l'auteur à un important éditeur parisien lui revient avec cette appréciation : "Ce n'est pas votre talent qui est en cause, mais la guerre d'Indochine qui n'intéresse personne !". Et c'était vrai... Après le drame algérien, l'opinion a pris conscience que la guerre d'Indochine avait marqué le tournant du siècle, en cela qu'elle manifesta le déclin de l'Occident. On en a écrit avec talent. Mais les témoignages de ceux qui vécurent au niveau le plus obscur, l'épuisement journalier de la rizière, sont rares. Des quarante-cinq groupes de "Commandos Noirs" créés pour remplir des missions spéciales, il reste peu de survivants. L'auteur est l'un de ceux qui tentèrent l'impossible, dans l'indifférence générale, aux avant-postes de l'aventure. Le ton contestataire surprendra ; mais l'auteur est du pays des mousquetaires. Peut-être aussi sera-t-on dérouté par la crudité du propos, mais ce ton sert une ironie que l'auteur se sert à lui-même autant qu'aux autres. La surprise vient de Dieu, qui fait irruption avec constance, là où on ne l'attendait pas. Mais la guerre, comme l'existence, est un curieux mélange. l'intensité en plus. On m'appelait Bleu de Noir se veut le témoignage de ce mélange et de cette intensité qui menèrent l'auteur, avec d'autres pareillement obstinés, à prendre tous les risques, afin que le noir ne l'emportât point définitivement sur le bleu. (4e de couverture)