20941 résultats

Annuaire-Almanach.

Annuaire-Almanach du Commerce Didot-Bottin, départements et pays étrangers, 1886.

P., Didot-Bottin, 1886, fort pt in-4°, 3179-20-220-94 pp, 2 planches de publicité en couleurs hors texte, illustrations dans le texte, cartes (départements métropolitains), table géographique, table analytique des matières, reliure pleine toile illustrée de l'éditeur, mors fendus, manque les premiers feuillets (gardes, page de titre, début du département de l'Ain), qqs feuillets abîmés en fin de volume, état moyen. Très rare

On trouve aussi dans cet ouvrage un annuaire illustré des fabricants avec une table alphabétique des souscripteurs et une table alphabétique par ordre de professions, ainsi qu'un catalogue illustré (imprimé sur papier bleu) des Marques de fabrique avec rubriques en français, anglais, allemand et espagnol. Les départements français comprennent aussi les territoires hors de France. — Publié sous divers titres depuis plus de deux siècles et connu sous le titre d’usage de Didot-Bottin, cet annuaire contient de nombreux renseignements topographiques, administratifs, commerciaux, législatifs et statistiques. On y trouve des listes d’adresses et de rues, l’inventaire des commerçants, des fabricants et d’autres professions ainsi que des personnes qui les exercent, la présentation des grands corps de l’Etat, des administrations et établissements publics, et selon les époques des cartes, des plans, de la publicité, des horaires (bibliothèques, musées ...) des tarifs (douanes, voitures ...) , des tableaux (principales branches de l’industrie, monnaies ...). Son contenu et sa structure n’ont cessé d’évoluer et de s’enrichir. D’abord limité à Paris, il s’est étendu à partir de 1804 aux départements, aux principales villes étrangères, puis aux colonies et territoires d’Outre-mer. Cette mine de renseignements de tous ordres sur la « présence sociale et physique des individus dans leur rue » peut servir à maintes études : histoire des rues, de l’urbanisme, du commerce, des métiers, des quartiers, des familles.

Anonyme.

Avant la Bataille. Préface de Paul Deroulède.

P., A. Lévy et Cie, 1886, fort in-12, xxviii-502 pp, table analytique des matières, reliure demi-chagrin bleu-nuit, dos lisse orné de filets dorés, bon exemplaire bien relié à l'époque

Selon le Grand dictionnaire universel Larousse du XIXe siècle, l'auteur anonyme serait Paul Deroulède lui-même : "Depuis cette époque, M. Déroulède n'a écrit aucune poésie, et son bagage littéraire ne s'est accru que d'un ouvrage où, sous le titre significatif de Avant la bataille, il traite de l'organisation de notre armée (1886)." — Le livre est un vibrant appel à la revanche et un recensement des forces qui permettront à la France de vaincre l'Allemagne. – Sommaire : la Guerre, le Soldat, l'Officier, le Recrutement de l'Armée, l'Effectif et le budget, l'Organisation et l'instruction, le Service d'Etat-Major et le commandement, l'Infanterie, la Cavalerie et la remonte, l'Artillerie et l'armement, le Génie et les fortifications, la Gendarmerie et les prévôtés, l'Intendance et les services administratifs, le Service de Santé, Services et moyens de transport, de communication et de correspondance (train des équipages, chemins de fer, transports par eau, pontonniers, télégraphie, postes, aérostation, colombiers), les Effectifs de guerre, la Mobilisation, la Concentration et le déploiement stratégique, le Généralissime et son Etat-Major général, l'Armée navale, la Veillée des Armes.

Anonyme.

Comment s'est fondée une Mission chez les anthropophages. (Journal d'une missionaire).

Vanves, Imp. franciscaine missionnaire, 1936, in-8°, 144 pp, deuxième édition, 88 amusantes illustrations dans le texte, broché, couv. illustrée, bon état

Récit édifiant destiné aux adolescents et jeunes adultes et contant l'installation et le développement d'une mission catholique en 1896 au Congo belge chez les Bangalas.

Anonyme.

Histoire de Huon de Bordeaux et Aubéron, roi de féerie. Chanson de geste du XIIIe siècle.

Stock, 1983, pt in-8°, 287 pp, préface de Régine Pernoud, traduction et postface de Francois Suard, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Moyen Age)

Huon, l'orphelin de Bordeaux, est-il né sous une mauvaise étoile ? Calomnié à la cour, il tue, sans le savoir, le fils de Charlemagne au moment même où il vient de faire allégeance à l'empereur. Exilé pour ce crime involontaire, il doit traverser les mers et provoquer en son palais, à Babylone d'Egypte, Gaudisse, le puissant émir. Enfin, de retour en France, il est trahi par Gérard son frère à qui il a autrefois sauvé la vie. Pourtant l'étoile du héros n'est pas un astre maudit. Sa lumière a la douceur des yeux d'Esclarmonde, l'amie rencontrée au cours de périlleuses aventures, où les automates tueurs ne s'effacent que devant des géants monstrueux ; son éclat est lié aux sortilèges d'Auberon, le petit roi de féérie, dont l'exigeante affection protège le chevalier sur sa route. Le bonheur est donc promis à Huon, au terme d'une histoire dont le succès, depuis le XIIIe siècle, ne s'est jamais démenti. Véritable récit épique, mais aussi roman d'aventures, le texte associe l'éloge des vertus de la collectivité féodale et le déploiement d'un imaginaire séduisant.

Anonyme.

La Chanson de Guillaume, texte établi et annoté par Duncan McMillan.

Picard, 1949-1950, 2 vol. in-8°, xxxii-147 et 192 pp, glossaire, biblio, brochés, bon état (Société des Anciens textes français)

Tome 1 : Texte. – Tome 2 : Analyse et commentaires. Duncan MacMillan date cette version du dernier tiers du XIIe siècle, « au plus tôt ». — Premier témoin d’une tradition complexe associant Guillaume, le conquérant d’Orange, à son héroïque neveu Vivien, La Chanson de Guillaume conte la lutte des chrétiens contre les envahisseurs sarrasins commandés par Deramé. Après plusieurs défaites glorieuses, au cours desquelles Vivien trouve la mort, Guillaume finit, avec l’aide du puissant et très étonnant Renouart, par triompher de ses adversaires. Le texte, qui nous est parvenu malgré bien des vicissitudes, possède les vertus caractéristiques de l’œuvre épique en ses débuts : célébration de la vaillance et de la fidélité affrontées à la mort, puissance lyrique d’un vers aux accents fortement marqués, stylisation vigoureuse des personnages et des situations. Malgré la gravité du sujet, l’humour et la dérision concourent aussi à construire un idéal de la démesure.

[Anonyme].

La Maison de France.

P., Techener, 1890, in-12, 34 pp, broché, couv. effrangée, mque le 2e plat, état correct. Peu courant

[Anonyme].

La Maison de France, son histoire généalogique.

P., Bray et Retaux, 1883, in-12, (2 ff.)-55 pp, broché, scotch au dos et sur la couv., état correct. Peu courant

"Au moment où disparaît le dernier descendant direct de la branche aînée des Bourbons de France, le dernier descendant direct de la branche aînée des Bourbons de France, le dernier des petits-fils français de Louis XIV, il convient de rappeler brièvement les origines et développements d'une dynastie qui régné durant huit siècles sur la France, de montrer d'un trait rapide la formation successive, sous un effort constant, de cette agglomération française, qui n'a été entamée que de nos jours, en un mot de donner une esquisse sommaire mais exacte, de ce grand spectacle que l'on pourrait appeler la formation de la France. Il n'en est guère de plus beaux dans toute l'histoire des peuples, il n'en est pas qui soit mieux fait pour solliciter l'attention de tout français digne de ce nom, pour réchauffer les coeurs et pour raviver le patriotisme..." (p. 1)

Anonyme.

La Renaissance militaire de l'Allemagne.

dans le Correspondant, 1925, 2 vol. gr. in-8°, 20 et 20 pp, une carte, brochés, bon état

I. L'armée régulière et les armements clandestins. II. Le potentiel de la nation.

Anonyme.

La Revue de Médecine. La Médecine en fantaisie.

Sans lieu, Imprimerie spéciale de la Section de Médecine, 1936, gr. in-8°, 144 pp, 9 illustrations par Biaet, broché, couv. coquine illustrée par Biaet, état correct. Edition originale, un des 450 exemplaires numérotés sur vélin bibliophile (sur un tirage total de 500 ex.). Rare

Suite de sketchs paillards écrits par des étudiants en médecine (sans doute de la Faculté de Médecine de Lille). La Revue est un spectacle humoristique mêlant théâtres et chants, écrits et montés par les étudiants de médecine et parodiant généralement les professeurs.

Anonyme.

Le Juif Errant d'Eugène Sue, sous le point de vue religieux.

Tournai, Typographie de J. Casterman, s.d., in-16, 31 pp, broché sous couverture d'attente papier crème, bon état. Edition originale. Très rare

"M. Casterman a mis au jour une petite brochure intitulée « Le Juif-Errant d'Eugène Sue sous le point de vue religieux.» Cet odieux pamphlet n'a été prôné que par les hommes corrompus, par les ennemis de la civilisation chrétienne ou par de vils spéculateurs qui n'ont d'autre but que de faire argent de tout.Des écrivains l'ont flétri au nom de la vérité, des convenances sociales, du bon goût et de la langue. La petite brochure de M. Casterman fait surtout ressortir les tendances essentiellement hostiles à la religion ; nous désirons qu'elle obtienne la plus grande vogue possible. On sait que dans le Juif-Errant, quiconque pratique ses devoirs religieux est une dupe ou un fripon." (Le Propagateur, 15 février 1845)

Anonyme.

Le Mur d'Argent.

P., Les Editions de Publicité et Propagande, s.d., in-12, 60 pp, broché, bon état

Pamphlet anti-communiste publié après 1936. — "La grande idée des partis révolutionnaires en France est aujourd'hui cristallisée dans une formule : la destruction du régime capitaliste. A l'instigation de leurs chefs, les militants et les troupent doivent demain monter à l'assaut du « mur d'argent » et le détruire de fond en comble. (...) Plus d'obstacle dès lors à l'élévation des salaires, à la diminution des heures de travail, à la démagogie politique et sociale. (...) Cette idée, force des mécontents, des paresseux et des envieux, n'est pas nouvelle. (...) Tel est le problème complexe qui s'offre à notre réflexion pour toutes les nations en mal de contamination révolutionnaire..."

Anonyme.

Le Procès du Général Boulanger, Rochefort, Dillon devant la Haute Cour de Justice. Compte rendu, jugement, condamnation. Edition illustrée.

P., Librairie Française, 1889, pt in-8°, 266 pp, un frontispice sous serpente (le portrait en groupe des trois accusés) et 16 pl. de gravures hors texte, reliure demi-percaline violine, dos lisse orné d'un fleuron et d'un double filet doré en queue, titre doré, filet doré sur les plats (rel. de l'époque), pt décoloration au bas du 2e plat, bon état

Le général Georges Boulanger (1837-1891) fait son entrée dans la vie politique française comme ministre de la guerre dans les cabinets Freycinet et Goblet (1886). Associées à son nationalisme revanchard et à ses partis pris républicains, les mesures qu'il adopte (modernisation de l'armement, améliorations des conditions de vie des soldats, radiation des cadres de l'armée des membres de famille ayant régné sur la France) lui assurent une popularité considérable. Il abandonne son portefeuille ministériel à la chute du cabinet Goblet (1887). Mais l'engouement persistant qu'il suscite agace et inquiète le gouvernement, qui l'écarte en l'envoyant à Clermont-Ferrand. Le jour venu, la foule de ses partisans, réunie gare de Lyon, tente d'empêcher son départ. C'est alors qu'éclate le scandale des décorations, provoquant la démission du président Jules Grévy et affaiblissant considérablement le pouvoir. Plusieurs manquements de Boulanger à ses obligations militaires entraînent sa mise à la retraite. Devenu éligible, il réunit autour de sa personne une hétéroclite coalition de mécontents, allant de l'extrême-gauche à la droite monarchiste et bonapartiste. Par un double jeu périlleux et habile, le « général Revanche » parvient à concilier l'inconciliable, pour bénéficier du soutien financier des uns (la duchesse d'Uzès, notamment), de la logistique des autres (la Ligue des patriotes de Déroulède) et des voix de tous. Il vole de succès électoral en succès électoral, remportant notamment un siège parisien le 27 janvier 1889. Au soir de cette victoire, ses partisans les plus fiévreux (Déroulède, Rochefort) le pressent de tenter un coup d'Etat. Boulanger refuse, par pusillanimité sans doute, mais surtout par légalisme républicain. Pour lui, la conquête du pouvoir passe par les urnes. La déception est grande dans les rangs boulangistes. Rasséréné, le Gouvernement réagit en accusant Boulanger et deux de ses principaux soutiens, Rochefort et Dillon, d'atteinte à la sûreté de l'Etat. Menacé d'arrestation, le général abandonne ses fidèles pour fuir avec sa maîtresse, Marguerite de Bonnemains, à Bruxelles, puis à Londres. Le 12 avril 1889, le Sénat, réuni en Haute Cour, ordonne l'instruction du procès. Les audiences commencent le 8 août. Le dossier d'accusation est faible, mais l'absence des prévenus, présentée comme un aveu de culpabilité, leur nuit considérablement. Le 14, la Haute Cour les reconnaît coupables de « complot et d'attentat pour changer la forme du gouvernement » et les condamne par contumace à la déportation. Cette condamnation et la défaite électorale de septembre 1889 sonnent le glas du boulangisme. En juillet 1891, Marguerite décède à Bruxelles et Boulanger se suicide sur sa tombe deux mois plus tard. (www.senat.fr)

Anonyme.

Le Roman de messire Charles de Hongrie. Texte en prose de la fin du XVe siècle. Edition avec introduction, notes, table des noms et glossaire par Marie-Luce Chênerie, avec la collaboration du Centre de Recherche "Lettres Gothiques".

Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1992, gr. in-8°, 230 pp, table des noms, glossaire, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Textes)

"Un roman oublié de la fin du XVe siècle... Et justement oublié si on s’arrête à la longueur, à l’enchevêtrement, parfois, de ce texte en prose. Mais par ailleurs, que de motifs d’intérêt révèle cette oeuvre secondaire..." Marie-Luce Chênerie enseigne à l’Université Toulouse-le Mirail et a publié une thèse sur Le chevalier errant dans les romans arthuriens des XIIe et XIIIe siècles.

Anonyme.

Les Dessous de l'affaire éthiopienne. Qui veut la guerre ?...

P., Extrait de "La Revue hebdomadaire", 1936, in-12, 61 pp, broché, bon état

Pamphlet anonyme antisémite et anti-maçonnique assez virulent.

Anonyme.

L'Office de la Semaine Saincte, selon le missel & Breuiare Romain. Imprimé par le commandement de Pie V, et reueu par l'authorité de Clement VIII.

A Lyon, Chez Jean-Aymé Candy, 1646, pt in-8°, 488-66 pp, 4 gravures à pleine page, texte imprimé en deux tons : rouge pour les textes en français, noir pour les textes en latin - RELIE AVEC Office de la Nativité de nostre Seigneur. Mis au long pour la commodité des Religieuses. A Lyon, Chez Jean-Aymé Candy, 1646, 66 pp, les deux ouvrages dans une reliure plein veau brun moucheté, dos à nerfs ornés de caissons dorés, tranches rouges (reliure XVIIIe), qqs traces d'humidité anciennes, mais bon exemplaire, très frais et sans rousseurs

[Anonyme].

Mémoires historiques et critiques sur les plus célèbres personnages vivans de l'Angleterre. Ouvrage qui renferme les détails les plus étendus sur l'état présent de ce royaume, relativement à la littérature, à la politique, aux sciences et aux arts.

P., de l'imprimerie d'A. Egron, chez Duprat, Letellier, et compagnie, 1803, 2 vol. in-8°, (4)-viii-368 et (4)-366 pp, traduit de l'anglais sur la 3e édition, les 2 tomes reliés en un volume plein veau raciné, dos lisse à roulettes et fleurons dorés, pièce de titre basane carmin, coupes filetées, tranches marbrées (rel. de l'époque), pet. manque de cuir sur un mors (2 cm), bon état. Rare

Tome I : Préface du traducteur, M. Dundass, Sir Sydney Smith, M. Kemble, Lord Clare, chancelier d'Irlande, M. Cumberland, Mistriss Siddons, Lord Nelson, M. Fox, M. Pitt, le docteur Darwin, M. King, Lord Malmsbury, M. Arthur Murphy, Jervis, comte de Saint-Vincent, M. Sheridan, L'honorable Thomas Erskine, Lord Hawkerbury, Le duc de Richmond, Le marquis de Lansdown, Thomas Pelham, Mistriss Inchbald, M. Godwin, Adam Fergusson, Le duc de Bedford, M. Wilberforce. – Tome II : Sir Ralph Abercrombie, Le comte de Stanhope, Le docteur William Mavor, Le docteur John Gillies, Hugh Blair, Mistriss Robinson, Joseph Banks, Lord Grenville, Henri Addington, chancelier de l'échiquier, Georges-John, comte de Spenser, vicomte d'Althorpe, vicomte et baron de Spenser, etc., Lord vicomte Hode, amiral, Lord Hobart, William Herschel, Miss Hannah More, Charlotte Smith, Le colonel Edouard Marc Despard, Sir Benjamin Thompson, comte de Rumford, M. Windham, Arthur Young, John Horne Tooke, Cowper, William Franklin, ci-devant gouverneur de New-Jersey, Le général Hutchinson.

Anonyme.

Ou est la Maison de France ? Lettre aux légitimistes par un ancien partisan du Comte de Chambord.

P., Librairie Internationale, 1884, gr. in-8°, 112 pp, broché, couv. imprimée lég. abîmée, dos scotché

Anonyme.

Ou est la Maison de France ? Lettre aux légitimistes par un ancien partisan du Comte de Chambord. Deuxième édition.

P., Librairie Internationale, 1884, gr. in-8°, 112 pp, broché, manque le 1er plat, dos scotché, ex. de travail

Anonyme.

Paris en feu. L'agonie de la Commune.

Bruxelles, Office de publicité, s.d. (1871), in-8°, 80 pp, broché, couverture rouge imprimée avec pt mques, bon état. Edition originale. Rare

Demeuré anonyme. "Brochure anti-communarde. Et comme toujours les hordes cosmopolites, la collusion avec les Prussiens ; et une nouveauté : la fuite en ballon des Communards !" (Le Quillec, 3492)

Anonyme.

Requête d’une société rustique à toutes les assemblées générales, provinciales du royaume, par un curé de campagne à portion congrue.

P., EDHIS, 1976, in-8°, 71 pp, reliure skivertex marron de l'éditeur, bon état. Reprint de l’édition originale publiée, sans lieu, en 1788. Tirage limité à 150 exemplaires numérotés

L’auteur de cet ouvrage, resté anonyme, a pris pour base de son travail la Limagne, riche région agricole de la plaine d’Auvergne. Il constate avant tout que la paysannerie devrait former un ordre à part, distinct du Tiers-Etat, l’ordre de l’Etat rustique, composé de ceux qui travaillent pour faire vivre : laboureurs, colons, journaliers. Il connait bien les conditions de vie des paysans dont la cause n’a jamais eu d’avocat au fait de leur situation réelle. Il dresse, chiffres à l’appui, un tableau des exactions que subissent les paysans, et demande justice pour eux ; il dénonce l’inégalité flagrante devant l’impôt, qui accable les plus pauvres, et les maintient dans la misère.. Peu d’écrits de l’époque ont poussé aussi loin, et avec autant de précisions, les revendications de ce « quatrième état ».

Anonyme.

Résumé de quelques faits et gestes du 13e Régiment de Dragons au cours de près de deux siècles et demi d'histoire de France (1674-1918).

Melun, en dépôt à la Librairie d'Argences, s.d. (1933), in-12, 52 pp, broché, bon état. Rare

Anonyme.

Sedan. Souvenirs d'un officier supérieur.

P., W. Hinrichsen, 1883, in-12, 120 pp, reliure demi-chagrin bleu-nuit, dos à 4 nerfs, titres dorés (rel. de l'époque), bon état

L'auteur faisait partie de l'état-major du général Wimpffen.

Anonyme.

Traité de la Guerre en Général, comprenant les Qualitez et les devoirs des Gens de Guerre, depuis le Général jusqu'au Soldat et des règles sur les principales opérations militaires, par un officier de distinction.

P., Editions Bossard, 1917, in-12, xx-207 pp, préface patriotique de l'éditeur, broché, couv. lég. piquée, bon état

Réimpression d'un texte de 1742

Anonyme – [Colonel Georges de Villebois-Mareuil].

Le maréchal de Moltke, par ***.

P., Librairie moderne, Maison Quantin, 1888, in-12, 270 pp, broché, couv. illustrée d'un portrait de Moltke, bon état. Peu courant

"Ecrivain remarquable, le colonel de Villebois-Mareuil publia dans le Correspondant et la Revue des deux Mondes des articles non signés qui portent la marque d'une claire intelligence et d'une solide érudition : Le général Boulanger, l'Armée russe et ses chefs, le maréchal de Moltke. etc."

Anonyme – M***.

La Confession publique du Brocanteur. Aventure extraordinaire, arrivée au mois de Novembre 1769, sur un Vaisseau parti de l’Amérique pour Saint-Malo. Elle est rapportée fidellement par M*** qui y étoit présent, suivant le manuscrit que l’on a trouvé dans ses papiers.

P., Georges Andrieux, 1936, pt in-8°, (6)-48 pp, broché, couv. rempliées, bon état, envoi a.s. de l'éditeur (et expert en salles de ventes) Georges Andrieux

Réédition en fac-similé de luxe sur vergé, tirée à très petit nombre, de l'édition originale de 1776 de ce livre relatif aux salles de ventes du XVIIIe siècle. Exemplaire nominatif n° 1 (comme tous les exemplaires ! : « Pour ne froisser personne, tous les exemplaires de cette édition de luxe à tirage très restreint, portent le n° 1 ». Bel envoi autographe signé de Georges Andrieux.

Anonyme [ROBINSON, Emma].

Whitefriars, ou libertins et conspirateurs. Roman anglais traduit par Edouard Scheffter.

Hachette, 1858, in-12, 527 pp, reliure demi-chagrin chocolat, dos à nerfs, bon état. Traduction française de "Whitefriars ; or, The Days of Charles the Second. An Historical Romance" (1844), le premier roman d'Emma Robinson (1814-1890). Emma Robinson a publié sans nom d'auteur une série de romans historiques (qu'elle a appelés des "romances", mais qui brouillent délibérément la frontière entre l'histoire et la fiction) et deux pièces de théatre. Ses romans historiques sont bien écrits, bien documentés, avec un zeste de critique sociale et d'humour. Ils ont eu beaucoup de succès à l'époque et furent très positivement reçus par la critique (qui pensait que l'auteur était un homme). Certains de ses derniers romans se passent à l'époque contemporaine (The Matrimonial Vanity Fair, 1868) et sont remarquables par la finesse de l'observation des moeurs sociales de son temps.

Anonyme – Z.Z.Z.

Précisions sur la bataille de la Marne.

dans la Revue de Paris, 1917, gr. in-8°, 22 pp, broché, bon état

On trouve dans le même numéro les Lettres d'un volontaire italien, juillet-octobre 1915 (Enzo Valentini, 29 pp), des lettres inédites de Charles Baudelaire, une étude sur l'avenir économique de la Macédoine (32 pp), etc.

ANQUETIL (Jacques).

Anquetil-Duperron. Premier orientaliste français. Biographie.

Presses de la Renaissance, 2005, in-8°, 270 pp, préface de Jean Leclant, annexes, biblio, broché, couv. illustrée, bon état

Biographie du premier indianiste de terrain, initiateur de l'étude de la pensée religieuse indienne en Europe. Abraham Hyacinthe Anquetil Duperron (1731-1805) s'engage comme soldat à la Compagnie des Indes orientales en 1754 et parcourt l'Inde pendant six ans. Il en rapporte de nombreux documents qu'il étudie, traduit et édite. — Abraham Hyacinthe Anquetil-Duperron naît à Paris en 1731. Alors que son père le destine à une carrière ecclésiastique, le jeune homme, qui rêve d'Orient, choisit d'étudier l'arabe et le persan. Très vite, sa passion pour la religion mazdéenne le pousse à gagner la source même de ses écrits fondateurs : il s'engage en 1754 comme soldat de la Compagnie française des Indes orientales. Son but : s'initier à l'avestique, langue du Zend-Avesta, livre sacré des parsis dont une partie est attribuée au prophète iranien Zarathoustra. Son rêve : en faire la traduction. De Pondichéry à Surat, en passant par Goa ou Aurangabad, le jeune savant parcourt ainsi l'Inde durant six ans et en rapporte un trésor inestimable : les plus vieux documents de la Perse et de l'Inde, qu'il dépose à la Bibliothèque du roi. Anquetil-Duperron consacre le reste de sa vie à étudier et traduire cette moisson de manuscrits, établissant notamment les versions définitives du Zend-Avesta et des Upanishad, en latin, ainsi que l'ébauche d'un dictionnaire de sanskrit... Farouchement solitaire, ce précurseur de l'orientalisme, à qui tous ses successeurs ont rendu hommage pour son esprit pionnier, son enthousiasme et sa rigueur scientifique, meurt dans l'oubli en 1805. La biographie fascinante du premier indianiste de terrain, initiateur de l'étude de la pensée religieuse indienne en Europe, qui a permis à l'Occident de savoir enfin comment parlait Zarathoustra.

ANQUETIL (Louis-Pierre).

L'Esprit de la Ligue, ou Histoire politique des troubles de France, pendant les XVIe et XVII siècles.

P., Chez Bossange, Besson et Masson, 1797, 3 vol. in-12, 329, 341 et 396 pp, 4e édition, revue, corrigée et augmentée, index, reliures demi-veau naturel, dos lisses avec pièces de titre basane fauve et filets guillochés dorés, tranches rouges (rel. de l'époque), une coiffe arasée, bon état

Considéré comme le meilleur ouvrage de l'auteur, cette histoire connut un grand succès jusque pendant le XIXe siècle. Elle débute par une bibliographie historique fort utile sur le sujet. La Sainte ligue catholique fondée en 1576 consistait à défendre la France contre les Protestants ; animée par les Guise, elle constitua un des plus grands dangers que la monarchie ait connu. L'esprit de la Ligue s'éteint progressivement avec les victoires d'Henri IV, après avoir fomenté de nombreuses guerres religieuses. — « L’exactitude et l’heureux enchaînement des faits mettent le lecteur à portée de pénétrer lui-même dans le secret des cours ou des cabinets. » (Michaud, t. 2, p. 34).

ANQUETIL (Pierre-Louis).

Histoire de France depuis les Gaulois jusqu'à la mort de Louis XVI. Nouvelle édition, revue et continuée depuis 1789 jusqu'en 1830 par Th. Burette.

P., Legrand et Marande, 1839, 4 vol. gr. in-8°, xi-592, 636, 650 et 644 pp, 36 portraits hors texte (sur les 40 annoncés), reliures demi-basane noire, dos lisses à triples filets et palettes dorées en queue, titres dorés (reliures de l'époque), charnières et mors frottés, un mors renforcé avec du scotch, rousseurs (importantes parfois), état moyen

ANQUEZ (Léonce).

Henri IV et l'Allemagne. D'après les mémoires et la correspondance de Jacques Bongars.

Hachette, 1887, in-8°, lxxvi-226 pp, un portrait en frontispice, reliure demi-chagrin carmin, dos à 5 nerfs soulignés à froid et caissons à froid, pièce de titre basane carmin, encadrements à froid sur les plats, fer doré de lycée au 1er plat, qqs rares rousseurs, bon état

Jacques Bongars seigneur de Bauldry et de La Chesnaye (1554-1612), humaniste et historien; élevé dans le protestantisme, fut pendant près de trente ans ambassadeur du roi Henri IV, spécialement auprès des princes protestants d'Allemagne. On lui doit des éditions de Justin et de Quinte Curce, une histoire des Croisades: Gesta Dei per Francos (Hanau, Aubri, 1611) et une collection des historiens hongrois : Rerum Hungaricarum scriptores varii (Francfort, 1600). Sa correspondance est une source indispensable pour l'étude du règne d'Henri IV. (Hauser, Les sources de l'histoire de France, XVIe s. (1494-1610), t. III, pp. 76-78). — "Jacques Bongars, né à Orléans en 1554, mort à Paris en 1612, est également connu comme érudit et comme diplomate. Ses contemporains se sont plu à louer, en vers et en prose, sa sincérité, son désintéressement, sa science, virtutem et eruditionem. C’est en la compagnie de cet honnête homme que M. Anquez a entrepris de faire l’histoire des relations d’Henri IV avec l’Allemagne de 1583 à 1610, à la lumière de nombreux documents puisés à la Bibliothèque nationale : « I. Secours fournis par l’Allemagne à Henri de Béarn, roi de Navarre, puis roi de Franee, sons le nom de Henri IV ; – II. Rapports de Henri IV avec les princes et les villes d’Allemagne, depuis la conclusion de la paix de Vervins jusqu’à l’expédition de Sedan inclusivement ; – III. Dernières négociations de Henri IV avec les princes allemands et coalition formée contre la branche allemande de la maison d’Autriche. » Ce récit, en dehors de son importance pour l’étude de notre histoire, offre un attrait plus général par la multitude de choses auxquelles il touche et des gens qu’il nous fait connaître par leurs petits et par leurs grands côtés, et par le spectacle qu’il nous donne d’une grande pensée politique s’élevant au-dessus des rivalités de personnes et des haines religieuses dans le seul intérêt de la France." (Revue internationale de l'enseignement, 1887)

ANSELOT (Noël).

Le Moine belge qui se disait Roi de France. Mémoires insolites de Pierre-Joseph Dachet.

France-Empire, 1984, gr. in-8°, 413 pp, préface de Pierre Chaunu, 16 pages de gravures et fac-similés, broché, couv. illustrée, bon état

"Les individus tels que P.J. Dachet sont la providence de l'historien. Imaginez, en effet, un enfant qui, persuadé dès l'âge le plus tendre d'être le Grand Dauphin de France, cherche par tous les moyens à quitter la Belgique où il est élevé, pour rejoindre Versailles ; un brillant étudiant en théologie de l'Université de Louvain, qui passe au crible les textes sacrés pour prouver sa haute naissance ; un chanoine Prémontré d'une célèbre abbaye namuroise enfin, en guerre ouverte et permanente avec son Abbé, qui fait fugue sur fugue, s'imagine épouser Caroline de Berry, fille de Louis XVI et vit dans la terreur de n'avoir pas été baptisé - tout cela avec pour toile de fond, une époque parmi les plus mouvementées de l'Histoire : le Siècle des Lumières, la Révolution française, le triomphe de Napoléon, toutes choses qu'il observe et décrit en témoin engagé ! Un tel illuminé avait toutes chances de passer inaperçu, enfermé bientôt dans quelque asile. Mais la folie de Dachet lui a épargné l'oubli. Il passa en effet la fin de sa vie à écrire et à publier ses mémoires pour tenter, une fois encore, de revendiquer ses droits et de se justifier face à son abbé. C'est le Tableau historique des malheurs de la substitution, 2363 pages réparties en six épais volumes. Ce livre est rarissime ; Un fonctionnaire de l'Empire (nous sommes en 1812), en a décidé, pour des raisons politiques évidentes, la totale destruction. Mais, miraculeusement, quelques ouvrages sont préservés et, à ce jour, on ne connaît que deux séries complètes des mémoires de Dachet : la première est à la réserve de la Bibliothèque Nationale à Paris et pratiquement inaccessible ; la seconde est entre les mains de l'auteur de ce livre. Mais les mémoires de Dachet sont immenses, fastidieux et parfois confus. N'oublions pas que celui-ci était un exalté qui revendiquait ses droits. Certains passages sont en latin, d'autres se répètent et d'autres enfin défient le bon sens. Il a donc fallu mettre de l'ordre et c'est cette version abrégée, essentielle, des mémoires de Dachet que l'on va retrouver ici. Elle représente environ un cinquième du texte original. L'auteur y a joint une analyse critique et historique de l'ouvrage du chanoine de Floreffe."

ANSERMOZ-DUBOIS (Violette).

Aux sources du quakerisme avec Margaret Fell-Fox.

Genève, Labor et Fides, 1977, pt in-8°, 80 pp, 5 gravures et une carte hors texte, notice chronologique, broché, bon état

ANTHONY (Evelyn).

Anne Boleyn, la deuxième femme de Barbe-Bleue. Roman.

Laffont, 1985, in-8°, 386 pp, traduit de l'anglais, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. L'Amour et la gloire)

Il n'est pas besoin de travestir le destin d'Anne Boleyn pour faire du récit de sa vie le plus prodigieux des romans... Avec un art consommé, une remarquable finesse psychologique, Evelyn Anthony fait revivre toute la cour cruelle et raffinée du plus magnifique des Tudor. Un drame d'une prodigieuse densité, tout parsemé de jalousie, de haine et de mort, qui nous conduit du trône à l'échafaud. L'auteur a su rendre à cette époque de fer et d'or tout son éclat et tracer un portrait inoubliable de la plus belle des intrigantes qui ont modelé l'histoire du monde.

ANTIER (Jean-Jacques).

L'Amiral de Grasse, héros de l'indépendance américaine. Nouvelle édition revue et augmentée.

Rennes, Editions de la Cité/Ouest-France, 1991, gr. in-8°, 341 pp, 16 pl. de gravures et photos hors texte, 5 cartes, annexes, biblio, broché, bon état

La première biographie de l'amiral de Grasse en français. François Joseph Paul, marquis de Grasse Tilly, comte de Grasse (1722-1788) est un officier de marine qui sert l'Ordre de Malte et la Marine royale française. Il assume divers commandement lors de la guerre de Succession d'Autriche et de Sept Ans avant de terminer sa carrière comme lieutenant-général lors de la guerre d'indépendance américaine. Nommé en 1781 commandant de la principale escadre française, son action résolue dans la baie de la Chesapeake permet la victoire décisive de Yorktown. Lourdement battu et capturé en 1782 à la bataille des Saintes, il connait la disgrâce royale jusqu'à sa mort, même si ce combat est sans conséquence sur la suite de la guerre...

ANTIER (Jean-Jacques).

L'Amiral de Grasse, vainqueur à la Chesapeake.

P., Editions Maritimes et d'Outre-Mer, 1971, in-8°, 253 pp, illustrations de Philippe Ledoux, broché, couv. illustrée, bon état

Dans l’histoire de la Marine française, des noms claquent comme des pavillons : Tourville , Duquesne, Suffren. Mais aucun marin français n’eut autant d’influence bénéfique décisive que l’amiral de Grasse qui, à la tête de l’armée navale française, remporta le 5 septembre 1781 la victoire de la Chesapeake, rendant possible la victoire de Yorktown et l’indépendance des Etats-Unis. « Le sort de l’Europe est entre vos mains », lui écrivit alors le maréchal de Castries, ministre de la Marine ; et Georges Washington : « La manière triomphante avec laquelle Votre Excellence est restée maîtresse des mers d’Amérique conduit nos deux nations à voir en vous l’arbitre de la guerre. » Après sa victoire, une série de malheurs devait cependant accabler le vainqueur et obscurcir sa mémoire en France, mais non aux Etats-Unis, dont le président du Congrès avait prédit : « Votre nom restera à jamais cher au bon peuple de ces Etats. » C’est cette existence hors série, depuis le petit page provençal du grand maitre des chevaliers de Malte jusqu’au chef de l’armée navale, que relate ici l’historien maritime Jean-Jacques Antier, à qui une douzaine d’ouvrages, certains couronnés par l’Académie française et par la Société des Gens de Lettres, ont fait une réputation méritée d’objectivité. Cette fresque magistrale, débordante de vie dans une ambiance de conquêtes et une odeur de poudre, relate l’une des dernières épopées de la grande marine à voile et révèle le rôle décisif et peu connu de la Marine française dans l’événement le plus important de notre époque : l’indépendance américaine. (4e de couverture)

ANTIER (Jean-Jacques).

L'Aventure héroïque des sous-marins français, 1939-1945.

Editions Maritimes et d'Outre-Mer, 1984, in-8°, 351 pp, 16 pl. de photos hors texte, 8 cartes et plans, annexes, lexique, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

ANTIER (Jean-Jacques).

Les Combattants de la guerre sous-marine 1939-1945.

Genève, Editions Versoix, 1978, in-8°, 253 pp, 12 pl. de photos hors texte, 5 cartes, lexique, biblio, reliure skivertex éditeur, une illustration contrecollée au 1er plat, bon état (Coll. Les grandes aventures maritimes)

Le taureau de Scapa Flow. – Le Lion de Kernével. – Les loups gris attaquent dans l'Atlantique. – Porte-avions contre sous-marins. – Le torpillage du Laconia. – Les sous-mariniers français sauvent l'honneur. – Le commandant Lherminier et la Libération de la Corse. – Opération source. – Combats de tigres dans le Pacifique. – Les sous-mariniers du Soleil levant. – Combats sans merci dans l'océan Indien et le Pacifique.

ANTIER (Jean-Jacques).

Les Porte-Avions et la maîtrise des mers.

Laffont, 1966, gr. in-8°, 324 pp, 4 cartes et 2 croquis hors texte, un croquis dans le texte, annexes, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état, envoi a.s.

ANTIER (Jean-Jacques).

Pearl Harbor. 7 décembre 1941.

Presses de la Cité, 1985, in-8°, 287 pp, 16 pl. de photos hors texte, 4 cartes, biblio (Coll. Troupes de choc)

ANTIN de VAILLAC (Capitaine de Vaisseau Arnaud d').

Sous la flamme de guerre.

Presses de la Cité, 1965, in-8°, 253 pp, 16 pl. de photos hors texte, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état

“Depuis le XVIe siècle, et peut-être même depuis plus longtemps encore, la flamme de guerre, ce long ruban d’étamine aux couleurs nationales qui flotte en tête de mat est devenu, dans toutes les marines du monde, le symbole distinctif des bâtiments de combat ou considérés comme tel. (...) L'auteur commence par présenter les grandes marines. Il traite ensuite de la personnalité des différents types de bâtiments de combat. Les chapitres suivant expliquent la formation des officiers et ce que sont les équipages avec leurs spécialités si variées ; une journée à bord d'un bâtiment de combat ; la guerre enfin... (...) Un livre passionnant que l'auteur a su rendre plus attrayant encore par les anecdotes dont il a "illustré" son texte. En trente-trois ans de métier passés sur toutes les mers, en campagnes lointaines et en guerre, bien des souvenirs se sont accumulés ; leur évocation ajoute encore à l'intérêt du livre.“

ANTIOCHE (Comte d').

Changarnier (1793-1877).

Plon, 1891, in-8°, viii-487 pp, reliure demi-chagrin vert sombre, dos à 5 nerfs orné de caissons à froid (rel. de l'époque), coins lég. émoussés, bon exemplaire

Changarnier est surtout resté célèbre pour sa participation à la conquête de l'Algérie.

ANTOINE (André).

La Vie amoureuse de François-Joseph Talma.

Flammarion, 1924, in-12, 183 pp, broché, bon état (Coll. “Leurs amours”)

ANTOINE (Michel).

Louis XV.

Fayard, 1989, fort in-8°, 1053 pp, biblio, index, reliure souple illustrée de l'éditeur, tranche inf. lég. salie, bon état. On joint une critique du livre par Christian Jouhaud (Le Monde, 9 fév. 1990)

Louis XV est l'un des souverains les moins connus de notre histoire malgré ses 59 années de règne. Cet ouvrage foisonne d'informations et d'aperçus inédits. – "En bien des domaines, l' "amabilité" du XVIIIe siècle relève un peu du mythe, car à la façade brillante des Lumières répond un envers du décor surprenant de dureté et d'âpreté. Le roi lui-même en fut victime: s'il a le plus souvent choisi de grands ministres, s'il a pu garder à la France son rôle d'arbitre européen, s'il a voulu, et dans l'ensemble a su, assurer le bonheur de ses peuples, Louis XV - l'un des souverains les plus intelligents, les plus artistes, les plus cultivés, les mieux informés que nous ayons connus - a échoué à pacifier les esprits et à sauver l'Etat de la paralysie. Fêté dans les premières années de son règne comme un véritable prince charmant, le Bien-Aimé a vite dû se résigner à régner sous les clameurs d'une opinion manipulée par quelques groupes de pression, essentiellement des jansénistes et ces "Messieurs des parlements" (c'étaient d'ailleurs les mêmes). Dans cette lutte acharnée, il eût fallu à Louis XV l'habileté d'Henri IV, la brutalité de Richelieu, l'orgueil de Louis XIV – ou même les trois à la fois ! Or, bien qu'il les égalât au moins par l'intelligence, Louis XV était un homme secret, solitaire, introverti, doutant éternellement de soi. Et les femmes ne lui furent d'aucun secours : la Pompadour a flatté ses faiblesses plutôt qu'elle ne les a contrecarrées, la Du Barry s'est laissé entraîner dans des cabales qui la dépassaient... Ainsi s'explique que les réformes, les actes d'autorité aient mis si longtemps à venir – trop tard – et que la défaveur du roi auprès des Français ait perduré presque jusqu'à nos jours... Seul un historien possédant une érudition infaillible sur le fonctionnement de l'Etat et du gouvernement de l'ancienne France pouvait faire justice de tant de préjugés, et montrer que le long règne de Louis XV – 59 ans ! –, s'il fut difficile, doit pourtant compter parmi les grandes époques de notre histoire." (4e de couverture)

ANTOLINI (Ghjuvan Filippu).

Bandits corses. Des vies romanesques.

Biguglia, Stamperia Sammarcelli, Editions DCL, 2007, in-8°, 161 pp, 58 illustrations, notes, broché, couv. illustrée, bon état

Ouvrage tiré cet ouvrage d'un DEA soutenu à l'université de Paris VII. En 1931, il restait encore une cinquantaine de bandits dans le maquis. Certains furent abattus au cours d'opérations de ratissage, d'autres, se rendirent les uns après les autres aux gendarmes. En 1934, le maquis avait été officiellement nettoyé de ses bandits. Le souvenir, oral du moins, de ces bandits, marqua jusque dans les années 60, les récits de beaucoup de veillées corses. Jean-Philippe Antolini fait une distinction entre le bandit d'honneur et le bandit de perception (percepteur de rançons et, en quelque sorte, prévaricateur par rapport à l'intègre bandit d'honneur). Dans le journal Corsica, il explique que "le bandit d'honneur était généralement respecté, d'autant qu'il appliquait les règles de la vendetta et que s'il ne le faisait pas, il était mis au ban de la société. Une fois au maquis, ces bandits d'honneur respectaient les gens, ne volaient pas, ne rackettaient personne et souvent, ils défendaient au contraire leur région contre les rançonneurs, les parcitori." L'auteur cherche à faire sortir ce sujet de la folklorisation très marquée qui le caractérise et ainsi à rétablir certaines vérités.

ANTONEL (D.), A. JAUBERT et L. KOVALSON.

Les Complots de la C.I.A. : Manipulations et assassinats. Documents réunis et présentés par David Antonel, Alain Jaubert et Lucien Kovalson.

Stock, 1976, fort in-8°, 599 pp, broché, bon état

Voici un document historique et politique exceptionnel : les enquêtes officielles américaines sur les activités illégales de la C.I.A. Pour la première fois, le fonctionnement clandestin d’un grand service secret est révélé au public. Entre 1950 et 1975, les opérations de la C.I.A. se sont étendues au monde entier : complots internationaux, manipulations de gouvernements et de groupes politiques, coups d’état sanglants, assassinats de dirigeants, Fin 1960, les agents américains s’acharnent sur le leader congolais Patrice Lumumba. Des poisons et des virus sont envoyés en Afrique, des tueurs sont recrutés... A partir de 1962 l’élimination de Fidel Castro devient l’obsession des dirigeants de la C.I.A. Les gadgets les plus complexes, les poisons les plus violents sont préparés... On prévoit même de « faire débarquer le Christ à Cuba...» En 1970, des mitraillettes sont acheminées vers Santiago par la valise diplomatique et l’exécution du général Schneider marque le commencement de la véritable guerre clandestine que les États-Unis vont mener pendant trois ans contre le gouvernement de Salvador Allende.. Mais la C.I.A. ne s’est pas contentée de mener ses opérations secrètes à l’étranger. Sur le territoire même des États-Unis, ses agents ont espionné les opposants politiques, mis en fiches des millions de citoyens, recruté des groupes de tueurs, testé des drogues dangereuses sur des hommes et des femmes choisis au hasard. On retrouve ces mêmes agents dans le scandale du Watergate... Et pendant plus de dix ans, la C.I.A. a dissimulé des données décisives sur l’assassinat du président Kennedy... Ce qui est ici dévoilé est stupéfiant.

ANTONMATTEI (Pierre).

Léon Gambetta, héraut de la République.

Michalon, 1999, gr. in-8°, 608 pp, chronologie, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

Bien des rues de notre pays portent son nom, et pourtant Léon Gambetta reste un homme politique méconnu. Par sa superbe plaidoirie au procès Baudin, en 1868, ce fils d'un petit épicier italien galvanise l'opposition républicaine au Second Empire, préférant gagner pacifiquement les masses au lieu de fomenter des insurrections sans lendemain. La guerre de 1870, voulue par Bismarck, révèle l'homme d'Etat : refusant la défaite, il lève des armées, gouverne la France et manque de peu de forcer le destin. Ni la capitulation qu'on lui oppose, ni l'élection d'une assemblée monarchiste ne l'abattent. Orateur magistral, immensément populaire, "commis voyageur de la démocratie", inventeur des campagnes électorales et virtuose des joutes parlementaires, Gambetta va réussir, à l'issue d'une lutte acharnée, à instaurer durablement la République. Dans le peu qu'il lui reste à vivre - il mourra à 44 ans - son charisme lui vaut d'exercer une influence décisive, même si la mesquinerie de ses rivaux l'écarte du pouvoir. En avance sur son temps à bien des égards (rôle de l'Etat, grands travaux, politique culturelle), il est un des rares à comprendre les questions internationales, préparant lucidement une confrontation européenne qu'il sent inévitable. Cette biographie vivante et très documentée redonne vie à celui qui, ne dissociant jamais la République de la nation, inspira maints hommes politiques, de Clémenceau à Jaurès, du général de Gaulle à Mendès-France...

[ANTRAIGUES (Louis-Emmanuel de Launay, comte d')].

Mémoire sur les Etats Généraux ; leurs droits, et la maniere de les convoquer.

S.l., 1788, pt in-8°, iv-278 pp, reliure demi-basane verte, dos à 5 nerfs guillochés et filets dorés, tranches marbrées (reliure postérieure), rousseurs, reliure frottée, état correct. Edition originale

Un des leaders de la noblesse libérale, d'Antraigues (1753-1812) émigra en 1790 pour se consacrer à la contre-révolution. (Cioranescu, XVIIIe s., 8204)

ANVILLE (Jean-Baptiste Bourguignon d').

Complete Body of Ancient Geography by Mons. d'Anville. Member of the Royal Academy of Belles-Lettres, of the Academy of Science at Petersburg, and Secretary to the Great Duke of Orleans.

London, Robert Laurie and James Whittle, 1795, in-folio, (2) pp, 13 cartes montées sur onglet et réhaussées en couleurs, reliure demi-basane fauve, dos lisse avec doubles filets dorés, pièce de titre basane havane (rel. de l'époque), bon état

D'Anville (1697-1782) fut le plus habile géographe du XVIIIe siècle ; ses cartes de restitution, tirées des auteurs anciens, sont aujourd'hui encore tenues pour des chefs-d'oeuvre. — Détail : 1. Orbis Romani, pars orientalis ; 2. Orbis Romani, pars occidentalis ; 3. Orbis Veteribus Notus ; 4. Gallia ; 5. Italiae ; 6. Graeciae ; Asiae Minor, et Syriae ; 8. Palaestina ; 9. Aegyptus ; 10. Britannia Romana, by Mr. Horsley ; 11. Graeciae, pars Septentrionalis, by Mons. de l'Isle ; 12. Graeciae, pars Meridionalis, by Mons. de l'Isle ; 13. Germany, France, Italy, Spain, and the British Isles, in a intermediate State, between Ancient and Modern Geography, by Mons. d'Anville. — Dans les Cartes anciennes l'Orbis veteribus notu présente l'ensemble de tous les pays qui ne purent échapper à la curiosité des voyageurs ou des philosophes, à l'ambition d'Alexandre, à la tyrannie des Romains, à l'avidité des navigateurs phéniciens : l'orbis Romanus renferme tous tes détails de cet empire dont le nom est encore si imposant pour les nations mêmes qui l'ont détruit, et qui se font élevées sur ses ruines, tandis que la carte des Monarchies du moyen âge offre le tableau de cette destruction, le plus grand des évènemens dont l'histoire nous ait transmis le souvenir. Attaché à feu M. le Duc d'Ortéans qui, retiré à Sainte-Geneviève, avoit conservé son goût naturel pour les Sciences, mais ne voulait plus que les faire servir à ce qui était devenu l'unique objet de ses études. M. d'Anville fit pour ce Prince, une carte de la Palestine. (Histoire de l'Académie royale des sciences, 1785)

ANZIEU (Didier).

Le Groupe et l'Inconscient. L'imaginaire groupal.

P., Dunod, 1989, in-8°, 234 pp, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Psychismes)

“Le groupe et l'inconscient” est le livre le plus important écrit ces dernières années sur la réalité psychologique des groupes humains. Paru en 1975, traduit en quatre langues, vendu en France à plusieurs milliers d'exemplaires, il constitue l'ouvrage de base de la recherche française en matière de psychanalyse groupale. Dans cette nouvelle édition, profondément remaniée, D. Anzieu recentre son propos sur la notion d'imaginaire groupal : le groupe a sa psychologie propre, différente, sous certaines conditions et à certains moments, de celle des individus qui le composent ou qui s'y opposent. Pour élucider cette psychologie, l'auteur part de l'analogie du groupe et du rêve. Elle le conduit à décrire et à situer plusieurs processus imaginaires qui sous-tendent la vie des groupes : l'illusion groupale, le groupe-bouche, les fantasmes de casse, le groupe-machine, la résistance paradoxale autodestructrice, les perturbations entraînées par la prévalence de l'imago paternelle ou du Surmoi... Des "organisateurs psychiques inconscients" - tels que les fantasmes originaires ou l'image du corps propre... - sont ainsi dégagés qui fondent et structurent l'imaginaire groupal. Avec cette nouvelle édition du “Groupe et l'inconscient” D. Anzieu apporte aux chercheurs, aux praticiens, voire aux usagers des groupes formateurs, thérapeutiques et naturels, le panorama de la vie groupale inconsciente.

APAIRE (Annette) et Gilles CORNUT-GENTILLE.

Cent lettres de l'histoire du monde.

Editions Jean-Pierre Gyss, 1980, in-4°, 253 pp, richement illustré en noir et en couleurs, sources, reliure toile verte de l'éditeur, jaquette illustrée, bon état (Coll. Lettres du monde entier)

[Apollinaire] – DECAUDIN (Michel)(dir.).

Guillaume Apollinaire.

Lille, Faculté des lettres et sciences humaines, 1956, in-8°, 140 pp, paginé 373-510, broché, bon état (Revue des sciences humaines. Nouvelle série. 84, octobre-décembre 1956)

Sommaire : Apollinaire obscène et tendre (J.-B. Barrère) ; Cors de Chasse (M.-J. Durry) ; Le manuscrit de Lul de Faltenin (L.-C. Breunig) ; A propos de Calligrammes (R. Warnier) ; Guillaume Apollinaire et L'Enchanteur pourrissant (Scott Bates) ; Sur la composition du Poète assassiné (M. Décaudin) ; Notes sur La Femme assise (R. Guiette) ; Apollinaire et Shakespeare (C. Evrard) ; Une note du Journal d'Apollinaire (M. Décaudin).

APOSTOLIDÈS (Jean-Marie).

Le Roi-machine. Spectacles et politique au temps de Louis XIV.

Editions de Minuit, 1981, in-8°, 164 pp, broché, couv. illustrée, bon état

La minorité privilégiée issue des trois ordres, bénéficiaire de l’accumulation primitive du capital, ne s’est pas pensée comme une classe pendant le règne de Louis XIV : elle constitue une nation, incarnée dans le corps du monarque. Celui-ci est l’intermédiaire obligé par lequel s’énonce tout pouvoir et tout savoir. Les arts, contrôlés par l’État, sont mis à contribution pour rendre tangible l’imaginaire de ce corps symbolique. Metteur en scène de la représentation, roi machiniste qui fait de Versailles un décor permanent, Louis XIV engendre des courtisans qui, doués d’une sensibilité et d’un langage spéciaux, évoluent comme des satellites autour d’un astre lumineux. Mais la politique et l’économie, en s’autonomisant, acquièrent une puissance qui n’est plus contrôlable par un seul homme. Le rapport entre privé et symbolique s’en trouve modifié et l’inorganique envahit le corps du roi. Le prince se change dès lors en roi-machine tandis que la place royale est peu à peu investie par l’administration.

APPEL (Walter).

L'histoire véridique d'Anton Fiddler et autres récits.

Fayard, 2000, in-8°, 213 pp, envoi a.s., discret C. de bibl. Très bon état

APPERT (Benjamin).

Dix ans à la Cour du roi Louis-Philippe, et Souvenirs du temps de l'Empire et de la Restauration.

Berlin, Voss et P., Renouard, 1846, 2 vol. in-8°, 328 et 347 pp, brochés, couv. imprimées, qqs rousseurs, bon état. Edition originale rare

Tomes 1 et 2 seuls (sur 3). Bertier, 27 : "Ses mémoires sont à lire avec beaucoup de circonspection, l'auteur cherchant toujours à se donner le beau rôle et à se présenter comme un philanthrope. Mais on y trouve cependant bien des indications intéressantes. Appert eu notamment Alexandre Dumas à son service comme secrétaire et connut bien Raoux, un des quatre "sergents" de La Rochelle". Egalement important pour la Monarchie de Juillet. Concernant l'Empire, Tulard, 29 : "Seuls les premiers chapitres du tome 1 intéressent la période impériale : le sacre, la Normandie sous l'Empire, une visite de l'Empereur à Choisy, le mariage avec Marie-Louise, le roi de Rome, le désastre de Russie, 1815..."

APPONYI (Rodolphe).

De la Révolution au Coup d'Etat, 1848-1851.

Genève, La Palatine, 1948, in-8°, xii-243 pp, introduction et notes de Charles Samaran, 12 pl. de gravures hors texte, broché, couv. illustrée, bon état

"Du Journal tenu en excellent français par le comte Rodolphe Apponyi, attaché puis secrétaire de l'ambassade d'Autriche-Hongrie à Paris pendant les vingt-cinq années (1826-1852) au cours desquelles il a séjourné le plus souvent en France, nous détachons aujourd'hui sans aucune coupure, en le commentant sobrement et surtout en l'illustrant, le témoignage vécu et trop peu connu de ce Hongrois très parisianisé sur la Révolution de 1848 et le Coup d'Etat de 1851, qui se déroulèrent sous ses yeux..." (Ch. Samaran)

APTHEKER (Herbert).

A Documentary History of the Negro People in the United States. Vol. 2 : From the Reconstruction era to 1910.

New York, The Citadel Press, 1968, in-8°, vi-(410) pp, paginé 533-942, index, broché, bon état. Texte en anglais

Second volume (sur 7) de ce remarquable recueil de textes, celui-ci sur la période 1865-1910.

APTHEKER (Herbert) – David WALKER.

"One Continual Cry". David Walker's Appeal to the Colored Citizens of the World (1829-1830). Its Setting and Its Meaning. Together with the full text of the third – and last – edition of the Appeal.

New York, Humanities Press, 1965, in-8°, xvii-157 pp, biblio, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état. Texte en anglais

David Walker (1796-1830), est un abolitionniste américain. Alors qu'il vit à Boston (Massachusetts), il publie « Walker's Appeal to the Coloured Citizens of the World », un appel à l'union des Noirs face à l'esclavagisme qui connaît un grand retentissement et influence par la suite de nombreux activistes.

APTHEKER (Herbert), David WALKER.

“One Continual Cry": David Walker's Appeal to the Colored Citizens of the World (1829-1830), Its Setting and Its Meaning by Herbert Aptheker, together with the full text of the third – and last – edition of the “Appeal“.

New York, Humanities Press, 1965, in-8°, (viii)-150 pp, reliure toile éditeur, jaquette illustrée lég. défraîchie, bon état. Texte en anglais

David Walker (1796-1830) est un abolitionniste Noir américain. Alors qu'il vit à Boston (Massachusetts), il publie un brûlot contre l'esclavage : Walker's Appeal to the Coloured Citizens of the World, un appel à l'union des Noirs face à l'esclavagisme qui connaît un grand retentissement et influence par la suite de nombreux activistes. Aptheker reproduit ici fidèlement la troisième édition de l' “Appeal“ avec la ponctuation erratique de Walker, les phrases en italique et les majuscules inchangés.

APTHEKER (Herbert)(edited by).

A Documentary History of the Negro People in the United States. Volume 2: From the Reconstruction era to 1910.

New York, The Citadel Press, 1968, in-8°, vi-410 pp, paginé vi-(533)-942, index, broché, couv. illustrée, bon état. Texte en anglais

From the Reconstruction years to the founding of the N.A.A.C.P. (National Association for the Advancement of Colored People) in 1910. A history of the Negro people told in their own words. The source and historical significance of each document is explained in the editor's introductory remarks and notes. — "A highly valuable contribution to the literature of its field." (American Historical Review)

AQUISTAPACE (Jean-Noël).

Dictionnaire de la politique.

Seghers, 1966, in-12 carré, 347 pp, 16 pl. de photos hors texte, 4 cartes, cart. éditeur, bon état

"Si la première partie du livre donne des définitions sans originalité des termes politico-juridiques les plus usités, ainsi que des descriptions assez banales des grandes organisations nationales et internationales, la deuxième partie, en revanche, remplace fort bien un bon petit dictionnaire historique et géographique." (Revue française de science politique, 1967)

ARAFAT (Soha) et Gérard Sebag.

Soha Arafat. Enfant de Palestine.

Michel Lafon, 1995, in-8°, 235 pp, 8 pl. de photos h.t.

ARAGO (Etienne).

L'Hôtel de Ville de Paris au 4 septembre et pendant le Siège. Réponse à M. le comte Daru et aux Commissions d'enquête parlementaire.

P., Hetzel, s.d. (1874), in-12, 408 pp, un plan dépliant, reliure demi-chagrin rouge, dos à 5 nerfs soulignés à froid, titres et fleurons dorés (rel. de l'époque), dos lég. taché, qqs rares rousseurs, bon état (Le Quillec, 143)

"Etienne Arago, oncle d'Emmanuel, membre du Gouvernement de la Défense nationale, a été nommé maire de Paris le 4 septembre. Dans cet ouvrage, il défend ses deux mois de gestion municipale et justifie sa démission au lendemain de la journée du 31 octobre. Et il dénonce la politique réactionnaire de la majorité de l'Assemblée nationale. L'ouvrage ne concerne pas directement la Commune mais il est essentiel pour comprendre le déclenchement de l'insurrection du 18 mars." (Le Quillec)

ARAGON.

Hugo, poète réaliste.

Editions Sociales, 1952, in-12, 62 pp, broché, décharges de scotch sur les gardes, bon état. Edition originale sur papier courant

ARAGON (Henry).

Les Châteaux-forts du Roussillon : Villefranche et Salses. Monuments historiques.

Perpignan, Impr. de l'Indépendant, 1930, in-8°, 157 pp, 10 pl. de photos hors texte, broché, bon état

"Cet ouvrage, bien présenté, s'appuie sur des documents tirés soit directement des originaux, soit des recueils manuscrits d'Alart ; une série de textes, reliés par les commentaires de l'auteur, retrace l'histoire de Villefranche et de Salses. L'information est particulièrement riche pour l'histoire seigneuriale et les fortifications de Vauban. On trouvera également, sous la plume de M. A., une série de renseignements sur le rôle, – qui fut important, – du château de Salses au cours des guerres de la France et de l'Espagne. Cette intéressante contribution à la fois historique et archéologique nous permet de mesurer la perte que vient de faire l'érudition roussillonnaise en la personne de M. Henry Aragon." (J. Calmette, Annales du Midi, 1931)

ARAGON (Louis).

Servitude et grandeur des Français. Scènes des années terribles.

La Bibliothèque Française, 1945, in-12, 231 pp, broché, bon état

Recueil de nouvelles peu connu sur la Résistance où la conversion à la classe ouvrière semble s’essouffler, à la faveur d’un patriotisme revendiqué et affiché.

ARAGONNÈS (Claude).

Lincoln. Héros d'un peuple.

Hachette, 1955, in-8°, 351 pp, un frontispice, une carte sur double page, biblio, broché, bon état (Prix Thérouanne de l'Académie française en 1956)

"Historiographe justement réputée de Madeleine de Scudéry ou de la comtesse d'Agoult, Mme Claude Aragonnès, – utilisant les confidences et les documents rassemblés par une alliée de sa famille, Dorothy Lamon Teillard, décédée il y a peu d'années à 94 ans en Virginie, après avoir approché le Président Lincoln dans sa jeunesse, ainsi que les milliers d'ouvrages parus aux Etats-Unis sur Abraham Lincoln, – vient de publier une excellente biographie de cet ancien bûcheron devenu un martyr de la politique et le « Héros d'un peuple ». Pas à pas, l'auteur le suit de la cabane de bûcheron du Kentucky, où il était né, le 16 février 1809, à Springfields en Illinois, puis à la Maison Blanche et à Washington. « L'oncle Abe », Président des Etats-Unis lors de la guerre de Sécession, tomba, le 14 avril 1865, sous les balles d'un fanatique qui prétendait venger ainsi les Etats du Sud de leur défaite, au moment même où la victime pouvait se glorifier d'avoir mis fin à une guerre fratricide. Solidement documentée, cette biographie est aussi attachante, dramatique et émouvante qu'un roman." (Revue des Deux Mondes, 1955) — Claude Aragonnès est le pseudonyme de Marguerite Teillard-Chambon (1880-1959), la cousine de Pierre Teilhard de Chardin.

[ARAGON] – RABEUX (Jean-Louis).

Aragon ou les métamorphoses. Photographies de Jean-Louis Rabeux. Postface de Danièle Sallenave.

Gallimard, 1977, in-4°, 102 pp, très nombeuses photographies en noir, avec des légendes d'Aragon reproduites en fac similé, imprimé sur papier Chromomat des Papeteries Arjomari-Prioux, broché, couv. illustrée, état correct

Les textes reproduisant en fac-similé l'écriture d'Aragon sont extraits de “La Mise à mort” et de “Théâtre/Roman”.

ARANDA (Gabriel).

La Stratégie soviétique dévoilée.

Fayard, 1962, in-8°, 343 pp, broché, bande conservée (Mussolini, la plus colossale et sanglante mystification de l'histoire), bon état. Le livre prétend que Mussolini était un agent soviétique qui a fait perdre la guerre à Hitler en prenant volontairement des initiatives militaires catastrophiques, ce qui expliquerait pourquoi le Duce fut liquidé sans jugement par les communistes italiens aux ordres de Staline. "La stratégie évoquée par G. A. est celle qu'a employée le gouvernement soviétique entre les deux guerres pour se rapprocher du gouvernement allemand tout en manifestant de louables intentions envers l'Occident. Malheureusement ce récit, qui vise au sensationnel, ne repose sur aucune source citée et porte, comme son titre ne l'indique pas, autant sur la politique de Mussolini que sur celle de Staline." (Revue française de science politique, 1963)

ARBAUMONT (Jean d').

Historique des Télégraphistes coloniaux.

Peyronnet, 1955, gr. in-12, 202 pp, 31 planches de photos in fine, broché, bon état

Les Télégraphistes des Troupes de Marine ; La création de la Section des Télégraphistes Coloniaux et son évolution jusqu'en 1914 ; La guerre 1914-18 et l'évolution de la Section de 1914 à 1929. La transformation de la S.T.C. en compagnie et l'évolution jusqu'en 1939 ; La guerre 1939-45 ; 1945-1954 : Remise en ordre et extension ; Quelques jalons aux colonies : Indochine, Madagascar, A.O.F. ; Le premier Télégraphiste Colonial ; Le bombardement de Monrovia ; La radio au Sahara ; Les Télégraphistes coloniaux en Indochine de 1930 à 1947.

ARBELLOT (Simon).

J'ai vu mourir le Boulevard.

Editions du Conquistador, 1950, pt in-8°, 301 pp, 5 pl. de photos hors texte, index des noms cités, broché, couv. illustrée lég. salie, état correct

Souvenirs d'une vie journalistique, quand la presse parisienne siégeait sur les grands boulevards dans l'entre-deux-guerres et à Vichy. — L'entre-deux-guerres : Le temps des illusions ; Le Figaro de Robert de Flers ; L'or de François Coty ; A la recherche du temps perdu ; De quelques maîtres et petits maîtres ; Parlotes et agapes sur un volcan. – La Guerre et Vichy : Le temps retrouvé ; La presse à l'Hôtel de la Paix ; L'Etat à l'Hôtel du Parc ; Pierre Laval et la presse ; Promenade autour des sources. — Le livre s'achève avec la nomination de l'auteur comme Consul de France à Malaga au début de 1943.

ARBELLOT (Simon).

Maurras, homme d'action.

Denoël et Steele, 1937, in-12, 124 pp, 8 pl. de gravures et photos hors texte, broché, couv. illustrée d'une photo de Maurras, pt mque au dos, état correct

"Simon Arbellot, qui écrit en 1937 un “Maurras homme d’action”, s’attarde davantage sur le magistère politique du « maître » de l’A.F., tout en s’insérant dans la tradition biographique du Maurras provençal." (Tony Kunter, Maurras et la Contre-Révolution : historiographie, 2008) — "On ne connaît pas la vie de Charles Maurras si l'on n'a pas lu “Charles Maurras, homme d'action” par Simon Arbellot." (L'Etudiant français : organe mensuel de la Fédération nationale des étudiants d'Action française, 1938) — D’origine limousine, Simon Arbellot (1897-1965) débute sa carrière au Figaro en 1920, qu’il quitte au début des années 1930 pour le journal Le Temps et la revue Documents. Bien que n’étant membre d’aucun mouvement politique, il est connu pour ses idées monarchistes et sa proximité avec l’Action française et Charles Maurras, auquel il consacre une biographie en 1937. En 1938, il justifie l’action clandestine de La Cagoule, estimant que cette organisation a été formée dans la crainte d’un « putsch de gauche ». Sous l’Occupation, il est nommé directeur de la presse au ministère de l’Information à Vichy de 1940 à 1942, puis consul général de France à Malaga de 1943 à 1944. Il est surtout connu pour avoir été avec Gabriel Jeantet un des deux « parrains » de François Mitterrand pour l’obtention de la Francisque en 1943. Après la guerre, il contribuera à divers titres de presse, comme les Écrits de Paris, Le Charivari, ou encore La Revue des Deux Mondes.

ARBOUIN (Gabriel).

Les Nations d'après leurs journaux. Petit essai de psychologie de la Presse. Avertissement par Paul Lombard.

Editions Bossard, 1917, in-12, 104 pp, broché, état correct. Les Nations d'après leurs journaux. Un exemple latin : la Presse italienne. L'exemple germanique : la Presse allemande. Allemands de Paris.

ARBRÉ DE LA ROCHE (B.).

Un Parquet en province. Etude de moeurs judiciaires.

Nantes, Chez l'auteur, 1881, in-12, 359 pp, reliure demi-toile époque, état correct. Roman de moeurs se déroulant sous le Second Empire : une fille de servante engrossée par un Baron, son amoureux, membre d'une société secrète de Paris, condamné à paraître devant les tribunaux, M. Mathieu.. à qui le Ministre accorda d'envoyer son protégé au parquet de Cholet, M. de Faraman, juge, qui s'amusait du rôle qu'on lui faisait jouer et qui lui permettait de ne pas dissimuler ses opinions politiques, etc.

ARBUS (Diane).

Diane Arbus.

Editions du Chêne, 1973, in-4°, 15 pp, 80 photographies pleine page hors texte, reliure éditeur, jaquette illustrée en noir et blanc, discret C. de bibl. au bas de la page de titre, bon état. Edition originale française, exemplaire du SP

La conception de ce livre est de Doon Arbus (fille de Diane Arbus) et de Marvin Israel (ami de Diane Arbus). Traduit de l'anglais par Pati Hill et Alain de la Falaise. Le texte est tiré des cours donnés par Diane Arbus en 1971 et qui ont été enregistrés ainsi que de différents écrits et interviews. Bien complet du feuillet de Table des légendes des photos en français (4 pp volantes).

ARCAY (Joseph d').

Notes inédites sur M. Thiers. L'homme privé, l'homme politique.

P., Ollendorff, 1888, in-12, xxxi-272 pp, préface de Francis Magnard, un fac-similé dépliant hors texte d'une lettre de Thiers, reliure demi-percaline brique, dos lisse avec fleuron doré et date en queue, pièce de titre basane havane, plats de couv. conservés, ex-libris Jean de Kergorlay (rel. de l'époque), bel état. Edition originale

La généalogie et la famille ; La carrière de journaliste, son rôle avant, pendant et après les journées de Juillet ; M. Thiers au pouvoir ; Le mariage ; Rentrée de M. Thiers dans la politique active ; Les amis et collaborateurs.

ARCHES (Pierre).

La médicalisation des Deux-Sèvres au milieu du XIXe siècle.

Bulletin de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 1979, gr. in-8°, 54 pp, paginé 245-298, une carte et une gravure, notes, annexes, broché, bon état. Tiré à part extrait du “Bulletin de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres”, 1979. On joint une carte a.s. de l'auteur

"Etude fourmillante de faits et d'idées. Dans l'esprit des travaux de J. Léonard, l'auteur exploite les résultats pour les Deux-Sèvres de l'enquête prescrite dans les départements en 1853 sur « la situation de la santé ». Si les médecins sont un pour 2.589 habitants, les pharmaciens, au nombre de 29 et dont la majorité ont entre 30 et 39 ans, sont un pour 11.159 habitants et absents des cantons les moins peuplés ; 38 médecins propharmaciens concourent avec eux à la distribution du médicament (p. 253-254). Entre le gros de la population, truffée de guérisseurs de toutes sortes (cf. p. 297-298) et recourant largement à l'automédication, et les médecins un fossé est entretenu par le coût des soins et par une hétérogénéité culturelle et sociale (p. 272-273). Une figure médicale originale est celle du Dr A. Ginestet, dont l'Almanach de la Santé pour 1851 prône à la fois l'homéopathie et le socialisme (p. 278-281). A Bilazais vivote une activité thermale (p. 272, 292-293)." (Revue d'Histoire de la Pharmacie, 1982)

[Architecture] – Collectif.

Quai Branly : Concours pour le Centre de Conférences Internationales de Paris.

P., Institut français d'architecture, Editions Carte Segrete, 1990, in-8°, 349 pp, très nombreuses illustrations, photos et plans, dans le texte et à pleine page, qqs-unes en couleurs, broché, jaquette illustrée, bon état

Textes de François-Régis Bastide, Jacques Leprette, J.-B. Duroselle, Bernard Marrey, etc.

[Architecture] – MAC DONALD (Donald) & Ira NAGEL.

Golden Gate Bridge: History and Design of an Icon.

San Francisco, Chronicle Books, 2008, in-12 à l'italienne, 128 pp, texte de Donald MacDonald et Ira Nagel, 70 illustrations en couleurs de Donald MacDonald, index, reliure pleine toile brique de l'éditeur, titres dorés au 1er plat et au dos, dessin stylisé du pont en sépia au 1er plat, bon état. Texte en anglais

Le pont du Golden Gate (en anglais Golden Gate Bridge, littéralement le « pont de la porte d'or ») est un pont suspendu américain situé dans l'État de Californie, traversant le Golden Gate, détroit par lequel la baie de San Francisco débouche dans l’océan Pacifique. Il permet ainsi de relier la ville de San Francisco, située à la pointe nord de la péninsule de San Francisco, à la ville de Sausalito, située à la pointe sud de la péninsule du comté de Marin. Financée par la Work Projects Administration, sa construction, qui se heurte à de nombreuses difficultés, débute en 1933 et s’étale sur une durée de quatre ans, pour s’achever en 1937. Le pont du Golden Gate est jusqu’en 1964 le pont suspendu le plus long du monde et constitue aujourd’hui le monument le plus célèbre de San Francisco. Il est en outre aisément reconnaissable à sa couleur « orange international » et à l’architecture de ses deux pylônes. Selon un classement de l’American Society of Civil Engineers, l'ouvrage d'art fait partie des sept merveilles du monde moderne. — "Nine million people visit the Golden Gate Bridge each year, yet how many know why it's painted that stunning shade of "international orange" ? Or that ancient Mayan and Art Deco buildings influenced the design ? Current bridge architect Donald MacDonald answers these questions and others in a friendly, informative look at the bridge's engineering and 70-year history. This accessible account is accompanied by 70 of MacDonald's own charming color illustrations, making it easy to understand how the bridge was designed and constructed. A fascinating study for those interested in architecture, design, or anyone with a soft spot for San Francisco, Golden Gate Bridge is a fitting tribute to this timeless icon."

Archives.

Archives de la Maison de France (Branche d'Orléans). Tome IV : Catalogue des cartes et plans. Par Pascale Maillart et Georges West.

P., Archives nationales, 1986, in-8°, 399 pp, glossaire forestier, index, broché, bon état

Fonds de Dreux, Domaines d'Eu, de Haute-Marne, de Sicile ; Louis-Philippe, Marie-Amélie, princes et princesses d'Orléans ; Fonds Nemours.

Archives.

Les papiers de Sully aux Archives nationales. Inventaire par Robert-Henri Bautier et Aline Vallée-Karcher.

Imprimerie nationale, 1959, in-8°, 91 pp, avant-propos de André Chamson, préface de Charles Braibant, annexes, index, broché, bon état

"... Sans doute ce fonds, tel qu'il est entré aux Archives nationales, ne comprend-il ni correspondance ni aucun document d'intérêt privé, familial, religieux, domanial. Mais il contient une partie de la documentation réunie par Sully lui-même, en tant que ministre. Ces dossiers, l'inventaire les décrit, dans l'ordre de leur classement et presque pièce à pièce : registres du Trésor de l'Epargne (2-11) ; Dons du roi (12) ; Recettes générales (13) ; Domaine .(14-15) ; Tailles (16-18) ; Fermes (19- 20) ; Dettes du roi (21-24) ; Dossiers de documentation relatifs notamment à l'établissement des budgets (25-37) ; Ponts et chaussées, artillerie, etc. (38-48). En annexe figure l'indication des sources manuscrites ou imprimées, complémentaires du fonds inventorié, et une bibliographie sommaire. Tout concourt donc à faire de ce petit volume un précieux instrument de travail auquel devront désormais se reporter tous ceux qui s'intéressent, à un titre ou à un autre, aux finances et à l'économie de la France sous Henri IV." (Didier Ozanam, Bibliothèque de l'école des chartes, 1963)

Archives Parlementaires.

Archives Parlementaires de 1787 à 1860. Recueil complet des débats législatifs et politiques des chambres françaises, Première série (1787 à 1799). Tome XC : du 14 floréal au 6 prairial An II (3 mai au 25 mai 1794).

Editions du CNRS, 1972, in-4°, 720 pp, texte sur 2 colonnes, table chronologique, index, broché, bon état

La publication du grand corpus des Archives Parlementaires date d'une décision prise par le Corps Législatif en 1862. Initialement conçue comme une suite à la Réimpression de l'Ancien Moniteur, la collection devait se limiter à la période 1800-1860. En 1867, elle fut étendue à l'époque révolutionnaire (1re série), incluant même l'Assemblée des Notables de 1787. Après une longue interruption (1913-1961), la publication a été reprise par l'Institut d'Histoire de la Révolution française, grâce à l'aide de l'Assemblée Nationale et du Sénat. — "... La publication des Archives Parlementaires ne prétend nullement « restituer » les séances journalières de la Convention. Mais la série entend donner de précieux instantanés changeants des rapports de force à l’Assemblée et de l’ensemble de l’opinion publique nationale, dans ses bavardages et ses silences. Du « gigantesque remue-ménage » de la Révolution, écrit Michel Vovelle, il est « un reflet dans une source particulièrement riche, voire privilégiée », les adresses et pétitions que « rassemblent les volumes des Archives Parlementaires » [Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, 1993]. On ne saurait rendre plus bel hommage au travail effectué depuis un demi-siècle pour rendre ce corpus patrimonial digne des exigences actuelles de la recherche." (Corinne Gomez-Le Chevanton et Françoise Brunel, “La Convention nationale au miroir des Archives Parlementaires”, 2015)

Archives Parlementaires.

Archives Parlementaires de 1787 à 1860. Recueil complet des débats législatifs et politiques des chambres françaises, Première série (1787 à 1799). Tome XCI : du 7 prairial au 30 prairial an II (26 mai au 18 juin 1794).

Editions du CNRS, 1976, in-4°, 844 pp, texte sur 2 colonnes, table chronologique, index, broché, bon état

La publication du grand corpus des Archives Parlementaires date d'une décision prise par le Corps Législatif en 1862. Initialement conçue comme une suite à la Réimpression de l'Ancien Moniteur, la collection devait se limiter à la période 1800-1860. En 1867, elle fut étendue à l'époque révolutionnaire (1re série), incluant même l'Assemblée des Notables de 1787. Après une longue interruption (1913-1961), la publication a été reprise par l'Institut d'Histoire de la Révolution française, grâce à l'aide de l'Assemblée Nationale et du Sénat. — "... La publication des Archives Parlementaires ne prétend nullement « restituer » les séances journalières de la Convention. Mais la série entend donner de précieux instantanés changeants des rapports de force à l’Assemblée et de l’ensemble de l’opinion publique nationale, dans ses bavardages et ses silences. Du « gigantesque remue-ménage » de la Révolution, écrit Michel Vovelle, il est « un reflet dans une source particulièrement riche, voire privilégiée », les adresses et pétitions que « rassemblent les volumes des Archives Parlementaires » [Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, 1993]. On ne saurait rendre plus bel hommage au travail effectué depuis un demi-siècle pour rendre ce corpus patrimonial digne des exigences actuelles de la recherche." (Corinne Gomez-Le Chevanton et Françoise Brunel, “La Convention nationale au miroir des Archives Parlementaires”, 2015)

Archives Parlementaires.

Archives Parlementaires de 1787 à 1860. Recueil complet des débats législatifs et politiques des chambres françaises, Première série (1787 à 1799). Tome XCII : du 1er messidor au 20 messidor an II (19 juin au 8 juillet 1794).

Editions du CNRS, 1980, in-4°, 572 pp, texte sur 2 colonnes, table chronologique, index, broché, bon état

La publication du grand corpus des Archives Parlementaires date d'une décision prise par le Corps Législatif en 1862. Initialement conçue comme une suite à la Réimpression de l'Ancien Moniteur, la collection devait se limiter à la période 1800-1860. En 1867, elle fut étendue à l'époque révolutionnaire (1re série), incluant même l'Assemblée des Notables de 1787. Après une longue interruption (1913-1961), la publication a été reprise par l'Institut d'Histoire de la Révolution française, grâce à l'aide de l'Assemblée Nationale et du Sénat. — "... La publication des Archives Parlementaires ne prétend nullement « restituer » les séances journalières de la Convention. Mais la série entend donner de précieux instantanés changeants des rapports de force à l’Assemblée et de l’ensemble de l’opinion publique nationale, dans ses bavardages et ses silences. Du « gigantesque remue-ménage » de la Révolution, écrit Michel Vovelle, il est « un reflet dans une source particulièrement riche, voire privilégiée », les adresses et pétitions que « rassemblent les volumes des Archives Parlementaires » [Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, 1993]. On ne saurait rendre plus bel hommage au travail effectué depuis un demi-siècle pour rendre ce corpus patrimonial digne des exigences actuelles de la recherche." (Corinne Gomez-Le Chevanton et Françoise Brunel, “La Convention nationale au miroir des Archives Parlementaires”, 2015)

Archives Parlementaires.

Archives Parlementaires de 1787 à 1860. Recueil complet des débats législatifs et politiques des chambres françaises, Première série (1787 à 1799). Tome XCIII : du 21 messidor au 12 thermidor an II (9 juillet au 30 juillet 1794).

Editions du CNRS, 1982, in-4°, 776 pp, texte sur 2 colonnes, table chronologique, index, broché, bon état

La publication du grand corpus des Archives Parlementaires date d'une décision prise par le Corps Législatif en 1862. Initialement conçue comme une suite à la Réimpression de l'Ancien Moniteur, la collection devait se limiter à la période 1800-1860. En 1867, elle fut étendue à l'époque révolutionnaire (1re série), incluant même l'Assemblée des Notables de 1787. Après une longue interruption (1913-1961), la publication a été reprise par l'Institut d'Histoire de la Révolution française, grâce à l'aide de l'Assemblée Nationale et du Sénat. — "... La publication des Archives Parlementaires ne prétend nullement « restituer » les séances journalières de la Convention. Mais la série entend donner de précieux instantanés changeants des rapports de force à l’Assemblée et de l’ensemble de l’opinion publique nationale, dans ses bavardages et ses silences. Du « gigantesque remue-ménage » de la Révolution, écrit Michel Vovelle, il est « un reflet dans une source particulièrement riche, voire privilégiée », les adresses et pétitions que « rassemblent les volumes des Archives Parlementaires » [Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, 1993]. On ne saurait rendre plus bel hommage au travail effectué depuis un demi-siècle pour rendre ce corpus patrimonial digne des exigences actuelles de la recherche." (Corinne Gomez-Le Chevanton et Françoise Brunel, “La Convention nationale au miroir des Archives Parlementaires”, 2015)

ARDOUIN-DUMAZET.

Voyage en France. 15e série. Les Charentes et la Plaine poitevine.

Berger-Levrault, 1898, in-12, 381 pp, 26 cartes ou croquis, index, reliure demi-basane carmin, dos lisse avec titres, tomaison et filets dorés (rel. de l'époque), dos lég. passé, C. de bibl. effacé, bon état

Angoumois, Confolentais, Champagne de Cognac, Saintonge, Aunis, Plaine poitevine. — Par Victor-Eugène Ardouin-Dumazet (1852-1940). Entre 1893 et 1920, il rédige 66 volumes de "Voyage en France", ouvrages dans lesquels il fait un tour de France et décrit avec soin les diverses activités agricoles, industrielles et touristiques des pays traversés. Un précieux document sur l'état de la France rurale et urbaine à la fin du XIXe siècle, organisé en itinéraires et couronné à deux reprises par l'Académie française.

ARDOUIN-DUMAZET.

Voyage en France. 33e série. Basse-Auvergne.

Berger-Levrault, 1917, in-12, 377 pp, 2e édition, 25 cartes ou croquis et une carte dépliante hors texte, index, reliure demi-percaline grise, dos lisse orné d'un fleuron et d'un double filet doré en queue, pièce de titre basane verte, couv. conservée (rel. de l'époque), papier lég. jauni, bon état

Par Victor-Eugène Ardouin-Dumazet (1852-1940). Entre 1893 et 1920, il rédige 66 volumes de "Voyage en France", ouvrages dans lesquels il fait un tour de France et décrit avec soin les diverses activités agricoles, industrielles et touristiques des pays traversés. Un précieux document sur l'état de la France rurale et urbaine à la fin du XIXe siècle, organisé en itinéraires et couronné à deux reprises par l'Académie française.

AREF EL-AREF.

Guide abrégé du Dôme du Rocher et de Al-Haram Al-Sharif, publié par le soins du conseil suprême du biens dédiés (Wakfs) musulmans.

Jérusalem, Imp. de l'Orphalinat islamique, 1963, in-12, (8)-99-(4) pp, 38 illustrations, broché, agrafé, bon état

Ce guide est un résumé de l'ouvrage de l’historien Aref-El-Aref, une des figures fondatrices de l'historiographie palestinienne, ancien maire de Jérusalem-Est à l'époque jordanienne. — Le dôme du Rocher ou la coupole du Rocher, « premier monument qui se voulut une création esthétique majeure de l'Islam » (O. Grabar), est un sanctuaire érigé sur ordre du calife Abd al-Malik ibn Marwan à Jérusalem-Est, sur le « Haram al-Charif », le site qui comprend aussi la mosquée al-Aqsa, est le troisième lieu saint musulman après La Mecque et Médine. Achevé en l'an 691 ou dans la seconde partie de l'année 692 (an 72 de l'hégire), son dôme a été reconstruit en 1022 et rénové en 1089, 1318, 1448, 1830, 1874, 1962 puis complétement en 1994, durant laquelle des plaques de cuivres avec une fine couche de nickel et d'or sont posées. Le bâtiment suit le style architectural byzantin avec une influence perse sassanide. Les motifs des carreaux actuels, ont été installés par Soliman Ier en 1545-1552, et certains contiennent des sourates qui réfutent la trinité chrétienne. Le dôme du Rocher est décrit comme un « monument unique de la culture islamique » par l'historien de l'art Oleg Grabar.

ARETTE (Alexis).

On m'appelait Bleu de Noir. Chroniques d'Indochine.

Biarritz, J & D Editions, 1997, gr. in-8°, 320 pp, broché, couv. illustrée, bon état. Edition originale

Après la guerre d'Indochine, un récit envoyé par l'auteur à un important éditeur parisien lui revient avec cette appréciation : "Ce n'est pas votre talent qui est en cause, mais la guerre d'Indochine qui n'intéresse personne !". Et c'était vrai... Après le drame algérien, l'opinion a pris conscience que la guerre d'Indochine avait marqué le tournant du siècle, en cela qu'elle manifesta le déclin de l'Occident. On en a écrit avec talent. Mais les témoignages de ceux qui vécurent au niveau le plus obscur, l'épuisement journalier de la rizière, sont rares. Des quarante-cinq groupes de "Commandos Noirs" créés pour remplir des missions spéciales, il reste peu de survivants. L'auteur est l'un de ceux qui tentèrent l'impossible, dans l'indifférence générale, aux avant-postes de l'aventure. Le ton contestataire surprendra ; mais l'auteur est du pays des mousquetaires. Peut-être aussi sera-t-on dérouté par la crudité du propos, mais ce ton sert une ironie que l'auteur se sert à lui-même autant qu'aux autres. La surprise vient de Dieu, qui fait irruption avec constance, là où on ne l'attendait pas. Mais la guerre, comme l'existence, est un curieux mélange. l'intensité en plus. On m'appelait Bleu de Noir se veut le témoignage de ce mélange et de cette intensité qui menèrent l'auteur, avec d'autres pareillement obstinés, à prendre tous les risques, afin que le noir ne l'emportât point définitivement sur le bleu. (4e de couverture)

ARGAN (Giulio Carlo).

L'Europe des capitales, 1600-1700.

Genève, Skira, 1964, gr. in-4°, 222 pp, 64 reproductions et photographies en couleurs contrecollées sur 60 planches hors texte, 60 illustrations en noir, index des noms cités, reliure éditeur, jaquette illustrée, rhodoïd, sous emboîtage (très lég. sali), bon état (Coll. Art, Idées, Histoire). Edition originale

"Dans “L'Europe des capitales”, M. Giulio Carlo Argan, de l'Université de Rome, étudie le XVIIe siècle. Celui-ci marque un recul sur l'optimisme logique de la Renaissance ; mais, en même temps qu'il voit le déclin de la pensée abstraite, il consacre le triomphe des images contre les tendances iconoclastes et le puritanisme de la Réforme. La défense et la revalorisation des images aura été la grande affaire du Baroque dont les extériorisations et le triomphalisme rejoignent la pompe de l'absolutisme. Ce moment correspond effectivement à l'apparition en Europe des villes-capitales, représentation monumentale de ce que Mumford appelle « l'idéologie du pouvoir ». Le monument devient le signe de cette idéologie. En fait, une grande partie de l'art du XVIIe siècle tend vers le style monumental dont le langage sera l'allégorie. Ce sens du monumental marque toute la période classique à son apogée, et Poussin saura l'étendre jusqu'aux paysages. Mais il s'agit aussi d'un art conquérant, qui cherche autant à persuader qu'à frapper le regard et les sens. Déjà l'art franchit les enceintes princières ; le monument ne respire plus seulement vers l'intérieur. L'importance des façades, les places, les perspectives, les jardins ouverts au public semblent inviter celui-ci à participer à ces fastes et à ces fêtes. Cet art baroque, où l'on n'a vu longtemps que surcharge et vaine complication, s'inscrit dans le renouvellement des techniques. L'audace, la gratuité, le défi à la pesanteur et à la logique sont à la mesure d'une époque qui pour la première fois envisage de donner à l'univers ses dimensions réelles et invente une nouvelle formule du merveilleux : le temps, l'espace et le mouvement." (Camille Bourniquel, Esprit, 1965)

ARGENSON (René-Louis de Voyer de Paulmy d').

Journal et mémoires du marquis d'Argenson, publiés pour la première fois d'après les manuscrits autographes de la bibliothèque du Louvre, pour la Société de l'Histoire de France, par E. J. B. Rathery.

P., Vve Jules Renouard, 1859-1867, 9 vol. gr. in-8°, reliures demi-maroquin vert, dos à 5 nerfs filetés, titres et tomaisons dorés, filet à froid sur les plats (rel. de l'époque), rousseurs, bon état. Bel exemplaire

La meilleure édition de ces importants mémoires. René-Louis de Voyer de Paulmy, marquis d'Argenson (1694-1757), fils du célèbre lieutenant-général de police de Paris sous Louis XIV, fut l'un des hommes d'Etat les plus éclairés de son temps. Ministre des Affaires étrangères de 1744 à 1747, il fut le dernier homme d'Etat français à perséverer dans la politique anti-autrichienne. Ses “Considérations sur le gouvernement de la France”, publiés de façon posthume, furent lues à l'état de manuscrit par Voltaire, avec lequel il était lié. Ses mémoires sont l'une des meilleures sources qui nous soit parvenue sur la vie politique et littéraire sous le règne de Louis XV, véritable oeuvre de philosophie politique. Aucune édition intégrale de ces mémoires ne furent publiés : ses notes représentent 56 volumes manuscrits à la bibliothèque du Louvre ! Après une édition inutilisable publiée en 1825 en un volume, la bibliothèque elzévirienne publia la première « édition complète » en 5 volumes in-12 en 1857-1858. Tout de suite après la Société de l'Histoire de France entreprit une grande édition critique, encore partielle, mais la plus achevée qui ait été publiée.

[ARGENSON, René-Louis de Voyer de Paulmy, marquis d'].

Essais dans le goût de ceux de Montagne [Montaigne], composés en 1736. Par l'auteur des Considérations sur le Gouvernement de France.

Amsterdam, 1785, 2 vol. in-8°, viii-230 et 231 pp, les 2 tomes reliés ensemble en un volume demi-chagrin carmin à coins, dos à 5 nerfs soulignés à froid, titre doré, tête dorée (rel. postérieure), traces de mouillure ancienne sur les 35 premiers feuillets du tome 1, bon état. Edition originale rare

Ouvrage apprécié à l'époque et recherché aujourd'hui pour son contenu regroupant des pensées et anecdotes aussi bien philosophiques que morales et littéraires, composé par René-Louis de Voyer, marquis d'Argenson (1684-1757), ministre des Affaires étrangères sous Louis XV. Le livre « est composé de réflexions qu'il (d'Argenson) avoit faites avant d'entrer dans le Ministère, tantôt d'après ses lectures, tantôt d'après ses conversations avec les gens de son temps, dont la Société lui étoit chère, & dont il croyoit que la fréquentation pouvoit lui être de quelque utilité. Ces pensées, conçues dans le silence du cabinet, sont mêlées de traits & d'anecdotes » (pages v-vj). On y trouve également un intéressant passage sur la collection des livres précieux, l'auteur faisant référence à l'Abbé de Rothelin : « Sa bibliothèque commence à devenir très-considérable; il la montre volontiers & avec faste...» (tome 2, p. 151). L'auteur se montre très critique envers les bibliomanes : « Comme il (Rothelin) parle communément à des gens bien moins savans que lui, on ajoute foi à tout ce qu'il dit, & on le félicite de posséder de si belles choses, qui seront vendues bien cher après sa mort. Quelques gens sensés trouvent qu'il y a du charlatanisme dans cette démonstration, & je suis assez de leur avis... Il est plaisant d'imaginer qu'il pourra venir un temps, où des gens qui ne sauront pas un mot de Latin, mettront un prix exorbitant à des Livres écrits en cette Langue, qui ne seront nullement à leur usage; qu'ils donneront jusqu'à cent pistoles d'un Livre, parce que, sur un Catalogue connu, on l'aura honoré de l'épithete de Livre rare & singulier, & parce que, dans une vente précédente, il aura déjà été porté à un grand prix » (pages 152-154). L'originale de ce texte parut en 1785, imprimée à Paris par Moutard sous la fausse adresse d'Amsterdam et publiée par M. de Paulmy, fils de l'auteur. Le garde des Sceaux, Hue de Miromesnil, avait demandé à ce dernier de n'en faire imprimer qu'un petit nombre d'exemplaires si bien qu'il n'en fut tiré que 250 destinés à la famille et aux amis. La deuxième édition destinée au commerce date de 1787.— Une erreur d'impression a été commise lors de l'édition : le mot Montaigne a été orthographié Montagne !

ARGOUD (Antoine).

La Décadence, l'imposture et la tragédie.

Fayard, 1974, gr. in-8°, 360 pp, 16 pl. de photos et 15 pl. de documents hors texte, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

"Ce que personne n'avait encore osé écrire. Partisan de l'Algérie francaise, adversaire du général de Gaulle dont il conteste toute l'action, le colonel Argoud est de ceux qui se rallièrent au général en mai 1958, comptant qu'il se prononcerait en faveur d'une Algérie francaise. L'illusion fut courte. Dans son livre, le colonel Argoud ne recule devant la description d'aucune scène, devant la mise en cause d'aucun des collaborateurs les plus proches du chef de l'Etat. Et l'on ne s'étonnera pas que cet ouvrage soit probablement le document le plus explosif de l'après Algérie francaise." — Le colonel Antoine Argoud devient à quarante-quatre ans l'un des plus jeunes colonels de l'armée francaise. Très proche du général Massu jusqu'en 1960, il rompt avec la « légalité républicaine » lors du putsch d'Alger. Il devient, après l'échec du putsch, l'un des dirigeants de l'O.A.S. Enlevé à Munich par des barbouzes, il est condamné à la détention criminelle à perpétuité, puis amnistié en 1968.

ARGOUD (Gilbert)(éd.).

Science et vie intellectuelle à Alexandrie (Ier-IIIe siècle ap. J.-C.).

Saint-Etienne, Publications de l'Université, 1994, gr. in-8°, 225 pp, 19 illustrations et 2 plans, qqs tableaux et figures, biblio, broché, trace de mouillure ancienne, état correct

"Le présent recueil publié par le Centre Jean Palerne comprend sept articles « sur les hommes, les savoirs et les croyances qui firent le renom d'Alexandrie » plus particulièrement à l'époque du Haut-Empire. On y trouvera une synthèse très générale sur Alexandrie ; quatre contributions consacrées à Héron ; un article philologique très approfondi sur le sens du nom qui anciennement a désigné, socialement et politiquement, le grand ou petit propriétaire terrien et, à l'époque romaine, le géomètre, l'arpenteur, servant à traduire alors le nom latin 'agrimensor' ; et une étude de l'école chrétienne d'Alexandrie d'après un manuscrit de la Bodléienne d'Oxford. – En bref, un très beau volume." (Albert Deman, L'Antiquité Classique, 1996)

ARGUEDAS (Alcides).

Histoire générale de la Bolivie. Traduite de l'espagnol, résumée et adaptée au français par S. Dilhan.

Félix Alcan, 1923, gr. in-8°, 158 pp, une carte dépliante hors texte, reliure demi-percaline vermillon à coins, soulignures crayon, bon état

ARGYRE (Gilles d').

Les Tueurs de Temps.

Fleuve Noir, 1965, in-12, 191 pp, broché, couv. illustrée par Brantonne, état correct (Coll. Anticipation n° 263)

ARGYRIS (Chris).

Intervention Theory and Method: A Behavioral Science View.

Reading, Mass., Addison-Wesley, 1970, gr. in-8°, x-374 pp, index, reliure percale brique de l'éditeur, qqs rares annotations crayon, bon état. Texte en anglais

Chris Argyris (1923-2013), est un universitaire et chercheur en sciences sociales américain, théoricien des organisations. Il est professeur à l’université Harvard après avoir enseigné pendant vingt ans à université Yale où une chaire porte maintenant son nom. Il est connu pour ses théories de l'apprentissage et ses apports à la théorie de la connaissance tacite. Ce livre est un classique du "développement organisationnel" où il étudie le rôle du chercheur en sciences sociales, à la fois en tant que chercheur et acteur.

ARGYROPOULO (Périclès A.).

La Politique européenne au jour le jour, 1942-1944.

P., Editions Minerve, 1945, pt in-8°, 245 pp, broché, dos recollé, qqs pages mal coupées, état correct. Rare

Articles publiés au Caire, dans le quotidien La Bourse Egyptienne, de décembre 1942 à juillet 1944, durant le séjour au Moyen-Orient de l'ancien ministre des Affaires étrangères de Grèce. — I. Politique générale ; II. URSS ; III. L'Allemagne ; IV. Questions balkaniques ; V. La Grèce au combat ; VI. La France renaissante.

ARIEH (Ben-Tov).

Face au génocide. La Croix-Rouge et les Juifs de Hongrie, 1941-1945.

Lausanne, Payot, 1997, in-8°, 232 pp, biblio, index, broché, bon état

ARIKHA (Avigdor).

Avigdor Arikha. Dessins et gravures.

P., Berggruen, 1980, in-8° étroit (22 x 11,5 cm), (94) pp, non paginé, préface de A. Arikha, reproductions et descriptions de 78 oeuvres de l'artiste, notice biographique, broché, couv. illustrée, qqs annotations au feutre, bon état (Plaquette 68 de la galerie Berggruen à Paris)