21182 résultats

ZANANIRI (Gaston).

L'Egypte et l'équilibre du Levant au Moyen Age (637-1517).

Marseille, Les Cahiers du Sud, 1936, gr. in-8°, 155 pp, biblio, broché, couv. lég. salie, non coupé, bon état. Rare

Histoire de l'Empire du Levant de la prise de Jérusalem par les Arabes, renonciation de Byzance à la souveraineté sur le Levant (637) à la prise du Caire par les Turcs : l'Empire du Levant, morcelé en provinces, devient partie intégrante de l'Empire Ottoman (1517). Par Gaston Zananiri (1904-1996). Né à Alexandrie, dans une famille où se retrouvaient toutes les minorités orientales, il mena d'abord, de 1921 à 1949, une carrière de fonctionnaire d'organisations internationales en charge de la santé et d'œuvres sociales. Après un court passage au ministère des Affaires étrangères égyptien, comme conseiller de presse, il quitta son pays et entra en 1955 en France au noviciat des dominicains. Il acheva sa vie dans cet ordre quarante et une années plus tard.

ZANGRANDI (Ruggero).

Le Long Voyage à travers le fascisme.

Laffont, 1963, gr. in-8°, 403 pp, traduit de l'italien, index, broché, couv. illustrée, état correct

Contribution à l'histoire du fascisme italien, vu "de l'intérieur" par un condisciple et ami de Vittorio Mussolini, le fils du Duce. Zangrandi fut fasciste avant de passer à l'opposition et de fonder en 1939 le Parti Socialiste Révolutionnaire ; il fut finalement arrêté et déporté en Allemagne, dont il reviendra en 1946.

ZANGWILL (Israel).

Ghetto Comedies. Vol. II.

Leipzig, Bernhard Tauchnitz, 1907, in-12, 272 pp, reliure demi-chagrin carmin, pièce de titre basane carmin (rel. postérieure), bon état. Texte en anglais

ZANTMAN (Claude-Andrée).

Le Passage du témoin. Récit.

Opta, 1977, in-8°, 253 pp, 8 pl. de photos hors texte, broché, bon état

Sur les FTP-MOI.

ZARCONE (Thierry).

Le mystère Abd El-Kader. La franc-maçonnerie, la France et l'islam.

Editions du Cerf, 2019, in-8°, 351 pp, annexes, biographies des principaux personnages cités, références, notes, index, broché, couv. illustrée, bon état

Soufi libéral, prince de l'islam, héros de la résistance algérienne, Abd el-Kader fut aussi un franc-maçon favorable au progès. En cela, il reste une énigme de l'histoire. Alors que le monde musulman préfère nier son affiliation à la maçonnerie, Thierry Zarcone démêle le vrai du faux et revisite, à la lueur de nouvelles sources arabes et occidentales, l'histoire secrète de l'émir et le rôle joué par son fils aîné et ses descendants dans la construction d'un mythe. Car si le souvenir d'Abd el-Kader a perduré dans la confidence de certaines loges du Caire, de Tunis, de Dakar et de Paris qui portent son nom, son grand retour dans les débats sur l'islam de France, le djihadisme ou la laïcité nous engage à découvrir l'homme derrière le mystère.

ZARGANI (Aldo).

Pour violon seul. Souvenirs d'enfance dans l'En-deçà, 1938-1945.

Editions de l'Eclat, 2007, in-12, 317 pp, traduit de l'italien, broché, couv. illustrée, bon état

A partir du jour où, du fait des lois raciales anti-juives, le père de l'auteur est renvoyé de l'Orchestre de la Radio Diffusion italienne où il était violoniste, l'enfance d'Aldo Zargani se déroulera dans un en-deçà du temps fait de déménagements à la sauvette, errances tragi-comiques d'une ville à l'autre, d'une logeuse à l'autre, d'une colline à l'autre entre bandes de partisans et prêtres salésiens, sans que jamais l'espoir de retrouver la lumière ne soit perdu. "Sept ans de malheur" dans la vie d'un enfant, dont l'auteur porte la marque et qu'il relate pourtant avec une verve et une pudeur qu'on a comparées à celles d'un Federico Fellini aux prises avec sa propre enfance dans l'Italie fasciste. Premiers émois amoureux, premières peurs, premiers enthousiasmes et toujours l'amour de ses proches comme mot de passe pour échapper aux situations les plus tragiques. Récompensé par plusieurs prix littéraires lors de sa parution en Italie, “Pour violon seul” a été également traduit en anglais, allemand et espagnol.

ZAYAS (Alfred M. de).

Nemesis at Postdam. The Anglo-Americans and the Expulsion of the Germans. Background, Execution, Consequences.

London, Routledge et Kegan Paul, 1977, in-8°, xxvii-268 pp, 62 photos hors texte, 7 cartes, biblio., index, reliure éditeur, jaquette illustrée, bon état

ZEGHIDOUR (Slimane).

La Vie quotidienne à la Mecque, de Mahomet à nos jours.

France Loisirs, 1991, in-8°, 444 pp, 16 pl. de photos hors texte, 6 cartes et plans, biblio, annexes, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état

Tous les jours qu'Allah fait, une bonne partie des neuf cents millions de musulmans se tourne vers La Mecque pour prier. Plus d'un million et demi d'entre eux se rendent chaque année au pied de la Pierre noire, consacrée jadis par Mahomet. Ils y accomplissent le pèlerinage (hadj), qui est en même temps l'un des cinq piliers de la foi islamique et le plus grand rassemblement populaire mondial. Capitale religieuse du Royaume d'Arabie Séoudite, La Mecque est avant tout la métropole de l'islam. Les pèlerins accomplissent pendant cinq jours des rites immuables depuis quinze siècles : exode au désert, lapidation de Satan, sacrifice du mouton... Antique et futuriste, sainte et profane, ouverte et surveillée, telle est apparue à l'auteur la Ville sainte au cours de son pèlerinage. Maniant tour à tour l'émotion, l'érudition et une tendresse parfois non dénuée d'humour, il nous conduit au coeur même de la spiritualité islamique, dévoilant aux non-musulmans mais aussi aux musulmans maints aspects insoupçonnés, religieux ou quotidiens de la vie à La Mecque. (4e de couverture)

ZEGHIDOUR (Slimane).

La Vie quotidienne à la Mecque, de Mahomet à nos jours.

Hachette, 1989, in-8°, 446 pp, 16 pl. de photos hors texte, 6 cartes et plans, glossaire, biblio, annexes, broché, couv. illustrée, bon état

Tous les jours qu'Allah fait, une bonne partie des neuf cents millions de musulmans se tourne vers La Mecque pour prier. Plus d'un million et demi d'entre eux se rendent chaque année au pied de la Pierre noire, consacrée jadis par Mahomet. Ils y accomplissent le pèlerinage (hadj), qui est en même temps l'un des cinq piliers de la foi islamique et le plus grand rassemblement populaire mondial. Capitale religieuse du Royaume d'Arabie Séoudite, La Mecque est avant tout la métropole de l'islam. Les pèlerins accomplissent pendant cinq jours des rites immuables depuis quinze siècles : exode au désert, lapidation de Satan, sacrifice du mouton... Antique et futuriste, sainte et profane, ouverte et surveillée, telle est apparue à l'auteur la Ville sainte au cours de son pèlerinage. Maniant tour à tour l'émotion, l'érudition et une tendresse parfois non dénuée d'humour, il nous conduit au coeur même de la spiritualité islamique, dévoilant aux non-musulmans mais aussi aux musulmans maints aspects insoupçonnés, religieux ou quotidiens de la vie à La Mecque. (4e de couverture)

ZEILLER (Jacques).

L'Empire romain et l'Eglise.

De Boccard, 1928, in-8°, 360 pp, biblio, broché, qqs rousseurs, bon état (Coll. Histoire du monde, sous la direction de E. Cavaignac, Tome V, 2e partie)

"L'excellent travail de M. Zeiller consacré au christianisme antique peut se diviser en deux grandes sections : le première présente une étude d'ensemble sur l'Eglise dans l'Empire (chap. I à III) ; la seconde esquisse l'histoire de l'Eglise dans chacune des provinces (chap. V à XII). Entre ces deux grandes sections s'intercale le chap. IV consacré au christianisme hors de l'Empire. La section, de beaucoup la plus longue, consacrée à l'histoire régionale de l'Eglise, sera particulièrement bien accueillie : M. Zeiller y ayant heureusement condensé une matière que l'on devait chercher dans toute une bibliothèque. Sont successivenment étudiées la Palestine et la Syrie, l'Egypte, l'Asie Mineure, la Péninsule hellénique et Constantinople, les provinces danubiennes, la Gaule et la Bretagne, l'Espagne et l'Afrique, Rome et l'Italie […]. Il est inutile d'ajouter que les minuscules réserves, que nous avons faites, n'enlèvent rien de sa solidité au travail de M. Zeiller, qu'il faut complimenter de l'étendue et de la sûreté de sa science." (Pierre Debouxhtay, Revue belge de philologie et d'histoire, 1928)

ZEILLER (Jacques).

Occident et culture hellénique aux derniers temps du monde romain.

Journal des Savants, 1944, in-4°, 10 pp, broché, bon état

ZELAZNY (Roger).

L'île des morts.

OPTA, 1972, in-8°, 247 pp, broché, couv. à rabats illustrée par Moebius, bande conservée (Coll. Anti-Mondes). Edition originale française, très bon état

ZELLER (André).

Les Hommes de la Commune, 1871.

Cercle du Nouveau Livre d'Histoire, 1969, in-8°, 347 pp, biblio, reliure toile éditeur avec une vignette illustrée au premier plat, bon état

"Devant le livre du général Zeller, Les Hommes de la Commune, M. Jean Gacon s'indigne (p. 7), mais M. Henri Guillemin dit sa « surprise heureuse » (p. 42)." (Pierre Pillu, commentant la parution du numéro spécial de la revue « Europe » sur la Commune de Paris, in Revue d'Histoire littéraire de la France, 1972)

ZELLER (André).

Les Hommes de la Commune.

Perrin, 1969, in-8°, 470 pp, 16 pl. de gravures hors texte, sources et biblio, cart. éditeur, jaquette illustrée lég. abîmée avec pt mque, sinon bon état

"Ecrit à la prison de Tulle par le général Zeller, le rebelle de la guerre d'Algérie. Une véritable surprise que cette « compréhension » d'un militaire pour l'insurrection..." (Le Quillec, 4814) — "Une heureuse surprise." (Henri Guillemin, dans le numéro de la revue « Europe » sur la Commune de Paris)

ZELLER (Berthold).

La Minorité de Louis XIII. Marie de Médicis et Sully (1610-1612). Etude nouvelle d'après les documents florentins et vénitiens.

Hachette, 1892, in-8°, xxx-394 pp, biblio, reliure demi-basane carmin à coins, dos à 4 nerfs orné de fleurons dorés, titre doré, filets dorés sur les plats, tête dorée, signet, fer doré du lycée de Douai au 1er plat (rel. de l'époque), qqs rares rousseurs éparses, bon état

"Le récent volume de M. Berthold Zeller, la Minorité de Louis XIII, Marie de Médicis et Sully, ne comprend que les deux premières années de la régence, 1610 et 1611. Au début, Marie de Médicis semble vouloir continuer la politique de son mari ; les anciens ministres de celui-ci, Sully, Villeroy, restent à la cour, semble-t-il, avec leur ancienne puissance ; mais, d'une part, l'influence grandissante de Concini, de l'autre, celle du prince de Condé, de retour de son exil volontaire, aboutissent, bien que mutuellement hostiles l'une à l'autre, à un résultat unique : l'abandon à peu près complet de la politique de Henri IV. A la fin de janvier 1611, Sully quitta définitivement la cour, et à l'intérieur comme à l'extérieur une politique nouvelle fut inaugurée. C'est au moment où Marie de Médicis va donner pleine carrière à ses idées personnelles, ou plutôt à celles de ses favoris, que se clôt le livre de M. B. Zeller. Ses mérites comme ses défauts procèdent d'une même origine, l'emploi trop exclusif des documents italiens et en particulier des dépêches des ambassadeurs toscans. Non pas que ces dernières soient sans intérêt et que l'auteur n'ait eu raison d'en tirer profit dans son travail, comme de nous en donner en appendice un catalogue et des extraits précieux, mais elles ne justifient pas toute l'importance que M. B. Zeller leur a accordée. Quels que soient en effet la finesse et l'esprit d'observation des négociateurs florentins Botti et Cioli, quelque activité souvent brouillonne que mette le premier au service du mariage franco-espagnol, il est bien évident qu'ils sont plus encore des intrigants que des hommes politiques et qu'ils ne connaissent vraiment bien que ce qui se passe dans l'entourage direct de la reine. A ce dernier point de vue, en revanche, leur témoignage est de premier ordre, et les pages qu'ils ont inspirées à M. B. Zeller sur la vie privée de la reine sont, pour cette raison même, les meilleures du livre." (Louis Farges, Revue Historique, 1893)

ZELLER (Gaston).

Aspects de la politique française sous l'Ancien Régime. Préface de Victor-L. Tapié.

PUF, 1964, in-8°, viii-392 pp, bibliographie de Gaston Zeller, broché, couv. illustrée, qqs rares annotations crayon, bon état

Recueil d'études de cet historien publié en sa mémoire : relations internationales, histoire intérieure.

ZELLER (Gaston).

La France et l'Allemagne depuis dix siècles.

Armand Colin, 1932, in-12, 212 pp, biblio, broché, état correct (Coll. Armand Colin)

ZELLER (Jules).

Entretiens sur l'histoire. Antiquité et Moyen Age.

Didier, 1865, in-12, xiii-405 pp, reliure demi-chagrin bleu-nuit, dos à 4 nerfs soulignés à froid, titres et caissons fleuronnés dorés, encadrement à froid sur les plats, fer doré au 1er plat (rel. de l'époque), bon état (Prix Montyon de l'Académie française 1866)

"M. Zeller explique dans son avant-propos les circonstances qui ont donné naissance à ce livre. Il traite de l'antiquité et des premiers temps du moyen âge. On y trouve une suite de récits instructifs et intéressants sur l'ancien Orient, la Grèce, Rome, le judaïsme et le christianisme, qui donnent une idée complète et précise de ce que les temps anciens ont légué de meilleur et de plus durable à la civilisation moderne." (Journal des Savants, 1866)

ZELLER (Jules).

Entretiens sur l'histoire. Moyen Age.

P., Didier, 1865, in-12, 472 pp, reliure demi-chagrin époque, dos à 4 nerfs pointillés orné de caissons dorés (rel. de l'époque), bon état

ZELLER (Jules).

Histoire de l'Italie depuis l'invasion des barbares jusqu'à nos jours.

Hachette, 1853, in-12, xxi-672 pp, 4 cartes sur double page hors texte, 6 plans sur 4 pl. hors texte, 6 gravures dans le texte, index, reliure demi-chagrin brun, dos à 4 nerfs pointillés soulignés à froid, titres, fleurons et filets dorés (rel. de l'époque), dos uniformément passé, des rousseurs (assez soutenues par endroits), bon état

ZELLER (Jules).

Italie et Renaissance. Politique, Lettres, Arts.

P., Didier, 1883, 2 vol. in-12, iv-428 et 496 pp, nouvelle édition refondue, brochés, manque le 2e plat du tome I, état correct

I. Les Médicis : Cosme et Laurent le Magnifique ; Les Sforza : François Sforza, Ludovic le More ; Les Borgia : Alexandre VI et César ; Charles VIII et J. Savonarole ; II. Les Papes : Jules II, Léon X, Adrien VI, Clément VII ; Les écrivains politiques : Machiavel et François Guichardin ; Les artistes : Michel-Ange et Raphaël ; Chute de Rome, de Florence et de l'Italie.

ZELLER (Olivier).

Les Recensements lyonnais de 1597 et 1636 : démographie historique et géographie sociale.

Presses Universitaire de Lyon, 1983, gr. in-8°, 472 pp, 19 figures et 46 tableaux dans le texte, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

I. Les sources et leurs cadres : Les sources ; Le cadre des recensements : les pennonages ; II. Familles, habitats, métiers : La famille lyonnaise ; Maison et habitants ; Les métiers ; III. Lyon et sa population : Les origines ; Les Savoyards à Lyon ; La population lyonnaise.

ZELTNER (Jean-Claude).

Les pays du Tchad dans la tourmente, 1880-1903.

L'Harmattan, 1988, in-8°, 285 pp, 4 cartes, généalogies, biblio, index, broché, bon état (Coll. Racines du present)

ZENTNER (Kurt).

Heil Stalin ! Eine Fibel für die Bedrohten. Mit 32 ganzseitigen Karikaturen.

Ruhr-Verlag, 1950, in-8°, 144 pp, 32 caricatures hors texte, broché, couv. illustrée, état correct. Texte en allemand.

ZENTNER (Kurt).

La Résistance allemande 1933-1945.

Stock, 1968, in-8°, 254 pp, traduit de l'allemand, 16 pl. de photos hors texte, broché, couv. illustrée à rabats, bon état (Coll. Témoins de notre temps)

Survie et martyre de l'opposition antinazie sous le IIIe Reich ; Révoltes et attentats ; Le défi étudiant ; La répression finale.

ZERI (Federico).

Dans le jardin de l'art. Essai sur l'art, de l'Antiquité à nos jours.

Rivages, 1991, gr. in-8°, 195 pp, traduit de l'italien, 85 illustrations en noir et en couleurs, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

Des transformations de l'art romain tardif à l'étrange biographie de Tamara de Lempicka, Federico Zeri, soulève comme dans “Derrière l'image”, autant d'énigmes et de mystères échappant au regard du profane, avant de lui en donner la clef dans une série de chapitres animés de la même passion, du même souci de l'histoire et de cette liberté d'esprit qui sont l'apanage d'un très grand critique et historien d'art italien. – L'art antique, l'art occidental du XIIe au XXe siècle, les personnalités et les destins singuliers de notre époque (critiques, écrivains, actrices, collectionneurs, excentriques de tous ordres) constituent les trois pôles d'attraction des textes rassemblés dans le présent ouvrage. Articles, essais, écrits d'occasions, ils offrent un aperçu fascinant sur la profondeur de la culture et l'insatiable curiosité de Zeri, indifférent aux limites de genre et aux hiérarchies culturelles traditionnelles.

ZETKIN (Clara).

Batailles pour les femmes. Ouvrage publié sous la responsabilité de Gilbert Badia.

Editions Sociales, 1980, in-8°, 444 pp, copieuse préface de Gilbert Badia (pp. 7-74), véritable monographie sur la vie et la pensée de Clara Zetkin (1857-1933), repères biographiques et chronologiques, biblio, broché, couv. illustrée, pelliculage de la couv. lég. décollé, bon état. Peu courant

Textes historiques et politiques de l'amie de Rosa Luxembourg. Un combat de toute une vie pour la condition des femmes.

ZEVI (Bruno).

Apprendre à voir l'architecture. Texte français de Lucien Trichaud.

Editions de Minuit, 1959, gr. in-8° carré, 135 pp, 34 figures dans le texte, 133 photos in fine sur 32 pl. hors texte, broché, couv. défraîchie et lég. salie, état correct (Coll. Les Cahiers Forces vives)

Représentation de l'espace ; Les époques de l'espace ; Interprétations de l'architecture ; Pour une histoire moderne de l'architecture. "Première édition française (Saper vedere l'architettura, Turin, Einaudi, 1948) de ce manuel classique des études d'architecture, le principal ouvrage du théoricien italien Bruno Zevi (1918-2000)." (Vignes, 337)

ZEVORT (Edgar).

La France sous le régime du Suffrage universel.

P., Ancienne Maison Quantin, Librairies-Imprimeries réunies, s.d. (1894), gr. in-8°, 263 pp, excellente iconographie comprenant 118 portraits et gravures dans le texte et à pleine page, reliure pleine percaline carmin de l'éditeur, dos lisse avec titres dorés et fleuron en noir, 1er plat illustré d'une vignette et de deux branches dorées, trace de mouillure ancienne au bas des plats, sinon bon état (Coll. Bibliothèque d'Histoire illustrée)

"La proclamation du suffrage universel en France date de 1848 ; à partir de cette époque, le peuple prit ou crut prendre une part prépondérante au gouvernement du pays. M. Zevort passe successivement en revue les événements politiques de la seconde moitié de notre siècle et cherche à en dégager les progrès de « l'éducation » du suffrage universel. La conclusion qui s'accuse au dernier chapitre est que toute autre forme gouvernementale que la forme républicaine est incompatible avec la pratique loyale du suffrage universel. (...) Le résumé de l'histoire de ces cinquante dernières années est exposé avec clarté et méthode, et les questions de politique étrangère sont abordées avec tact et clairvoyance." (Revue des questions historiques, 1895) — Histoire sociale et politique du suffrage universel, de son instauration en 1848 jusqu'à la fin du XIXe siècle, par Edgar Zevort (1842-1908), normalien, professeur d’histoire, puis recteur de l'Académie de Caen.

ZEVORT (Edgar).

Le marquis d'Argenson et le ministère des affaires étrangères du 18 novembre 1744 au 10 janvier 1747. (Thèse).

Genève, Mégariotis, 1976, in-8°, 413 pp, reliure simili-cuir éditeur, bon état. Réimpression de l'édition de Paris, 1880

"La renommée du marquis d'Argenson ne résiste pas à une étude attentive de sa politique extérieure. Ce n'est pas, en effet, au penseur ou, si l'on veut, au rêveur, que M. Edg. Zevort a consacré sa thèse française ; c'est à l'homme d'Etat, au ministre des affaires étrangères. Envisagé ainsi, non plus comme théoricien, mais comme homme d'action, le marquis perd toute sa valeur. II nous apparaît comme un politique plein d'illusions, s'obstinant, contre l'évidence, dans ses préventions, changeant constamment d'idée fixe, imprimant à la diplomatie française une direction incohérente, faisant parler au roi un langage tour à tour hautain et sans dignité. Chez lui, l'imagination l'emporte sans cesse sur le sens pratique et l'esprit de suite. II ne prévoit rien, ni le traité de Berlin, ni celui de Fuessen. Il s'acharne à rapprocher Fréderic II et Auguste III, il se flatte de I'illusion de détacher la France des intérêts de l'Espagne contrairement aux sentiments de famille du roi. Rien de plus triste que l'agitation sur place du ministre des affaires étrangères, sinon l'inutilité d'une guerre dans laquelle la France ne poursuivait aucun intérêt national, n'obéissait à aucune vue politique et répandait son sang et son or au profit de passions de famille. L'auteur s'est imposé un travail considérable pour suivre et marquer nettement toutes les phases des négotiations de la France avec ses adversaires, ses alliés, ainsi qu'avec les puissances neutres. Sur un sujet ingrat, un excellent livre, neuf et concluant." (G. Fagniez, Revue Historique, 1880)

ZIEGLER (Christiane)(dir.).

L’art de l’Ancien Empire égyptien. Actes du colloque organisé au musée du Louvre les 3 et 4 avril 1998.

La Documentation française, 1999, gr. in-8°, 397 pp, 194 illustrations, index général, broché, couv. illustrée à rabats, bon état (Coll. Conférences et colloques)

L’Ancien Empire égyptien couvre une période de plus de cinq cents ans et fut considéré par les anciens Égyptiens comme l’âge d’or de leur civilisation. Déjà se manifestent dans l’art toutes les formes du génie égyptien : la grande architecture de pierre, les statues monumentales, le décor peint et sculpté, le travail des pierres et des métaux précieux. Les actes de ce colloque donnent matière à de nouveaux débats sur la datation des œuvres et les caractéristiques stylistiques des grands courants artistiques. Contributions de Michel Baud, Andreï O. Bolshakov, Nadine Cherpion, Günter Dreyer, Biri Fay, Julia C. Harvey, Zahi Hawass, Naguib Kanawati, Hourig Sourouzian, Rainer Stadelmann, Michel Valloggia, Miroslav Verner, Dietrich Wildung.

ZIEGLER (Gilette).

Amours, complots et révolutions. 21 chroniques de l'Histoire de France.

Le Pavillon, Roger Maria éditeur, 1972, pt in-8°, 238 pp, préface d'Alain Decaux, broché, jaquette illustrée, bon état

La première commune de Paris, Une révolution paysanne au XIVe siècle, La résistance avant Jeanne d'Arc, Urbain Grandier et les sept démons, Le vrai d'Artagnan, La Rochefoucauld dans la Fronde, Les chevaliers de la mouche à miel, des Vendéens aux compagnons de Jéhu, Louise Michel, etc. "L'histoire est un tout. Pour la faire, s'ajoutent la petite et la grande histoire. Gilette Ziegler connait la seconde mieux que personne ; elle raconte la première mieux que beaucoup." (Alain Decaux)

ZIEGLER (Gilette).

Nicolas Flamel ou le secret du Grant Œuvre.

P., Culture, Art, Loisirs, 1971, in-8° oblong, 285 pp, 18 gravures, tableau synoptique, liste des alchimistes cités, biblio, reliure skivertex bleu décoré de l'éditeur, bon état (Coll. Histoire des personnages mystérieux et des sociétés secrètes, sous la direction de Louis Pauwels)

Depuis des siècles, Nicolas Flamel représente, pour un grand public, l'alchimiste type, le savant discret et modeste dont le succès finit par couronner les efforts. Ce bourgeois de Paris, écrivain public et libraire, amassa une fortune considérable, après un voyage à Compostelle. Comment découvrit-il le secret du Grant Œuvre ? Quels chemins suivit sa pensée, à travers les dogmes chrétiens, la philosophie antique, la kabbale juive ? Les documents du temps et les indications fournies par ses ouvrages nous permettent, comme à la trace, de retrouver sa vie. L'influence que Nicolas Flamel a exercée sur les alchimistes et les chercheurs des siècles suivants est étudiée ici – et cette magistrale étude va aussi loin que notre époque. (4e de couverture)

ZIEGLER (Philip).

The Black Death.

London, Collins, 1969, in-8°, 319 pp, une carte sur double page des progrès de la peste en Europe en 1347-1349, notes, biblio, index, reliure toile éditeur, sans la jaquette, bon état. Texte en anglais

"Les livres des non spécialistes sont souvent les plus agréables à lire. Celui de Ziegler sur la peste en Europe au XIVe siècle en donne un bon exemple. Évitant les longues discussions sur les origines de l'épidémie, il utilise les récits de contemporains pour faire saisir l'impression d'horreur qu'elle produisait et suit son cheminement à travers l'Europe. Un chapitre descriptif sur la vie d'un village anglais, lors de l'épidémie, en précède un autre, beaucoup plus technique, sur le nombre des victimes en Europe. La marge d'incertitude reste énorme. En Angleterre, où les archives médiévales sont particulièrement riches, les estimations sur la mortalité vont de 23 à 45 % . En Italie, elle aurait atteint de 40 à 60 % dans les villes. Les conséquences sociales et économiques de ce fléau sont examinées avec un sens critique aigu. On a beaucoup trop répété que la mortalité par la peste était la cause directe de l'affranchissement des serfs en Europe. Il y eut en réalité de grandes différences régionales. Il est, en revanche, beaucoup plus assuré que les ravages provoqués par l'épidémie dans les rangs du clergé firent reculer l'usage du latin comme langue savante, et contribuèrent ainsi à la naissance du sentiment national au XVe siècle. En Allemagne et en Hollande, la peste eut des conséquences particulièrement dramatiques : extension du mouvement mystique des Flagellants et persécutions contre les Juifs, qui trouvèrent asile en Pologne." (J. Houdaille, Population, 1971) — "Between 1347 and 1350, the Black Death killed at least one third of Europe's population. Philip Ziegler's classic account traces the course of the virulent epidemic through Europe and its dramatic effect on the lives of those whom it afflicted. First published nearly forty years ago, it remains definitive. The clarity and restraint on every page produce a most potent cumulative effect." (Michael Foot)

ZIESENISS (Charles-Otto).

Le Congrès de Vienne et l'Europe des princes.

Belfond, 1984, in-8°, 296 pp, index des ouvrages cités, index des personnes citées, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. L'épopée napoléonienne)

Soumis au grandiose programme de redéfinir la carte de l'Europe après la chute de Napoléon, le Congrès de Vienne rassembla, de l'automne 1814 au printemps 1815, souverains et diplomates. Dès les premières semaines, les convoitises des vainqueurs de la France créèrent de telles difficultés aux négociateurs, que le vieux prince de Ligne put s'exclamer : Le Congrès ne marche pas, mais il danse ! En effet, on dansait beaucoup à Vienne. Valses et polonaises se succédaient, au cours de fêtes plus fastueuses ou plus divertissantes les unes que les autres, tandis que les aventures galantes des jolies femmes, et de quelques princes entreprenants, faisaient jaser la ville. D'un prodigieux foisonnement de personnages illustres, émergent les figures du tsar Alexandre de Russie, de l'empereur François d'Autriche, des rois de Prusse, de Danemark, de Bavière et de Wurtemberg, les travaux étant menés par les plénipotentiaires des grandes puissances, notamment Metternich, Castlereagh et Talleyrand. Ce dernier nous apparaît, ici, sous un aspect bien différent de celui qu'a popularisé sa légende. L'auteur – qui a eu accès à de nombreux documents inédits – fait revivre les plus riches et les plus secrètes heures du Congrès, dont il dresse l'exact bilan politique. L'oeuvre accomplie à Vienne était fragile. Aujourd'hui, l'Europe des Nations a fait oublier l'Europe des Princes.

ZIMBALIST (Andrew)(Edited by).

Case Studies on the Labor Process.

New York, Monthly Review Press, 1979, in-8°, xxiv-314 pp, biblio, broché, bon état. Texte en anglais

ZIMMER (Heinrich).

Mythes et symboles dans l'art et la civilisation de l'Inde. Edité par Joseph Campbell.

Payot, 1951, in-8°, 216 pp, traduction de M.-S. Renou, préface de Louis Renou, 71 gravures sur 32 planches hors texte, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Bibliothèque historique)

"Un livre intelligent, de lecture agréable, qui donne une idée de cette mythologie d'une richesse exubérante." (Fernand Braudel, Grammaire des civilisations) — "Un instrument de réflexion, incitant à explorer des zones de la pensée humaine dont l'accès, sans un guide sûr, est pratiquement interdit." (Louis Renou) — Après avoir occupé une chaire à l'université de Heidelberg, Heinrich Zimmer (1890-1943), éminent indianiste allemand, a émigré en 1938 aux États-Unis où il professa à Columbia University. Il avait épousé la fille de Hugo von Hofmannsthal.

ZIMMER (Lucien).

Un Septennat policier. Dessous et secrets de la police républicaine.

Fayard, 1967, in-8°, 240 pp, broché, couv. illustrée, bon état

Souvenirs fort intéressants de l'ancien chef de cabinet de Jean Chiappe, le Préfet de police des années 1927-1934 ; beaucoup d'informations sur les petites et les grandes affaires, notamment sur Stavisky et le 6 février 1934.

ZINK (Georges).

Les légendes héroïques de Dietrich et d'Ermrich dans les littératures germaniques.

Lyon et P., IAC, 1950, gr. in-8°, xi-298 pp, broché, pt manque au 1er plat de couv., sinon bon état (Coll. Bibliothèque de la Société des études germaniques)

"Dietrich et son oncle Ermrich sont tous deux des personnages historiques, Rois des Ostrogots à l'époque des grandes invasions, ils sont issus tous deux de l'illustre famille des Amales. Le premier, Theodoric (454-526) fonda le royaume des Ostrogots en Italie. Quant à Ermanric, il avait constitué, au IVe siècle, sur les bords de Dniepr et de la Mer Noire, un vaste empire qui, en 376, devait s'écrouler sous les coups des Huns. Tous deux sont entrés dans la légende peu après leur mort..." (Avant-propos)

ZINS (Ronald).

Les Maréchaux de Napoléon III. Dictionnaire.

Editions Horvath, 1996, gr. in-8°, 251 pp, préface de Jacques Jourquin, 25 portraits et gravures, broché, couv. illustrée, bon état

ZINSOU (Emile Derlin) ET Luc ZOUMENOU.

Kojo Tovalou Houénou, précurseur, 1887-1936. Pannégrisme et modernité.

P., Maisonneuve & Larose, 2004, gr. in-8°, 240 pp, 8 pl. de photos hors texte, biblio, broché, couv. illustrée, bon état

"Dans le domaine de l'histoire de la pensée politique africaine, historiens et politologues avaient coutume de porter l'accent sur l'action et les textes produits par des leaders de langue anglaise. Or voici que des documents d'archives publiques comme privées et des témoignages oraux ont permis de sortir de l'oubli une grande figure de l'histoire du XXe siècle : Kojo Tovalou Houénou, né dans l'actuel Bénin en 1887 et mort à Dakar en 1936. Après avoir participé à la Première Guerre mondiale comme médecin-militaire, il se lance dans la vie publique en publiant un essai qui tente de démontrer l'égalité originelle des langues et des cultures. Il partira plus tard aux Etats-Unis afin de former avec les ténors du mouvement noir un front unique de revendication des droits civiques auprès de la Société des Nations. Au Sénégal, il participe à diverses campagnes électorales et apporte la dimension pannègre. Demeurent son expérience et ses idées. Leur valeur toujours actuelle peut se résumer en l'aspiration des Africains -solidaires tout d'abord d'eux-mêmes à une présence dynamique au monde moderne. Cette idée marqua plusieurs générations de ses contemporains qui l'ont connu et approuvé. Certains se retrouveront dans la vie publique après-guerre. Dans une Afrique à la recherche d'elle-même, le message tovalien serait à méditer."

ZISCHKA (Antoine).

Ibn Séoud, roi de l'Arabie.

Payot, 1934, in-8°, 248 pp, préface du général Ed. Brémond, ancien chef de la mission militaire au Hedjaz, 4 cartes et 19 photos hors texte, broché, couv. illustrée, bon état (Bibliothèque historique)

Une bonne biographie du potentat arabe, par le journaliste autrichien Anton Emmerich Zischka (1904-1997). Ce livre sera la principale documentation d'Hergé pour “Tintin au pays de l'or noir”. En particulier, le personnage de Ben Kalish Ezab est le parfait clone d'Ibn-Séoud, tel qu'il est décrit dans l'essai biographique d'Anton Zischka.

ZISCHKA (Antoine).

La Guerre secrète pour le coton.

Payot, 1934, in-8°, 212 pp, 21 photos sur 16 pl. hors texte et 2 cartes, broché, couv. illustrée lég. défraîchie, bon état (Coll. d'études, de documents et de témoignages pour servir à l'histoire de notre temps)

"Faisant suite à un pénétrant volume sur “La Guerre secrète, pour le pétrole” M. Antoine Zischka nous initie aujourd'hui aux mystères de la lutte pour « l'Or blanc », c'est-à-dire le coton. Pas de combat plus passionnant et plus évocateur. M. A. Zischka ouvre à ses lecteurs des horizons nouveaux, des horizons insoupçonnés ; il souligne en un style direct et incisif, l'âpreté des conflits que le monde a connus pour la possession du précieux textile. Nul ne sait mettre en lumière mieux que lui l'importance des faits économiques à toute époque de l'histoire. Quand donc se décidera-t-on à écrire l'histoire, en mettant ceux-ci à leur vraie place ? Plus décisifs certes sont, dans le passé, et pour le présent, des inventions telles celles de Watt, Arkwright et Whitney, concernant le tissage mécanique du coton. M. A. Zischka a raison d'écrire : Ces trois hommes, ces trois inventeurs ont changé la face du monde : de quel poids pèsent en regard des batailles telles que celles de Rocroy ou Fontenoy ? D'un très faible poids évidemment, si l'on mesure leur incidence réelle. C'est ensuite, brillamment écrites par M. A. Zischka, les luttes entre les grands producteurs de coton dans le monde entre planteurs d'abord, entre filateurs ensuite. Dans ce débat, l'Empire britannique, l'URSS, le Japon sont des éléments décisifs. Tout cela pour aboutir au gâchis actuel dans la production et dans la vente du « Roi Coton ». M. Zischka démontre qu'actuellement, production et vente sont le monopole de quelques grands magnats industriels, qui se livrent une guerre acharnée, se font une concurence acharnée, qui est à l'origine même du désastre économique actuel. Quand donc, conclut-il, la raison triomphera-t-elle en ce domaine, comme en tant d'autres ? En résumé, un beau livre, un livre que l'on sent vécu et pensé. C'est là chose assez rare." (Jean Hugonnot, Revue du Pacifique, 1934)

ZISCHKA (Anton).

L'Asie qui se fait.

Laffont, 1960, in-8°, 364 pp, 24 pl. de photos hors texte, 8 cartes à pleine page hors texte, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

Sur les chantiers de la Chine intérieure, du Tibet, de la Mongolie et de la Sibérie. L'auteur détaille comment l’OSS puis la CIA, et un temps même le NKVD et le GRU Soviétiques, ont financé et armé une « joint-venture » entre les terroristes islamistes séparatistes Turkestanais et les terroristes séparatistes Tibétains. — "L'ouvrage, dépourvu de prétentions scientifiques, fourmille d'observations prises sur le vif en Sibérie centrale et orientale." (Jean Labasse, Revue de géographie de Lyon, 1965)

ZITRONE (Léon).

L'URSS a bien changé !

Del Duca, 1964, in-8°, 310 pp, 12 pl. de photos et une carte hors texte (Zitrone avec Khrouchtchev, avec Gagarine, avec Tatiana Samoilova...), broché, couv. illustrée à rabats, bon état. Edition originale enrichie d'un envoi a.s.

Un ouvrage tout à la gloire du régime en place sous Nikita Khrouchtchev. Zitrone dit des choses ahurissantes et d’une drôlerie confondante : les routes russes sont dans un état déplorable mais cela n’a aucune importance car les Russes prennent l’avion comme nous Français prenons le métro !... — "M. Léon Zitrone a des dons multiples. Il commente les courses de chevaux et les courses cyclistes, les événements nationaux et internationaux. Il sait aussi le russe. Devant un micro ou sur une feuille de papier, il s'exprime avec une aisance souveraine qui plaît au public. Après un voyage – le cinquième ou le sixième – à Moscou, il écrit ce livre : l'U.R.S.S. a bien changé. Le récit en est vif, les phrases courtes, les conclusions rapides, parfois trop. On a l'impression, par exemple, en lisant M. Zitrone, que la liberté religieuse pose peu de problèmes et que "ceux qui ne croient pas laissent aujourd'hui les croyants prier en paix" On pourrait ainsi nuancer la plupart des jugements que porte l'auteur. Mais il faut prendre son livre pour ce qu'il est : un simple carnet d'esquisses et de croquis." (Le Monde, 1er avril 1964)

ZITRONE (Léon).

Mon Tiercé.

Raoul Solar, 1966, in-8°, 351 pp, nombreuses photos dans le texte et à pleine page, cart. éditeur, sans la jaquette, dos passé, bon état. Edition originale enrichie d'un envoi a.s. à Philippe Bouvard

ZOGHEB (Alexandre-Max de).

Etudes sur l'Ancienne Alexandrie.

P., Ernest Leroux, 1910, gr. in-8°, 252 pp, nouvelle édition, un portrait d'Alexandre le Grand en frontispice, une gravure hors texte, un plan d'Alexandrie et un tableau généalogique des Ptolémées dépliants hors texte, reliure demi-chagrin noir, dos à 5 petits nerfs et filets dorés, pièces d'auteur et de titre basane carmin (rel. de l'époque), ex-libris J. Fumaroli, cachet en arabe, pt. accroc au 1er plat, dos frotté, sinon bon état. Rare

"Les Etudes sur l'ancienne Alexandrie, de M. A.-M. de Zogheb, membre honoraire de l'Institut égyptien, intéressent à la fois l'histoire grecque, l'histoire de Rome, l'histoire des débuts du christianisme et du haut moyen âge. Oeuvre d'un homme qui habite, qui aime et qui connaît à merveille la ville qu'il décrit, ce livre contient d'utiles contributions à l'étude topographique d'Alexandrie et des relevés commodes de textes, de faits et de dates. (...) Il faut prendre le livre pour ce qu'il est : c'est moins l'oeuvre d'un érudit de profession que celle d'un curieux d'antiquité, épris de sa cité natale et des grands souvenirs qui s'y rattachent. A ce titre, et aussi parce qu'il est écrit en notre langue et qu'il atteste la persistance des influences françaises sur les rives du Nil, nous l'accueillerons avec gratitude." (Marquis de Beaucourt, Revue des questions historiques, 1910) — "... Ce qui contribuerait le plus à fixer les touristes à Alexandrie, ce serait la découverte des tombeaux d'Alexandre le Grand, des Ptolémées, d'Antoine et de Cléopàtre. Si l'on en croit M. de Zogheb et ses Etudes sur l'Ancienne Alexandrie, cette découverte n'aurait rien de chimérique. Reprenant les conclusions de Néroutsos-Bey, de Mahmoud-Bey et Falaki et du Dr Botti sur la topographie d'Alexandrie, cet amateur distingué identifie le « Sôma » ou mausolée d'Alexandre et la nécropole royale des Ptolémées avec les sous-sols de la mosquée du prophète Daniel et du fort Caffarelli. De fait, il y a là une énigme fort irritante, dont le fanatisme musulman a toujours retardé la solution. C'est au même endroit qu'on aurait aussi chance de retrouver les sépultures de Cléopâtre et d'Antoine, inhumés près des Lagides, et non dans le « Mnéma » ou mausolée que Cléopâtre se fit construire de son vivant sur le cap Lochias." (Gustave Fougères, Revue historique, 1910)

ZOLLA (Elémire).

Le Chamanisme indien dans la littérature américaine. Traduit de l'italien.

Gallimard, 1974, in-8°, 339 pp, broché, couv. à rabats lég. abîmée, état correct (Coll. Bibliothèque des Idées)

L'Amérique en tant que projection de l'Angleterre de la Renaissance. La théocratie guerrière. Missionnaires, démonologues et prisonniers puritains. L'esprit des Lumières et les Indiens. L'esprit des Lumières et le Romantisme. La tradition de la bienveillance du XVIIe au XIXe siècle. La tradition de la haine progressiste au XIXe siècle. A l'écoute de l'Indien au XIXe siècle. La littérature du respect. les dernières décennies et l'ethnographie poétique. La littérature indienne.

ZOLLING (Hermann) et Heinz HOHNE.

Le Réseau Gehlen. Les services secrets allemands dans les pays de l'Est.

Calmann-Lévy, 1973, gr. in-8°, xvi-369 pp, 20 pl. de photos et documents hors texte, index, broché, bon état

Sous Hitler, cet officier, attaché à la tradition allemande, mit sur pied avec une extradordinaire efficacité un réseau de renseignements sur les armées soviétiques. Lorsque que vint la chute du IIIe Reich, et l'amorce de son propre déclin, il réussit un des plus incroyables retournements de l'histoire de l'espionnage en passant aux Américains avec ses principaux collaborateurs et une masse de documents uniques au monde. Le climat de la guerre froide, entre alliés de la veille – l'URSS et les Etats-Unis – lui fut favorable. Il constitua un nouveau réseau de renseignements couvrant la totalité des pays de l'Est et rendit d'inappréciables services au chancelier Adenauer. — "Alors que la Seconde Guerre mondiale n’était pas achevée et que la Grande Alliance prévalait encore, l’OSS avait commencé à collecter des renseignements à propos de l’Union soviétique, n’hésitant pas à l’occasion à utiliser des sources allemandes comme le général Reinhard Gehlen, chef de la Fremde Heere Ost (FHO) depuis avril 1942, c’est-à-dire le service de l’Abwehr en charge de l’espionnage militaire visant l’Union soviétique. La tâche des services américains fut facilitée puisque c’est Gehlen, farouche anticommuniste, qui se mit lui-même à leur disposition. Gehlen fut pris en charge par le G-2, service chargé du renseignement au sein de l’armée américaine, et interrogé par le capitaine John R. Boker Jr. Dans un rapport qu’il rédigea quelques années plus tard, Boker écrivait que « vers la mi-juillet 1945, nous avions réussi à identifier les principaux agents et les employés du réseau du général Gehlen ainsi qu’à récupérer tous ses documents importants et nous avions parfaitement conscience de la mine d’or que nous avions découverte ». Mais, comme le souligne l’historien Wolfgang Krieger, les Américains demeuraient sceptiques car il était « difficile d’établir jusqu’où allait son engagement nazi ». Pour Allen Dulles, futur directeur de la CIA, recruter Gehlen ne posait aucun problème : « On compte peu d’archevêques dans le monde de l’espionnage. Il est de notre côté et c’est tout ce qui compte...»" (Gildas Le Voguer, Le renseignement américain, 2014)

ZOLLING (Hermann) et Uwe BAHNSEN.

Berlin, la nuit du mur. 13 août 1961.

Laffont, 1968, gr. in-8°, 251 pp, traduit de l'allemand, 16 pl. de photos hors texte, broché, couv. illustrée à rabats, bon état (Coll. Ce jour-là)

Eté 1961. Il est 1 heure du matin, Berlin dort sous le quadruple contrôle des Alliés ; le temps entame mécaniquement la journée du 13 août : un dimanche. Calme total dans la ville – sauf une agitation dans le secteur d'occupation russe... bruit de pas cadencés, moteurs de camions. Et bientôt, des postes de police qui jalonnent la frontière de ce secteur, du côté des Occidentaux, les informations fragmentaires affluent, s'additionnent : il se passe quelque chose, des troupes sont en marche, des ouvriers plantent des poteaux, on déploie des rouleaux de barbelés, les rames de métro ne partent plus des stations en territoire de la R.D.A., la République démocratique d'obédience soviétique. Dans les premières heures du petit matin, l'affolement, l'inquiétude s'installent, remontant les échelons de la hiérarchie. Partout, dans les demeures endormies des hauts fonctionnaires, puis des ministres, le téléphone sonne. On réveille Adenauer, les ambassadeurs, les commandants de secteur américain, britannique, français. Dans tous les esprits, le souvenir des semaines chaudes de la guerre froide qui virent le blocus de Berlin par les Russes, il n'y a pas si longtemps, se réveille en sursaut. Les Russes préparent-ils un autre coup ?... D'heure en heure, de quart d'heure en quart d'heure parfois, c'est tout le drame de cette nuit au bout de laquelle l'aube se leva sur une ville brusquement coupée en deux et sur l'amorce de ce que, du côté occidental, on devait appeler "le mur de la honte", que l'on revit dans ce livre. Pourquoi le mur ? Parce que la R.D.A. ne pouvait assister, éternellement impuissante, à l'hémorragie grandissante de sa main-d'œuvre, avec ceux qui passaient à l'Ouest, du côté de la liberté. Pourquoi "mur de la honte" ? Parce que, derrière ses barbelés, puis ses maçonneries qui les renforceront, Berlin-Est va désormais faire figure de prison, et que, pour s'évader de la prison, des hommes, des femmes, tenteront l'impossible, que certaines de ces évasions se termineront sur le tragique spectacle d'êtres humains saignant à mort au pied du mur, sans que l'on fasse un geste, de part et d'autre, pour secourir leur agonie. Dans quelle mesure, alors, une part de "la honte" retombe-t-elle sur les Occidentaux eux-mêmes ?... Poignant, souvent impitoyable par la force des faits et des hommes, parfois tragiquement bouffon par l'absurdité des choses, “Berlin, la nuit du mur” entraîne le lecteur aussi bien dans la rue berlinoise que dans les ténèbres dangereuses des tunnels creusés sous le mur et que dans le secret des chancelleries, des Q.G.. du bureau de John Kennedy. Jusqu'ici le sujet du Mur n'avait été qu'esquissé. Voici un livre définitif.

ZORGBIBE (Charles).

Chronologie des relations internationales depuis 1945.

PUF, 1991, in-8°, 513 pp, broché, qqs rares soulignures crayon, trace de scotch au 2e plat, sinon bon état (Coll. Premier cycle)

"Les chronologies vont bon train. Charles Zorgbibe a recensé plus de 5000 événements majeurs, de la paix manquée de 1945 à la réunification, sous nos yeux, du système international, dans sa Chronologie des relations internationales depuis 1945." (Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 1992)

ZORGBIBE (Charles).

L'intrépide chevauchée de Benjamin Disraeli.

Editions de Fallois, 2016, in-8°, 430 pp, notes, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

"Quand je veux lire un roman, j'en écris un", aimait dire Benjamin Disraeli. Sa vie aura été le plus extraordinaire de ses romans. Intrépide chevauchée du petit-fils d'un immigré italien qui rêvait d'accéder aux plus hautes fonctions du Royaume-Uni, alors qu'il n'avait ni titres nobiliaires, ni propriétés terriennes, ni diplôme d'Oxford ou de Cambridge – les conditions indispensables au XIXe siècle pour entrer dans le cercle enchanté du pouvoir britannique... A trente ans, il confie au puissant lord Melbourne, pilier du gouvernement, qu'il veut devenir "premier ministre", provoquant la colère de son interlocuteur : "Jeune homme, chassez ces idées folles de votre tête !" Aux contraintes du destin, Benjamin Disraeli ne cessera d'opposer la force de la volonté et l'énergie créatrice de l'imagination. Il prendra la tête du parti tory, le parti des aristocrates anglais et, par deux fois, il sera premier ministre – accédant ainsi au "sommet du mât glissant". Il élaborera les grandes lois sociales du XIXe siècle et il élargira le suffrage à de nouvelles couches d'électeurs dans une "course à la démocratie" face à son grand rival Gladstone. Devenu l'un des premiers hommes d'Etat européens, Disraeli imposera la paix à la Russie et à l'Empire ottoman lors d'une nouvelle éruption de la "question d'Orient". Il restera, dans l'histoire de l'Angleterre, le père fondateur de l'impérialisme, après avoir multiplié les coups de "diplomatie-spectacle" – l'achat des actions du canal de Suez, la prise de possession de Chypre et le couronnement de la reine Victoria comme impératrice des Indes.

ZORGBIBE (Charles).

La Question de Berlin.

Armand Colin, 1970, in-12, 95 pp, biblio, qqs rares soulignures crayon, bon état (Coll. Dossiers U2, Problèmes internationaux)

ZORZI (Alvise).

La République du Lion. Histoire de Venise.

France Loisirs, 1997, in-8°, 400 pp, 2 cartes, chronologie, biblio, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état

La grande aventure de Venise, depuis le haut Moyen Age jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Tous ses grands moments, tous ses hauts faits sont racontés, depuis son premier démarrage dans une Italie marquée par la présence des barbares, jusqu'à sa mise sous tutelle par Bonaparte. Cette monographie, fondée sur une documentation d'une très grande rigueur scientifique, est la fascinante évocation d'une ville magique qui sut faire naître et s'épanouir tous les talents : diplomatiques et commerciaux, militaires et maritimes, artistiques et politiques. C'est aussi la peinture de la splendeur et de la décadence des grandes familles vénitiennes qui firent du commerce une aristocratie, tracèrent des routes de Southampton à Alexandrie, d'Azov à Trébizonde, de Jérusalem à Pékin. Innovateurs en matière de législation et de justice, ils devinrent mécènes pour créer ce rêve architectural que représente Venise.

ZOUCKERMANN (Raymond).

Galilée, penseur libre.

Ed. de l'Union rationaliste, 1968, in-8°, xvi-330 pp, préface de Paul Couderc, chronologie, index et glossaire

ZSCHIETZSCHMANN (W.).

Hellas and Rome. The Classical World in Pictures.

London, Zwemmer, 1959, gr. in-8°, lxv-304 pp, 65 pages de texte (en anglais), suivies de 304 planches de photos classées par thèmes (environ 575 photos), reliure toile éditeur, jaquette illustrée. Réédition revue et corrigée de la première édition de 1936. Excellente documentation et très joli livre.

ZSCHIETZSCHMANN (Willy).

Prométhée. Histoire illustrée de la civilisation grecque et romaine.

PUF, 1960, gr. in-8°, lxxi-304 pp, traduit de l'allemand, 508 illustrations sur 304 planches, reliure pleine toile éditeur, jaquette illustrée, pt trace d'humidité ancienne en coin, bon état

"Le bel et savant ouvrage de M. Zschietzschmann nous apporte quantité d'informations et de commentaires et une illustration copieuse et très instructive concernant l'ensemble des aspects de la civilisation grecque et romaine (religion, théâtre, arts, vie intellectuelle et pédagogique, activité politique et militaire, vie privée et familiale, formes diverses de la production et des échanges, costumes, distractions de tout ordre, grandes étapes de l'existence humaine, etc.) ; un index fort diligemment établi facilitera la consultation de ce précieux volume, fruit d'un goût et d'un labeur exemplaires. Il faut louer l'auteur d'avoir donné une large place à la production monétaire et aux occupations rurales." (Paul Cloché, Revue Historique, 1961)

ZUBER (Christian).

Galapagos.

Presses de la Cité, 1971, in-8°, 311 pp, 12 pl. de photos hors texte, 3 cartes (2 sur les gardes), cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état, envoi a.s.

A quelque 800 kilomètres de la côte équatorienne, l’archipel des Galapagos est bien « le plus étrange pays du monde » : on y trouve en effet une faune unique au monde, composée d’espèces tropicales aussi bien que polaires et dont la plupart sont en voie d’extinction. Les eaux baignant les côtes rocheuses sont les plus poissonneuses du globe ; la vie fourmille aussi dans le ciel, où les oiseaux les plus rares se comptent ici par milliers. L’intérêt scientifique des îles a d’ailleurs retenu l’attention de nombreux savants. Le onzième livre de Christian Zuber. Une première édition – épuisée – contait brièvement cette fantastique aventure en solitaire aux îles Galapagos. Ce nouveau livre constitue le plus étonnant témoignage jamais rapporté sur la vie des hommes et des animaux dans cette contrée.

ZUMTHOR (Paul).

Guillaume le Conquérant et la civilisation de son temps.

Hachette, 1964, pt in-8°, 399 pp, une carte dépliante hors texte, cart. éditeur, jaquette illustrée

ZUMTHOR (Paul).

Histoire littéraire de la France médiévale. VIe-XIVe siècles.

PUF, 1954, in-8°, 344 pp, notice bibliographique, index, broché, bon état

"On connaît l'intelligente et précise “Histoire littéraire de la France médiévale” de Paul Zumthor." (Georges Duby, Annales ESC, 1958)

ZUMTHOR (Paul).

La Vie quotidienne en Hollande au temps de Rembrandt.

Hachette, 1960, in-8°, 368 pp, notes et références, cart. éditeur, jaquette illustrée, bon état

Le XVIIe siècle, le « Siècle d'or » des Provinces-Unies marque le triomphe d'une nation faite de tous les contrastes. Ici, la terre s'unit à la mer ; le capitalisme le plus audacieux se greffe sur les traditions médiévales ; l'austère morale rigoriste cède la place, le temps d'une kermesse, à de rudes débordements ; le culte des vertus domestiques préside à l'éclosion de chefs-d'œuvre artistiques. Née de la mer, cette nation est un pays de commerçants. De vastes horizons s'ouvrent aux grandes compagnies, en particulier la Compagnie des Indes, et leur rayonnement s'étend des îles de la Sonde aux Amériques en passant par la Chine et l'Inde... Des villes affairées, parcourues de canaux, des prédicateurs, des guildes prospères, des bourgeois satisfaits, c'est toute la Hollande peinte par Rembrandt qui revit sous la plume de Paul Zumthor. Les visiteurs d'alors, comme les lecteurs d'aujourd'hui, s'étonnent de l'équilibre unique que cette société réalise entre la liberté, la tolérance et la prospérité. — "Cette étude sur l'époque que les Néerlandais appellent leur « siècle d'or » (en gros, les années 1600-1680) aurait pu n'être qu'un livre de vulgarisation. En fait, P. Zumthor a réalisé une œuvre personnelle ; son étude est vraiment une création : la structure du livre, le style et son climat, le choix des perspectives portent sa marque. Notons en particulier que le chapitre sur “La Religion”, qui aurait pu raviver quelques querelles, se présente au contraire comme un exposé objectif de la situation et des faits, parfaitement serein, « désamorcé ». Un seul avertissement à donner au lecteur : que le titre ne l'induise pas en erreur, de Rembrandt il n'est pas question explicitement dans l'ouvrage, il se trouve seulement par hasard que les dates de la naissance et de la mort du peintre (1606-1669) coïncident à peu près avec le début et la fin du siècle d'or de la Hollande." (A. Ravier, Etudes, 1962)

ZUNZ (Olivier).

Naissance de l'Amérique industrielle. Detroit, 1880-1920. (Thèse).

Aubier, 1983, in-8°, 352 pp, 13 illustrations, 15 cartes et 2 graphiques hors texte, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Historique)

"Comment la mutation industrielle et sociale des Etats-Unis, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, peut-elle se lire sur le visage changeant d'une de ses métropoles ? Si Olivier Zunz a choisi Detroit pour mener cette analyse, c'est que cette ville a connu, entre 1880 et 1920, une croissance tout à fait spectaculaire : de 116 430, n'est-elle pas passée à 993 678 habitants et du 18e au 4e rang des grandes cités américaines ? Tiré d'une thèse soutenue à l'Université René Descartes, le livre nous donne, dans sa première partie, une description approfondie — géographique, économique et sociale — de la ville à la fin du XIXe siècle ; dans la seconde, il montre ce qu'elle est devenue quarante ans plus tard : « Une métropole aux dimensions nouvelles et le rêve d'une nouvelle société ». Aux clivages ethniques et spatiaux qui sont la marque distincte d'une ville d'immigration à la fin du XIXe siècle, Olivier Zunz consacre des pages très vivantes et très nourries : juxtaposition de communautés homogènes, possibilités de promotion sociale à l'intérieur de ces communautés, solidarités des groupes d'origine plus marquées que celles des classes sociales, osmose dans la population américaine des immigrés les moins récents et les plus assimilables. Tous ces phénomènes, auxquels les écologistes américains nous ont initiés, se trouvent ici présentés dans un cadre original où l'auteur n'a garde d'oublier les changements d'usage de l'espace urbain. (...) Aussi faut-il se féliciter de la publication dans notre langue — et sous la plume d'un universitaire français — d'un livre d'une telle qualité." (Jean-René Tréanton, Revue française de sociologie, 1986)

ZWEIG (Stefan).

Joseph Fouché.

Club du meilleur livre, 1957, in-8°, (16)-209-(8) pp, traduit de l'allemand, 21 illustrations en noir hors texte (la plupart dépliantes), reliure pleine toile rouge décorée d'une vignette au 1er plat, rhodoïd, signet, bon état

Joseph Fouché (1759-1820) est l'une des figures les plus énigmatiques de son temps. Elevé chez les Oratoriens, il fut un pilleur d'églises. Conventionnel modéré, il massacra les royalistes de Lyon. Ayant voté la mort de Louis XVI, il fut ministre de Louis XVIII. Napoléon, qui en fit son ministre de la Police, le chassa et le rappela : il le craignait et avait besoin de lui. La postérité n'a longtemps vu en Fouché que l'opportuniste cynique, capable de toutes les infamies et de toutes les trahisons pour assouvir son goût du pouvoir. Il le fut, mais il sut aussi s'opposer habilement à Robespierre comme à Napoléon, et, en quelques occasions décisives, agir en fonction du bon sens et de l'intérêt de son pays. Stefan Zweig nous donne ici un saisissant portrait de ce personnage, en qui il voit la première incarnation d'un type politique moderne : l'homme de l'ombre, dissimulé, manipulateur, actionnant en coulisses les mécanismes du pouvoir réel.

ZWEIG (Stefan).

Marie-Antoinette.

Grasset, 1960, in-8°, 444 pp, traduit de l'allemand par Alzir Hella, broché, couv. illustrée, bon état

Vilipendée par les uns, sanctifiée par les autres, Marie-Antoinette fut sans doute la plus méconnue des reines de France. Il fallut attendre Stefan Zweig, en 1933, pour que la passion le cède enfin à la vérité. Faisant œuvre d'historien, Zweig a rassemblé avec une prodigieuse maîtrise tous les matériaux existants, en particulier la correspondance de Marie-Thérèse d'Autriche avec sa famille et les papiers du comte de Fersen. Mais en même temps, profond psychologue, il a su explorer les moindres recoins de l'âme humaine, et redonner vie aux statues bordant l'avenue de l'histoire. Il nous montre ainsi comment l'impuissance temporaire de Louis XVI a précipité Marie-Antoinette dans un tourbillon de distractions toujours plus onéreuses. Comment son amitié pour la comtesse de Polignac et l'affaire du Collier lui portèrent un tort fatal. Et comment la Cour se servit de tous ces éléments pour éloigner la reine du peuple. Stefan Zweig, surtout, est parvenu à évoquer, derrière la souveraine, la femme ordinaire et aimable, bientôt emportée par les événements, et dont le destin fut malgré elle héroïque.

ZWEIG (Stefan).

Marie-Antoinette.

Grasset, 1983, in-8°, 442 pp, traduit de l'allemand par Alzir Hella, broché, couv. illustrée, bon état

Vilipendée par les uns, sanctifiée par les autres, Marie-Antoinette fut sans doute la plus méconnue des reines de France. Il fallut attendre Stefan Zweig, en 1933, pour que la passion le cède enfin à la vérité. Faisant œuvre d'historien, Zweig a rassemblé avec une prodigieuse maÎtrise tous les matériaux existants, en particulier la correspondance de Marie-Thérèse d'Autriche avec sa famille et les papiers du comte de Fersen. Mais en même temps, profond psychologue, il a su explorer les moindres recoins de l'âme humaine, et redonner vie aux statues bordant l'avenue de l'histoire. Il nous montre ainsi comment l'impuissance temporaire de Louis XVI a précipité Marie-Antoinette dans un tourbillon de distractions toujours plus onéreuses. Comment son amitié pour la comtesse de Polignac et l'affaire du Collier lui portèrent un tort fatal. Et comment la Cour se servit de tous ces éléments pour éloigner la reine du peuple. Stefan Zweig, surtout, est parvenu à évoquer, derrière la souveraine, la femme ordinaire et aimable, bientôt emportée par les événements, et dont le destin fut malgré elle héroïque.

ZÉVAÈS (A. Bourson, dit Alexandre).

Histoire de la Troisième République.

P., Editions de la Nouvelle Revue Critique, 1938, in-8°, 364 pp, index des Présidents de la République, index des Ministères de la Troisième République, index des principales dates, index alphabétique des noms cités, broché, bon état

Le livre traite principalement de la période 1870-1914 (272 pp sur 335) : Le 4 septembre 1870 ; La Défense nationale ; La Commune ; La République vivra-t-elle ? ; L'ordre moral : la constitution de 1875 ; Le Seize Mai ; La renaissance socialiste ; La République victorieuse ; Ministères Gambetta et Jules Ferry ; Expéditions coloniales : Tunisie, Tonkin ; Les élections de 1885 ; Le Boulangisme ; Esprit nouveau : Panama et lois scélérates ; L'Affaire Dreyfus ; Les ministères Waldeck-Rousseau et Combes ; L'avant-guerre (pp. 7-278) ; La Guerre (pp. 279-311) ; L'après-guerre ; Le Front populaire (pp. 313-341).

ZÉVAÈS (Alexandre).

Au temps du Seize-Mai.

Editions des Portiques, 1932, in-12, 254 pp, annexes, biblio, broché, papier lég. jauni, bon état, non coupé, ex. du SP, prière d'insérer, envoi a.s. (nom du destinataire découpé)

La crise du 16 mai 1877 est une crise institutionnelle de la Troisième République française qui a opposé le président de la République, le maréchal de Mac Mahon, monarchiste, à la Chambre des députés élue en 1876, à majorité républicaine, et à l'une de ses grandes figures, Léon Gambetta. Si cette crise s'est bien ouverte le 16 mai, lorsque le président a nommé un chef de gouvernement conforme à ses vues politiques, qui étaient opposées à celles du parlement, elle s'est de fait poursuivie tout au long de l'année 1877 et n'a trouvé son épilogue que le 13 décembre 1877, lorsque Mac Mahon a reconnu sa défaite politique. La portée de cette crise politique est immense : elle a ancré le régime républicain, alors tout jeune en France, ruinant les espoirs des monarchistes de voir une troisième restauration advenir.

ZÉVAÈS (Alexandre).

De la Semaine Sanglante au Congrès de Marseille (1871-1879).

P., Marcel Rivière et Cie, 1911, gr. in-12, 88 pp, + catalogue des Editions Marcel Rivière in fine, broché, dos scotché, bon état (Coll. Histoire des Partis socialistes en France, sous la dir. de Alexandre Zévaés). Edition originale

ZÉVAÈS (Alexandre).

Henri Rochefort, le pamphlétaire.

France-Empire, 1946, in-12, 283 pp, un portrait hors texte, annexes (généalogie, bibliographie des oeuvres de et des publications sur Rochefort), broché, bon état (Coll. Hommes et mouvements)

Victor Henri de Rochefort-Luçay (1831-1913), mieux connu sous le nom d'Henri Rochefort, est un journaliste, auteur de théâtre et homme politique. Grand polémiste dans les pages de ses journaux (La Lanterne, La Marseillaise, L'Intransigeant), il défend des options politiques radicales voire extrémistes (anticlérical, nationaliste, favorable à la Commune, boulangiste, socialiste et antidreyfusard) qui lui vaudront le surnom de « l'homme aux vingt duels et trente procès », et des condamnations, notamment au bagne en Nouvelle-Calédonie, dont fait unique, il parvint à s'échapper en 1874.

ZÉVAÈS (Alexandre).

Le Parti Socialiste de 1904 à 1923.

P., Librairie Marcel Rivière, 1923, in-12, 264 pp, broché, bon état (Coll. Histoire des Partis socialistes en France, sous la dir. de Alexandre Zévaés). Edition originale

Organisation et effectifs. – Action politique, électorale et parlementaire. – Patriotisme et internationalisme ; les conflits internationaux. – A la veille de la guerre. – La guerre : majoritaires, minoritaires, zimmerwaldiens. – La « France libre » ; première scission. – La scission de Tours ; le Parti communiste. – Annexes : Les guesdistes, Possibilistes et allemanistes, Les blanquistres, Les socialistes indépendants, Le mouvement syndical, Les anarchistes, La presse socialiste, Notice sur les trois Internationales.

ZÉVAÈS (Alexandre).

Le Socialisme en France depuis 1904.

P., Bibliothèque-Charpentier, Fasquelle éditeurs, 1934, in-12, 186 pp, annexes, broché, papier lég. jauni, état correct

ZÉVAÈS (Alexandre).

Les Guesdistes.

P., Marcel Rivière et Cie, 1911, gr. in-12, 114 pp, broché, dos scotché, état correct (Coll. Histoire des Partis socialistes en France, sous la dir. de Alexandre Zévaés). Edition originale

Table : Le programme minimum ; Guesdisme et Possibilisme ; L'agitation socialiste de 1883 à 1889 ; Le Premier Mai ; Programme municipal, programme agricole, programme maritime ; Les élections législatives de 1893 et de 1898 ; Attitude de Guesde et du Parti ouvrier dans quelques questions ; Le Parti ouvrier français, la participation ministérielle et l'unité socialiste.

ZÉVAÈS (Alexandre).

Sur l'écran politique. Ombres et silhouettes. Notes, mémoires et souvenirs d'un militant.

Georges-Anquetil, 1928, in-12, 359 pp, broché, couv. illustrée, bon état

Le Quartier-Latin (1889-1894), Maurice Barrès, J.-L. Breton, René Viviani. - Un congrès à Genève. - Fourmies et Paul Lafargue. - Les débuts d'Aristide Briand. - Clovis Hugues. - Jaurès et Guesde. - Etc.

ZÉVAÈS (Alexandre).

Une révolution manquée. L'insurrection du 12 mai 1839.

P., Editions de la Nouvelle Revue Critique, 1933, in-12, 251 pp, biblio, broché, bon état

Contient une bibliographie, la liste des prisonniers politiques au Mont-Saint-Michel de 1838 à 1845 et des pièces du procès.

ZÖLLNER (Erich).

Histoire de l'Autriche, des origines à nos jours.

Roanne, Editions Horvath, 1966, fort gr. in-8°, 729 pp, traduit de l'allemand, préface de Victor-L. Tapié, 36 planches de photos hors texte, 4 cartes et 3 tableaux généalogiques, biblio, index, reliure toile bordeaux de l'éditeur, sans la jaquette, bon état (Coll. Histoire des Nations)

|Atlas] – PRATT (Susan)(Edited by).

The Rhodesian Book of the Road.

Salisbury, M. O. Collins, 1974, in-4°, 72 pp, 28 cartes en couleurs dans le texte et à pleine page, illustrations de Jill Meikle et Celia Wakefield et très nombreuses photos, cart. illustré de l'éditeur, bon état. Texte en anglais. Peu courant

Intéressant atlas routier de la Rhodésie du Sud (actuel Zimbabwe) en 1974, avec de belles cartes et de nombreuses photos de l'époque, la plupart en couleurs. Après l'indépendance de la Zambie, le nom de Rhodésie servit à désigner la Rhodésie du Sud, notamment après sa déclaration d'indépendance en 1965. L'ouvrage a été publié à Salisbury, capitale de la Fédération de Rhodésie et du Nyassaland, puis capitale du nouvel État indépendant du Zimbabwe (en 1980), rebaptisée Harare lors du deuxième anniversaire de l'indépendance en avril 1982.

|Beaux-arts] – FRA ANGELICO.

Fra Angelico da Fiesole. L'oeuvre du maître. Ouvrage illustré de 327 gravures.

Hachette, 1911, pt in-4° (18 x 25,4), xxxvi-254 pp, 327 illustrations en noir, la plupart à pleine page, classement chronologique des oeuvres, biblio, reliure percaline bordeaux de l'éditeur, décor doré au 1er plat et au dos, tête dorée, discret C. de bibl., bon état (Nouvelle collection des Classiques de l'art)

"Voici un album de reproduction des œuvres de Fra Angelico, publié par la maison Hachette dans la collection des Classiques de l'art. On sait que plusieurs volumes sur Dürer, Michel-Ange, Raphaël, Mantegna et Titien ont déjà paru dans cette collection dont le but est de mettre à la portée de tous l'œuvre aussi complète que possible des grands artistes, peintres et sculpteurs. Les œuvres de l'artiste sont présentées dans l'ordre chronologique ; au début est une courte biographie, à la fin des notules et éclaircissements sur les œuvres reproduites." (Marcel Aubert, Bibliothèque de l'école des chartes, 1912)

|Beaux-arts] – VEDOVELLO (Franco).

Vincent Van Gogh. Sa vie, son oeuvre. Texte original de Franco Vedovello. Adaptation française de Marie-Christine Gamberini.

P., Gründ, 1990, in-4°, 286 pp, 300 illustrations dont 240 en couleurs, dans le texte et à pleine page, biblio, index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état

"Ce travail nous vient d'Italie. A l'inverse de tant et tant d'écrits qui profitèrent de l'aspect superficiel tragique de sa vie pour raconter, négligeant l'oeuvre, une histoire véritablement poignante et, quand il est trop tard, faire pleurer les chaumières, l'auteur adopte résolument un ton de constat, se refuse à tout épanchement, à tout romantisme. La vie, la passion de Van Gogh, y est suivie presque pas-à-pas, époque par époque, les seuls commentaires concernant ses pensées affectives et sa réflexion picturale y sont fondés à partir d'extraits, superbement choisis, d'une lecture attentive de ses propres lettres. C'est un travail où l'effacement apparent de l'auteur livre au contraire tout ce qu'on attend de lui, laisse Van Gogh s'exprimer lui-même : « Je ne m'attends à rien pour moi. Nous sommes condamnés. Nous vivons hors de notre époque. »" (Jacques Busse, préface)

|Beaux-arts].

Les Arts. Revue mensuelle des Musées, Collections, Expositions.

P., Goupil, Manzi, Joyant, 1903-1920, 13 vol. gr. in-4° (357 x 290), très nombreuses illustrations, la plupart à pleine page ou sur demi-page, tables, texte sur 2 colonnes, 11 volumes reliés en demi-toile bordeaux, pièces de titre basane havane, les 3 derniers volumes en reliures demi-chagrin caramel, dos à 5 nerfs soulignés à froid, titres dorés, tous les volumes en bon état. Rare

Collection presque complète de la deuxième année (1903) à la seizième et dernière année (1920), soit du n° 20 au n° 192 (chaque année comprend 12 numéros de 24 à 46 pages sur papier glacé), elle est ornée de très nombreuses reproductions. Bel exemplaire de cette excellente documentation.Détail : Vol. 2 (août à décembre 1903) et Vol. 3 (1904) reliés en un volume, Vol. 4 (1905), Vol. 5 (1906), Vol. 6 (1907), Vol. 7 (1908), Vol. 8 (1909), Vol. 9 (1910), Vol. 10 (1911), Vol. 11 (1912), Vol. 12 (1913), Vol. 13 (1914-1916 : aucun numéro n'a paru entre septembre 1914 et avril 1916), Vol. 14 (1917-1918) et Vol. 15 (1919) reliés en un volume, Vol. 16 (1920). Compte-tenu du poids de l'ensemble (50 kg environ), nous serons amenés à demander des frais d'expédition plus importants en cas d'envoi.

« BENIGNO » (Dariel Alarcón Ramirez).

Vie et mort de la révolution cubaine.

Fayard, 1996, in-8°, 298 pp, traduit de l'espagnol, broché, bon état

Peut-on trouver meilleur témoin ? Engagé à 17 ans dans la guérilla aux côtés de Fidel Castro et d'Ernesto "Che" Guevara, le colonel Dariel Alarcón Ramirez, dit "Benigno" a connu l'ivresse de la révolution victorieuse avant d'assumer des responsabilités officielles au coeur même du régime : tour à tour directeur des Ecoles spéciales d'entraînement des étrangers, infiltré dans la guérilla contre-révolutionnaire, chef de la Police militaire à La Havane, du Bataillon de sécurité de l'état-major, des Prisons, il a côtoyé tous les dirigeants cubains, participé à toutes les entreprises de déstabilisation à l'étranger. Aujourd'hui, il a décidé de parler. Que s'est-il exactement passé pendant ces quarante ans ? Comment et à quel moment la révolution a-t-elle tourné à la tyrannie ? Quelle est la situation exacte aujourd'hui dans l'île ? Le témoignage lucide et passionné de cet homme fidèle à la mémoire du "Che" est accablant.

ÉTÉVÉ (Albert).

Avant les Cocardes. Les débuts de l'aéronautique militaire - Les premiers pilotes d'aéroplane et de ballon dirigeable de l'armée française.

Charles-Lavauzelle, 1961, in-8°, 205 pp, 36 photos et figures dans le texte et à pleine page, liste des pilotes d'aéroplane brevetés en 1910, liste des pilotes de ballon dirigeable brevetés en 1910, broché, couv. illustrée, bon état. Peu courant, envoi a.s.

Cet ouvrage historique clair et précis concerne spécialement les années 1908, 1909 et 1910.

ÉTÉVÉ (Albert).

La Victoire des cocardes. L'aviation française avant et pendant la Première Guerre mondiale.

Laffont, 1970, in-8°, 322 pp, 53 photos hors texte, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

Etévé (polytechnicien en 1900) est affecté en 1906 dans l'aérostation, où il obtient son brevet de pilote de ballon libre en 1907. Promu capitaine en 1908 pour faits de guerre au Maroc, il entre au laboratoire de Chalais-Meudon : il est breveté pilote de dirigeable en février 1910. Pilote-aviateur en juin 1910 sur le biplan Wright livré à l’armée et sur lequel il a adapté un stabilisateur automatique de son invention, il ne cesse d'améliorer la sécurité en vol. Il crée en 1911 un indicateur de vitesse à palette, réglementaire à bord des avions militaires, avant l'apparition de l'anémomètre Badin. Chef de l'Ecole d'aviation militaire de Versailles, il la commande jusqu'en 1914. Noté par le général Rocques, chef de l’aviation de 1910 à 1912, "aussi excellent officier que pilote remarquable et ingénieur brillant", il est alors affecté, en tant que chef du service des avions chargé du suivi et du contrôle des travaux constructeurs, au Service des fabrications de l'aviation (1914-1916 avions série et proto) puis à la Section technique de l'aéronautique (1916-1918 avions nouveaux). C'est à cette période du début de l'aviation qu'il a consacré un ouvrage "La Victoire des cocardes", que son chef à la STA en 1918, le commandant Albert Caquot qualifiera de "témoignage impartial et objectif". Par sa carrière de pilote et d’ingénieur, Etévé fait partie de la génération des grands pionniers de l’aéronautique.