1472 résultats

ABELLIO (Raymond).

Heureux les Pacifiques.

P., Le Portulan, 1946, pt in-8°, 438 pp, broché, bon état. Edition originale dont il n'a pas été tiré de grands papiers.

[Académie française].

Gloires de la France. Par les quarantes membres de l'Académie française. Avant-propos de Maurice Genevoix.

P., Collection académique Perrin, , 1966, in-4°, 393-4 pp, nombreuses illustrations en noir dans le texte et en couleurs hors texte, signatures des auteurs, imprimé sur vélin sirène, reliure plein cuir grain long bleu, titre or sur le 1er plat et au dos, tête dorée (rel. de l'éditeur), bel exemplaire

ACHARD (Paul).

Nous, les chiens.

Lille, Ed. Janicot, 1943, in-12, 272 pp, un des 150 ex. numérotés sur papier vélin, envoi a.s.

ADAM (Georges), sous le pseudonyme de HAINAUT.

A l'appel de la Liberté.

Editions de Minuit, 1945, in-12, 92 pp, broché, couv. blanche à rabats imprimée en noir, bon état. Deuxième édition et première édition publique de ce texte paru dans la clandestinité en juillet 1944. Exemplaire numéroté sur Vélin. (Vignes, 25)

Un récit dont le héros, soldat français, est pris dans la tourmente de l'offensive allemande de mai 1940, est fait prisonnier et réussit à s'évader. Georges Adam, né à Carrières en Belgique, en juin 1908 et décédé à Paris en 1963, est un journaliste, romancier, poète, essayiste et traducteur. Il fut résistant pendant la seconde guerre mondiale.

ADAM (Olivier).

Passer l'hiver.

L'Olivier, 2004, pt in-8°, 167 pp,

ADELEN (Claude).

Henri Deluy, une passion de l'immédiat.

P., Fourbis, 1995, in-8°, 229 pp, frontispice de Pierre Getzler, biblio, couv. à rabats. Edition originale. Très bon état

ADELY (Emmanuel).

Les Cintres.

Editions de Minuit, 1993, pt in-8°, 125 pp, broché, bon état. Premier texte de l'auteur. Edition originale sur papier courant, enrichie d'un envoi a.s.

C'est peut-être la proximité contagieuse des ruines romaines qui faisait que la maison s'écroulait à son tour. A l'intérieur, les êtres avaient l'allure d'ombres solides et silencieuses, et très vite je n'ai plus déterminé qui s'effondrait, de la femme ou de sa maison. Les murs tenaient par miracle. La femme est tombée. Tout était trop vieux sans doute. Il aurait fallu d'énormes sommes, ça se chiffrait en millions. Alors j'ai été ce qu'ils ont voulu que je sois, une silhouette qu'on habille, un cintre. J'ai tout tenté. J'ai cru repeupler toutes les pièces. J'ai tout fait pour que la femme meure là. J'aurais fait pire si j'avais pu.

ADONIS.

Cheminement du désir dans la géographie de la matière.

Lausanne, PAP [Pierre-Alain Pingoud], 1989, gr. in-8°, (76) pp, non paginé, traduit de l'arabe par Anne Wade Minkowski avec la collaboration de l'auteur, frontispice de Siron, broché, imprimé sur beau papier vergé, numéroté 367/600, bon état

AEPLY (Janine).

Une fille à marier. Roman.

Mercure de France, 12 août 1970, in-8° étroit, 143 pp, broché, couverture sur papier rose avec titre imprimé, bien complet de la jaquette avec une photographie érotique par Cambazard, bon état

Roman érotique par la compagne de Fautrier. « ... dès les premières pages, l’héroïne, cuisses ouvertes, se livre à l’exploration sans fin de son propre sexe .../... (elle) ne fait que projeter en réalité, et de façon exacerbée, un phallus absent mais fantasmatiquement si souverain, qu’il devient, au bout du compte le seul « héros » véritable du livre. Cette variation libre et libertine sur le mythe de Psyché ne semble pas avoir été traitée jusque-là en particulier par une femme… » (Claudine Brecourt–Villars, Ecrire d’Amour. Anthologie de textes érotiques féminins, 1985, p. 313 qui donne un extrait)

AICARD (Jean).

L'illustre Maurin. (Maurin des Maures, II).

Phébus, 1996, in-8°, 411 pp, discret C. de bibl. Très bon état

ALAIN.

Les Cent Un Propos d'Alain. (2e série).

Paris, Edouard Cornély, 1910, in-8°, 236 pp, couverture légèrement salie sinon bel exemplaire

ALAIN [Emile-Auguste Chartier].

Correspondance avec Elie et Florence Halévy. Préface et notes par Jeanne Michel-Alexandre.

Gallimard, 1958, in-8°, 467 pp, 2 photos hors texte, index, broché, bon état. Edition originale, un des 58 exemplaires numérotés sur vélin pur fil Lafuma-Navarre, seul tirage en grand papier

Plus de 350 lettres adressées par Alain à Elie Halévy de 1892 à 1918. — Voici plus de trois cent cinquante lettres d'Alain, écrites au cours de près de cinquante années d'amitié inaltérable. Il n'est guère de sujet, grand ou petit, de préoccupation philosophique, politique, historique, pédagogique, personnelle, qui n'y soit abordé... Alain écrivait à Halévy : «J'aurais bien volontiers un discours de quelques jours et de quelques nuits avec toi. Réellement, je ne vois pas une autre créature de qui je puisse penser une chose pareille.» Les éditeurs déplorent à propos de ce livre une double carence. La première est l'absence des lettres d'Élie Halévy à Alain, détruites pendant la guerre de 1939, à l'exception de quatre ou cinq. La seconde est l'espèce d'oubli où est tombé l'ami d'Alain. «Le nom d'Alain est devenu célèbre, écrivent-ils, mais devant ce livre beaucoup ne seront pas sans se demander : qui donc a été Élie Halévy?» On répond à cette question en consacrant une part de l'introduction à ÉIie Halévy, puis en plaçant en guise de préface quelques fragments de son Journal d'adolescence, et en appendice un certain nombre de ses lettres à d'autres de ses amis qu'Alain. Par ce travail de restauration littéraire, Élie Halévy est présent en ce livre. Mais il l'est surtout grâce au contact si direct et si fort entre les deux amis, qui permet souvent, à travers les lettres d'Alain, de deviner questions et réponses et d'entendre presque la voix de celui à qui elles sont destinées. On découvrira ici un peu de ce comportement quotidien d'Alain, quelques-unes de ses réactions aux événements privés qu'il a exclues délibérément de l'Histoire de mes pensées par le refus de «se raconter». Plus profondément, ce livre s'offre comme un puissant témoignage sur deux hommes pensants, deux hommes que leur grandeur a faits, malgré tant de différences, également solitaires et secrets... — "Cette correspondance contient principalement des lettres d'Alain, presque toutes les lettres d'Elie Halévy ayant disparu. Jusqu'à 1914 (pp. 25-138). il est surtout question de philosophie. Pendant la période de guerre (pp. 138-258). le canonnier Alain décrit minutieusement sa vie ; il s'indigne contre Barrés, et les aumôniers galonnés, il apprécie peu la hiérarchie militaire, voit dans “Le Feu” de Barbusse un « livre d'officier ». et écrit : « Le mal le plus sensible à la guerre, c'est l'esclavage ». Ouant aux textes allant de 1918 à 1937, date de la mort d'Halévy (pp. 258-317), ils ne manifestent pas tous une éqale clairvoyance. C'est ainsi au'Alain écrit le 2 mai 1936 : « Je ne cesse de demander ce colmataqe à l'Ouest (sic) selon la liqne belge et française, ligne que l'on oeut rendre inviolable (par la fragilité propre aux colonnes motorisées) ». De Blum il dit : « J'aimerais mieux un Combes, mais i'aime bien Blum et ses collaborateurs: tous ils me semblent naïfs et propres »." (Revue française de science politique, 1958)

ALAIN-FOURNIER.

Lettres à sa famille. Edition revue et augmentée.

Fayard, 1986, fort in-8°, 549 pp,

[Album de la Pléiade] – COLETTE.

Album Colette. Iconographie choisie et commentée par Claude et Vincenette Pichois.

Gallimard, 2001, in-12, 322 pp, 508 illustrations, index, reliure plein cuir éditeur, jaquette, rhodoïd, bien complet de son emboitage cartonné, parfait état (Coll. Bibliothèque de la Pléiade). Edition originale hors commerce. Riche iconographie

[Album de la Pléiade] – Nouvelle Revue Française.

Un siècle NRF. Iconographie choisie et commentée par François Nourissier.

Gallimard, 2000, in-12, 374 pp, 459 illustrations, rel. plein cuir éd., rhodoïd, bien complet de son emboitage illustré. Edition originale hors commerce. Riche iconographie (Coll. Bibliothèque de la Pléiade). En parfait état

[Album de la Pléiade] – PASCAL.

Album Pascal. Iconographie réunie et commentée par Bernard Dorival.

Gallimard, 1978, in-12, 204 pp, 358 illustrations, index, reliure plein cuir éditeur, demi-jaquette papier, rhodoïd, très bon état (Coll. Bibliothèque de la Pléiade). Edition originale hors commerce. Riche iconographie

[Album de la Pléiade] – THEATRE CLASSIQUE.

Album Théâtre classique. La vie théâtrale sous Louis XIII et Louis XIV. Iconographie réunie et commentée par Sylvie Chevalley.

Gallimard, 1970, in-12, (10)-325-(17) pp, 525 illustrations, index des illustrations et des noms cités, tiré sur hélio mat Arjomari, reliure plein cuir souple doré à l'or fin de l'éditeur, jaquette illustrée, rhodoïd, bon état (Coll. Bibliothèque de la Pléiade). Neuvième Album de la Pléiade. Edition originale hors commerce. Riche iconographie

"Dans cet Album où Corneille, Molière et Racine occupent les cimes, la forêt tient une grande place. Bien des auteurs sont cités, ignorés des livres de littérature, bien des comédiens, vers qui ne monte plus le "brouhaha" du succès. Tous eurent leur heure ; tous participèrent, parfois très utilement, à la riche vie théâtrale du XVIIe siècle, et jouèrent leur rôle dans cette bataille exaltante chaque soir recommencée dont le théâtre est le champ. À travers 525 images et documents dont un grand nombre sont inédits, j'ai tenté de faire revivre leurs travaux et leurs peines, leurs échecs et leurs triomphes." (Sylvie Chevalley)

ALECHINSKY (Pierre).

Ensortileges.

Montpellier, Fata Morgana, 1984, in-8°, 96 pp, broché, couverture rempliée imprimée en rouge et noir. Edition originale illustrée par l'auteur, tirage limité à 900 exemplaires, celui-ci un des 725 sur papier vergé teinté, qqs petites salissures sur la couverture, cachet ex-libris

ALIBERT (François-Paul).

Terre d'Aude. Nouvelle édition. Avec une préface inédite de l'auteur.

Carcassonne, Librairie Louis Gally, s.d. (1928), in-8°, xvi-61 pp, reliure pleine feutrine verte, tête dorée, couv. et dos conservés, sous emboîtage. Bel exemplaire

ALIBERT (Louis).

Proverbes de l'Aude. Classés et mis en orthographe occitane par R. Chabbert.

Ed. Vent Terral, 1998, gr. in-8°, 250 pp, broché, bon état

ALMERAS (Philippe).

Céline. Entre haines et passion.

Laffont, 1994, gr. in-8°, 477 pp, 16 pl. de photos hors texte, biblio, index, index des oeuvres, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Biographies sans masque)

Céline a joué sa vie sur ses haines. Elles sous-tendent son oeuvre. Son antisémitisme n'est que l'aspect grimaçant d'un racisme biologique auquel il a adhéré de toute sa force par-delà les comédies et les palinodies. Sûr d'avoir l'horrible vérité pour lui, il s'est très tôt convaincu qu'on voulait sa mort – physique, littéraire. Cela l'autorisait à vouloir celle des autres et justifie tous les travestissements. Cent ans après la naissance de Louis Destouches, il est enfin possible de faire la part du vécu et du transposé. Réapparues, Élisabeth Craig, Karen Marie Jensen racontent la genèse de Voyage au bout de la nuit, les ruptures, l'or du Danemark. La masse de lettres qu'il a écrites permettent de suivre sa vie – souvent au jour le jour. Chacun les a gardées. On les a retrouvées en Australie, à Londres, au Maroc, en Californie ou chez ses éditeurs ; celles aussi adressées à Robert Le Vigan, qui fut forcé de les vendre, ou celles encore que Je suis partout renonçait à publier en 1942 et 1943, pour "excès racistes". Sentiments, passions, argent, ces lettres racontent une histoire bien différente de celles qu'il a écrites ou inspirées. Ni peuple ni pauvre, Céline, mais "accablé d'orgueil" et constamment humilié. Aussi désireux de réussite que de revanche. De Baden-Baden à Sigmaringen, en passant par Rambouillet, la caserne, la prison, les toits de Copenhague ou le château Scherz, voici le tissu de la fiction, et comment se crée la biographie imaginaire où Ferdinand raconte ce que sent Louis Destouches : son histoire symbolique. Mais cet ouvrage est en même temps la première biographie critique de Céline. Elle suit le rythme du vécu, jusqu'à la dernière mise en scène, à Meudon. Ni fou, ni saint, mais persécuteur persécuté. Un grand écrivain, au style nourri de passions et de phobies, le seul qui, par le miracle de la langue au-delà des options politiques, unisse gens de culture et grand public. À travers Céline, le siècle se raconte ; il est le seul à en avoir rendu les débats, les déchirements, les drames et les bonheurs.

ALMIRA (Jacques).

Le Voyage à Naucratis.

Gallimard, 1975, in-8°, 550 pp, broché, bon état (Coll. Le Chemin) (Prix Médicis 1975). Edition originale, ex. du SP, envoi a.s.

Œuvre autobiographique, Le voyage à Naucratis nous renseigne autant sur sa propre histoire que sur la vie de son auteur. Jil Tu, le narrateur, substitut de je, de tu et de il, se laisse aller comme à un vertige sans fin, parfois proche de la folie, au flux torrentiel du langage, et nous entraîne au cœur même de la littérature. Le récit noue ensemble deux grandes aventures, celle du corps et celle des livres. Évitant toute illusion réaliste, c'est par le corps que Jil Tu découvre le réel, à partir de lui qu'il peut exprimer la relation privilégiée de l'écriture au réel. Avec sa dramaturgie d'opéra total où le langage et le corps alternent leurs arias, Le voyage à Naucratis joue sur tous les registres, du délire au comique, de la farce à la critique, de la description érotique minutieuse et glaciale à la fureur bachique du langage de la transgression, et traverse la littérature pour la mieux réinventer. — Sur ce premier roman de Jacques Almira (qui obtint le Prix Médicis) qu’il a lu sur manuscrit et qu’il a soutenu, Michel Foucault a livré ses réflexions. L'entretien a été publié dans le "Quotidien de Paris" du 25 avril 1975, et repris en volume dans "Dits et Écrits", tome 1, 1994. "... J ’ai passé Noël et les jours qui ont suivi à lire ce manuscrit, dans l’enthousiasme. Ce qui m’a tout de suite frappé c’est la prodigieuse joie qui traversait l’écriture. Rien de cette gêne, de cette fausse honte, de cette morale basse qu’on [trouve] dans un grand nombre de textes contemporains, et qui se traduit par la question de l’écriture par l’écriture. Si Almira fait exploser l’écriture, c’est en éclatant de rire, par excès du plaisir qu’il prend à écrire. (...) Ce qui m’a plu dans ce roman, c’est la manière qu’il a d’habiter sereinement l’écriture au moment même où l’auteur se masque, prend en [mains?] les oripeaux de l’écrivain. Les références à Flaubert, et à Madame Bovary ont sans doute cette signification. C’est la fête de la littérature ; mais c’est le carnaval des écrivains..."

ALYN (Marc).

Delebiles.

Neuchatel, Ides et Calendes, 1962, gr. in-8° carré, 75 pp, couverture illustrée. Edition originale, un des 200 exemplaires hors commerce marqués HC sur vélin

AMIEL (Henri-Frédéric).

Fragments d'un Journal intime, précédés d'une étude par Edmond Schérer.

Genève, Georg & Co, 1908, fort pt in-8°, lxxvi-247 et 335 pp, 10e édition, les 2 tomes reliés ensemble en un volume demi-chagrin chocolat, dos à 5 nerfs soulignés à froid, titres et fleurons dorés (rel. de l'époque), un mors frotté, trace de mouillure ancienne au 1er plat, coupes frottées, intérieur propre et sans rousseurs, bon état

Le 11 mai 1881, Henri-Frédéric Amiel – âgé de 59 ans et 8 mois – meurt à Genève en laissant un Journal intime de 16.867 pages. Ce Journal, il l'a légué à une de ses confidentes et admiratrices, Fanny Mercier, en lui recommandant d'en tirer de quoi donner une idée de sa pensée. Deux ans plus tard, des “Fragments d'un Journal intime” paraissent à Genève et Paris, par les soins de Fanny Mercier et d'Edmond Schérer, sous la forme de deux petits volumes. Le Journal intime nous donne une idée du drame de cet homme qui a passé sa vie à scruter sa conscience, qui s'est analysé chaque jour avec une lucidité extraordinaire, et cela sans discontinuer pendant trente-trois ans. (Bernard Gagnebin) — Henri-Frédéric Amiel eut de bonne heure l'habitude de noter ses impressions et ses observations, de converser avec lui-même la plume à la main ; c'est ce dont témoignent un certains nombres de pages éparses, écrites pendant ses années d'études et de voyages, et qui forment un premier essai de Journal Intime. Interrompu à plusieurs reprises, ce Journal devient régulier en 1849, au moment où Amiel rentre à Genève après un séjour en Allemagne, et dès lors il se poursuit, semaine après semaine, puis jour après jour, jusqu'à la fin d'avril 1881, une semaine seulement avant la mort de l'auteur. Ce manuscrit, qui embrasse ainsi plus de trente années, servait à plusieurs fins. Amiel y consignait les souvenir des occupations et des incidents de la journée. Il y notait ses observations psychologiques et les impressions qu'il recevait de ses lectures. Mais son Journal était surtout le confident de ses méditations intimes, l'asile où le penseur prenait conscience de sa vie intérieure, interrogeait sa destinée, laissait échapper le cri de ses peines, cherchait l'apaisement dans l'examen et la confession.

AMIEL (Henri-Frédéric).

Journal intime. Edition intégrale publiée sous la direction de Bernard Gagnebin et Philippe M. Monnier. Tome II : Janvier 1852 - Mars 1856.

L'Age d'Homme, 1978, fort pt in-8°, 1350 pp, chronologie, index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée d'un portrait, bon état

AMYOT (Jacques).

Les vies des hommes illustres grecs et romains. Démosthènes et Cicéron. Edition critique publiée par Jean Normand.

Hachette, 1929, in-12, xv-128 pp, broché, bon état (Société des textes français modernes)

ANDREU (Pierre) et Frédéric GROVER.

Drieu la Rochelle.

Hachette, 1979, fort gr. in-8°, 587 pp, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

"Pierre Andreu et Frédéric Grover possèdent une longue familiarité avec l'auteur de Gilles puisqu'ils lui ont consacré leurs premiers essais voici une trentaine d'années. Portés par leur connaissance intime de la vie et de l'oeuvre de Drieu, ils nous donnent une biographie classique, avec bonheur doit-on dire : l'homme, l'oeuvre, les engagements politiques, ces trois aspects sont étroitement associés dans un même mouvement. Nulle contradiction éventuelle, mais des morceaux de vie qui s'emboîtent, au fond, harmonieusement les uns dans les autres et que n'altèrent pas vraiment les incertitudes, les hésitations ou les interrogations du héros, car Drieu est ici lui-même un héros de roman. A la lecture de sa vie, Drieu peut apparaître comme l'imposteur-né : de milieu bourgeois declassé, il affecte le comportement de la certitude et de l'aisance sociales ; à la fois couvé matériellement et rejeté au plan affectif par sa mère, il se comporte en passionné des femmes auprès desquelles son comportement d'échec fait merveille ; à ses écrits romanesques répondent des écrits politiques d'autant plus vigoureux et virils que les premiers sont empreints du sentiment de l'échec et parés des charmes de la décadence... Un ouvrage remarquable de probité et alimenté aux meilleures sources." (Jean-Paul Cointet, Revue Historique)

ANDRY (Marc).

Edmond Rostand. Le panache et la gloire.

Plon, 1986, in-8°, 210 pp, biblio, broché, couv. illustrée, bon état, envoi a.s.

En une soirée, Edmond Rostand devient, grâce à “Cyrano” le roi de la Belle Epoque. Il n’a que vingt-neuf ans. Sa vie et ses amours demeurent mal connues. La tendre Rosemonde Gérard, la première, tombe amoureuse de ce jeune Marseillais lancé à la conquête de Paris. Sa fantastique réussite, il la doit aussi à Sarah Bernhardt. Le poète et son interprète connaîtront une liaison passionnée et c’est elle qui créera “l’Aiglon” avec une fougue sublime. La comédienne Simone sera éblouie, à son tour, par l’auteur de “Chantecler”. Et, plus tard, Anna de Noailles, géniale et baroque, Marie Marquet, débutante émerveillée. Autour de lui revivent ces acteurs que Cocteau a nommé “les monstres sacrés” : Lucien Guitry, Coquelin, de Max, Le Bargy. En 1900, Edmond Rostand est un dieu. Il habite un somptueux ermitage à Cambo mais ne vit que dans la fièvre du théâtre. Cette biographie, pleine de charme, nous le ressuscite dans tout l’éclat de son triomphe.

ANGENOT (Marc).

Le Roman populaire. Recherches en paralittérature.

Montréal, Les Presses de l'Université du Québec, 1975, gr. in-8°, 145 pp, notes bibliographiques, biblio, broché, bon état. Peu courant

D'Eugène Sue à Fantômas, de la monarchie de Juillet à la Première Guerre mondiale, une littérature industrielle se développe en marge de la culture bourgeoise. L'auteur étudie la genèse et l'épanouissement des formes dominantes du roman populaire, en signale les variantes importantes et propose une interprétation idéologique de ces phénomènes. Trois études, – sur “Les Mystères de Paris”, sur le roman « revanchard » et sur “Fantômas”, – qui permettent d'inventorier la variété des lieux communs, des thèmes et des canevas narratifs qui caractérisent le roman-feuilleton du XIXe siècle. La bibliographie qui termine l'essai permet de synthétiser l'état des recherches dans ce domaine..

ANGLADE (Joseph).

Les Troubadours de Toulouse.

Toulouse, Privat et P., Didier, 1928, in-12, 210 pp, 10 pl. planches hors texte, figures dans le texte, broché, papier jauni comme toujours, qqs rares marques au stylo en marges, bon état

ANGLEMONT (Edouard d').

Roses de Noël.

P., Dentu, 1860, in-8°, vii-324 pp, reliure demi-basane époque, dos à nerfs muet lég. épidermé, envoi a.s.

ANGOULEME (Marguerite d').

L’Heptaméron des nouvelles de Marguerite d’Angoulème, Royne de Navarre. Eaux-fortes originales de Jacques Touchet.

P., André Vial, 1949, 3 vol. in-8°, 236, 188 et 225 pp, un des 1362 ex. numérotés sur Marais Crèvecoeur (sur un tirage total de 1500). Edition illustrée de nombreuses eaux-fortes en couleurs de Jacques Touchet. En feuillets, sous couverture rigide et emboîtage

Anonyme.

La Chanson de Guillaume, texte établi et annoté par Duncan McMillan.

Picard, 1949-1950, 2 vol. in-8°, xxxii-147 et 192 pp, glossaire, biblio, brochés, bon état (Société des Anciens textes français)

Tome 1 : Texte. – Tome 2 : Analyse et commentaires. Duncan MacMillan date cette version du dernier tiers du XIIe siècle, « au plus tôt ». — Premier témoin d’une tradition complexe associant Guillaume, le conquérant d’Orange, à son héroïque neveu Vivien, La Chanson de Guillaume conte la lutte des chrétiens contre les envahisseurs sarrasins commandés par Deramé. Après plusieurs défaites glorieuses, au cours desquelles Vivien trouve la mort, Guillaume finit, avec l’aide du puissant et très étonnant Renouart, par triompher de ses adversaires. Le texte, qui nous est parvenu malgré bien des vicissitudes, possède les vertus caractéristiques de l’œuvre épique en ses débuts : célébration de la vaillance et de la fidélité affrontées à la mort, puissance lyrique d’un vers aux accents fortement marqués, stylisation vigoureuse des personnages et des situations. Malgré la gravité du sujet, l’humour et la dérision concourent aussi à construire un idéal de la démesure.

Anonyme.

Le Roman de messire Charles de Hongrie. Texte en prose de la fin du XVe siècle. Edition avec introduction, notes, table des noms et glossaire par Marie-Luce Chênerie, avec la collaboration du Centre de Recherche "Lettres Gothiques".

Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1992, gr. in-8°, 230 pp, table des noms, glossaire, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Textes)

"Un roman oublié de la fin du XVe siècle... Et justement oublié si on s’arrête à la longueur, à l’enchevêtrement, parfois, de ce texte en prose. Mais par ailleurs, que de motifs d’intérêt révèle cette oeuvre secondaire..." Marie-Luce Chênerie enseigne à l’Université Toulouse-le Mirail et a publié une thèse sur Le chevalier errant dans les romans arthuriens des XIIe et XIIIe siècles.

Anonyme [ROBINSON, Emma].

Whitefriars, ou libertins et conspirateurs. Roman anglais traduit par Edouard Scheffter.

Hachette, 1858, in-12, 527 pp, reliure demi-chagrin chocolat, dos à nerfs, bon état. Traduction française de "Whitefriars ; or, The Days of Charles the Second. An Historical Romance" (1844), le premier roman d'Emma Robinson (1814-1890). Emma Robinson a publié sans nom d'auteur une série de romans historiques (qu'elle a appelés des "romances", mais qui brouillent délibérément la frontière entre l'histoire et la fiction) et deux pièces de théatre. Ses romans historiques sont bien écrits, bien documentés, avec un zeste de critique sociale et d'humour. Ils ont eu beaucoup de succès à l'époque et furent très positivement reçus par la critique (qui pensait que l'auteur était un homme). Certains de ses derniers romans se passent à l'époque contemporaine (The Matrimonial Vanity Fair, 1868) et sont remarquables par la finesse de l'observation des moeurs sociales de son temps.

[Apollinaire] – DECAUDIN (Michel)(dir.).

Guillaume Apollinaire.

Lille, Faculté des lettres et sciences humaines, 1956, in-8°, 140 pp, paginé 373-510, broché, bon état (Revue des sciences humaines. Nouvelle série. 84, octobre-décembre 1956)

Sommaire : Apollinaire obscène et tendre (J.-B. Barrère) ; Cors de Chasse (M.-J. Durry) ; Le manuscrit de Lul de Faltenin (L.-C. Breunig) ; A propos de Calligrammes (R. Warnier) ; Guillaume Apollinaire et L'Enchanteur pourrissant (Scott Bates) ; Sur la composition du Poète assassiné (M. Décaudin) ; Notes sur La Femme assise (R. Guiette) ; Apollinaire et Shakespeare (C. Evrard) ; Une note du Journal d'Apollinaire (M. Décaudin).

APPEL (Walter).

L'histoire véridique d'Anton Fiddler et autres récits.

Fayard, 2000, in-8°, 213 pp, envoi a.s., discret C. de bibl. Très bon état

ARAGON.

Hugo, poète réaliste.

Editions Sociales, 1952, in-12, 62 pp, broché, décharges de scotch sur les gardes, bon état. Edition originale sur papier courant

ARAGON (Louis).

Servitude et grandeur des Français. Scènes des années terribles.

La Bibliothèque Française, 1945, in-12, 231 pp, broché, bon état

Recueil de nouvelles peu connu sur la Résistance où la conversion à la classe ouvrière semble s’essouffler, à la faveur d’un patriotisme revendiqué et affiché.

[ARAGON] – RABEUX (Jean-Louis).

Aragon ou les métamorphoses. Photographies de Jean-Louis Rabeux. Postface de Danièle Sallenave.

Gallimard, 1977, in-4°, 102 pp, très nombeuses photographies en noir, avec des légendes d'Aragon reproduites en fac similé, imprimé sur papier Chromomat des Papeteries Arjomari-Prioux, broché, couv. illustrée, état correct

Les textes reproduisant en fac-similé l'écriture d'Aragon sont extraits de “La Mise à mort” et de “Théâtre/Roman”.

ARBRÉ DE LA ROCHE (B.).

Un Parquet en province. Etude de moeurs judiciaires.

Nantes, Chez l'auteur, 1881, in-12, 359 pp, reliure demi-toile époque, état correct. Roman de moeurs se déroulant sous le Second Empire : une fille de servante engrossée par un Baron, son amoureux, membre d'une société secrète de Paris, condamné à paraître devant les tribunaux, M. Mathieu.. à qui le Ministre accorda d'envoyer son protégé au parquet de Cholet, M. de Faraman, juge, qui s'amusait du rôle qu'on lui faisait jouer et qui lui permettait de ne pas dissimuler ses opinions politiques, etc.

ARIOSTE (Ludovico Ariosto, dit l').

Roland Furieux. Edition revue et corrigée, traduction par le comte de Tressan.

P., Paulin, 1846, 4 vol. in-16, xi-300, 280, 297 et 284 pp, notes, les 4 tomes reliés en 2 volumes demi-toile havane, dos lisses avec filets à froid, titres et tomaisons dorés (rel. de l'époque), qqs rares rousseurs, bon état

Chef-d'œuvre de l'Arioste, poète italien de la Renaissance, le Roland Furieux (Orlando Furioso), parodie du poème chevaleresque, tresse, avec une habileté et une ironie, trois grands thèmes : la guerre entre Charlemagne et les Sarrasins, la folie de Roland vainement amoureux de l'inconstante Angélique, enfin les amours et le mariage de Roger et Bradamante, ancêtres imaginaires de la dynastie d'Este. Composé de 46 chants, mêlant le tragique au plaisant, le lyrique au romanesque, usant avec autant de liberté que de maîtrise de toute la culture européenne, d'Homère aux contemporains en passant par les romans médiévaux, le Roland furieux, expérience livresque et humaine de l'Arioste en une symphonie perpétuellement mouvante de personnages et d'événements qui, après l'écroulement des repères du Moyen Âge, reflète le scepticisme souriant de la Renaissance. Ses compatriotes, l'ont surnommé le divin Arioste et son ottava rima a été appelé ottava d'oro (la huitième d'or). Il publia son poème pour la première fois en 1516, en 40 chants, mais il ne cessa de le retoucher et en donna en 1532 une édition augmentée de six chants.

ARNAUD (Noël).

Les Métamorphoses historiques de Dada.

dans Critique n° 134, juillet 1958, in-8°, 26 pp, (sur 96), broché, bon état

Autres articles par Stephen R. Graubard (Le Pouvoir de la parole dans l'Angleterre victorienne), Roger Bauer (Le Joséphisme), etc.

ARNAULD (Antoine) et Claude LANCELOT.

Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal. Précédée d'un Essai sur l'Origine et les Progrès de la Langue Françoise par M. Petitot ; et suivie du commentaire de M. Duclos, auquel on a ajouté des notes.

P., Bossange et Masson, et R. Madame Mère, 1810, in-8°, (4)-464 pp, seconde édition, reliure demi-chagrin vert bouteille, dos à 4 nerfs soulignés à froid, titres dorés, bon état

La Grammaire de Port-Royal aborde des aspects de la grammaire du français, et des éléments de philosophie du langage, inspiré des Règles pour la direction de l'esprit de Descartes. L'ouvrage sera suivi de la Logique de Port-Royal. Les deux ouvrages portent le nom du haut-lieu du jansénisme Port-Royal des Champs. ''La Grammaire générale, connue sous le nom de Grammaire de Port-Royal est fort estimée''. (Brunet). Antoine Arnauld regrette que la plupart des grammaires du XVIe siècle ne soient que des inventaires se contentant de repérer des similitudes entre des formes et offrir un classement, reprenant de façon constante les grammaires précédentes, position qu'il qualifie de « savoir pauvre » et « condamné à ne connaître toujours de la même chose, mais à ne la connaître qu'au terme jamais atteint d'un parcours indéfini. ». Parallèlement à la mise en place d'un système d'enseignement, il écrit avec Claude Lancelot une grammaire. En lieu et place de suivre la position du XVIe siècle, la Grammaire de Port-Royal aborde la question sous l'angle de la philosophie du langage et tâche de déterminer le problème de la présentation. Arnauld ne voit pas dans l'idiome tant une série de règles simples et immuables, comme l'algèbre, mais une évolution naturelle.

ARSAND (Daniel).

En silence.

Phébus, 2000, in-8°, 216 pp, envoi a.s. Trés bon état.

ARSAND (Daniel).

La Province des Ténèbres.

Phébus, 1998, in-8°, 201 pp, Trés bon état.

ARSAND (Daniel).

Lily.

Phébus, 2002, in-8°, 204 pp, discret C. de bibl. Trés bon état.

ARUNDHATI (Roy).

Le Dieu des Petits Riens.

Gallimard, 1998, in-8°, 387 pp, jaquette illustrée. Très bon état

ASTORG (Bertrand d').

Quatre Elégies de printemps suivies d'une Elégie d'automne.

Gallimard, 1946, in-12, 66 pp, broché, bon état (Coll. Espoir, dirigée par Albert Camus). Edition originale, ex. du SP, envoi a.s.

ASTURIAS (Miguel Angel).

Trois des quatre soleils.

Genève, Skira, 1971, in-8°, 176 pp, traduit de l'espagnol par Claude Couffon, 48 illustrations en noir et en couleurs, broché, couv. illustrée à rabats, pelliculage de la couv. très lég. décollé, bon état (Coll. Les Sentiers de la Création)

"J'ai senti personnellement qu'il fallait étendre le problème de la création de l'écriture. C'est pourquoi je ne raconte pas ma propre évolution, mais celle des éléments du monde. Ce qui m'intéresse, c'est de retrouver la façon magique par laquelle ma création s'unit à la création permanente du monde, comment le chaos s'ordonne pour donner naissance à la vie. Avec “Trois des quatre soleils”, je retrouve le chemin que j'ai suivi à travers les mythes et les légendes de mon peuple. Les Indiens Mayas ont déjà vécu quatre soleils. Chaque soleil représente une phase de la vie des planètes. Le premier soleil est celui où le ciel et la mer se sont séparés de la terre. Dans le deuxième soleil, a eu lieu l'apparition de l'homme qui, selon les Indiens, est fait de maïs. Le troisième soleil a disparu. Est-ce l'Atlantide ? Le quatrième soleil est celui de la conquête, c'est-à-dire de l'esclavage..." (Miguel Angel Asturias)

[Atlantide] – PRIEUR (Jean).

Navires pour l'Atlantide. Roman.

Fernand Lanore, 1980, in-8°, 263 pp, broché, couv. illustrée, bon état

"Le mythe (mais en est-ce bien un ?), le mythe solaire de l'Atlantide a engendré un nombre considérable de volumes de toutes sortes et dans toutes les langues, et cela depuis Platon, soit depuis plus de 2000 ans. Il va sans dire que ces études n'apportaient pas toujours de nouveaux éléments, mais elles avaient le mérite de poser périodiquement l'interrogation essentielle. Le livre de Jean Prieur, qui se présente comme un récit ésotérique, donne une nouvelle dimension à cette histoire éternelle... On y retrouvera tantôt clairement affirmées, tantôt suggérées en filigrane les principales idées que l'auteur de « Cet au-delà qui nous attend » devait développer par la suite et notamment celle d'une révélation primitive dont l'écho persiste dans les religions égyptienne, védique, iranienne, orphique, essénienne, précolombienne ; révélation qui demeure à la base de la tradition ésotérique universelle." — Le premier roman de l'auteur (1914-2016), originellement paru en 1941, puis réédité en 1947 et en 1980.

AUBAUD (Camille).

Lire les femmes de lettres.

Dunod, 1993, in-8°, ix-276 pp, notices biographiques, tableau chronologique, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

"A travers ce parcours chronologique en six chapitres, des origines de la littérature française à nos jours, complété par une anthologie de textes, Camille Aubaud démontre que les femmes de lettres ont eu du mal à échapper à "une imagerie sur les femmes". Cette imagerie discriminatoire "a à la fois bridé et encouragé" leur écriture : elles se révoltent de siècle en siècle contre les conditions de vie qui leur sont faites, contre les lois et les moeurs qui leur imposent soumission et effacement, mais leurs oeuvres sont immédiatement enfermées dans des stéréotypes, classées au rayon des accessoires féminins, déconsidérées. (...) L'auteur a le mérite d'attirer l'attention sur bien des pages oubliées et elle donne envie de découvrir des livres qu'elle dit injustement délaissés. On ne peut pas, cependant, lui reprocher de faire un panégyrique aveugle de toutes ces femmes écrivains. Certaines, n'hésite-t-elle pas à dire, ont produit des oeuvres conventionnelles qui ne méritent pas d'être ressuscitées. Au point qu'elle nous paraît parfois sévère, avec les premiers romans de George Sand notamment. Les "notices biographiques", le "tableau chronologique" et la Bibliographie qui se trouvent à la fin de l'ouvrage servent de repères et complètent utilement l'abondante documentation qu'offre ce volume." (Danièle Gasiglia-Laster, Romantisme, 1994)

AUDIAT (Pierre).

Ainsi vécut Victor Hugo.

Hachette, 1947, in-8°, 353 pp, biblio, broché, couv. illustrée, dos très lég. abîmé, bande éditeur conservée (“On connaît tout du poète... sauf sa vie.”), bon état

"Les meilleures biographies de Victor Hugo (1802-1885) restent celles de Pierre Audiat (1947) et celle d'André Maurois (1954)." (Jean Gaudon, «Victor Hugo : Choix de textes»)

AUDIAU (Jean).

Les Troubadours et l'Angleterre. Contribution à l'étude des poètes anglais de l'amour au Moyen Age (XIIIe et XIVe siècles). Nouvelle édition revue et complétée.

Vrin, 1927, in-12, 137 pp, index, broché, bon état

AUDIBERTI (Jacques).

Le Globe dans la main. 1. L'Amour.

P., Foret, (1er déc. 1950), pt in-4°, 32 pp, broché, en feuilles, bon état. Edition originale sur papier ordinaire, bande éditeur conservée ("Avec son audace habituelle, Jacques Audiberti aborde le problème de l'Amour")

AUGER (Hippolyte).

Rienzi, par Auger-St-Hippolyte.

Londres, Rodwell et Martin, et Bossange et Co., 1825, 3 vol. in-8°, xi-307, 337 et 299 pp, les 3 tomes reliés à l'époque en un fort volume cartonnage moutarde, pièce de titre chagrin carmin, mors proprement renforcés avec des bandes de papier kraft (réparation ancienne), qqs rares rousseurs, bon état. Bon exemplaire

Rare roman historique sur la conjuration de Nicolo Gabrini, dit Cola di Rienzi (1313-1354), tyran de Rome en 1347, par un saint-simonien de l’obédience de Buchez, Hippolyte Auger (1796-1881). Auger est aussi connu pour sa Physiologie du théâtre, ouvrage paru en 1839 et 1840. Il était aussi traducteur du russe et rédacteur du Journal de Saint-Pétersbourg.

AURIANT (pseudonyme d'Alexandre HADJIVASSILIOU).

François Bravay ou le « Nabab ».

Mercure de France, 1943, gr. in-8°, 173 pp, 2 planches hors texte (une première esquisse du dessin de couverture d'Emile Bernard en frontispice et un portrait gravé de François Bravay), broché, premier plat illustré par Emile Bernard, bon état. Peu courant

Un portrait du député du Gard François Bravay qui servit de modèle à Alphonse Daudet pour le personnage principal du roman « Le Nabab » (1878). — "François Bravay, fils d'un marchand de casseroles et outils agricoles de Pont-Saint-Esprit, est né le 25 novembre 1817. Caricature du nouveau riche, son existence extraordinaire a servi de trame à un roman d'Alphonse Daudet, Le Nabab. Ruiné, car peu doué pour le petit commerce, en 1847, Bravay va tenter sa chance à Alexandrie. En se jouant de la naïveté du Vice-roi d'Égypte, Saïd Pacha, il acquiert rapidement une immense fortune. Revenu en France en 1861, il mène une vie fastueuse et dépense sans compter. Il se lance alors dans la politique. Par ses largesses, ce personnage éblouira la bourgeoisie locale et par là, même les électeurs. Il sera élu conseiller général, en 1862, puis député du Gard, en 1865... Il fait construire un château à Pont-Saint-Esprit sa ville natale, achète celui de Belle-Eau à Donzère, où il reçoit Saïd Pacha, et un hôtel à Paris où il réside. Ce train de vie dispendieux viendra rapidement à bout de son magot ramassé en Égypte. Ruiné il mourra, aveugle et sans ressources à Paris, en 1874." (Georges Mathon) — "On sait qu’en gros, la réalisation du canal de Suez se situe entre novembre 1854, date de la signature, par Mohammed Saïd, de « l’acte de concession », et le 15 août 1869, date de la réunion des deux mers. Quinze années donc, au cours desquelles Lesseps eut, sans répit, à lutter pour gagner et conserver la confiance des khédives successifs, Abbas Pacha, Mohammed Saïd et Ismail Pacha contre les intrigues, non seulement de l’Angleterre et de la Porte, mais aussi de ses propres compatriotes : saint-simoniens furieux de leur échec de 1833, diplomates ou Français résidant en Égypte, tel ce François Bravay, prototype du futur « Nabab » d’Alphonse Daudet, et que, déjà en 1859, Gustave Flaubert rêvait de mettre en scène, dans un roman qu’il n’écrivit jamais bien qu’il y pensât sans cesse, et qui, sous le titre d’Harel-Bey, devait, au milieu d’un monde interlope de « faiseurs », d’aventuriers « en habit noir », d’une pègre européenne, représenter ce que Flaubert appelait « l’Orient-Isthme de Suez ». Il eût ainsi révélé les dessous de l’affaire de Suez, comme, renseignée par Bravay lui-même, la belle Olympe Audouard, amie de Dumas père, récoltant sur place, en 1864-1865, les potins et ragots qu’elle étala ensuite dans ses Mystères de l’Égypte dévoilés..." (Aimé Dupuy, Le percement de l’isthme décrit par des voyageurs français, Le Monde diplomatique, octobre 1956)

AVRANE (Patrick).

Un divan pour Philéas Fogg. Suivi de Edgar Allan Poe. La semaine des trois dimanches.

Aubier, 1988, in-8°, 200 pp, (Coll. Ecrit sur parole). Une lecture psychanalytique de Jules Verne.

AYGUESPARSE (Albert).

Simon-la-bonté.

Calmann-Lévy, 1965, in-12, 262 pp, Edition originale, exemplaire du service de presse, envoi a.s.

AYMÉ (Marcel).

Le confort intellectuel.

Flammarion, 1949, in-12, 206 pp,

AYMÉ (Marcel).

Les Contes rouges du chat perché. Images de Palayer.

Gallimard, 1974, in-4° carré, 151 pp, cartonnage illustré en couleurs de l'éditeur, 21 illustrations de Palayer en couleurs et à pleine page

BAILLY (Auguste).

Maeterlinck.

Firmin-Didot, 1931, in-12, 213 pp, avec un portrait de Maurice Maeterlinck en frontispice, un fac-similé d'autographe et un essai de bibliographie par Francis Ambrière, broché, papier lég. jauni, bon état (Coll. Visages contemporains)

Un volume qui serait en partie une réponse aux révélations sensationnelles de Madame Georgette Leblanc, longtemps la muse de Maeterlinck, dans “Souvenirs 1895-1918”.

BALDENSPERGER (Fernand).

La Littérature française entre les deux guerres, 1919-1939.

P., Editions du Sagittaire, 1943, in-12, 211 pp, broché, couv. imprimée, papier d'édition jauni comme toujours, bon état

L'individualisme de l'incurable adolescence. Dans l'émerveillement de l'irrationnel. Grandeur et décadence de Dada et Cie. Etc.

BALKANY (Marie de).

Un air de fête.

Julliard, 1961, in-12, 218 pp, broché, bon état. Edition originale, ex. du service de presse, envoi a.s.

Roman sur les milieux du théâtre.

BALLEYDIER (Alphonse).

Tales of Naval and Military Life. From the French of Alphonse Balleydier, etc.

London, New York, Burns & Oates, s.d. (v. 1875), in-12, 136-(12) pp, catalogue de l'éditeur in fine, reliure percaline bleue décorée de l'éditeur, titre doré au 1er plat et au dos, bon état (Granville Popular Library). Texte en anglais

Huit récits de Balleydier tirés des "Veillees maritimes" et des "Veillees militaires", plus deux autres nouvelles.

BALZAC (Honoré de).

La Cousine Bette.

Nelson, 1931, in-12, 478 pp, reliure toile crème décorée éditeur

BALZAC (Honoré de).

Les Contes drolatiques. Colligez ez Abbayes de Touraine et mis en lumière par le sieur de Balzac pour l'esbattement des Pantagruelistes et non aultres. Imagés par Joseph Hémard.

P., Les éditions G. Crès et Cie, 1926, 2 vol. pt in-8°, nombreuses illustrations hors texte en couleurs par Joseph Hémard, tirage sur vélin, reliures demi-maroquin vert à coins, dos lisses ornés en long, têtes dorées, couv. et dos conservés (rel. de l'époque), pt épidermure sans gravité au dos du tome II, bon état. Exemplaire bien relié

C'est à partir de 1832 qu'Honoré de Balzac écrivit Les cent contes drolatiques : un changement de style et de ton, loin du Père Goriot et d'Eugénie Grandet, mais se voulant un hommage à Rabelais pour lequel Balzac avait une grande admiration.

BALZAC (Honoré de).

Oeuvres complètes.

P., Club de l'Honnête Homme, 1955-1963, 27 vol. in-8° (sur 28), 800 pp, environ chacun, reliures basane crème décorée de motifs dorés formant encadrement sur les plats, illustrations in-texte et à pleine page, tranches dorées, table générale à la fin du dernier volume. Exemplaire sur vélin. Qqs dos épidermés. Manque le premier tome.

Edition nouvelle établie par la Société des Etudes Balzaciennes accompagnées de fragments inédits, de notices historiques et critiques et d'une documentation iconographique contemporaine avec des caractères et des ornements de l'Imprimerie de Balzac.

BALZAC (Honoré de).

Voyage de Paris à Java.

Editions du Pacifique, 1996, in-8°, 56 pp, préface de Pierre Janin, postface de Jacques Dumarçay, 8 pl. de gravures et photos hors texte, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état (Coll. Cahiers d'Asie)

"Par un Balzac qui, comme chacun sait, n'a jamais mis les pieds en Asie, un petit texte paru pour la première fois en 1832, dans la "Revue de Paris", et devenu presque introuvable (la dernière réédition datant de 1947). Ce texte, disons-le tout de suite, est loin de décevoir. Il s'agit en fait d'une charge ironique dirigée contre les récits de voyages et autres « romans maritimes » qui commençaient alors à prendre, en France et en Europe, une réelle importance. Balzac est délibérément moqueur à l'endroit des voyageurs dits « scientifiques ». L'auteur évoque tour à tour, avec talent du reste, une série de onze « clichés », qu'il n'est pas inutile d'énumérer ici : 1) les femmes (blanches et fatales...) ; 2) les bengalis (oiseaux charmeurs...) ; 3) les volcamerias (fleurs superbes...) ; 4) le thé (mais c'est en fait un prétexte pour parler surtout de vin...) ; 5) l'upas (ou arbre-poison) ; 6) le tigre ; 7) l'arbre-fougère ; 8) les singes (qui ne sont qu'une caricature de la société humaine) ; 9) les « bizons » (c'est-à-dire en fait les buffles...) ; 10) les crocodiles (que l'on juge et punit comme des hommes) ; et pour finir, 11) les Chinois (qui, comme on s'en doutait déjà, ne sont que de fieffés voleurs...)." (Denys Lombard, Archipel, 1996)

BAMAS (Enea) et Michel DASSONVILLE (dir.).

La Tragédie à l'époque d'Henri II et de Charles IX. Première série. Vol. 1 (1550-1561).

Florence, Leo S. Olschki et P., PUF, 1989, gr. in-8°, xv-370 pp, 6 ill. dans le texte, broché, bon état (Coll. Théâtre francais de la Renaissance)

Théodore de Bèze (Abraham Sacrifiant), Etienne Jodelle (Cléopatre captive), Jean de la Péruse (Médée), Charles Toutain (Agamemnon), Mellin de Saint-Gelais (Sophonisba), Gabriel Bounin (La Sultane). Textes édités et présenté par Patrizia de Capitani, Enea Balmas, Michel Dassonville, Luigia Zilli. — "Le théâtre français de la Renaissance a longtemps souffert d'une profonde méconnaissance sur laquelle il n'y a pas lieu de revenir. La publication du présent volume du « Théâtre français de la Renaissance » vient donc à point nommé pour restituer dans son intégralité le paysage « comique » de la seconde moitié du siècle. Consacrée aux tragédies parues entre 1550 et 1561, elle offre un ensemble de pièces qui reflètent au plus juste la vibrante actualité théâtrale de l'époque des Valois. Ce théâtre est ambitieux et riche, fondateur aussi d'une poétique porteuse d'un avenir fécond. Il marque sans aucun doute une étape culturelle et esthétique parmi les plus importantes du théâtre français. L'équipe d'universitaires qui a réalisé cette édition a su garder au volume une rigoureuse unité d'approche et de présentation des différentes tragédies. Chaque texte est ainsi doté d'une notice biographique qui situe auteur et pièce dans le milieu d'origine (à l'exception de Bounin). Une brève étude est ensuite consacrée aux principaux personnages de chaque pièce, aux questions de structure et de langue. L'analyse de la métrique, des sources et des modèles, la réception de l'œuvre, sa diffusion et éventuellement sa traduction à l'étranger complètent l'information. Un relevé bibliographique très utile renvoie enfin aux travaux les plus importants sur chacune des tragédies. Avec ce premier volume, on dispose donc de quelques-unes des pièces fondatrices du théâtre de la Renaissance, écrites par des auteurs qui, à l'exception de Bèze et de Saint-Gelais, gravitent autour de la Pléiade. (...) Les six tragédies ici éditées et remarquablement présentées réparent l'oubli injuste dans lequel étaient tombées nos grandes pièces du XVIe siècle. Elles ouvrent de nouvelles perspectives sur notre façon de concevoir et de lire (de jouer peut-être) ce théâtre admirable. Pour ce premier volume – en tout point remarquable – il faut remercier les éditeurs d'avoir rendu disponibles avec tant de science et de talents les premières pièces d'un vaste projet, dans lequel on leur souhaite d'avancer vite pour notre plus grand plaisir et une connaissance intégrale de ce magnifique théâtre de la Renaissance." (Gilbert Schrenck, Revue d'Histoire littéraire de la France, 1988)

BAPTISTE-MARREY.

Le Roman crétois.

Phébus, 1997, in-8°, 212 pp, broché, bon état, envoi a.s.

BAPTISTE-MARREY.

L'Evangile selon Tommaso, avec les corrections et remarques de Jude de Montefioralle et d'autres témoins.

Desclée de Brouwer, 1999, in-8° étroit, 189 pp, reliure demi-chagrin blanc, dos à 4 nerfs, titre doré en long, couv. conservées, bon état

C'est un témoignage venu d'Italie. Enfant trouvé pendant la dernière guerre, Emmanuele a été élevé par une famille de vignerons, dans le pays du Gallo Nero près de Florence. Devenu instituteur vers l'âge de trente ans, Emmanuele s'efforce avec la douzaine de camarades qui l'entourent (dont une ou deux prostituées) d'appliquer à la lettre les principes évangéliques dans la Toscane d'aujourd'hui, avec ses sublimes paysages, sa lumière et ses zones d'ombre aussi. De ce choc naît un violent conflit entre les "apôtres" et les propriétaires étrangers des exploitations viticoles, fidèles adeptes du libéralisme. Il s'achève par le meurtre d'Emmanuele, trahi par Jude, son demi-frère. Marie-Salomé et ses amies entretiendront la légende de ce nouveau prophète, sans doute anarchiste, mais en quête d'une spiritualité nouvelle, subversive et inspirée. Tommaso, le narrateur inconnu, nous propose par cette fiction (publiée avec toutes les garanties universitaires d'authenticité) une parabole sur le monde invisible qui nous entoure. La ferveur n'en est pas absente, non plus que l'ironie. Il dessine très librement une nouvelle image du Christ, qui oppose son royaume au règne tout-puissant de l'argent.

BARBEY d'AUREVILLY (Jules).

Amaïdée. Poème en prose.

P., Alphonse Lemerre, 1890, in-12, vii-74 pp, préface de Paul Bourget, broché, couverture jaune imprimée, avec au dos le catalogue des oeuvres de Jules Barbey d'Aurevilly chez Lemerre, bon état. Edition originale (Vicaire I, 308)

L'auteur se reconnaît dans le personnage d'Altaï, Maurice de Guérin dans celui de Somegod, et Amaïdée, « fille de race déchue », est inspirée d'une aventure réelle de l'auteur, selon ses propres dires. Intéressante oeuvre de jeunesse écrite avant 1840, dont le manuscrit figura à la dispersion de la bibliothèque de Sainte-Beuve où il passa dans les mains d'un certain M. Paradis, puis disparut pour de nombreuses années. — Dans cette intéressante oeuvre de jeunesse écrite avant 1840, l’auteur se reconnait dans le personnage d’Altaï, Maurice de Guérin dans celui de Somegod, et Amaïdée est inspirée d’une aventure réelle de l’auteur. — Jules-Amédée Barbey d’Aurevilly est né en 1808 et mort en 1889. « Ses origines et son enfance mettent d’abord en relief les deux traits essentiels de cet écrivain solitaire et original : il est Normand et il est noble. Au sortir du collège (1824), le jeune garçon vint à Valognes où il vécut pendant plusieurs années. C’est là qu’il connut les derniers survivants de la chouannerie qu’il s’efforcera plus tard de réhabiliter. Dès l’adolescence Barbey commence à composer des vers. A dix-neuf ans, il va faire ses humanités à Paris, au collège Stanislas, où il devient l’ami de Maurice de Guérin. Une fois bachelier, en 1829, il s’installe à Caen comme étudiant en droit et rencontre le libraire Trébutien qui lui voue un attachement passionné et qu’il chargera plus tard de mille besognes d’édition, de corrections d’épreuves, etc. (...). » (Dictionnaire des auteurs, I, 214). Paul Bourget explique l’histoire de la publication d’Amaïdée dans la préface : « Ce poème en prose d’Amaïdée se rattache à la première jeunesse du maitre écrivain qui devait nous donner un jour la Vieille Maitresse et le Chevalier Des Touches. C’est un fragment et de brève dimension, mais qui a déjà son histoire. L’unique copie dont les amis de M. Barbey d’Aurevilly eussent connaissance provenait du fidèle Trebutien (qui se fit, comme on sait, par enthousiasme d’affection, l’éditeur de la Bague d’Annibal, du Dandysme, des Poésies, des Prophètes du Passé, ...). Ce dévot d’amitié l’avait communiquée à Sainte-Beuve, lors de la publication des lettres de Maurice et d’Eugénie de Guérin. A la vente du célèbre critique, un M. Paradis acheta le manuscrit. Ce collectionneur mourut lui-même et Amaïdée passa dans les mains d’un inconnu. Comme, d’autre part, les papiers de Trebutien ne portaient pas trace de l’original, on croyait ce fragment perdu sans retour. Un appel fait dans le Figaro au possesseur actuel était resté infructueux, lorsque la nièce du premier dépositaire découvrit, dans un des cartons pieusement conservés depuis la mort de son oncle, un cahier sans signature, étiqueté de ce nom romantique. Elle se souvint d’avoir lu dans un journal que M. d’Aurevilly recherchait cette oeuvre d’adolescence et lui envoya le mystérieux cahier. Et voilà comment ces pages, écrites avant 1840, paraissent aujourd’hui seulement que leur auteur est devenu célèbre et pour des travaux bien différents de ce premier essai ».

BARBEY d'AUREVILLY (Jules).

Les Ridicules du temps.

P., Rouveyre et Blond, 1883, in-12, iv-294 pp, mention de quatrième édition, année de l’édition originale, broché, dos factice, trace de mouillure ancienne et qqs salissures sur les premiers feuillets, état correct

Jules Barbey d'Aurevilly (1808-1889) est l'un des maîtres du genre pamphlétaire de notre littérature. “Les Ridicules du temps” reprend des chroniques que Barbey d'Aurevilly donna dans la presse, et notamment dans la revue satirique “Le Nain jaune”, entre 1863 et 1866. On le voit moquer rudement ici les travers du monde littéraire, et son humour parfois féroce est servi par une langue remarquablement efficace... Avec un chapitre sur les Bas-bleus, ces femmes se préoccupant d'affaires qui auraient dû selon lui rester étrangères à leur sexe comme les sciences et la littérature...

BARBEY d'AUREVILLY (Jules).

Le Théâtre contemporain.

P., Quantin, 1888-1889, 3 vol. in-12, 300, 324 et 356 pp, reliures demi-basane havane, titres dorés (rel. de l'époque), papier jauni, nombreuses salissures anciennes dûes à l'humidité au tome 1, trace de mouillure ancienne au tome 3, état moyen. Edition originale

BARBEY d'AUREVILLY (Jules).

Poésie et poètes.

P., Alphonse Lemerre, 1906, in-12, 325 pp, mention de 3e édition au 1er plat (mais pas sur la page de titre), broché, dos fendu recollé consolidé avec du scotch, bon état. Edition originale posthume

Edition originale posthume. C'est en 1860 que Barbey d'Aurevilly entreprit de réunir l'ensemble de ses articles critiques qu'il avait livré à divers journaux dont le "Pays", le "Réveil", la "Revue du monde catholique", etc. Il créa ainsi "Les œuvres et les hommes" divisé en quatre séries et comprenant près de trente volumes. Barbey d'Aurevilly supervisa la publication jusqu'à sa mort en 1889, puis fut relayé par Louise Read.

BARBEY d'AUREVILLY (Jules).

Victor Hugo.

P., Editions G. Crès et Cie, 1922, in-12, xii-285 pp, reliure demi-basane havane, titres dorés (rel. de l'époque), dos lég. frotté, papier jauni, bon état

« Hugo, cet empereur de notre décadence littéraire ».

BARBIER (Jean-Pierre).

Juliette Drouet. Sa vie, son œuvre. Par des documents inédits.

P., Bernard Grasset, 1913, in-12, 168 pp, un portrait en frontispice, broché, dos abîmé recollé, couv. lég. salie, état correct

Juliette Drouet, de son vrai nom Julienne Gauvain (Fougères, 10 avril 1806 - Paris, 11 mai 1883) est une actrice, passée à la postérité pour avoir été la compagne de Victor Hugo pendant près de cinquante ans. — Table : Juliette Drouet – Sa vie ; Son oeuvre ; L'insurrection de février 1848 ; Jersey.

BARBIER (P. J.).

André Chénier ou 90, 92, 94. Drame en vers, en trois époques.

P., Chez tous les libraires, 1849, in-12, 62 pp, couv. lég. salie, édition originale, qqs piqures

BARBUSSE (Henri).

Jésus – Les Judas de Jésus.

Flammarion, 1927, 2 vol. in-12, 249 et 283 pp, reliures demi-chagrin bleu-nuit, dos à 3 nerfs ornés en long, titres dorés, têtes dorées (rel. de l'époque), bon état. Editions originales sur papier ordinaire, enrichies d'un envoi a.s. sur chaque faux-titre, beaux exemplaires. On joint une publicité dépliante de l'éditeur (4 pp imprimées sur papier vert – « Quelques opinions sur Jésus d'Henri Barbusse ») et « L'exploitation de Jésus », un article de presse de l'auteur sur 7 colonnes paru le 27 février

Jusqu'à sa mort en 1935, Barbusse, qui devient membre du parti en 1923, lors de l'occupation de la Ruhr, après avoir adhéré dès l'origine à l'idéologie communiste, jouit d'une situation exceptionnelle. Le gendre de Catulle Mendès, qui avait commencé sa carrière littéraire en publiant en 1895, à l'âge de vingt-deux ans, un recueil de vers intitulé Pleureuses, était devenu communiste par haine de la guerre, par pacifisme et parce qu'il ressentait profondément « ce vaste besoin d'unité humaine » dont parlait en 1922 Paul Vaillant-Couturier, pour expliquer sa propre adhésion au communisme. Le marxisme lui était fort peu familier, ainsi que les tâches d'organisation, et il devait jusqu'à sa mort multiplier les initiatives pour créer de vastes rassemblements internationaux afin de lutter contre le militarisme et le danger de guerre. C'est dans cet esprit qu'il avait lancé en 1919 dans L'Humanité un appel pour l'Internationale de la pensée et qu'il avait fondé le mouvement “Clarté”, auquel avaient adhéré des écrivains comme Georges Duhamel et Jules Romains. Dans “Jésus”, Barbusse retrace l'histoire de Jésus en tant que martyre socialiste. Pierre Naville, en 1927, dénoncera sévèrement le confusionnisme de son livre “Jésus” et sa propension à présenter un « Jésus marxiste... » (Jean Touchard, Revue française de science politique)

BARBUSSE (Henri).

Le Couteau entre les dents. Aux intellectuels.

Editions Clarté, 1921, in-12, 80 pp, broché, couv. rempliée lég. défraîchie, bon état

"Les intellectuels – je parle de ceux qui pensent, et non des amuseurs et des charlatans, parasites et profiteurs de l'esprit – sont les traducteurs de l'idée dans le chaos de la vie. Qu'ils soient savants, philosophes, critiques ou poètes, leur métier éternel est de fixer et de mettre en ordre la vérité innombrable, par des formules, des lois, et des oeuvres. Ils en dégagent les lignes, les directions ; ils ont le don quasi divin d'appeler enfin les choses par leurs noms. Pour eux, la vérité s'avoue, s'ordonne et s'augmente, et la pensée organisée sort d'eux pour rectifier et diriger les croyances et les faits. Par cette utilité sublime, les ouvriers de la pensée sont toujours au commencement du drame interminable qu'est l'histoire des hommes."

BARBUSSE (Henri).

Pleureuses – Poésies.

P., Charpentier, 1895, in-12, 386 pp, broché, bon état. Edition originale du premier livre de l'auteur sur papier ordinaire (il n'y a eu que 10 ex. sur Hollande). Rare

"Ces vers, composés par Henri Barbusse entre sa dix-huitième et sa vingtième année, ont été publiés il y a vingt-cinq ans. Ils furent accueillis avec une faveur dont le monde des lettres n’a pas perdu le souvenir. Catulle Mendès, qui n’avait connu Barbusse que par ses vers et qui, ainsi qu’il l’écrivit, avait « cette joie fière de ne l’avoir aimé qu’après l’avoir admiré », salua, à l’apparition de Pleureuses, cet inconnu auquel il prédit la célébrité, ce nouveau venu « qui portait sur son front le signe fatal et magnifique ». Aucune réimpression n’a été faite de ce recueil, qui fut vite épuisé et dont la première édition est introuvable." (avant-propos de la réédition Flammarion de 1920)

BARDY (G.).

Littérature latine chrétienne.

Bloud et Gay, 1929, in-12, 231 pp, biblio, discret C. de bibl., envoi a.s. (Coll. Bibliothèque catholique des sciences religieuses)

BARDÈCHE (Maurice).

Balzac romancier.

Bruxelles, Raoul Henry, 1944, in-8°, 390 pp, broché, papier lég. jauni, bon état

Edition refondue de la thèse classique de Bardèche. — "Le présent volume est tiré de l'ouvrage intitulé “Balzac romancier. La formation de l'art du roman chez Balzac jusqu'à la publication du Père Goriot, 1820-1835”, un volume grand in-8° de VIII-640 pages, édité par la Librairie Plon à la fin du mois de mai 1940. Plutôt que d'en faire une simple réimpression, l'auteur a préféré refondre son oeuvre. Il a gardé l'essentiel de son analyse, mais il l'a réduite de moitié ; il a supprimé les notes, les développements, les discussions qui n'étaient destinés qu'aux spécialistes de l'histoire littéraire. Il a tiré de son étude précédente un livre entièrement nouveau qui ne s'adresse plus seulement aux érudits, mais à tous les lecteurs de Balzac." (Les éditeurs)

BARET (Eugène).

De l'Amadis de Gaule et de son influence sur les mœurs et la littérature au XVIe et XVIIe siècle. Avec une notice bibliographique. Deuxième édition revue, corrigée et augmentée.

Firmin-Didot, 1873, in-8°, x-234 pp, broché, couv. imprimée lég. abîmée

BARILLÉ (Elisabeth).

Exaucez-nous !.

Gallimard, 1999, in-8°, 266 pp, discret C. de bibl., envoi a.s. Très bon état

BARILLÉ (Elisabeth).

Un couple modèle.

Gallimard, 2001, in-8°, 218 pp, discret C. de bibl., envoi a.s. Très bon état

BARON (P.).

La Jeunesse de Lacordaire. De Jean-Jacques Rousseau à Lamennais.

Editions du Cerf, 1961, pt in-8°, 246 pp, préface de A.-M. Carré, biblio, broché, couv. illustrée, bon état, envoi a.s.

"Cet ouvrage, publié à l'occasion du centenaire de la mort de Lacordaire, mais préparé depuis longtemps, renouvelle sur bien des points la première partie de la biographie du célèbre prédicateur. Il s'appuie, en effet, sur de nombreuses sources inédites et il donne à la fois un portrait psychologique très pénétrant de Lacordaire et une explication claire et sûre des événements auxquels il a été mêlé. Il s'en tient à sa « jeunesse », c'est-à-dire à la période qui va de sa naissance (1802) à son rapprochement avec Lamennais (1830). Entre beaucoup de remarques très neuves, nous voudrions signaler celles qui nous ont le plus frappé. D'abord celle-ci, que la conversion religieuse de Lacordaire a suivi sa conversion politique à la monarchie constitutionnelle (1822). « II serait sans doute plus juste de dire, écrit l'auteur, qu'il n'y eut finalement qu'une seule conversion, mais une conversion unique qui se fit en deux temps ». Entre les ultras, qui estimaient « que la liberté est un danger pour la foi » autant que « pour l'autorité du roi et pour la sauvegarde de l'État », et les libéraux bourgeois, incroyants et anticléricaux, il s'est alors senti une « vocation de conciliateur » : la foi et la liberté que, dans les deux camps, on croyait antagonistes, sont « en réalité, écrivait-il, deux principes qui s'accordent merveilleusement... » (p. 115-118). En prenant cette position dès la fin du règne de Louis XVIII, il est certain que Lacordaire a été aux origines mêmes du catholicisme libéral du XIXe siècle..." (R. Limouzin-Lamothe, Revue d'histoire de l'Église de France, 1962)

BARON SUPERVIELLE (Sylvia).

Pages de voyage.

Arfuyen, 2004, in-8°, 85 pp, envoi a.s. Très bon état

BARRATIN (A.).

Sur le tard.

P., Alphonse Lemerre, 1905, in-12, 245 pp, broché, bon état. Edition originale, envoi a.s.

Le troisième livre d'Anna Barratin (1845-1911), après « Chemin faisant » (1894) et « De vous à moi. Feuilles noires » (1902).

BARRES (Maurice) – BOUROUX (P.-A.) .

Colette Baudoche. Histoire d'une jeune fille de Metz. Eaux-fortes de P.-A. Bouroux.

P., chez l'Artiste, 1928, in-4°, 48 eaux-fortes originales de P.-A. Bouroux, dont une vignette de titre, 12 hors texte et 35 dans le texte, reliure plein maroquin bleu-nuit, dos à 5 nerfs soulignés à froid, titres dorés, date dorée en queue, tranches dorées, décors d'encradements de maroquin mosaïqué sur les contreplats, gardes de soie bleu-nuit et doubles gardes de papier fantaisie, coupes filetées, couv. et dos conservés, sous emboîtage (lég. frotté) de papier fantaisie ourlé de maroquin bleu-nuit (reliure de l'époque signée Vermorel), bel exemplaire. Exemplaire nominatif : un des 175 ex. sur vélin de Rives enrichi du prospectus de souscription de l'ouvrage, de trois lettres manuscrites de P.-A. Bouroux, de 4 planches d'état et d'une planche originale sur Japon signée

Colette Baudoche est un roman de Maurice Barrès paru en 1909. L'intrigue se déroule en Lorraine après la guerre franco-allemande de 1870, et raconte la relation qui se noue lentement entre une jeune femme française et un professeur allemand... Quand le traité de Francfort eut donné à l'Allemagne en 1871 l'Alsace et la Lorraine, nombreux sont ceux qui abandonnèrent leur terre natale. Les autres se résignèrent à subir cette mauvaise fortune des armes qui changeait leur nationalité. Mais un trait de plume au bas d'un parchemin peut-il aussi changer les coeurs ? Oui, disaient les vainqueurs, en laissant faire le temps. Trente-sept ans d'occupation allemande ont passé sur Metz quand, le jeune professeur Frédéric Asmus, frais émoulu de l'université de Koenigsberg, vient se loger chez Mme Baudoche et sa petite-fille Colette. A travers elles, il découvre la civilisation française si différente de celle d'outre-Rhin dont il est le représentant typique et c'est finalement le vainqueur qui a le coeur changé. Colette la moqueuse est touchée par cette métamorphose et serait à son tour bien près de l'aimer. Quand Frédéric Asmus la demande en mariage, elle a un instant d'hésitation. Mais ce qui eût été posé en d'autres temps ne l'est plus alors que l'Allemagne occupe notre sol et que les tombes de nos soldats vaincus jonchent la campagne. L'attitude morale de Colette la Lorraine, avant 1914, préfigure celle de tous les résistants français après 1940.

BARRY (Joseph).

Ma soeur, ma douce soeur. Lord Byron et Augusta.

Albin Michel, 1989, in-8°, 291 pp, notes bibliographiques. Un soeur, une épouse jalouse, et Byron. L'auteur décrit l'ambiguité des liens entre les trois protagonistes, leurs passions contradictoires, et le déchirement final.

BARRÈRE-AFFRE (Marie).

Le Village de Toub.

Casablanca, Les Editions du Moghreb, 1938, in-12, 255 pp, reliure demi-basane verte, dos à 5 larges nerfs, pièce de titre basane vermillon, couv. conservée (rel. de l'époque), bon état (Coll. Les Romans marocains)

"... Ces romans sont considérés à l’époque comme des oeuvres importantes et parfois primées de la littérature «marocaine». Les écrivains publiés s’efforcent avec une certaine bonne volonté de restituer un Maroc traditionnel que leur activité professionnelle ou leur pratique personnelle leur a permis de connaître. L’oeuvre la plus empathique est peut-être celle de Marie Barrère-Affre, dans son roman "Le village de Toub" (1938), centré sur le monde berbère féminin, de même qu’un autre roman pour lequel elle recevra le prix du Maroc en 1941, "Timmimit ksourienne"." (Jean-Robert Henry, À propos de la collection «Les romans marocains», BledMag, 2010)

BARRÈRE-AFFRE (Marie) – Jean HAINAUT.

Timimmit ksourienne. Illustrations sur bois de Jean Hainaut.

Casablanca, Editions d'art Paul Bory, 1944, pt in-4°, 253 pp, 19 bois hors texte dont 8 en couleurs et 1 en bleu, lexique à l'usage des non-berbérisants in fine (4 pp.), broché, non coupé, couv. illustrée, chemise et étui, bon état. Edition originale tirée à 975 ex. numérotés seulement, celui-ci un des 300 ex. sur vergé numérotés de 201 à 500 (n° 436) auxquels il a été ajouté une suite tirée en noir et une couleur des huit premières planches. Exemplaire signé par l'auteur et l'illustrateur

"... Ces romans sont considérés à l’époque comme des oeuvres importantes et parfois primées de la littérature «marocaine». Les écrivains publiés s’efforcent avec une certaine bonne volonté de restituer un Maroc traditionnel que leur activité professionnelle ou leur pratique personnelle leur a permis de connaître. L’oeuvre la plus empathique est peut-être celle de Marie Barrère-Affre, dans son roman "Le village de Toub" (1938), centré sur le monde berbère féminin, de même qu’un autre roman pour lequel elle recevra le prix du Maroc en 1941, "Timmimit ksourienne"." (Jean-Robert Henry, À propos de la collection «Les romans marocains», BledMag, 2010)

BARRÈS (Maurice).

Au service de l'Allemagne. Nouvelle édition.

Emile-Paul, 1916, in-12, v-309 pp, reliure demi-basane époque, dos lég. épidermé

A partir de 1905, Barrès devient le grand écrivain de la « Revanche contre l'Allemagne », victorieuse de la France en 1871, ce qui donne lieu à une trilogie littéraire : Au service de l'Allemagne (1905), Colette Baudoche (1909), et Le génie du Rhin (1921). En 1906, il est élu à l'Académie française et devient député de Paris. En janvier 1914, il remplace Paul Déroulède à la présidence de la Ligue des patriotes, poste qu'il conservera jusqu'à sa mort le 4 décembre 1923.

BARRÈS (Maurice).

Au service de l'Allemagne. Nouvelle édition augmentée de quelques pages inédites.

P., Plon-Nourrit et Cie, 1923, in-12, xiv-298 pp, préface de l'édition d'après la victoire, reliure pleine percale carmin, dois lisse, pièce de titre basane noire, couv. conservée (rel. de l'époque), bon état, un des 1100 ex. numérotés sur papier pur fil des papeteries Lafuma (Les Bastions de l'Est)

A partir de 1905, Barrès devient le grand écrivain de la « Revanche contre l'Allemagne », victorieuse de la France en 1871, ce qui donne lieu à une trilogie littéraire : Au service de l'Allemagne (1905), Colette Baudoche (1909), et Le génie du Rhin (1921). En 1906, il est élu à l'Académie française et devient député de Paris. En janvier 1914, il remplace Paul Déroulède à la présidence de la Ligue des patriotes, poste qu'il conservera jusqu'à sa mort le 4 décembre 1923. Un livre comme Au service de l’Allemagne appartient à la fois au roman régionaliste et au roman social.

BARRÈS (Maurice).

En regardant au fond des crevasses.

P., Emile-Paul Frères, 1917, pt in-8°, 110 pp, broché, couv. lég. salie, état correct. Edition originale numérotée

BARRÈS (Maurice).

L'Ame française et la guerre. II. Les Saints de la France.

Emile-Paul, 1915, in-12, 381 pp, broché, pt mque au 1er plat, bon état. Edition originale en volume, exemplaire tiré spécialement pour l'auteur et numéroté (n° 435), envoi a.s.

"Ce deuxième livre de l'Ame française et la guerre s'étend du 1er novembre 1914 au 1er janvier 1915 et raconte la période où les Allemands achevèrent de briser dans les Flandres leur force offensive déjà si rudement épointée par notre victoire de la Marne."

BARRÈS (Maurice).

L'Ame française et la guerre. I. L'Union sacrée.

Emile-Paul, 1915, in-12, 393 pp, broché, bon état. Edition originale en volume, exemplaire tiré spécialement pour l'auteur et numéroté (n° 306), envoi a.s.

"Je redonne ici mes articles quotidiens de l'Echo de Paris pendant les premiers mois de la guerre, de la déclaration de guerre jusqu'au 1er novembre. Ces pages offriront un intérêt au lecteur dans la mesure où elles conservent l'émotion, la couleur morale de ces journées tragiques. (...) J'ai laissé les fausses nouvelles. Nos erreurs de fait, nos espérances trop hâtives ne sont-elles pas quelque chose de l'atmosphère que nous respirions ?"

BARRÈS (Maurice).

L'Ame française et la guerre. I. L'Union sacrée.

Emile-Paul, 1915, in-12, 393 pp, broché, bon état

"Je redonne ici mes articles quotidiens de l'Echo de Paris pendant les premiers mois de la guerre, de la déclaration de guerre jusqu'au 1er novembre. Ces pages offriront un intérêt au lecteur dans la mesure où elles conservent l'émotion, la couleur morale de ces journées tragiques. (...) J'ai laissé les fausses nouvelles. Nos erreurs de fait, nos espérances trop hâtives ne sont-elles pas quelque chose de l'atmosphère que nous respirions ?"