21208 résultats

AMMANN (A.) et E.-C. COUTANT.

Histoire de France et notions sommaires d'histoire générale de 1610 à 1789.

Fernand Nathan, 1911, in-12, 330 pp, 4e édition revue et corrigée, nombreuses gravures dans le texte, 12 cartes dont 4 dépliantes en couleurs hors texte in fine, reliure toile grise de l'éditeur avec titres en noir, état correct (Cours d'histoire de l'enseignement secondaire des jeunes filles, 2e année, programme du 27 juillet 1897)

AMMOUN (Denise).

Histoire du Liban contemporain. Tome 1 : 1860-1943.

Fayard, 1997, gr. in-8°, 528 pp, une carte, chronologie, biblio, index, reliure souple illustrée de l'éditeur, bon état

Soumis depuis l’Antiquité à de multiples dominations étrangères et en dernier lieu à celle des Turcs, le Liban voit s’éveiller un sentiment particulariste dès le XIXe siècle. Ainsi une partie de la population, refusant la conquête de la Syrie et du Liban par l’Egypte de Méhemet Ali, se soulève-t-elle en 1840. Une période de troubles débouche sur les massacres de 1860 et provoque l’intervention des puissances européennes. La paix est rétablie, mais le Liban est réduit à sa Montagne. Au Levant, chez les chrétiens comme chez les musulmans, le nationalisme se développe à mesure que décline la puissance du sultan ottoman : l’action souterraine des sociétés secrètes se conjugue avec la lutte ouverte de groupes politiques ou intellectuels formés par des émigrés établis au Caire, à Paris ou en Amérique. Les nationalistes entendent en revenir aux « frontières historiques » du pays. En 1919, quand la Porte – qui fait partie des vaincus de la Première Guerre mondiale – se voit éliminée des pays arabes par la conférence de la paix, et quand Londres et Paris se partagent l’« influence » au Proche-Orient, un « Grand Liban » est créé et placé sous mandat français. Une nouvelle bataille commence alors, à l’intérieur même du pays, entre ceux qui soutiennent le nouveau régime et ceux qui veulent le rattachement à la Syrie. Le rejet du mandat et la revendication de l’indépendance apparaissent quelques années plus tard. La Seconde Guerre, la défaite française, le conflit entre Vichy et la France libre, enfin la rivalité de celle-ci avec la Grande-Bretagne accélèrent et favorisent la fusion des diverses composantes – politiques, religieuses, etc. – de la nation libanaise pour aboutir à la pleine souveraineté en 1943. Nourri des travaux historiques les plus solides et éclairé par les dizaines d’entretiens obtenus par l’auteur durant les années 1970 et 1980 de la plupart des grands acteurs de cette histoire, cet ouvrage constitue un récit précis et vivant, riche en détails inédits, de la marche du Liban vers l’indépendance.

Amnesty international.

L'Emprisonnement politique en République populaire de Chine.

EFAI, 1981, in-8°, 235 pp, 6 illustrations, plans et tableaux, une carte, index, broché, bon état

Amnesty international.

Rapport 1981. (Période du 1er mai 1980 au 30 avril 1981).

EFAI/AIP, 1982, in-8°, 493 pp, broché, bon état

Amnesty international.

Rapport 1982. (Période du 1er janvier au 31 décembre 1981).

EFAI, 1982, in-8°, 432 pp, broché, état correct

Amnesty international.

Rapport 1983. (Période du 1er janvier au 31 décembre 1982).

EFAI, 1983, in-8°, 424 pp, broché, couv. lég. abîmée, sinon état correct

Amnesty international.

Rapport 1984. (Période du 1er janvier au 31 décembre 1983).

EFAI, 1984, in-8°, 444 pp, broché, bon état

Amnesty international.

Rapport 1993. (Période du 1er janvier au 31 décembre 1992).

EFAI, 1993, gr. in-8°, 382 pp, broché, état correct

AMORETTI (Henri).

Lyon capitale (1940-1944).

France-Empire, 1964, pt in-8°, 418 pp, 16 pl. de photos hors texte, documents, biblio, index, broché, jaquette illustrée, état correct

AMOROSO (Dr. H.).

Le Monde hallucinant de la Mafia.

La Pensée Moderne, 1972, in-8°, 249 pp, broché, couv. illustrée à rabats, état correct

AMOURETTI (M.-C.) et Françoise RUZÉ.

Le monde grec antique. Des palais crétois à la conquête romaine.

Hachette, 1983, gr. in-8°, 272 pp, 33 cartes et plans sur 16 pl. hors texte in fine, index, broché, bon état

Cet ouvrage situe dans leur contexte historique les multiples facettes du monde grec de 2700 à 31 av. J.-C. Il expose la politique, les guerres, la vie religieuse, l'économie, les évolutions sociales et la diversité des cités grecques. Il évoque les travaux et les jours de l'homme grec à partir des textes historiques, des pièces de théâtre, de la représentation des travaux agricoles et artisanaux. De nombreux croquis illustrent l'architecture monumentale. L'ouvrage tient compte de l'interprétation de l'histoire grecque qui a beaucoup varié au cours du XXe siècle. Il fait une large place à l'apport de l'archéologie et de l'anthropologie historique.

AMOUROUX (Henri).

La Grande Histoire des Français après l'Occupation. Volume 5 : Septembre 1944–octobre 1945. Les Règlements de comptes. – La Page n'est pas encore tournée.

Laffont, 1999, in-8°, 1331 pp, 8 pl. de photos hors texte, 9 illustrations, 4 cartes, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Bouquins)

Les Allemands avaient, en France, des collaborateurs de plume comme des complices dans le crime. A l'heure où l'armée allemande bat en retraite, la justice est parfois sommaire, comme l'indique le titre, “Les Règlements de comptes”, du premier tome de “La Grande Histoire des Français après l'Occupation”. Puis vient le rétablissement du pouvoir central avec le général de Gaulle, qui se rend en septembre 1944 à Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, dans des régions dominées par les FTP et le parti communiste. Cependant la guerre se poursuit sur le territoire national, mais les Français sont moins flattés par les succès de leurs soldats menés par de Lattre et Leclerc qu'inquiets des difficultés de leur vie quotidienne, accrues par les destructions d'une bataille intense et la paralysie des communications, alors que la population attendait de la Libération la fin de ses malheurs. L'année 1945, objet du dernier tome, “La page n'est pas encore tournée”, est riche en événements d'importance nationale : victoire des Alliés, retour des déportés et des prisonniers, procès du maréchal Pétain et de Pierre Laval, référendum constitutionnel, élections législatives. Mais de Gaulle, irrité par les attaques ou les réticences des partis politiques, démissionne en janvier 1946. Avec la retraite du Général, le rideau était-il tombé sur le grand drame qui avait débuté en 1940 ? Non. Un demi-siècle plus tard, les passions restent vives autour de problèmes sans réponses claires ou définitives, et les débats demeurent souvent simplistes ou simplificateurs. Toutefois les confidences de milliers de lecteurs et de lectrices à Henri Amouroux permettent de mieux comprendre les Français victimes et héros de cette période douloureuse.

AMOUROUX (Henri).

La Grande Histoire des Français sous l'Occupation. Tome 2 : Quarante millions de pétainistes (Juin 1940-Juin 1941).

GLM/Laffont, 1978, gr. in-8°, 550 pp, 8 pl. de photos hors texte, biblio, chronologie, cart. éditeur; jaquette illustrée, bon état

AMOUROUX (Henri).

La Grande Histoire des Français sous l'Occupation. Volume 1 : 1939-1941. Le Peuple du désastre. – Quarante millions de pétainistes.

Laffont, 1997, in-8°, ix-1036 pp, avant-propos de Jean Tulard, 16 pl. de photos hors texte, 4 cartes, chronologie, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Bouquins)

Période particulièrement complexe, les années 1940 influencent toujours notre présent. Voici, réunis en un seul volume, avec de nombreux ajours dont une chronologie très détaillée, les deux premiers tomes de la célèbre série d'Henri Amouroux, “La grande histoire des Français sous (et après) l'Occupation”. “Le Peuple du désastre” expose les raisons du plus grand drame de notre histoire : l'effondrement de notre armée, la fuite des populations, l'occupation des deux tiers du pays. “Quarante millions de pétainistes” permet de mieux comprendre les réactions psychologiques des Français de l'après-défaite : d'abord rangés derrière le maréchal Pétain, auquel l'Assemblée nationale, réunie à Vichy, a donné tous les pouvoirs, ils évoluent lentement et sensiblement, au fur et à mesure que les humiliations de l'occupant s'accentuent et que l'Allemagne, ayant perdu la bataille d'Angleterre, n'est plus assurée d'une victoire rapide. On connaît la méthode d'Henri Amouroux, elle a fait le succès de ses livres. Au scrupule de l'historien il ajoute le talent du journaliste et la passion de l'homme de coeur pour les humbles acteurs de l'Histoire : soldats des dernières barricades, hommes et femmes sur les routes de l'exode. (Guy Schoeller)

AMOUROUX (Henri).

La Grande Histoire des Français sous l'Occupation. Volume 3 : Avril 1942–décembre 1943. Les Passions et les Haines. – L'Impitoyable Guerre civile.

Laffont, 1998, in-8°, 968 pp, 8 pl. de photos hors texte, 9 illustrations, annexes, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Bouquins)

Avec “Les Passions et les Haines” et “L'Impitoyable Guerre civile”, ce troisième volume de “La Grande Histoire des Français sous l'Occupation” aborde les événements les plus tragiques de quatre années dramatiques. Il dévoile les passions antisémites qui conduisent aux rafles de juillet (en zone occupée) et d'août 1942 (en zone non occupée), au départ de convois d'hommes, de femmes, d'enfants depuis Drancy vers Auschwitz, et qui provoquent les réactions des Eglises, notamment l'Eglise catholique, influente à Vichy. Année sombre, 1942 s'achève sur l'espoir qu'offre le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord le 8 novembre, mais aussi sur les tristesses de l'invasion de la zone libre, puis sur le sabordage de la flotte française à Toulon, flotte qui échappe aux Allemands, mais dont on se demandera toujours si – par une décision rapide – elle n'aurait pas pu rejoindre les Alliés. 1942 : année tournant de la guerre. 1943 : année de durcissement. Vaincus à Stalingrad, chassés bientôt de toute l'Afrique, les Allemands ont des exigences sans cesse accrues à l'égard de la France, comme de tous les pays occupés. Pour leurs usines, ils veulent des hommes : ce sera le Service du travail obligatoire. Pour maintenir l'ordre alors que les Français – qui devinent que le sort de l'occupant est scellé – renforcent la résistance, multiplient les attentats, créent les premiers maquis, les Allemands bénéficient, avec la Milice, d'une force supplétive qui mène le combat contre les communistes et les gaullistes (dont l'importance grandit depuis que de Gaulle a éliminé Giraud à Alger). A l'aide de documents irréfutables, Henri Amouroux reconstitue avec émotion et précision une "impitoyable guerre civile".

AMOUROUX (Henri).

La Vie des Francais sous l'Occupation. Edition revue et corrigée.

Succès du Livre, 1989, in-8°, 577 pp, biblio, cart. éditeur, jaquette illustrée

AMOUROUX (Henri).

Pétain avant Vichy : La guerre et l'amour.

Fayard, 1967, in-8°, 362 pp, 16 pl. de photos et 12 pl. de fac-similés hors texte, biblio, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état, envoi a.s. à l'éditeur Charles Orengo

"Il existe de nombreux livres sur le Maréchal Pétain. Mais Pétain avant Vichy est un libre neuf. Tout d'abord parce que l'auteur puise une partie de sa documentation dans plus de 500 lettres inédites écrites par le Maréchal Pétain de 1913 à 1940, témoignages qui sortent de la banalité, éclairent la psychologie d'un homme dans ce qu'elle a de plus secret car il s'agit, le plus souvent, de passionnantes et passionnées lettres d'amour. Parlant de Pétain amoureux, les historiens devaient, jusqu'à présent, se contenter de racontars et de récits sans preuves. Voici, pour la première fois, Pétain intime révélé. Mais Petain avant Vichy n'est en aucune manière un libre à scandale. Les lettres sont citées pour mieux faire comprendre un être complexe et pudique, pour rectifier certaines erreurs, préciser certains points d'histoire, jamais pour blesser des lecteurs fidèles à l'image traditionnelle du Maréchal Pétain ou pour allécher ceux qui ne voient dans l'Histoire qu'une succession de petites histoires..." (rabat de la jaquette)

AMPERE (André-Marie et Jean-Jacques).

Correspondance et souvenirs (de 1805 à 1864).

Hetzel, 1875, 2 vol. in-12, 508 et 461 pp, deuxième édition, cartonnages d'époque demi-chagrin vert, dos à 4 nerfs filetés (dos et mors légèrement frottés, état correct)

(Tulard, 20 - Bertier de Sauvigny, 16). André-Marie Ampère, physicien, 1775-1836 ; Jean-Jacques Ampère, son fils, historien, 1800-1864.

AMRANI (Djamal).

Le Témoin.

Editions de Minuit, 1960, in-12, 83 pp, broché, bon état (Coll. Documents). Edition originale

L'auteur raconte l'histoire tragique de sa famille durant la guerre d'indépendance algérienne. "Récit des tortures endurées par l'auteur à la caserne d'Hussein-Dey. Premier livre du jeune poète algérien Djamal Amrani (1935-2005), lauréat de la médaille Pablo Neruda en 2004." (Vignes, 356)

AMSON (Daniel).

Gambetta ou le rêve brisé.

Tallandier, 1994, in-8°, 411 pp, index, broché, couv. illustrée, bon état

Il a été le plus grand orateur de son temps. Sa popularité était immense. Aucun homme politique, depuis Napoléon, n'avait à ce point électrisé les foules ; aujourd'hui encore, plus d'un siècle après sa mort, ce fils d'immigré italien est sans doute l'un des Français les plus connus. De toute évidence, il y a bien un « mythe Gambetta »… Son rôle dans la vie nationale, pourtant, est difficile à apprécier. Cet orateur de génie, qui maîtrisait mal la grammaire, n'a été qu'un avocat occasionnel, et a pratiquement cessé de plaider après 1870. Cet apôtre de « la guerre à outrance », qui n'avait pas fait son service militaire, a « levé des hommes, constitué des moyens, trouvé des chefs, imposé des plans » et — l'hommage est de Charles de Gaulle — « malgré tous les déboires de l'improvisation, c'est d'abord à lui que la France est redevable du bénéfice moral qu'elle recueillit de cette lutte prolongée ». Mais le général Trochu dira que cette lutte était « une héroïque folie », et elle s'accompagna de beaucoup d'erreurs et d'injustices. S'il y eut un « libérateur du territoire », ce ne fut pas Gambetta, mais Adolphe Thiers. Le fils de l'épicier de Cahors ne dirigea, pour sa part, le gouvernement que pendant un peu plus de deux mois. Sa vie fut bien, dès lors, « un rêve brisé » et le désordre de sa vie privée — il écrira, un jour, à une grisette : « Je t'aime plus que la France » — ne servit pas sa gloire, malgré les projets de mariage qu'il forma tardivement avec Léonie Léon. Se blessant accidentellement en novembre 1882, il mourut sans doute de la timidité de ses médecins qui n'osèrent pas le soigner comme un « homme ordinaire ». Mais, selon le mot d'André Malraux, sa mort changea alors « sa vie en destin... »

AMSON (Daniel).

Le troisième Gouvernement Messmer.

P., LGDJ, 1974, gr. in-8°, 14 pp, broché, bon état, envoi a.s. (Extrait de la Revue du Droit Public et de la Science Politique en France et à l'Etranger)

Le troisième gouvernement Messmer (27 février - 27 mai 1974) ne comprenait que 29 membres (le premier ministre, 15 ministres et 13 secrétaires d’Etat).

AMSON (Daniel).

Poincaré. L'acharné de la République.

Tallandier, 1997, in-8°, 442 pp, chronologie, notes, broché, couv. illustrée, bon état

Raymond Poincaré a mené l'une des plus brillantes carrières politiques de la République. Très jeune député, grand avocat, académicien français, il occupe son premier fauteuil ministériel à trente-trois ans, sera le président de la République de la Grande Guerre et cinq fois président du Conseil. Cette excellence serait un peu monotone toutefois sans les grands rendez-vous qu'eut l'homme avec l'histoire. Artisan d'un certain nombre d'alliances dans les années dix, il s'impose comme l'homme de la revanche (on l'appelle "Poincaré-la-guerre") et, devenu président de la République en 1913 (pour sept ans), personnifie la résistance de la nation. Champion de l'Union sacrée au début du conflit, il ne parvient pas, cependant, à trouver son style, manque de séduction (ses visites au front sont d'une maladresse exemplaire) et c'est de mauvaise grâce qu'il se résoud à appeler Clemenceau aux affaires en 1917. Après la guerre, Poincaré se montre intransigeant vis-à-vis de l'Allemagne et entend faire exécuter intégralement le traité de Versailles. Cette rigidité, assez caractéristique du personnage, conduit à l'occupation de la Ruhr par l'armée française. Enfin, de retour à la présidence du Conseil, il stabilise le franc en 1926. De l'Affaire Dreyfus jusqu'aux prémices de la crise économique des années trente, Poincaré incarne près de cinquante ans de l'histoire de France, à une période particulièrement controversée. C'est l'un des mérites de cette biographie que de s'attacher à la personnalité complexe du grand homme tout autant qu'à son rôle politique et au contexte exceptionnel qui en déterminera l'action.

AMSON (Daniel).

Stabilité gouvernementale et ministérielle sous la Ve République. (Thèse).

Paris, s.d. (1970), fort in-4°, 603 pp, texte dactylographié, biblio, broché, dos toilé muet, bon état

AMUNDSEN (Roald) et ses collaborateurs.

En avion vers le Pôle Nord. Relation de l'expédition Amundsen-Ellsworth. Traduit du norvégien et adapté par Charles Rabot.

Albin Michel, 1926, in-12, 252 pp, 18 photos et cartes hors texte, broché, couv. illustrée lég. défraîchie, bon état

[AMY, Chanoine].

Cinq ans dans la banlieue rouge. Par un Curé du Diocèse de Paris.

Editions Spes, 1946, in-12, 126 pp, lettre-préface du R. P. Villain, de l'Action Populaire, broché, bon état

AMYOT (Jacques).

Les vies des hommes illustres grecs et romains. Démosthènes et Cicéron. Edition critique publiée par Jean Normand.

Hachette, 1929, in-12, xv-128 pp, broché, bon état (Société des textes français modernes)

ANATOLI (A.).

Babi Iar. Roman-document traduit du russe.

Julliard, 1970, fort in-8°, 600 pp, cart. éditeur, sans la jaquette, état correct

ANCEL (Jacques).

Slaves et Germains.

Armand Colin, 1945, in-12, 224 pp, 4 cartes hors texte, biblio, broché, état correct

L'arrivée des Slaves dans les plaines européennes, la colonisation germanique au Moyen Age (XIe-XIIIe siècles), empereurs germains et nations slaves (XIVe-XVe siècles), la conquête allemande de la Bohême (1526-1620), la poussée allemande sur la Pologne (1525-1764), les partages de la Pologne (1764-1815), les Renaissances romantiques slaves, les Révolutions slaves (1830-1848-1863), les Renaissances réalistes slaves, la lutte pour la terre : colonisation allemande et résistance polonaise (1864-1914), le Drang nach Osten : le pangermanisme de l'ère wilhelmienne (1890-1918), l'affranchissement des nations slaves (1914-1920), épilogue (1919-1939).

ANCHEL (Robert) et Pierre-François CAILLÉ.

Histoire des décorations françaises contemporaines. Publiée sous la direction et avec une préface de Henri de Régnier, un avant-propos de Henry Rossignol, un avant-propos de Emile Moussat.

P., Javal et Bourdeaux, 1933, in-4°, (6)-iv-294 pp, un frontispice en couleur par Auguste Leroux et 14 planches en couleurs sous serpentes légendées, bandeaux, lettrines et culs-de-lampe, index, reliure demi-basane fauve, dos à 5 nerfs guillochés et soulignés à froid, titre doré, signet, couv. conservée (rel. de l'époque), dos uniformément passé, bon état. Edition originale, un des 2000 ex. numérotés sur vélin du Marais

« Objet de vanité » ou « hochet de la République », les médailles et les décorations présentent déjà pour le Premier Consul en mai 1802, lors de la création de la Légion d’honneur, deux finalités qu’il va s’efforcer de combiner à l’usage. En associant l’insigne à un « objet de vanité », son histoire s’écrit tout d’abord sous les traits de la futilité et de l’ironie. Ainsi, l’étude des décorations a gardé un caractère confidentiel, réservé depuis la fin du XIXe siècle aux spécialistes de « phaléristique ». Cette « science » de l’érudition qui a trouvé sa place dans les rayons de bibliothèque entre la numismatique et l’héraldique, dont ce livre est un des grands classiques. (Bruno Dumons)

ANCIEN (Bernard).

Le Château et la seigneurie de Septmonts.

Chauny (Aisne), Imp. A. Baticle, 1966, in-8°, 28 pp, une illustration et un plan, une photo et un plan dépliant hors texte, broché, bon état

dans le tome XI (1965) des “Mémoires de la Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie de l'Aisne” (220 pp). – On trouve également dans ce volume les études suivantes : Situation économique de l'Aisne en l'An IX (1801-1802), par Th. Collart (15 pp) ; La geste des Roucy en Espagne, par S. Martinet (16 pp, illustrations) ; La Fontaine, apôtre de Quinquina en France au XVIIe siècle, par Roger Deruelle (9 pp) ; Thomas-Jean-Nicolas Vasse Saint-Ouen, ancien magistrat de la Révolution, député de Château-Thierry (1797-1800), par André Lorion (12 pp) ; La Fête-Dieu, Jacques de Troyes et l'école théologique de Laon, par S. Martinet (12 pp) ; Un abbé de Vauclair responsable de la Journée du guichet, par A. Dimier (4 pp) ; Le martyre des villages du Chemin des Dames, par R. Trochon de Lorière (11 pp) ; Histoire du prieuré Saint-Marcoul de Corbeny et de la guérison des Ecrouelles, par G. Dumas (9 pp) ; Le château de Bohain, par M. Briatte (19 pp) ; Jules Léandre Papillon (1844-1864), archéologue et lithographe vervinois, par Pierre Sautal (7 pp) ; Le jeu d'arc à Villers-Cotterêts, par Eugène Toupet (7 pp, une planche h.t.) ; La vie au château de Villers-Cotterêts à la fin du XVIIIe siècle, par M. Buffenoir (22 pp) ; L'exposition sur Villers-Cotterêts à la fin du XVIIIe siècle, par A. Moreau-Néret (6 pp) ; Quelques assiettes anciennes provenant du château de Villers-Cotterêts, par M. Frossard (2 pages + 2 photos h.t.) ; Les fouilles mérovingiennes de Louatre, par B. Madelenat (8 pp, avec figures).

ANCIEN (Bernard).

Septmonts, son chateau et la vallée de la Crise.

P., Imp. Lescaret, 1972, in-8°, 53 pp, 8 pl. de gravures et photos hors texte, 7 illustrations, broché, couv. illustrée, bon état

"A deux lieues de Soissons... dans une charmante vallée... il y a un admirable châtelet du XIVe siècle... ancienne demeure des évêques de Soissons." (Lettre de Victor Hugo à sa femme, 1er août 1835)

ANDERSEN (Christopher).

John et Jackie. Histoire d'un couple tragique. Traduit de l'américain.

Ramsay, 2003, gr. in-8°, 435 pp, broché, couv. illustrée, bon état

ANDERS (France).

Jacques Copeau et le Cartel des Quatre.

A. G. Nizet, 1959, in-8°, 340 pp, biblio, index, broché, bon état, envoi a.s.

Jacques Copeau (1879-1949), est une personnalité d'importance majeure dans le monde intellectuel et artistique français de la première moitié du XXe siècle. Critique de théâtre pour plusieurs journaux parisiens, il participe à la création de La Nouvelle Revue française en 1908, avec des amis écrivains tels que André Gide et Jean Schlumberger. Il fonde le théâtre du Vieux-Colombier en 1913, qu'il dirige pendant plusieurs années, puis monte une école d'art dramatique en réaction à l'enseignement prodigué au Conservatoire. Le théâtre français du XXe siècle est marqué par la pensée de Copeau. Albert Camus déclare ainsi : « Dans l'histoire du théâtre français, il y a deux périodes : avant et après Copeau ». Louis Jouvet, l'un des plus proches collaborateurs de Copeau, resté à ses côtés jusqu'en 1922 comme metteur en scène et acteur, est devenu l'un des plus importants directeurs français du XXe siècle. Avec Gaston Baty, Georges Pitoëff, et Charles Dullin, il a fondé le Cartel des Quatre en 1927, visant à soutenir les offres de chacun et, surtout, à l'élévation de la qualité de la scène parisienne dans la tradition de Copeau.

ANDERSON (Benedict R. O'G.).

Java in a Time of Revolution. Occupation and Resistance, 1944-1946.

Ithaca and London, Cornell University Press, 1972, in-8°, xvii-494 pp, une carte de Java, biblio, index, reliure toile éditeur, sans la jaquette, bon état. Edition originale

Les Indes orientales néerlandaises furent occupées par l'Empire du Japon durant la Seconde Guerre mondiale de mars 1942 à 1945. Cette période marque la fin de la colonisation néerlandaise et les changements qu'elle provoqua rendirent possible en 1945 la révolution nationale indonésienne, encore impensable trois ans auparavant... — "Le 16 août 1945, Sukarno et Hatta, les deux principaux dirigeants du mouvement nationaliste, furent enlevés par les jeunes combattants républicains d’une garnison de Rengasdengklok : ces derniers souhaitaient les forcer à déclarer unilatéralement l’indépendance du pays, afin de profiter du vide laissé par la capitulation des troupes d’occupation japonaises. Sukarno céda à leur enthousiasme, mais usa d’un langage moins virulent que celui qu’ils préconisaient. Cet événement fit des “pemuda” une catégorie sociale et politique autonome, alors même que la diversité sociologique (et idéologique) des bandes de jeunes soldats écumant Java entre 1945 et 1949 mena par la suite à de nombreuses et durables divisions au sein de l’armée républicaine en gestation. Mais l’image des “pemuda” dépenaillés, armés seulement de piques de bambou, qui harcelaient dans les montagnes les convois de l’Armée des Indes, a été érigée en symbole de la nation en armes, c’est-à-dire de l’insurrection populaire spontanée contre un envahisseur inique..." (Romain Bertrand, Les pemuda en politique, 2003) — Né en Chine, de parents anglo-irlandais, Benedict Anderson (1936-2015) était spécialiste du Sud-Est asiatique. Il a enseigné les relations internationales à l’université Cornell, aux États-Unis.

ANDERSON (Cdt W.), avec la collaboration de Clay Blair Jr.

Nautilus 90° Nord.

Arthaud, 1959, in-8°, 281 pp, traduit de l'anglais, introduction et notes de Gérard Lefèbvre, 33 photographies en héliogravure hors texte, 2 cartes des régions arctiques, 1 plan en coupe du Nautilus, 5 documents dans le texte, broché, couv. illustrée à rabats, bon état (Coll. Clefs de l'aventure, clefs du savoir)

Le passionnant récit du premier sous-marin nucléaire jamais construit, le Nautilus, qui reçut la délicate mission de pratiquer la première traversée Pacifique-Atlantique en naviguant sous les glaces arctiques et en passant à l'exacte position du Pôle Nord, "ce point idéal où se croisent tous les méridiens" selon le capitaine Nemo.

ANDERSON (J.).

Livre des Constitutions Maçonniques. Reproduction du texte original anglais de 1723, accompagnée d'une traduction française, d'une introduction et de notes et publiée par Mgr E. Jouin.

P., Revue internationale des sociétés secrètes / Emile-Paul frères, 1930, gr. in-8°, (4)-161 pp, qqs fac-similés, broché, couv. lég. effrangée, bon état

"En 1723, le pasteur James Anderson (1678-1739), écossais presbytérien émigré résidant à Londres, est chargé, selon lui, par cette Grande Loge de produire un livre de Constitutions destinées à réglementer toutes les Loges existantes (ou plutôt ralliées à cet organisme). La rumeur souffle qu’il a pour cela rassemblé tous les documents anciens disponibles et qu’il les a détruits. Premiers murmures de complot sur la Maçonnerie, émanant des Maçons eux-mêmes ! (...) Il faut signaler ce premier texte « officiel », ou législatif, le Livre des Constitutions dites d’Anderson, dans ses deux premières éditions, de 1723 et de 1738. Il est simplement officiel parce qu’il offre une série de règles à adopter sur divers points, et il est le premier de ce type, dans le domaine. Il ne contient pas de rituels, mais propose, si on le lit entièrement, de nombreux éléments permettant de comprendre la manière dont le Rite a été appréhendé en ses débuts londoniens. Il a été traduit en français, en 1742, par le Frère de La Tierce, et réédité plusieurs fois. Il existe aussi une traduction déjà ancienne en français des Constitutions de 1723, réalisée par Mgr Ernest Jouin, fondateur de la revue anti-maçonnique, Revue internationale des Société Secrètes (fondée en 1912, dont l’objectif était de faire la lumière sur le « péril maçonnique »), en 1930, avec une introduction et des notes, mais elle est devenue difficile à trouver..." (Philippe Langlet, Les deux colonnes de la Franc-Maçonnerie [thèse])

ANDERSON (Matthew).

L'Europe au XVIIIe siècle (1713-1783).

Sirey, 1968, in-8° carré, 377 pp, traduit de l'anglais, 11 cartes, biblio, index, broché, bon état (Coll. Histoire de l'Europe)

"Les Editions Sirey continuent la publication de la traduction française de l'histoire de l'Europe. Voici donc le volume consacré au XVIIIe siècle. C'est, évidemment, le type d'un certain manuel universitaire, avec ses qualités, mais aussi ses conventions. Le découpage est sans doute légèrement différent de celui auquel on est habitué. Partir du traité d'Utrecht est au moins autant justifié que de choisir la date de la mort de Louis XIV. La fin de la guerre d'indépendance des Etats-Unis peut susciter plus de réserves : les clivages économiques ou idéologiques sont plus précoces. Mais ces choix montrent combien cette Europe est vue de Grande-Bretagne. C'est là son principal intérêt. (...) Les premiers chapitres sont consacrés aux structures sociales (25 pages), à la vie économique (une trentaine de pages), aux gouvernements et à l'administration (encore 20 pages) : soit, avec les sources, environ 100 pages sur près de 400. Le reste du livre est formé par l'histoire politique traditionnelle, agrémentée, il est vrai, par quelques pages consacrées aux armées. C'est donc un manuel très commode pour qui cherchera à avoir un résumé rapide du point de vue britannique sur la politique européenne de l'époque. Les cartes, confectionnées avec soin, sont claires et lisibles. Chaque chapitre est accompagné d'une bibliographie qui ne manque pas d'intérêt, et par ce qu'elle avoue, et ce qu'elle passe sous silence. L'index, important pour ce genre de livre, est commode..." (R. Mandrou, Revue Historique, 1968)

ANDERS (Robert).

L'Afrique africaine.

P., Les Sept Couleurs, 1963, pt in-8°, 230 pp, broché, jaquette illustrée, bon état

Panégyrique de l'apartheid : « La politique d'apartheid vise à doter le Noir de ses propres institutions, lui offrant ainsi des possibilités multiples de travailler pour le bien de ses semblables. De cette manière, Blancs et Noirs assureront les uns et les autres leur propre avenir au sein de leurs groupements raciaux respectifs jusqu'à ce que les Noirs soient suffisamment développés pour endosser les responsabilités et exercer les droits qui accompagnent l'autonomie. »

ANDIA (Béatrice de) et Dominique FERNANDÈS (Textes réunis par).

Rue du Faubourg-Saint-Honoré.

P., Délégation à l'Action artistique de la Ville de Paris, 1994, in-4°, 431 pp, texte sur 2 colonnes, 350 illustrations dont 8 en couleurs (photos, peintures, gravures, dessins, plans), biblio, cart. pleine toile bleue de l'éditeur, jaquette illustrée, bon état (Coll. Paris et son patrimoine)

Par un collectif de 52 auteurs sous la direction de Béatrice de Andia et Dominique Fernandès. Histoire, topographie et urbanisme : de la place Royale à la place Beauvau ; de la place Beauvau à Saint-Philippe-du-Roule ; de Saint-Philippe-du-Roule à la place des Ternes. Cette artère mondialement connue a, tel Janus, deux visages : sur la rive sud, de somptueux hôtels du XVIIIe siècle avec de vastes jardins, transformés au XIXe en ambassades ou en palais, tel l’Elysée, et, sur la rive nord, des commerces de luxe qui font la gloire de la capitale.

ANDIGNÉ (Amédée d').

Armand de Melun. Un apôtre de la charité, 1807-1877.

Nouvelles Editions Latines, 1961, in-8°, 491 pp, préface du R.P. Michel Riquet, S.J., avant-propos de Henri Rollet, un portrait hors texte, biblio, broché, bon état

"Fondateur de la Société d'économie charitable, de la Réunion internationale de charité, de la Société internationale pour le développement et l'échange des bonnes oeuvres, etc., Armand de Melun a joué un rôle important dans l'histoire du catholicisme social en France. De tradition légitimiste mais temporairement séduit par la Révolution de 1848, très hostile à la Monarchie de Juillet et au Second Empire, il incarne d'autre part une certaine forme de libéralisme catholique. L'étude, très documentée, que lui a consacrée A. d'Andigné, complète les indications données par J.-B. Duroselle dans sa thèse sur Les débuts du catholicisme social en France." (Revue française de science politique, 1962) — "En décrivant les Débuts du Catholicisme social (Paris, 1951), Jacques Duroselle a étudié de près ce que furent leurs tendances, leurs manifestations diverses. L'ouvrage que consacre Amédée d'Andigné au vicomte Armand de Melun reprend, on peut dire, le sujet, en la personne de l'un des artisans les plus généreux de cet effort. Pendant la longue période qu'embrasse son activité, nous assistons à ses initiatives – elles furent innombrables ; – nous voyons rayonner de lui ou converger vers lui une multitude d'entreprises. La biographie d'Armand de Melun qu'avait publiée en 1880 Mgr Baunard n'avait pas suffi à préserver d'un oubli qu'elle n'aurait jamais dû connaître, la physionomie pleine de grandeur de cet « apôtre de la charité » descendant de l'une des plus grandes familles seigneuriales de France : les comtes de Melun. Le plan suivi dans cet ouvrage fait découvrir « l'homme de foi » et le milieu intime dans lequel il vécut, les amitiés qui lui furent autant d'aides généreuses. La deuxième partie suit « l'homme charitable » et parcourt une à une les œuvres qu'il a fondées ou entretenues. La troisième expose « les idées, sociales et politiques »..." (Etienne Catta, Revue d'histoire de l'Eglise de France, 1963)

ANDIOC (René).

Sur la querelle du théâtre au temps de Leandro Fernandez de Moratin. (Thèse).

Tarbes, Imp. Saint-Joseph, 1970, gr. in-8°, 721 pp, 4 pl. d'illustrations, broché, bien complet du feuillet d'errata volant, bon état

Par René Andioc (1930-2011), ancien membre de la Casa Velasquez, puis professeur à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Pau. — "En dépit des travaux importants qui ont été publiés, en France tout particulièrement, depuis une vingtaine d'années sur l'Espagne de la seconde moitié du XVIIIe siècle, portant sur la littérature aussi bien que sur l'histoire des idées, il faut reconnaître que cette période nous est encore fort mal connue. Dans bien des domaines, nous continuons à être influencés par les jugements partiaux et l'attitude polémique des historiens et des critiques du XIXe siècle. C'est précisément l'un de ces domaines, celui du théâtre, que René Andioc a choisi d'éclairer d'un jour nouveau. Quelles étaient donc les pièces qui attiraient le public ? Telle est la question à laquelle René Andioc s'efforce de répondre. S'appuyant constamment sur des chiffres et des documents de première main, le plus souvent inédits, l'auteur montre que le public recherchait avant tout un spectacle complet, varié, polyvalent, à grande mise en scène, d'où la faveur dont jouissaient incontestablement les « comedias de teatro », et plus particulièrement, les « comedias de magia ». Mais René Andioc ne se contente pas de ces constatations, il ne borne pas son étude au cadre étroit de l'esthétique dramatique, artificiellement isolée : il s'efforce toujours de replacer le théâtre dans les conditions de vie et les conceptions morales des différentes classes de l'époque, et de mettre en lumière l'interaction de l'esthétique dramatique et de la psychologie sociale qu'il analyse avec beaucoup de lucidité. Le théâtre, est d'ailleurs maintes fois utilisé par le pouvoir comme un instrument de propagande pour exhorter le public au travail, pour prêcher la vertu, la résignation et l'obéissance, pour honorer le paysan ou l'artisan : certaines pièces comme « Los menestrales », « El barón » et « La comedia nueva » reflètent ainsi l'idéologie de l'élite éclairée. (...) Ce compte rendu ne saurait donner qu'un mince aperçu de la richesse, de l'originalité et de l'exceptionnel intérêt que présente l'étude de René Andioc. Si nous avons insisté sur les aspects sociaux et idéologiques beaucoup plus que sur les problèmes d'esthétique proprement littéraire, qui ne sont cependant aucunement négligés, nous n'avons fait, en cela, que suivre les choix, qui nous paraissent en l'occurrence pleinement justifiés, de l'auteur lui-même. L'abondante documentation inédite qu'elle apporte, les perspectives nouvelles qu'elle ouvré dans de multiples domaines, feront désormais de cette thèse un ouvrage de base indispensable pour toute étude sérieuse sur le XVIIIe siècle espagnol." (Jacques Soubeyroux, Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, 1972)

ANDLAUER (Irène) et Michel KRUCKER.

Lièpvre. Relevé de 3310 mariages de 1690 à 1892. Comprend également les mariages de la commune de L'Allemand-Rombach de 1690 à 1786.

Lièpvre, Association généalogique et Héraldique du Val de Lièpvre, 2001, in-4°, 309 pp, dactylographié, reliure spirale, bon état

ANDLER (Charles).

Le Prince de Bismarck.

P., Georges Bellais, 1899, in-12, x-400 pp, broché, bon état. Peu courant

"... C'est surtout le personnage que M. Charles Andler a voulu faire vivre et a essayé de camper en pleine lumière ; il suit Bismarck dans toutes les grandes phases de sa vie publique, depuis son enfance jusqu'à sa disgrâce bougonne et à sa mort. Son livre est une succession d'épisodes brefs, enlevés de verve, où toute la vie du grand homme d'état est retracée. M. Andler a parfaitement vu les caractères saillants de la physionomie de Bismarck, tels qu'ils ressortent de ses actes et de ses mémoires. (...) On lira avec un intérêt tout particulier certains chapitres de M. Andler, ceux ou il retrace la réforme financière et économique ; la lutte contre le socialisme et la réforme sociale ; la politique coloniale ; les nationalités rebelles, etc. Là-dessus les « Pensées et Souvenirs » de Bismarck étaient muets ; ce sont, au contraire, les parties les plus neuves et les plus intéressantes dans le livre de M. Andler..." (René Pinon, Revue d'histoire moderne et contemporaine, 1900)

ANDLER (Charles).

Vie de Lucien Herr (1864-1926).

Maspero, 1977, in-8°, 354 pp, présentation par Justinien Raymond, broché, couv. illustrée à rabats, bon état (Coll. Actes du peuple)

"En attendant une biographie désormais indispensable, la réédition du meilleur témoignage existant sur un personnage clé de l'histoire intellectuelle de la France contemporaine." (Le Choix des Annales, Annales ESC, 1977) — Parce que, délibérément, par une extraordinaire modestie, il a voulu rester toute sa vie dans l’ombre d’un poste des plus obscurs – bibliothécaire de l’Ecole normale supérieure – Lucien Herr, mort en 1926, demeure peu connu du public. Il est pourtant l’une des plus grandes figures du socialisme français, l’homme qui a le plus fait pour introduire le marxisme en France et qui a marqué profondément la pensée et l’action politiques de sa génération, à commencer par celles de Jaurès à qui il inspira le titre de son journal, “L’Humanité”. Ce livre, réédité aujourd’hui pour la première fois depuis sa parution en 1932, est à la fois une biographie et une analyse politique. Mais il est mieux que cela : il est le témoignage passionné de son meilleur ami, grand germaniste – traducteur du “Manifeste du parti communiste” –, Charles Andler, alsacien, normalien et socialiste comme lui : une sorte de dialogue poursuivi au-delà de la mort par un autre intellectuel militant. L’affection profonde qui les unissait avait résisté à des divergences politiques très profondes : s’ils avaient milité ensemble dans les grands combats – l’affaire Dreyfus, la défense de la théorie de la grève générale révolutionnaire –, leurs vues avaient divergé, avant 1914, sur les chances de sauver la paix grâce à l’action de la Deuxième Internationale et de la social-démocratie européenne ; comme Jaurès, comme Liebknecht et Rosa Luxemburg, Herr croyait dans la possibilité de faire face à la montée de la guerre. Dans son introduction, Justinien Raymond fait revivre l’amitié de ces deux hommes qui, engagés dès leur jeunesse dans le Parti ouvrier socialiste révolutionnaire, puis militants du Parti socialiste français : « Hommes de pensée, ils étaient aussi des hommes d’action. Ils ne se départiront jamais des serments de pureté militante faits dans leur noviciat socialiste. Jamais ils ne brigueront un poste quelconque. Ils aideront à toutes les tâches d’éducation populaire de l’école socialiste. Ils participeront jusque dans la rue à toutes les formes de luttes… »

ANDRAU (Marianne).

Famille royale à la mode de France. Une semaine à Louveciennes.

France-Empire, 1959, in-8°, 299 pp, 18 pl. de photos hors texte, généalogies, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état

Peu de français, malgré la curiosité suscitée par la "famille royale de France", et les perpétuels reportages des journaux, savent exactement quelle est la personnalité privée ou politique du Comte de Paris. Ce livre répond à toutes ces questions. (...) Pour la première fois, ceux que passionne tout ce qui touche à nos princes pourront ici suivre heure par heure, le Comte de Paris, la Comtesse, et leurs enfants, , dans leur maison, à travers leur emploi du temps familier...

ANDREAE (Bernard).

L'Art de l'ancienne Rome.

Citadelles et Mazenod, 1982, fort in-4°, 641 pp, 891 illustrations (dont 158 en couleurs) dans le texte et hors texte, chronologie, 3 tableaux généalogiques, biblio, index, reliure pleine toile blanche de l'éditeur enrichie d'une vignette contre-collée au 1er plat, jaquette illustrée, sous emboîtage havane, bon état (Coll. L'Art et les grandes civilisations)

Pendant plus de mille ans, Rome a créé un style qui fut l'expression authentique de sa propre culture. Révélé à lui-même par le modèle grec, l'art romain s'est paradoxalement affirmé en se débarrassant des significations accumulées par ce même art grec. Souvent anonymes, les artistes sont fortement liés aux commanditaires, aux hommes d'Etat ou à l'empereur qui les a faits naître. C'est la raison pour laquelle l'évolution de ses formes et styles de l'art romain n'est pas divisée en périodes plus ou moins autonomes, mais se rattache à la succession des régimes politiques et des gouvernements, de la République à l'Empire. Il s'agit donc d'un art éminemment politique qui traduit la spécificité d'une construction politique : celle d'un État qui, tout autour de la Méditerranée, a su donner aux peuples les plus divers une loi, une langue et un vocabulaire formel communs. — "... Ce bel ouvrage sera un instrument de travail d'une valeur incomparable par la richesse de l'illustration et par la qualité du texte de M. Andreae, où l'érudition la plus sûre et la plus étendue sert de fondement à des analyses pénétrantes, qui éclairent pour nous en profondeur de lumières nouvelles l'histoire de l'art." (Charles Delvoye, L'Antiquité Classique, 1977)

ANDREAE (Bernard).

L'Art romain.

Citadelles et Mazenod, 1998, fort in-4°, 624 pp, nouvelle édition revue et augmentée, 931 illustrations (dont 183 en couleurs) dans le texte et hors texte, chronologie, biblio, index, reliure pleine toile blanche de l'éditeur enrichie d'une vignette contre-collée au 1er plat, jaquette illustrée, sous emboîtage havane, bon état (Coll. L'Art et les grandes civilisations)

Pendant plus de mille ans, Rome a créé un style qui fut l'expression authentique de sa propre culture. Révélé à lui-même par le modèle grec, l'art romain s'est paradoxalement affirmé en se débarrassant des significations accumulées par ce même art grec. Souvent anonymes, les artistes sont fortement liés aux commanditaires, aux hommes d'Etat ou à l'empereur qui les a faits naître. C'est la raison pour laquelle l'évolution de ses formes et styles de l'art romain n'est pas divisée en périodes plus ou moins autonomes, mais se rattache à la succession des régimes politiques et des gouvernements, de la République à l'Empire. Il s'agit donc d'un art éminemment politique qui traduit la spécificité d'une construction politique : celle d'un État qui, tout autour de la Méditerranée, a su donner aux peuples les plus divers une loi, une langue et un vocabulaire formel communs. Vingt-cinq ans après l'édition originale, Bernard Andreae effectue un très important travail de fond, utilisant les recherches qu'il a menées sans discontinuer en Italie, et les plus récents chantiers de fouilles. Même si ces découvertes n'ont pas fondamentalement remis en cause l'interprétation de l'art romain, elles sont comme les tesselles d'une mosaïque qui viennent s'intégrer dans un cadre disponible, dont elles enrichissent la lecture. La remise à jour de ce livre magistral s'accompagne d'un renouvellement en profondeur de l'iconographie. Nouvelles illustrations, nouvelle photogravure, réactualisation des “sites archéologiques”, tout ce travail confirme la place que L'art romain a toujours eu depuis 1973 : la première. — "... Ce bel ouvrage sera un instrument de travail d'une valeur incomparable par la richesse de l'illustration et par la qualité du texte de M. Andreae, où l'érudition la plus sûre et la plus étendue sert de fondement à des analyses pénétrantes, qui éclairent pour nous en profondeur de lumières nouvelles l'histoire de l'art." (Charles Delvoye, L'Antiquité Classique, 1977)

ANDREAU (Jean) et Hinnerk BRUHNS (dir.).

Parenté et stratégies familiales dans l'antiquité romaine. Actes de la table ronde des 2-4 octobre 1986.

Palais Farnèse, Ecole française de Rome, 1990, fort gr. in-8°, xxii-692 pp, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état (Coll. de l'Ecole française de Rome, 129)

33 études érudites (dont 3 en italien et 3 en anglais). — Ce livre résulte du travail en commun d'historiens de l'Antiquité, d'historiens de l'Europe moderne et d'anthropologues. Ils s'y interrogent, selon une démarche comparative, sur le rôle de la parenté dans le monde antique (et surtout romain), en rapport avec les divers aspects de la vie sociale : politique, culte, économie, vie privée, activité culturelle. Selon l'époque, la définition juridique des parentèles a varié, et elle n'était pas la même pour les successions ou la solidarité en justice que pour les prohibitions matrimoniales. D'autre part, le sentiment d'appartenance à la parenté ne se confondait pas avec la norme juridique. Il était beaucoup plus fort en matière judiciaire (où le lien patrilinéaire avait une grande importance) qu'en matière économique. Chaque « père de famille » de l'aristocratie romaine disposait ainsi de larges possibilités de décision et de choix. Il élaborait des stratégies individuelles, mais qui n'avaient de sens que par rapport à celles de l'ensemble de son milieu social.

ANDREU (Anne).

La Duchesse de Montpensier, ou la Grande Amazone.

Lausanne, Editions Rencontre, 1965, pt in-8°, 180 pp, 32 pl. de gravures hors texte, reliure simili-cuir noir de l'éditeur, avec un portrait en médaillon au 1er plat, bon état (Coll. Ces femmes qui ont fait l'Histoire)

ANDREU (Pierre).

Notre maître M. Sorel.

Grasset, 1953, in-12, 338 pp, préface de Daniel Halévy, 4 planches hors texte de portraits (photos de Georges Sorel à 17 ans, à Polytechnique en 1865, en 1905, et de Mme Sorel), annexes, broché, bon état.. Edition originale (il n'y a eu que 40 ex. sur alfa en grand papier)

"Cette biographie de Georges Sorel est surtout une histoire de ses idées, de leur formation, de leur évolution. Elle insiste sur l'amour de la vérité et sur l'extraordinaire liberté d'esprit d'un penseur qui écrivait lui-même : « La multiplicité des opinions que j'ai successivement adoptées ne manquera pas d'attirer l'attention des métaphysiciens, qui y trouveront la manifestation particulièrement frappante de la liberté dont jouit l'esprit quand il raisonne sur les choses produites par l'Histoire ». Aussi sut-il éveiller bien des esprits, tout en restant toujours éloigné des écoles et des partis. Un certain nombre de textes et de documents sont donnés en annexes." (Revue française de science politique, 1954)

ANDREU (Pierre) et Frédéric GROVER.

Drieu la Rochelle.

Hachette, 1979, fort gr. in-8°, 587 pp, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

"Pierre Andreu et Frédéric Grover possèdent une longue familiarité avec l'auteur de Gilles puisqu'ils lui ont consacré leurs premiers essais voici une trentaine d'années. Portés par leur connaissance intime de la vie et de l'oeuvre de Drieu, ils nous donnent une biographie classique, avec bonheur doit-on dire : l'homme, l'oeuvre, les engagements politiques, ces trois aspects sont étroitement associés dans un même mouvement. Nulle contradiction éventuelle, mais des morceaux de vie qui s'emboîtent, au fond, harmonieusement les uns dans les autres et que n'altèrent pas vraiment les incertitudes, les hésitations ou les interrogations du héros, car Drieu est ici lui-même un héros de roman. A la lecture de sa vie, Drieu peut apparaître comme l'imposteur-né : de milieu bourgeois declassé, il affecte le comportement de la certitude et de l'aisance sociales ; à la fois couvé matériellement et rejeté au plan affectif par sa mère, il se comporte en passionné des femmes auprès desquelles son comportement d'échec fait merveille ; à ses écrits romanesques répondent des écrits politiques d'autant plus vigoureux et virils que les premiers sont empreints du sentiment de l'échec et parés des charmes de la décadence... Un ouvrage remarquable de probité et alimenté aux meilleures sources." (Jean-Paul Cointet, Revue Historique)

ANDRIES (Lise).

Le Grand livre des secrets. Le colportage en France aux 17e et 18e siècles.

Imago, 1994, in-8°, 218 pp, 5 gravures, glossaire

ANDRIEU (Claire).

La Banque sous l'Occupation. Paradoxes de l'histoire d'une profession, 1936-1946.

Presses de la FNSP, 1991, in-8°, 331 pp, index, broché, bon état (Prix de recherche 1991 de l'Assemblée Nationale)

Ce livre est un récit : celui des relations que nouèrent en France la profession bancaire et l'État par la loi du 13 juin 1941. L'alliance alors conclue n'a pas été rompue mais réaffirmée en 1945... Englobant le Front populaire et la Libération, l'ouvrage apporte des nuances au tableau de l'Occupation. A travers les vicissitudes du temps, comment évaluer la part de collaboration volontaire et la dose de compromis obligé dans les relations qu'entretinrent les banquiers avec la puissance occupante ? Le premier d'entre eux, président du comité d'organisation et président directeur général de la Société générale, fut-il un collaborateur ou un négociateur contraint, un défenseur des seules grandes banques ou un protecteur de l'ensemble de la profession ? Ce sont ces questions qui constituent la trame de l'ouvrage. En montrant l'évolution, sous la Troisième République, des mentalités de droite et de gauche au regard de la réglementation, en démêlant les fils embrouillés de la politique et du droit économique, en dissociant les boucliers confondus de la défense nationale et de la réaction corporative, et en signalant les points de rencontre entre la Résistance et la Collaboration, mais aussi leur opposition radicale, cette étude « pas à pas » donne de l'Occupation l'image complexe d'un enchevêtrement de noir et de blanc. C'est ce réseau de relations hétérogènes et pourtant communes qui rendit particulièrement ardue la tâche d'une épuration dont l'ambition reposait sur l'hypothèse d'un passé simple.

ANDRIEU d'ALBAS (Capitaine de vaisseau).

Avec les flottes du Mikado.

Club des Amis du Livre, 1963, pt in-8°, 314 pp, avec 100 photos et cartes, suivi d'un Dictionnaire de la question par Jean Prim, reliure pleine toile illustrée de l'éditeur, bon état

"Le commandant Andrieu d'Albas possède le privilège, assez rare en France, de parler et de lire le japonais. Ayant accompli plusieurs séjours au « Pays du Soleil levant », s'y étant marié, il est mieux que quiconque en mesure d'interpréter les documents nippons et de nous en donner la signification particulière en fonction de la mentalité et du tempérament japonais, pour nous si souvent énigmatiques. C'est ce qui fait l'originalité de son livre et lui donne une importance toute particulière. On n'ignore plus beaucoup de choses sur les événements de la guerre du Pacifique, mais presque tout restait encore à expliquer dans le domaine psychologique. Comment pensèrent et agirent ces marins qui dominèrent pendant un certain temps les immenses étendues du Pacifique et de l'océan Indien ? Quels furent, en réalité, les grands protagonistes, les amiraux Yamamoto, Toyada, Ozawa, Kurita, dont la figure énigmatique d'Orientaux se dresse à l'arrière-plan de tous les grands événements ? Comment vécut-on, dans l'autre camp, les actes émouvants de l'immense drame : Pearl Harbour, Midway, la bataille de la mer des Philippines, Leyte, l'agonie finale ? De quels sentiments naquirent ces étonnants kamikazes qui, sans jamais mettre en balance le résultat final, n'en firent pas moins chèrement payer aux Américains les derniers stades de leur victoire ? C'est à ces questions que répond le commandant Andrieu d'Albas. C'est done un livre passionnant pour tous ceux qu'intéresse la guerre navale. II permet de comprendre comment l'« invincible » flotte japonaise, ainsi dénommée parce qu'invaincue jusque-là dans l'Histoire, après avoir remporté les plus grands triomphes, assista impuissante au démantèlement de la forteresse nippone et agonisa lentement, avant d'être entièrement détruite (il ne subsista qu'un seul destroyer indemne sur plusieurs centaines de navires) sous les bombes, les projectiles et les torpilles des Américains." (R. Jouan, Revue d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale)

ANDRIEU-GUITRANCOURT (Pierre).

Histoire de l'empire normand et de sa civilisation.

Payot, 1984, in-8°, 431 pp, un tableau généalogique, biblio, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Bibliothèque historique)

ANDRIEU (Pierre).

Le Bourgogne inconnu.

P., Michel Legendre, s.d. (v. 1940), gr. in-8°, 42 pp, 15 bois gravés en encadrement, dans le texte et à pleine page, broché, couv. rempliée imprimée en rouge et noir illustrée d’un bois gravé représentant les armoiries de Bourgogne, bon état. Edition originale. Peu courant

« Dans l’historique si riche du et de la Bourgogne, quelques faits oubliés, quelques curiosités inconnues des gourmets, accompagnées d’illustrations curieuses ». par Pierre Andrieu, critique gastronomique, collaborateur de Maurice Edmond Sailland, dit Curnonsky ; président de l'Union internationale gastronomique et vinicole des journalistes et écrivains. Il a laissé de nombreux ouvrages, parmi lesquels Le Livre d'or du Bourgogne (1949) et une Petite histoire de la Bourgogne et de son vignoble (1955).

ANDRIEU (Pierre).

Petite histoire illustrée du menu.

P., Michel Legendre, s.d. (v. 1940), in-12, 27 pp, 10 illustrations à pleine page, broché, bon état. Edition originale. Peu courant

« Offert par le Saint-Moritz, MM. R. Chauland et J. Labrande, 29, rue de Marignan ».

ANDRIEU (René-Charles).

Fleur de tranchées... 1913-1919. Lettres de guerre.

Editions Hugues de Chivré, 2008, gr. in-8°, 287 pp, 16 pl. de gravures hors texte en couleurs, illustrations et cartes dans le texte, biblio, broché, couv. illustrée, bon état

René Charles Andrieu était soldat au 9e Régiment d'Infanterie d'Agen (Campagnes : Belgique, la Marne, Champagne, Fleury, Côte du Poivre, Moronvilliers, Chaume, l'Ourcq, l'Ailette, l'Oise, contre l'Allemagne).

ANDRIEUX (Général J.).

Une poignée d'as. France Libre, 1940-1945.

Presses de la Cité, 1976, in-8°, 264 pp, 16 pl. de photos hors texte, une carte, annexes, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état

Étonnant destin à la vérité. Jacques Andrieux est né en Bretagne en 1917. Son père est au front, comme médecin. Homme de devoir, le médecin commandant Andrieux sera, en 1940, quelques mois après la défaite et l'occupation un des premiers résistants. Il sera arrêté en 1942 et mourra dans un camp de concentration. Son fils ne sera pas médecin comme l'aurait voulu son père. Le grec et le latin ne l'intéressent que bien peu. Par contre, les sports, oui, tous les sports, et les plus violents retiennent son attention. Puis il y a les avions légers qui viennnent survoler la lande, l'aéroclub voisin auquel le jeune Andrieux consacrera beaucoup de temps. Il est pilote. Quand vient l'heure des combats Jacques Andrieux devra, comme tant d'autres, attendre son affectation dans cette arme qui est pour lui, la seule, la vraie : la chasse. Trop tard, l'armistice est là : évasion de France pour rejoindre la France Libre. C'est un élève assidu qui apprendra l'anglais, car sans cette langue pas question de devenir chasseur dans la RAF, fût-on le plus phénoménal pilote évadé de France. Il a été présenté à Charles De Gaulle dès son arrivée. A 25 ans, Jacques Andrieux est au combat comme pilote dans la RAF. Ses carnets de vol se remplissent de récits évidemment brefs où l'aventure et le combat sont permanents. Jacques Andrieux, «Jaco» pour ses camarades, gagnera lentement ses galons... Le 11, il finira la guerre en Allemagne comme commandant du groupe de chasse français « Alsace ». Il reconnaît lui-même sa terrible chance. Il a, en effet, été touché dix-huit fois par la Flak allemande et a toujours réussi à ramener son avion. Son palmarès de guerre : 12 victoires aériennes, 14 attaques de bateaux, 17 missions spéciales... Il a détruit en combat d'appui au sol plus de soixante chars et véhicules protégés.

ANDRIEUX (Louis).

A travers la République. Mémoires.

Payot, 1926, in-8°, 358 pp, broché, dos recollé, trace de mouillure ancienne au dos, état correct

L'auteur fut successivement procureur de la République à Lyon en 1870 et 1871 (important chapitre consacré à la Commune de Lyon), député, préfet de Police de Paris de 1879 à 1881, ambassadeur en Espagne, et père d'Aragon. — I. Mes plus lointaines années ; II. La Commune à Lyon en 1870 et 1871 ; III. A la chambre des Députés avant la Préfecture de Police ; IV. La Préfecture de Police ; V. Après la Préfecture de Police. – Le Grand Ministère. – Six Mois d'ambassade en Espagne ; VI. Après l'Ambassade. – L'Élysée et la nuit historique ; VII. 1885 - 1914. Comment je devins Bas-Alpin.

ANDRIEUX (Louis).

Souvenirs d'un préfet de Police.

P., Jules Rouff et Cie, 1885, 2 vol. in-12, 356 et 304 pp, reliures pleine percaline bleue à la bradel, dos lisses avec fleuron et double filet pointillé doré en queue, pièce de titre basane carmin (rel. de l'époque), rousseurs éparses, bon état

Ma nomination ; M. Waddington ; M. Lepère ; M. Albert Gigot ; Le procès de la Lanterne ; Un peu de lumière sur les fonds secrets ; L'affaire de la rue Duphot ; Le suicide du général Ney ; etc. — Après avoir été procureur de la République à Lyon en 1870-1871 puis député, l'auteur fut préfet de police de mars 1879 à juillet 1881. Il fut initié à la loge "Le Parfait Silence", à l'Orient de Lyon en 1863. Il raconte dans le présent ouvrage, avec ironie, son initiation. Plusieurs chapitres concernent la Franc-Maçonnerie. A noter que Louis Andrieux (1840-1931) est le père naturel de Louis Aragon (1897-1982). — "Expose adroitement les années qu'il passa à la préfecture de police." (Le Clère, 15)

ANDRIEUX (Louis).

Souvenirs d'un préfet de Police.

P., Jules Rouff et Cie, 1885, 2 vol. in-12, 356 et 304 pp, les 2 tomes reliés ensemble en un fort volume demi-basane fauve, dos lisse avec titres et doubles filets dorés (rel. de l'époque), reliure lég. frottée, dos uniformément passé, qqs rousseurs, bon état

"Voilà que l'on découvre un préfet, et préfet de Police à Paris s'il vous plaît, mais aussi un avocat, un "journaliste intermittent" (c'est son terme), qui ne semble pas éprouver trop de gêne ou de scrupules à cumuler le poste de préfet avec un mandat d'élu, comme à créer un journal (La Ligue) pour y publier ses propres mémoires. Sous la fameuse "République des Jules", voilà bien un drôle de préfet, qui vous ouvre tous les couloirs de la cuisine, à commencer par son propre dossier, qui n'hésite pas à mettre à plat ses conflits – avec la presse, avec le Conseil municipal de Paris, avec les successifs ministres de la Justice eux-mêmes –, à révéler les petites comme les grandes manipulations, éludant tout au plus parfois les noms pour ne pas mettre dans l'embarras certains de ses concitoyens. Drôle de préfet, mais manifestement drôle de personnage, dandy à coup sûr, qui s'honore de l'image de "l'homme aux gants gris perle" qu'on s'escrime à lui accoler, qui veut même bien passer pour le "Monsieur Mystère" des "maisons de rendez-vous", qui ne craint pas de se battre en duel et sait manier la plume aussi bien que le pistolet ou l'épée. Ces Souvenirs d'un préfet de police ne sont pas seulement l'histoire d'un homme retraçant sa carrière, mais un étonnant tableau des moeurs à l'époque où la République allait prendre son envol. Et dont nous restons les héritiers." (Jean-Paul Morel) — Après avoir été procureur de la République à Lyon en 1870-1871 puis député, l'auteur (1840-1931) fut préfet de police de mars 1879 à juillet 1881. Il fut initié à la loge "Le Parfait Silence", à l'Orient de Lyon en 1863. Il raconte dans le présent ouvrage, avec ironie, son initiation. Plusieurs chapitres concernent la Franc-Maçonnerie. A noter que Louis Andrieux (1840-1931) est le père naturel de Louis Aragon (1897-1982). — "Expose adroitement les années qu'il passa à la préfecture de police." (Le Clère, 15) — Table : Ma nomination ; M. Waddington ; M. Lepère ; M. Albert Gigot ; Le procès de la Lanterne ; Un peu de lumière sur les fonds secrets ; L'affaire de la rue Duphot ; Le suicide du général Ney ; etc.

ANDRIEUX (Louis).

Souvenirs d'un préfet de Police. Tome II.

P., Jules Rouff et Cie, 1885, in-12, 356 pp, broché, état correct

Tome II seul (sur 2). — Après avoir été procureur de la République à Lyon en 1870-1871 puis député, l'auteur fut Préfet de Police de Paris de mars 1879 à juillet 1881. C'est aussi le père de Louis Aragon (1897-1982).

ANDRIEUX (Maurice).

Henri IV.

Fayard, 1955, in-12, 510 pp, reliure demi-chagrin vert bouteille, dos à 5 nerfs, titres et fleurons dorés, tranches mouchetées, 1er plat conservé (rel. de l'époque), dos lég. frotté, bon état (Coll. Les Grandes études historiques)

"La Révolution et les débuts du XIXe siècle n'ont pas rendu à Henri IV la justice qui lui était due et la Restauration n'a utilisé sa légende que pour l'opposer au prestige napoléonien. C'est de ce temps que date le portrait du roi Henri, image d'Epinal en nuances molles et fades ! Heureusement ce portrait faux les historiens modernes l'ont récusé et nul aussi bien que M. Andrieux n'a remis en belle lumière les traits virils dont on avait paradoxalement dépouillé un personnage qui est sans doute le plus haut en couleurs de notre histoire." (Albert Vincent, Revue des Sciences religieuses, 1956)

ANDRIEUX (Maurice).

Henri IV.

Fayard, 1955, pt in-8°, 510 pp, broché, bon état (Coll. Les Grandes études historiques). Edition originale, un des 50 ex. numérotés sur velin pur fil des Papeteries Lafuma, à toutes marges

"La Révolution et les débuts du XIXe siècle n'ont pas rendu à Henri IV la justice qui lui était due et la Restauration n'a utilisé sa légende que pour l'opposer au prestige napoléonien. C'est de ce temps que date le portrait du roi Henri, image d'Epinal en nuances molles et fades ! Heureusement ce portrait faux les historiens modernes l'ont récusé et nul aussi bien que M. Andrieux n'a remis en belle lumière les traits virils dont on avait paradoxalement dépouillé un personnage qui est sans doute le plus haut en couleurs de notre histoire." (Albert Vincent, Revue des Sciences religieuses, 1956)

ANDRIEUX (Maurice).

Henri IV dans ses années pacifiques.

Plon, 1954, in-8°, 427 pp, 16 gravures hors texte, broché, couv. illustrée, bon état

ANDRIEUX (Maurice).

Le Père Bugeaud, 1784-1849.

Plon, 1951, in-8°, 308 pp, biblio, broché, couv. illustrée d'après une lithographie originale de Daumier (très lég. salie), bon état. Edition originale, ex. du SP

"Cette nouvelle biographie du maréchal Bugeaud repose sur une documentation étendue, mais principalement sur celle qui permet le mieux d'exalter la personnalité du duc d'Isly, si bien que l'ouvrage prend parfois une allure d'apologie. Aucune allusion n'est faite, par exemple, aux interprétations défavorables données par des contemporains de l'attitude du lieutenant-colonel Bugeaud en 1814, ou au moment de la rencontre avec l'empereur à Auxerre, comme plus tard de son rôle politique, des conditions d'action du député en même temps que général de la monarchie de Juillet, de la citadelle de Blaye à l'insurrection parisienne de 1834. Ce sont, toutefois, des critiques dont on comprend l'omission à côté du tableau impressionnant dressé par M. Andrieux de l'oeuvre de Bugeaud, laboureur périgourdin et conquérant de l'Algérie." (J. Vidalenc, Revue Historique, 1953)

ANDRIEUX (Maurice).

Les Coulisses de l'histoire : vie de Bianca Cappello, Béatrice Cenci, Cola di Rienzi.

Périgueux, Pierre Fanlac, 1972, in-8°, 223 pp, broché, couv. à rabats avec photo de l'auteur au 2ème plat, bon état. Edition originale, un des 500 exemplaires numérotés sur vélin filigrané

ANDRIEUX (Maurice).

Les Français à Rome.

Fayard, 1968, in-8°, 498 pp, index, broché, couv. à rabats, bon état (Coll. Les Grandes études historiques)

Intéressante étude sur les Français à Rome, courant des Gaulois à la fin du XIXe siècle, évoquant tour à tour les guerres d'Italie, le pèlerinage romain des écrivains et artistes, la séduction exercée sur les romantiques... Rabelais, du Bellay, Montaigne, le Président de Brosses, Mme Récamier, Taine ; les ambassadeurs Bernis, Chateaubriand, le consul Stendhal ; les artistes Poussin, Claude Gelée ; les réfugiés de nos révolutions, les filles de Louis XV, Mme Vigée-Lebrun, une nichée de Bonaparte...

ANDRIEUX (Maurice).

Mademoiselle Aïssé. Une amoureuse romantique sous la Régence.

Plon, 1952, in-8°, 297 pp, broché, couv. illustrée, bon état

"En écrivant Mademoiselle Aïssé, Maurice Andrieux renouvelle complètement le sujet. On s'attendrissait depuis plus d'un siècle, à la suite de Sainte-Beuve, sur les amours fameuses d'Aïssé, achetée en 1698 – elle avait quatre ans ! – au pied de Sainte-Sophie de Constantinople, par M. de Ferriol, conseiller du Roi, collectionneur et débauché notoire. L'enfant ravissante, élevée à Paris, oublia son pays natal au couvent des Nouvelles Catholiques, rue Sainte-Anne, et devint vite une jeune fille accomplie, une des jolies femmes les plus recherchées, chantée par Voltaire et les hommes de lettres du temps. Après avoir été la maîtresse de son vieux protecteur et résisté au Régent, elle tomba follement amoureuse du chevalier d'Aydie, gentilhomme périgourdin, familier du Luxembourg et du Palais-Royal et assez peu recommandable. La liaison célèbre dura de 1720 jusqu'à la mort d'Aïssé, en 1733. Mais Maurice Andrieux, réformant une thèse trop longtemps admise, prouve que d'Aydie a donné à Aïssé plus de souffrances que de joies. Il ne fit rien ni pour retrouver sa maîtresse, dont il eut une fille, ni pour l'assister au milieu de ses difficultés matérielles. Après avoir longtemps passé pour un modèle de fidélité amoureuse, d'Aydie devient un parfait monstre d'indifférence, l'exemple accompli de l'égoïsme masculin dans toute son horreur. Lisez ce récit et vous serez convaincu par les arguments de l'auteur." (Georges Huisman, Revue des Deux Mondes, 1952)

ANDRY (Marc).

Edmond Rostand. Le panache et la gloire.

Plon, 1986, in-8°, 210 pp, biblio, broché, couv. illustrée, bon état, envoi a.s.

En une soirée, Edmond Rostand devient, grâce à “Cyrano” le roi de la Belle Epoque. Il n’a que vingt-neuf ans. Sa vie et ses amours demeurent mal connues. La tendre Rosemonde Gérard, la première, tombe amoureuse de ce jeune Marseillais lancé à la conquête de Paris. Sa fantastique réussite, il la doit aussi à Sarah Bernhardt. Le poète et son interprète connaîtront une liaison passionnée et c’est elle qui créera “l’Aiglon” avec une fougue sublime. La comédienne Simone sera éblouie, à son tour, par l’auteur de “Chantecler”. Et, plus tard, Anna de Noailles, géniale et baroque, Marie Marquet, débutante émerveillée. Autour de lui revivent ces acteurs que Cocteau a nommé “les monstres sacrés” : Lucien Guitry, Coquelin, de Max, Le Bargy. En 1900, Edmond Rostand est un dieu. Il habite un somptueux ermitage à Cambo mais ne vit que dans la fièvre du théâtre. Cette biographie, pleine de charme, nous le ressuscite dans tout l’éclat de son triomphe.

ANDRÉIEF (Léonid).

Le Joug de la Guerre. Confidences d'un petit homme durant de grands jours.

Henri Didier, 1917, in-8°, 150 pp, traduit du russe, broché, bon état

"Léonid Andréief précise son nouvel ouvrage par un sous-titre qui est comme un appel à toutes les sincérités « Confidences d'un petit homme durant de grands jours. » C'est la dramatique histoire d'un type d'humanité moyenne pendant cette guerre, et l'histoire aussi de la Russie en crise. Ce dramatique journal est une des œuvres à la fois les plus poignantes et les plus ironiques de celui qui est peut-être le plus grand romancier russe depuis Tolstoï." (Le Figaro, 1917)

ANDRÉIEF (Léonide).

Le Rire rouge. La Guerre en Mandchourie.

P., Félix Juven, s.d. (1905), in-12, 297 pp, traduit d'après le manuscrit russe par S. Persky, reliure demi-chagrin vert, dos à 5 nerfs muet (rel. de l'époque), dos uniformément passé, plats lég. salis, bon état

Roman de Leonide Nikolaïevitch Andreïev (1871-1919) : "Le Rire rouge" (Krasnyj Smekh, 1904) est une protestation pacifiste contre les atrocités de la guerre russo-japonaise.

ANDRÉ (Louis).

Louis XIV et l'Europe.

Albin Michel, 1950, in-8°, xxix-395 pp, 4 planches et 2 cartes dépliantes hors texte, biblio, index, broché, traces de scotch sur les gardes, bon état (Coll. L'Evolution de l'Humanité)

"L'ouvrage de L. André constitue une solide et utile mise au point de nos connaissances sur la politique extérieure de Louis XIV. Ce livre restera aussi comme le testament d'un historien dont on aimerait voir imiter la scrupuleuse érudition et la parfaite exactitude." (Didier Ozanam, Bibliothèque de l'école des chartes, 1951)

ANDRÉ (Louis).

Louis XIV et l'Europe.

Albin Michel, 1950, in-8°, xxix-395 pp, 4 planches et 2 cartes dépliantes hors texte, biblio, index, reliure pleine toile brique, dos lisse, pièces de titre et de collection chagrin bordeaux, couv. conservées (rel. de l'époque), très bon état (Coll. L'Evolution de l'humanité). Edition originale (bon achevé d'imprimer du 23 juin 1950, mention fictive de 3e mille au premier plat de couverture, mais pas sur la page de titre)

"L'ouvrage de L. André constitue une solide et utile mise au point de nos connaissances sur la politique extérieure de Louis XIV. Ce livre restera aussi comme le testament d'un historien dont on aimerait voir imiter la scrupuleuse érudition et la parfaite exactitude." (Didier Ozanam, Bibliothèque de l'école des chartes, 1951)

ANDRÉ (Marius).

Entretiens avec le général Mangin sur l'Amérique.

Pierre Roger, 1926, pt in-8°, 273 pp, un portrait de Mangin en frontispice et une lettre en fac-similé dépliant hors texte in-fine, envoi a.s., broché, dos bruni, bon état

Sur l'histoire des guerres de l'Indépendance hispano-américaine et le génie militaire de Bolivar.

ANDRÉ (Michel).

Les Grands Ordres de Chevalerie aujourd'hui.

Les Mesnuls, chez l'Auteur, 2000, gr. in-8°, 508 pp, préface du Bailli Prince Guy de Polignac, plus de 350 photos et documents dont 150 en couleurs, dans le texte et à pleine page, biblio, reliure pleine toile rouge de l'éditeur, titre et croix de Malte dorés au premier plat, jaquette illustrée, bon état

2e édition revue et augmentée par rapport à celle de 1981. Le colonel André appartient à l'ordre de Malte et à l'ordre du Saint Sépulcre. Pour chaque ordre, il retrace l'historique, l'organisation actuelle, indique les conditions d'admission, les insignes et les brevets, le cérémonial d'admission, éventuellement les habits et uniformes et l'héraldique. Avec un Annuaire regroupant plus de 3.000 noms. — "Les grands ordres de chevalerie font partie des institutions vénérables de notre pays et nombreux sont ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances de ces ordres prestigieux. Ce livre primé par l’Académie française aborde sous un angle original et encore jamais réalisé les grandes institutions chevaleresques en France. Ainsi sont étudiés nos grands ordres nationaux, l’ordre de la Légion d’honneur, l’ordre de la Libération et l’ordre national du Mérite, deux associations à caractère chevaleresque : la Société des Cincinnati et l’Association des chevaliers pontificaux, et l’ordre souverain de Malte, le Grand Bailliage de Brandebourg et l’ordre du Saint Sépulcre. Chaque ordre est étudié de façon identique à travers six chapitres. C’est une étude complète, détaillée, rigoureuse et exhaustive qui n’a pas d’équivalent à ce jour. Bénéficiant d’une mise à jour complète cet ouvrage a l’originalité de présenter nos grands ordres dans leur réalité actuelle et en particulier leurs conditions d’admission. Cette publication de cinq cents pages, illustrées de trois cents documents, dont plus de la moitié en couleurs, s’achève par un annuaire complet des dignitaires de nos grands ordres nationaux, des Compagnons de la Libération, des membres de la Société des Cincinnati et des dignitaires et des membres des ordres chrétiens étudiés." (La Jaune et la Rouge, n° 560, 2000)

ANDRÉ (Thomas).

Leyte, 1944. La reconquête des Philippines et la fin de la marine japonaise.

Socomer, 1994, gr. in-8°, 98 pp, 21 photos, 5 cartes, forces en présence, biblio, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Les Grandes Batailles de l'Histoire)

Avec l'étude de Thomas André (50 pages), on trouve trois autres articles : L'Europe maritime de 1588 à 1648 (Bernard Crochet, 12 pp, 5 ill.), Les cannonières de l'Empire (Pierre Dufour, 14 pp, 7 ill.), Les Phéniciens (Fabrice Léomy, 14 pp, 6 ill.).

ANGELI (Claude) et Paul GILLET.

Debout, Partisans ! Les communistes dans la Résistance. De la débâcle aux F.T.P.

Fayard, 1969, in-8°, 388 pp, 16 pl. de photos et documents hors texte, cart. éditeur, jaquette, bon état, bel envoi a.s. des auteurs à leur éditeur

"Écrit à partir d'informations recueillies auprès de quelque deux cents résistants communistes, ce livre retrace l'action des clandestins de ce Parti, de la débâcle de 1940 au début de 1942. Comme tel, il donne surtout une image de la manière dont les anciens résistants communistes se souviennent de cette période et de leurs exploits, encore que les mentalités et la vie quotidienne des précurseurs des F.T.P. soient reconstituées avec beaucoup d'exactitude." (Pierre Souyri, Annales ESC, 1971)

ANGELI (Claude) et Paul GILLET.

La Police dans la politique (1944-1954).

Grasset, 1967, in-8°, v-396 pp, 16 pl. de documents hors texte, broché, couv. à rabats, bon état

Dix années de l'histoire de France via l'analyse du rôle de la police dans la politique.

ANGELI (Claude) et Stéphanie MESNIER.

Sale temps pour la République (1995-1997).

Grasset, 1997, in-8°, 234 pp, Par deux journalistes du "Canard Enchaîné".

ANGELL (Norman).

La Grande Illusion.

Nelson, s.d. (1911), in-12, 372 pp, reliure percaline crème décorée de l'éditeur, sans la jaquette, bon état

Sir Ralph Norman Angell-Lane (1872-1967) est un écrivain et homme politique anglais, lauréat du Prix Nobel de la paix en 1933. Son essai La Grande Illusion (The Great Illusion: A Study of the Relation of Military Power in Nations to their Economic and Social Advantage), publié en 1910, rencontra un succès international. Selon lui, croire à une guerre entre grandes puissances est une « grande illusion ». Angell remaniera son analyse, démentie par les faits en 1914-1918, dans une nouvelle version de son livre parue en 1933, où il estime que déclarer la guerre à un autre pays est contre-productif sur le plan économique.

ANGENOT (Marc).

Le Roman populaire. Recherches en paralittérature.

Montréal, Les Presses de l'Université du Québec, 1975, gr. in-8°, 145 pp, notes bibliographiques, biblio, broché, bon état. Peu courant

D'Eugène Sue à Fantômas, de la monarchie de Juillet à la Première Guerre mondiale, une littérature industrielle se développe en marge de la culture bourgeoise. L'auteur étudie la genèse et l'épanouissement des formes dominantes du roman populaire, en signale les variantes importantes et propose une interprétation idéologique de ces phénomènes. Trois études, – sur “Les Mystères de Paris”, sur le roman « revanchard » et sur “Fantômas”, – qui permettent d'inventorier la variété des lieux communs, des thèmes et des canevas narratifs qui caractérisent le roman-feuilleton du XIXe siècle. La bibliographie qui termine l'essai permet de synthétiser l'état des recherches dans ce domaine..

ANGLADE (Jean).

Histoire de l'Auvergne.

Hachette, 1988, in-8°, 383 pp, 8 pl. de photos hors texte, une carte, notes et biblio, broché, couv. illustrée, bon état, envoi a.s.

Une Histoire de l'Auvergne écrite par un romancier-conteur et qui se lit comme un roman. Ayant librement choisi un certain nombre d'époques, d'événements, de personnages, en fonction de leur importance, mais aussi de leur « couleur », Jean Anglade les raconte à sa manière, avec un ton alternativement humoristique, lyrique, tendre ou insolent, émaillant son récit de souvenirs personnels, d'hypothèses ingénieuses, de rapprochements inattendus...

ANGLADE (Jean).

La Vie quotidienne contemporaine en Italie.

Hachette, 1973, in-8°, 300 pp, biblio, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

"En toutes choses, l'Italie est un pays binaire. Il y a l'Italie riche et l'Italie pauvre ; la surindustrialisée et la sous-développée ; celle de la fierté et celle de la honte ; la politiquement rouge et la noire ; l'une cuisine à l'huile et l'autre au beurre... Mais comme toutes ces divisions s'entrecoupent, cela donne une succession d'Italies innombrables dans leurs manières de vivre et de penser..." — Jean Anglade, né à Thiers (Puy de Dôme) en 1915, est fils d'une servante et d'un ouvrier maçon. Instituteur de campagne, puis professeur de lettres et agrégé d'italien, il est l'auteur de nombreux romans et essais.

ANGLADE (Jean).

Les Grandes heures de l'Auvergne.

Perrin, 1977, in-8°, 384 pp, 31 gravures et photos sur 16 pl. hors texte, biblio, carte ancienne de l'Auvergne du XVIIe siècle sur les gardes, reliure skivertex éditeur, rhodoïd, bon état

ANGLADE (Joseph).

Les Troubadours de Toulouse.

Toulouse, Privat et P., Didier, 1928, in-12, 210 pp, 10 pl. planches hors texte, figures dans le texte, broché, papier jauni comme toujours, qqs rares marques au stylo en marges, bon état

ANGLAS (J.).

D'Euclide à Einstein. Relativité et connaissance.

Stock, 1926, in-12, 125 pp, 21 figures, biblio (Coll. La culture moderne)

Notions classiques, Idées nouvelles, Relativité restreinte, Géométrie à 4 dimensions, non-euclidiennes, Représentation de l'univers, Gravitation, Relativité généralisée, Relativité et connaissance.

ANGLEMONT (Edouard d').

Roses de Noël.

P., Dentu, 1860, in-8°, vii-324 pp, reliure demi-basane époque, dos à nerfs muet lég. épidermé, envoi a.s.

[Angleterre].

Tous sur le front, 1940-1941. Histoire officielle du rôle joué par la Défense Passive d'Angleterre.

London, His Majesty's Stationery Office, 1944, gr. in-8°, 160 pp, 172 photos, 4 cartes et croquis, broché, couv. illustrée, broché, dos lég. abîmé, bon état

"Ces pages racontent des actes. Elles évoquent le bombardement des villes et des ports de l'Angleterre et l'attitude de leur population devant cette épreuve..."

ANGOULEME (Marguerite d').

L’Heptaméron des nouvelles de Marguerite d’Angoulème, Royne de Navarre. Eaux-fortes originales de Jacques Touchet.

P., André Vial, 1949, 3 vol. in-8°, 236, 188 et 225 pp, un des 1362 ex. numérotés sur Marais Crèvecoeur (sur un tirage total de 1500). Edition illustrée de nombreuses eaux-fortes en couleurs de Jacques Touchet. En feuillets, sous couverture rigide et emboîtage

Annales de la Propagation de la Foi.

Annales de la Propagation de la Foi. Tome 19. Recueil périodique des lettres des évêques et des missionnaires des Missions des deux mondes, et de tous les documents relatifs aux Missions et à l'œuvre de la propagation de la foi.

Lyon, chez l'éditeur des Annales, 1847, in-8°, 528-xxiv pp, reliure demi-veau glacé havane, dos lisse, titres, année et filets dorés (rel. de l'époque), bon état. Bel exemplaire finement relié

Articles, lettres et notices sur les Missions d'Asie (Chine, Mongolie, Corée, Cochinchine, Tong-King oriental, Tong-King occidental, Inde, Ceylan), du Levant, d'Afrique (Guinée), d'Amérique (Boston, Texas, Antilles anglaises), de l'Océanie (îles Sandwich, îles Marquises, Océanie occidentale). — Fondée à Lyon à la fin de l'année 1822, les Annales de la propagation de la foi est une revue catholique dont l'objet est d'informer le lectorat de France métropolitaine sur l'œuvre des Missions catholiques de l'époque, à laquelle elle le sensibilise. Ces périodiques mettaient régulièrement en scène le voyage de missionnaires qui parcouraient différentes parties du monde, en se fondant sur la tradition des “Lettres édifiantes et curieuses” et des anciennes “Relations”. Il s’agit probablement des premiers récits périodiques d’importance portant sur l’Amérique du Nord, la Chine, l'Océanie... En plus de relater les souffrances des missionnaires, les joies et les martyres également, ils proposent dans la même correspondance de véritables reportages sur les pays, leur mode de gouvernement, les particularités de la langue, les mœurs et coutumes ; ils sont pour la connaissance des peuples évangélisés, de leur civilisation et de leur culture une mine de renseignements : les missionnaires incités à fournir des données sur les peuples qu'ils évangélisaient sont souvent d'excellents observateurs. Ainsi même vus au travers des oeillères occidentales, ces peuples sortent parfois d'un anonymat complet.

Annales de la Propagation de la Foi.

Annales de la Propagation de la Foi. Tome 20. Recueil périodique des lettres des évêques et des missionnaires des Missions des deux mondes, et de tous les documents relatifs aux Missions et à l'œuvre de la propagation de la foi.

Lyon, chez l'éditeur des Annales, 1848, in-8°, 456-xxxii pp, reliure demi-veau glacé havane, dos lisse, titres, année et filets dorés (rel. de l'époque), bon état. Bel exemplaire finement relié

Articles, lettres et notices sur les Missions d'Asie (Chine, Corée, Thibet, Mongolie, Mandchourie, Tong-King, Malaisie), d'Afrique (Cap de Bonne-Espérance, Guinée, Afrique centrale), d'Amérique, de l'Océanie (Océanie orientale, Nouvelle-Calédonie, San-Christoval, archipel des Navigateurs). — Fondée à Lyon à la fin de l'année 1822, les Annales de la propagation de la foi est une revue catholique dont l'objet est d'informer le lectorat de France métropolitaine sur l'œuvre des Missions catholiques de l'époque, à laquelle elle le sensibilise. Ces périodiques mettaient régulièrement en scène le voyage de missionnaires qui parcouraient différentes parties du monde, en se fondant sur la tradition des “Lettres édifiantes et curieuses” et des anciennes “Relations”. Il s’agit probablement des premiers récits périodiques d’importance portant sur l’Amérique du Nord, la Chine, l'Océanie... En plus de relater les souffrances des missionnaires, les joies et les martyres également, ils proposent dans la même correspondance de véritables reportages sur les pays, leur mode de gouvernement, les particularités de la langue, les mœurs et coutumes ; ils sont pour la connaissance des peuples évangélisés, de leur civilisation et de leur culture une mine de renseignements : les missionnaires incités à fournir des données sur les peuples qu'ils évangélisaient sont souvent d'excellents observateurs. Ainsi même vus au travers des oeillères occidentales, ces peuples sortent parfois d'un anonymat complet.

Annales de la Propagation de la Foi.

Annales de la Propagation de la Foi. Tome 23. Recueil périodique des lettres des évêques et des missionnaires des Missions des deux mondes, et de tous les documents relatifs aux Missions et à l'œuvre de la propagation de la foi.

Lyon, chez l'éditeur des Annales, 1851, in-8°, 488 pp, reliure demi-veau glacé havane, dos lisse, titres, année et filets dorés (rel. de l'époque), bon état. Bel exemplaire finement relié

Articles, lettres et notices sur les Missions d'Asie (Chine, Mongolie, Corée, Tong-King, Cambodge, Inde), d'Afrique (Guinée, Cap de Bonne-Espérance, Abyssinie), d'Amérique (Etats-Unis, Baie d'Hudson), de l'Océanie. — Fondée à Lyon à la fin de l'année 1822, les Annales de la propagation de la foi est une revue catholique dont l'objet est d'informer le lectorat de France métropolitaine sur l'œuvre des Missions catholiques de l'époque, à laquelle elle le sensibilise. Ces périodiques mettaient régulièrement en scène le voyage de missionnaires qui parcouraient différentes parties du monde, en se fondant sur la tradition des “Lettres édifiantes et curieuses” et des anciennes “Relations”. Il s’agit probablement des premiers récits périodiques d’importance portant sur l’Amérique du Nord, la Chine, l'Océanie... En plus de relater les souffrances des missionnaires, les joies et les martyres également, ils proposent dans la même correspondance de véritables reportages sur les pays, leur mode de gouvernement, les particularités de la langue, les mœurs et coutumes ; ils sont pour la connaissance des peuples évangélisés, de leur civilisation et de leur culture une mine de renseignements : les missionnaires incités à fournir des données sur les peuples qu'ils évangélisaient sont souvent d'excellents observateurs. Ainsi même vus au travers des oeillères occidentales, ces peuples sortent parfois d'un anonymat complet.

Annales de la Propagation de la Foi.

Annales de la Propagation de la Foi. Tome 34. Recueil périodique des lettres des évêques et des missionnaires des Missions des deux mondes, et de tous les documents relatifs aux Missions et à l'œuvre de la propagation de la foi.

Lyon, chez l'éditeur des Annales, 1862, in-8°, 495 pp, reliure demi-veau glacé havane, dos lisse, titres, année et filets dorés (rel. de l'époque), bon état. Bel exemplaire finement relié

Articles, lettres et notices sur les Missions d'Asie (Chine, Mandchourie, Cochinchine et Tong-King, Liban), d'Afrique (Dahomey, Madagascar), de l'Océanie. — Fondée à Lyon à la fin de l'année 1822, les Annales de la propagation de la foi est une revue catholique dont l'objet est d'informer le lectorat de France métropolitaine sur l'œuvre des Missions catholiques de l'époque, à laquelle elle le sensibilise. Ces périodiques mettaient régulièrement en scène le voyage de missionnaires qui parcouraient différentes parties du monde, en se fondant sur la tradition des “Lettres édifiantes et curieuses” et des anciennes “Relations”. Il s’agit probablement des premiers récits périodiques d’importance portant sur l’Amérique du Nord, la Chine, l'Océanie... En plus de relater les souffrances des missionnaires, les joies et les martyres également, ils proposent dans la même correspondance de véritables reportages sur les pays, leur mode de gouvernement, les particularités de la langue, les mœurs et coutumes ; ils sont pour la connaissance des peuples évangélisés, de leur civilisation et de leur culture une mine de renseignements : les missionnaires incités à fournir des données sur les peuples qu'ils évangélisaient sont souvent d'excellents observateurs. Ainsi même vus au travers des oeillères occidentales, ces peuples sortent parfois d'un anonymat complet.

Annales de la Propagation de la Foi.

Annales de la Propagation de la Foi. Tome 37. Recueil périodique des lettres des évêques et des missionnaires des Missions des deux mondes, et de tous les documents relatifs aux Missions et à l'œuvre de la propagation de la foi.

Lyon, chez l'éditeur des Annales, 1865, in-8°, 492 pp, reliure demi-veau glacé havane, dos lisse, titres, année et filets dorés (rel. de l'époque), bon état. Bel exemplaire finement relié

Articles, lettres et notices sur les Missions d'Europe (Bulgarie, Norvège), d'Asie (Annam, Cochinchine, Tong-King, Chine, Hindoustan), d'Afrique (Afrique orientale, Dahomey), d'Amérique (Antilles anglaises et danoises, Etats-Unis, Nouvelle-Bretagne), de l'Océanie (Nouvelle-Calédonie, Nouvelle-Zélande). — Fondée à Lyon à la fin de l'année 1822, les Annales de la propagation de la foi est une revue catholique dont l'objet est d'informer le lectorat de France métropolitaine sur l'œuvre des Missions catholiques de l'époque, à laquelle elle le sensibilise. Ces périodiques mettaient régulièrement en scène le voyage de missionnaires qui parcouraient différentes parties du monde, en se fondant sur la tradition des “Lettres édifiantes et curieuses” et des anciennes “Relations”. Il s’agit probablement des premiers récits périodiques d’importance portant sur l’Amérique du Nord, la Chine, l'Océanie... En plus de relater les souffrances des missionnaires, les joies et les martyres également, ils proposent dans la même correspondance de véritables reportages sur les pays, leur mode de gouvernement, les particularités de la langue, les mœurs et coutumes ; ils sont pour la connaissance des peuples évangélisés, de leur civilisation et de leur culture une mine de renseignements : les missionnaires incités à fournir des données sur les peuples qu'ils évangélisaient sont souvent d'excellents observateurs. Ainsi même vus au travers des oeillères occidentales, ces peuples sortent parfois d'un anonymat complet.

Annales de Normandie.

Les Journées Franco-Britanniques d'Histoire (Caen, 17-20 juillet 1957).

Caen, Annales de Normandie, 1958, in-8°, 234 pp, paginées 62-290, broché, bon état

12 études érudites (8 en français et 4 en anglais) : Deux siècles de contacts culturels franco-anglais, 871-1066 (E.-J. Arnould). Les Evêques de Normandie, 1035-1066 (D. Douglas). Ecclesiastical patronage and the growth of feudal estates (M. Chibnall). The Normans in Canterbury (W. Urry). Contribution à l'étude du développement de la compétence ducale en Normandie (J. Yver). Recherches sur la consistance géographique des patrimoines monastiques normands (résumé) (L. Musset). Les origines Troyennes. Leur rôle dans la littérature historique au XVe siècle (A. Bossuat). La Normandie à l'époque des guerres civiles (F.-C. Spooner). L'agriculture à l'anglaise en Normandie au XVIIIe siècle (A.-J. Bourde). A comparative study of regionalism in politics in Lancashire and Normandy during the French Revolution (A. Goodwin). England and Normandy in the XIXth century. Some points of contact (J.-P.-T. Bury). Quelques remarques sur le rôle des Anglais dans la Révolution industrielle en France, particulièrement en Normandie, de 1750 à 1850 (J. Vidalenc).

ANNE de FRANCE.

Les enseignements d'Anne de France, duchesse de Bourbonnois et d'Auvergne, à sa fille Susanne de Bourbon. Extrait d'une épistre consolatoire à Katerine de Neufville, dame de Fresne, sur la mort de son premier et seul filz, texte original publié d'après le ms. unique de Saint-Pétersbourg, et suivi des catalogues des bibliothèques du duc de Bourbon existant au XVIe siècle tant à Aigueperse qu'au château de Moulins et d'un glossaire par A.-M. Chazaud.

Marseille, Laffitte Reprints, 1978, in-8°, xxxix-338 pp, 4 pl. hors texte, illustrations dans le texte, reliure simili-cuir havane de l'éditeur, dos lisse, pièce de titre carmin, titres dorés au 1er plat, bon état. Réimpression tirée à 500 ex. seulement de l'édition de Moulins, 1878

La fille de Louis XI est connue pour avoir fermement gouverné la France après la mort de son père, alors que son frère Charles VIII était encore mineur, qu'elle-même n'avait pas la trentaine et que faisait rage la "guerre folle" des grands nobles. Ayant marié son frère à la duchesse Anne de Bretagne (1491), elle se concentra sur l'organisation de la vie de la Cour, l'éducation des femmes qui l'entouraient et la gestion de ses duchés, tandis que son mari, le duc Pierre de Bourbon, demeurait le second personnage de l'Etat. Les Enseignements, écrits peu après son veuvage (1503) à l'intention de sa fille unique alors adolescente, sont un document unique sur l'éducation des grandes dames de la Renaissance. Nourrie d'idées et d'expérience, cette œuvre témoigne de l'extraordinaire personnalité d'Anne de France, des principes qui sont à l'origine de sa réussite personnelle, de sa perception des dangers qui guettaient les femmes de son époque, et d'un talent que la grande Marguerite de Navarre fut la première, sans doute, à remarquer.

ANNENKOV (Georges).

Max Ophuls.

Le Terrain Vague, 1962, in-8° à l'italienne, 139 pp, 80 pl. de photos hors texte, qqs croquis dans le texte, index

ANNET (Armand, Gouverneur E. R.).

Je suis Gouverneur d'outre-mer.

Editions du Conquistador, 1957, pt in-8°, 143 pp, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Mon métier)

Par Armand Annet (1888-1973), administrateur colonial. L'auteur est envoyé pour occuper un poste de brousse en Oubangui. Il est gardé au chef-lieu par le Gouverneur général Merlin comme chef de cabinet intérimaire. Au retour du titulaire, Jules Carde, il restera dans le cadre administratif et suivra ce dernier au Moyen Congo, au Cameroun, puis en AOF. Puis Annet deviendra à son tour gouverneur, en Somalie française, pour commencer... Il terminera sa carrière comme Gouverneur général de Madagascar pour le régime de Vichy. Condamné à la dégradation nationale en 1947, il a été amnistié en 1954. — Table : I. Les constituants d'une vocation - Impressions d'un premier départ - Une décision qui oriente toute une carrière. – II. La diversité du milieu - A propos des fonctionnaires - Premiers contacts et questions d'affectation - L'Administrateur et la vie indigène - Décadence de l'interprète potentat. – III. Les cadres géographiques d'activité - Pouvoirs disparus et méthodes d'administration - Postes déshérités et postes séduisants - Le courrier troubleur de calme - La visite des grands chefs - Les fêtes indigènes - Impressions de congé - Vers le Ministère. – IV. Considérations sur une nomination - Deux exemples de gouvernement - La Côte des Somalis et son soleil - Cheik-Saïd territoire français ? - Retour intéressé sur la côte occidentale d'Afrique - Le Dahomey, pays de contrastes - Les inconvénients d'une fédération - Le pays Holli et les militaires - Les intellectuels, problème politique. – V. Relations du gouverneur général avec "ses" gouverneurs - Madagascar, territoire autonome - Efforts locaux et contribution métropolitaine - Questions de discipline - Les gouverneurs généraux parlementaires - France d'outre-mer ou Union française ? – Quelques mots en conclusion provisoire.