20555 résultats

ASTRE (G.-A.) et M. ESTEVE (dir.).

Etudes cinématographiques n° 16-17. Problèmes de la télévision.

Minard - Lettres modernes, 1962, pt in-8°, 96 pp, 4 pl. de photos hors texte, études de Georges-Albert Astre, Jacqueline Capek, Jean Capin, Jean-Paul Carrère, Jean Cotté, Jean-Louis Curtis, Jean-Luc Déjean, André Frank, Albert Ollivier, Emmanuel Robert, Rémy Tessonneau, Robert Vosse

ASTURIAS (Miguel Angel).

Trois des quatre soleils.

Genève, Skira, 1971, in-8°, 176 pp, traduit de l'espagnol par Claude Couffon, 48 illustrations en noir et en couleurs, broché, couv. illustrée à rabats, pelliculage de la couv. très lég. décollé, bon état (Coll. Les Sentiers de la Création)

"J'ai senti personnellement qu'il fallait étendre le problème de la création de l'écriture. C'est pourquoi je ne raconte pas ma propre évolution, mais celle des éléments du monde. Ce qui m'intéresse, c'est de retrouver la façon magique par laquelle ma création s'unit à la création permanente du monde, comment le chaos s'ordonne pour donner naissance à la vie. Avec “Trois des quatre soleils”, je retrouve le chemin que j'ai suivi à travers les mythes et les légendes de mon peuple. Les Indiens Mayas ont déjà vécu quatre soleils. Chaque soleil représente une phase de la vie des planètes. Le premier soleil est celui où le ciel et la mer se sont séparés de la terre. Dans le deuxième soleil, a eu lieu l'apparition de l'homme qui, selon les Indiens, est fait de maïs. Le troisième soleil a disparu. Est-ce l'Atlantide ? Le quatrième soleil est celui de la conquête, c'est-à-dire de l'esclavage..." (Miguel Angel Asturias)

[Atlantide] – PRIEUR (Jean).

Navires pour l'Atlantide.

Fernand Lanore, 1980, in-8°, 263 pp, broché, couv. illustrée, bon état

"Le mythe (mais en est-ce bien un ?), le mythe solaire de l'Atlantide a engendré un nombre considérable de volumes de toutes sortes et dans toutes les langues, et cela depuis Platon, soit depuis plus de 2000 ans. Il va sans dire que ces études n'apportaient pas toujours de nouveaux éléments, mais elles avaient le mérite de poser périodiquement l'interrogation essentielle. Le livre de Jean Prieur, qui se présente comme un récit ésotérique, donne une nouvelle dimension à cette histoire éternelle... On y retrouvera tantôt clairement affirmées, tantôt suggérées en filigrane les principales idées que l'auteur devait développer par la suite et notamment celle d'une révélation primitive dont l'écho persiste dans les religions égyptienne, védique, iranienne, orphique, essénienne, précolombienne ; révélation qui demeure à la base de la tradition ésotérique universelle." — Le premier roman de l'auteur (1914-2016), originellement paru en 1941, puis réédité en 1947 et en 1980.

[Atlas].

Géographie-Atlas du cours supérieur. Textes et cartes. Par une réunion de professeurs.

Tours, Mame & P., Poussielgue, s.d. (1906), in-4°, 160 pp, 210 cartes ou figures, la plupart en couleurs, texte sur 3 colonnes, reliure pleine toile rouge de l'éditeur, titres en noir au 1er plat, état correct

[Atlas] – COE (Michael), Dean SNOW et Elizabeth BENSON.

Atlas de l'Amérique précolombienne.

P., Editions du Fanal, 1988, in-4°, 240 pp, traduit de l'anglais, 56 cartes en couleurs, 329 illustrations dont 233 en couleurs, chronologie, biblio, index, reliure toile havane de l'éditeur, gardes illustrées, jaquette illustrée, bon état

L'ouvrage se divise en six parties. La première (Le Nouveau Monde) traite de la géographie de l'Amérique, du choc subi par les populations locales à l'arrivée des Européens et de l'intérêt croissant manifesté par ces derniers pour ce qu'ils découvraient. - La deuxième partie (Les Premiers Américains) retrace le peuplement du continent depuis les premières migrations à travers la "Béringie" jusqu'à la fin de la dernière période glaciaire. Les troisième, quatrième et cinquième parties (consacrées respectivement à l'Amérique du Nord, à la Méso-Amérique et à l'Amérique du Sud) traitent des principales cultures indigènes qui se développèrent après que les divers groupes paléoindiens se furent adaptés aux nouvelles conditions locales. Il s'agit entre autres des cultures des Esquimaux de l'Arctique, des Adena des forêts de l'Est, des Mayas et des Aztèques de la Méso-Amérique, des Muisca de Colombie et des Incas du Pérou. Dans la sixième partie (L'héritage vivant), on verra sous quelles formes se perpétue de nos jours l'héritage précolombien, les anciennes croyances et pratiques s'étant maintenues intactes par endroits ou ayant affecté les mœurs contemporaines, notamment dans le domaine de la religion. Cet atlas réunit cartes, dessins et plus de 250 photos, accompagnés d'un texte, de légendes ainsi que de notices concernant certains sites ou thèmes.

[Atlas] – Collectif.

Atlas historique. I. L'Antiquité. II. Le Moyen Age. III. Les Temps modernes.

PUF, 1937-1959, 3 vol. in-8° carré (17 x 22), 22-18-26 pp, + 78 cartes dépliantes hors texte, copieuses bibliographies, reliure demi-basane fauve, dos à 5 nerfs soulignés à froid, titre doré (rel. de l'époque), dos lég. épidermé, bon état

Réunion des 3 Atlas historiques de la collection "Clio" (le quatrième, annoncé, n'est jamais paru), reliés ensemble en un volume, soit : I. L'Antiquité, par Louis Delaporte, André Piganiol, Etienne Drioton et Robert Cohen (13 pages de bibliographie et 30 cartes) ; II. Le Moyen Age, par Joseph Calmette (8 pages de bibliographie et 24 cartes) ; III. Les Temps modernes, par Armand Rébillon, avec la collaboration de Victor-L. Tapié (11 pages de bibliographie et 30 cartes).

[Atlas] – DARBY (H.C.) et Harold FULLARD.

The New Cambridge Modern History : Atlas.

Cambridge, Cambridge University Press, 1978, gr. in-8°, xiv-319 pp, 2e édition revue et corrigée, 288 cartes en couleurs, index, broché, couv. illustrée, bon état (The New Cambridge Modern History, Vol. XIV). Texte en anglais

[Atlas] – DEVOS (W.) et R. GEIVERS.

Atlas historique.

Erasme/Le Grand Livre du Mois, 1984, in-4°, 98 pp, très nombreuses cartes en couleurs, biblio, index, cart. éditeur illustré

[Atlas et géographie de la France moderne] – BEAUJEU-GARNIER (Jacqueline).

Atlas et géographie de Paris et la région d'Île-de-France.

Flammarion, 1977, 2 vol. in-4°, 239 et 244 pp, 128 planches de photos (dont 64 en couleurs) et 96 planches de cartes et plans en couleurs hors texte, 14 figures dans le texte, tableaux, index, reliures skyvertex décorées de l'éditeur, jaquettes illustrées, bon état (Coll. Portrait de la France moderne)

[Atlas] – GOUROU (Pierre).

Nouvel Atlas du monde.

Hachette, 1965, in-4°, (28)-(2)-112 pp, 112 planches de cartes en couleurs, index, cartonnage illustré de l'éditeur, dos toilé, bon état

"Cet Atlas, dû à l'initiative de l'un de nos meilleurs spécialistes des pays tropicaux, professeur au Collège de France, est un excellent instrument de travail. L'auteur s'est efforcé de grouper sur une même carte tout un ensemble de données physiques et humaines dont la convergence explique le principal problème géographique représenté : géologie et morphologie, densités humaines et voies des communications vont ainsi de pair." (Paul Fénelon, Norois)

[Atlas] – HAYWOOD (John).

Les sources de la civilisation occidentale : Proche-Orient, Égypte, Grèce et Rome antiques.

France Loisirs, 1999, in-4°, 304 pp, très nombreuses illustrations et plus de 150 cartes et plans en couleurs, tableaux chronologiques, lexique, biblio, index, reliure simili-cuir bordeaux de l'éditeur, jaquette illustrée, bon état

En un seul volume abondamment illustré, cet ouvrage présente l'histoire du Proche-Orient, de l'Egypte ancienne, de la Grèce et de la Rome antiques. Un foisonement d'événements replacés dans leur contexte sont expliqués de façon simple, précise et attrayante, largement soutenus par de magnifique images, des photos de sites archéologiques et plus de 150 cartes et plans détaillés. Une somme remarquable de connaissances à recommander au lecteur néophyte comme à l'étudiant en quête d'information.

[Atlas historique] – BENGTSON (Hermann), Vladimir MILOJCIC.

Grosser historischer Weltatlas. I. Teil : Vorgeschichte und Altertum.

München, Bayerischen Schulbuch-Verlag, 1954, in-4° (24 x 34), viii pages, un tableau chronologique comparatif dépliant et 44 planches de cartes en couleurs (certaines doublées d'un calque imprimé pour bien voir les évolutions), plus 15 pages d'index, cart. illustré de l'éditeur avec dos toilé, bon état. Légendes des cartes en allemand

Excellent atlas historique. — "Le Grosser historischer Weltatlas est considérable. Beaucoup moins étroitement scolaire que d'autres atlas. Des croquis clairs et sérieusement établis..." (Lucien Febvre, Annales ESC, 1955)

[Atlas] – JULIA (Dominique).

Atlas de la Révolution française. 2. L'Enseignement, 1760-1815.

P., EHESS, 1987, in-4°, 105 pp, conception graphique Huguette Bertrand, Serge Bonin, Alexandra Laclau, nombreuses cartes, biblio, broché, bon état, envoi a.s. de Dominique Julia

Tome 2 seul (sur 11 parus de 1987 à 2000). Dans une inlassable pédagogie, tout le discours de la Révolution vise à construire une nation de citoyens éclairés et à former un homme nouveau, enfin libéré des préjugés et des superstitions de l’Ancien Régime. L'objet de ce volume est de mesurer les ruptures introduites par la Révolution dans le dispositif éducatif, les innovations qu'elle a mises en place, comme les continuités qui se font jour entre l'Ancien Régime et la reconstruction impériale. La chronologie retenue (1760-1815) permet à la fois de saisir les phénomènes de longue durée – ainsi l'alphabétisation et les transformations liées à la conjoncture politique (les écoles centrales par exemple). Pour comprendre les obstacles auxquels se sont heurtés les administrateurs chargés d'appliquer la législation révolutionnaire, il convient en effet de restituer avec précision les fonctionnements sociaux du champ éducatif, depuis la petite école rurale jusqu'aux universités. Cartes et graphiques les inscrivent dans l'espace, de l'exemple départemental ou régional à la pesée nationale. Ainsi présentés, les enjeux apparaissent plus complexes, et les situations scolaires plus diverses que ne l'envisageait le volontarisme des conventionnels. — "Instrument de recherche, bilan en marche, ouverture sur de nouveaux chantiers... Cet atlas, au-delà des cartes d'inventaire, présente des cartes (et des graphiques) de réflexion et d'interprétation. Il invite à poser les bases d'une réflexion sur la géopolitique de la France révolutionnaire." (François Furet, Michel Vovelle). "Un atlas de cartes et de graphiques : à terme, mille pages pour voir la Révolution sous tous ses aspects, pour mieux la comprendre." (Serge Bonin, Claude Langlois)

[Atlas] – MALTE-BRUN.

Atlas complet du précis de la Géographie Universelle de Malte-Brun, dressé conformément au texte de cet ouvrage, et entièrement revu et corrigé par M. J.-J.-N. Huot.

P., Aimé André/Ve Le Normant, 1837, in-folio, 16-(83) pp, texte sur deux colonnes, 69 cartes réhaussées en couleurs dont 13 sur double page (sur 72 annoncées), reliure demi-chagrin havane à coins, dos à 5 nerfs filetés et caissons à froid, pièces d'auteur et de titre chagrin vert et carmin, tranches mouchetées (rel. de l'époque), plats et dos très lég. frottés, qqs épidermures, le cahier des pp 5 à 8 a été relié après la page 16, bon état

Superbe atlas en couleurs par Malte Conrad Bruun, dit Konrad Malte-Brun, géographe danois (Thisted, Jylland, 1775-Paris 1826). Ayant soutenu dans ses écrits les principes de la Révolution française, il dut se réfugier en Suède. Avant même d'être exilé à perpétuité de sa patrie (1800), il avait gagné Paris, où il était entré au “Journal des débats”. Ses écrits les plus connus sont ses ouvrages de géographie : Géographie mathématique, physique et politique de toutes les parties du monde, avec Mentelle et Herbin (1803-1807), et Précis de géographie universelle, commencé en 1810, qu'acheva après sa mort son collaborateur Huot. Auparavant, Malte-Brun avait fondé, avec Eyriès, les Annales des voyages ; plus tard (1821), il fut le fondateur et le premier secrétaire général de la Société de géographie.

[Atlas] – McEVEDY (Colin).

Atlas de l'Histoire des XIXe et XXe siècles (l'Europe depuis 1815).

Laffont, 1985, in-8° à l'italienne, 96 pp, traduit de l'anglais, 41 cartes à pleine page en deux couleurs, index, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Bouquins)

L'Atlas de l'Histoire des XIXe et XXe siècles, traite de l'Europe de 1815 à nos jours et, usant du même procédé – sous forme de cartes chronologiques – que dans les précédents atlas de la série, indique les développements militaires et politiques de cette période, le destin de l'Europe et le monde qui se fait.

[Atlas] – McEVEDY (Colin).

Atlas de l'Histoire Moderne (jusqu'en 1815).

Laffont, 1985, in-8° à l'italienne, 96 pp, traduit de l'anglais, 40 cartes à pleine page en deux couleurs, index, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Bouquins)

L'Atlas de l'Histoire Moderne indique, en quarante cartes commentées, les principaux faits historiques de 1483 à 1815. Il débute par le récit des voyages de Christophe Colomb, Magellan et Cook; montre le centre du monde qui passe de la Méditerrané à l'Atlantique, le formidable développement européen et le combat mené par les différentes puissances pour contrôler toute l'économie mondiale.

[Atlas] – PAGÈS (A.)(dir.).

Atlas universel, comprenant 75 cartes coloriées, avec texte en regard. Publié par une Société de géographes sous la direction de A. Pagès.

P., Librairie de l'Echo de la Sorbonne, s.d. (1875), pt in-4°, (304) pp, 75 cartes en couleurs dans le texte et hors texte, avec texte en regard, reliure demi-basane brun foncé, dos lisse avec titres et filets dorés (rel. de l'époque), dos lég. frotté, coiffes émoussées, bon état. Bon exemplaire bien complet et sans rousseurs

La Terre, l'Europe physique et politique, la France (avec pas moins de 14 cartes : Frontières, Formation du territoire, départements, possessions coloniales, Vignobles, Métaux et industries mécaniques, Minéraux et industries chimiques, Combustibles, marbre et pierres dures, Industries textiles, Routes, canaux et paquebots, Chemins de fer, Géographie administrative, etc.), les pays d'Europe, l'Asie (Turkestan indépendant, Arabie, Hindoustan, Indo-Chine, etc.), l'Afrique (Colonies anglaises du Cap et de Natal, Républiques des Boers, Côtes de Zanguébar et d'Ajan, etc.), l'Amérique du Nord et du Sud, l'Océanie, etc. (cartes physiques et politiques).

|Atlas] – PRATT (Susan)(Edited by).

The Rhodesian Book of the Road.

Salisbury, M. O. Collins, 1974, in-4°, 72 pp, 28 cartes en couleurs dans le texte et à pleine page, illustrations de Jill Meikle et Celia Wakefield et très nombreuses photos, cart. illustré de l'éditeur, bon état. Texte en anglais. Peu courant

Intéressant atlas routier de la Rhodésie du Sud (actuel Zimbabwe) en 1974, avec de belles cartes et de nombreuses photos de l'époque, la plupart en couleurs. Après l'indépendance de la Zambie, le nom de Rhodésie servit à désigner la Rhodésie du Sud, notamment après sa déclaration d'indépendance en 1965. L'ouvrage a été publié à Salisbury, capitale de la Fédération de Rhodésie et du Nyassaland, puis capitale du nouvel État indépendant du Zimbabwe (en 1980), rebaptisée Harare lors du deuxième anniversaire de l'indépendance en avril 1982.

[Atlas] – ROBINSON (Francis).

Atlas du Monde islamique depuis 1500.

P., Editions du Fanal, 1987, in-4°, 238 pp, traduit de l'anglais, 53 cartes en couleurs, 302 illustrations dont 192 en couleurs, glossaire, chronologie, biblio, index, reliure toile havane de l'éditeur, gardes illustrées, jaquette illustrée, bon état

[Atlas] – SANJUAN (Thierry).

Atlas de la Chine. Un monde sous tension.

Autrement, 2012, gr. in-8°, 96 pp, nouvelle édition augmentée, nombreuses cartes en couleurs (cartographie : Madeleine Benoît-Guyod), repères, chronologies, biblio, index, reliure souple illustrée de l'éditeur, bon état

Plus de 120 cartes et infographies pour découvrir le nouveau visage social, économique et politique de la Chine. – Les formidables mutations de la société s'accélèrent : consommation, tourisme, aspirations et revendications nouvelles... – Un géant qui rivalise avec les grandes puissances mondiales. – Les grands enjeux d'avenir en cartes : crises environnementales, transport, santé et vieillissement. – Dans cette nouvelle édition entièrement mise à jour, Thierry Sanjuan souligne à quel point la Chine, à l'écart de la classique suprématie occidentale, invente son propre modèle de puissance développée.

[Atlas] – VUILLEMIN (A.).

La France et ses colonies. Atlas illustré. Cent cartes dressées d'après les cartes de Cassini, du Dépôt de la guerre, des Ponts-et-Chaussées et de la Marine.

Paris-Montrouge, J. Migeon, 1869, gr. in-4° (26 x 35,5), 238 pp, texte sur deux colonnes avec encadrement typographique, 100 cartes hors texte réhaussées en couleurs et ornementées de vignettes en noir, dont certaines cartes à double page montées sur onglets (dont 3 cartes de l'Algérie : provinces d'Alger, de Constantine, d'Oran) et 3 cartes grand format dépliantes (France physique, administrative et routière, Plan de Paris, Chemins de fer et lignes télégraphiques de la France), reliure pleine percaline noire de l'éditeur, dos lisse à caissons à froid et titres dorés, encadrements à froid sur les plats, titre doré au 1er plat et décor doré au second plat, bon état

Texte rédigé d'après les documents officiels et sur un plan entièrement nouveau réunissant en forme de tableaux : 1) La division administrative, politique, judiciaire, religieuse, militaire etc. ; 2) Les Vicissitudes historiques ; 3) La Biographie ; 4) La Satistique ; 5) Les Ressources agricoles, industrielles, commerciales ; 6) Les Etablissements d'instruction ou d'utilité publique ; 7) La Description détaillée de tous les chefs-lieux d'arrondissement et des lieux remarquables ; 8) Enfin les Curiosités et la Physionomie morale de chaque département et de chaque colonie française.

ATTALI (Jacques).

Un homme d'influence. Sir Siegmund Warburg, 1902-1982.

Fayard, 1985, fort in-8°, 572 pp, notes bibliographiques, index, broché, couv. illustrée, bon état. Edition originale (il n'est pas mentionné de grands papiers)

Le récit d'un destin multiforme vécu comme plusieurs romans à la fois ; celui de Sir Siegmund Warburg, un des hommes les plus influents du monde, mais aussi un des plus discrets. Issu d'une très ancienne famille de banquiers juifs, Siegmund Warburg, devant la montée du nazisme, quitte son pays, l'Allemagne, pour Londres, avec son nom pour tout capital. Il invente alors les modes de financement des Alliés en guerre et contribue à briser ceux de l'Allemagne. Après la guerre, il crée à Londres sa propre banque qui deviendra la première banque d'affaires européenne et invente les principales techniques de la finance d'aujourd'hui. Egalement avant les autres, il voit se profiler l'impuissance de l'Europe, la rébellion du tiers monde, les difficultés d'Israël... A travers la vie de cette personnalité exceptionnelle, vigile d'un temps de barbarie, prince de la finance, ont l'obsession unique est de relever son nom et d'en prolonger l'influence au cœur des principaux cyclones e notre temps, Jacques Attali nous raconte l'histoire de notre siècle.

ATTALI (Jacques).

Un homme d'influence. Sir Siegmund Warburg (1902-1982).

Fayard, 1985, fort in-8°, 572 pp, notes bibliographiques, index, broché, couv. illustrée, bon état. Edition originale (il n'est pas mentionné de grands papiers), envoi a.s.

Le récit d'un destin multiforme vécu comme plusieurs romans à la fois ; celui de Sir Siegmund Warburg, un des hommes les plus influents du sonde, mais aussi un des plus discrets. Issu d'une très ancienne famille de banquiers juifs, Siegmund Warburg, devant la montée du nazisme, quitte son pays, l'Allemagne, pour Londres, avec son nom pour tout capital. Il invente alors les modes de financement des Alliés en guerre et contribue à briser ceux de l'Allemagne. Après la guerre, il crée à Londres sa propre banque qui deviendra la première banque 'affaires européenne et invente les principales techniques de la finance d'aujourd'hui. Egalement avant les autres, il voit se profiler l'impuissance de l'Europe, la rébellion du tiers monde, les difficultés d'Israël... A travers la vie de cette personnalité exceptionnelle, vigile d'un temps de barbarie, prince de la finance, ont l'obsession unique est de relever son nom et d'en prolonger l'influence au cœur des principaux cyclones e notre temps, Jacques Attali nous raconte l'histoire de notre siècle.

ATTALI (Jacques).

Verbatim. Chronique des années 1981-1991.

Fayard, 1993-1995, 3 vol. gr. in-8°, 958, 519 et 785 pp, brochés, bon état. Edition originale

Tome I : 1981-1986 ; Tome II : 1986-1988 ; Tome III : 1988-1991. « Dès les premiers jours où je me suis installé dans le bureau jouxtant celui du Président de la République, j’ai pensé que mon devoir serait, un jour ou l’autre, de rendre compte aussi intégralement que possible, de témoigner, d’expliquer. C’est ce que je fais ici, dans la limite de ce que l’intérêt de la République permet de dévoiler à si brève échéance », écrit Jacques Attali dans la préface du tome 1. Il rapporte faits, impressions et dialogues, puisant dans un matériau foisonnant de notes et de rapports auxquels il a eu accès en tant que conseiller spécial du Président Mitterrand. « Naturellement, précise encore Jacques Attali, ce texte est marqué par l’étrange rôle que j’y ai tenu : l’intellectuel dont le Prince se méfie assez pour le tenir en lisière, mais en qui il a assez confiance pour en faire le témoin de toutes les rencontres, le filtre de tous les documents, pour lui confier maintes missions et l’accepter comme son confident quotidien. Celui dont on garde l’avis pour soi sans jamais le mêler à l’action collective ». Ces Verbatim, qui ont fait couler beaucoup d’encre, constituent un document irremplaçable sur l’histoire de la présidence mitterrandienne, de la participation des communistes au gouvernement à la « conversion au marché », du raz de marée de mai 1981 à la cohabitation de 1986, puis de la réélection de François Mitterrand en mai 1988 à l’éviction de son Premier ministre Michel Rocard, en avril 1991, qui précède de peu le départ de Jacques Attali de l'Elysée pour prendre la présidence, à Londres, de la Banque européenne de reconstruction et de développement. C’est un extraordinaire témoignage sur l’homme Mitterrand, son action, ses rencontres avec les autres chefs d’Etat, ses calculs, ses rapports avec son adversaire devenu Premier ministre Jacques Chirac, ses engagements, sa philosophie, et aussi sur la réalité quotidienne du pouvoir présidentiel en France. Sans renier ses convictions ni son admiration pour le Président, Jacques Attali se montre lucide et parfois féroce et sait révéler les erreurs comme les réussites, les mesquineries comme les gestes de grandeur de son « héros ». Dans une longue préface inédite, Jacques Attali revient sur ce qu’il qualifie de « moment à jamais unique : la première victoire de la gauche, pleine et entière […] et peut-être la seule avant très longtemps ». Il évoque aussi d’autres grands basculements dont il fut le témoin : celui du XXe au XXIe siècle couronné en 1989 avec la fin de l’Union soviétique, l’apparition d’Internet, la montée de la Chine et du fondamentalisme.

ATTALI (Jacques).

Verbatim. Tome 1. Chronique des années 1981-1986.

Fayard, 1993, fort in-8°, 958 pp, broché, bon état

Notes et souvenirs du conseiller spécial de l'Elysée, proche collaborateur de François Mitterrand, de 1981 à 1986.

ATTALI (Jacques).

Verbatim. Tome 3. Chronique des années 1988-1991.

Fayard, 1995, fort in-8°, 784 pp, index des personnes citées, broché, bon état. Edition originale, envoi a.s.

Notes et souvenirs du conseiller spécial de l'Elysée, proche collaborateur de François Mitterrand, de 1988 à 1991. — "Plus encore que les précédents, ce dernier volume de Verbatim soulèvera des polémiques. Parce qu'il contient maintes révélations sur une des périodes les plus riches de notre histoire contemporaine; parce qu'on y voit notamment se défaire le dernier empire du siècle et qu'on y révèle comment s'est décidée et a été conduite la première guerre de l'après-communisme, celle du Golfe. Aujourd'hui comme hier, il ne s'agit pas pour moi de régler des comptes, mais de rendre compte. Mon propos n'est pas de rapporter des confidences de boudoir ou de dévoiler des secrets de pacotille, mais, en livrant crûment la vérité sur des faits essentiels à la compréhension de l'Histoire, de permettre aux citoyens de comprendre l'action de ceux qu'ils ont choisis, et de les inciter à réfléchir sur ce qui se produit quand les projets des gouvernements sont dépassés, voire balayés par la volonté des peuples. Cette troisième partie commence le 8 mai 1988, jour de la réélection de François Mitterrand à la Présidence de la République. Elle se termine le 15 avril 1991 _ soit un mois avant l'éviction de Michel Rocard de la direction du gouvernement _, jour où j'ai quitté mes fonctions de conseiller spécial à l'Elysée pour prendre, à Londres, la présidence d'une institution internationale dont je venais de négocier la création, la Banque européenne de Reconstruction et de Développement (BERD). Au total, ces trois années resteront parmi les plus inventives, les plus chahutées, les plus allègres et les plus éclairantes de ce siècle terrible. Peut-être même ne devraient-elles être comparées à aucune autre période que celle de 1848, avec son cortège de promesses et d'espoirs manqués. Les discussions entre hommes d'Etat qu'on trouvera rapportées ici mériteront sans doute, plus que beaucoup d'autres, de figurer dans les livres d'Histoire." (J. A.)

ATTERBURY (Paul)(dir.).

The History of Porcelain.

London, Orbis Publishing, 1982, in-4°, 256 pp, texte sur 2 colonnes, environ 300 photos en noir et en couleurs, glossaire, biblio, index, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état. Texte en anglais

Un survol rapide des origines en Extrème-Orient, les débuts puis la commercialisation massive en Occident et enfin les recherches des artisans contemporains. Une grande partie est consacrée à la porcelaine anglaise.

AUBAUD (Camille).

Lire les femmes de lettres.

Dunod, 1993, in-8°, ix-276 pp, notices biographiques, tableau chronologique, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

"A travers ce parcours chronologique en six chapitres, des origines de la littérature française à nos jours, complété par une anthologie de textes, Camille Aubaud démontre que les femmes de lettres ont eu du mal à échapper à "une imagerie sur les femmes". Cette imagerie discriminatoire "a à la fois bridé et encouragé" leur écriture : elles se révoltent de siècle en siècle contre les conditions de vie qui leur sont faites, contre les lois et les moeurs qui leur imposent soumission et effacement, mais leurs oeuvres sont immédiatement enfermées dans des stéréotypes, classées au rayon des accessoires féminins, déconsidérées. (...) L'auteur a le mérite d'attirer l'attention sur bien des pages oubliées et elle donne envie de découvrir des livres qu'elle dit injustement délaissés. On ne peut pas, cependant, lui reprocher de faire un panégyrique aveugle de toutes ces femmes écrivains. Certaines, n'hésite-t-elle pas à dire, ont produit des oeuvres conventionnelles qui ne méritent pas d'être ressuscitées. Au point qu'elle nous paraît parfois sévère, avec les premiers romans de George Sand notamment. Les "notices biographiques", le "tableau chronologique" et la Bibliographie qui se trouvent à la fin de l'ouvrage servent de repères et complètent utilement l'abondante documentation qu'offre ce volume." (Danièle Gasiglia-Laster, Romantisme, 1994)

AUBER (A.).

Janick, capitaine au groupe de chasse "Navarre", 1918-1944.

P., Imprimerie du Palais, 1945, in-12, 356 pp, 4 photos hors texte, broché, non coupé, bon état. Edition à compte d'auteur

Jean-Marie Auber, mort au combat au col de Tende le 1er septembre 1944.

AUBERT (André), François DURIF, Paul LABAL, Robert LOHRER.

Textes historiques. XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

Classiques Hachette, 1961, in-8°, 96 pp, en feuilles volantes sous pochette de papier blanc imprimée en noir, C. de bibl., bon état

111 textes publiés pour les professeurs en complément du manuel du manuel de troisième.

AUBERT (C.), Y. Chevrier, J.-L. Domenach, Hua C.-M., R. Lew, W. Zafanolli.

La Société chinoise après Mao. Entre autorité et modernité.

Fayard, 1986, gr. in-8°, 339 pp, biblio, broché, bon état (Coll. L'espace du politique). 6 études érudites

AUBERT DE LA RUE (E.).

La Somalie française.

Gallimard, 1939, in-8°, 162 pp, 32 pl. de photos de l'auteur et une carte dépliante de la Côte française des Somalis hors texte, qqs cartes dans le texte, biblio, broché, bon état (Coll. Géographie humaine)

AUBERT de LA RÜE (E.).

L'Homme et le vent.

Gallimard, 1951, in-8°, 219 pp, 32 pl. de photos hors texte, biblio, broché, couv. illustrée lég. salie, sinon bon état (Coll. Géographie humaine)

"Un livre de M. Aubert de La Rüe est toujours intéressant. On sait comment cet auteur, au cours de voyages à but géologiques, s'est intéressé à la géographie humaine des pays qu'il a traversés et nous en a décrit plusieurs, d'une plume alerte et suggestive. Aujourd'hui, il entreprend, dans la collection “Géographie humaine” de nous peindre les effets du vent sur la vie de l'homme. Ses souvenirs de voyages se sont combinés avec d'importants dépouillements de lectures, pour nous brosser un tableau universel de cet élément et de son rôle. Son ouvrage fourmille de faits intéressants bien ou mal connus précédemment, toujours ingénieusement mis en liaison les uns avec les autres : on retiendra particulièrement les paragraphes sur les moulins à vent, sur les girouettes, sur la navigation à voile, sur les tempêtes de sable, sur les cerfs-volants..." (Revue Historique) — "M. E. Aubert de la Rue a publie une étude fort intéressante, une étude vivante : “L'Homme et le vent”. Et on peut y relever des indications utiles. Jean Brunhes, l'inventeur de la géographie humaine, avait déjà dit : « L'air qui marche est une force naturelle qui n'est pas négligeable pour l'homme. Le vent a été un précieux auxiliaire au temps où l'homme était moins gâté qu'aujourd'hui. » Sait-on que le vent, s'il faut en croire A. B. Lamb. de Harvard, et M. Aubert de la Rue, est susceptible de fournir en un an les trois quarts de toute l'énergie que pourraient procurer les trois anciennes sources d'énergie (houille, pétrole et gaz) en 2.000 ans ? ..." (Florian Le Roy, L'Ouest-Eclair)

AUBERT (Edouard).

Trésor de l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune.

Paris, 1870, in-8°, 132 pp, broché, bon état (Extrait du XXXIIe volume des Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France)

L’abbaye territoriale de Saint-Maurice d'Agaune est une abbaye territoriale située dans le canton du Valais en Suisse. Elle a été fondée en 515 par le futur roi burgonde saint Sigismond à l'emplacement d'un sanctuaire plus ancien abritant les reliques de Maurice d'Agaune, martyr du IIIe siècle, érigé par Théodore d'Octodure, premier évêque connu du Valais. Cette fondation en fait le plus ancien monastère d'Occident toujours en activité.

AUBERT (Gauthier).

Révoltes et répressions dans la France moderne.

Armand Colin, 2015, gr. in-8°, 239 pp, biblio, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. U)

La France des XVIe-XVIIIe siècles est marquée par des périodes de rébellions et de révoltes, qui culminent avec la Révolution. Cet ouvrage constitue le premier manuel exclusivement consacré au fait rébellionnaire et ouvre un champ d'étude et de réflexion sur ce phénomène essentiel, au coeur de l'histoire politique de la France à l'époque moderne. Outre l'étude de la mise en place de l'absolutisme et ses implications sociales et culturelles, il établit les jalons d'une histoire du maintien de l'ordre et de la répression, en mettant en lumière ses traits originaux comme l'importance des processus de médiation, longtemps occultés. Dans un premier temps, l'ouvrage déroule, sur trois siècles, la trame événementielle des mouvements de révolte, populaires comme nobiliaires, en présentant le contexte, les acteurs et les réponses du pouvoir. Puis il se consacre aux approches transversales et au décryptage de ces épisodes : quels sont les mots, les modalités, les temps et les lieux, les figures de la révolte ? Quelles sont les formes de règlement, pacifique ou violent, de ces épisodes par les autorités ?

AUBERT (Georges).

Le Problème des subsistances et le maximum à Douai (1792-1794).

Lille, Impr. Robbe, 1923, gr. in-8°, 24 pp, broché, bon état, envoi a.s. Tiré à part extrait de la Revue du Nord, nov. 1923

"Notre collaborateur. M. Aubert. a fait paraître dans la Revue du Nord de novembre dernier, une étude fort bien faite sur le problème des subsistances et le maximum à Douai (1792-1794). Il met surtout en lumière les efforts du club pour faire appliquer la réglementation économique, tâche difficile et même tragique. Si le maximum des salaires ne paraît pas avoir soulevé des critiques, il n'en fut pas de même du maximum des denrées qu'on ne put faire respecter que par la contrainte." (A. Mathiez, Annales historiques de la Révolution française, 1924)

AUBERT (J.-B. Joseph).

Le Vieux Tiffauges. Illustrations et plans de M. l'abbé J. Boutin.

Olonne-sur-Mer, Imp. Sitol-Guibert, 1976, in-8°, 120-(1) pp, 2e édition, 42 illustrations et figures, un plan du château de Tiffauges sur double page, broché, couv. illustrée, bon état. Réimpression de l'édition de 1912

Le château de Tiffauges est un château fort situé sur la commune de Tiffauges, dans le département de la Vendée. Il est parfois appelé château de Barbe bleue, en référence au surnom de Gilles de Rais, son résident le plus célèbre...

AUBERT (Jean).

Evènements mémorables du Val d'Oise.

Editions Horvath, 1984, in-8°, 165 pp, 164 gravures et photos, index (Coll. Almanach historique des régions de France)

AUBERT (Jeanne).

J.O.C. Qu'as-tu fait de nos vies ? La jeunesse ouvrière chrétienne féminine, 1928-1945.

Editions Ouvrières, 1990, in-8°, 465 pp, 12 pl. de photos hors texte, lexique, biblio, annexes, broché, bon état

L'histoire vivante et passionnante du mouvement des jeunes travailleuses, écrite par celles-là même qui en ont été les acteurs.

AUBERT (Marcel), Marcel POBÉ et Joseph GANTNER.

L'Art monumental roman en France.

Editions Braun et Cie, 1964, gr. in-4°, 84 pp, 84 pages de texte suivies de 271 photos de Jean Roubier hors texte reproduites en héliogravure, reliure toile écrue décorée de l'éditeur, jaquette illustrée, bon état

Ce livre offre une présentation luxueuse. Les photos sont proprement admirables et révèlent des détails d'œuvres peu connues, même des spécialistes. Des textes de synthèse sérieux et documentés (une cinquantaine de pages) et un commentaire précis des illustrations.

AUBERT (Octave).

Le Moulin parlementaire. Plus de son que de farine.

Quillet, 1933, in-12, ix-274 pp, préface de Léon Bérard, qqs illustrations de H.-P. Gassier

AUBERY (Antoine).

L'Histoire du Cardinal Duc de Joyeuse, à la fin de laquelle sont plusieurs Mémoires, Lettres, Dépêches, Instructions, Ambassades, Relations, et autres pièces non encore imprimées.

P., chez Robert Denain, 1654, pt in-4°, [6]-142 + 432-[3] pp, reliure imitation vélin ivoire, pièce de titre de maroquin rouge au dos (reliure du XIXe), un portrait en frontispice, rousseurs éparses, mouillure ancienne au coin des 30 derniers feuillets, sinon bon état

Historien, auteur de biographies de Richelieu et de Mazarin, Antoine Aubery a laissé de nombreux travaux encore utilisés. La seconde partie de son Histoire du Cardinal de Joyeuse est une publication de documents intitulée Mémoires en faveur de preuves, pour l'histoire du Cardinal Duc de Joyeuse qui le rend encore utile. (Bourgeois et André, Sources, 1711).

AUBERY (Pierre).

Milieux juifs de la France contemporaine, à travers leurs écrivains.

Plon, 1957, in-8°, 400 pp, biblio, 2 index, broché, bon état (Coll. Recherches en sciences humaines)

"Les Juifs, en France, constituent une collectivité plus homogène que la majorité au sein de laquelle elle vit et travaille et dont, sur de nombreux points, elle semble différer. En vue de déterminer si cette différence est manifeste et dans l'affirmative, la mesure dans laquelle les Juifs eux-mêmes la perçoivent et l'assument, A. cherche ses matériaux parmi les œuvres des écrivains israélites de langue française, ayant valeur de témoignage, ce qui lui permet de porter un jugement objectif sur les conditions matérielles, psychologiques et morales de cette minorité, au sein de la société française du dernier demi-siècle. Cette enquête l'amène ainsi, après une brève esquisse historique de l'antisémitisme, à décrire les milieux juifs français, de diverses origines, leurs coutumes religieuses, leurs mœurs familiales et leurs conceptions de la réussite sociale, leurs opinions sur le sionisme et sur Israël. Bien que la grande variété des positions prises rende leur synthèse difficile, il ressort que la grande majorité des intellectuels juifs, qu'ils soient Askhenaze ou Sephardji, convertis, asshnilationnistes ou sionistes, de tendance capitaliste ou marxiste, se reconnaissent et s'acceptent comme « différents ». Très importante bibliographie." (Population, 1965)

AUBIER (Catherine).

Astrologie arabe.

P., MA Editions, 1987, gr. in-8°, 286 pp, 75 illustrations (iconographie choisie par Patrick Ravignant), broché, couv. illustrée, bon état

Outre l'étude des grands cycles planétaires, les astrologues arabes du Moyen Age avaient mis au point une méthode de divination extrêmement complète basée sur l'astrologie, la numérologie, la géomancie. Le zodiaque des armes a pour particularité de laisser à l'individu son libre-arbitre : selon lui, au lieu d'être influencés à vie par notre signe de naissance, nous avons la possibilité d'en changer. Et c'est la somme de nos actes et de nos efforts, à chaque moment de notre vie. qui détermine le signe auquel nous appartenons. Ces signes, nés à une époque guerrière, sont symbolisés par des armes. Chacune implique une personnalité, un niveau d'évolution, et nous montre les pièges que nous devons éviter... pour gagner le combat de la vie. La numérologie et la géomancie permettent d'affiner cette étude. Vous apprendrez, grâce à des procédés étonnamment simples, où vous allez, où vous en êtes et trouverez des réponses nettes à vos interrogations. Vous serez surpris par la finesse et la précision de cette astrologie. comme vous vous amuserez, par son intermédiaire, à mieux comprendre votre entourage et à savoir s'il vous est bénéfique... (4e de couverture)

AUBIN (Commandant Georges).

L'amour en matelote, récits.

France-Empire, 1970, pt in-8°, 309 pp, 8 pl. de photos hors texte, broché, jaquette illustrée, bon état

Né le 9 juin 1889 à Trentemoult, Georges Aubin avait embarqué à 14 ans comme mousse sur le trois-mâts Saint Jean et effectué une campagne de 28 mois autour du monde. En 1906, ayant suivi les cours de l'hydro de Nantes, il avait embarqué comme élève officier sur le trois-mâts barque Babin Chevaye, puis comme lieutenant sur le vapeur Loire, transport des forçats. Il navigua aussi sur Beaumarchais et Geneviève Molinos. Capitaine au long cours en 1913, il embarqua à 25 ans comme commandant du vapeur Marguerite III sur lequel il demeura pendant toute la guerre, livrant en 1916 un brillant combat contre l'U 63. Sorti indemne du conflit, il fera naufrage avec Marguerite le 23 janvier 1919, en mer d'Irlande, vers Fleetwood lors d'une terrible tempête. Malgré des conditions épouvantables, il parviendra à sauver tout son équipage. Plus tard, Georges Aubin deviendra l'un de nos grands écrivains maritimes.

AUBINEAU (Léon).

Vie de la révérende mère Emilie, fondatrice et première supérieure générale des religieuses de la Sainte-Famille de Villefranche de Rouergue, décédée le 19 septembre 1852, à Villefranche (diocèse de Rodez).

P., Louis Vivès, 1855, in-12, 450 pp, reliure demi-chagrin noir à coins, dos à 4 nerfs soulignés à froid, titre et fleurons dorés (rel. de l'époque), bon état

Soeur Emilie de Rodat (née le 6 septembre 1787) fonde, avec trois de ses compagnes, la Congrégation de la Sainte-Famille le 30 avril 1816 : elle a 29 ans. Sa canonisation aura lieu en 1950. Le cofondateur, le Père Antoine Marty, prêtre du diocèse de Rodez, devenu ensuite vicaire général de l’évêque, accompagne la congrégation jusqu’à sa mort en 1835. Ayant été élevée près d’une tante Visitandine, chassée de son couvent par la Révolution, Mère Emilie est marquée par l’esprit de Saint François de Sales et Jeanne de Chantal. Elle puise à cette source s’inspirant aussi de la Sainte Famille de Nazareth et donc du mystère de l’Incarnation. Sans ressources, toutes unies à Dieu, abandonnées à Sa Providence, secourues par les pauvres, dans une vie empreinte de charité, d’humilité, de simplicité, de pauvreté, de douceur et de joie, avec le désir d’être sans cesse à la recherche de la volonté du Seigneur, voilà ce qui caractérisera les Soeurs de la Sainte-Famille. Dès le début de l’Institut, en 1816, avec ses premières Soeurs, elle ouvre des écoles gratuites pour les enfants de familles pauvres, soutenues financièrement par l’ouverture de classes payantes pour enfants de familles plus aisées. Par la suite, elle répondra à d’autres appels : visite et soins des malades de la ville (1822), des prisonniers et prisonnières (1840), ouverture d’un Refuge pour d’anciennes prostituées rencontrées en prison (1845), etc. Très vite, des communautés voient le jour dans de nombreux villages ruraux marqués par la déchristianisation à la suite de la Révolution. Vers la fin de sa vie, elle entend l’appel des contrées lointaines où partent les missionnaires (en particulier en Chine) et développe le mouvement de « la Sainte Enfance ». — "... Un livre aimable, et qui fait aimer l'héroïne et l'auteur. Puisse-t-il contribuer à l'introduction de la cause de la mère Emilie en cour de Rome ! il n'y aurait pas pour un écrivain de plus grand succès ni de plus haute récompense !" (U. Maynard, Bibliographie catholique)

AUBLET (Robert).

Nouveau guide de généalogie.

Rennes, Ouest-France, 1986, gr. in-8°, 189 pp, illustrations dont de nombreux fac-similés, sources, cart. illustré de l'éditeur, bon état

Généralités ; La généalogie ascendante ; La généalogie descendante ; La famille ; L'état civil depuis la Révolution ; L'état civil avant la Révolution , Cas particuliers de l'état civil ; La noblesse ; Les noms de famille, les changements de nom ; Les dépôts d'archives ; Les archives notariales ; Les archives militaires ; Document domaniaux et fiscaux... — Excellent manuel par le général Aublet (1913-2009), polytechnicien de la promotion 1933, il choisit de suivre la tradition familiale en embrassant la carrière militaire. Ses états de service lui permirent de recevoir maintes distinctions : officier de la Légion d'Honneur, il se vit également décerner la Croix de Guerre 1939-1945 et la Croix de la Valeur Militaire. Passionné de généalogie, il sera président du Centre d'entraide généalogique de France (C.E.G.F.) de 1991 à 1994.

AUBOYER (Jeannine).

La Vie publique et privée dans l'Inde ancienne (IIe siècle av. J.-C.-VIIe siècle env.). Fascicule VI : Les jeux et les jouets.

PUF, 1955, in-4°, xi-55 pp, + 15 planches hors texte légendées en regard, biblio, index, reliure pleine toile carmin, dos lisse, pièce de titre basane vermillon (lég. salie), couv. et dos conservés (rel. de l'époque), bon état (Publications du musée Guimet, Recherches et documents d'art et d'archéologie, tome VI). Edition originale

"... Jeannine Auboyer avait pour objectif de développer une ligne de recherche constituée par une série de minutieuses enquêtes thématiques s'appuyant sur les documents archéologiques de l'Inde. Cette démarche apparaît déjà clairement dans sa thèse soutenue brillamment en 1946 à l'Ecole pratique des Hautes Etudes : « Le Trône et son symbolisme dans l'Inde ancienne », qui devait lui valoir le prix Paul Pelliot en 1950. Elle précise de nouveau sa méthodologie en 1955 dans l'introduction du premier fascicule paru du grand corpus de « La vie publique et privée dans l'Inde ancienne». Constatant combien les objets provenant des fouilles archéologiques sont finalement peu nombreux, il lui était apparu nécessaire de tirer parti des informations fournies par les reliefs narratifs des monuments pour éclairer la vie quotidienne, les cérémonies et les fêtes de l'Inde ancienne. Naturellement, dans cette entreprise, elle n'oublie pas les leçons de Marcel Mauss, de Rivet et des sociologues de l'époque. C'est ainsi qu'elle inaugure cette série de publications par une étude intitulée : Les jeux et les jouets, dans laquelle elle montre l'étroit parallèle entre le jeu et l'action sacrée. Mais on retrouve aussi dans cette approche, la formation qu'elle a reçue dans les ateliers d'artistes où elle a appris à voir les œuvres et à les dessiner. Elle a en effet fait du dessin qu'elle a toujours pratiqué, une véritable technique d'analyse. Cette familiarité avec les documents figuratifs devait aussi beaucoup l'aider à écrire « La vie quotidienne dans l'Inde ancienne », ouvrage paru en 1961, réédité plusieurs fois et traduit en huit langues..." (Jeannine Auboyer 1912-1990, par Jean-François Jarrige, Arts asiatiques, 1991)

AUBOYER (Jeannine).

La Vie quotidienne dans l'Inde ancienne (environ IIe s. avant J.C.-VIIe s.).

Hachette, 1961, in-8°, 400 pp, 8 planches hors texte, biblio, index, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état

Les dix siècles les plus brillants de la civilisation de I'lnde. Religion, arts, vie publique et vie privée, vie sociaie et économique : des découvertes passionnantes. — Cette tranche de neuf siècles concerne le moment où l'Inde connut par deux fois l'unification de son territoire ; sur le plan religieux, brahmanisme et boudhisme étaient alors florissants. L'auteur ressuscite tout le passé de l'Inde : sa vie privée avec les castes, dominée par des rites innombrables ; famille, vie étudiantine, funérailles... Cet ouvrage nous permet une approche de l'Inde ancienne, de sa civilisation raffinée et de sa haute spiritualité. — "... Jeannine Auboyer avait pour objectif de développer une ligne de recherche constituée par une série de minutieuses enquêtes thématiques s'appuyant sur les documents archéologiques de l'Inde. Cette démarche apparaît déjà clairement dans sa thèse soutenue brillamment en 1946 à l'Ecole pratique des Hautes Etudes : « Le Trône et son symbolisme dans l'Inde ancienne », qui devait lui valoir le prix Paul Pelliot en 1950. Elle précise de nouveau sa méthodologie en 1955 dans l'introduction du premier fascicule paru du grand corpus de « La vie publique et privée dans l'Inde ancienne». Constatant combien les objets provenant des fouilles archéologiques sont finalement peu nombreux, il lui était apparu nécessaire de tirer parti des informations fournies par les reliefs narratifs des monuments pour éclairer la vie quotidienne, les cérémonies et les fêtes de l'Inde ancienne. Naturellement, dans cette entreprise, elle n'oublie pas les leçons de Marcel Mauss, de Rivet et des sociologues de l'époque. C'est ainsi qu'elle inaugure cette série de publications par une étude intitulée : Les jeux et les jouets, dans laquelle elle montre l'étroit parallèle entre le jeu et l'action sacrée. Mais on retrouve aussi dans cette approche, la formation qu'elle a reçue dans les ateliers d'artistes où elle a appris à voir les œuvres et à les dessiner. Elle a en effet fait du dessin qu'elle a toujours pratiqué, une véritable technique d'analyse. Cette familiarité avec les documents figuratifs devait aussi beaucoup l'aider à écrire « La vie quotidienne dans l'Inde ancienne», ouvrage paru en 1961, réédité plusieurs fois et traduit en huit langues..." (Jeannine Auboyer 1912-1990, par Jean-François Jarrige, Arts asiatiques, 1991)

AUBOYER (Jeannine).

La Vie quotidienne dans l'Inde jusqu'au VIIIe siècle.

Hachette, 1974, in-8°, 415 pp, dessins de l'auteur, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

Cette tranche de neuf siècles concerne le moment où l'Inde connut par deux fois l'unification de son territoire ; sur le plan religieux, brahmanisme et boudhisme étaient alors florissants. L'auteur ressuscite tout le passé de l'Inde : sa vie privée avec les castes, dominée par des rites innombrables ; famille, vie étudiantine, funérailles... Cet ouvrage nous permet une approche de l'Inde ancienne, de sa civilisation raffinée et de sa haute spiritualité. — "... Jeannine Auboyer avait pour objectif de développer une ligne de recherche constituée par une série de minutieuses enquêtes thématiques s'appuyant sur les documents archéologiques de l'Inde. Cette démarche apparaît déjà clairement dans sa thèse soutenue brillamment en 1946 à l'Ecole pratique des Hautes Etudes : « Le Trône et son symbolisme dans l'Inde ancienne », qui devait lui valoir le prix Paul Pelliot en 1950. Elle précise de nouveau sa méthodologie en 1955 dans l'introduction du premier fascicule paru du grand corpus de « La vie publique et privée dans l'Inde ancienne». Constatant combien les objets provenant des fouilles archéologiques sont finalement peu nombreux, il lui était apparu nécessaire de tirer parti des informations fournies par les reliefs narratifs des monuments pour éclairer la vie quotidienne, les cérémonies et les fêtes de l'Inde ancienne. Naturellement, dans cette entreprise, elle n'oublie pas les leçons de Marcel Mauss, de Rivet et des sociologues de l'époque. C'est ainsi qu'elle inaugure cette série de publications par une étude intitulée : Les jeux et les jouets, dans laquelle elle montre l'étroit parallèle entre le jeu et l'action sacrée. Mais on retrouve aussi dans cette approche, la formation qu'elle a reçue dans les ateliers d'artistes où elle a appris à voir les œuvres et à les dessiner. Elle a en effet fait du dessin qu'elle a toujours pratiqué, une véritable technique d'analyse. Cette familiarité avec les documents figuratifs devait aussi beaucoup l'aider à écrire « La vie quotidienne dans l'Inde ancienne», ouvrage paru en 1961, réédité plusieurs fois et traduit en huit langues..." (Jeannine Auboyer 1912-1990, par Jean-François Jarrige, Arts asiatiques, 1991)

AUBOYER (Jeannine).

Les Arts de l'Inde et des pays indianisés.

PUF, 1968 pt in-8°, vi-186 pp, 40 pl. d'illustrations hors texte, dont 8 en couleurs, 9 plans et figures, biblio, cart. illustré de l'éditeur, étui cartonné, bon état (Coll. Les Neuf Muses)

"On lira avec le plus vif intérêt ce qui touche à l'élaboration d'un système de formes factices, créées et non pas naturelles, imitatrices d'actes davantage que de choses, où les formes mentales et les formes sensibles adhérent grâce à la rigueur d'une technique. L'art indien reproduit dans son essence l'ordre sociologique du monde divin qui est aussi celui du monde humain ; l'oeuvre est offrande et intermédiaire, elle implique une possibilité d'action sur l'ordre universel... On lira également avec un extrême intérêt ce qui touche à la technique de la peinture indienne. Mlle Auboyer nous apprend à lire une fresque. Elle nous montre le regard guidé de groupe en groupe, de composante en composante, par des éléments discontinus vers une figure géométrique de base : le cercle, figure de l'univers. Une peinture indienne peut comprendre plusieurs points de fuite et plusieurs horizons ; dans une même oeuvre des gestes enchaînés nous aident à circuler au sens concret dans la composition, si bien que le déplacement mental du spectateur répète la pérégrination de l'initié. Ainsi encore la vue d'une fresque indienne constitue-t-elle un acte conforme aux rites de l'action libératrice, une approche de la véritable vie. Il n'est point besoin de souligner l'étendue des problèmes sociologiques que pose une telle interprétation de l'art indien. La tentative de Mlle Auboyer prouve la possibilité d'une sociologie concrète de l'art qui n'est ni une philosophie, ni une esthétique, ni une histoire, mais qui utilise les enseignements de chacune des autres voies d'approche de ce phénomène infiniment complexe que constitue l'oeuvre." (Pierre Francastel, L'Année sociologique)

AUBOYER (Jeannine) et Jean-François ENAULT.

La Vie publique et privée dans l'Inde ancienne (IIe siècle av. J.-C.-VIIe siècle environ). Fascicule I (première partie, seul parue) : L'architecture civile et religieuse.

PUF, 1969, in-4°, viii-68 pp, + 44 planches hors texte légendées en regard, biblio, index, broché, bon état (Publications du musée Guimet, Recherches et documents d'art et d'archéologie, tome VI). Edition originale

"Dans les Publications du Musée Guimet a paru le Fascicule I (Première partie) de la “Vie publique et privée dans l'Inde ancienne (IIe s. av. J.-C.-VIIIe s. environ)”, ouvrage qui constitue le tome VI de la collection “Recherches et documents d'Art et d'Archéologie”. Ce fascicule, écrit en collaboration par Jeannine Auboyer, Conservateur en chef du Musée Guimet, et Jean-François Enault, Architecte de la Mission archéologique de l'Indus (auquel sont dus d'autre part les dessins), est consacré à “L'architecture civile et religieuse” (jusqu'au IIIe/IVe s. de notre ère) : 67 pages de texte suivi (Avertissement. Présentation de l'architecture indienne (J. Auboyer). Étude technique (Jean- François Enault). Bibliographie. Index. Table des illustrations in texte. Table des planches) et 44 planches de dessins sur feuilles libres, avec les commentaires afférents disposés en regard." (Arts Asiatiques, 1970)

AUBOYNEAU (Robert) et Jean VERDIER.

La Gamelle dans le dos. Mai-juin 1940.

Fayard, 1972, gr. in-8°, 377 pp, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

La campagne de France du 4e bataillon du 510e régiment d'infanterie motorisé du 9 mai 1940 près de Saint-Quentin jusqu'au 4 juin à Dunkerque. Délaissant les grandes explications stratégiques et historiques, les auteurs, qui ont vécu cette période comme soldats, ont reconstitué jour par jour et presque heure par heure l'aventure d'une poignée d'hommes jetés dans la tourmente de la guerre-éclair. Une tragi-comédie qui a dépassé tous ses acteurs... Le résultat est saisissant : Courteline affrontant Hitler, Clochemerle dans le vrombissement des Panzers et sous le mugissement des Stukas... Dans ce récit, tous les faits sont réels, tous les personnages onnt existé. Seuls les noms et les numéros des unités, certaines dates, noms de villes et localités ont été modifiés par les auteurs.

AUBRAC (Raymond).

Où la mémoire s'attarde.

Odile Jacob, 1997, gr. in-8°, 373 pp, index, broché, couv. illustrée, bon état. On joint une coupure de presse de 2007 sur Raymond Aubrac

Héros de la Résistance, adjoint du chef de l'Armée secrète, plusieurs fois arrêté, plusieurs fois évadé, Raymond Aubrac est l'un des derniers survivants du rendez-vous de Caluire, au cours duquel Jean Moulin fut arrêté. Sur ces événements et son parcours politique après-guerre, ses rencontres avec de Gaulle, ses quelques années auprès des communistes, son rôle essentiel dans les négociations secrètes qui ont accompagné la guerre du Viêt-nam, ses travaux au sein de l'ONU, il apporte ici un témoignage inédit, essentiel pour l'histoire de notre temps. — "Ceux qui attendaient avec impatience la publication des Mémoires de Raymond Aubrac ne seront pas déçus par ce livre tout en réserve et en pudeur contenue, qui retrace un demi-siècle d'histoire proche – et pas n'importe laquelle – : un « parcours de vie » compris entre les années de formation, autour de 1930 et celles de la retraite active venue à la FAO, en 1976. Comme un certain nombre d'élèves de grandes écoles de même milieu bourgeois que lui, il avait été très tôt attiré par le Parti communiste, mais il ne franchira définitivement le pas qu'après son entrée dans la Résistance, qu'il rejoint, à Lyon, dès l'automne 1940, au côté de l'impavide Lucie, sa jeune femme, dont il avait fait connaissance avant-guerre dans des centres d'étudiants communistes. En 1941, Raymond Aubrac occupe une place importante au sein du mouvement Libération-sud avec Emmanuel d'Astier, mais il accède aussi à des postes de responsabilité dans la coordination des mouvements de zone sud: à l'automne 1942, le général Delestraint le charge des problèmes d'armement de la future Armée secrète, et c'est à ce titre qu'il deviendra un des interlocuteurs privilégiés de Jean Moulin, avec lequel il sera arrêté à Caluire, le 21 juin 1945. Il nous donne ici un témoignage saisissant de sa vie de condamné à mort en sursis, entre les mains du sinistre Barbie, qui le poursuivra de sa haine par-delà la mort, quelque cinquante ans plus tard, dépité d'avoir été joué par l'évasion spectaculaire du « boulevard des Hirondelles » montée de toutes pièces par Lucie Aubrac. On trouve ici aussi d'utiles indications sur le séjour que Raymond fit à Alger auprès du gouvernement provisoire. Il décrit son accueil mitigé dans les sphères officielles et son envoi comme commissaire de la République de la Libération à Marseille : une entreprise périlleuse, rapidement interrompue par un rappel (janvier 1945), et que ne compensera pas dans son cœur la réussite du déminage de la France entre la fin de cette année et 1948..." (Claude Lévy, Vingtième Siècle, revue d'histoire, 1997)

AUBRY (Cécile).

Ba.. Daboum Pan !

P., Emile-Paul, s.d. (1960), gr. in-8° carré (22 x 25), 24 pp, illustré de très nombreuses images en rouge et noir par Cécile Aubry, cartonnage demi-toile beige de l'éditeur, premier plat illustré en couleurs (très lég. sali), bon état , envoi a.s. de Cécile Aubry

AUBRY (Docteur Paul).

L'Agonie de Saint-Malo, 6 août - 14 août 1944.

Rennes, 1945, pt in-8°, 142 pp, 8 pl. de photos hors texte, broché, manque le 2e plat de couv., état correct

"Si l'essentiel du récit publié ici (les six premiers chapitres, l'épilogue et la note) est le journal de bord du Dr Paul Aubry, médecin-chef à la Défense passive de Saint-Malo, d'autres médecins chargés des différents quartiers ont aussi témoigné des combats pour la libération de la ville. Le chapitre VII est écrit par le Dr Raymond Nicolleau, le chapitre VIII ("Au fort national") est l'oeuvre du Dr Pierre Lemarchand et enfin "La capitulation de la garnison allemande du château" est racontée par le Dr Yves Lebreton. Tous les auteurs ont soigné les populations et les soldats victimes des bombardements alliés et des combats particulièrement rudes qui se déroulèrent dans la ville. Port du Mur de l'Atlantique érigé en "forteresse" et défendu par de nombreux soldats allemands, la ville est sévèrement pilonnée par l'aviation alliée. Les forces américaines qui assiègent le port obtiennent la reddition du Fort national le 14 août, et du reste de la garnison allemande le 17 août. Les défenseurs de l'île de Cézembre, pour leur part, ne se rendent pas avant le 2 septembre 1944. Le médecin-chef Aubry détaille l'organisation des secours au sein de l'hôtel-Dieu (où tous les lits ont été transportés dans les caves), la visite des abris de la Défense passive, l'accueil clandestin de blessés américains, mais aussi le soin aux soldats allemands de plus en plus nombreux. Après l'évacuation de la plus grande partie des civils, le médecin négocie à la fois avec les responsables français (maire, directeur de la Défense passive, sous-préfet) et le commandement allemand qui se montre particulièrement inflexible. Pour le Dr Aubry comme pour ses confrères, l'objectif n'en reste pas moins de protéger les blessés dont ils ont la charge et d'assurer au mieux la sécurité de leurs personnels." (Morgane Barey, « Ecrits de Guerre et d’Occupation » EGO 1939-1945)

AUBRY (Octave).

Histoire de France. Des origines au temps présent.

Flammarion, 1947, pt in-8°, 554 pp, broché à toutes marges, bon état (Coll. L’Histoire). Edition originale, un des 330 ex. numérotés sur papier pur fil Lafuma, second papier après 220 Japon

AUBRY (Octave).

Le Roi de Rome.

Editions d'Histoire et d'Art, Librairie Plon, 1936, 2 vol. pt in-4°, 225 et 229 pp, 225 illustrations dans le texte et à pleine page reproduites en héliogravure, notes, brochés, couv. illustrées, bon état

Première édition illustrée. — "Pour écrire cette biographie M. Aubry a consulté à Paris et plus encore à Vienne les documents d'archives qui permettent de suivre au jour le jour la vie du fils de Napoléon. Son dépouillement des imprimés n'est pas moins consciencieux. Ainsi documenté, il a écrit une biographie pleine de détails infimes qu'il a rendus vivants en les groupant avec soin, et en recherchant la note réaliste. On le lit comme un roman, mais les notes trop rares et les références discrètement insérées dans le récit montrent qu'il s'agit d'histoire bien présentée mais non romancée. C'est le meilleur livre sur le roi de Rome et c'est une curieuse étude sur l'histoire des moeurs et de la société." (P. de Monsabert, Revue Mabillon, 1933) — "Un livre solide, instructif et touchant." (Albert Meynier, Revue d'histoire moderne, 1935)

AUBRY (Octave).

Le Roi de Rome.

Fayard, 1941, in-12, 474 pp, biblio, cart. percaline crème, dos lisse avec titres rouges, plats de papier carmin (rel. de l'époque), bon état (Coll. Les Grandes Etudes historiques)

"Pour écrire cette biographie M. Aubry a consulté à Paris et plus encore à Vienne les documents d'archives qui permettent de suivre au jour le jour la vie du fils de Napoléon. Son dépouillement des imprimés n'est pas moins consciencieux. Ainsi documenté, il a écrit une biographie pleine de détails infimes qu'il a rendus vivants en les groupant avec soin, et en recherchant la note réaliste. On le lit comme un roman, mais les notes trop rares et les références discrètement insérées dans le récit montrent qu'il s'agit d'histoire bien présentée mais non romancée. C'est le meilleur livre sur le roi de Rome et c'est une curieuse étude sur l'histoire des moeurs et de la société." (P. de Monsabert, Revue Mabillon, 1933)

AUBRY (Octave).

Le roman de Napoléon. Brumaire.

Tallandier, 1938, in-8°, 248 pp, 13 gravures hors texte, broché, couv. illustrée lég. défraîchie, état correct (Coll. Bibliothèque Historia)

AUBRY (Octave).

Le Second Empire.

Fayard, 1938, fort in-12, 697 pp, biblio, reliure demi-basane rouge, dos à 4 nerfs soulignés à froid, titres dorés (rel. de l'époque), dos lég. passé, bon état (Coll. Les Grandes études historiques). Edition originale sur papier d'édition

"L'ouvrage de M. Aubry sur le Second Empire se lit avec le plus grand agrément et peut être tenu pour une bonne mise au point, à l'usage des honnêtes gens, des recherches faites sur cette période. Tous ceux qui aiment les aspects psychologiques de l'histoire sauront gré à l'auteur de ces portraits, tracés d'un crayon alerte et original, qui font revivre les hommes petits et grands (M. Aubry pense qu'il y en eut peu de réellement grands dans le personnel du Second Empire), et disent mieux que de longues démonstrations leur influence sur le cours des événements..." (André Latreille, Revue d'histoire de l'Église de France, 1939) — L'auteur juge « sereinement » le Second Empire dans ce bon ouvrage, où Napoléon III, en dépit de ses « erreurs propres » et du « caprice du sort » qui furent causes de son échec, est décrit comme un « précurseur » des « grands Européens », ayant accompli, pas si mal que cela près tout, sa « tâche française ». Une réhabilitation du régime impérial qui tend à faire de Napoléon III un monarque moderne, un anti-Bismarck, précurseur de l'Europe des nations...

AUBRY (Octave).

Le Second Empire.

Fayard, 1946, fort in-12, 697 pp, biblio, reliure demi-basane chocolat, dos à 5 larges nerfs, titres dorés, couv. conservée (rel. de l'époque), bon état (Coll. Les Grandes études historiques)

"L'ouvrage de M. Aubry sur le Second Empire se lit avec le plus grand agrément et peut être tenu pour une bonne mise au point, à l'usage des honnêtes gens, des recherches faites sur cette période. Tous ceux qui aiment les aspects psychologiques de l'histoire sauront gré à l'auteur de ces portraits, tracés d'un crayon alerte et original, qui font revivre les hommes petits et grands (M. Aubry pense qu'il y en eut peu de réellement grands dans le personnel du Second Empire), et disent mieux que de longues démonstrations leur influence sur le cours des événements..." (André Latreille, Revue d'histoire de l'Église de France, 1939) — L'auteur juge « sereinement » le Second Empire dans ce bon ouvrage, où Napoléon III, en dépit de ses « erreurs propres » et du « caprice du sort » qui furent causes de son échec, est décrit comme un « précurseur » des « grands Européens », ayant accompli, pas si mal que cela près tout, sa « tâche française ». Une réhabilitation du régime impérial qui tend à faire de Napoléon III un monarque moderne, un anti-Bismarck, précurseur de l'Europe des nations...

AUBRY (Octave).

Le Second Empire.

P., Club du meilleur livre, 1956, in-8°, 602 pp, 21 gravures hors texte (certaines dépliantes), reliure toile satinée carmin, dos lisse, titres dorés, un portrait-vignette de Louis-Napoléon en bourgeois dans un encadrement doré au 1er plat (rel. de l'éditeur), bon état

"L'ouvrage de M. Aubry sur le Second Empire se lit avec le plus grand agrément et peut être tenu pour une bonne mise au point des recherches faites sur cette période. Tous ceux qui aiment les aspects psychologiques de l'histoire sauront gré à l'auteur de ces portraits, tracés d'un crayon alerte et original, qui font revivre les hommes petits et grands (M. Aubry pense qu'il y en eut peu de réellement grands dans le personnel du Second Empire), et disent mieux que de longues démonstrations leur influence sur le cours des événements..." (André Latreille, Revue d'histoire de l'Église de France) — L'auteur juge « sereinement » le Second Empire dans ce bon ouvrage, où Napoléon III, en dépit de ses « erreurs propres » et du « caprice du sort » qui furent causes de son échec, est décrit comme un « précurseur » des « grands Européens », ayant accompli, pas si mal que cela près tout, sa « tâche française ». Une réhabilitation du régime impérial qui tend à faire de Napoléon III un monarque moderne, un anti-Bismarck, précurseur de l'Europe des nations...

AUBRY (Octave).

Le Second Empire.

Fayard, 1938, fort in-12, 697 pp, biblio, reliure demi-toile chagrinée chocolat, dos lisse avec titres dorés et filets à froid, couv. conservées (rel. de l'époque), bon état (Coll. Les Grandes études historiques)

"L'ouvrage de M. Aubry sur le Second Empire se lit avec le plus grand agrément et peut être tenu pour une bonne mise au point, à l'usage des honnêtes gens, des recherches faites sur cette période. Tous ceux qui aiment les aspects psychologiques de l'histoire sauront gré à l'auteur de ces portraits, tracés d'un crayon alerte et original, qui font revivre les hommes petits et grands (M. Aubry pense qu'il y en eut peu de réellement grands dans le personnel du Second Empire), et disent mieux que de longues démonstrations leur influence sur le cours des événements..." (André Latreille, Revue d'histoire de l'Église de France, 1939) — L'auteur juge « sereinement » le Second Empire dans ce bon ouvrage, où Napoléon III, en dépit de ses « erreurs propres » et du « caprice du sort » qui furent causes de son échec, est décrit comme un « précurseur » des « grands Européens », ayant accompli, pas si mal que cela près tout, sa « tâche française ». Une réhabilitation du régime impérial qui tend à faire de Napoléon III un monarque moderne, un anti-Bismarck, précurseur de l'Europe des nations...

AUBRY (Octave).

L'Impératrice Eugénie.

Fayard, 1948, in-12, 366 pp, biblio, reliure demi-basane naturelle mordorée, dos à 3 larges nerfs, titres et caissons dorés, couv. conservées, bon état

"La vie d'Eugénie de Montijo avait de quoi tenter la plume d'un narrateur de la valeur d'Octave Aubry. L'auteur s'est documenté auprès de personnes ayant connu l'impératrice. De là, peut-être, cet accent de « vérité vraie » dont sont empreintes les quatre cent pages au long desquelles se déroule l'existence d'une femme qui connaît tour à tour les hommes, les deuils et l'effacement austère. L'impartialité d'Octave Aubry profite à son héroïne ; la frivolité de celle-ci, discrètement mais nettement rappelée, se rachète par tant d'épreuves, qu'au total l'impératrice demeure sympathique. Et c'était, sans doute, ce que le biographe-historien voulait démontrer." (La France active, 1932)

AUBRY (Octave).

Napoléon III.

Fayard, 1929, in-12, 394 pp, broché, bon état

AUBRY (Octave).

Napoléon III. La conquête du pouvoir.

Flammarion, 1934, in-12, 126 pp, 4 pl. de gravures hors texte tirées en héliogravure, broché, bon état

" En 1934 paraît un livre au titre déjà bien significatif : Napoléon III, la conquête du pouvoir d'Octave Aubry. Un style alerte et heureux ne rachète pas nombre d'escamotages, tel celui qui fait se dérouler le Coup d'Etat dans un bureau de l'Elysée et glisse sur le retrait des troupes, la fusillade de boulevard, la répression en province. Mais n'est-ce pas là l'œuvre de Morny et non celle du héros du livre ? Octave Aubry fait une analogie historique avec une autre conquête du pouvoir : celle de Hitler. Ni plus, ni moins." (Rémi Gossez, 1848 - Revue des révolutions contemporaines, 1951)

AUBRY (Octave).

Sainte-Hélène. 1. La captivité de Napoléon. 2. La mort de l'Empereur.

Flammarion, 1935, 2 vol. pt in-8°, xvi-315 et 335 pp, une carte de Sainte-Hélène et un plan de Longwood, biblio, reliures demi-chagrin vert, dos à 4 nerfs soulignés à froid, titres et fleurons dorés (rel. de l'époque), dos uniformément passés, bon état

"L'ouvrage considérable de M. Octave Aubry sur la captivité de Napoléon à Sainte-Hélène est le fruit d'une vaste enquête ; non content de reprendre toutes les sources connues (M. Aubry réhabilite, par exemple, O'Meara), l'auteur a dépouillé les papiers d'Hudson Lowe et de ses auxiliaires au British Museum, restés en grand partie inexplorés jusqu'à lui, le fonds Masson à la bibliothèque Thiers, sans parler des archives publiques. Il a aussi visité l'île et recouru aux archives locales. Un copieux appareil critique témoigne de son labeur. Sur la figure de l'Empereur vieillissant, sur son entourage, sur l'attitude du gouvernement anglais et de ses représentants, il apporte maintes rectifications au récit traditionnel. L'ouvrage doit prendre place au premier rang dans la bibliographie napoléonienne." (G. Lefebvre, Revue Historique, 1939)

AUBRY-VITET (Eugène).

La Représentation proportionnelle en France il y a quarante ans (1870-1874).

P., Typographie Philippe Renouard, 1909, in-8°, vi-107 pp, broché, bon état

Fils d’Amélie Vitet et d’Eugène Aubry et neveu de Ludovic Vitet, Eugène Aubry-Vitet (1845-1930), archiviste-paléographe, homme de confiance du comte de Paris et écrivain, eut des relations suivies avec tout le Gotha et les milieux économiques (sa femme étant née Darblay) et politiques français de 1870 environ à sa mort.

AUBRÉE (Etienne).

Les Prisonniers de Malagra. Episode de l'Armée catholique et royale, décembre 1793-janvier 1794.

P., Perrin, 1938, in-8°, 175 pp, 5 pl. de gravures hors texte, 20 illustrations dans le texte, broché, couv. illustrée, mque au dos, bande éditeur conservée, bon état

Poignant épisode de la Virée de Galerne dans lequel l’auteur raconte la prise, le jugement et l’exécution du prince de Talmont à Malagra, non loin de Fougères. (Vachon, 173). Documents inédits sur la première guerre de Vendée, sur Antoine de la Trémoïlle, prince de Talmond, sur Bougon-Longrais, ami de Charlotte Corday.

AUBURTIN (Jean).

Le Colonel de Gaulle.

Plon, 1965, in-12, 176 pp, broché, couv. illustrée à rabats, bon état. On joint 2 coupures de presse sur l'ouvrage

"L'ancien président du conseil municipal de Paris présente, en partant de souvenirs personnels, un témoignage dont l'apport est malheureusement mince sur une période peu connue de la vie du général de Gaulle, celle où s'élabore, entre 1932 et 1937, la « pensée militaire » du colonel de Gaulle. On peut regretter que les idées politiques ou militaires des « adversaires » du colonel de Gaulle soient traitées avec tant de rapidité..." (Revue française de science politique, 1967)

AUCLAIR (Marcelle).

Jean Jaurès, 1859-1914. Edition revue et corrigée spécialement préparée pour le Club des Editeurs par l'auteur.

Club des Editeurs, 1959, in-8°, 331-xxv pp, 32 pl. de photos et documents hors texte (dont 11 illustrations humoristiques par Forain), index biographique, reliure toile noire dr l'éditeur, une photo de Jaurès en 1913 contrecollée au 1er plat, imprimé sur pur alfa d'Avignon, dos passé, bon état

"M. A. a consacré à Jaurès une biographie « hagiographique ». Elle a rassemblé une solide documentation et présente un très vivant tableau de la France avant 1914. Les historiens regretteront qu'entraînée par le désir de fuir l'austérité universitaire, M. A. ait cru nécessaire de juxtaposer propos imaginés et propos réellement tenus. Elle s'expose ainsi au reproche d'avoir versé dans la biographie anecdotique et romancée, alors que le sérieux de son enquête lui permettait de faire œuvre historique." (Revue française de science politique, 1955)

AUCLAIR (Marcelle).

La vie de Jean Jaurès, ou la France d'avant 1914.

Seuil, 1954, fort pt in-8°, 673 pp, 16 pl. de gravures et photos hors texte, chronologie, index biographique, broché, couv. illustrée à rabats (lég. salie), bon état

"M. A. a consacré à Jaurès une biographie « hagiographique ». Elle a rassemblé une solide documentation et présente un très vivant tableau de la France avant 1914. Les historiens regretteront qu'entraînée par le désir de fuir l'austérité universitaire, M. A. ait cru nécessaire de juxtaposer propos imaginés et propos réellement tenus. Elle s'expose ainsi au reproche d'avoir versé dans la biographie anecdotique et romancée, alors que le sérieux de son enquête lui permettait de faire oeuvre historique. D'autre part, M. A. raconte la vie de « Jean » plus qu'elle n'explicite les idées de Jaurès." (Revue française de science politique, 1955)

AUCLAIR (Marcelle).

La vie de Jean Jaurès, ou la France d'avant 1914.

Seuil, 1954, fort pt in-8°, 673 pp, 16 pl. de gravures et photos hors texte, chronologie, index, reliure demi-basane acajou mordorée à coins, dos à 5 larges nerfs soulignés à froid, titres dorés (rel. de l'époque), dos uniformément passé, bon état

"M. A. a consacré à Jaurès une biographie « hagiographique ». Elle a rassemblé une solide documentation et présente un très vivant tableau de la France avant 1914. Les historiens regretteront qu'entraînée par le désir de fuir l'austérité universitaire, M. A. ait cru nécessaire de juxtaposer propos imaginés et propos réellement tenus. Elle s'expose ainsi au reproche d'avoir versé dans la biographie anecdotique et romancée, alors que le sérieux de son enquête lui permettait de faire œuvre historique. D'autre part, M. A. raconte la vie de « Jean » plus qu'elle n'explicite les idées de Jaurès." (Revue française de science politique, 1955) — "Marcelle Auclair (1899-1983) n’est pas universitaire, mais journaliste de talent et romancière, fondatrice de "Marie-Claire", ancienne épouse de Jean Prévost (1901-1944). Elle était très liée à la famille de Jaurès, à sa nièce Yvonne Régnier, fille de l’amiral et de sa seconde épouse, qui avait été élevée en partie par sa grand-mère « Mérotte » et par la troisième épouse de son père, une cousine Jaurès. Elle dispose donc de nombreux renseignements d’ordre familial qui donnent de la sensibilité et de l’authenticité à son récit." (Gilles Candar, "Ecrire aujourd'hui une biographie de Jaurès", Cahiers Jaurès, 2011)

AUCLAIR (Marcelle).

La vie de Jean Jaurès, ou la France d'avant 1914.

Seuil, 1972, in-8°, 463 pp, 12 pl. de photos hors texte, chronologie, index biographique, broché, couv. illustrée, bon état

"M. A. a consacré à Jaurès une biographie « hagiographique ». Elle a rassemblé une solide documentation et présente un très vivant tableau de la France avant 1914. Les historiens regretteront qu'entraînée par le désir de fuir l'austérité universitaire, M. A. ait cru nécessaire de juxtaposer propos imaginés et propos réellement tenus. Elle s'expose ainsi au reproche d'avoir versé dans la biographie anecdotique et romancée, alors que le sérieux de son enquête lui permettait de faire œuvre historique. D'autre part, M. A. raconte la vie de « Jean » plus qu'elle n'explicite les idées de Jaurès." (Revue française de science politique, 1955)

AUCLÈRES (Dominique).

Mes Fenêtres sur l'Histoire.

Plon, 1978, gr. in-8°, 275 pp, broché, couv. illustrée, bon état, envoi a.s.

Souvenirs de Dominique Auclères, grand reporter au Figaro. Née à Vienne, élevée à Paris par une gouvernante britannique, pendant plus de quatre décennies, elle traquera l'événement. La révolution hongroise, Berlin écartelé par ses vainqueurs, l'Allemagne rouge, le rapt des enfants grecs en Epire, etc.

AUDEBERT (R. P. Dom Bernard).

Les mémoires du R. P. dom Bernard Audebert. Estant Prieur de St-Denis et depuis assistant du R. P. Général, publiés par le R. P. dom Léon Guilloreau, moine bénédictin.

P., Jouve, 1911, gr. in-8°, xvi-333 pp, index, broché, dos lég. jauni, bon état (Coll. Archives de la France monastique, vol. XI)

"Il est impossible de s'intéresser à l'histoire de la congrégation de Saint-Maur, c'est-à-dire l'histoire des plus célèbres représentants de l'érudition française, et de ne pas savoir gré au R. P. dom Guilloreau d'avoir exhumé du vénérable manuscrit de la Bibliothèque nationale, où ils reposaient, les Mémoires de dom Audebert, à qui un bibliothécaire avisé a donné le sous-titre de Chroniques de la congrégation de Saint-Maur depuis 1642 jusqu'en 1654. La nature du livre est ainsi fort bien indiquée et si, lisant la substantielle préface de l'éditeur, on apprend l'importance du rôle joué dans la congrégation par le moine qui occupa des postes élevés, y jouit d'une haute autorité, organisa les études, devina et tira de l'ombre dom Mabillon et lui suggéra l'entreprise de ses plus fameux travaux, forma plusieurs autres savants moines comme dom Garet, dom Gerberon, dom Guérard, on comprend facilement l'intérêt que peuvent présenter les récits, les observations et les jugements d'un homme supérieur par l'esprit et par le rang, portant sur la vie du plus laborieux des Ordres pendant douze années du grand siècle. Quand dom Audebert entra dans l'Ordre de saint Benoît, la congrégation comptait soixante-seize membres. Lorsqu'il mourut, en 1675, plus de trois mille religieux occupaient les cent soixante dix-huit monastères qu'avait reconquis la Réforme, à laquelle ce puissant cerveau avait activement collaboré. Il n'en faut pas dire plus pour faire regretter vivement que ses souvenirs, qui fourmillent de gros et de menus faits, d'événements historiques comme la désunion avec Cluny et les troubles suscités par les menées de dom Faron de Chalus, et de minces épisodes de vie intérieure, ne soient consignés que pour un petit laps de temps. L'édition est de tous points satisfaisante. Le R. P. dom Guilloreau ne l'a pas seulement pourvue d'une excellente introduction sur la vie et les mérites de l'auteur, mais discrètement, sans la charger de commentaires inutiles et fastidieux, il en a éclairé le texte par d'excellentes notes biographiques sur tous les personnages cités et ayant quelque notoriété, ainsi que par d'exactes et complètes identifications des noms de lieux. Une bonne table onomastique couronne l'oeuvre qui fait honneur à la collection des Archives de la France monastique, dont elle forme un des meilleurs volumes." (J. Chavanon, Bibliothèque de l'école des chartes, 1911)

AUDET (Jean-Paul).

La Didachè. Instructions des Apôtres.

P., Librairie Lecoffre, J. Gabalda et Cie éditeur, 1958, gr. in-8°, xvi-(1)-498 pp, biblio, 4 index, reliure pleine toile bleue, dos lisse avec titres dorés (dos lég. passé), couv. et dos conservés (rel. de l'époque), bon état (Coll. Etudes Bibliques)

"Voici un gros livre qui mérite la plus sérieuse attention tant en raison de la nouveauté et de la portée des thèses qu'il défend (ne prétend-il pas retrouver dans la Didachè une oeuvre chrétienne antérieure aux Evangiles !) que de l'érudition qui les fonde. Si, bien souvent, les conclusions ne nous semblent pas devoir emporter la conviction, il faut néanmoins dire très nettement combien il nous paraît bon de reprendre aujourd'hui, et d'une manière aussi fondamentale, l'étude de ces écrits du christianisme primitif, en particulier des Pères apostoliques dont la Didachè est un joyau. Il faut en repenser les problèmes en y projetant la lumière de nos connaissances sans cesse plus précises de cette période et de ces milieux si importants dans lesquels se réalisa la jonction entre le bas-judaïsme et le christianisme naissant. (...) Si nous nous sommes exclusivement arrêté sur les deux cents premières pages du livre examiné, c'est que les thèses qui y sont exposées appelaient, par leur nouveauté et leur portée, un sérieux examen. Il ne faut cependant pas manquer d'attirer l'attention des lecteurs sur la seconde moitié du travail qui nous offre un commentaire suivi. Il y a là d'excellentes pages, mais dont il est difficile de rendre compte." (Pierre Prigent, Revue de théologie et de philosophie, 1960)

AUDIAT (Pierre).

Ainsi vécut Victor Hugo.

Hachette, 1947, in-8°, 353 pp, biblio, broché, couv. illustrée, dos très lég. abîmé, bande éditeur conservée (“On connaît tout du poète... sauf sa vie.”), bon état

"Les meilleures biographies de Victor Hugo (1802-1885) restent celles de Pierre Audiat (1947) et celle d'André Maurois (1954)." (Jean Gaudon, «Victor Hugo : Choix de textes»)

AUDIAU (Jean).

Les Troubadours et l'Angleterre. Contribution à l'étude des poètes anglais de l'amour au Moyen Age (XIIIe et XIVe siècles). Nouvelle édition revue et complétée.

Vrin, 1927, in-12, 137 pp, index, broché, bon état

AUDIBERT (Cédric).

Les Français vus par ceux qui les gouvernent (1800-1820).

Les Indes savantes, 2018, gr. in-8°, 527 pp, sources, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

Les mots utilisés par les historiens pour décrire la nation ou la société diffèrent de ceux des autorités entre 1800 et 1820. La création des préfectures place les préfets au coeur d'une administration centralisée. Situés entre les ministres et les sous-préfets, en relation directe avec les autorités militaires et religieuses, ils entretiennent une correspondance administrative quotidienne avec divers interlocuteurs et traitent parfois les réclamations qui leurs sont transmises, directement ou non, par leurs administrés. En tant que relais du pouvoir central, le personnel préfectoral est également amené à s'adresser directement à la population par le biais de proclamations. Tous ces documents révèlent les vues des gouvernants. Leurs représentations changent, ainsi que leur langage, au gré des succès diplomatiques, politiques ou militaires, et des défaites qui sonnent le glas de l'Empire fondé par Napoléon remplacé à sa chute par Louis XVIII sur le trône de France. Les images véhiculées par les autorités n'évoluent pas toutes au même rythme ; elles demeurent complexes et soumises à des tensions révélatrices de leurs contradictions. Les pouvoirs publics réaffirment les traits communs propres à un "peuple" exceptionnel, distinct de ses voisins européens, souvent supérieur. Ils ne cachent pas pour autant les nombreuses divisions qui opposent les Français, "bons" ou "mauvais". Ils ne taisent pas non plus les différences qu'ils établissent entre les élites et le reste de la population, dénigré pour son appartenance sociale ou géographique et prennent en compte la souffrance des "malheureux".

AUDIBERTI (Jacques).

Le Globe dans la main. 1. L'Amour.

P., Foret, (1er déc. 1950), pt in-4°, 32 pp, broché, en feuilles, bon état. Edition originale sur papier ordinaire, bande éditeur conservée ("Avec son audace habituelle, Jacques Audiberti aborde le problème de l'Amour")

AUDIBERTI (Marie-Louise).

Sophie de Ségur, née Rostopchine, l'inoubliable comtesse. Ses anges, ses diables.

Stock, 1980, in-8°, 344 pp, 16 pl. de gravures et photos hors texte, éléments de biblio, tableau généalogique, broché, couv. illustrée, bon état

AUDIGIÉ (Claude) et Merry BERTRON.

Histoire de Villemoisson-sur-Orge.

Dammarie-les-Lys, Amatteis, 1986, gr. in-8°, 263 pp, nombreuses photos, gravures et cartes, broché, couv. illustrée, bon état. Edition originale, un des 1500 ex. numérotés

AUDIN (J.-M.).

Histoire de la vie, des ouvrages et des doctrines de Luther.

P., Maison, 1850, in-12, 526 pp, nouvelle édition revue et corrigée, reliure demi-chagrin noir, dos à 4 nerfs filetés, titres et caissons dorés (rel. de l'époque), trace de mouillure ancienne en coin, bon état

"Nous avons déjà dit plusieurs fois que c'était aux écrivains protestans que nous devions de connaître avec plus d'impartialité l'histoire de plusieurs de nos pontifes. Il paraît que, par réciprocité, ce sera aux écrivains catholiques que les protestans devront de connaître avec plus de vérité l'histoire de leurs docteurs. C'est au moins ce que nous pouvons conclure de “l'Histoire de Luther” que vient de publier M. Audin. Cette histoire me paraît jeter un jour nouveau et vrai sur ce père de la réforme protestante. Après l'avoir lue avec attention, on s'étonne avec raison qu'un homme si immoral, si faux, si emporté, ait pu exercer une aussi grande influence sur ses contemporains ; on se demande comment tous ces premiers hommes de la réforme, auxquels nous sommes loin de refuser de grandes qualités, ont pu se laisser fasciner et entraîner par un esprit si éloigné de l'esprit de Dieu. Disons le, c'est qu'un esprit anti-chrétien, esprit de raisonnement, d'orgueil et de paganisme, faisait le fond de toute la science de ces docteurs, qui voulurent régénérer l'Eglise..." (L'Université catholique, 1841) — "M. Audin poursuit avec célérité la série de ses pamphlets injurieux contre les réformateurs et le protestantisme. Il a été déjà rendu compte de son “Histoire de Luther” dans “l'Evangéliste” du 1er février 1840. A cette occasion, on a signalé les tendances de la faction à laquelle appartient cet auteur, faction qui ne voit de salut pour les générations modernes que dans un retour absolu vers les beaux jours du moyen âge. M. Audin a embrassé la défense d'une Église qui certes a besoin d'être défendue, mais qu'il faut plaindre profondément de se voir réduite à prendre des champions de cette force..." (Le Lien, journal des églises réformées de France, 1841)

AUDIN (J.-M.).

Histoire de Léon X et de son siècle. Sixième édition.

P., Retaux-Bray, 1885, in-12, 539 pp, reliure demi-chagrin rouge, dos à 4 nerfs filetés avec caissons dorés trés ornés, encadrements à froid sur les plats, tranches dorées, fer doré sur le 1er plat (rel. de l'époque), bon exemplaire

AUDIN (Maurice) et André JAMMES.

Essai sur la lettre d'imprimerie, à propos des collections conservées au Musée de l'imprimerie et de la banque.

Lyon, impr. Audin, s.d. (1968), pt in-4°, 69 pp, broché, exemplaire gondolé, état correct

AUDOIN-ROUZEAU (Stéphane).

1914-1918. La violence de guerre.

Gallimard/Ministère de la Défense-DMPA, 2014, in-4°, 155 pp, 120 photos, reliure cartonnée illustrée de l'éditeur, bon état

La Grande Guerre a été beaucoup photographiée, c'est une évidence. Elle l'a été de manière "officielle" par les reporters-photographes de la Section photographique de l'Armée, créée au printemps 1915 ; elle l'a été aussi à des fins de renseignement militaire. Mais la guerre fut bien davantage photographiée "au ras du sol", par ceux qui combattaient, gradés ou simples soldats. Les clichés de trois jeunes sous-officiers, promus officiers au cours du conflit, occupent une place de choix dans cet ouvrage. Henri Pétin. Jean Pochard et Robert Musso ont vécu au quotidien avec leurs hommes et ne se sont pas pensés comme des "reporters" mais comme des soldats, ponctuellement photographes amateurs. Pas d'héroïsme dans leur vision. L'historien Stéphane Audoin-Rouzeau présente et commente 120 photographies inédites, issues des fonds privés du Service historique de la Défense. Un témoignage juste et émouvant sur l'expérience combattante et la violence de guerre.

AUDOIN-ROUZEAU (Stéphane) et Annette BECKER.

14-18, retrouver la Guerre.

Gallimard, 2000, in-8°, 280 pp, broché, qqs marques au stylo en marges, bon état (Coll. Bibliothèque des Histoires)

Tandis que disparaissent les derniers combattants, la Grande Guerre nous revient, dans une tout autre lumière, comme la matrice d'où sont sortis les désastres du XXe siècle. Face à ce qui apparaît comme l'énigme d'un suicide collectif de l'Europe, il ne s'agit plus, pour les historiens, de savoir qui porte la responsabilité de la guerre ni comment se sont déroulées les opérations ; il convient désormais d'explorer une culture de la violence, d'analyser un nationalisme de croisade, de mesurer la profondeur d'un deuil peut-être inachevé.

AUDOIN-ROUZEAU (Stéphane) et Christophe PROCHASSON (dir.).

Sortir de la Grande Guerre. Le monde et l'après-1918.

Tallandier, 2008, in-8°, 511 pp, 2 cartes, notes, biblio, index, broché, couv. illustrée, trace de pliure au 2e plat, bon état

Les historiens se sont très tôt penchés sur le déroulement et les suites de la Première Guerre mondiale, conflit qui a orienté le destin du XXe siècle tout entier. Les armistices de 1918, les traités de paix et le complexe écheveau territorial qui en est issu, les après-guerres et leurs dynamiques de reconstruction ont ainsi suscité une abondante littérature, aussi remarquable que nécessaire. Elles ne disent pas, cependant, comment les peuples et les nations sont sortis de la Grande Guerre. Une équipe internationale d'historiens, placée sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau et Christophe Prochasson, interroge dans ce livre le monde de l'après-1918 : pays vainqueurs (France, Grande-Bretagne, Etats-Unis...), pays vaincus (Allemagne, Autriche, Hongrie), pays libérés (Belgique, Roumanie, Yougoslavie), pays engagés dans de nouveaux conflits, civils ou territoriaux (Russie, Pologne, Turquie, Grèce), enfin colonies et dominions. L'histoire de l'après-1918 est celle d'une démobilisation. Démobilisation effective des combattants et des économies, mais aussi démobilisation culturelle des sociétés : il fallut, après plusieurs années d'investissement collectif dans le conflit, reprendre les relations avec les ennemis d'hier et organiser le retour aux normes, elles-mêmes ébranlées par près de cinq années de guerre. A cela s'est ajoutée une dimension morale, voire psychique, où les commémorations ont joué leur rôle : celle du deuil, collectif ou familial, de nations touchées par la mort de masse, et celle du traumatisme chez les victimes, militaires ou civiles. A la limite, peut-on exclure que bien des contemporains du conflit ne soient jamais "sortis" de la Grande Guerre ?

AUDOUIN-DUBREUIL (Ariane).

La Croisière noire. Sur la trace des explorateurs du XIXe.

France Loisirs, 2005, in-4°, 208 pp, très nombreuses photos, documents, en noir et en couleurs, sources et biblio, index, cart. illustré de l'éditeur, jaquette illustrée, bon état (Coll. La Société de Géographie présente)

Fille d'un membre de l'expédition, l'auteure retrace le raid organisé par Citröen de 1924 à 1925 à travers le continent africain, d'Alger à Madagascar. Ce défi technique lancé aux concurrents automobiles s'accompagna également de missions économiques, humanitaires, scientifiques et culturelles sous l'égide de la Société géographique et du Muséum d'histoire naturelle de Paris.

AUFFRAY (Bernard).

Sur mon chemin j'ai rencontré.. Du service de l'opinion au service du bien public. Préface de Jacques Fauvet. (Mémoires).

Klincksieck, 1978, gr. in-8°, x-210 pp, 14 pl. hors texte, index, envoi a.s.

AUFFRAY (Gérard).

L'Epargne à l'affiche.

Editions du Mécène, 1992, in-4° (23 x 29,8), 157 pp, 220 reproductions d'affiches en couleurs, annexes, index des 114 signatures, reliure cartonnée illustrée de l'éditeur, bon état

220 affiches de souscriptions à l'emprunt de la défense nationale, d'épargne, de publicités financières de banques et de sociétés, etc., sont ici présentées parmi les milliers collectionnées depuis plus de trente ans par ce passionné de l'épargne qu'est Gérard Auffray. Depuis l'appel patriotique à l'emprunt public des années 1914-1918 (« Souscrivez pour hâter la paix et la Victoire »), jusqu'aux publicités beaucoup plus personnelles des banques privées de nos jours (« Votre argent gagne de l'argent »), les affiches racontent aussi l'histoire de la France et l'évolution des mentalités et des comportements des Français.

AUGEARD (Jacques Mathieu).

Mémoires secrets de J. M. Augeard, secrétaire des commandements de la reine Marie-Antoinette (1760 à 1800). Documents inédits sur les événements accomplis en France pendant les dernières années du règne de Louis XV, le règne de Louis XVI et la Révolution jusqu'au 18 brumaire, précédés d'une introduction par Evariste Bavoux.

P., Henri Plon, 1866, gr. in-8°, (4)-372 pp, reliure plein papier marbré à la bradel, dos lisse, titres dorés, couv. conservées (rel. de l'époque), qqs rares rousseurs, bon état. Edition originale (Fierro, 52). Rare

"L'auteur (1731-1805) s'attache particulièrement aux difficultés financières de la monarchie et se montre très critique vis à vis de la gestion des fonds publics sous Louis XVI." (Fierro, 52). Ces mémoires mettent en lumière l'âpreté de la lutte entre le Roi et le Parlement. Ce témoignage d'un chroniqueur de la cour familier des milieux ministériels, partisan mais bien informé, est riche en anecdotes politico-financières sur les dernières années du règne de Louis XV et sur celui du roi Louis XVI.

AUGER du BREUIL (Anne).

Mon voyage en Égypte archéologique.

Cercle littéraire de l'avenue Foch, 1979, in-8°, 171 pp, qqs illustrations, broché, bon état, envoi a.s.

AUGER (Hippolyte).

Rienzi, par Auger-St-Hippolyte.

Londres, Rodwell et Martin, et Bossange et Co., 1825, 3 vol. in-8°, xi-307, 337 et 299 pp, les 3 tomes reliés à l'époque en un fort volume cartonnage moutarde, pièce de titre chagrin carmin, mors proprement renforcés avec des bandes de papier kraft (réparation ancienne), qqs rares rousseurs, bon état. Bon exemplaire

Rare roman historique sur la conjuration de Nicolo Gabrini, dit Cola di Rienzi (1313-1354), tyran de Rome en 1347, par un saint-simonien de l’obédience de Buchez, Hippolyte Auger (1796-1881). Auger est aussi connu pour sa Physiologie du théâtre, ouvrage paru en 1839 et 1840. Il était aussi traducteur du russe et rédacteur du Journal de Saint-Pétersbourg.

AUGERON (Mickaël), Didier Poton, Bertrand Van Ruymbeke (dir.).

Les Huguenots et l'Atlantique. Volume II : Fidélités, racines et mémoires.

Les Indes savantes, 2012, in-4°, 515 pp, préface de Jean-Pierre Poussou, nombreuses illustrations en noir et en couleurs, biblio, index, reliure cartonnée illustrée de l'éditeur, un mors très lég. abîmé, bon état

Fruit d'une collaboration internationale, cet ouvrage, en deux volumes, offre pour la première fois une vaste synthèse sur les relations que les protestants français entretiennent avec le monde atlantique, depuis le XVIe siècle. De l'Europe au Brésil, de l'Amérique du Nord à l'Afrique du Sud, les huguenots ont marqué de leur empreinte bien des territoires, laissant des traces patrimoniales durables, tant dans les paysages que dans les mémoires. Monuments historiques, sites touristiques, collections archivistiques ou muséographiques, plaques commémoratives, patronymes, recettes culinaires, noms d'écoles, de localités ou de rues, contribuent à rappeler, d'un rivage à l'autre, cette histoire commune; une histoire qui transcende les cadres nationaux. Les centaines de documents iconographiques, ici réunis, en témoignent et permettent d'appréhender cette présence huguenote dans toute son étendue spatiale et temporelle. –Ce second volume aborde la question du "Refuge", tant en Afrique du Sud que dans les colonies anglaises et néerlandaises d'Amérique. Dès la fin du XVIIe siècle, ce sont des dizaines de milliers de personnes, nobles, soldats, pasteurs, négociants ou petites gens qui quittent le royaume de France, pour des raisons religieuses ou dans l'espoir, tout simplement, d'une vie meilleure. Certains parviennent à bâtir de formidables fortunes dans les colonies étrangères, tandis que d'autres se contentent d'y diffuser idéaux, nouvelles techniques ou pratiques cultuelles, contribuant à modeler les sociétés d'accueil sur le plan culturel. Sait-on par exemple qu'il existe encore à New York une église de langue française, héritière directe de l'installation de colons huguenots dans l'île de Manhattan (New York) au XVIIe siècle ? que les villes de New Rochelle, dans l'État de New York, et de New Bordeaux, en Caroline du Sud, ont été fondées par des réfugiés français ? que ces mêmes huguenots ont contribué au développement de la viticulture en Afrique du Sud, à partir de la région de Franschhoek, le "coin des Français" ? Que leur périple a été exploité tant par les démocrates américains que par les idéologues du Ku Klux Klan, les tenants de l'Apartheid ou les presbytériens du Brésil ? Mythifiée par les uns, méconnue par les autres, cette "histoire du Refuge" n'en constitue pas moins un puissant ferment identitaire pour les descendants de huguenots ou les communautés réformées actuelles. Ces héritages partagés, qui dépassent les frontières nationales, sont source d'une mémoire commune qui contribue depuis la fin du XVIIIe siècle à rapprocher les deux rives de l'Atlantique autour de projets fédérateurs et d'échanges croissants.

AUGERON (Mickaël) et Pascal EVEN (dir.).

Les Etrangers dans les villes-ports atlantiques. Expériences françaises et allemandes, XVe-XIXe siècle.

Rivages des Xantons, 2010, gr. in-8°, 435 pp, cartes, notes, broché, couv. illustrée, bon état

C'est à partir de la fin du Moyen Âge que commencent à se préciser la figure et le statut de l'étranger. Il fait alors l'objet d'une attention renouvelée, tant au niveau des pouvoirs centraux qu'à l'échelle locale. Omniprésent sur les littoraux atlantiques, il contribue à l'ouverture maritime de biens des villes européennes ou américaines, après avoir longtemps – et avant tout – incarné un "danger venu de la mer" (razzias, piraterie). Tour à tour condamné, dénoncé ou protégé, l'étranger peut être doté, sur le long terme, de toutes les vertus par les populations d'accueil ou être, au contraire, affublé des plus grands maux. Il fait peur et attire à la fois : vu comme une menace pour certains, il constitue pour d'autres un gage de prospérité et de progrès. Il peut bousculer les traditions, provocant adhésion ou rejet. De bouc-émissaire en période de crise ou de tension, il peut se transformer en un formidable acteur du développement économique, social et culturel. Lieux de transit ou d'installation définitive, les villes-ports constituent des observatoires privilégiés pour l'étude de ces étrangers, qui y occupent une place singulière, parfois centrale. Fruit d'une collaboration franco-allemande, les différentes contributions, réunies ici dans une optique comparative, entendent confronter expériences individuelles ou collectives, en s'attachant notamment aux réseaux relationnels et aux conditions d'existence : sont non seulement évoqués les étrangers ayant foulé de leurs pieds la France et les pays germaniques, mais aussi ces très nombreux allemands ou français qui ont décidé de quitter leur pays d'origine pour s'installer en territoire étranger. Avec des motivations et des parcours individuels qui relèvent certes parfois du domaine de l'aventure, mais qui permettent surtout de s'interroger sur les phénomènes d'intégration, d'exclusion ou de transferts culturels qui ont marqué, sur le long terme, nos sociétés contemporaines.

AUGERON (Mickaël) et Robert DUPLESSIS (dir.).

Fleuves, rivières et colonies. La France et ses empires (XVIIe-XXe siècle).

Les Indes savantes, 2010, gr. in-8°, 376 pp, qqs illustrations, nombreuses cartes, broché, couv. illustrée, bon état

24 études érudites (20 en français et 4 en anglais). — Rivières et vallées ont servi de centres nerveux à l’expansion coloniale, à la pénétration des continents et à la colonisation. Les chemins d’eau ont aidé à organiser les colonies, les transports et communications ; les grandes villes coloniales ont souvent été implantées sur leurs rives. Soldats, explorateurs, fonctionnaires coloniaux, missionnaires, marchands, esclavagistes ont emprunté fleuves et rivières pour leurs activités. En France même, les rivières et les fleuves ont joué un rôle important dans les relations et le lien métropole-colonies, approvisionnant notamment les ports desservant les colonies en marchandises et en hommes. Ces études présentent un aspect transversal et très neuf du monde colonial, de l’Amérique du Nord et des Caraïbes à l’Asie et au Pacifique, de l’Afrique à l’océan Indien. Cet ouvrage reprend quelques-unes des contributions du 33e congrès de la French Colonial Historical Society, tenu à La Rochelle en 2007.

AUGIER (Eloi).

Traité d'Histoire maritime de la France depuis les temps primitifs de la Gaule jusqu'à nos jours. Précédée d'un aperçu rétrospectif sur les marines des peuples anciens.

Brest, Typographie-Lithographie Gadreau, 1902, gr. in-8°, iv-640 pp, 7 plans hors texte, 29 croquis dans le texte, tableau comparatif des marines modernes in fine, reliure demi-toile parme à coins à la bradel, dos lisse avec fleuron et double filet dorés, pièces de titre basane noire, couv. conservée, très bon état. Peu courant