20555 résultats

AHERNE (Brian).

A Proper Job. The Autobiography of an Actor's Actor.

Boston, Houghton Mifflin Company, 1969, in-8°, xi-355 pp, 32 pl. de photos hors texte, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état. Texte en anglais

Brian Aherne (1902-1986) est un acteur britannique, qui trouva le succès à Hollywood. Après des succès sur la scène et sur l'écran en Angleterre, Aherne partit pour les Etats-Unis en 1931 pour jouer à Broadway. Son premier film à Hollywood fut "Le Cantique des cantiques" en 1933 avec Marlene Dietrich. Tout au long des années 1930, il tient le rôle d'un personnage de gentleman anglais désireux de défendre son honneur (ou celui de quelqu'un d'autre), avec les poings si nécessaire. Il a joué beaucoup de seconds rôles, mais aussi le rôle-titre de "Le Grand Garrick" en 1937 ainsi que dans plusieurs productions de Hal Roach en 1938 et 1939. Il a été nommé à l'Oscar pour son interprétation du malheureux empereur Maximilien dans "Juarez" (1939). À la fin des années 1950 il abandonne le cinéma et la télévision pour reprendre au théâtre le rôle d'Henry Higgins dans "My Fair Lady". Aherne publia son autobiographie "A Proper Job" en 1969, ainsi que "A Dreadful Man" en 1979, une biographie de son ami George Sanders. Entre 1939 et 1945 il fut marié à l'actrice Joan Fontaine. Après leur divorce, il épouse Eleanor de Liagre Labrot (1910-2000). Brian Aherne est mort d'une attaque cardiaque à Venice en Floride à l'âge de 83 ans.

AHRWEILER (Hélène)(dir.).

Geographica Byzantina.

Publications de la Sorbonne, 1981, gr. in-8°, 138 pp, 15 planches hors texte, cartes et tableaux, broché, bon état (Byzantina Sorbonensia, 3)

Ce volume contient diverses contributions concernant tout particulièrement la géographie historique de Byzance : 1. Sur la localisation du couvent de Timios Stauros de Syricha (Hélène Ahrweiler) ; 2. La frontière chez deux auteurs byzantins : Procope de Césarée et Constantin VII Porphyrogénète (J.-P. Arrignon et J.-F. Duneau) ; 3. La géographie du culte de saint Christophe en Grèce à l'époque méso-byzantine et l'évêché de Lacédémone au début du Xe siècle (Anne Avraméa) ; 4. Manuel Ducas Comnène Gavras de Troade à propos de CIG IV2 ; n° 8763 (Anne Avraméa) ; 5. Kordoleôn et Mantaia (1467-1476). Essai de géographie historique (Irène Beldiceanu-Steinherr) ; 6. La répartition du marbre de Proconnèse en Crimée à l'époque paléochrétienne (Anne Bortoli-Kazanski) ; 7. Le siège de Philadelphie par Umur pacha d'après le manuscrit de la Bibl. patriarcale d'Istanbul, Panaghias 58 (Matoula Couroupou) ; 8. A propos du Tenou Ormon (Teleorman) de Kinnamos (Pierre Nâsturel) ; 9. La place des listes toponymiques dans l'organisation du livre IV des Édifices de Procope (Martine Perrin-Henry) ; 10. Le thème et la forteresse de Charsianon : recherches dans la région d'Akdagmadeni (Dejanira Potache) ; 11. Avanos-Vénasa (Cappadoce) (Nicole Thierry) ; 12. Les sources du Tigre oriental selon la tradition hellénistique (J.-M. Thierry).

AHSMANN (Dr. H. P. J. M.).

La Culte de la sainte Vierge et la littérature française profane du Moyen Age.

Utrecht-Nimègue, Dekker & Van de Vegt, et P., Auguste Picard, s.d. (1930), gr. in-8°, 158 pp, une gravure en frontispice, biblio, reliure demi-basane bleu-nuit, dos à 5 nerfs soulignés à froid, titres dorés, couv. conservées (rel. de l'époque), qqs rousseurs, bon état

AICARDI de SAINT PAUL (Marc).

Namibie. Un siècle d'histoire.

Albatros, 1984, in-8°, 192 pp, annexes, biblio, on joint une lettre a.s. de l'auteur

AICARD (Jean).

L'illustre Maurin. (Maurin des Maures, II).

Phébus, 1996, in-8°, 411 pp, discret C. de bibl. Très bon état

AILLERET (Général Charles).

L'organisation de la sécurité et les progrès des armes nouvelles.

dans la Revue Politique Etrangère, 1957, in-8°, 14 pp,

AIMOND (Ch.).

Histoire de France du XVIe siècle à 1774. Cours supérieur.

P., J. de Gigord, 1934, gr. in-12, 287 pp, 89 gravures, 16 cartes, cart. éditeur, bon état (Manuel. Programme du Brevet élémentaire, 1920)

AIMOND (Ch.).

Le XVIIe et le XVIIIe siècle (1610-1789).

P., De Gigord, 1935, gr. in-12, vi-496 pp, 148 gravures, 21 cartes et plans, cart. éditeur, état correct (Cours d'Histoire Jean Guiraud, classe de 2e)

AIMOT (J.-M.).

Nos mitrailleuses n'ont pas tiré. Journal d'une section de D.A.T. de la région parisienne. Février-juin 1940.

Fasquelle, 1941, in-12, 210 pp, broché, dos recollé, état correct

Sous forme d'un journal rédigé au jour le jour, l'auteur (membre du PPF de Doriot qui deviendra par la suite un collaborationniste notoire) tente de faire revivre l'incompréhension des combattants français devant l'inaction qui, de février à mai 1940, semble frapper l'armée française. La Blitzkrieg, c'est-à-dire la guerre de mouvement, a pour effet de localiser les assauts, laissant désœuvrés et inutiles les combattants tant soit peu éloignés du front... — "Paris, 17 décembre. Un prix littéraire d'une valeur de 1.500 francs, le prix « des Deux Magots », créé et décerné par des journalistes, a été attribué aujourd'hui à M. Jean-Marie Aimot, pour son livre « Nos mitrailleuses n'ont pas tiré ». C'est le premier ouvrage sur la guerre de 1939, qui reçoit un prix littéraire." (Le Figaro, 1941)

AIMOT (J.-M.).

Stanley, le dernier conquistador.

SFELT, 1951, in-8°, 281 pp, une carte, broché, couv. lég. salie, papier jauni, bon état

AIMÉ-AZAM (Denise).

Le Quatrième voeu. Notre-Dame de la Merci et les captifs.

P.-Genève, La Palatine, 1958, in-12, 204 pp, postface de l'Abbé Desgranges, biblio, broché, bon état

"En un temps où les prisonniers politiques se comptent par millions dans le monde, où l'on discute passionnément en France de la question de la résidence forcée ou de la « torture », Denise Aimé-Azam, auteur d'un livre sur Drancy sous l'occupation, fait connaître ici l'oeuvre admirable d'hommes qui ont prononcé le voeu de « donner leur vie pour les captifs comme Jésus-Christ la donna pour nous » : le quatrième voeu, tel que le formula au XIIe siècle un fils du Lauragais, saint Pierre Nolasque." (L'éditeur)

AIMÉ (Denise).

Du Pont de Nemours, honnête homme.

Philippe Ortiz, 1934, pt in-8°, (6)-414 pp, préface de Édouard Herriot, un portrait en frontispice, sources et biblio, broché, couv. lég. salie, bon état, envoi a.s. daté 8.3.45

Née en 1902 et issue d'une famille bourgeoise et juive, Denise Aimé a épousé un catholique et s'est convertie à la religion de son époux avant qu'éclate la Seconde Guerre mondiale. Elle ne se désintéresse pas pour autant du judaïsme et c'est alors qu'elle compulse différentes notes sur "l'acheminement de la pensée religieuse juive en France" qu'elle est arrêtée par deux Allemands à Paris, vraisemblablement sur dénonciation, le 23 décembre 1942. Internée à Drancy, elle est ensuite transférée à l'hôpital Claude Bernard à la mi-février 1943 et, après plus de deux mois dans cet établissement, elle retourne auprès des siens. Au printemps 1944, se sentant de plus en plus menacée en raison de sa judaïté, et après avoir refusé que son mari lui fasse établir de faux papiers de crainte de le mettre en danger, elle simule la folie lorsqu'elle est arrêtée par des policiers français et peut ainsi être internée à l'asile parisien de Sainte-Anne où elle reste jusqu'au 20 août 1944 alors que la capitale est en passe d'être libérée. Après un premier ouvrage en 1933 (Du Pont de Nemours, honnête homme) et Relais des errants, cette intellectuelle est l'auteur de plusieurs ouvrages, notamment sur le peintre Géricault. (« Ecrits de Guerre et d’Occupation » EGO 1939-1945)

AIMÉ (Henri).

Le Bandeau sur le front.

P., Zurich, Georges Crès & Cie, 1917, in-16, 104 pp, une illustration en frontispice, reliure plein chagrin carmin, dos lisse avec titre doré, couv. et dos conservés, tête dorée (rel. de l'époque), dos et mors lég. frottés, bon état (Coll. Bellum). Edition originale sur papier courant

Le titre du recueil s'explique par un jeu de mots : « nous sommes, dit l'auteur, sur le front (des armées) le bandeau bienfaisant ». — "Le combat du soldat pour la défense de la patrie s'était transposé dans le combat du médecin ou de l'infirmier contre la mort. C'est en se donnant l'impression de sauvegarder les forces de la patrie par le combat incessant qu'il menait pour sauvegarder des vies humaines qu'Henri Aimé, médecin dans une forteresse de l'Est, dépassa sa frustration de ne pas combattre : « Si le devoir les appelle sur le front, tous ces hommes, et si là, pour la défense du sol, ils dépensent et consument généreusement leur vie, nous, esclaves d'un devoir analogue, agents de la pensée vigilante et récupératrice, c'est sous ce propre front qu'il nous fait demeurer, afin de prêter nos forces attentives et secourables »." (Hélène Dequidt, La crise d'identité du monde médical français en 14-18, 1994) — "Répondant au docteur Aimé qui vient de lui envoyer son recueil, “Le Bandeau sur le front”, Guillaume Apollinaire écrira de ce livre : « ... il ressortit à ce surréalisme que je crois humainement parlant la formule de vérité actuelle...»." (Pierre-Marcel Adéma, Guillaume Apollinaire, 1968)

AINVAL (Christiane d').

Gouvion Saint-Cyr : soldat de l'an II, maréchal d'Empire, réorganisateur de l'armée.

Copernic, 1981, pt in-4°, 298 pp, préface de Jean Tulard, 8 pl. d'illustrations en couleurs hors texte, 12 gravures et portraits en noir, reliure éditeur, jaquette illustrée, bon état (Ouvrage couronné par l'Académie française)

Gouvion Saint-Cyr, le plus obscur, le plus secret, ou le plus mal connu des maréchaux de l'Empire ?

AIRAULT (Régis).

Fous de l'Inde. Délires d'Occidentaux et sentiment océanique.

Payot, 2000, in-8°, 227 pp, biblio, broché, bon état

AIRBEY (P., pseudonyme de Raymond BOISDÉ).

Commerce et lois sociales.

Angoulême, Edition Libréaliste, 1940, in-8°, 142 pp, broché, bon état (Série "Notre Paix", II)

AIRBEY (P., pseudonyme de Raymond BOISDÉ).

Commerce et lois sociales.

Angoulême, Edition Libréaliste, 1940, in-8°, 142 pp, reliure demi-chagrin bordeaux, dos à 4 nerfs soulignés à froid, couv. conservée (rel. de l'époque), bon état (Série "Notre Paix", II). Exemplaire de l'auteur, avec ses initiales en queue

AIRBEY (P., pseudonyme de Raymond BOISDÉ).

Contrecommune.

Angoulême, Edition Libréaliste, 1940, in-8°, 146 pp, broché, dos lég. abîmé, état correct (Série "Notre Paix", I)

AIRBEY (P., pseudonyme de Raymond BOISDÉ).

Contrecommune.

Angoulême, Edition Libréaliste, 1940, in-8°, 146 pp, reliure demi-chagrin bordeaux, dos à 4 nerfs soulignés à froid, couv. conservée (rel. de l'époque), bon état (Série "Notre Paix", I). Exemplaire de l'auteur, avec ses initiales en queue

AIRBEY (P., pseudonyme de Raymond BOISDÉ).

Paysans de l'avenir.

Angoulême, Edition Libréaliste, 1940, in-8°, 123 pp, broché, bon état (Série "Notre Paix", III)

AIRBEY (P., pseudonyme de Raymond BOISDÉ).

Paysans de l'avenir.

Angoulême, Edition Libréaliste, 1940, in-8°, 123 pp, reliure demi-chagrin bordeaux, dos à 4 nerfs soulignés à froid, couv. conservée (rel. de l'époque), bon état (Série "Notre Paix", III). Exemplaire de l'auteur, avec ses initiales en queue

Air France.

L'Afrique Noire économique, touristique et documentaire.

Air France, 1954, in-12, 112 pp, 14 photos et 9 cartes, la plupart pleine page, biblio, agrafé, bon état

Rare plaquette éditée par Air France en 1954 : 1. Le marché africain. 2. Voyages d'affaires et d'agrément en Afrique noire. 3. Documentation générale.

AJALBERT (Jean).

Beauvais.

Albert Morancé, 1927, pt in-8°, 73 pp, un frontispice et 30 planches de gravures hors texte, broché, couv. illustrée, bon état

Bel historique de la Manufacture nationale de tapisserie de Beauvais. Les années 1920-1930 sonnent le renouveau de la manufacture, sous l'impulsion de son directeur de 1914 à 1935, Jean Ajalbert, académicien Goncourt, qui fit préparer de nouveaux cartons à partir d’œuvres de grands peintres de son temps, notamment Raoul Dufy.

AJALBERT (Jean).

Beauvais Basse-Lisse, 1917-1933.

Denoël et Steele, 1933, gr. in-8°, 379 pp, 150 photographies sur 112 planches hors texte (et non 108 comme indiqué sur la page de titre), broché, bon état. Edition originale, ex. du SP, envoi a.s.

Très important historique de la Manufacture nationale de tapisserie de Beauvais par Jean Ajalbert (1863-1947), académicien Goncourt, conservateur de la Manufacture de 1917 à 1935, qui redonna à celle-ci un renouveau dans les années 1920-1930 en faisant préparer de nouveaux cartons à partir d'oeuvres de grands peintres de son temps, notamment Raoul Dufy. La basse-lisse se caractérise par l'utilisation d'un métier horizontal. — "Ce « volume monumental », écrit avec une « verve passionnée » (Le Temps), fait, à l'appui de très nombreuses photographies, « le récit souvent passionnant et souvent cocasse des luttes compliquées, tenaces, voire saugrenues que livre un homme dévoué à la gloire d'un beau métier et décidé à lui conquérir une nouvelle place dans la vie moderne » (Mercure de France). La défense et illustration d'un art qui est aussi un artisanat à l'épreuve de la standardisation." (Boudrot, 70) — "Beauvais, basse-lisse n'est pas seulement une histoire sèche et analytique de la grande manufacture que dirige M. Jean Ajalbert. C'est surtout le récit piquant et spirituel de la fonction de conservateur qui échut à l'auteur d'Auvergne, en 1917. Ce ne fut pas une sinécure comme se l'imaginent trop souvent des personnes ignorantes et qui ont la naïveté de croire qu'un directeur, un conservateur de manufacture ou de musée n'a qu'à s'asseoir dans son fauteuil directorial et, en fin de mois, passer à la caisse de l'Etat toucher des appointements qu'ils présument fastueux. Que ces gens-là – et ils sont légion – lisent le beau livre que M. Jean Ajalbert vient de consacrer à l'administration de la manufacture de Beauvais de 1917 à 1933. Ils y verront que tout n'est pas rose, dans cette carrière, lorsqu'on veut redonner la vie à une oeuvre qui semblait morte, parce que routinière, mesquine, tracassière. Si M. Jean Ajalbert a surmonté tous ces obstacles, c'est non pas seulement par son talent, sa puissante intelligence. son ardeur au travail, mais aussi par son esprit, sa bonne humeur, son sourire et son ironie. feront beaucoup mieux. Si étranger que je sois à l'art de la manufacture de Beauvais, je n'ai pu m'empêcher de souscrire à la défense qu'en a présentée Jean Ajalbert. Dieu seul sait les bâtons que l'Ad-mi-nis-tra-tion lui mit dans les roues. Jean Ajalbert en triompha avec le sourire. Ne se tenant jamais pour battu. Récidivant jusqu'à gain de cause..." (L'Express du Midi, 10 octobre 1933)

AJALBERT (Jean).

Dix années à Malmaison, 1907-1917.

Flammarion, 1920, in-12, 360 pp, préface par Léon Bérard, broché, dos recollé, papier jauni, état moyen

"Le 1er mai 1907, Jean Ajalbert prend le poste de conservateur du « palais impérial » de Malmaison où, dit-il, « il n’y a rien à conserver ». Après l’achat de Malmaison par D. Iffla-Osiris en 1896 et le bref passage du premier conservateur, Pallu de la Barrière, la nomination d’Ajalbert est la deuxième chance de résurrection du château. Il est en poste grâce à l’amitié d’Aristide Briand alors ministre de l’Education. Il y fera merveille. Dans ce livre, Ajalbert raconte sa vie de conservateur. Le récit aurait pu être sérieux, technique mais Ajalbert a l’art de transformer des situations ordinaires ou irritantes en histoires drôles et parfois burlesques. Il trace avec passion ou énervement le portrait des gens qu’il rencontre. Il a de brefs moments de découragement, mais il rebondit et repart à l’attaque ! Il est courageux et il le fallait…on s’en aperçoit en lisant quelques passages écrits lors de son entrée en poste : « Dès mon arrivée, en 1907, je dus constater le pénible état des lieux. Le public s’esclaffait à l’aspect minable du jardin et du parc. De quatre hectares, deux étaient interdits aux promeneurs. Ils étaient affectés, en partie aux potagers, poulaillers et cabanes à lapins, des hommes de service et du surveillant militaire – zone sordide et puante derrière un treillage dépenaillé, qui la sépare du terrain vague où l’on avait creusé aux fins d’y bâtir le musée Osiris. En attendant, les habitués du dimanche y vidaient des litres en consommant la charcuterie dominicale. Pour le reste, c’était une exploitation maraîchère à l’usage exclusif du jardinier chef, qui n’était, naturellement, pas un jardinier »..." (D. Marie-Vignal, Bulletin de la société historique de Rueil-Malmaison)

AJALBERT (Jean).

L'Auvergne. Illustrations de A. Montader.

P., Librairies-Imprimeries Réunies, 1896, in-4°, xii-362 pp, 300 illustrations dans le texte, dont 5 à pleine page, 4 cartes hors texte, reliure percaline vermillon de l'éditeur, titres et filets dorés au 1er plat et au dos, couv. illustrée conservée, qqs défauts à la reliure (coiffes lég. abîmées, un mors décousu sur 4 cm), bon exemplaire. Edition originale

Très nombreuses illustrations de Alfred Montader. L'ouvrage de référence sur l'Auvergne du XIXe siècle.

AJALBERT (Jean).

Mémoires sur une tombe. Les amants de Royat. Général Boulanger, Mme de Bonnemains.

Albin Michel, 1939, in-8°, 338 pp, 8 pl. de gravures hors texte et 3 dessins dans le texte, biblio, broché, couv. illustrée, état correct

Le général Boulanger et sa liaison amoureuse avec Madame de Bonnemains.

AJAM (Maurice, député).

Problèmes algériens (Impressions de voyage) : L'arabophilie, le nationalisme musulman, le colonat et l'indigénat, la francisation de l'Algérie, l'autonomie algérienne, l'administration indigène, le conflit des races, la question de l'Ouenza.

P., Emile Larose, 1913, in-12, xv-211 pp, préface de M. Joseph Caillaux, index bibliographique, broché, non coupé, bon état

"Chargé par une commission parlementaire d'un rapport sur l'Ouenza , l'auteur vint étudier la question sur place et « découvrit » l'Algérie . Il fit part de sa de sa découverte aux lecteurs de la France et de la Petite Gironde. Ce livre est le recueil de ces articles opposés au sentimentalisme en politique coloniale, à la métaphysique et à la logique abstraites ; il est avec les colons contre les arabophiles ; il examine un certain nombre de questions relatives aux indigènes , aux théories humanitaires soutenues à leur sujet, à l'autonomie économique, etc." (Tailliart, L'Algérie dans la littérature française, 2896)

ALAIME (Raymond).

Correspondance d'un artilleur mathématicien prisonnier au camp de Plauen (Saxe), 1940-1943.

Ives Rauzier, 2017 in-8°, 248 pp, un portrait en frontispice, 12 photos et 38 fac similés dans le texte, broché, couv. illustrée, bon état

Lorsque la guerre éclate, Raymond Alaime, professeur de mathématiques, doit rejoindre son régiment d’artillerie. Il entame une correspondance régulière avec son épouse. En mai 40, après quelques combats dans les Ardennes, Raymond doit abandonner sa pièce d’artillerie. Le 15 mai, il est fait prisonnier. De longues marches puis un train, le conduisent au camp de Plauen. Une autre vie commence rythmée par le courrier, l'incertitude sur son sort et un climat très rigoureux. Cette correspondance est un témoignage riche sur la vie quotidienne d’un prisonnier militaire qui occupa un poste original au sein du camp de travail.

ALAIN.

Humanités.

PUF, 1960, in-12, 220 pp, notice bibliographique, reliure pleine percaline olive, ex-libris manuscrit sur une garde. Edition sur grand papier, un des 60 exemplaires numérotés sur vélin pur fil Lafuma Navarre.

ALAIN.

Suite à Mars. II. Echec de la force.

Gallimard, 1939, in-12, 316 pp, Edition originale sur papier d'édition

ALAIN [Emile-Auguste Chartier].

Correspondance avec Elie et Florence Halévy. Préface et notes par Jeanne Michel-Alexandre.

Gallimard, 1958, in-8°, 467 pp, 2 photos hors texte, index, broché, bon état. Edition originale, un des 58 exemplaires numérotés sur vélin pur fil Lafuma-Navarre, seul tirage en grand papier

Plus de 350 lettres adressées par Alain à Elie Halévy de 1892 à 1918. — Voici plus de trois cent cinquante lettres d'Alain, écrites au cours de près de cinquante années d'amitié inaltérable. Il n'est guère de sujet, grand ou petit, de préoccupation philosophique, politique, historique, pédagogique, personnelle, qui n'y soit abordé... Alain écrivait à Halévy : «J'aurais bien volontiers un discours de quelques jours et de quelques nuits avec toi. Réellement, je ne vois pas une autre créature de qui je puisse penser une chose pareille.» Les éditeurs déplorent à propos de ce livre une double carence. La première est l'absence des lettres d'Élie Halévy à Alain, détruites pendant la guerre de 1939, à l'exception de quatre ou cinq. La seconde est l'espèce d'oubli où est tombé l'ami d'Alain. «Le nom d'Alain est devenu célèbre, écrivent-ils, mais devant ce livre beaucoup ne seront pas sans se demander : qui donc a été Élie Halévy?» On répond à cette question en consacrant une part de l'introduction à ÉIie Halévy, puis en plaçant en guise de préface quelques fragments de son Journal d'adolescence, et en appendice un certain nombre de ses lettres à d'autres de ses amis qu'Alain. Par ce travail de restauration littéraire, Élie Halévy est présent en ce livre. Mais il l'est surtout grâce au contact si direct et si fort entre les deux amis, qui permet souvent, à travers les lettres d'Alain, de deviner questions et réponses et d'entendre presque la voix de celui à qui elles sont destinées. On découvrira ici un peu de ce comportement quotidien d'Alain, quelques-unes de ses réactions aux événements privés qu'il a exclues délibérément de l'Histoire de mes pensées par le refus de «se raconter». Plus profondément, ce livre s'offre comme un puissant témoignage sur deux hommes pensants, deux hommes que leur grandeur a faits, malgré tant de différences, également solitaires et secrets... — "Cette correspondance contient principalement des lettres d'Alain, presque toutes les lettres d'Elie Halévy ayant disparu. Jusqu'à 1914 (pp. 25-138). il est surtout question de philosophie. Pendant la période de guerre (pp. 138-258). le canonnier Alain décrit minutieusement sa vie ; il s'indigne contre Barrés, et les aumôniers galonnés, il apprécie peu la hiérarchie militaire, voit dans “Le Feu” de Barbusse un « livre d'officier ». et écrit : « Le mal le plus sensible à la guerre, c'est l'esclavage ». Ouant aux textes allant de 1918 à 1937, date de la mort d'Halévy (pp. 258-317), ils ne manifestent pas tous une éqale clairvoyance. C'est ainsi au'Alain écrit le 2 mai 1936 : « Je ne cesse de demander ce colmataqe à l'Ouest (sic) selon la liqne belge et française, ligne que l'on oeut rendre inviolable (par la fragilité propre aux colonnes motorisées) ». De Blum il dit : « J'aimerais mieux un Combes, mais i'aime bien Blum et ses collaborateurs: tous ils me semblent naïfs et propres »." (Revue française de science politique, 1958)

ALAIN (Emile-Auguste Chartier, dit).

Les Cent Un Propos d'Alain. (2e série).

P., Edouard Cornély, 1910 in-8°, 236 pp, broché, couv. lég. salie, sinon bon état. Edition originale

Professeur de philosophie à Rouen, venu au journalisme à l'occasion des tumultes de l'affaire Dreyfus, c'est en 1906 qu'Alain commença à publier ses "Propos" dans la "Dépêche de Rouen", adoptant bientôt, après quelques hésitations, la formule du court article quotidien. Au moment de son engagement, en septembre 1914, il avait déjà écrit pour la "Dépêche" quelque 3000 propos. Rédigés dans un langage simple et concis, non dénué d’humour, ces chroniques inspirées par l’actualité et les événements de la vie quotidienne illustrent une pensée originale, positive et pratique, profonde et rigoureuse, et constituent l’une des œuvres les plus attachantes du XXe siècle. Ces “Cent un propos” furent publiés en cinq séries de 1908 à 1928, cette 2e série étant peu courante.

ALAIN (Emile Chartier, dit).

Souvenirs de guerre.

P., Paul Hartmann, 1952, in-12, 246 pp, une photo de l'auteur en uniforme en frontispice, index, reliure pleine toile bleue, pièce de titre basane carmin, couv. conservées, bon état

"Alain est le nom sous lequel écrit M. Chartier, professeur de philosophie, dont l'autorité dans le monde universitaire a été très grande. Il a exercé une action considérable sur ses élèves, dont plusieurs sont devenus célèbres. Nous avons affaire à un homme qui se pique de franchise et c'est ce qui donne du prix au volume que voici. (...) On y rencontre, chemin faisant, des idées justes, des observations précises et exactes, des anecdotes topiques, des conseils judicieux, des aperçus psychologiques d'une grande profondeur, des réflexions philosophiques dignes d'être méditées. Naturellement, le canonnier Chartier, devenu brigadier, et employé comme téléphoniste et météorologiste, n'a pu rien dire dans son livre qui soit de nature à nous éclairer sur l'art militaire. En revanche, il a pu récolter beaucoup de détails sur ce qui concerne le simple soldat, l'homme de troupe, et aussi sur le fonctionnement des rouages de la hiérarchie. Engagé volontaire à près de cinquante ans, jouissant d'une grande notoriété dans le monde des intellectuels, il a bénéficié d'une sorte de régime de faveur auprès de certains officiers – pas de tous –, il a vécu dans l'intimité de quelques-uns, et a pu ainsi se rendre compte de la façon dont s'opéraient la préparation des ordres, leur rédaction, leur transmission, la suite qui leur était donnée, comme aussi des mensonges contenus dans les rapports fournis par les subordonnés à leurs chefs..." (Emile Mayer, Revue militaire suisse, 1938)

ALAIN-FOURNIER.

Lettres à sa famille. Edition revue et augmentée.

Fayard, 1986, fort in-8°, 549 pp,

ALARY (Eric), Bénédicte Vergez-Chaignon, Gilles Gauvin.

Les Français au quotidien, 1939-1949.

GLM/Perrin, 2006, fort gr. in-8°, 850 pp, 32 pl. de photos hors texte, 3 cartes et 23 tableaux, notes, sources et biblio, index, cart. souple illustré de l'éditeur, bon état

Ce livre raconte la vie de millions d'anonymes choqués par la défaite, l'Occupation, puis marqués par les libérations et la longue attente des lendemains meilleurs. Il constitue aussi la première histoire systématique de tous les Français, ceux de la métropole et ceux de l'empire colonial – les premiers, obnubilés par le redressement et la modernisation ; les seconds, tiraillés entre misère au quotidien et rêves de liberté. Il fallait entrer dans les fermes, les cuisines, les paroisses, scruter les rues pour entrevoir de nouvelles formes de sociabilité ; il fallait comprendre comment les Français vivaient avec les occupants, puis avec les libérateurs, comment ils s'aimaient, se rencontraient, se cachaient, faisaient la fête, trafiquaient ; bref, comment ils affrontaient la vie et la mort en cette décennie qui marquait la fin d'une époque.

ALBA (André).

Le Moyen Age.

Hachette, 1957, in-8°, 350 pp, nombreuses gravures et cartes dans le texte et à pleine page, 4 pl. en couleurs hors texte, cart. éditeur, bon état (Manuel scolaire, classe de 5e)

ALBA (André).

Le Moyen Age.

Hachette, 1943, in-8°, 440 pp, très nombreuses gravures et cartes, cart. éditeur, bon état (Cours complet d'Histoire, Classe de quatrième, programmes du 5 août 1943)

ALBARET (Céleste).

Monsieur Proust. Souvenirs recueillis par Georges Belmont.

Laffont, 1973 gr. in-8°, 455 pp, 32 pl. de photos et documents hors texte, qqs fac-similés, index, broché, couv. illustrée à rabats, dos lég. passé, bon état (Coll. Vécu). Première édition (achevé d'imprimer du 31 août 1973)

Le témoignage bouleversant de la confidente de Marcel Proust. — Céleste Albaret fut la gouvernante et l'unique confidente de Marcel Proust pendant les huit années où il écrivit son chef-d'oeuvre – elle est d'ailleurs une des clefs du personnage de Françoise dans La Recherche. Jour après jour elle assista dans sa vie, son travail et son long martyre, ce grand malade génial qui se tua volontairement à la tâche. Après la mort de Proust en 1922, elle a longtemps refusé de livrer ses souvenirs. Puis, à quatre-vingt-deux ans, elle a décidé de rendre ce dernier devoir à celui qui lui disait : "Ce sont vos belles petites mains qui me fermeront les yeux." Par rapport aux centaines de livres publiés sur lui, ce que ce témoignage capital apporte, c'est l'image, unique de vérité, d'un Proust sortant de la plus fidèle des mémoires, celle du cœur, pour revivre parmi nous.

ALBERRO (Solange).

Les Espagnols dans le Mexique colonial. Histoire d'une acculturation.

Armand Colin, 1992, gr. in-8°, 131 pp, broché, bon état (Coll. Cahiers des Annales)

« C’est lentement qu’a germé l’idée de cette étude. Au cours de longues années de recherche et de réflexion sur le passé colonial du Mexique, et malgré des réticences de toutes sortes, s’est imposée à moi cette évidence : les Indiens n’ont pas été seuls à subir les conséquences bouleversantes de la Conquête et de la colonisation. Les « autres », c’est-à-dire les Espagnols, ont eux aussi vécu une aventure qui, pour être infiniment moins dramatique, fut bien loin de correspondre aux rêves qui habitaient les passagers des galions en partance pour l’Amérique. Une aventure qui devait culminer, trois siècles plus tard, avec l’avènement de nations nouvelles ». Voici donc l’autre versant de l’expérience coloniale : une histoire le plus souvent modeste, quotidienne, triviale, inscrite dans les gestes et dans la langue, dans les comportements, les goûts et les croyances ; par des chemins divers, entre les interdits et le jeu des pouvoirs, entre la passivité et les ralliements volontaires, au gré des situations et des relations sociales, elle aboutit à la constitution d’une identité créole originale.

ALBERT-CLEMENT (E.).

La vraie figure de Charlotte Corday. Que les légendes ont la vie dure !

Emile-Paul, 1936, in-8°, 318 pp, broché, bon état

ALBERTINI (J.-M.).

Les mécanismes du sous-développement.

Editions Ouvrières, 1967, pt in-8°, 343 pp, biblio, index, reliure toile gris clair, pièce de titre de maroquin rouge

ALBERT (Maurice).

Les Médecins Grecs à Rome.

Hachette, 1894, in-12, x-320 pp, quelques figures dans le texte, broché, bon état. Edition originale. Rare

Maurice Albert (1854-1907) fut l'un des premiers membres de l'Ecole Française de Rome. Ses travaux érudits comprennent sa thèse sur le Culte de Castor et de Pollux en Italie (1883), une édition d'Horace (1886), et cette étude sur les Médecins Grecs à Rome (1894). Il mourut prématurément en 1907.

ALBERT-PETIT (A.).

Ce qu'il faut connaître de la Rome antique.

P., Boivin et Cie, 1928, in-12, 159 pp, broché, C. de bibl., décharges de scotch, état correct

ALBERT-PETIT (A.).

Histoire de Normandie.

P., Boivin et Cie, 1911, in-8°, vii-256 pp, 16 pl. de gravures hors texte, broché, bon état (Coll. Les Vieilles provinces de France)

"Le volume de M. Albert-Petit est écrit par un historien très bien informé et qui, de plus, a le talent d'animer et de colorer tout ce qu'il touche. Son récit, très clair, très bien ordonné, fait admirablement ressortir le rôle de la Normandie à chaque moment de notre histoire, sous les premiers ducs, sous les Plantagenets, pendant la guerre de Cent ans, à l'époque des guerres religieuses, au temps de la Fronde, sous Louis XV, pendant la Révolution, et il suffit de lire le chapitre consacré à l'établissement des Normands ou celui sur la Normandie de Louis XI à Henri II pour voir avec quelle précision M. Albert-Petit connaît les problèmes que soulève l'histoire de Normandie." (Gabriel Monod, Revue Historique, 1911) — "Il faut féliciter M. Alb. Petit de sa tentative de nous donner, sans appareil d'érudition afin de la rendre accessible au grand public, mais avec une méthode irréprochable, une monographie d'hisloire de la Normandie. Son livre fait naturellement la plus large place à l'histoire du moyen âge ; et, jusqu'aux trois quarts de l'ouvrage, il n'est question que de l'invasion puis de la conquête normandes. Toutefois cinq chapitres se réfèrent à l'époque moderne, et un à l'histoire de la Révolution. Seize planches hors texte illustrent ce manuel très vivant, qu'on accueillera avec faveur". (Roger Lévy, Annales révolutionnaires, 1911)

ALBERT (Pierre).

La Presse.

PUF, 1985, in-12, 126 pp, biblio (Coll. Que Sais-Je ?)

ALBERT-ROULHAC (Georges).

Les vieux hôpitaux français. Le Val de Grâce.

Lyon, Laboratoires Ciba, 1939, in-8° carré, 46 pp, 23 gravures et photos dans le texte et à pleine page, cartonnage illustré de l'éditeur, dos lég. abîmé, bon état (Les Vieux hôpitaux français, VI)

ALBISTUR (Maïté) et Daniel ARMOGATHE (dir.).

Histoire du féminisme français du moyen âge à nos jours.

Editions des Femmes, 1977, gr. in-8°, 508 pp, biblio, index, broché, couv. illustrée lég. défraîchie, soulignures crayon et surlignures stabilo sur qqs pages, état correct

"Quinze siècles de l'histoire d'une protestation aussi ancienne que la pensée, une histoire tour à tour sereine et passionnée, grave et légère, besogneuse et festive, une histoire arrachée aux pesanteurs des mythes, des doutes et de la mauvaise foi..." (M.A. et D.A.) — "Cette histoire du féminisme ne cache pas ses liens avec le Mouvement de libération des femmes et est éditée sous l'égide des Editions des Femmes. Son originalité vient de ce qu'elle offre un panorama continu permettant d'envisager l'histoire du féminisme dans sa longue durée. Le livre, riche de références littéraires et culturelles, se caractérise par une sensibilité aiguë envers tout ce qui touche à l'imaginaire collectif sur les femmes ; il offre un tableau particulièrement complet pour les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles (qui occupent plus de deux cents pages sur cinq cents). En outre court comme un fil conducteur à travers cette histoire l'idée que la lutte des sexes ne recouvre pas exactement la lutte des classes." (Nicole Racine-Furlaud, Revue française de science politique, 1981)

ALBISTUR (Maïté) et Daniel ARMOGATHE (dir.).

Histoire du féminisme français du moyen âge à nos jours.

Editions des Femmes, 1977, gr. in-8°, 508 pp, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

"Quinze siècles de l'histoire d'une protestation aussi ancienne que la pensée, une histoire tour à tour sereine et passionnée, grave et légère, besogneuse et festive, une histoire arrachée aux pesanteurs des mythes, des doutes et de la mauvaise foi..." (M.A. et D.A.) — "Cette histoire du féminisme ne cache pas ses liens avec le Mouvement de libération des femmes et est éditée sous l'égide des Editions des Femmes. Son originalité vient de ce qu'elle offre un panorama continu permettant d'envisager l'histoire du féminisme dans sa longue durée. Le livre, riche de références littéraires et culturelles, se caractérise par une sensibilité aiguë envers tout ce qui touche à l'imaginaire collectif sur les femmes ; il offre un tableau particulièrement complet pour les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles (qui occupent plus de deux cents pages sur cinq cents). En outre court comme un fil conducteur à travers cette histoire l'idée que la lutte des sexes ne recouvre pas exactement la lutte des classes." (Nicole Racine-Furlaud, Revue française de science politique, 1981)

[ALBON, Marquise d'].

Les Olivier, échevins de Lyon. Tableaux généalogiques et filiation.

Lyon, Paul Legendre, 1904, in-plano (45 x 65), texte sur 2 colonnes, (6) ff., 74 coll., et 30 tableaux généalogiques hors-texte à double page ; cet armorial regroupe quelque 400 blasons gravés ; les 30 tableaux généalogiques, dont une grande partie sont à double page, sont tous imprimés en rouge et noir et montés sur onglets, reliure demi-toile chocolat, pièce de titre basane brune, bords des plats un peu abîmés, sinon bon état. RARISSIME ouvrage tiré à seulement 50 exemplaires numérotés à la presse

"Ouvrage composé de 37 pages de texte (liste générale de tous les noms de familles cités dans les tableaux généalogiques, avec leur blasons dessinés) et de trente tableaux généalogiques (la plupart sur double-page), traitant des familles Olivier, Brossier de Bessenay et de la Roullière, d'Albon, Talleyrand, Montmorency, Perrichon et Bollioud des Granges. Ouvrage fort rare." (Saffroy, III, 46856)

ALBRECHT (Mireille).

La grande figure féminine de la Résistance : Berty.

Laffont, 1986 gr. in-8°, 349 pp, 8 pl. de photos hors texte, broché, bon état

Racontée par sa fille Mireille, voici l'histoire de Berthie Albrecht, dite Berty. Fille de protestants installés à Marseille, elle devient de 1935 à 1939, une ardente militante anti-nazie et anti-fasciste. En 1940, elle organise, à Lyon, avec son ami Henri Frenay, le mouvement Combat. Plusieurs fois arrêtée par la police de Vichy, elle échappe à la déportation. Arrêtée par la Gestapo en mai 1943, elle meurt dans la prison de Fresnes le 6 juin. Faite Compagnon de la Libération à titre posthume, elle repose dans le mémorial du Mont Valérien.

[Album de la Pléiade] – COLETTE.

Album Colette. Iconographie choisie et commentée par Claude et Vincenette Pichois.

Gallimard, 2001, in-12, 322 pp, 508 illustrations, index, reliure plein cuir éditeur, jaquette, rhodoïd, bien complet de son emboitage cartonné, parfait état (Coll. Bibliothèque de la Pléiade). Edition originale hors commerce. Riche iconographie

[Album de la Pléiade] – Nouvelle Revue Française.

Un siècle NRF. Iconographie choisie et commentée par François Nourissier.

Gallimard, 2000, in-12, 374 pp, 459 illustrations, rel. plein cuir éd., rhodoïd, bien complet de son emboitage illustré. Edition originale hors commerce. Riche iconographie (Coll. Bibliothèque de la Pléiade). En parfait état

[Album de la Pléiade] – PASCAL.

Album Pascal. Iconographie réunie et commentée par Bernard Dorival.

Gallimard, 1978, in-12, 204 pp, 358 illustrations, index, reliure plein cuir éditeur, demi-jaquette papier, rhodoïd, très bon état (Coll. Bibliothèque de la Pléiade). Edition originale hors commerce. Riche iconographie

[Album de la Pléiade] – THEATRE CLASSIQUE.

Album Théâtre classique. La vie théâtrale sous Louis XIII et Louis XIV. Iconographie réunie et commentée par Sylvie Chevalley.

Gallimard, 1970, in-12, (10)-325-(17) pp, 525 illustrations, index des illustrations et des noms cités, tiré sur hélio mat Arjomari, reliure plein cuir souple doré à l'or fin de l'éditeur, jaquette illustrée, rhodoïd, bon état (Coll. Bibliothèque de la Pléiade). Neuvième Album de la Pléiade. Edition originale hors commerce. Riche iconographie

"Dans cet Album où Corneille, Molière et Racine occupent les cimes, la forêt tient une grande place. Bien des auteurs sont cités, ignorés des livres de littérature, bien des comédiens, vers qui ne monte plus le "brouhaha" du succès. Tous eurent leur heure ; tous participèrent, parfois très utilement, à la riche vie théâtrale du XVIIe siècle, et jouèrent leur rôle dans cette bataille exaltante chaque soir recommencée dont le théâtre est le champ. À travers 525 images et documents dont un grand nombre sont inédits, j'ai tenté de faire revivre leurs travaux et leurs peines, leurs échecs et leurs triomphes." (Sylvie Chevalley)

ALBUQUERQUE (Luis de).

O Livro de Marinharia de Manuel Alvares. Introduction by Armando Cortesão.

Lisboa (Lisbonne), 1969, in-4°, 107 pp, 13 gravures, reliure toile éditeur, jaquette. Edition critique (en portugais) de ce classique de la navigation (publié vers 1525-1550). Introduction en anglais. (Agrupamento de estudos de cartografia antiga)

ALBUQUERQUE (Luis de).

Os Guias Náuticos de Munique e Evora. Introduction by Armando Cortesão.

Lisboa (Lisbonne), 1965, in-4°, 290 pp, biblio, index, reliure toile éditeur, jaquette

Edition critique (en portugais) de ces deux manuels de navigation, dits "de Munich" et "d'Evora" et publiés vers 1516. Introduction en anglais. (Agrupamento de estudos de cartografia antiga)

ALDRED (Cyril).

Akhenaton, le pharaon mystique.

Tallandier, 1973, gr. in-8°, 271 pp, 17 illustrations en couleurs, 120 photos et illustrations en noir, 6 dessins, biblio, index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état

ALDRED (Cyril).

Les Egyptiens. L'empire des pharaons.

Armand Colin, 1986, in-8°, 255 pp, 107 photos, figures, cartes et plans, glossaire, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Civilisations)

ALECHINSKY (Pierre).

Ensortileges.

Montpellier, Fata Morgana, 1984, in-8°, 96 pp, broché, couverture rempliée imprimée en rouge et noir. Edition originale illustrée par l'auteur, tirage limité à 900 exemplaires, celui-ci un des 725 sur papier vergé teinté, qqs petites salissures sur la couverture, cachet ex-libris

ALEM (Jean-Pierre).

Enfantin, le prophète aux sept visages.

P., Jean-Jacques Pauvert, 1963, pt in-8°, 229 pp, 12 pl. de gravures hors texte, broché, couv. lég. salie, bon état

Bon ouvrage sur l'école saint-simonienne et le « Père Enfantin ». — "Portrait-souvenir d'Enfantin, si l'on veut, cet ouvrage évoque, textes à l'appui, la paradoxale personnalité du pape saint-simonien. Les divers aspects de sa pensée, souvent peu différenciable de celle de l'Eglise saint-simonienne, sont évoqués, ainsi que le mélange de sublime et de grotesque qui caractérise son comportement personnel. La pensée religieuse d'Enfantin est exposée en un chapitre à part, qui ne fait peut-être pas assez corps avec le développement général. L'évolution intellectuelle qui aboutit à faire d'Enfantin le chef d'une « Eglise » est brièvement abordée." (F.-A. Isambert, Archives de sociologie des religions, 1964)

ALEM (Jean-Pierre).

L'espionnage. Histoires, méthodes.

Charles-Lavauzelle, 1987, fort in-8°, 466 pp, broché, bon état

ALEM (Jean-Pierre).

L'espionnage à travers les âges.

Stock, 1977, fort in-8°, 513 pp,

ALENGRY (Franck).

Psychologie et Education. I. Leçons de Psychologie. II. Applications à l'Education.

P., Librairie d'Education Nationale, s.d. (1906), fort in-8°, xii-368 et ix-299 pp, biblio, reliure demi-toile chagrinée taupe, dos lisse avec titres dorés et filets à froid (rel. de l'époque), bon état

Manuels destinés aux élèves des Ecoles normales (cours de 1ère année, programmes du 4 août 1905), ici reliés ensemble dans une élégante reliure de l'époque. — "... il faut louer comme il le mérite, le travail de M. Alengry, et lui savoir gré des efforts consciencieux pour exposer, sous une forme élémentaire, succincte et pourtant très vivante, les résultats les plus essentiels et les plus suggestifs de la science psychologique. A ce point de vue, on peut laisser de côté le volume de Pédagogie, qui, en dehors de quelques études curieuses (sur les jeux des enfants en particulier) ne renferme rien de bien saillant. Au contraire, le volume de Psychologie contient un certain nombre de chapitres fort intéressants sur l'intelligence. On y trouve des indications très exactes et très profondes sur les principales opérations de l'esprit (association des idées), et, au lieu de la description classique de l'entendement, un tableau très remarquable de l'activité intellectuelle..." (Revue de métaphysique et de morale)

ALERME (Colonel).

Stratégie anglaise.

Editions du centre d'études de l'Agence Inter-France, 1942, in-12, 304 pp, broché, bon état

Par le chroniqueur militaire de "Je Suis Partout". Né en 1878, Michel Alerme est admis à Saint-Cyr en 1897, il opte pour les Troupes coloniales à sa sortie et fait longuement campagne en Outre-Mer (Chine, Tonkin, Cochinchine, Madagascar, Afrique-Occidentale française et Mauritanie). En parallèle à sa carrière, il est chroniqueur militaire à L’Action française, directeur de l’Écho national d’André Tardieu. Cofondateur avec Dominique Sordet de l’Agence de presse Inter-France regroupant tous les journaux de la collaboration, Michel Alerme la préside jusqu’en 1944. Il se présente publiquement comme un militant antisémite et collaborationniste... Dans le monde de la collaboration, on tâchait de décrypter ce qu'allaient faire les Alliés, non sans œillères. Achevé à Paris le 25 août 1942, à la veille du débarquement anglo-américain en Afrique du Nord, ce livre sera rapidement démenti par les faits. Pour Rebatet, le colonel Alerme était pourtant "l'un des plus infaillibles prophètes que j'ai connu". Marcel Déat, lui, écrivait du colonel Alerme que c'était un "esprit original et toujours en mouvement" En 1944, après la chute du gouvernement de Vichy, il sera recherché et poursuivi mais réussira à se cacher. Il meurt à Paris en 1949 sans avoir été capturé.

ALETHEIA n° 5.

Qu'en est-il du nihilisme ? ou : style de vie, de mort, de pensée.

P., Aletheia, 1966, gr. in-8°, 112 pp, broché, 4 lignes soulignées sur une page, bon état

Etudes de Kostas Axelos, François Châtelet, Jean-Pierre Cotten, Jean-Claude Quirin, Jean-Michel Rey, Georges Sebbag, Pierre Verstraeten (sur Lucien Sebag), textes de Francine Combelle, poèmes d'Edwin Guerard.

ALEXANDRE (Arsène).

Histoire de la peinture militaire en France. Ouvrage orné de 71 gravures.

P., Henri Laurens, s.d. (1889), in-8°, 332 pp, 71 gravures dans le texte et à pleine page, reliure demi-basane fauve, dos à 4 nerfs filetés, pièce de titre chagrin carmin, tête doré, mention "Lycée Hoche (Versailles)" dorée au 1er plat (rel. de l'époque), coins émoussés, bon état (Bibliothèque d'histoire et d'art)

ALEXANDRE (Bernard).

Le Horsain. Vivre et survivre en Pays de Caux.

Plon, 1988, in-8°, 554 pp, 39 photographies hors texte, 17 illustrations, une carte et un index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée (très lég. abîmée), bon état (Coll. Terre humaine)

Le témoignage poignant et plein d'humour d'un curé – qui est de surcroît un merveilleux conteur – sur la vie sociale de la Haute-Normandie profonde. Qui nous baptisera ? Qui nous mariera ? Qui nous enterrera donc demain ? Les derniers curés vont disparaître dans les campagnes... "Métier d'curé, métier foutu !" comme l'annonçait déjà rudement un berger cauchois au jeune abbé Bernard Alexandre qui allait rejoindre sa première paroisse – qu'il ne devait plus quitter depuis : Vattetot-sous-Beaumont. Ce livre est son témoignage. Bernard Alexandre, inlassablement, a tenté de faire "entendre" à ses paroissiens la parole du Christ. Ceux-ci n'ont cessé d'opposer à leur curé une résistance souveraine... "Eglisiers", les Cauchois ne demandent guère plus à leur curé que d'être un bon sacristain ; eux, s'accrochent de toutes leurs forces à leurs traditions : "A toujou été comm'cha..." Est-ce parce qu'ils savent inconsciemment que ces traditions qui plongent leurs racines dans des rites païens ont, en eux, des résonances essentielles ? Que leur sagesse consiste, comme tant de sociétés traditionnelles, à refuser de se poser des questions sur le plan du sacré, de crainte de ne pas leur trouver de réponse ? De crainte, surtout, de perdre leur foi et que ne s'écroule un édifice religieux et, avec lui, l'ensemble de la société auxquels leur destin est lié ? Bernard Alexandre sait qu'il ne sera pas remplacé faute de vocations sacerdotales assez nombreuses. Il assiste au déclin de l'Eglise traditionnelle ; il espère de tout son coeur en une nouvelle Eglise plus restreinte, mais combattante, s'appuyant sur des laïcs responsables, agissant dans l'esprit des premiers chrétiens de l'Eglise primitive. Ce livre n'est pas seulement un poignant témoignage. C'est aussi le regard attentif, privilégié et, souvent, plein d'humour d'un homme – qui est de surcroît un merveilleux conteur – sur la vie sociale de la Haute-Normandie profonde. Il jette sur cette province une lumière différente de celle de Maupassant, d'une acuité et d'une pénétration qu'il ne sera plus possible d'oublier.

ALEXANDRE-BIDON (Danièle) et Didier LETT.

Les Enfants au Moyen Age, Ve-XVe siècles.

Hachette, 1997, in-8°, 280 pp, 8 pl. de gravures hors texte, notes, glossaire et biblio, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. La Vie quotidienne)

En mille ans de Moyen Age, le sentiment de l'enfance a évolué et l'enfant a trouvé une place centrale dans la société chrétienne. Ce livre entend donner une image plurielle de l'enfance médiévale : non seulement l'enfance noble ou heureuse, mais aussi celle des plus nombreux, les paysans, les artisans, sans oublier les pauvres et les victimes de la violence adulte. La famille médiévale apparaît sous un jour nouveau : le rôle majeur du père et des aîné(e)s, longtemps sous-estimé au profit de celui de la mère, retrouve sa juste place ; l'adolescence, mal connue jusqu'alors, est prise en considération. Conséquence de la forte mortalité, la famille est fréquemment recomposée : l'enfant grandit souvent avec des beaux-parents, des familles d'accueil remplacent parfois la famille naturelle car la circulation des jeunes est de règle, qu'ils partent au monastère, en apprentissage, au collège ou en voyage... L'histoire de l'enfance sort enfin des langes.

[Alexandre le Grand].

Engravings [of] Alexander the Great from Pella to Asia.

Athènes, Eurodimension, 1998, gr. in-4°, 45 planches imprimées sur vélin crème sous chemise papier bordeaux imprimée or au 1er plat, l'ensemble sous étui carton, bon état

Superbe ouvrage. Les gravures des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles sont particulièrement bien reproduites. – Détail : Une planche de titre, 2 planches de présentation (en grec) et 4 planches avec les légendes des gravures (titres des gravures en anglais et légendes en grec), suivi de 46 gravures reproduites sur 37 planches (dont 3 cartes de 1595, 1811 et 1680-1700 reproduites en couleurs sur doubles planches).

ALEXANDRE (Philippe) et Béatrix de l'AULNOIT.

La Dame des 35 heures.

Laffont, 2002, in-8°, 193 pp, broché, bon état

Pamphlet mordant sur une femme politique ambitieuse : Martine Aubry. Son rôle au sein du Parti socialiste, son bilan au gouvernement, ses relations avec Pierre Mauroy, D. Strauss-Kahn, le baron Seillière, son élection à la mairie de Lille, etc.

ALEXANDRE (Philippe) et Béatrix de l'AULNOIT.

La Dernière Reine. Victoria, 1819-1901.

Laffont, 2000, gr. in-8°, 422 pp, 16 pl. de gravures en noir et en couleurs hors texte, 3 tableaux généalogiques, broché, couv. illustrée, bon état

Il y a cent ans, la reine Victoria mourait et entrait dans la légende comme une petite dame obèse et impérieuse. Son nom symbolise un siècle d'hypocrisie, d'austérité sourcilleuse, de chasteté puritaine. Le moment est venu de corriger le mythe d'une Victoria « victorienne ». La reine du plus grand empire depuis la Rome antique, la grand-mère de l'Europe, la souveraine de la révolution industrielle était une femme sensuelle qui aimait les hommes beaux, les soldats en uniforme, les Écossais en kilt, les Indiens en turban. Meilleure danseuse du royaume, elle raffolait des bals qui se terminaient à l'aube, elle ajoutait du whisky à son thé, apprenait l'Italien en chantant du bel canto. Séduite par les couleurs de la Méditerranée, elle lança la Côte d'Azur. Aux lords, elle préférait ses serviteurs simples et bons. Son peuple l'appelait « la reine républicaine ». Mais à quarante-deux ans, devenue veuve, elle respecta aveuglément les principes luthériens d'Albert, son prince allemand, qu'elle avait aimé jusqu'à la folie. C'est une Victoria ardente et violente que fait revivre cette biographie sans révérence.

ALEXANDRIAN (Sarane).

Histoire de la philosophie occulte. Gnose. Kabbale. Arithmosophie. Alchimie. Arts divinatoires. Médecine hermétique. Exploration de l'invisible. Magie sexuelle.

P., Seghers, 1983, gr. in-8°, 390 pp, index, broché, bon état. Edition originale

La philosophie occulte unit l'ésotérisme, transmission de la tradition qui est au coeur secret des grandes religions, et l'occultisme, théorie générale des vertus secrètes des choses. Cette quête a pris des formes diverses selon les lieux et les époques : gnose, kabbale, alchimie, médecine universelle, mais elle se fonde toujours sur les mêmes bases et transmet ses secrets de génération en génération. S'appuyant sur une documentation de première main – anciens manuscrits de magie, traités métaphysiques, manuels de l'Inquisition, minutes de procès de sorcellerie –, ce livre offre, depuis les temps antiques jusqu'au monde moderne, les moyens de s'orienter dans le labyrinthe de ces doctrines mystérieuses.

ALEXANDROV (Victor).

La Mafia des SS.

Stock, 1978, in-8°, 340 pp, préface de Beate Klarsfeld, broché, bon état

"Le monde n'a jamais connu une organisation criminelle aussi efficace que la SS... A côté d'elle, la véritable Mafia fait figure de parent pauvre du crime. Car il s'agit bien de meurtres en masse et non pas d'actes isolés inspirés par un patriotisme exacerbé. Les assassinats commis par la SS se révèlent particulièrement sauvages et raffinés. Les victimes – des enfants, des vieillards, des femmes, des hommes – sont dénombrées et exécutées comme dans un abattoir par des tueurs, en comparaison desquels les tueurs de Chicago ne sont que des amateurs. (...) C'est la SS, en effet, qui a massacré à l'Est des millions de civils et qui est parvenue à rabattre et à exterminer six millions de Juifs dans l'univers concentrationnaire d'Auschwitz ou dans les fosses communes de Babi- Yar. « Sang, dureté », ainsi Himmler définissait-il l'homme SS dans son discours d'octobre 1943, à Poznan. Au-dessus des contingences politiques, la SS incarne fidèlement le mythe hitlérien ; elle exécute, en dehors de toute autorité autre qu'elle-même, les missions spéciales dont l'Etat hitlérien l'a chargée. (...) Victor Alexandrov ne décrit pas seulement avec lucidité l'histoire contemporaine et ses tragédies. Il l'a vécue, il la vit, souvent dangereusement..." (Beate Klarsfeld)

ALEXANDROV (Victor).

La vie d'Adolf Eichmann. Six millions de morts.

Plon, 1960, in-8°, 218 pp, broché, couv. illustrée lég. défraîchie, bon état

"Le procès qui s'est déroulé en Israël ne pouvait manquer de susciter une abondante littérature consacrée à Eichmann. Celui que V. A. appelle « le chef comptable du plus monstrueux génocide que l'histoire ait jamais connu » débuta très modestement « dans le rang » avant de rejoindre Heydrich et Himmler au sommet de la hiérarchie nazie. Son nom est désormais associé définitivement à la « solution finale » de la question juive, pour laquelle il n'a jamais manqué d'imagination. De la tragédie de Périgueux à celle de Budapest, de la piqûre de phénol au zyclon B, V. A. retrace les « exploits » d'Eichmann révélés par les services secrets israéliens." (Revue française de science politique, 1961)

ALEXINSKY (Grégoire).

La Russie révolutionnaire. Des émeutes de la Russie agraire à l'organisation stalinienne.

Armand Colin, 1947, in-8°, 266 pp, broché, soulignures crayon et stylo, papier jauni, état correct

"[le livre] est instructif. Sérieux, mesuré. Un peu froid et compassé. On regrette, à tort sans doute, qu'il ne soit pas véhément dans un sens ou dans l'autre. C'est que l'histoire d'une suite de révolutions demande à être servie chaude. (...) Bref rappel des antécédents révolutionnaires de la Russie contemporaine. Qualification des partis à l'origine : Menchéviks, Bolcheviks. Le premier Soviet. L'Etat soviétique. La doctrine étatiste de Lénine. Le caractère international de la Révolution soviétique. Les conquêtes matérielles. L'évolution : Staline. Les suites de la guerre. Voilà ce qu'on trouve dans ce livre sage, pondéré, nourri de faits et qui veut être « objectif ». On ne le lit pas par passion. Mais on s'y instruit. Il manque de vie, mais non pas de savoir ou de bon sens. Le malheur, c'est qu'il y a des sujets exaltants qui, d'avance, vous font souhaiter des histoires exaltantes. On trouve une histoire bien sage. Et certes la sagesse a son prix." (Lucien Febvre, Annales ESC, 1949)

ALEXINSKY (Grégoire, ancien député à la Douma).

La Russie moderne.

Flammarion, 1915, in-12, (8)-406 pp, nouvelle édition, complétée, reliure demi-percaline acajou, dos lisse, pièce de titre basane noire, fleuron et double filet dorés en queue (rel. de l'époque), bon état (Coll. Bibliothèque de Philosophie scientifique)

"M. Grégoire Alexinsky, ancien député à la Douma, a entrepris la tâche ardue de faire connaître son pays en un volume de moins de 400 pages. Son cadre était si vaste – aperçu général du développement historique de la Russie, les temps modernes, le pouvoir absolu, son organisation, ses ressources, la lutte politique, la question nationale et la question religieuse, la littérature et la poésie russes, les arts en Russie, – qu'il lui a été difficile de donner à cet aperçu toute l'ampleur qu'il méritait. Malgré cette brièveté voulue, son ouvrage donnera une idée assez nette de ce qu'est la Russie, vaste empire encore mal connu en Occident, où vivent côte à côte tant de races dont la mentalité est si éloignée de la nôtre." (R. Janin, Echos d'Orient, 1913)

[Algérie et Tunisie] – RICARD (P.).

Algérie, Tunisie.

Hachette, 1938, in-12, lxxxviii-518 pp, édition refondue et révisée par P. Ricard, 30 cartes et 37 plans (dont une carte dépliante in fine), index, reliure percaline bleue de l'éditeur, titres dorés au premier plat et au dos, encadrement à froid sur les plats, reliure défraîchie, intérieur propre, état correct (Coll. des Guides bleus)

Aperçu géographique ; Aperçu historique ; Algérie centrale ; Algérie occidentale ; Les Kabylies ; Algérie orientale ; Le Sahara français ; Tunisie septentrionale ; Tunisie moyenne ; Sud tunisien.

ALIBERT (Dominique), Jean-Claude Cheynet, Catherine de Firmas, Bruno Saint-Sorny, Vivien Prigent.

Chrétientés médiévales, VIIe-XIe siècle.

Editions Atlande, 1997, in-12, 287 pp, 3 cartes, chronologie, sources, biblio, glossaire, index, broché, bon état (Coll. Clefs Concours)

Manuel pour l'Agrégation et le CAPES. Tous les titres sont organisés autour d'une structure commune : 1) des repères : un rappel des faits qui constituent la trame événementielle de la question ; 2) Des synthèses sur les personnages et lieux qui jalonnent le sujet ; 3) Les grandes "thématiques", indispensables à la compréhension des enjeux de la question ; 4) Des outils méthodologiques : chronologie, cartes, glossaire, historiographie, sources et bibliographie ; 5) Un système de circulation entre les fiches et les références bibliographiques qui complètent l'index.

ALIBERT (François-Paul).

Terre d'Aude. Nouvelle édition. Avec une préface inédite de l'auteur.

Carcassonne, Librairie Louis Gally, s.d. (1928), in-8°, xvi-61 pp, reliure pleine feutrine verte, tête dorée, couv. et dos conservés, sous emboîtage. Bel exemplaire

ALIBERT (Louis).

Proverbes de l'Aude. Classés et mis en orthographe occitane par R. Chabbert.

Ed. Vent Terral, 1998, gr. in-8°, 250 pp, broché, bon état

ALIMEN (H.).

Préhistoire de l'Afrique.

Editions N. Boubée et Cie, 1955, fort gr. in-12, 578 pp, 155 figures dans le texte, 5 tableaux en dépliant, 25 planches en noir et 3 planches en couleurs hors texte, reliure pleine basane bleue, dos à 4 nerfs soulignés à froid, titres dorés (rel. de l'époque), dos lég. et uniformémént passé, un mors fendu sur 8 cm recollé, bon état. Edition originale, un des 100 ex. numérotés sur vélin Leykam (seul grand papier)

Par Henriette Alimen (1900-1996), paléontologue et géologue, directrice du laboratoire de géologie du quaternaire du CNRS. Cet ouvrage a été traduit en anglais (1957) et en russe (1961). — "L'auteur, professeur à l'Institut d'ethnologie de l'Université de Paris et ancien président de la Société préhistorique française, est bien connu par ses travaux de géologie tertiaire et quaternaire. Cet ouvrage représente un gigantesque effort de clarification et de mise en ordre de ce que nous connaissons de la préhistoire africaine, et, à ce titre seul, mériterait le respect. Mais le sujet est si vaste, si complexe, les corrélations entre les différentes parties du continent africain encore si fragiles que, malgré les qualités d'exposition de l'auteur, et les tableaux synoptiques bien faits, le lecteur, même spécialiste, a quelquefois du mal à ne pas se perdre. Cependant, malgré le fait que bien des conclusions peuvent être – et seront – discutées (l'auteur ne se le dissimule pas), cette synthèse a le grand mérite d'exister. En gros, l'ouvrage est divisé de la façon suivante : le premier chapitre porte sur le Maghreb et y sont étudiés tour à tour les cadres géologiques (plages marines, terrasses fluviales, dépôts de lacs et sources, formations éoliennes et pédologiques, faunes, déformations tectoniques, etc.) et les industries préhistoriques. Le deuxième chapitre porte sur la Tripolitaine et la Cyrénaïque, plus brièvement, le troisième sur l'Égypte. Viennent ensuite, avec une étude plus ou moins détaillée selon que ces régions sont plus ou moins bien connues, le Sahara et ses bordures méridionales, l'Éthiopie et la Somalie, l'Afrique orientale, l'Afrique occidentale, le bassin du Congo, le sud de l'Afrique et, pour mémoire, Madagascar où rien de véritablement « préhistorique » n'est connu. La deuxième partie traite des hommes préhistoriques africains : australopithécidés, restes humains du quaternaire ancien, ceux du quaternaire récent. La troisième partie porte sur l'art africain, la quatrième sur les mégalithes. La conclusion expose les problèmes de chronologie, un essai de corrélation avec l'Europe, une utile tentative de géographie humaine préhistorique africaine, et une brève étude des « grandes périodes créatrices » de la préhistoire africaine. Une bonne bibliographie figure après chaque chapitre. A la fin du volume se placent vingt-huit planches en noir ou en couleur, généralement bonnes, un index, une table des figures et une liste des tableaux. Dans l'ensemble, livre utile et à recommander." (F. Bordes, Revue Historique, 1957)

ALISON (Sir Archibald).

History of Europe from the fall of Napoleon in 1815 to the accession of Louis Napoleon in 1852. Vol. 8 seul.

Edinburgh, Blackwood, 1859, fort in-8°, 908 pp, reliure pleine toile violine de l'éditeur, titres dorés au dos, décor imprimé à froid au dos et sur les plats, coiffes abîmées, coins émoussés, état correct. Texte en anglais

Malgré son titre, l'ouvrage monumental d'Alison s'intéresse au monde entier. Le tome 8 (et dernier) concerne les guerres chinoises et indiennes (1841-1842), l'Inde (1842-1856), la France (1848-1852), l'Italie, l'Allemagne, la Belgique, le Danemark, la Prusse (1848-1850), la guerre en Hongrie et l'intervention russe (1849), etc.

ALIX (Pierre-Marie) et François BOIVIN.

Notice sur la commune de Sagy. Canton de Beaurepaire (Saône-et-Loire). I. Topographie, agriculture, population.

Marseille, Laffitte Reprints, 1982, in-8°, (10)-232 pp, 5 pl. d'illustrations hors texte et un plan dépliant in fine, reliure simili-cuir havane de l'éditeur, dos lisse, pièce de titre carmin, titres dorés au 1er plat, bon état. Réimpression tirée à 300 ex. seulement de l'édition de Louhans, 1901

"... La première partie, objet de ce volume, est consacrée à la description topographique très détaillée de Sagy et de ses hameaux et à la mise en lumière des considérations relatives à l'état du sol, la division de la propriété, l'agriculture locale, le commerce..., ainsi qu'au patois du pays, « le patois guenard », au noms de lieux et de famille. Elle offre au lecteur un réel intérêt..." (Lucien Guillemaut, préface) — La seconde partie de cet ouvrage n'a jamais été publiée.

ALLAINMAT (Henry).

Auschwitz en France. La vérité sur le seul camp d'extermination nazi en France : le Struthof.

Presses de la Cité, 1974, in-8°, 247 pp, 53 photos sur 24 pl. hors texte, 56 pages d'annexes, index, cart. éditeur, jaquette, bon état

Henri Allainmat a rencontré les survivants du Struthof. Il les a interviewés. Grâce à leur témoignage et à des documents de l'époque, il a reconstitué la vie au camp de Natzweiller, plus communément appelé le Struthof. On trouve dans les annexes une liste de décédés français à Natzweiler. — "L'auteur s'en réfère à Auschwitz parce que ce dernier camp est plus connu du grand public et que, bien que le crématoire et la chambre à gaz du Struthof soient du modèle artisanal à côté des installations perfectionnées d'Auschwitz qui, dans la phase finale, anéantissaient 4.000.000 d'êtres humains par an, l'horreur du traitement infligé aux prisonniers est semblable dans les deux camps. C'est le 10 septembre 1940 que la direction SS décide de créer un camp de concentration dans les Vosges, à 50 kilomètres de Strasbourg à Natzweiler-Struthof. Le 21 mai 1941, arrive le premier groupe de déportés, 150 Allemands, qui entament la construction du camp. Les déportés en effet construisent eux-mêmes leur camp et cela dans des conditions atroces. Finalement il comprendra 6 baraques réservées aux valides et 7 baraques occupées par l'infirmerie. En juin 1943, Himmler décide de regrouper au Struthof les prisonniers NN (Nacht und Nebel) de toutes les nationalités européennes. Allainmat est journaliste, aussi ne craint-il pas, pour raconter quelques-uns des épisodes les plus tragiques de l'histoire du Struthof, de reconstituer des conversations, ce qui fait se hérisser l'historien, mais permet de mieux recréer l'atmosphère. Il utilise des phrases courtes, parfois d'un mot seulement, en allant à la ligne après chaque phrase et réalise de vrais poèmes en prose. Mais il sait également faire œuvre d'historien en citant ses sources et en reproduisant de nombreux documents et extraits de documents. Du 25 octobre 1942 au 5 mai 1944 sévit au Struthof le sinistre Kramer, Hauptsturmfuhrer SS, qui finira sa carrière comme commandant du camp de concentration de Bergen-Belsen. Quatre chapitres sont consacrés aux soi-disant expériences scientifiques des médecins SS sur le typhus exanthématique et les effets des gaz ypérite et phosgene et aussi au professeur Hirt de l'université de Strasbourg, qui veut faire de son institut d'anatomie un centre de recherches raciales anthropologiques. Dans ce but, il collectionne les squelettes et les crânes, recherchant particulièrement ceux de commissaires politiques juifs. Le 31 août 1944, arrive l'ordre d'évacuer les détenus vers d'autres camps de concentration en Allemagne. Les trois jours suivants, 7.000 détenus sont évacués par train tandis que, durant la nuit du 1er au deux septembre 141 membres français du réseau de résistance « L'Alliance » sont exécutés. En annexe on trouve notamment la liste des 489 Français décédés au camp de Natzweiler-Struthof et un index des personnes citées." (Georges Hautecler, Revue belge de philologie et d'histoire, 1977)

ALLAIN (Maurice).

L'Empire français d'outre-mer. Le Domaine colonial français par le texte et par l'image.

Montpellier, Editorial Argentor, 1939, 2 vol. in-4°, 437 et 426 pp, environ 550 photos dans le texte reproduites en héliogravure, 67 illustrations contrecollées en couleurs, qqs illustrations hors texte montées sur papier fort, 23 cartes en couleurs hors texte dont 4 dépliantes, reliures demi-percaline verte à coins de l'éditeur, dos lisses avec guirlande à froid, titres et tomaisons dorés, gardes illustrées de palmiers et d’éléphants, dos tachés, qqs rousseurs, bon état

Une remarquable documentation illustrée à profusion d'héliogravures et de très beaux pastels et aquarelles. Les illustrateurs sont Jacques Simon, Fargeot, Marcel Jeanjean, Henri Sollier, Ch. Garry, Louis Rollet, Salgé, Boulard-Devé. — Tome I : Notre domaine colonial ; L'Afrique du Nord ; Le Maroc ; L'Algérie ; La Tunisie ; le Sahara français. – Tome II : L'Afrique Occidentale Française ; Le Sénégal ; La Guinée française ; La Côte d'Ivoire ; Le Dahomey ; La Haute-Volta ; La colonie du Niger ; Le Soudan français ; La Mauritanie ; L'Afrique Equatoriale Française ; Les territoires africains sous mandat français (le Cameroun ; le Togo) ; Madagascar ; La Réunion ; L'Archipel des Comores ; Îles et terres australes ; La Côte française des Somalis ; Etats du Levant sous mandat français (Syrie et Liban) ; Les Etablissements français dans l'Inde ; L'Indochine française ; Saint-Pierre et Miquelon ; La Guadeloupe ; La Martinique ; La Guyane ; Les possessions françaises de l'Océanie : La Nouvelle-Calédonie ; Les dépendances de la Nouvelle-Calédonie ; Les Nouvelles-Hébrides ; Les Etablissements français de l'Océanie : Tahiti et dépendances.

ALLAIN-TARGÉ (Henri).

La République sous l'Empire. Lettres (1864-1870), réunies et annotées par Suzanne de La Porte.

Grasset, 1939, pt in-8°, xxxii-224 pp, préface de Maurice Sarraut, 2 gravures hors texte, broché, bon état. Edition originale, un des 40 ex. numérotés sur Vélin pur fil Lafuma, non coupé

Le soutien constant de la paysannerie au régime impérial avait conduit les républicains, sous le Second Empire, a une position très négative à l'égard du monde rural. Typique est à cet égard l'attitude du jeune républicain Allain-Targé, qui place en 1867 au premier rang des tâches du futur Etat républicain la diffusion de l'éducation populaire, seule susceptible "d'élever les trente-cinq millions de brutes qui composent la Nation au rang de citoyens actifs et de patriotes intelligents et éclairés". (Lettre d'Allain-Targé à sa mère, 6 janvier 1867, p. 98) — Allain-Targé fut avec Gambetta un des fondateurs du parti démocrate radical sous le Second Empire. Il fut ensuite notamment ministre des Finances du cabinet Gambetta en 1881 et ministre de l'Intérieur du cabinet Brisson en 1885. Suzanne de La Porte est l'arrière-petite-fille de Henri Allain-Targé.

ALLAIN-TARGÉ (Henri).

La République sous l'Empire. Lettres, 1864-1870, réunies et annotées par Suzanne de La Porte.

Grasset, 1939, pt in-8°, xxxii-224 pp, préface de Maurice Sarraut, 2 gravures hors texte, broché, couv. illustrée, bon état

Le soutien constant de la paysannerie au régime impérial avait conduit les républicains, sous le Second Empire, a une position très négative à l'égard du monde rural. Typique est à cet égard l'attitude du jeune républicain Allain-Targé, qui place en 1867 au premier rang des tâches du futur Etat républicain la diffusion de l'éducation populaire, seule susceptible "d'élever les trente-cinq millions de brutes qui composent la Nation au rang de citoyens actifs et de patriotes intelligents et éclairés". (Lettre d'Allain-Targé à sa mère, 6 janvier 1867, p. 98) — Allain-Targé fut avec Gambetta un des fondateurs du parti démocrate radical sous le Second Empire. Il fut ensuite notamment ministre des Finances du cabinet Gambetta en 1881 et ministre de l'Intérieur du cabinet Brisson en 1885. Suzanne de La Porte est l'arrière-petite-fille de Henri Allain-Targé.

ALLAIS (Jean-Claude).

Orson Welles.

Premier Plan numéro 16, 1961, in-8°, 114 pp, 24 pl. de photos h.t., bibliographie, filmographie, extraits de films : découpage (Citizen Kane), dialogues (The Magnificent Ambersons), le découpage chez Welles (André Bazin), discret C. de bibl.

ALLALI (Jean-Pierre).

L'Album d'images de Gagou et Kamouna.

S.l., Editions de la Terre retrouvée, 1980, in-4°, viii-116 pp, émouvante préface de Serge Moati, en feuillets imprimés sur papier crème satiné sous chemise illustrée, bon état

"Quand Tunis était Juive..." “Coffret-mémoire” contenant 105 illustrations hors texte, reproduisant des cartes postales anciennes illustrant la vie juive, à Tunis, au début du XXe siècle. — "Un ouvrage pour maintenir vivants, malgré les heurts et malheurs de la judaïcité maghrébine, les liens avec un passé social et familial, de « braver la mort et l'oubli » en s'efforçant de retrouver, envers et contre tout « la trace d'une enfance et d'une vie » (Serge Moati, Préface)." (Guy Dugas, Prolégomènes à une étude critique de la littérature judéo-maghrébine d'expression française)

ALLALI (Jean-Pierre).

Les derniers témoins. Paroles de déportés.

Safed Editions , 2004, in-8°, 254 pp, postface par Claude Bochurberg, glossaire, biblio, broché, couv. illustrée, bon état

Soixante ans après la libération des camps de la mort, les derniers témoins, peu à peu, disparaissent. Inéluctablement. Naturellement. Bientôt, les ultimes survivants du plus grand massacre de l'Histoire de l'humanité emporteront avec eux et pour toujours les souvenirs terrifiants de l'enfer nazi. C'est pourquoi il était urgent et nécessaire de rassembler le précieux témoignage des rescapés encore en vie. Afin que nul n'oublie et que la vérité soit inscrite à jamais dans un livre. Écrivain et journaliste, auteur de nombreux ouvrages sur le judaïsme, le racisme et l'antisémitisme, ancien rédacteur en chef de Tribune Juive, Jean-Pierre Allali, sous l'égide de la Commission "Shoah" du Consistoire de Paris, a rencontré et interrogé dix anciens déportés, neuf hommes et une femme : Julia Kac-Wallach, Samuel Adoner, Abraham Birnbaum, Alfred Elkoubi, Addy Fuchs, Moïse Jankielewicz, Maxi Librati, Marcel Stourdze, Charles Testyler et Marcel Wallach. Il raconte ici leur terrible expérience de la déportation et leur combat quotidien pour la conservation de la mémoire. Une contribution essentielle et salutaire à l'Histoire de notre époque qui servira d'exemple aux jeunes générations et à celles qui suivront. C'est un honneur pour la Commission Shoah du Consistoire de Paris d'avoir eu le mérite de mener à bien cette œuvre de témoignage inestimable.

ALLARD (Docteur Paul).

Histoire des persécutions. Tome 1 seul (sur 5) : Pendant les deux premiers siècles, d'après les documents archéologiques. Deuxième édition revue et augmentée.

P., Victor Lecoffre, 1892, in-8°, viii-xl-471 pp, reliure d'époque demi-chagrin brun, dos à 5 nerfs soulignés à froid & orné de fleurons (tranche légèrement piquée, bel exemplaire)

ALLARD (Louis).

La Comédie de mœurs en France au dix-neuvième siècle. Tome I : De Picard à Scribe (1795-1815).

Cambridge, imprimerie de l'Université Harvard, 1923, pt in-8°, xii-493 pp, broché, couv. de relais des éditions Hachette, bon état

ALLARD (Paul).

Comment est tombée la Ligne Maginot.

Editions de France, 1942, in-12, iii-117 pp, 3 cartes dans le texte, broché, bon état

Ecrit en 1942, l'ouvrage n'est que prétexte à une violente attaque contre les dirigeants d'avant-guerre (Daladier en tête, et tous les "fauteurs de guerre"). Nourri à la propagande vichyste, Paul Allard accumule les erreurs historiques sur les combats (La Ferté, la Sarre, le franchissement du Rhin) sans bien sûr jamais s'en prendre à la valeur du soldat français. Seul Prételat est placé au-dessus du lot avec son projet d'évacuation de la position fortifiée dès la fin mai.

ALLARD (Paul).

La Vérité sur l'affaire Corap. L'énigme de la Meuse.

Editions de France, 1941, in-12, 55 pp, une carte des opérations militaires sur double page, broché, bon état

Le général Corap dirigeait la IXe Armée. Chargé de défendre un secteur de l'Ardenne française, de Pont-à-Bar près de Donchery jusqu'à la jonction, à gauche, avec l'armée du général Corap, le général Charles Huntziger subit la percée de Sedan qui va s'étendre jusqu'à Dinant le 13 mai 1940. Pourtant, depuis le 10 mai, date de l'attaque allemande en Ardenne belge, la résistance à la frontière des Chasseurs ardennais de l'armée belge, notamment à Martelange, Bodange, Chabrehez et les difficultés rencontrées par la Wehrmacht, du fait des obstacles installés par le génie belge dans une région accidentée au réseau routier étroit et sinueux, avaient donné deux jours de répit à Huntziger pour se préparer. Mais les troupes françaises qu'il commande étaient composées de réservistes mal entraînés et mal équipés et le front français fut percé à la limite de la IIe armée d'Huntziger et de la IXe du général Corap. Dès lors, celui-ci estime ne plus pouvoir tenir ses positions car il n'avait plus de liaisons vers Sedan et se voit débordé sur sa droite alors qu'il est aussi débordé au centre. Il ordonne alors un repli précipité de ses unités mobiles qui se trouvaient entre Givet et Gembloux sur la position fortifiée de la frontière française, ce qui menaçait la 1re armée en Belgique qui combattait aux côtés de l'armée belge. Ce mouvement oblige la 1re et les Belges à abandonner leurs positions sur la trouée de Gembloux, le 15 mai, pour se replier sur la rive gauche de l'Escaut. Tenu pour responsable de la rupture du front, Corap est remplacé le 15 mai par le général Giraud... — "... Ainsi la 71e division de réserve, au témoignage de M. Paul Allard, n'avait-elle que 2 ou 3 canons de 2,5 cm, dont un parfaitement inutilisable. Peut-être l'auteur, citant un officier radio, noircit-il un peu le tableau, mais en eût-elle possédé trois fois plus, que pouvait-elle faire contre les 500 chars de la division Kirchner qui l'attaqua sur la Meuse, en amont de Sedan. Avec la 55e division, probablement tout aussi démunie et aux prises avec une autre grande unité blindée, elle reflua sur Stonne et Reaumont, abandonnant, dans la journée du 14 mai 1940, les passages de la Bar et les derrières de l'armée Corap à l'attaque tournante du Corps cuirassé Guderian..." (Revue militaire suisse, 1941)

ALLARD (Paul).

Les Responsables du désastre.

Editions de France, 1941, in-12, 249 pp, broché, couv. illustrée, bon état

Une attaque violente contre les chefs politiques et militaires de la IIIe République. La 2e partie analyse les causes de la défaite. Par Paul Allard (1903-1985), journaliste qui s'est fait remarquer en 1929 en révélant les secrets de la censure pendant la Grande Guerre. Il collabore à Gringoire pendant la Seconde guerre. — 1. A la poursuite des responsables ; 2. Léon Blum, Pierre Cot et Guy La Chambre ; 3. Le responsable n°1 : Daladier et ses mauvais conseillers ; 4. Gamelin ; 5. Paul Reynaud.

ALLEAUME (Ghislaine)(dir.).

L’Égypte dans le siècle, 1901-2000.

Editions Complexe, Cedej – Égypte/Monde arabe n° 4-5, 2000-2001, 2003, gr. in-8°, 340 pp, broché, couv. illustrée, bon état

C'est un siècle de vie égyptienne tourmenté et riche événements qu'évoque la présente livraison d'Égypte/Monde arabe. Entre 1901 et 2000, l'Égypte a connu le sultanat, la monarchie, la révolution et le présidentialisme autoritaire ; des combats pour la liberté et pour la religion, d'autres – moins nombreux mais tout aussi acharnés – pour la laïcité et le libéralisme. Ce siècle fut aussi fait de guerres : la guerre perdue de 1948, pour la Palestine, la défaite de 1967 contre Israël et, enfin, la victoire de 1973. A plusieurs reprises, les Égyptiens espérèrent maîtriser leur économie et réformer leur société ; à plusieurs reprises, ils tentèrent d'établir des régimes politiques stables, passant de la monarchie constitutionnelle au socialisme autoritaire puis à l'autoritarisme libéral ; à plusieurs reprises, la religion s'empara de la vie publique mais sans jamais parvenir à la brider. L'Égypte du siècle maintenant passé est traversée de courants d'idées, de débats et de vastes espérances. Elle a ses figures et ses hommes : le Journaliste, le Musicien, l'Officier libre, le Frère musulman, l'Intellectuel, Zaghloul, Farouk, Nasser, Sadate et bien d'autres. Certes, il est impossible de peindre, en quelques trois cents pages, le tableau foisonnant d'un siècle. Aussi, comme le jeu de l'oie de Golo qui figure en couverture, ce numéro est-il le fait de vignettes juxtaposées dont le déroulement devrait parvenir, sinon à restituer le XXe siècle égyptien, du moins à donner une idée de son extraordinaire richesse.

ALLEAU (René).

Hitler et les sociétés secrètes. Enquête sur les sources occultes du nazisme.

Grasset, 1969, in-8°, 318 pp, 46 gravures et photos hors texte, références bibliographiques, broché, couv. illustrée, bon état. Edition originale

"Comment Adolf Hitler a-t-il pu, pendant plus de vingt ans, marquer de son emprise le peuple allemand ? Sa doctrine, martelée dans ses écrits et ses discours, était indigente. Mais il exerçait sur les foules un pouvoir presque « magique » qui puisait son inspiration dans les mythes et les rites des sociétés secrètes qui ont toujours fleuri en Allemagne. Avec les principaux fondateurs du parti nazi, Adolf Hitler appartenait à la Société de Thulé, une redoutable confrérie à laquelle Rudolf von Sebbotendorf, le « magicien noir », avait transmis les clés magiques des fraternités racistes turques. À partir de documents inédits, René Alleau pénètre dans les arcanes de l'univers hitlérien et révèle que le nazisme a été contemporain du pangermanisme, étrangement associé au panislamisme. Dans une fresque saisissante, il dévoile les ressorts secrets de ce grand rêve historique, son caractère illuministe et manichéen."

ALLEG (Henri).

La Question.

Editions de Minuit, 1977, in-12, 112 pp, broché, bon état (Coll. Documents), envoi a.s.

Témoignage accablant sur les tortures infligées en prison par l’armée française, par l'ancien directeur du quotidien « Alger républicain ».

ALLEG (Henri).

La Question.

Editions de Minuit, 1958, in-12, 112 pp, broché, bon état (Coll. Documents)

Témoignage accablant sur les tortures infligées en prison par l’armée française, par l'ancien directeur du quotidien « Alger républicain ».