88 résultats

BAKER (Joséphine) et Jo BOUILLON.

Joséphine.

Laffont, 1976, gr. in-8°, 310 pp, 16 pl. de photos hors texte, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Vécu)

Biographie posthume de Josephine Baker écrite avec la collaboration de Jacqueline Cartier, par le mari de l'artiste dont elle vivait séparée, sur base des brouillons et documents qu'elle a laissé pour une autobiographie. Le panache et la générosité : deux mots qui résument toute la vie de Joséphine Baker. La vie ? Les vies plutôt, car la petite fille prodige de Saint-Louis du Missouri, qui triomphe à Paris avec la Revue Nègre, devient l'étoile inoubliable du Casino de Paris et des Folies-Bergère ; c'est aussi le lieutenant Baker des Forces Françaises Libres que le général de Gaulle fera décorer ; c'est l'infatigable militante qui, partout et d'abord en Amérique, lutte contre toutes les ségrégations raciales ; c'est la femme qui, pour donner l'exemple de la fraternité universelle, adopte dans tous les coins du monde et élève dans sa propriété des Milandes, des enfants perdus de toutes couleurs et de toutes religions. C'est Joséphine l'indestructible qui lutte pour ses enfants malgré. les dettes, la vente forcée des Milandes, Joséphine qui recommence une nouvelle carrière à soixante ans, triomphe encore et meurt en pleine gloire. Le panache : cette plume d'autruche d'où jaillissait la beauté d'un corps qui symbolisera toujours le grand spectacle. La générosité : car Joséphine, c'était d'abord le coeur.

BARTHOU (Louis).

La Vie amoureuse de Richard Wagner.

Flammarion, 1925, in-12, 202 pp, broché, état correct (Coll. “Leurs amours”)

BEAUPUY (Anne de), Claude GAY, Damien TOP.

René de Castéra (1873-1955). Un compositeur landais au coeur de la musique française.

Séguier, 2004, gr. in-8°, 271 pp, 16 pl. de photos hors texte, catalogue des oeuvres, biblio, index, broché, bon état

BLACKING (John).

Le Sens musical.

Editions de Minuit, 1980, in-8°, 129 pp, traduit de l’anglais, 23 illustrations sur 12 pl. hors texte, broché, couv. illustrée, qqs rares soulignures crayon, bon état (Coll. Le Sens commun)

Qui a le sens de la musique ? demande l’auteur. Il y a tellement de musique dans le monde qu’on peut dire qu’elle est comme le langage ou la religion, un trait spécifique de l’espèce humaine. Dans nos sociétés occidentales, la musique est réservée à une élite, seule jugée capable d’en faire et de la comprendre, même si le système mercantile, qui l’utilise abondamment, reconnaît implicitement la réceptivité de tout homme à ses messages. En même temps, notre ethnocentrisme ne voit en dehors de la musique d’art de l’Occident, que facilité populaire ou rudiments. Qu’est-ce que l’amour de la musique ? Par une analyse ethnomusicologique de musiques africaines et européennes, John Blacking montre que le sens musical est universel, mais qu’il est plus ou moins cultivé selon les classes et les types de société dont la musique exprime les structures et les conflits. Il permet, en dernière analyse, de partager et de transmettre certaines expériences d’individu et de groupes, en vue d’un développement harmonieux du corps, de l’esprit et des rapports sociaux.

BOHM (Karl).

Ma vie. Traduction et présentation d'Elisabeth Bouillon.

JC Lattès, 1980, in-8°, 215 pp, 16 pl. de photos hors texte, chronologie, discographie, index

BOLL (André).

L'Opéra, spectacle intégral.

Olivier Perrin éditeur, 1963, gr. in-8°, 244 pp, préface de George Auric, 49 photos sur 32 pl. hors texte, lettrines et culs-de-lampe, index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état

Monteverdi et la naissance du spectacle d'Opéra ; Cavalli et l'Opéra italien ; Lully ou l'âge d'or de l'Opéra français ; Du traditionnel Rameau au révolutionnaire Gluck ; Mozart, dramaturge ; Meyerbeer et l'Opéra historique, Bellini et l'Opéra romantique ; Verdi et Wagner, deux géants du théâtre lyrique ; Du vérisme scénique à l'aventure des peintres de théâtre ; Le livret, fondement de l'action lyrique ; La mise en oeuvre musicale du livret ; Les éléments du spectacle d'Opéra ; Le metteur en scène, maître d'oeuvre.

BOLLING (Claude) et Jean-Pierre DAUBRESSE.

Bolling Story.

Monaco, Editions Alphée, 2008, in-8°, 330 pp, avant-propos d'Alain Delon, 16 pl. de photos hors texte, discographie de Claude Bolling, filmographie, broché, couv. illustrée, bon état, envoi a.s.

Qui se serait douté, et Claude Bolling le premier, que la découverte d'un disque 78 tours de Duke Ellington l'amènerait à s'intéresser au piano au point d'en oublier presque tout le reste ? C'était à Nice, Claude avait dix ans. A quinze ans, passionné de jazz, il se retrouve dans un Paris tout juste libéré, à la salle Pleyel, lauréat du tournoi des amateurs du Hot Club de France. Grâce à l'enseignement de l'harmonie prodigué par le grand maître Maurice Duruflé, il devient le plus jeune membre de la SACEM. Et là commence l'aventure... En compagnie de Jean-Pierre Daubresse, spécialiste du jazz classique, Claude Bolling se remémore et nous fait revivre les grands événements qui ont jalonné sa vie de pianiste, compositeur et chef d'orchestre ; ses rencontres et collaborations avec les plus grands noms du jazz ou de la musique classique (Duke Ellington, Count Basie, Stéphane Grappelli, Jean-Pierre Rampal, Alexandre Lagoya, Maurice André...) des variétés (Dario Moreno, Sacha Distel, les Parisiennes...) de la télévision (Jean-Christophe Averty, "Age tendre et têtes de bois" avec Albert Raisner, Maritie et Gilbert Carpentier, Jacques Chancel...) du cinéma (Brigitte Bardot, Alain Delon, Jacques Deray, Philippe de Broca, Claude Pinoteau...), la mise musique des images de Buster Keaton ou des dessins animés de son ami René Goscinny, sans oublier ses moments d'amitiés passés en compagnie de Mat Pagnol, de Lino Ventura, Maurice Genevoix. Tous ces souvenirs ont été recoupés et vérifiés grâce aux documents de Claude et de Jean-Pierre afin de reconstituer cette fabuleuse carrière commencée dans les clubs de Saint-Germain-des-Près pour se poursuivre à l'Alhambra, l'ABC, l'Olympia et les plus prestigieuses salles du monde comme celle du Carnegie Hall de New York ! De nombreux amis témoignent : Jean-Christophe Averty, Brigitte Bardot, Cabu, Alain Delon, Jacques Deray, Édouard Molinaro, Jean-Max Rivière, Vincent Perrot, Frank Ténot. Toute l'œuvre discographique et filmographique de Claude Bolling est répertoriée.

BOSCHOT (Adolphe).

Chez les musiciens. (Du XVIIIe siècle à nos jours).

Plon, 1922, in-12, 285 pp,

Mozart, Monsigny, Beethoven, Méhul, Weber, Meyerbeer, Berlioz, Schumann, Wagner, Gustav Malher, Richard Strauss, Siegfried Wagner, Saint-Saens, Massenet, Fauré, Bruneau, Charpentier, Messager, Dukas, Rabaud, Vincent d'Indy, Magnard, les interprètes Paderewski, Louis Diémer, Fugère, Zambelli, Anna Pavlowa, etc.

BOSCHOT (Adolphe).

La jeunesse d'un romantique. Hector Berlioz (1803-1831) - Un romantique sous Louis-Philippe. Hector Berlioz (1831-1842). D'après de nombreux documents inédits.

Plon, 1906-1908, 2 vol. in-12, xii-530 et 672 pp, 4 portraits hors texte, brochés, dos réparés

Les 2 premiers volumes (sur 3) de la monumentale biographie de Berlioz par Boschot.

BOUJUT (Michel).

Pour Amstrong.

Paris, Filipacchi, 1976, in-4°, 128 pp, préface de Frank Ténot, avec un essai de discographie 1923-1971 par Daniel Nevers, très nombreux documents et photos, bibliographie, filmographie, index, cartonnage éditeur, jaquette illustrée, bon état

« Un superbe hommage qui groupe une somme impressionnante de documents inédits, de photos et une gerbe triomphante de témoignages sur la trompette qui a marqué toute une époque. » (Jacques Sternberg, le Magazine Littéraire)

CHAINAYE (Suzanne et Denise).

De quoi vivait Chopin ?

Deux-Rives, 1951, in-12, 139 pp, broché, un portrait en couv., bon état (Coll. De quoi vivaient-ils ?), envoi a.s.

Par Suzanne Chainaye (1897-1960), sous-bibliothécaire contractuelle à la Bibliothèque universitaire de Paris. En dehors de ses occupations professionnelles, Mlle Chainaye s'est attachée à l'étude de questions concernant l'histoire de la musique au XIXe siècle et on lui doit un ouvrage : De quoi vivait Chopin ? Elle entreprit également en collaboration une édition commentée de la Correspondance de Chopin, dont trois tomes ont été publiés.

CHEVAILLIER (Lucien).

La civilisation européenne moderne. 2ème partie : la musique.

De Boccard, 1928, in-8°, 107 pp, (Coll. Histoire du monde, sous la direction de E. Cavaignac)

[Chopin] – GANCHE (Edouard).

Dans le Souvenir de Frédéric Chopin. Illustrations et documents inédits.

Mercure de France, 1925, pt in-8°, 246 pp, 7 planches hors texte, biblio, reliure demi-chagrin carmin, dos à 5 nerfs soulignés à froid, titres dorés, couv. et dos conservés, tête dorée (rel. de l'époque), mors lég. frottés, ex. numéroté, bon état

Le génie de Frédéric Chopin et la Pologne. – Les oeuvres héroiques et nationales. – Le square d’Orléans. – La dernière élève de Chopin. – Le 26e Prélude. – Jane Stirling et sa correspondance. – Frédéric Chopin à Nohant. – Comment Chopin est aimé. – Au tombeau de Chopin. – L'invention harmonique de Chopin et sa technique du piano. – Les manuscrits et les oeuvres posthumes. — L'auteur (1880-1945) était président de la Société Frédéric-Chopin.

[Chopin] – GANCHE (Edouard).

Voyages avec Frédéric Chopin. Illustrations et documents inédits.

Mercure de France, 1934, pt in-8°, 290 pp, 7 planches hors texte, notes, biblio, reliure demi-chagrin carmin, dos à 5 nerfs soulignés à froid, titres dorés, couv. et dos conservés, tête dorée (rel. de l'époque), mors lég. frottés, bon état

L'origine française de Chopin. – Frédéric Chopin sujet Polonais. – Chopin en Pologne ; à Majorque ; en Ecosse. – L'oeuvre de Chopin dans l'édition d'Oxford. – L'interprétation et le sens des oeuvres de Chopin. – Aspect physique et caractère de Chopin. – La 4e Ballade. – L'influence psychologique de Chopin. – Une élève inconnue. – Frédéric Chopin au Wawel. – Louange à Frédéric Chopin. — L'auteur (1880-1945) était président de la Société Frédéric-Chopin.

CLÉMENT (Félix).

Les Musiciens célèbres depuis le seizième siècle jusqu'à nos jours. Ouvrage illustré de 44 portraits gravés à l'eau-forte par Masson, Deblois et Massard et de 3 reproductions héliographiques d'anciennes gravures par A. Durand.

P., Libraire de L. Hachette et Cie, 1868, gr. in-8°, viii-680 pp, 47 planches hors texte, dont le frontispice, appendice bibliographique, index des compositeurs, reliure demi-chagrin noir, dos à 4 nerfs soulignés à froid, titres et caissons ornés dorés, encadrements à froid sur les plats, tranches dorées (rel. de l'époque), mors lég. frottés, qqs rares rousseurs, bon état

Excellente étude historique sur les musiciens célèbres : Lulli, Haendel, Gluck, Piccinni, Mozart, Beethoven, Spontini, Donizetti, Chopin, Listz, Wagner... par Félix Clément (1822-1885), membre de la commission des arts et des édifices religieux, professeur de musique ancienne. Il fit restaurer les orgues de la chapelle de la Sorbonne et rédigea le rapport sur les orgues.

COEUROY (André).

Histoire générale du jazz. Strette, hot, swing.

Denoël, 1942, in-12, 256 pp, chronologie, biblio, index des noms, index des orchestres, broché, papier lég. jauni, bon état

"Le musicologue André Cœuroy, avec son « Histoire générale du jazz » n'apporte pas seulement une contribution à la querelle « swing », mais une véritable thèse sur les origines et l'avenir du jazz. Il y retrace, entre autres souvenirs, les prolégomenes d'une enquête qu'il fit, il y a quinze ans, auprès de ses contemporains : « Le jazz-band (ce terme vieilli était encore en usage) a envahi l'Europe. Il fait partie de notre existence au même titre que la 5 CV, le Gillette, les wagons-couloirs, les cheveux courts et la prière d'insérer. Vous avez une opinion sur ces formes du progrès. Vous en avez une sur le jazz. » Nous ne pouvons résister au plaisir de rappeler l'opinion qui fut – et qui est peut-être encore – celle de Georges Duhamel : « Le jazz est cyniquement l'orchestre des brutes au pouce non opposable et aux pieds encore préhensits dans la forêt de Vaudou ». M. André Cœuroy nous propose de ne plus écrire « straight » mais « strette », « blues » mais « blouse », « break » mais « brec »..." (Le Journal, 23 juin 1942) — "Les théories de M. André Cœuroy sur les origines du jazz sont ici appuyées sur une documentation chronologique, discographique et bibliographique dont l'intérêt n'est pas discutable. On regrettera que l'auteur ait cru devoir tirer des conclusions d'ordre moral de cette étude technique. Le coup de chapeau final aux jeunes « zazou », en réalité aussi rétrogrades que décadents, aussi ignorants de la musique, jazz ou non jazz, que physiquement ridicules, reste incompréhensible. On s'étonne qu'un écrivain aussi intelligent et aussi averti que M. André Cœuroy songe à assister de son autorité ces débiles petits vieillards." (Le Petit Parisien, 23 juin 1942) — Par André Cœuroy (1891-1976), pseudonyme de Jean Belime : agrégé d'allemand, traducteur, musicologue, rédacteur en chef de la “Revue musicale” de 1920 à 1937, critique musical à “Paris-Midi” de 1925 à 1939, à “Gringoire” de 1927 à 1939, à “Je suis partout” d'avril à octobre 1943.

COLLAER (Paul) et Albert VANDER LINDEN.

Atlas Historique de la Musique.

Bruxelles, Elsevier, 1960, in-4°, viii-179 pp, 675 gravures et photos commentées, 15 cartes en couleurs hors texte, glossaire, biblio, index, reliure toile bordeaux éditeur, jaquette illustrée

Collectif.

Bob Dylan et la Beat Generation.

Planète, 1971, in-8° carré, 141 pp, nombreuses illustrations, broché, bon état

Hors série de la revue Planète réalisé par Marc de Smedt. Entretien avec W. Burroughs par Daniel Odier, articles par Alan W. Watts, Ph. Paringaux, etc.

Collectif – Cahiers de Fanjeaux. 17.

Liturgie et musique (IXe-XIVe s.).

Toulouse, Privat, 1982, gr. in-12, 429 pp, 8 pl. hors texte, 6 cartes, 10 tableaux, index, broché, couv. à rabats, bon état (Cahiers de Fanjeaux. Coll. d'Histoire religieuse du Languedoc au XIIIe et au début du XIVe siècle, 17)

COLLECTIF - La Revue musicale.

Le style de Moussorgsky, par M.-D. Calvocoressi. L'enfant et la musique symphonique, par Ernest Schelling. Sur les instruments de musique du XVe siècle, par G. Le Cerf. Sur Ravel et ses concertos, par Fred. Goldbeck.

La Revue musicale, 1933, gr. in-8°, 80 pp, qqs illustrations

COLLECTIF - Revue de Musicologie.

César Franck et Paul Poujaud, à propos d'un thème de folklore, le "Chant de la Creuse", par Amédée Gastoué. Une polémique musicale de Claude Rameau en faveur de son frère (1752), par Paul-Marie Masson. Les Noëls aux Antilles, par le docteur Delmond.

Fischbacher, mai-août 1937, in-8°, 48 pp, nouvelle série, n° 62-63

COLLECTIF - Revue de Musicologie.

L'Opéra à Bordeaux en 1748, par G. Ducaunnès-Duval. Un organiste de la cathédrale de Rouen : Charles Broche (1752-1803), par Georges Favre.

Fischbacher, novembre 1937, in-8°, 32 pp, nouvelle série, n° 64

COLLET (Henri).

Albeniz et Granados.

P., Editions Le Bon Plaisir, Librairie Plon, 1948, pt in-8°, 233 pp, avec citations musicales dans le texte, catalogue des oeuvres, biblio, reliure pleine toile bleu-nuit à la bradel, titres dorés au dos (rel. de l'époque), bon état (Coll. Amour de la musique)

Compositeurs et pianistes espagnols, Isaac Manuel Francisco Albéniz (1860-1909), particulièrement renommé pour ses œuvres pour piano inspirées de la musique folklorique espagnole, et Enrique Granados y Campiña (1867-1916).

COPPOLA (Piero).

Les Affres du roi Marke et autres variations en majeur et en mineur.

Lausanne, F. Roth & Cie, 1945, pt in-8°, 182 pp, agrémentées de dessins de L. Keiner dans le texte, biblio complète des oeuvres musicales de l'auteur, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

Le public et les musiciens eux-mêmes raffolent toujours d'anecdotes et de bons mots sur les compositeurs, les interprètes, sur ce monde artistique qui apparaît souvent mystérieux. Piero Coppola (1888-1971) fut un grand chef d'orchestre doublé d'un compositeur raffiné, il participa aux débuts de l'enregistrement électrique et grava nombre d'œuvres de Ravel, Debussy, Prokofiev avec la collaboration et l'assentiment de ces compositeurs. Les Affres du Roi Marke rassemblent des anecdotes comiques sur le monde de l'opéra et du concert. Coppola brosse à coups énergiques une Italie musicale déchirée entre les ravages de traditions devenues ridicules et les soubresauts des nouvelles conceptions artistiques.

DAVIS (Mary E.).

Classic Chic. Music, Fashion, and Modernism.

University of California Press, 2006, gr. in-8°, xix-332 pp, 96 illustrations, dont le frontispice, biblio, index, reliure pleine toile éditeur, jaquette illustrée, très bon état. Edition originale

"Music and fashion: the deep connection between these two expressive worlds is firmly entrenched. Yet little attention has been paid to the association of sound and style in the early twentieth century - a period of remarkable and often parallel developments in both high fashion and the arts, including music. This beautifully written book, lavishly illustrated with fashion plates and photographs, explores the relationship between music and fashion, elegantly charting the importance of these arts to the rise of transatlantic modernism. Looking in particular at three couturiers - Paul Poiret, Germaine Bongard, and Coco Chanel - and three breakthrough fashion magazines - La Gazette du Bon Ton, Vanity Fair, and Vogue - Davis illuminates for the first time the ways in which fashion's imperatives of originality and constant change influenced composers such as Erik Satie, Igor Stravinsky, and Les Six. She also considers the role played by the Ballets Russes, and explores the contributions of artists including costume and set designer Léon Bakst, writer and director Jean Cocteau, Amédée Ozenfant, and Pablo Picasso. The first study to situate music in this rich context, Classic Chic demonstrates the profound importance of the linked endeavors of composition and couture to modernist thought. In addition to its innovative approach to this important moment in history, Davis's focus on the social aspects of the story makes the book a tremendously engaging reading."

DELALANDE (François).

Le Son des musiques. Entre technologie et esthétique.

INA/Buchet-Chastel, 2001, gr. in-8°, 267 pp, biblio, broché, bon état (Coll. Bibliothèque de Recherche Musicale)

Dans tous les univers musicaux – jazz, baroque, variétés, électro-acoustique, électronique populaire – on ne parle que de cela : le « son ». Son de Miles Davis comparé à celui de Chet Baker, son d'un titre, d'un label, son du hard rock ou de telle interprétation de musique ancienne : bien que ce sens moderne du mot soit encore inconnu des dictionnaires – une généralisation du timbre – le « son » est devenu l'un des critères esthétiques prioritaires de la sensibilité musicale contemporaine. Le XXe siècle a fourni les moyens de fixer le sonore, de le transformer, de composer directement sur un support. De même que la technologie du papier et du crayon avait permis le développement de la polyphonie et de l'harmonie, de même les technologies électroacoustiques et numériques apportent la maîtrise du « son ». Il reste à savoir le décrire et l'analyser à différents niveaux : social, sémiologique, esthétique, acoustique. Ce livre ouvre la voie.

DUFOURCQ (Norbert).

La Musique à la cour de Louis XIV et de Louis XV d'après les Mémoires de Sourches et Luynes, 1681-1758.

Picard, 1970, gr. in-8°, 183 pp, une planche en frontispice (la famille du marquis de Sourches), index, broché, bon état

DUFOURCQ (Norbert).

La Vie musicale en France au siècle de Louis XIV. Nicolas Lebègue (1631-1702), organiste de la Chapelle royale, organiste de Saint-Merry de Paris. Etude biographique suivie de nouveaux documents inédits relatifs à l'orgue français au XVIIe siècle.

Picard, 1954, gr. in-8°, 219 pp, 16 pl. de gravures hors texte, biblio, index, discographie, broché, bon état

DUKE (Vernon).

Listen Here ! A critical essay on music depreciation.

New York, Ivan Obolensky, 1963, in-8°, 406 pp, 2 index, reliure toile rouge de l'éditeur (très lég. défraîchie), titres en noir au dos, sans la jaquette, bon état. Edition originale. Texte en anglais, envoi a.s. de l'auteur en russe

Un ouvrage polémique. Caustique, spirituel et parfois carrément malveillant, "Listen Here" est le cri d'un homme qui connaît bien la scène musicale américaine vers 1960. Le livre contient en particulier un chapitre venimeux de 40 pages intitulé "La déification de Stravinsky". Par Vernon Duke (1903-1969), compositeur et lyriciste d'origine russe, naturalisé américain, né Vladimir Alexandrovitch Dukelsky.

[Edith Piaf] – BERTEAUT (Simone).

Piaf.

Laffont, 1969, gr. in-8°, 462 pp, 16 pl. de photos hors texte, reliure plein chagrin bleu pétrole, dos lisse avec titre et auteur dorés, titre en lettres blanches et photo de Piaf contrecollée au 1er plat, bon état. Edition originale

Piaf disparue n'a pas cessé d'occuper les mémoires et les cœurs ; elle a sa place dans l'histoire de la sensibilité française contemporaine ; on ne prononce pas son nom sans émotion. Mais qui était Piaf ? Non seulement la chanteuse, mais la femme, cette petite bonne femme de rien du tout qui a crié ses amours à la face du monde ? Un seul être a vraiment partagé la vie de Piaf, pendant trente ans : sa demi-sœur, Simone Berteaut. Simone avait treize ans et demi, Edith seize, quand elles chantaient ensemble dans les rues. Les nuits chez "Lulu de Montmartre", la mort de "Cécelle" (la gosse d'Edith), les débuts chez "Papa Leplée", le scandale, les amours tumultueuses, les triomphes, les chutes, l'alcool, la drogue, le perpétuel défi à la vie et à la mort – Simone Berteaut a tout vécu, tout connu. Elle raconte, avec une verve et une liberté extraordinaires. Et tout au long de ce livre, c'est bien Piaf tout entière qui revit sous nos yeux. — "Si admirable chanteuse que fût Edith Piaf, celle qui a écrit ce livre demeure à son niveau. Nous ne cessons d'aimer Piaf jusqu'à la fin." (François Mauriac) — "Livre étonnant, où passe le souffle de la vérité, à la fois pathétique et cocasse, d'un personnage qui semble sortir d'un roman de Zola." (Françoise Giroud) — "Piaf telle qu'elle fut, hallucinante de ressemblance. Un livre sans concessions, à la fois merveilleux et terrifiant." (Henri Jeanson) — "Quel roman saurait tenir en face de ce prodigieux feuilleton vécu ?" (François Nourrissier)

[Edith Piaf] – CROCQ (Philippe) et Jean MARESKA.

La vie pas toujours rose d'Edith Piaf.

Editions du Rocher, 2007, in-8°, 314 pp, 16 pl. de photos hors texte, annexes, discographie, biblio, broché, couv. illustrée, bon état

De ses amours d'un soir avec des macs rencontrés dans les bars à ses plus grandes histoires, souvent tragiques, comme avec Marcel Cerdan ; de ses virées nocturnes avec sa compagne de débauche "Momone" à ses sessions créatives intenses avec Marguerite Monnot, la vie d'Édith Piaf est un véritable roman. Son enfance dans les rues de Belleville, la mort de sa fille, celle de son grand amour, la maladie... Les amis les plus proches de Piaf – Charles Dumont, Francis Lai, Georges Moustaki – dévoilent, lors d'entretiens inédits, l'intimité douloureuse et émouvante de cette artiste immortelle. Le parcours chaotique et flamboyant de la plus grande chanteuse française.

[Edith Piaf] – LÉVY (François).

Passion Edith Piaf : la môme de Paris.

P., Textuel, 2003, in-4°, 192 pp, préface de Charles Aznavour, très nombreux documents et photos, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

La vie de Piaf est un tourbillon de rencontres, de combats, d'échecs et de succès. Plus de 500 documents iconographiques nous entraînent sur les pas de cette extraordinaire chanteuse populaire dont la voix continue de porter l'universel. Des rues de Belleville des années trente aux grandes scènes des musichalls de New York, Piaf reste la môme de Paris. François Lévy nous entraîne dans des univers multiples que Piaf traverse au gré de ses rencontres. Avec l'écrivain Jean Cocteau, l'ami fidèle jusqu'au bout, avec les Compagnons de la chanson, avec le jeune Yves Montand qu'elle "canalise" et mène au succès, avec Charles Aznavour, secrétaire, confident et complice de toujours ; avec Marlène Dietrich venue l'applaudir à New York et dont elle restera la grande amie. Devenue star, avec Marcel Cerdan dont elle tombe follement amoureuse : "Même quand je chantais, Marcel ne me quittait pas. De la scène, je l'apercevais, debout dans les coulisses. Il me regardait l'air émerveillé et il disait à qui voulait l'entendre : Vous vous rendez compte ! Ce petit bout de femme... Comment peut-elle chanter comme ça ?"

EINSTEIN (Alfred).

Schubert : portrait d'un musicien.

Gallimard, 1979, in-8°, 452 pp, catalogue des lieder, index des noms et des oeuvres, broché, couv. illustrée, pelliculage décollé sur les bords au 2e plat, bon état

Le musicologue Alfred Einstein (Munich, 1880 - Californie, 1952) s'est signalé par sa magistrale étude des “Madrigaux italiens”, par son “Mozart”, par sa révision du Catalogue Köchel, par celle du “Dictionnaire de musique” de Riemann, par ses articles de la “Berliner Tageblatt”. Fuyant le régime hitlérien, il gagne Londres en 1933 et les Etats-Unis en 1939. D'année en année, sans trop insister sur la biographie, Alfred Einstein s'attache aux oeuvres révélatrices de la vie intérieure. Son Schubert est un esprit indépendant, même vis-à-vis de Beethoven. C'est un être d'intimité, "seul au piano", qui ne cherche ni les jeux d'esprit ni les applaudissements. C'est un romantique, par sa joie sensuelle sur fond de tristesse, son rapport tout immédiat à la sonorité, sa palette de peintre du sentiment ; il lui arrive d'anticiper en toute précocité les trouvailles wagnériennes et modernes ; mais c'est un "classique du romantisme", chez qui le souci de poésie n'affaiblit jamais la musique. N'étant "pas de ce monde", il crée pour s'en accommoder, mais la mort lui est une douce amie. Sans dissertations, ce livre fait naître maintes idées, souvent reprises dans les études schubertiennes depuis un quart de siècle. Bref, c'est un ouvrage classique.

FLEISCHMAN (Théo).

Napoléon et la musique.

Bruxelles, Brepols, 1965, in-8°, 362 pp, préface d'Emmanuel Bondeville, 8 portraits hors texte, 14 portraits et 36 fac-similés de signatures dans le texte, reliure toile éditeur, jaquette, bon état

« Napoléon aimait la musique avec passion, surtout la musique italienne » affirme Constant, le valet de chambre de l'Empereur. Il s'agit réellement d'une sensibilité musicale intime. En 1794, n'a-t-il pas conseillé à sa première fiancée, Désirée Clary, d'apprendre la musique ? Durant son règne, les compositeurs (dont les académiciens Boieldieu, Gossec, Grétry, Lesueur, Méhul, Paër, Paisiello, Spontini) et les interprètes sont encouragés et protégés, l'enseignement musical développé, l'Institut rendu accessible aux compositeurs, les théâtres lyriques réorganisés en Académie impériale de musique...

FLÉOUTER (Claude).

Le Tango de Buenos Aires. Essai.

JC Lattès, 1979, in-8°, 129 pp, appendices, discographie, bibliographie, broché, couv. illustrée, bon état

FULPEN (Har van).

John Lennon, 1940-1980. Compilation de Har van Fulpen.

Artefact, 1980, in-8°, 80 pp, chronologie, quelques chansons et de nombreuses photos et documents noir et blanc in-texte

GIDE (André).

Notes sur Chopin.

L'Arche, 1948, in-8°, (vii)-131 pp, imprimé en noir et rouge sur beau papier, qqs extraits de musique notés, broché, couv. lég. défraîchie, bon état

GLOTZ (Michel).

Révéler les dieux.

Laffont, 1981, in-8°, 238 pp, lettre-préface de Herbert von Karajan, broché, couv. illustrée, bon état

Par l'impresario et ancien producteur de disques Michel Glotz (1931-2010), qui fut l'ami de certains des plus grands musiciens du XXe siècle comme Maria Callas et Herbert von Karajan. Il aura personnifié comme peu de ses confrères l'âge d'or du disque classique en participant, notamment comme directeur artistique, à plus de mille enregistrements dont plus de cent gravures d'opéras, pour EMI, Deutsche Grammophon, RCA, Philips et Sony. Glotz fut surtout le complice de trois artistes réputés difficiles mais qui lui vouaient une confiance absolue : le pianiste Alexis Weissenberg, la soprano Maria Callas et le chef autrichien Herbert von Karajan, qui en a fait le superviseur de ses enregistrements chez DG de 1976 jusqu'à sa mort en 1989. Il évoque son parcours exceptionnel dans ce livre préfacé par Karajan et centré sur son métier d’impresario, terme à l’ancienne qu’il préférait à celui, plus moderne mais plus froid, d’agent artistique. — "C'est avec beaucoup d'enthousiasme que Michel Glotz parle du métier d'impresario auquel il a consacré sa vie et qui depuis vingt-cinq ans le passionne de plus en plus. Il dévoile les coulisses de ce métier fort mal connu et, selon lui, souvent calomnié. Les anecdotes qu'il rapporte avec beaucoup de verve, appartiennent à la vie de ces musiciens et de ces chanteurs que le grand public a appris à connaître et à révérer. De ses amitiés avec des célébrités comme Maria Callas ou Herbert von Karajan, Michel Glotz sait raconter avec une affection sincère les meilleurs, et parfois les moins bons moments." (Lectures n° 4, décembre 1981)

GLUCK (Christoph Willibald), QUINAULT (Philippe), TASSO (Torquato) dit LE TASSE.

Armide drame héroïque Mis en Musique par M. le Ch. Gluck. Représenté pour la première Fois par l'Académie Royale de Musique le 23 Septembre 1777.

P., Deslauriers, s.d. (1777), in-folio (323 x 250 mm), (1) f. de titre, 279 pp, reliure plein veau raciné, dos à 5 larges faux-nerfs soulignés de doubles filets dorés, titre doré dans un encadrement floral au 1er plat, tranches mouchetées (rel.de l'époque), coiffes arasées, pt accrocs au 2e plat, pt mque à un coin, plats lég. frottés, coins émoussés, trace de mouillure ancienne en coin, infime travail de vers en marge sup. des 10 derniers feuillets, marges des 4 premiers feuillets restaurées, 4 pages manquantes (p. 217-220) remplacées par une copie manuscrite très bien exécutée à l'époque, bon exemplaire, entièrement gravé sur cuivre, imprimé sur papier fort

Edition originale partagée avec le « Bureau du Journal de Musique » de cet opéra que Gluck considérait lui-même comme son chef-d'œuvre et qu'il composa sur un livret de Philippe Quinault, d'après "Gerusalemme liberata" du Tasse, livret déjà mis en musique par Lully en 1685. Représenté pour la première fois le 23 septembre 1777 à l'Académie Royale de Musique, il s'agit du quatrième opéra de la « période parisienne » de Gluck. C'est à l'occasion de la représentation de cet opéra que la querelle entre gluckistes et piccinnistes éclata.

GREGOR-DELLIN (Martin).

Richard Wagner. Sa vie, son oeuvre, son siècle.

Fayard, 1991, fort in-8°, 916 pp, traduit de l'allemand, biblio, tableaux chronologiques, index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état (Coll. Bibliothèque des grands musiciens)

HARASZTI (Emile).

Franz Liszt.

Picard, 1967, gr. in-8°, 305 pp, 10 pl. hors texte, biblio, index, broché, annotations crayon, bon état

Franz Liszt est le père de la technique pianistique moderne et du récital. Avec lui, naissent l’impressionnisme au piano, le piano orchestral (Mazeppa, la quatrième étude d’exécution transcendante) et le piano littéraire (les Années de pèlerinage). Innovateur et promoteur de la « musique de l'avenir » Liszt influença et soutint plusieurs figures majeures du XIXe siècle musical : Richard Wagner, Hector Berlioz, Camille Saint-Saëns, Bedrich Smetana, Edvard Grieg et Alexandre Borodine. Aussi féconde que diverse, son œuvre a inspiré plusieurs courants majeurs de la musique moderne, qu'il s'agisse de l'impressionnisme, de la renaissance du folklore, de la musique de film ou du dodécaphonisme sériel.

HELL (Henri).

Francis Poulenc, musicien français.

Fayard, 1978, in-8°, 391 pp, 37 photos et documents sur 24 pl. hors texte, catalogue et index des oeuvres, index, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

Quand ce livre parut dans sa première version, en 1958, Francis Poulenc était encore en vie. C'est dire que cette étude, la première sur son oeuvre, était comme elle inachevée. En effet, manquait l'analyse de plusieurs oeuvres essentielles que le compositeur devait écrire de 1958 à sa mort, en 1963. Depuis cette date, l'importance de Poulenc n'a cessé de croître. Son oeuvre n'est pas tombée dans les oubliettes de la musique, elle n'a pas connu cette période de purgatoire qui suit souvent la mort d'un musicien. Elle est plus jouée que jamais en France et à travers le monde. Il était donc indispensable de rééditer l'ouvrage de Henri Hell, mis à jour, enrichi et complété, dans sa version définitive. L'homme et l'artiste sont évoqués ici avec exactitude, vie et fidélité. L'analyse critique de la musique de Poulenc, aussi pénétrante que claire et précise, permettra à l'« honnête homme » de mieux connaître une oeuvre riche et d'une extrême variété, très représentative des aspects divers du génie musical français. — "Poulenc est un enfant chéri de notre temps. Il n'a rencontré depuis les Biches que des fortunes fidèles... Lors de ses premiers succès, il était si jeune qu'on le crut mièvre, si brillant qu'on le pensa frivole, et qu'on le traita en petit maître. Au vrai ces louanges, qu'on eût eues pour un abbé de cour, s'adressaient à un grand gars osseux, rural et gai. Tant pis si je le fâche; je le place et le maintiens dans le lieu où je l'ai le mieux vu. Au long d'un coteau calcaire, Poulenc, entouré de vignes, vit dans une grande maison aérée, où il fait et boit son vin. A travers son instrumentation pailletée, écoutez sonner, voyez luire l'or et la bulle issue d'un terrain opulent ! Regardez Poulenc: sont-ce là les traits d'un buveur d'eau ? Il a le nez fort et flaireur, l'oeil prompt à changer d'expression. Il est confiant et précautionneux, à l'aise dans l'amitié, et poète comme un paysan." (Colette)

KOLB (Annette).

Le Roi Louis II de Bavière et Richard Wagner.

Albin Michel, 1947, pt in-8°, 113 pp, 4 planches hors texte, broché, état correct

KRAFT (Zdenko von).

Tel fut Wagner. (Une vie dramatique).

Perrin, 1994, fort in-8° carré, 405 pp, 100 illustrations dans le texte et sur 40 pl. de gravures et photos hors texte, fac-similés dans le texte, chronologie, références, reliure simili-cuir vert de l'éditeur, titres dorés au dos, jaquette illustrée (lég. défraîchie), bon état (Coll. Vies et visages)

Avec en marge du récit des Souvenirs de Wagner réunis par Michel-R. Hofmann.

LAFFONT-BOMPIANI.

Dictionnaire des Oeuvres de tous les temps et de tous les pays. Littérature - Philosophie - Musique - Sciences.

Laffont, 1980, 7 vol. in-8°, xii-882, 854, 856, 856, 852, 775 et 300 pp, index, brochés, sous coffret, bon état

Tome 1 : Aa-Co ; Tome 2 : Co-Fa ; Tome 3 : Fa-Jo; Tome 4 : Jo-Oeu; Tome 5 : Oeu-Ru; Tome 6 : Sa-Zu ; Tome 7 : Index. — "Le Dictionnaire des Oeuvres constitue une "somme" d'autant plus nécessaire à l'homme moderne que les références dont a besoin celui-ci sont aujourd'hui plus étendues, non seulement dans le temps, mais dans l'espace. Depuis quelques siècles, la multiplication des ouvrages de l'esprit a été si rapide qu'une vie entière ne suffirait pas à parcourir les plus justement célèbres. Le monde occidental s'est étendu aux Amériques ; le monde oriental est devenu un élément nécessaire de toute culture complète. Non seulement il ne serait plus possible de tout lire, mais il serait fou de l'essayer. Tantôt le titre d'un ouvrage a été prononcé devant nous avec éloge, tantôt une allusion à un auteur a été faite par un critique que nous estimons ; parfois la lecture d'un livre, ou même d'une phrase de tel écrivain nous donne envie de connaître le reste de son oeuvre. C'est ici qu'intervient ce dictionnaire. Non seulement il m'apprendra les titres des oeuvres, mais il me donnera l'analyse des plus importantes. Le journaliste, l'écrivain, et tout simplement l'honnête homme, ont à tout moment besoin d'un renseignement sur des disciplines qui leur sont étrangères, et cela dans tous les langages. Ils trouveront, dans cet ouvrage, l'analyse de vingt mille oeuvres de toutes natures, qui couvrent les champs les plus variés. C'est une lecture fascinante et précieuse..." (André Maurois)

LALO (Pierre).

De Rameau à Ravel; Portraits et Souvenirs. Avant-propos par Gustave Samazeuilh.

Albin Michel, 1947, in-8°, 422 pp, broché, bon état

LANDORMY (Paul).

Gounod.

Gallimard, 1942, in-12, 275 pp,

LANDORMY (Paul).

Schubert. Nouvelle édition revue et augmentée.

Gallimard, 1942, in-12, 232 pp, 8 gravures hors texte, biblio, broché, bon état

LAVIGNAC (Albert).

Le Voyage artistique à Bayreuth. Ouvrage contenant de nombreuses figures et 280 exemples en musique.

P., Delagrave, 1922, fort in-12, vi-620 pp, treizième édition, 29 gravures et portraits, un plan replié de Bayreuth, 4 figures, 17 tableaux (dont 8 dépliants hors texte), biblio des ouvrages en français publiés sur Richard Wagner et son oeuvre, reliure pleine toile ocre, dos lisse, pièce de titre chagrin havane, couv. imprimées conservées, une copie couleurs du 1er plat de couverture contrecollée sur le 1er plat de la reliure, qqs très rares rousseurs, bon état

Le fameux guide d’Albert Lavignac, paru en 1897 et maintes fois réédité. — "Wagner réussit dans sa révolution esthétique, à concilier l’opéra, en vogue à Paris, avec la musique instrumentale sérieuse des Allemands. Cette révolution se concrétisa par la construction de l’opéra de Bayreuth, où le théâtre, lieu traditionnel du divertissement, s’était métamorphosé en un sanctuaire de la musique, exigeant le plus grand recueillement, dont il était lui-même le Créateur, « le Dieu... irradiant un sacre », selon Stéphane Mallarmé. Bayreuth devint ainsi dès la fin du 19e siècle un centre de pèlerinage où l’on accourait de tous les pays..." (Laure Schnapper) — "Le Voyage artistique à Bayreuth, d'Albert Lavignac, est à la fois un guide touristique qui vous conduit dans la cité du Maître et vous en révèle ses mille recoins, une "Bible" de la religion wagnérienne et un charmant livre qui nous parle aujourd'hui du temps jadis où il fut écrit (1897). ... Il contient , opéra par opéra, une analyse des thèmes, un exposé de l'action et un portrait des personnages. C'est un classique : l'usuel indispensable à tout wagnérien digne de ce nom." (Pierre Combescot)

LE BRETON (Auguste).

La Môme Piaf.

Hachette, 1980, gr. in-8°, 370 pp, 8 pl. de photos hors texte, broché, couv. illustrée, bon état

Grâce aux souvenirs inédits de Ginette Richer qui, pendant douze ans, est demeurée auprès de Piaf, Auguste Le Breton a pu camper la Môme en véritable héroïne. Une vie pure et scandaleuse, un martyre et une rigolade : les virées, l'alcool, le travail, les liaisons, la drogue, la souffrance...

LEROY (Alfred).

Maîtres de la musique.

Bruxelles, Club international du Livre, s.d. (1965), in-8°, 298 pp, 4 illustrations en 2 couleurs, biblio, reliure skivertex bordeaux de l'éditeur, dos lisse avec titres et filets dorés, un fer doré représentant un clavecin au 1er plat, gardes illustrée des portraits dessinés des compositeurs, bon état. Ouvrage tiré à 3000 ex. tous numérotés (ex. n° 1620)

"Mettre en lumière douze compositeurs parmi les plus connus et les plus aimés, tel est le but de ce volume." (Préface). — Table : François Couperin (1668-1733) ; César Franck (1822-1890) ; Johannes Brahms (1833-1897) ; Camille Saint-Saëns (1835-1921) ; Georges Bizet (1838-1875) ; Moussorgski (1839-1881) ; Tchaïkovski (1840-1893) ; Jules Massenet (1842-1912) ; Edward Grieg (1843-1907) ; Isaac Albeniz (1860-1909) ; Giacomo Puccini (1858-1924) ; Gabriel Fauré (1845-1924).

LEROY (Maxime).

Les Premiers amis français de Wagner.

Albin Michel, 1925, in-8°, 251 pp, 8 pl. de gravures et photos hors texte (Auguste de Gaspérini, Baudelaire, Minna Wagner, Wagner à 30 ans, Léon Leroy, Champfleury, l'orchestre de l'Opéra vers 1869, Richard Wagner à Paris), broché, bon état (Coll. Bibliothèque musicale)

LICHTENBERGER (Henri).

Wagner.

Félix Alcan, 1925, pt in-8°, 243 pp, biblio (Coll. Les maîtres de la musique)

Jeunesse et premières expériences. Paris et Dresde. L'exil. Le triomphe. Des fées à Rienzi. Du Vaisseau Fantôme à Lohengrin. La théorie du drame musical. L'Anneau de Nibelung. Tristan. Les Maitres Chanteurs. Parsifal. - bibliographie, catalogue des oeuvres de Wagner.

LIDOVA (Irène).

17 visages de la danse française. 80 photographies de Serge Lido.

P., Art et Industrie, 1953, gr. in-8°, 64 pp, préface par Philippe Hériat, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état

Roland Petit, Janine Charrat, Jean Babilée, Renée Jeanmaire, Alexandre Kalioujny, Nina Vyroubova, Michel Renault, Colette Marchand, Ludmilla Tcherina, etc.

MAGIDOFF (Robert).

Yehudi Menuhin. The story of the man and the musician.

Buchet/Chastel, 1957, in-8°, 269 pp, traduit de l'anglais, 20 pl. de photos hors texte, broché, couv. illustrée d'une photo de Menuhin, petite trace de scotch au bas du dos, bon état. Edition originale en français (il n'est pas mentionné de grand papier), exemplaire SIGNÉ par Yehudi Menuhin et truffé de 26 coupures de presse sur Menuhin, d'une petite photo originale de Menuhin et de 2 tickets de concert

Une biographie détaillée, pittoresque et pleine de tact, du plus prestigieux violoniste du XXe siècle (1916-1999). Si l'on a beaucoup écrit, dans le monde entier, sur la carrière exceptionnelle de cet artiste dont les débuts de jeune prodige soulevèrent l'enthousiasme délirant des critiques musicaux aussi bien que du public, l'homme demeurait à peu près inconnu. Roger Magidoff a consacré cinq années à réunir les témoignages et les souvenirs de toutes les personnes qui ont connu Menuhin et sa famille et son livre lève le voile de la légende qui l'environnait...

MALSON (Lucien).

Histoire du jazz et de la musique afro-américaine.

UGE, 1978, in-12, 335 pp, en annexe : discographie (Gospel, Blues, Early jazz, Mainstream music, Bop, Cool, Néo-bop, Soul, Jazz, Rhythm and Blues), filmographie, index des musiciens cités, couv. illustrée, trace de mouillure ancienne sur les derniers feuillets. Inédit paru directement au format de poche (Coll. 10/18)

MARTY (Ginette et Georges).

Dictionnaire des chansons de la Révolution, 1787-1799.

Tallandier, 1988, in-8°, 344 pp, chronologie, lexique, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

Près de 3000 chansons ont été écrites pendant la période révolutionnaire souvent sur des airs déjà connus, les auteurs en ont retenues 140, accompagnées de leurs partitions d'origine. Des chapitres sont consacrés aux genres littéraires et musicaux en vogue à l'époque, les auteurs, compositeurs et interprètes, et les modes de propagation de ces chansons. Plus plusieurs lexiques qui viennent complèter cet ouvrage.

MASSELL (James).

Chanter ou ne pas chanter. Suggestions pratiques et exercices pour la formation de la voix. Traduit de l'anglais par Anne Steve.

Albin Michel, 1947, in-12, 100 pp, broché, bon état

MASSENET (Jules).

Mes souvenirs. Nouvelle édition commentée par Gérard Condé.

Editions Plume, 1992, in-8° carré, 349 pp, discographie, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

Quelques jours après la mort de Massenet, survenue le 13 août 1912, l’éditeur Pierre Lafitte fait paraître les Mémoires du compositeur, intitulés “Mes souvenirs”. Massenet y retrace les grandes étapes de sa carrière artistique et les principaux événements qui ont marqué son existence : de sa formation à la création de ses œuvres majeures, l’auteur adulé de “Manon” nous livre le portrait d’un artiste prolifique, couvert de gloire et témoin de profonds bouleversements artistiques. Il se montre cependant souvent complaisant et jette un voile pudique sur les échecs, cabales ou critiques qu’il dut affronter, sa musique, loin de faire l’unanimité, suscitant des passions encore plus ou moins vives aujourd’hui. Aussi “Mes souvenirs” furent-ils rapidement considérés comme un texte apocryphe et donc peu fiable. Le présent ouvrage apporte la preuve que le compositeur a bien lui-même écrit son texte – ou du moins largement supervisé leur publication – en adoptant un style à la fois nostalgique et mondain en phase avec celui de nombreux ouvrages similaires et publiés à la même époque.

MERLIN (Olivier).

Le Chant des sirènes (le Bel Canto).

Julliard, 1969, in-8°, 352 pp, lexique, index, cart. éditeur, sans la jaquette, bon état

"Facile à lire, attrayante par le pittoresque de la narration et du vocabulaire, cette sorte d'anthologie du Bel Canto sera, pour tous ceux que l'histoire de la musique n'a fait qu'effleurer, un passionnant documentaire. Une judicieuse introduction définit la morphologie du chanteur et démonte les rouages compliqués et fragiles de la technique vocale. Puis on nous initie aux conventions du théâtre lyrique, disant la part respective du compositeur, du librettiste, du metteur en scène, du chef d'orchestre (sans oublier les machinistes !) dans la création et la présentation scénique d'un opéra. Après ces préambules, vient un survol rapide et piquant de l'histoire des « hauts lieux du Bel Canto », et surtout de ses idoles à la voix d'or, prima donnas capricieuses, ténors corpulents, basses caverneuses, sombres contraltos. Truffé d'anecdotes savoureuses et de jugements à l'emporte-pièce, comme seul un Théophile Gautier savait en prononcer, ce récit n'est qu'un long coup d'oeil, indiscret, mais combien amusant, dans les coulisses des théâtres et sur la vie privée, parfois curieusement agitée, des artistes à la divine glotte, dont le nom demeure depuis 1800." (Jean-Paul Holstein, Revue Etudes) — "Une lecture passionnante, profitable de surcroit à tous ceux qui s'intéressent à l'art lyrique." (René Dumesnil, Le Monde) — "M. Merlin passe en revue les interprètes fameux des XIXe et XXe siècles, les hauts lieux de l'art lyrique ; son livre est aussi vivant que complet. Les mélomanes voudront le lire ; ils y apprendront une foule de choses. Mais les simples curieux, ceux qui veulent « se tenir au courant », devront le lire aussi. Ils pourront faire sur ce sujet mille réflexions." (Combat) — "Ce qu'il y a de si précieux dans le cas d'Olivier Merlin, c'est que sa foi ne lui fait rien perdre de son ironie et que son enthousiasme n'éteint jamais sa lucidité." (Kléber Haedens, Paris-Presse) — "Des Bouffes à l'Opéra de Paris, des Italiens du Boulevard à la Scala de Milan, de la Salle Ventadour au « Met » de New York, avec Olivier Merlin, nous courons de surprise en surprise, sans une minute d'ennui. Quel record !" (Marie-Claire)

MERLIN (Olivier).

Le Chant des sirènes (le Bel Canto).

Julliard, 1969, in-8°, 352 pp, lexique, index, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état, envoi a.s.

"Facile à lire, attrayante par le pittoresque de la narration et du vocabulaire, cette sorte d'anthologie du Bel Canto sera, pour tous ceux que l'histoire de la musique n'a fait qu'effleurer, un passionnant documentaire. Une judicieuse introduction définit la morphologie du chanteur et démonte les rouages compliqués et fragiles de la technique vocale. Puis on nous initie aux conventions du théâtre lyrique, disant la part respective du compositeur, du librettiste, du metteur en scène, du chef d'orchestre (sans oublier les machinistes !) dans la création et la présentation scénique d'un opéra. Après ces préambules, vient un survol rapide et piquant de l'histoire des « hauts lieux du Bel Canto », et surtout de ses idoles à la voix d'or, prima donnas capricieuses, ténors corpulents, basses caverneuses, sombres contraltos. Truffé d'anecdotes savoureuses et de jugements à l'emporte-pièce, comme seul un Théophile Gautier savait en prononcer, ce récit n'est qu'un long coup d'oeil, indiscret, mais combien amusant, dans les coulisses des théâtres et sur la vie privée, parfois curieusement agitée, des artistes à la divine glotte, dont le nom demeure depuis 1800." (Jean-Paul Holstein, Revue Etudes) — "Une lecture passionnante, profitable de surcroit à tous ceux qui s'intéressent à l'art lyrique." (René Dumesnil, Le Monde) — "M. Merlin passe en revue les interprètes fameux des XIXe et XXe siècles, les hauts lieux de l'art lyrique ; son livre est aussi vivant que complet. Les mélomanes voudront le lire ; ils y apprendront une foule de choses. Mais les simples curieux, ceux qui veulent « se tenir au courant », devront le lire aussi. Ils pourront faire sur ce sujet mille réflexions." (Combat) — "Ce qu'il y a de si précieux dans le cas d'Olivier Merlin, c'est que sa foi ne lui fait rien perdre de son ironie et que son enthousiasme n'éteint jamais sa lucidité." (Kléber Haedens, Paris-Presse) — "Des Bouffes à l'Opéra de Paris, des Italiens du Boulevard à la Scala de Milan, de la Salle Ventadour au « Met » de New York, avec Olivier Merlin, nous courons de surprise en surprise, sans une minute d'ennui. Quel record !" (Marie-Claire)

MERLIN (Olivier).

Quand le Bel Canto régnait sur le Boulevard.

Fayard, 1978, in-8°, 264 pp, lexique, index, broché, couv. illustrée à rabats, bon état. Le Bel Canto au siècle du Boulevard : la musique qui adoucit les moeurs couvrit deux Monarchies et un Empire, soit cinquante années sans guerre, de 1820 à 1870.

MEZZROW (Mezz) et Bernard WOLFE.

La Rage de vivre. Récit.

Corréa, 1953, pt in-8°, 419 pp, traduit de l'américain par Madeleine Gautier et Marcel Duhamel, préface de Henry Miller, broché, papier lég. jauni, bon état

Peu de livres sur le jazz ont suscité autant d'enthousiasme que celui du clarinettiste et saxophoniste Mezz Mezzrow ; le brûlant récit qu'il fait de sa vie a transporté des générations de lecteurs. Mezzrow raconte tout : son enfance et son adolescence à Chicago, sa découverte du blues en prison, ses premiers contacts avec les musiciens de jazz, dans la banlieue ouest de Chicago. Il y a son travail acharné, la drogue, dont il est dépendant et dealer ; il y a surtout ses rencontres avec les plus grands : Louis Armstrong, Sydney Bechet, Tommy Ladnier... A New York, il devient producteur de disques et enregistre avec Bechet. L'année 1938 est marquée par sa rencontre avec celui qui deviendra son grand ami, Hugues Panassié, qui débouchera sur les mythiques disques Swing.

MORRIS (Ronald L.).

Le jazz et les gangsters, 1880-1940.

Le Passage, 2002, in-12, xi-127 pp, traduit de l'américain, 19 photos dans le texte, notes, appendices, biblio, index, broché, couv. illustrée, état correct

Que seraient devenus Duke Ellington, Louis Armstrong, Earl Hines ou King Oliver sans les gangsters qui les employaient ? Ces 'mobsters' et ces 'racketeers', souvent juifs ou siciliens, n'étaient pas aveuglés par les préjugés racistes qui empêchaient l'establishment blanc d'apprécier et de soutenir les musiciens noirs. Dans les clubs qui proliférèrent pendant la Prohibition, ils assurèrent la sécurité de l'emploi nécessaire à la constitution d'orchestres stables et à la maturation d'un style. Et ce sont les politiciens conservateurs qui, en faisant de la Mafia leur bouc émissaire, ont mis fin à l'âge d'or du jazz. À l'appui de cette thèse étonnante, Ronald Morris propose une enquête et une documentation exceptionnelles, une peinture réaliste de la vie des premiers musiciens de jazz et du milieu de la pègre à la Nouvelle-Orléans, à Chicago, New York et Kansas City. Ronald L. Morris lève ainsi le voile sur un pan méconnu de l'histoire de la culture populaire. Les gangsters, conclut-il, se sont comportés avec les 'jazzmen' comme les grands mécènes de la Renaissance : « Il n'y eut peut-être jamais, dans toute l'histoire de l'art, d'association plus heureuse. »

[Mozart] – LABIE (Jean-François)(dir.).

Wolfgang Amadeus Mozart.

Editions du Chêne, 1985, in-8°, 298 pp, 134 gravures, dont quelques-unes en couleurs, annexe, discographie, biblio, couv. illustrée à rabats, bon état (Coll. Génies et Réalités)

"La figure du musicien de Salzbourg n'a cessé de provoquer études et controverses. Entre l'homme angélique et le révolutionnaire, l'homme de cour et l'affreux petit contestataire, le philosophe et le musicien de divertissement, il y a place pour un autre portrait : celui d'un homme comme tout le monde, écrasé par le poids de son génie et que, depuis deux cent ans, musicologues, historiens, metteurs en scène, philosophes et animateurs de festivals s'efforcent d'enfermer chacun dans leur interprétation. Connaissons-nous Mozart ? Non, certainement pas. Les auteurs de cet ouvrage collectif ont cherché à sortir des sentiers battus et des certitudes tranquilles. Il est quand même bon de rendre à la légende ce qui lui appartient et qu'elle essaie depuis si longtemps de nous faire passer pour la réalité. Tant pis pour les dentelles déchirées et les perruques de travers." (Jean-François Labie) — Par Jean-François Labie, Alfred Kern, Antoine Goléa, Jacques Bourgeois, Michel Guiomar, l'abbé Carl de Nys, Claude Samuel, Georges Liebert.

NAUMANN (Emil).

Illustrierte Musikgeschichte. Vollständig neu bearbeitet und bis auf die Gegenwart fortgeführt von Eugen Schmitz. Einleitung und Vorgeschichte von Leopold Schmidt. Mit 264 Textabbildungen, 30 Kunstbeilagen und 32 Notenbeilagen.

Stuttgart, Berlin, Leipzig, Union Deutsche Verlagsgesellschaft, 1890, gr. in-8°, viii-810 pp, 2e édition, 264 gravures dans le texte, 30 pl. de portraits et 32 pl. de fac-similés dépliants (manuscrits de compositeurs, lettres) hors texte, index, reliure pleine percaline verte, décors polychromes au 1er plat et au dos, date dorée en queue, tranches jaspées (rel. de l'éditeur), bon état. Bel exemplaire. Texte en allemand (gothique)

Excellente encyclopédie de la musique classique écrite par Emil Naumann entre 1880 et 1885, qui fut traduite dès 1894 en anglais, mais jamais en français.

OLDENBARNEVELT (Jeanne van).

Die Atmungskunst des Menschen in Verbindung mit Ton und Wort im Dienste der Kunst und der Wissenschaft. [La respiration humaine associée au son et à la parole au service de l’art et de la science]. Offizielle Vorträge und Demonstrationen. Mit 2 Titelbilden, 32 Textabbildungen, einem Modell und einer Uebungstafel.

Oranienburg, Wilhelm Möller, s.d. (1907), in-8°, 105 pp, 5e édition revue, 2 photos de l'auteur en frontispices, 15 illustrations dans le texte, 14 planches photographiques, une planche dépliante hors texte détaillant 41 positions du corps et mouvements, enfin une planche à système en couleurs (le corps féminin en cinq états : squelette, avec muscles, nu avec organes internes, etc.) sur la dernière garde, cartonnage percaline verte de l'éditeur, titres dorés au 1er plat, encadrements à froid sur les plats, bon état. Texte en allemand (pas en caractères gothiques)

PAROUTY (Michel).

La Traviata de Verdi.

Aubier, 1988, in-8°, 136 pp, biblio et discographie sélectives (Coll. Les grands opéras)

PETIT (Pierre).

Mozart ou la musique instantanée.

Perrin, 1990, gr. in-8°, 304 pp, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

Mozart ou l'homme protée. Il compose plus vite, et mieux, que les meilleurs des musiciens. Réclamé partout, séducteur, mari attentionné, voyageur dans l'Europe entière, Mozart est la première et la plus grande "star" de la musique. Enfant prodige, compositeur génial, symbole de l'Europe des Lumières, mythe mondial jamais désacralisé, il incarne une sorte d'accomplissement humain. Seul un musicologue et compositeur comme Pierre-Petit pouvait rendre justice à Mozart.

POURTALÈS (Guy de).

Berlioz et l'Europe romantique.

Gallimard, 1939, in-8°, 382 pp, un portrait de Berlioz en frontispice, reliure demi-chagrin carmin, dos à 5 nerfs pointillés, titres dorés (rel. de l'époque), bon état

POURTALÈS (Guy de).

La vie de Liszt.

Gallimard, 1954, in-8°, 324 pp, broché, bon état (Coll. L'Europe romantique)

"Ma méthode de travail n'a consisté qu'à suivre Liszt pas à pas, depuis son enfance, à travers ses lettres, ses aventures et ses voyages. Le bruit de sa gloire de pianiste est dans tous les journaux du temps. L'histoire de son esprit est dans ses oeuvres. Celle de ses amours se lit dans la souffrance et les enthousiasmes des femmes qui l'ont adoré. En rassemblant ces documents, en les débrouillant noeud à noeud, sans jamais chercher à faire un portrait héroïque, mais en lui laissant ses clartés et ses ombres, j'ai vu se dessiner tout seul le puissant visage de cet ange enchaîné."

QUILLIEN (Christophe).

Génération Rock & Folk. 40 ans de culture rock.

Flammarion, 2006, in-8°, 400 pp, nombreuses illustrations, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, ex-dono manuscrit, bon état

"Selon Frank Zappa, "les rock critics sont des gens qui ne savent pas écrire qui interrogent des gens qui n'ont rien à dire pour des gens qui ne savent de toute façon pas lire". Pardon, monsieur Zappa, mais ça fait quarante ans qu'une bande de froggies à lunettes noires résiste et essaye de vous faire mentir." (Extrait de la préface de Philippe Manoeuvre, rédacteur en chef de Rock & Folk)

[Revue Médiévales n° 32].

Voix et signes. Nouvelles musiques du XIIIe au XVe siècle, sous la direction de Olivier Mattéoni.

Presses Universitaires de Vincennes, 1997, in-8°, 158 pp, 9 illustrations, figures, broché, bon état

Entre le XIIIe siècle et le XIVe siècle, la musique a connu une mutation importante avec l'apparition de la polyphonie et de la notation mesurée. Autour de ce thème, les articles proposent plusieurs études sur le grand tournant qu'est l'ars nova, sur l'évolution et l'esprit de la nouvelle musique, sur la manière de la penser et de l'écrire, sur ses correspondances avec les nouveaux courants philosophiques. Les voix nouvelles, malgré la condamnation du pape, s'imposent et changent radicalement le paysage sonore. La mélodie, rendue par des voix multiples, est plus complexe, plus sublime, affinée par le concept de « subtilité ». Pour transcrire ce langage musical, les théoriciens élaborent un nouveau système de notation et en définissent les signes. Au XVe siècle, la musique fait partie intégrante de la vie de cour et les instruments de musique sont représentés dans la décoration des palais seigneuriaux italiens. Une discographie allant du XIe au XVe siècle vient opportunément compléter cet ensemble. — 10 études érudites : Nouvelles musiques du XIIIe au XVe siècle (Olivier Mattéoni) ; Du symbole au signe : remarques sur la parenté entre Ars nova et nominalisme (Etienne Anheim) ; Penser la musique au XIIIe siècle (Olivier Cullin) ; Notation mensuraliste et autres systèmes de mesure au XIVe siècle (Anna Maria Busse Berger) ; Subtilité est affaire de raison (Marielle Popin) ; La musique du prince : figures et thèmes musicaux dans l'imaginaire de cour au XVe siècle (Nicoletta Guidobaldi) ; Orientation discographique (Olivier Cullin) -- François et Claire. Masculin/Féminin dans l'Assise du XIIIe siècle (Jacques Dalarun) ; La représentation de l'animal par Marco Polo (Jean-Claude Faucon) ; Le mythe de Thésée pendant le Moyen Age latin (500-1150) (André Peyronie) ; suivi de Notes de lecture.

ROBERT (Frédéric).

La Marseillaise.

P., Nouvelles Editions du Pavillon et Imprimerie nationale, 1989, in-4°, 367 pp, biblio, nombreuses illustrations en noir et en couleurs, sous emboîtage illustré

ROLAND-MANUEL (dir.).

Histoire de la musique. Tome 1 : Des origines à Jean-Sébastien Bach.

Gallimard, 1960, fort in-12, xiii-2236 pp, tiré sur papier bible, tableaux chronologiques, glossaire, 2 index, reliure plein cuir souple doré à l'or fin de l'éditeur, dos lisse titré et orné d'étoiles, jaquette (défraîchie), C. de bibl., bon état (Coll. Encyclopédie de la Pléiade, publiée sous la direction de Raymond Queneau). Edition originale. Epuisé

SAIAH (Ysabel).

Oum Kalsoum. Préface de Hosni Moubarak.

Denoël, 1995, in-8°, 251 pp, 16 pl. de photos hors texte, chansons, discographie, filmographie, biblio, broché, couv. illustrée, bon état, envoi a.s.

SAUSSINE (Renée de).

Paganini le magicien.

Gallimard, 1938, in-8°, 252 pp, préface de Jacques Thibaud, biblio, broché, état correct

SERROU (Bruno).

Richard Strauss et Hitler. Quatre derniers Lieder.

P., Editions Scali, 2007, in-8°, 319 pp, 8 pl. de photos hors texte, annexes, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

Avec Richard Strauss et Hitler, Bruno Serrou pose implicitement cette question : « Faut-il sauver le compositeur Richard Strauss ? » souvent contesté pour ses « compromissions » avec le régime nazi. R. Strauss, compositeur et chef d'orchestre allemand, n'était, à l'évidence, pas nazi, mais pour sauver les siens et sa liberté d'artiste, il a pratiqué « le principe de concession » et, parfois même au-delà, retrouvant en cela ceux qui créent, ont créé ou créeront sous le régime d'un dictateur...Véritable expert de l'oeuvre et de la vie de R. Strauss, se rendant là où il vécut, travailla, auprès de ceux de ses proches qui lui ont survécu, disposant de nombreux documents dont un Journal intime, Bruno Serrou s'exprime en double quasiment filial de son modèle, avec une honnêteté scrupuleuse, sans chercher à l'épargner. Cette biographie écrite avec talent, dans un certain désordre chronologique et un esprit d'enquête journalistique nous apprend beaucoup.

STROBEL (Heinrich).

Claude Debussy. Préface et traduction d'André Cœuroy. Nouvelle édition revue et augmentée.

Edition Le Bon Plaisir/Librairie Plon, 1952, in-8°, 239 pp, bande conservée (Coll. Amour de la Musique)

THEODORAKIS (Mikis).

Journal de résistance : La dette.

Flammarion, 1971, in-8°, 320 pp, traduit du grec, broché, jaquette illustrée, bon état (Coll. Textes politiques). Edition originale

Table : Chronologie des faits ; Lexique de la résistance grecque ; Athènes - La clandestinité ; Averoff ; Vrachati - La liberté surveillée ; Zatouna ; Oropos - Le camp. — "Lutte clandestine ; rédaction, impression, diffusion des tracts, appels, documents ; cachettes successives, vie traquée et ardente jusqu'à l'arrestation inévitable et à l'expérience de la prison et des camps : ce document émouvant semble nous ramener trente ans en arrière. Avec un certain survoltage méditerranéen (ainsi le poète nous dit qu'il faisait couramment, et au moins, du 200 à l'heure avec sa Citroën -sur les routes grecques, bien entendu). Le journal proprement dit est semé de poèmes, de chansons que Theodorakis composait pendant sa claustration, entre la rédaction de deux textes politiques. Le livre est précédé par une biographie de l'auteur qui nous rappelle que celui-ci a toujours milité contre le régime de son pays. Sa résistance ne date pas du 21 août 1967 : c'est un résistant de naissance." (Yves Florenne, Le Monde diplomatique, 1971)

VALLAS (Léon).

Claude Debussy et son temps.

Albin Michel, 1958, in-8°, 442 pp, 2 photos hors texte, table des oeuvres de Debussy, index des noms cités, broché, couv. illustrée, bon état, ex. du SP

Cette étude de Léon Vallas est monumentale pour la masse de renseignements qu'elle offre aux musicologues, elle retiendra l'attention de l'érudit tout en captivant le lecteur le moins informé. — "... Son étude musicale est excellente, aussi complète et compétente qu'il est possible de le désirer. Elle forme une biographie par les oeuvres dont l'intérêt est considérable, quand on songe à l'importance du rôle que Debussy a joué dans l'évolution de la musique contemporaine. Le chapitre relatif à la formation de son esprit dans la société des poètes, des peintres et de divers intellectuels, est du plus haut intérêt : il suit avec autant de perspicacité que de minutie les apports successifs qui vinrent compléter un instinct prédisposé à des créations personnelles..." (Julien Tiersot , Revue de Musicologie)

VILA (Marie-Christine).

Sotto voce, Mozart à Paris.

Actes Sud, 1991, in-8° étroit, 197 pp, préface d'Elisabeth de Fontenay, notes, broché, couv. illustrée, bon état

Par deux fois, Mozart s'est rendu à Paris. Reçu avec les plus glorieux honneurs en 1763, il y fit un second voyage quelque quinze années plus tard, en 1778, et passa complètement inaperçu. Prenant ce second voyage manqué comme point d'ancrage de sa réflexion, l'auteur, en qualité de philosophe, de musicienne et de musicologue, s'attache à déterminer les raisons profondes susceptibles d'expliquer ce malentendu.

VOLKOFF (Vladimir).

Tchaïkovsky. Biographie.

Julliard/L'Age d'Homme, 1983, in-8°, 411 pp, 16 pl. de documents hors texte, index, reliure toile éditeur, jaquette

[WAGNER] – Collectif.

Richard Wagner.

Hachette, 1962, gr. in-8°, 302 pp, 96 pages de gravures, photos et documents et 8 pl. en couleurs (illustrations contrecollées) hors texte, catalogue et discographie par Jean Witold, chronologie, imprimé sur papier vergé Saint-Alban, reliure skivertex aubergine de l'éditeur, bon état (Coll. Génies et Réalités)

9 études par Marcel Brion (Héros de son propre drame), Jean-René Huguenin (Des amours intéressées), Antoine Goléa (Wagner au miroir de ses héros), Joseph Rovan (Le bourgeois Wagner et le pangermanisme), Marcel Beaufils (La philosophie wagnérienne : de Schopenhauer à Nietzsche), Bernard Gavoty (Au confluent du siècle musical : de Meyerbeer à Liszt), René Dumesnil (La nature du drame wagnérien), Jean Mistler (La mort à Venise), Walter Panofsky (L'apothéose du Festival). — "Dans la belle collection « Génies et Réalités », vient de paraître un ouvrage sur Wagner auquel une dizaine d'écrivains ont collaboré. Les principaux chapitres sont les suivants : « Héros de son propre drame », par Marcel Brion ; « Des amours intéressés », par J.-R. Huguenin » ; Au confluent du siècle musical : de Meyerbeer à Liszt », où Bernard Gavoty étudie particulièrement les rapports de ce dernier et de Wagner ; « La nature du drame Wagnérien », par René Dumesnil ; et enfin « La mort de l'auteur de Parsifal à Venise » par Jean Mistler. Fort bien illustré en noir et en couleurs, relié avec goût, ce bel in-octavo est complété par une chronologie, des notes et un catalogue complet des œuvres gravées, imprimées ou enregistrées sur disques de Richard Wagner, établi avec grand soin par M. Jean Witold." (Revue des Deux Mondes, février 1963)

[WAGNER] – DUMESNIL (René).

Richard Wagner.

Editions d'Histoire et d'Art, Librairie Plon, 1954, gr. in-8°, 221 pp, 48 pl. de gravures, photos et documents, références chronologiques, biblio, index, broché, jaquette illustrée, bon état (Coll. Ars et Historia)

"La publication de cet excellent livre de M. Dumesnil était singulièrement opportune à cette heure où l'astre wagnérien – c'était bien un astre – à la suite de circonstances qui toutes ne sont pas un honneur pour l'esprit, semble baisser à l'horizon. L'historien a retracé les étapes d'une carrière glorieuse, certes, mais difficile, et dont les débuts étaient particulièrement décourageants. Il a parfaitement défini le système musical qu'il étudiait en parlant d'une mélodie continue à thèmes directeurs. Il a fait une analyse à la fois technique et spirituelle des principales pièces d'un magistral ensemble, et l'on ressent, à lire son commentaire sur Parsifal, quelque chose de l'émotion qu'on éprouve, à entendre ce prodigieux chef-d'œuvre. Wagner a été le plus passionné des génies, pendant qu'il atteignait aux cimes les plus sereines de l'intelligence, nourri de ses forêts germaniques et du plus subtil de la spéculation orientale. C'est ce qu'on oublie trop et ce que M. Dumesnil nous rappelle, utilement..." (G. T., Hommes et mondes, mai 1955)

WAGNER (Richard).

Ma Vie. (Mein Leben).

Buchet/Chastel, 1983, gr. in-8°, 472 pp, texte français et notes de Martial Hulot avec la collaboration de Christiane et Melchior de Lisle, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

L'autobiographie de Richard Wagner parut en Allemagne sous le titre "Mein Leben" entre 1870 et 1874. Elle embrasse la période qui va de 1813 à 1864. L'originale allemande fut imprimée à compte d'auteur et tirée seulement à 18 exemplaires (à Bâle) et cela uniquement pour éviter une éventuelle perte de manuscrit. L'éditeur dut s'engager à garder le secret. L'ouvrage, conservé par la famille ne fut rendu public qu'après la mort du génie, selon sa volonté, par égard pour les personnes vivantes citées dans le livre. Outre son grand intérêt biographique, ce récit présente de grandes qualités littéraires, et par son style et par la description d'une des périodes les plus agitées de la vie artistique allemande.

WAGNER (Richard) et Franz LISZT.

Correspondance de Richard Wagner et de Franz Liszt, 1841-1882.

Gallimard, 1975, in-8°, 520 pp, traduit par L. Schmidt et J. Lacant, avant-propos de G. Samazeuilh, reliure simili-cuir rouge de l'éditeur, jaquette, bon état (Coll. Les Classiques allemands). Edition définitive

"Le génie n'aime pas le génie contemporain, c'est un fait", affirmait Péguy. Sans doute n'est-il pas de démenti plus éclatant à cette formule que l'amitié de Liszt et Wagner : une amitié de près de quarante ans, orageuse parfois, entrecoupée de refroidissements, et même frôlant la rupture, telle que permet de la retracer leur correspondance, unique entre deux compositeurs. Couvrant principalement les années 1850, cette correspondance permet de suivre la genèse des travaux théoriques de Wagner et de plusieurs de ses chefs-d'œuvre : L'Anneau du Nibelung, Tristan et Isolde, tandis que Liszt a renoncé aux lauriers du virtuose pour devenir Kapellmeister à Weimar et se métamorphoser en un compositeur fécond et inventif. Comme tous deux étaient en relation avec nombre d'autres musiciens : Berlioz, Schumann, Bülow, Joachim, notamment et qu'ils furent de grands voyageurs, leurs lettres constituent une source d'informations précieuses sur la vie musicale de leur temps en Allemagne et dans la plupart des pays d'Europe où ils se sont produits à la fois en tant que créateurs et interprètes. Ce livre comblera donc les wagnériens, les lisztiens, mais aussi tous les mélomanes désireux de mieux connaître une des époques les plus florissantes de l'histoire de la musique occidentale.

WAGNER (Richard) et LOUIS II de Bavière.

L'Enchanteur et le Roi des ombres. Choix de lettres traduites et présentées par Blandine Ollivier.

Perrin, 1976, in-8°, 378 pp, index, broché, couv. illustrée, bon état

On joint une photo de Blandine Ollivier.