31 résultats

BATET (Henri).

Leconte de Lisle. La Sensation. - Le Sentiment.

Saint-Etienne, Editions Stéfa, 1950, 2 vol. in-8°, 155 et 109 pp, index, éditions originales, chaque volume un des 500 exemplaires numérotés, brochés, bon état

BEAUBOURG (Maurice).

La Vie muette. Drame en quatre actes.

P., Tresse et Stock, 1894, in-12, 88 pp, reliure demi-percaline moutarde, dos lisse avec date et double filet dorés en queue, pièce de titre basane havane, plats de couverture conservés, couverture datée 1895 (rel. de l'époque), bon état. Edition originale (il n'est pas mentionné de grands papiers)

BEAUBOURG (Maurice).

Les Menottes. Pièce en trois actes.

P., Paul Ollendorff, 1897, in-12, 226 pp, reliure demi-percaline havane, dos lisse avec doubles filets dorés en tête et en queue, titres dorés, plats de couverture conservés (rel. de l'époque), bon état. Edition originale (il n'est pas mentionné de grands papiers), avec mention de deuxième édition sur le 1er plat de couverture, mais pas sur la page de titre.

BRIDGES (T. C.).

La Cité mystérieuse.

P., Librairie Fernand Nathan, 1929, gr. in-8°, 195 pp, 12 planches hors texte, vignettes en bandeaux et culs-de-lampe, cart. illustré de l'éditeur, bon état. Adaptation de l'anglais, par Suzanne Clot, d'un roman de science-fiction de l'écrivain britannique Thomas Charles Bridges. 1ère édition française.

CAVANNA (François).

4, rue Choron.

Hara Kiri / Série bête et méchante, 1965, in-8° carré, 272 pp, préface et textes de Cavanna, délirantes illustrations de Topor, Fred, Wolinski, Gébé, Reiser, Cabu, Hopt, Sépia, collages de Sépia d'après des photos de Lépinay, Foulon, Chenz, etc., édition originale, broché, bon état

CHA-CHA VANA.

Oeuvres complètes. Publiés par les Soins et aux Dépens de M. A. M. P., Docteur de l'Université de N.

P., Dorbon Aîné, s.d. (1911), in-8°, 76 pp, broché, état correct

[Céline] – VITOUX (Frédéric).

Céline.

Belfond, 1978, gr. in-8°, 252 pp, 24 pl. de photos hors texte, 2 portraits et 4 fac-similés, biblio, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Les dossiers Belfond)

De tous les grands écrivains de notre siècle, Céline reste le plus controversé. Mais peu d'écrivains « maudits » ont, comme lui, bénéficié d'une telle gloire et d'un tel succès public. Pourtant, sur le romancier et son oeuvre, on manquait encore d'une approche générale, d'une vision historique et critique éclairée par les nouvelles données de la recherche célinienne. Cette synthèse apparaissait indispensable, ne serait-ce que pour rendre compte des paradoxes et des contradictions de celui qui déroute les uns, subjugue les autres et autour duquel trop de légendes ont été entretenues. Pour la première fois, ce dossier tente d'aborder tous les aspects du « phénomène » Céline ; il parle des livres, de tous les livres, notamment des pamphlets antisémites pour lesquels l'invective ou le silence ont longtemps remplacé l'analyse objective. Enfin, Frédéric Vitoux dégage les clés ouvrant sur cette ceuvre capitale, porteuse de tant de malentendus, et sur une vie rendue ici avec son plein relief, ses lumières et ses ombres. — L'auteur est l'un des meilleurs spécialistes de Louis-Ferdinand Céline.

DOUBROVSKY (Serge).

Pourquoi la nouvelle critique. Critique et objectivité.

Mercure de France, 1966, in-8°, 262 pp, qqs soulignures stylo sur 20 pp

DOUBROVSKY (Serge) et Tzvetan TODOROV (dir.).

L'enseignement de la littérature. Colloque de Cerisy-la-Salle du 22 au 29 juillet 1969.

Plon, 1971, in-8°, 640 pp, cart. éditeur, sans la jaquette, bon état

Contributions de Roland Barthes, Peter Brooks, Michel Deguy, Maurice de Gandillac, Gérard Genette, A. J. Greimas, Gilbert Lascault, Roger Laufer, Gérard Macé, Bernard Pingaud, Béatrice Slama, Karlheinz Stierle, Paul Zumthor, etc.

EWERS (Hans Heinz).

L'Araignée.

dans la Revue de Paris, 1927, gr. in-8°, 23 pp, traduction et présentation de l'auteur (une page) par Marc Henry, broché, dos ridé

FLUCHÈRE (Henri).

Laurence Sterne. De l'homme à l'œuvre. Biographie critique et essai d'interprétation de « Tristram Shandy ». (Thèse).

Gallimard, 1961, in-8°, 734 pp, un fac-similé de la page de titre de la première édition de Tristram Shandy en frontispice, biblio, index, broché, tout petit accroc au bas du 2e plat, bon état (Bibliothèque des Idées) (Grand prix de la Critique Littéraire 1961)

Cette étude critique sur Laurence Sterne est sans doute l'ouvrage le plus savant et le plus exhaustif qui ait été écrit sur cet auteur, mais c'est aussi la passionnante histoire d'un homme. Sterne y apparaît comme un écrivain beaucoup plus important que ses contemporains ou les critiques anglais et français ne l'avaient jamais admis, et que la curiosité des Américains a remis à sa juste place. Car c'est non seulement un héritier direct de Rabelais et de Cervantès qu'Henri Fluchère admire en Sterne, mais un précurseur des plus grands techniciens du roman moderne : Proust, Joyce, Kafka, et les exemples et citations abondent qui justifient cette opinion. Mais au-delà de cette technique savante, de cette observation aiguë, de cette satire, de cet humour, Henri Fluchère est par-dessus tout reconnaissant à Sterne d'avoir « tenté de nous donner les clés de quelques secrets du monde ».

FOURNIER (Edouard).

Souvenirs poétiques de l'école romantique, 1825 à 1840, précédées d'une notice biographique sur chacun des auteurs contenus dans le volume.

P., Laplace, Sanchez et Cie, 1880, in-12, iv-536 pp, avec les portraits gravées sur acier par Adrien Nargeot d'Alexandre Dumas, Victor Hugo, Alphonse de Lamartine et Alfred de Musset (tous jeunes) sur 4 pl. hors texte, reliure demi-chagrin carmin à coins, dos à 5 nerfs filetés, titre et caissons ornés dorés, doubles filets dorés sur les plats, tête dorée (rel. de l'époque), rousseurs, bon état. Edition originale (Vicaire III, 788), exemplaire fort bien relié

Edition originale de ce titre un peu trompeur : ce ne sont pas des "souvenirs" personnels, mais une anthologie poétique un peu développée, dont le principal intérêt est de reproduire des pièces d'auteurs mineurs ou très peu connus. — "(...) Notre choix, dans cette foule de génies ou de talents, n’a pas été difficile. Nous l’avons fait aussi large que l’exigeait leur nombre. A l’exception de quelques-uns, qui n’ont pas suffisamment marqué, ou de quelques autres d’une fougue et d’une fantaisie trop excentriques : Lassailly, par exemple , Philothée O’Neddy, Petrus Borel, etc., tous y ont trouvé place pour des extraits de leurs œuvres, dans la proportion à laquelle leur donnait droit leur renommée. La notice sur chacun a été écrite avec autant de soin que possible et contient assez de détails pour que l’on puisse avoir ainsi, par fragments, l’histoire du Romantisme et de ses Cénacles : le grand qui siégeait chez Victor Hugo, à la place Royale ; l’autre, moins magistral, qui faisait son joyeux tapage à l’impasse du Doyenné, chez Théophile Gautier. C’étaient des écoles irrégulières : on en faisait partie un jour, on s’en échappait le lendemain, pour y revenir à sa fantaisie ; et, somme toute, on ne cessait pas d’être indépendant..." (Préface) — Par Edouard Fournier (1819-1880), auteur dramatique, historien, bibliographe et bibliothécaire. Issu d'une famille d'artistes serruriers, il fait ses études au collège d'Orléans pour se consacrer ensuite tout entier à des travaux littéraires. Après une première pièce de théâtre en 1841, et quelques feuilletons parus dans le journal Le Loiret en 1842, il publie de très nombreuses études historiques, littéraires, bibliographiques et théâtrales. Il édite de nombreux auteurs tout en continuant à écrire pour la scène. Il contribue aussi un grand nombre d'articles à l’Encyclopédie universelle, au Supplément du Dictionnaire de la conversation, à l’Historire des villes de France, au Moniteur, au Constitutionnel, à L'Illustration, à La Revue française, au journal Le Théâtre, dont il est rédacteur en chef de 1853 à 1855.

FRANCE (Anatole).

La Vie littéraire.

Calmann-Lévy, s.d. (1919-1921), 4 vol. in-12, ix-372, xiii-374, xix-406 et xvi-372 pp, index, reliures demi-chagrin chocolat, dos lisses ornés en long, titres dorés, têtes dorées (rel. de l'époque), bon état. Bel exemplaire finement relié

Bibliothécaire au Sénat, Anatole France (1844-1924) devient le critique littéraire de la prestigieuse revue « Le Temps » en 1887. Ses articles sont réunis dans « La Vie littéraire » à partir de 1888. "Le bon critique est celui qui raconte les aventures de son âme au milieu des chefs-d'œuvre."

GUIREC (Jean).

Lucette chez les Chinois. Roman parisien.

Flammarion, 1925, in-12, 245 pp, reliure demi-percaline verte, titres dorés, bon état

HOOG (Armand).

Stendhal avant Stendhal. Vie de Stendhal, tome I (1783-1821).

J.-J. Pauvert aux Editions Garnier, 1983, in-8°, 384 pp, broché, couv. illustrée à rabats, mque la page de faux-titre, bon état (ouvrage couronné par l'Académie française)

Henri Beyle, plus connu sous le nom de Stendhal, est né en 1783. Jamais il n'a été plus vivant qu'aujourd'hui. Avec cette Vie de Stendhal, Armand Hoog (1912-1999) a voulu écrire une biographie qui serait aussi une mythologie stendhalienne. En suivant Beyle dans le quotidien de son existence et dans ses voyages, l'auteur a essayé de reconstituer les obsessions, l'érotique et les rêves d'un artiste chez qui l'imagination a fini par l'emporter sur les systèmes idéologiques. Le second volume de cette biographie n'est jamais paru.

KUNDERA (Milan).

L'Immortalité. Roman. Traduit du tchèque par Eva Bloch.

Gallimard, 1990, in-8°, 412 pp, broché, jaquette, bon état (Coll. Du monde entier). Edition originale sur papier d'édition (il n'a été tiré que 91 ex. en grand papier, achevé d'imprimer du 10 janvier 1990).

LARG (David Glass).

Madame de Staël, la vie dans l'œuvre (1766-1800). Essai de biographie morale et intellectuelle.

P., Librairie ancienne Edouard Champion, 1924, gr. in-8°, viii-229 pp, notes, broché, couv. rempliée (lég. défraîchie et salie), bon état (Bibliothèque de la Revue de ittérature comparée, 16)

M. Larg, maître de conférences à l'Université de Sheffield, a tiré des oeuvres de Mme de Staël une manière d'autobiographie qu'il mène jusqu'en 1800. Dans ses essais de jeunesse, pièces de théâtre, nouvelles romanesques, dissertations philosophiques, comme plus tard, de 1795 à 1800, dans ses grands traités de l'Influence des passions, des Circonstances actuelles, de la Littérature, Mme de Staël ne parle que d'elle-même. Elle avait les idées de son tempérament, et ses doctrines politiques sont en liaison étroite avec son rêve nostalgique et constant d'amour infini. Elle est femme : « La gloire elle-même », disait-elle, « ne saurait être pour une femme qu'un deuil éclatant du bonheur. » M. Larg cherche et trouve la femme derrière l'auteur. II a la finesse psychologique, l'information très sûre, le style savoureux, la plume spirituelle. Sa langue maternelle est l'anglais ; son humour, transposé par lui-même en français, paraît comme distillé et plus piquant. Son livre est charmant et, historiquement, fort instructif. Quand la jeune Germaine Necker, correctement assise sur un tabouret, suivait attentivement la conversation dans le salon philosophique de sa mère et que l'abbé Raynal, causant avec elle comme avec une grande personne, lui prenait les deux mains dans les siennes et l'engageait à écrire une dissertation sur l'édit de Nantes, elle avait déjà en tête toutes les doctrines politiques qu'elle élaborera plus tard en idéologies libérales, tout ensemble progressistes et conservatrices : le bonheur commun réalisé par l'élite et à la tête de l'élite un homme aimé, son père d'abord sous la monarchie absolue, puis Narbonne, qu'elle poussa au ministère sous la monarchie constitutionnelle, et B. Constant, qu'elle aurait voulu hisser aux premières places sous la République directoriale. Quant au mari, il ne compte pas. « Ce fut sans doute un pauvre homme », écrit M. Larg (p. 79), « diplomate de cuisine », aux « médiocres talents » et sans autre attache morale à Paris « que sa vanité et son insignifiance ». M. Larg a raison si son dessein est de transcrire l'opinion intime de Mme de Staël sur son conjoint, tort s'il prend ce jugement à son compte. Car Staël fut, somme toute, un galant homme, et qui voyait les événements beaucoup plus intelligemment que son collègue Gouv. Morris, dont on a tant vanté la perspicacité politique. Ses dépêches diplomatiques, même à l'époque ou l'on a de bonnes raisons de croire que Mme de Staël n'a pas participé à leur rédaction, ne sont pas du premier venu. Il en est des idées politiques de Mme de Staël comme de ses préventions contre son mari ; elles sont issues des mouvements tumultueux de son âme, et comme elles ont, à tout prendre, une réelle importance dans l'histoire de l'esprit public en France, l'histoire littéraire a rendu, avec M. Larg, un vrai service à l'histoire politique en en faisant mieux connaitre la nature et la genèse. (G. Pariset, Revue Historique, 1926)

MARTINEAU (Henri) et François MICHEL.

Nouvelles soirées du Stendhal-Club. Avec contribution de Luigi-Foscolo Benedetto; Ferdinand Boyer, Armand Caraccio, Vittorio del Litto, Pierre Jourda, Pierre Martino. Documents inédits.

Mercure de France, 1950, in-12, 272 pp, broché, bon état

Etudes sur les rapports de Stendhal avec Musset, Mme de Staël, Mérimée, Canova, etc. qui ajoutent à la personnalité de Stendhal autant de petits traits caractéristiques ou plaisants et fournissent des renseignements précis sur nombre de figurants qui gravitèrent autour de l'auteur de La Chartreuse.

MAUROIS (André).

Prométhée ou la vie de Balzac.

Flammarion, 1974, in-8°, 697 pp, 1 cahier iconographique, biblio, index, broché, lég. défraîchi, état correct

MAUROIS (André).

Prométhée ou la vie de Balzac.

Hachette, 1965, fort in-8°, 653 pp, 28 pl. de gravures et fac-similés hors texte, biblio, index, reliure pleine toile éditeur, titres au dos et au 1er plat, ex. numéroté, bon état. Edition illustrée reliée "avec une toile créée spécialement par le département édition des tissus Pierre Frey".

MÉLIA (Jean).

Les Idées de Stendhal.

Mercure de France, 1910, in-12, 529 pp, ex. numéroté, broché, bon état

Mélia était un compilateur scrupuleux dont la dévotion pour Stendhal ne fait aucun doute.

MÉLIA (Jean).

Stendhal et ses commentateurs.

Mercure de France, 1911, in-12, 416 pp, ex. numéroté, broché, bon état

"C’est la consécration d’une gloire que de parler sans cesse d’elle comme on parle de celle des écrivains grecs ou latins ou des grands classiques français. La mémoire de Stendhal en doit être bien aise. Stendhal eut, en effet, le courage, pour la défense de ses théories, d’affronter toutes les opinions reçues et acceptées de ses contemporains. Il a dit lui-même qu’il désirait sur son compte la vérité la plus entière et la plus âpre. Il aimait la critique parce qu’il était animé d’un orgueil : celui de remplir noblement et le plus intellectuellement sa tâche."

NOTA (Alberto).

Commedie di Alberto Nota, con un saggio storico critico della commedia italiana, del prof F. Salfi.

Parigi, Baudry, 1829, 5 vol. in-12, cxliv-294,382,419,391 et 440 pp, un portrait gravé de l'auteur en frontispice du tome I, les 5 tomes reliés en 3 volumes (1-2, 3-4 et 5) demi-chagrin-rouge, dos à nerfs ornés de caissons dorés, tranches jaspées (rel. de l'époque, qqs épidermures sans gravité aux dos), bon état

PARAZ (Albert).

Sainte-Marie de la Forêt. (L'Adorable métisse, II) .

André Martel, 1954, pt in-8°, 284 pp, broché, sans la jaquette, état correct

PELLISSIER (Georges).

Le réalisme du romantisme.

Hachette, 1912, in-12, 313 pp, broché, couv. lég. salie

PIRANDELLO (Luigi).

Théâtre complet. Tome II : Henri IV. Vêtir ceux qui sont nus. Traduction de Benjamin Crémieux.

Gallimard, 1928, in-8° couronne, 280 pp, broché, édition originale de la traduction, un des 796 exemplaires numérotés sur vélin pur fil, bon état

PRIGENT (Mireille).

L'équivalence.

Casterman, 1963, pt in-8°, 174 pp, broché, bande conservée, bon état, envoi a.s.

SIMENON (Georges).

La Fenêtre des Rouet. Illustrations de Chapelain-Midy.

P., La Jeune Parque, 1945, gr. in-8°, 221 pp, iIllustrations en couleurs hors texte par Chapelain-Midy, numéroté sur vélin supérieur, broché, couv. illustrée à rabats, bon état. Edition originale

SÉCHÉ (Alphonse).

Stendhal.

Louis-Michaud, s.d. (v. 1910), in-12, 192 pp, 33 portraits et documents (Coll. La vie anecdotique et pittoresque des grands écrivains)

WALTER (Philippe).

Perceval. Le Pêcheur et le Graal.

Imago, 2004, in-8°, 260 pp, biblio, broché, bon état

"Jeune "naïf" ébloui par la rencontre de beaux chevaliers, Perceval abandonne sa mère et se rend chez le roi Arthur pour se faire adouber. Là, il tue le chevalier Vermeil qui terrorise la cour et, après de multiples aventures, se retrouve au château du Roi Pêcheur à la terre stérile. Voyant défiler d'étranges objets, dont le Graal, Perceval ne pose aucune question et reste muet. Mutisme fatal qui l'éloignera à tout jamais du précieux "plat" et de ses révélations. Le Conte du Graal de Chrétien de Troyes fonde le mythe le plus important du Moyen Age. De ce texte énigmatique et fascinant va procéder, en effet, toute une moisson de chefs-d'œuvre, de représentations et de questions qui continuent d'inspirer l'imaginaire de l'Occident. Eminent spécialiste de littérature médiévale, Philippe Walter entreprend de répondre aux nombreuses interrogations suscitées par ce livre que l'on dit souvent, à tort, inachevé. Grand connaisseur du monde celtique, s'appuyant également sur les recherches de Claude Lévi-Strauss et de Georges Dumézil, il montre que le roman du poète champenois constitue un ensemble parfait recelant bel et bien un contenu initiatique : les mythologies de la pêche et du poisson sacré éclairent une part du mystère. Au terme de cette magistrale étude, le Conte du Graal revêt alors sa véritable dimension, celle d'une authentique méditation spirituelle."

WILDE (Oscar).

Ballade de la geôle de Reading. Texte anglais avec la transcription française de Henry-D. Davray.

P., Fernand Hazan, 1946, in-12, 59 pp, frontispice à l'eau-forte de René Ben-Sussan, texte anglais imprimé en sépia en caractères italiques, texte français en regard sur la même page en noir, tirage limité à 1900 exemplaires numérotés sur vélin de rives à la forme, broché, couv. imprimée en noir et brun-rouge, bon état