19083 résultats

WARÉE (Barnabé).

Curiosités judiciaires, historiques, anecdotiques, recueillies et mises en ordre.

P., Adolphe Delahays, 1858, in-12, 504-(2) pp, reliure demi-toile rouge, dos lisse, pièce de titre basane noire, couv. conservées, bon état. Peu courant

La vie judiciaire sous l'Ancien Régime. L'auteur était éditeur des Annales du Barreau français. En sous-titre sur la couverture : " Justice, vérité Législateurs, lois Empereurs, rois, papes Magistrats Jurisconsultes, publicistes, économistes Orateurs grecs et romains Avocats Bibliothèque des avocats Procédure, procureurs, huissiers Notaires Procès Plaideurs Législation criminelle, sortilèges etc. Jugements, arrêts singuliers, catses cililes [sic] et criminelles, usages, coutumes, bons mots, naïvetés Parlements, variétés, mélanges, allusions, proverbes, etc."

WASSERMANN (Suzanne).

Les Clubs de Barbès et de Blanqui en 1848.

Genève, Mégariotis Reprints, 1978, in-8°, xxii-248 pp, biblio, index, reliure simili-cuir havane de l'éditeur, bon état. Réimpression de l'édition de Paris, 1913

Les clubs apparaissent comme lun des phénomènes les plus saillants de la révolution de 1848. Ils illustrent la fécondité et la diversité des discours et des opinions qui purent sexprimer librement durant les quelques mois qui séparent le 24 février de linsurrection de juin, comme après la prise de la Bastille ou les Trois Glorieuses. "L'auteur, qui a déjà publié dans la Révolution de 1848 de bons articles sur le club de Raspail, nous donne ici une étude minutieuse et complète sur les deux clubs célèbres où dominaient Barbès et Blanqui. Nous apprenons à connaître les principaux orateurs, les grandes séances, les résolutions votées jusqu'au 15 mai, ou même plus tard, puisque le club de Barbès dura jusqu'aux journées de juin. Il n'y a rien à reprendre dans un exposé si bien documenté. Quant à la conclusion, peut-être exagère-t-elle le caractère pacifique et modéré de ces clubs ; les théories qu'on y développait nous semblent anodines, parce que nous sommes habitués depuis trente ans aux réunions publiques ; en 1848 chaque discours était pris au sérieux, sinon au tragique." (Georges Weill, Revue de synthèse historique, 1913) "Les clubs de 1848 sont presque innombrables. Mlle Wassermann a choisi ceux de Barbès et de Blanqui pour sujets de son étude, parce qu'ils avaient de très nombreux adhérents, parce qu'ils ont eu pour chefs les deux plus connus parmi les révolutionnaires de tradition et de principe, et parce qu'ils réunissaient à la fois des théoriciens et des hommes d'action. Ceux-ci étaient la majorité, ou du moins on les trouve parmi la majorité d'ouvriers qui dominaient dans le « Club de la Révolution » comme dans la « Société républicaine centrale ». A côté d'eux, on n'est pas peu surpris de trouver, entre autres révolutionnaires d'occasion, Sainte-Beuve et Leconte de Lisle. Il y a aussi des agents provocateurs. On parle beaucoup, surtout au Club de Blanqui ; on se répand en discours violents et en menaces contre le gouvernement, mais le jour de l'action venu, la plupart se dérobent, à moins qu'il ne s'agisse d'une manifestation à peu près pacifique comme celle du 17 mars. Le club de Barbès ne suit même pas son chef à la journée du 15 mai, et ne semble pas avoir eu la moindre part aux journées de juin. Mlle W. conclut que « le rôle des clubs de Barbès et de Blanqui a été exagéré et dénaturé. Ni l'un ni l'autre ne semble avoir eu une action décisive sur les événements ». L'étude Mlle W. est fondée sur des documents nouveaux et importants, surtout les papiers de Blanqui à la bibliothèque nationale. Elle est soigneusement composée, écrite d'un style ferme et clair. C'est un bon travail." (R. G., Revue critique d'histoire et de littérature, 1913)

WASSILIEFF (Alex).

Un pavillon sans tache. De l'armistice au sabordage : la vérité.

Grasset, 1986, in-8°, 335 pp, 16 pl. de photos et fac-similés hors texte, cartes, état moyen (couv. lég. abîmée, 2 traces de chocs au 2e plat). Tel quel

WAT (Ola).

L'Ombre seconde. Avant-propos de Maria Craipeau. Traduit du polonais par Christiane Giovannoni.

Editions de Fallois/L'Age d'Homme, 1989, pt in-8°, 235 pp, broché, couv. illustrée, bon état

Epouse du poète Alexander Wat, Ola, après l'arrestation de son mari par les Soviétiques, est déportée comme tant d'autres Polonais. Ses tourments dureront toute la Seconde Guerre mondiale.

WATNEY (Bernard M.) et Homer D. BABBIDGE.

600 Tire-Bouchons de collection.

Lausanne, Edita, 1983, pt in-4°, 160 pp, 185 illustrations dont 21 en couleurs, glossaire, index, reliure pleine toile bleue de l'éditeur, jaquette illustrée, bon état

Cet ouvrage retrace pour la première fois en français toute l'histoire du tire-bouchon, de son invention à nos jours. Il fait la part belle aux véritables objets d'art créés en France aux XVIIIe et XIXe siècles, ainsi qu'au superbe "télescopique Kariba", aux formes très épurées, qui fait aujourd'hui le bonheur des amateurs de vin.

WATRIN (Paul).

La Tradition monarchique, d'après l'ancien droit public français.

P., Arthur Savaète, s.d. (1916), gr. in-8°, 232 pp, un tableau généalogique résumant "droits et prétentions", index, broché, dos lég. abîmé, bon état (Saffroy, I, 12378)

La nature juridique de la Royauté française ; Historique de la question ; La Tradition en droit ; La Tradition en fait.

WATSON (Lyall).

Histoire naturelle du surnaturel.

Albin Michel, 1976, in-8°, 300 pp, biblio, broché, bon état

WATT (Richard M.).

Trahison ?

Presses de la Cité, 1964, in-8°, 374 pp, traduit de l'américain (Dare Call it Treason), 8 pl. de cartes et photos hors texte, biblio, cartes sur les gardes, cart. éditeur, jaquette illustrée (lég. abîmée), état correct

"Incompétence des chefs militaires français durant la grande guerre, défaitisme d'un personnel politique porté à faire passer ses ambitions propres avant les intérêts de la patrie, telle est la thèse soutenue par R.M. W. Il étudie dans cette perspective les événements de 1917, notamment les grandes hécatombes et la question encore mal connue des mutineries. D'après lui, c'est à Pétain et à Clemenceau seuls que la France dut son salut." (Revue française de science politique, 1965)

WATTEVILLE (Baron Oscar de).

A propos d'une bibliographie napoléonienne.

P., Emile Lechevalier, 1894, gr. in-8°, 28 pp, reliure pleine toile verte, dos lisse, titres dorés, bon état

la bibliographie d'Alberto Lumbroso (Essai d'une bibliographie raisonnée pour servir à l'histoire de l'époque napoléonienne, Modène, 1894).

WATTIEZ (N.) et F. STERNON.

Eléments de chimie végétale. Préface de E. Marchal.

Masson, 1942, in-8°, 844 pp, reliure demi-toile époque, dos uniformément passé

WAUTERS (Eric).

Noël de la Morinière (1765-1822). Culture, sensibilité et sociabilité entre l'Ancien Régime et la Restauration.

Honoré Champion, 2001, gr. in-8°, 292 pp, reliure pleine toile bleu-ciel de l'éditeur, bon état

Joseph Noël de la Morinière fut journaliste, agent de renseignements ou Inspecteur général des Pêches de France : un jeune bourgeois à talents puis un honnête homme ordinaire. Mais il a été aussi un polygraphe fécond dont l'oeuvre témoigne des mutations ou des pesanteurs de la culture, de la sensibilité et des modes de pensée de la société française de cette époque.

WEAL (John) et Jerry SCUTTS.

La Luftwaffe en Afrique du Nord.

DelPrado/Osprey Publishing, 2000, gr. in-8°, 64 pp, 84 photos, 12 pl. de profils d'avions et d'uniformes en couleurs par John Weal et Mike Chappell, couv. illustrée, bon état (Coll. Les Combats du Ciel)

WEAL (John).

Les Stuka en Méditerranée.

DelPrado/Osprey Publishing, 1999, gr. in-8°, 63 pp, 49 photos, 12 pl. de profils d'avions et d'uniformes en couleurs, couv. illustrée, bon état (Coll. Les Combats du Ciel)

WEBB (Edwin) & John DUNCAN.

Blitz over Britain.

Spellmount Publishers Ltd, 1990, in-4°, 192 pp, plus de 200 photographies (dont un certain nombre supprimées par la censure de l'époque), cartes, texte sur 3 colonnes, biblio, index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état. Texte en anglais

WEBER (Eugen).

Fin de siècle. La France à la fin du XIXe siècle.

Fayard, 1986, in-8°, 359 pp, index, broché, couv. illustrée, état correct

"Les Français des années 1880 et 1890 se disaient "fin de siècle" et, malgré leur récente défaite militaire, le triomphe de la mode française dans le monde occidental valut à cette expression de désigner tout particulièrement le terme du XIXe siècle. Pourquoi "fin de siècle", avec la connotation évidente que s'achevaient non seulement un siècle mais une période, une époque, un mode de vie, un monde? Ce qui me frappe, c'est le décalage entre le progrès matériel et la déréliction spirituelle qui évoque tellement notre propre époque. Tant de choses allaient bien, même en France, à la fin du XIXe siècle, tandis que l'on disait tant de choses laissant entendre que tout allait mal. Avant tout, ce livre traite des habitudes et des nouveautés affectant la vie privée. Les années 1880 et 1890 virent éclore des innovations d'une importance fondamentale pour l'avenir : nouveaux moyens de chauffage, d'éclairage et de transports ; un meilleur accès aux loisirs, au sport, à l'information et aux voyages lointains. Le télégraphe et le téléphone, la machine à écrire et l'ascenseur, les transports en commun de masse et ce merveilleux coursier individuel, la bicyclette, sans parler de l'électricité, sont tous des conquêtes de la fin du siècle. S'ils contribuèrent à pallier les insuffisances de la classe politique, ils inquiétaient les plus austères qui redoutaient leur effet sur la fibre nationale. D'autres sujets d'inquiétude, caractéristiques de la fin du XXe siècle, agitaient déjà les Français il y a cent ans: la pollution, la surpopulation, le bruit, les nerfs, la drogue, les menaces pesant sur l'environnement, la paix, la sécurité, la santé mentale tant publique que privée; les effets nuisibles de la presse et de la publicité; le déclin des valeurs personnelles et sociales; la vague croissante de la criminalité menaçant l'ordre public. A bout de souffle, la société s'imaginait alors, comme aujourd'hui, au bord du gouffre et tremblait de peur. La France fin de siècle est un pays étranger où l'on reconnaît au passage des silhouettes, des monuments et des paysages familiers : symbolistes, impressionnistes et néo-impressionnistes; les problèmes des domestiques, de l'emploi et de la main-d'oeuvre étrangère ; l'invasion de l'anglais (on dénonçait le franglais) ; le massacre des sites par les touristes et l'obligation de partir l'été. Je me limite aux phénomènes superficiels, à la portée du touriste curieux que nous sommes. Si les réalités profondes peuvent exciter l'imagination, la vie, pour l'essentiel, se déroule à la surface des choses." (Eugen Weber)

WEBER (Eugen).

La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale (1870-1914).

Fayard, 1984, fort in-8°, 843 pp, traduit de l'anglais, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

La modernisation tardive de la paysannerie française : le livre dEugen Weber fit, à lépoque de sa parution, leffet dune bombe : contrairement à ce que lon croyait jusqualors, la France rurale était longtemps restée prisonnière de coutumes, de traditions, de cultures routinières et de particularismes locaux. La modernisation de cette France rurale fut très tardive : lauteur la date des dernières années du XIXe siècle. Ce nest quavec la troisième République quon transforma les paysans en Français, pour reprendre le titre original de ce livre. Ce livre, devenu un classique, fait revivre un monde disparu celui des ruralités particularistes, dune vie quotidienne vouée à la répétition, de modes de vie routiniers scandés par dinnombrables rituels, où lon parle une multiplicité de dialectes et de patois, où les principales distractions sont les veillées et les chansons. Voici un portrait saisissant, nouveau, étrange du paysan français du XIXe siècle. Etrange en effet, et étranger, ce "sauvage" couchant dans des huttes sur des bottes de fougère, largement illettré, ignorant le système métrique, la monnaie et la langue française, parfois même le plus grand pays au-delà du sien. Les proverbes ce livre en fourmille , les chansons et les contes populaires, les témoignages des contemporains fonctionnaires, magistrats, prêtres, militaires, instituteurs, touristes constituent la palette de l'historien Eugen Weber. L'un des bénéfices de son approche est de faire apparaître le fossé qui sépare la France des villes de la France des campagnes, et la diversité de ces dernières. Fiction d'une nation une et indivisible, qui ne fut réalisée qu'au XXe siècle. La communauté paysanne n'est pas une non plus. De notables différences existent entre les paysans bretons et ceux du Limousin, de l'Ardèche, des Alpes, du Morvan, des Pyrénées, entre les parlers, les coutumes, l'alimentation, l'habitat, les modes de cultures... Autant de chapitres encore sur les fêtes et les veillées, la religion, l'émigration, la criminalité et la nuptialité, les communications et la politique, les foires et les marchés, la circulation des nouvelles... Une foison de détails tantôt saugrenus, tantôt monstrueux, insoupçonnés. Weber fait renaître, ce monde disparu. Car le "sauvage" s'est urbanisé, civilisé, policé. Il a gagné les villes, parce que c'est là qu'on peut gagner sa vie ; et les modes des villes l'ont gagné à leur tour. Les grandes peurs, les anciennes croyances, la misère, les maladies ont reculé. Comment ce monde est-il passé de son isolement à l'ouverture sur l'extérieur, d'une économie de subsistance à une économie de marché, de l'usage de la langue locale à celui de la langue officielle ? Weber analyse les facteurs de changement : la francisation de la France.

WEBER (Eugen).

Ma France. Mythes, culture, politique.

Fayard, 1991, gr. in-8°, 479 pp, broché, couv. illustrée, bon état

"La culture française conforte mes prédilections. Dans le contexte de leur unité culturelle, les Français, en tant que Français et en tant qu'individus, sont totalement différents les uns des autres, infiniment variés et étonnamment authentiques. Il existe tant de versions de l'histoire de France qu'il est difficile de dire ce que pourrait être la France ou ce que devrait être son histoire. Pourtant, il y a incontestablement une France, il y a évidemment une histoire de France agrégation de variables et de détails innombrables, création de l'imaginaire, de la foi et d'efforts infinis. La France et les Français témoignent de la capacité de l'Histoire j'entends l'histoire qu'écrivent les historiens à forger les réalités qu'elle imagine. Et à ceux qui pensent que l'histoire n'existe que sur le papier, il faut rappeler, comme George Bernard Shaw l'écrivit un jour à Ellen Terry, que "ce n'est que sur le papier que l'humanité a, jusqu'à présent, atteint la gloire, la beauté, la vérité, la connaissance, la vertu et l'amour durable"." (E. W.)

WEBER (Eugen).

Satan franc-maçon. La mystification de Léo Taxil.

Julliard, 1964, in-12, 236 pp, 16 pl. de gravures et photos hors texte, annexes, biblio, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Archives)

L'affaire Diana Vaughan montée par Léo Taxil, un mystificateur de génie. A une époque où le spiritisme et le sensationnel font recette, le journaliste Léo Taxil s'est spécialisé dans la dénonciation la plus délirante de la franc-maçonnerie. Et avec quel succès ! Cet ancien anticlérical y gagne même la sympathie du pape,,, avant de dévoiler lui-même, après douze ans, que son action relevait d'une « phénoménale mystification ». L'affaire Taxil illustre à merveille la lutte que se livrent, à la fin du XIXe siècle, francs-maçons et catholiques français. Au centre de l'intrigue, ce journaliste qui cultive le scandale et la mystification : Léo Taxil, avide de publicité et de succès de librairie, résolu à exploiter la vogue de l'occultisme, qui déferle sur l'Europe entre 1870 et 1900. Gabriel-Antoine Jogand-Pagès (1854-1907), connu sous le nom de plume de Léo Taxil comme auteur douvrages dun anti-cléricalisme outré et ordurier, se déclare en 1885 converti de la franc-maçonnerie au catholicisme. Il commence à produire des ouvrages anti-maçonniques qui ne disent rien de très nouveau, jusquà ce que après la parution en 1891 du roman Là-bas de Joris-Karl Huysmans, qui avait mis le satanisme à la mode , un associé de Taxil, le Dr Charles Hacks (« Dr Bataille ») et Taxil lui-même commencent en 1892 à livrer à un public de plus en plus étonné les secrets du satanisme maçonnique. Derrière la franc-maçonnerie, on apprend quil y a le « Palladisme » luciférien, jadis dirigé par le franc-maçon américain Albert Pike (1809-1891) et aujourdhui par le grand maître italien Adriano Lemmi (1822-1896), contre lequel une révolte est pourtant en cours. En effet, une grande querelle divise la « haute maçonnerie » (qui compte, bien entendu, aussi bien des femmes que des hommes) entre les partisans de deux grandes prêtresses lucifériennes : lune odieuse, Sophia Walder, lautre somme tout sympathique, Diana Vaughan. Pour les lecteurs de Taxil et de Bataille, lhappy ending de la conversion de Diana Vaughan au catholicisme nest donc pas vraiment surprenant. Diana (sans jamais paraître en public, bien quelle se manifeste à quelques personnes en privé) commence à son tour à publier des ouvrages anti-maçonniques, qui contiennent sur le satanisme des particularités tellement bizarres que des anti-maçons catholiques sen inquiètent et se mettent à douter. Après que le Dr Hacks-Bataille ait confessé quil sagissait bien dune mystification, Léo Taxil annonce que Diana va finalement se montrer le 19 avril 1897. Ce soir-là, à la Salle de la Société de Géographie, cest Taxil qui paraît pour confirmer quil sagit en effet dune mystification : il a voulu montrer la crédulité des catholiques, avec la complicité du Dr Hacks et dune dactylo dorigine quelque peu américaine, qui a joué le rôle de Diana Vaughan dans les rares occasions où il a fallu la montrer à quelques personnes. Laffaire fait grand bruit, car le Pape lui-même avait reçu Taxil... Lauteur a effectué des recherches aux archives de la préfecture de police pour avoir des documents sur Léo Taxil.

WEBER (Jacques)(dir.).

Le Monde créole. Peuplement, sociétés et condition humaine, XVIIe-XXe siècles. Mélanges offerts à Hubert Gerbeau.

Les Indes savantes, 2005, gr. in-8°, 527 pp, biblio, broché, couv. illustrée, bon état

38 études érudites (dont 2 en anglais) Trente-sept chercheurs français de métropole, réunionnais, mauriciens, malgaches, antillais, américains ont apporté leur contribution à ce volume sur les thématiques et problématiques d'Hubert Gerbeau, qui a consacré ses recherches à l'esclavage et à ses séquelles à la Réunion aux XIXe et XXe siècles. Le volume présente une incontestable unité. Il couvre la période coloniale dans sa globalité, et plus précisément les parties de l'empire français où se développèrent une économie de plantation et des sociétés esclavagistes. La plupart des articles concernent une zone géographique et un milieu culturel spécifiques, l'océan Indien occidental. Des comparaisons avec les sociétés créoles des Antilles étaient d'autant plus pertinentes qu'Hubert Gerbeau n'a jamais négligé la zone Caraïbe. L'unité du livre est également thématique, la traite et l'esclavage constituant les traits d'union entre les différentes contributions. Autant qu'aux phénomènes historiques de la traite, de l'esclavage et des coolie trades indien et chinois, l'ouvrage s'intéresse à leur "ombre", pour reprendre une expression de Gerbeau. Il montre à quel point le traumatisme de l'esclavage a marqué et marque encore les sociétés créoles des Mascareignes et des Antilles. Naturellement, les auteurs s'intéressent également à la survivance de discriminations raciales et de l'esclavage jusqu'à l'extrême fin du XXe siècle.

WEBER (Jacques).

Le siècle d'Albion. L'Empire britannique au XIXe siècle, 1815-1914.

Les Indes savantes, 2011, gr. in-8°, 748 pp, 24 pl. de photos et 12 pl. de cartes et illustrations en couleurs hors texte, notices biographiques, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

"Le projet ambitieux que Jacques Weber nous propose ici est une approche synthétique de lhistoire complexe des colonies britanniques, allant de la fin des guerres napoléoniennes à la veille du premier conflit mondial. Dans un style clair et accessible, lauteur explore les évolutions de lEmpire britannique ainsi que celle des différentes aires conquises. J. Weber a eu le soin dinsérer, au fil du récit, de nombreux extraits de sources dépoque (journaux, pamphlets, romans, rapports officiels, traités diplomatiques, récits dexplorateurs, etc.) dont il assure souvent la traduction. Dans le même registre, il faut souligner lajout de nombreuses cartes en couleur reflétant expansion et conflits coloniaux. Une cinquantaine de notices biographiques présentes à la fin de louvrage se révèlent être très fournies et utiles. (...) Le propos est fluide, et il faut souligner limmense travail de synthèse accompli par lauteur. Pour ne citer que quelques exemples parmi dautres, le passage sur les colonies australiennes (pp. 219-245) offre un récit détaillé (chiffres et sources à lappui) de la naissance dune société complexe qui fait parfois figure de « laboratoire dexpérimentation » pour la métropole. De même, la présence britannique en Inde est traitée avec précision ainsi, J. W. présente avec finesse les différentes lectures de la Révolte des Cipayes (1857-1858). On appréciera également la manière dont est abordée la question des migrations de coolies indiens dans lempire (indentured labourers) dans un contexte post-abolitionniste (pp. 334-340)." (Géraldine Vaughan, Relations internationales, 2012) Aucune puissance, ni l'Espagne de la Renaissance, ni les Etats-Unis du XXe siècle, n'a plus que la Grande-Bretagne contribué à la naissance du monde contemporain, à la diffusion des progrès scientifiques et technologiques et des valeurs religieuses, morales et politiques du vieux continent. C'est à l'Angleterre que l'on doit l'ouverture du monde, le décloisonnement des civilisations et des sociétés. Différents facteurs expliquent l'avance et la puissance d'Albion au XIXe siècle et l'empreinte qu'elle a laissée sur le monde : la conquête des libertés et le consensus autour des institutions, la puissance économique et la domination des océans, l'efficacité du Foreign Office dans les affaires européennes, l'esprit d'entreprise de ses fils, tels Thomas Stamford Raffles à Singapour, James Brooke, le "rajah blanc de Bornéo", et Livingstone, qui incarne les valeurs morales de sa nation. Le lecteur trouvera dans cet ouvrage d'importants développements sur la situation politique et sociale et sur les mentalités de l'Angleterre victorienne, sur son essor industriel et commercial et sur les difficultés du tournant du siècle, quand émergent de niveaux géants, sur sa politique d'équilibre sur le continent et de maîtrise de la Méditerranée et de la route des Indes. L'hétérogénéité de l'empire est analysée en détail : des colonies de peuplement qui accèdent au self-government et des colonies d'exploitation, où les droits politiques des "indigènes" sont inexistants ; des possessions tantôt administrées directement, tantôt régies par l'indirect rule. L'histoire intérieure des plus importantes est privilégiée, et notamment les secousses qui les agitent, comme la révolte des Cipayes et la guerre des Boers, sans vraiment ébranler les certitudes de Londres.

WEBER (Joseph).

Mémoires de Weber, concernant Marie-Antoinette, archiduchesse d'Autriche et Reine de France et de Navarre ; avec des notes et des éclaircissemens historiques, par MM. Berville et Barrière.

P., Baudouin Frères, 1822, 2 vol. in-8°, viii-511 et 380 pp, reliures demi-basane havane, dos lisse avec filets dorés, pièces de titre et d'auteur basane noire, tranches mouchetées (rel. de l'époque), qqs rares rousseurs, dos lég. frottés, pt. manque de cuir au tome 2, erreur de tomaison aux dos, bon état (Coll. des Mémoires relatifs à la Révolution française)

"Fils de la nourrice de Marie-Antoinette, Weber suivit sa soeur de lait en France, fut nommé commis aux finances en 1782, émigra après les massacres de septembre 1792. Ses mémoires n'ont pas été rédigés par lui, on a cru pouvoir y discerner plusieurs mains, dont celle de Lally-Tollendal. Ils constituent essentiellement une biographie de la Reine." (Fierro, 1494) Les frères Baudouin, lors du procès que leur fit Weber, produisirent "une lettre de Lally-Tollendal par laquelle il reconnaissait avoir rédigé d'après ses souvenirs personnels et ceux du duc de Choiseul, ce qui concernait l'intérieur de la Reine et d'après un petit nombre de notes de Weber, l'avant-propos et les 3 premiers chapitres." (Tourneux) "On trouve dans chaque tome d'abondantes notes biographiques et historiques." (Martin et Walter, 33860) Les Eclaircissemens historiques et pièces officielles (pp. 293-380 du tome II) contiennent notamment le récit de la conduite du régiment des gardes-suisses le 10 août 1792, par Pfyffer d'Altishoffen, avec les noms de ceux qui prirent part à cette journée.

WEBER (Max).

L'Ethique protestante et l'esprit du capitalisme, suivi d'un autre essai (Les sectes protestantes et l'esprit du capitalisme). Traduits de l'allemand par Jacques Chavy.

Plon, 1981, in-8°, 340 pp, biblio, 2 index, broché, bon état (Coll. Recherches en sciences humaines)

WEBER (Max).

L'Ethique protestante et l'esprit du capitalisme, suivi d'un autre essai (sur les Sectes protestantes et l'esprit du capitalisme).

Plon, 1981, in-8°, 340 pp, traduits de l'allemand par Jacques Chavy, biblio, 2 index, broché, annotations stylo, sinon bon état (Coll. Recherches en sciences humaines)

Max Weber décrit le grand bouleversement des Temps modernes, la transformation dans les mentalités du rapport à l'argent et à la fortune. Aux consciences médiévales marquées par la parole évangélique selon laquelle "il est plus aisé pour un chameau de passer le chas d'une aiguille que pour un riche d'entrer dans le royaume de Dieu" (Marc, x, 25), le protestantisme affirme que l'homme est sur terre pour se livrer à des uvres terrestres, et que le succès de ses entreprises est le signe de la grâce divine. L'essor du capitalisme se fonde sur cette révolution des esprits, engendrée par la tourmente luthérienne. Max Weber est le premier à donner une explication spécifique de l'essor du capitalisme. A travers cette magistrale leçon de sociologie, il éclaire d'un jour nouveau notre civilisation.

WEBER (Max).

Le Savant et le politique. Traduction de Julien Freund, introduction de Raymond Aron.

Plon, 1969, in-8°, 230 pp, 2 index, broché, bon état (Coll. Recherches en sciences humaines)

WEBSTER (Graham).

The Roman Invasion of Britain.

London, Batsford Academic and Educational Books, 1980, gr. in-8°, 224 pp, 22 photos sur 16 pl. hors texte, 22 cartes et plans, 18 figures, biblio, index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état. Texte en anglais

WEBSTER (Nesta H.).

The Chevalier de Boufflers. A Romance of the French Revolution.

London, John Murray, 1920, in-8°, xiv-(2)-441 pp, 8 gravures et fac-similés hors texte, appendices, généalogies, index, reliure toile bleue éditeur, bon état

WEBSTER (Paul).

Le Crime de Pétain.

Editions du Félin, 2001, gr. in-8°, 340 pp, traduit de l'anglais, chronologie de la persécution des Juifs par Vichy, annexes, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état

Des fils et des filles souffrent encore de la perte atroce de leur père et mère morts dans les chambres à gaz. Les vieux, les pauvres, les infirmes et les déments endurent encore quotidiennement l'angoisse rétrospective de la torture, de la faim et de l'humiliation que leur a infligées une nation chrétienne dont ils attendaient protection. Il n'est pas nécessaire de trouver des preuves pour savoir qui est responsable de ce grand crime contre l'humanité. Il suffit de consulter les deux "statuts des juifs" qui commencent par ces mots : "Nous, Maréchal de France, chef de l'État français", et s'achèvent par cette signature : Philippe Pétain. "Le crime de Pétain ? C'est « la contribution enthousiaste et volontaire de la France à l'extermination des Juifs européens. »" (Times Literary Supplement)

WEBSTER (T. B. L.).

La Grèce de Mycènes à Homère. Archéologie, Art, Littérature.

Payot, 1962, in-8°, 316 pp, traduit de l'anglais, un tableau chronologique, broché, bon état (Coll. Bibliothèque historique)

"Le titre du nouveau livre de M. Webster (From Mycenae to Homer, 1958) rappelle celui de M. Nilsson, 'Homer and Mycenae' (1933) ; en effet, après le déchiffrement des tablettes mycéniennes, une mise au point de l'ensemble de ces questions était nécessaire. Dans ce livre suggestif, l'auteur développe la théorie suivante : Comme des réfugiés pyliens sont allés, après les invasions doriennes, à Athènes sous la direction des Néléides, pour participer plus tard à la colonisation ionienne en Asie Mineure, de la même façon la poésie épique mycénienne se serait transportée graduellement de Pylos à Athènes, d'Athènes en Ionie ; il n'y aurait pas lieu de supposer une phase éolienne dans l'épopée grecque..." (C. J. Ruijgh, Mnemosyne, 1959)

WEBSTER (T. B. L.).

La Grèce de Mycènes à Homère. Archéologie, Art, Littérature.

Payot, 1962, in-8°, 316 pp, traduit de l'anglais, un tableau chronologique, broché, couv. muette, bon état (Coll. Bibliothèque historique)

"Le titre du nouveau livre de M. Webster (From Mycenae to Homer, 1958) rappelle celui de M. Nilsson, 'Homer and Mycenae' (1933) ; en effet, après le déchiffrement des tablettes mycéniennes, une mise au point de l'ensemble de ces questions était nécessaire. Dans ce livre suggestif, l'auteur développe la théorie suivante : Comme des réfugiés pyliens sont allés, après les invasions doriennes, à Athènes sous la direction des Néléides, pour participer plus tard à la colonisation ionienne en Asie Mineure, de la même façon la poésie épique mycénienne se serait transportée graduellement de Pylos à Athènes, d'Athènes en Ionie ; il n'y aurait pas lieu de supposer une phase éolienne dans l'épopée grecque..." (C. J. Ruijgh, Mnemosyne, 1959)

WECTER (Dixon).

The Age of the Great Depression, 1929-1941.

New York, The Macmillan Company, 1948, in-8°, xiv-434 pp, 17 pl. de photos hors texte, notes, index, reliure percaline bleue de l'éditeur, gardes illustrées, jaquette illustrée, bon état (A History of American Life, XIII). Edition originale, texte en anglais

WEELEN (Jean-Edmond).

Un combattant angevin de la Guerre d'Amérique. Lauberdière. Sa vie, son centenaire (1759-1837).

Saumur, P. Richou et Fils, 1948, in-8°, 28 pp, un portrait, broché, bon état

Louis-François-Bertrand du Pont d'Aubevoye, comte de Lauberdière (1759-1837), est un officier général et homme politique. Il a participé à la Guerre d'indépendance des Etats-Unis et a fait partie de la Grande Armée. En 1814, Louis XVIII le fait Lieutenant-général des armées du Roi.

WEHLI (Tünde).

La peinture espagnole du Moyen Age.

Budapest, 1981, gr. in-8° carré, 140 pp, 48 planches en couleurs (reproductions collées), reliure toile éditeur, jaquette illustrée

WEI TSING-SING (Louis).

Le Saint-Siège et la Chine, de Pie XI à nos jours.

Sotteville-lès-Rouen, Editions A. Allais, 1971, in-8°, 467 pp, 33 photos et documents sur 25 planches hors texte (dont une dépliante), biblio, pièces justificatives, index, reliure toile éditeur, jaquette illustrée, bon état. Edition originale, un des 1975 ex. numérotés, envoi a.s.

Ouvrage documenté sur les relations entre le Vatican et la Chine depuis le début du XXe siècle. Avec un historique et une bibliographie de cinquante pages. "Cet ouvrage de près de 500 pages est l'uvre d'un Chinois issu d'une famille catholique, d'abord journaliste et diplomate (il a fait partie de la mission diplomatique chinoise à Paris de 1945 à 1953), prêtre depuis 1965 ; c'est aussi le travail d'un historien. Le P. Wei Tsing-Sing étudie depuis 25 ans le phénomène missionnaire en Chine et tout particulièrement les relations entre le Saint-Siège et la Chine. Il a soutenu à la Sorbonne en 1957 une thèse sur la politique missionnaire de la France en Chine, 1842-1856 (Paris, 1961), dans laquelle il n'hésite pas à rompre avec un certain nombre de clichés traditionnels. Cette nouvelle uvre se présente plutôt comme un corpus que comme une étude systématique et suivie : onze chapitres traitent de différentes questions et d'événements qu'une chronologie précise (de 1922 à 1966, p. 145-174) permet de situer. Une bibliographie exhaustive (p. 21-65), 788 notes (p. 357-441) dont certaines sont de vraies petites monographies, de nombreuses pièces justificatives, sans compter les tableaux ou listes annexées aux chapitres et les 33 illustrations hors texte, attestent l'ampleur du travail. Nous avons à notre disposition un précieux instrument de référence, fondé sur une documentation souvent inédite qui, en tout cas, n'avait jamais été offerte de façon systématique au grand public..." (Revue d'histoire de l'Eglise de France, 1973)

WEIBULL (Jörgen).

La Suède, un aperçu historique.

Stockholm, Institut suédois, 1993, in-8°, 152 pp, 55 gravures et photos en noir et en couleurs, 3 cartes, tableaux, cart. illustré de l'éditeur, bon état

WEICHEN SU.

Séparations.

Bleu de Chine, 2005, in-8°, 151 pp, traduit du chinois, broché, couv. illustrée, très bon état

Romancière couronnée de succès, figure emblématique de la génération d'écrivains qui émerge an début des années quatre-vingt, Su Weichen occupe une place importante sur la scène littéraire taiwanaise. A travers ces quatre nouvelles, elle s'interroge sur la nature même des rapports humains, des relations entre individus lorsque leur environnement se dégrade en raison de bouleversements inattendus et sonde la part d'ombre entre les êtres. Et sur le thème lancinant de la séparation, elle dépeint avec lucidité l'absurdité de l'existence et la difficulté de communication entre hommes et femmes, parents et enfants. Il n'est de refuge possible ni dans la famille ni dans l'amour, la quête amoureuse se révélant inéluctablement vouée à l'échec et l'harmonie familiale une utopie on un faux-semblant. L'uvre de Su Weichen se révèle profondément chinoise - empreinte des changements qui ont marqué l'histoire de la Chine et de Taiwan depuis 1949 - et résolument moderne - portraits de femmes indépendantes et libres.

WEICK (Charles).

Les Protestants à Bischwiller. Leur grande et leur petite histoire, 1525-1999.

Association des Amis du Musée de la Laub de Bischwiller, 1999, in-4°, 167 pp, texte sur 2 colonnes, nombreuses gravures et photos, 4 pl. hors texte en couleurs, broché, couv. illustrée, bon état. Bien complet de la carte volante de Bischwiller (42 x 29)

WEIDER (Ben) et David HAPGOOD.

Qui a tué Napoléon ?

Laffont, 1982, in-8°, 284 pp, préface de Jean Boisson, 8 pl. de gravures hors texte, broché, couv. illustrée, bon état

Qui a tué Napoléon ? A Sainte-Hélène, l'Empereur n'est pas mort d'un cancer : il a été empoisonné à l'arsenic... Cette révélation sensationnelle est fondée sur les recherches d'un médecin suédois, expert en toxicologie : vingt ans d'enquête l'ont conduit à cette certitude. Et il désigne le coupable : un fidèle au-dessus de tout soupçon. C'est l'histoire de ce crime et de sa découverte que racontent ici Ben Weider et David Hapgood...

WEIDER (Ben) et David HAPGOOD.

Qui a tué Napoléon ? Préface de Jean Boisson.

Laffont, 1982, gr. in-8°, 284 pp, 8 pl. de gravures hors texte, broché, état correct

WEIDER (Ben), avec la collaboration d'Emile Gueguen.

Napoléon. Liberté, Egalité, Fraternité.

Editions Trois-Pistoles, 1997, in-8°, 353 pp, 40 pl. de gravures hors texte, broché, couv. illustrée, bon état

Dans Napoléon : Liberté, Egalité, Fraternité, Ben Weider retrace la vie et l'oeuvre d'un homme qui a modelé la France moderne, promulgué un important Code de lois, fondé un ordre prestigieux, imaginé une politique de libéralisme religieux et jeté les bases de l'Europe unie. Il s'agit d'un ouvrage essentiel, non seulement pour la compréhension du XIXe siècle mais pour celle de l'épogue tumultueuse dans laquelle nous vivons.

WEIGALL (Arthur).

Cléopâtre, sa vie et son temps. Préface de Benoist-Méchin.

Club du meilleur livre, 1960, fort in-8°, (44)-286 pp, 24 gravures hors texte, tirage numéroté, reliure soie jaune de l'éditeur, portrait en médaillon au 1er plat, signet, bon état. Bien complet du dépliant volant contenant la généalogie des Ptolémées

WEIGALL (Arthur).

Histoire de l'Egypte ancienne.

Payot, 1935, in-8°, 252 pp, une carte et 34 gravures hors texte, broché, couv. défraîchie et lég. abîmée, état moyen (Coll. Bibliothèque historique)

WEIGERT (Roger-Armand).

L'Epoque Louis XIV.

PUF, 1962, in-8°, vi-186 pp, 7 pl. d'illustrations en couleurs et 32 pl. d'illustrations en noir hors texte, biblio, reliure éditeur illustrée, bon état (Coll. Le Lys d'Or, Histoire de l'art français)

Cadre historique. Origines et caractères généraux du style Louis XIV. Les ornemanistes. Esthétique de l'éphémère. L'architecture. La sculpture et le bois. La peinture. L'estampe et le livre. Le mobilier. Les arts du tissus. Les arts du métal. Les arts de la terre. La province et l'étranger.

WEIHUI.

Shanghai Baby.

Editions Philippe Picquier, 2002, in-8°, 166 pp, traduit du chinois, broché, couv. illustrée, bon état (il ne s'agit pas de l'édition au format poche)

Shanghai Baby, interdit, saisi et pilonné dans son pays comme au bon vieux temps de la Révolution culturelle, bouscule hardiment les tabous et souffle un vent nouveau et provocateur sur la Chine. Coco, une jeune femme sans complexes animée d'une prodigieuse soif de vivre et de tout découvrir, raconte le roman de sa vie, aimantée par ces deux pôles que sont Tiantian le frère de cur, peintre fragile et impuissant, et Mark l'amant allemand. Pour décor, Shanghai et le goût de ses nuits scintillantes. Et pour moteur, les rencontres, les questions, et par-dessus tout le désir de faire entendre sa voix, la lumière d'un regard clair et franc sur le monde. Servi par un rythme de narration original et une écriture jonglant avec poésie occidentale et chanteurs pop, Shanghai Baby est le roman d'une "femme jeune et jolie, qui dit ce qu'elle pense" et revendique haut et fort sa liberté. En dépit de la censure, il ne cesse de trouver d'innombrables lecteurs, faisant de Weihui un phénomène national. Tant il est vrai qu'à ce jour aucun écrivain n'a provoqué un tel remue-ménage en Chine.

WEIL (Bruno).

L'Affaire Dreyfus. Traduit de l'allemand.

Gallimard, 1930, in-12, 313 pp, couv. lég. salie, papier jauni (Coll. Sous la Troisième)

WEIL (Bruno).

L'Affaire Dreyfus. Traduit de l'allemand.

Gallimard, 1930, in-12, 313 pp, broché, un coin lég. rogné, bon état (Coll. Sous la Troisième). Edition originale française, un des 106 ex. numérotés sur vélin pur fil Lafuma Navarre

WEIL (François).

Naissance de l'Amérique urbaine, 1820-1920.

SEDES, 1992, in-12, 199 pp, 20 tableaux et 2 graphiques, biblio, broché, couv. illustrée, bon état (Coll. Regards sur l'histoire)

WEIL-NATHAN (Raymonde)(dir.).

La Méthode éleuthérienne. Une thérapie de la liberté. Préface de Philippe Brenot.

L'Harmattan, 1994, in-8°, 212 pp,

WEILER (Amélie).

Journal d'une jeune fille mal dans son siècle, 1840-1859. Texte établi par Nicolas Stoskopf.

Strasbourg, La Nuée Bleue, 1994, in-8°, 477 pp, préface de Philippe Lejeune, notes, répertoire des familiers d'Amélie Weiler, broché, couv. illustrée à rabats, bon état

"Jeune fille de la bonne société strasbourgeoise, Amélie Weiler commence à rédiger son journal intime en 1840, à l'âge de dix-huit ans. Fêtes, concerts, excursions, faits divers, politique, vie de famille, lectures : elle note tout, raconte tout. Les pages défilent, les cahiers s'amoncellement, les années passent. Amélie reste célibataire, s'impatiente de ne pas trouver de statut digne de ses talents et finit, tous rêves brisés, par se placer comme gouvernante en Prusse puis en Russie. Mais elle continue à écrire, mordante, cynique, observatrice impitoyable, aiguisant son regard, épurant son style. Amélie écrit pour tenter de faire un roman d'une vie jugée trop peu romanesque. Un véritable écrivain se révèle dans ces cahiers inédits exhumés d'un grenier. Dix-neuf années de la vie d'une jeune femme libre mal dans son siècle."

WEILL (Claudie).

Marxistes russes et social-démocratie allemande, 1898-1904.

Maspero, 1977, in-8°, 254 pp, biblio, index, broché, couv. illustrée à rabats, bon état (Coll. Bibliothèque socialiste)

WEILL (Georges).

Histoire des Etats-Unis de 1787 à 1917.

Félix Alcan, 1919, gr. in-8° carré, 216 pp, 7 planches de gravures hors texte (3 portraits, 2 vues, 2 cartes, un tableau), note bibliographique, broché, bon état (Bibliothèque France-Amérique)

"L'Histoire des Etats-Unis, d'Aug. Moireau, s'arrête en 1801. Sur l'histoire contemporaine de la grande nation qui a sauvé la civilisation, nous ne possédions aucun ouvrage français. M. G. Weill vient de combler très utilement cette lacune par cet ouvrage, très clair, bien composé, nourri de faits dans sa sobriété, où rien d'essentiel n'est omis. C'est un récit, mais où l'histoire des moeurs et l'histoire économique se mêlent constamment à l'histoire politique et où les portraits des personnages dirigeants ne manquent pas. M. Weill est parfaitement informé des derniers travaux. Il sait indiquer, d'un mot bref et précis, la valeur des sources où il puise et il a vu les documents originaux les plus importants. Il nous donne ainsi un excellent manuel, auquel je souhaite tout le succès qu'il mérite." (Albert Mathiez, Annales révolutionnaires, 1919) "En 1919, George Weill publie une histoire des Etats-Unis à la demande du Comité France-Amérique, avant de s'en retourner à sa spécialité première, lhistoire politique et sociale de la France contemporaine. LOuest est central dans son récit, et Weill est le premier historien français à utiliser le concept de Frontière, en reprenant dans sa totalité, sans la discuter, lhypothèse de Turner. Lhypothèse de la Frontière, fruit dun long siècle de maturation, mise en forme savante en 1893 par Frederick Jackson Turner, postule la centralité de lexpérience de lOuest dans la gestation de lidentité américaine, dans la naissance dune nation démocratique." ( Tangi Villerbu, « Ecrire lhistoire de lOuest américain en France, 1917-1969 », 2010)

WEILL (Georges).

Le Journal. Origines, évolution et rôle de la presse périodique.

P., Renaissance du Livre, 1934, in-8°, xix-450 pp, 8 gravures hors texte, biblio, index, broché, qqs marques au crayon rouge en marges d'une vingtaine de pages, bon état (coll. L'Evolution de l'Humanité)

"L'admirable sujet que l'histoire du journal ! Témoin, comme le livre l'avait été au XVIe siècle d'une révolution dans la conscience religieuse, d'une autre révolution dans la mentalité politique à la fin du XVIIIe siècle, la presse périodique est une des manifestations les plus puissantes de la vie sociale. Née pour satisfaire au simple besoin de curiosité, elle a fini par prendre la direction de l'opinion publique et peut-être de la société entière. (...) M. Georges Weill a brillamment accompli la tâche difficile de présenter un aperçu relativement détaillé de l'histoire de la presse dans les quatre principaux pays : la France, l'Angleterre, l'Allemagne et les Etats-Unis. ... Il envisage successivement trois périodes : l'une allant de 1815 à 1848, la deuxième jusqu'au début du XXe siècle, la troisième englobant la guerre et l'après guerre." (Paul Harsin)

WEILL (Georges).

Le Journal. Origines, évolution et rôle de la presse périodique.

P., La Renaissance du Livre, 1934, in-8°, xix-450 pp, 8 gravures hors texte, biblio, index, reliure pleine toile brique, dos lisse, pièces de titre et de collection chagrin bordeaux, couv. conservées (rel. de l'époque), très bon état (Coll. L'Evolution de l'humanité). Edition originale

"L'admirable sujet que l'histoire du journal ! Témoin, comme le livre l'avait été au XVIe siècle d'une révolution dans la conscience religieuse, d'une autre révolution dans la mentalité politique à la fin du XVIIIe siècle, la presse périodique est une des manifestations les plus puissantes de la vie sociale. Née pour satisfaire au simple besoin de curiosité, elle a fini par prendre la direction de l'opinion publique et peut-être de la société entière. ... M. Georges Weill a brillamment accompli la tâche difficile de présenter un aperçu relativement détaillé de l'histoire de la presse dans les quatre principaux pays : la France, l'Angleterre, l'Allemagne et les Etats-Unis. ... Il envisage successivement trois périodes : l'une allant de 1815 à 1848, la deuxième jusqu'au début du XXe siècle, la troisième englobant la guerre et l'après guerre." (Paul Harsin)

WEILL (Georges).

Les théories sur le pouvoir royal en France pendant les Guerres de Religion.

HACHETTE, 1891, in-8°, P., Hachette 1891, 315p., bibliographie & index, in-8, broché (1er plat remonté, dos et 2e plat factices, papier jauni, annotations crayon exemplaire de travail) (Thèse).

WEILL (Patrick).

Qu'est-ce qu'un Français ? Histoire de la nationalité française depuis la Révolution.

Grasset, 2002, gr. in-8°, 401 pp, sources, biblio, index, glossaire, broché, couv. illustrée, bon état

Objet de croyance plus que de connaissance, sujet de nombreux affrontements politiques et juridiques, la nationalité française n'avait jamais vu son histoire reconstituée, analysée, interprétée. Avec cet ouvrage, voici chose faite. Deux siècles de batailles mettant en scène Napoléon, Clemenceau, de Gaulle, mais aussi des figures ignorées, Tronchet, Barthou, Honnorat, René Cassin ou Pierre-Henri Teitgen, nous font découvrir la face cachée d'une autre histoire de France. 1803 : contre l'avis de Napoléon, en rupture avec le droit du sol qui dominait sous l'Ancien Régime et durant la Révolution, le Code civil fait prévaloir le principe du droit du sang. La nationalité se transmet désormais, comme le nom de famille, par la filiation. 1889 : la France, devenue pays d'immigration, attribue sa nationalité aux enfants nés et éduqués en France. C'est le retour du jus soli. En 1927 enfin, démographie oblige, la nationalité s'ouvre massivement aux immigrés qui le désirent, par la naturalisation ou le mariage. Chacune de ces étapes n'a été franchie qu'au prix d'une régression des droits de certains Français : en 1803, la nationalité est un attribut de l'homme, au détriment de la femme (qui devient étrangère en épousant un étranger). En 1889, un statut de plus en plus infériorisé est imposé aux musulmans d'Algérie. En 1927 enfin, l'ouverture de la naturalisation a pour contrepartie la restriction des droits des naturalisés. Mais surtout, à partir de 1940, se produisent de véritables "crises ethniques" de la nationalité : antisémite sous Vichy, racialiste à la Libération, anti-musulmane plus récemment. Aujourd'hui, ces crises difficilement surmontées, le droit de la nationalité française réalise peu ou prou le programme que Napoléon Bonaparte lui avait fixé : embrasser sans discrimination par le sol, la filiation, le mariage ou la résidence le plus de Français possible.

WEILL (Raymond).

La Phénicie et l'Asie occidentale (des origines à la conquête macédonienne).

Armand Colin, 1939, in-12, 204 pp, une carte, biblio, broché, bon état (Coll. Armand Colin)

"Le volume de M. Raymond Weill se présente comme une synthèse historique en prenant la Phénicie pour centre. Les incertitudes au sujet de la distribution ethnique, l'imprécision des légendes grecques de Kadmos et de Phoenix, l'indécision sur la nature sémite ou non des Horites de l'Ancien Testament, sur leur identification avec les Hurri de haute Mésopotamie, bien d'autres encore ne sont pas dissimulées par le savant auteur. On trouvera dans ce petit volume, une masse de renseignements et un des rares exposés concernant les Hyksos qui ne soit pas vicié par l'hypothèse d'une invasion mitannienne en Egypte, hypothèse qui restera comme l'exemple de l'invention la plus étrange qui ait encombré inutilement nos études..." (René Dussaud, Syria, 1940)

WEINBERG (Joseph).

Les morts ne versent pas de larmes... Traduit du Yiddish.

SEDIMO, 1964, in-8°, 290 pp, broché, bon état, envoi a.s.

Témoignage par l'un des rescapés d'Auschwitz et le seul survivant du camp de Janov en Galicie polonaise.

WEINBERGER-THOMAS (Catherine).

L'Affaire Wenger.

Flammarion, 2018, in-8°, 362 pp, avant-propos de Stéphane Courtois, 18 photos, fac-similés et dessins, notes, broché, couv. illustrée, bon état

"J'aurais dû couler des jours studieux et tranquilles, quand l'histoire de mon père m'a rattrapée. Jean Weinberger, alias Wenger, un père que je n'ai jamais connu. Poète et romancier d'origine juive, journaliste militant au groupe hongrois du PCF, amoureux de la France et de la liberté, il fut déporté à Drancy le 25 septembre 1942, puis assassiné à l'âge de 33 ans par les nazis... De la tragédie qui s'était jouée avant et qui avait précipité sa perte, je ne savais presque rien... Rien de la légende vivante qu'il avait été dans les milieux de l'antifascisme pendant les années 30. Rien des intrigues tramées en haut lieu, de Moscou à Paris, en un engrenage maléfique. Mais assez cependant pour donner à ce récit les accents d'un thriller politique..." (Catherine Weinberger-Thomas) L'Affaire Wenger n'est pas seulement un ouvrage personnel, intime, écrit dans une très belle langue, et dont on tourne les pages sans plus s'arrêter. Il raconte aussi le combat de ceux qui comprirent, avant tous, ce qui se jouait dans l'URSS de Staline, et furent prêts à en payer le prix pour défendre la liberté à l'ère des totalitarismes.

WEINER (Dora B.).

Comprendre et soigner. Philippe Pinel (1745-1826), La médecine de l'esprit.

Fayard, 1999, gr. in-8°, 479 pp, 7 illustrations, biblio, index, broché, couv. illustrée, bon état, envoi a.s.

Philippe Pinel (1745-1826) est reconnu pour avoir introduit le "traitement moral" des maladies de l'esprit : depuis bientôt deux siècles, la littérature médicale comme les recherches sur la folie ont tendance à juste titre à privilégier cet aspect-là de son bilan. Mais c'est oublier que cet humaniste fut bien davantage que cela en un temps où la médecine sortait tout juste de l'enfance. A partir de nombreuses archives inédites, le présent ouvrage invite à repenser et à réévaluer le rôle d'un clinicien pénétré de l'importance de sa mission et à mettre aussi l'accent sur le naturaliste, sur le directeur de revue, sur l'auteur de traités. Professeur de médecine interne, pionnier de la vaccine et d'autres innovations thérapeutiques, membre de l'Académie des sciences, médecin chef de la Salpêtrière sous la Révolution, l'Empire et la Restauration, Pinel s'efforça toujours de soigner la personne et non pas seulement une affection isolée. Il oeuvra avec une ardeur constante pour une médecine intégrale, traitant à la fois les aspects physiques et psychologiques du mal. C'est dire toute sa modernité. Dora B. Weiner est professeur d'histoire et sciences humaines en médecine à l'université de Californie à Los Angeles (UCLA). Auteur de plusieurs ouvrages dont l'un sur Raspail, savant et réformateur, et un autre sur la condition de malade sous la Révolution et l'Empire à Paris , elle a également publié l'édition bilingue d'un mémoire de Pinel sur la formation clinique des médecins.

WEINER (Dora B.).

Raspail, scientist and reformer.

New York and London, Columbia University Press, 1968, gr. in-8°, xvi-336 pp, 26 illustrations, biblio, index, reliure percale rouge de l'éditeur, jaquette illustrée (lég. abîmée), bon état, envoi a.s. Texte en anglais - COPY SIGNED BY THE AUTHOR

"On disposait déjà, sur l'attachant personnage que fut François-Vincent Raspail d'un certain nombre de travaux, notamment le long article publié en 1903-1904 dans les Archives de parasitologie par Raphaël Blanchard, mais rien de cette ampleur ni de cet intérêt. L'étude bibliographique par laquelle se termine le livre de Mme Weiner révèle en effet l'étendue de l'enquête à laquelle celle-ci s'est livrée, en matière de sources manuscrites notamment : aux documents connus, les papiers Benjamin Raspail conservés aux Archives de la Seine entre autres, dont elle a fait une étude plus fouillée et une utilisation plus large que ses prédécesseurs, elle a ajouté des documents inédits appartenant à des collections privées ou dépôts publics : deux cents lettres scientifiques adressées à Raspail, par exemple, récemment entrées à la Bibliothèque du Muséum d'Histoire naturelle. L'examen des sources imprimées, d'autre part, non seulement énumérées à la fin de l'ouvrage, mais abondamment citées dans les très nombreuses et substantielles notes infrapaginales, montre le souci de l'auteur de replacer la vie et l'uvre de Raspail dans son cadre historique : scientifique et politique évidemment, mais aussi social, religieux, artistique même et, au sens large, intellectuel. Raspail, il est vrai, n'est pas de ces personnages qui se laissent aisément enfermer dans une catégorie : la politique et la science peuvent le revendiquer également. Mais Mme Weiner, tout au long de son livre, montre bien que le même élan généreux qui fait agir le démocrate sert aussi de ressort aux activités du savant ; le « médecin » des pauvres a tôt fait de se muer en tribun de la plèbe et les nombreux mois de prison qui jalonnent sa vie lui ont permis de rédiger certains de ses ouvrages scientifiques. Il y a, malgré les apparences, une réelle unité dans la personnalité et l'uvre de Raspail. Personnage sympathique, il a visiblement inspiré une grande sympathie à sa biographe. Celle-ci a bien montré, cependant, ce qu'il y a parfois d'excessif dans la personnalité de ce provincial autodidacte qui est toujours resté en marge des cadres de la science officielle parisienne : fondateur de l'histochimie, précurseur en biologie cellulaire et en parasitologie, il a émis des idées fécondes sur de multiples sujets et, tout à la fois, a été capable d'exagérations voire de bévues que peuvent expliquer peut-être les lacunes de sa formation scientifique et médicale. Bien écrit, bien illustré, le texte de Mme Weiner, complété par un excellent index, devra être désormais consulté pour tout ce qui touche à la vie ou à l'uvre de Raspail." (Yves Laissus, Revue d'histoire des sciences, 1970)

WEINSTEIN (Donald).

Savonarole et Florence. Prophétie et patriotisme à la Renaissance.

Calmann-Lévy, 1973, gr. in-8°, 406 pp, broché, couv. à rabats, bon état (Coll. Archives des sciences sociales)

WEINSTEIN (Max).

Souvenirs, souvenirs...

Nice, Editions du Losange, 1997, in-8°, 275 pp, préface de Jean Teulé, 31 photos, broché, couv. illustrée, bon état

Mémoires de Max Weinstein, ancien de « l'Humanité ». L'auteur y parle notamment en termes simples et chaleureux de son enfance à Nancy, de la terrible période de l'exode de 1940 qui conduisit sa famille à Roanne... Une partie importante de l'ouvrage est consacrée à l'évocation de l'engagement de Max dans la Résistance au sein de l'Union de la jeunesse juive et de la MOI. Au travers de ces mémoires, c'est le climat dans lequel de jeunes juifs communistes ont participé au combat libérateur contre le nazisme qui est ici évoqué.

WEISS (Allen S.).

Miroirs de l'infini. Le jardin à la française et la métaphysique au XVIIe siècle.

Seuil, 1992, in-8°, 145 pp, 12 pl. de gravures hors texte, biblio

WEISS (Colonel Pierre).

Le Secret du Sud.

P., Berger-Levrault, 1942, pt in-8°, 221 pp, une carte des pistes du bled en frontispice et 24 pl. hors texte de photographies de Saïd Mahfouf reproduites en héliogravure et tirées en bistre, dessins dans le texte de Louis Aznard, reliure demi-chagrin chocolat, dos à nerfs, titres dorés, couv. illustrée et dos conservés, bon état

Par Pierre Théodore Weiss (1889-1970), aviateur militaire et écrivain. Commandant en janvier 1929, il réussit un des premiers ravitaillements en vol. Il expérimente des vols à haute altitude, avec des appareils équipés de turbo-compresseurs, bat un record de vitesse en circuit fermé sur 5000 km, remporte la coupe Bibesco (liaison Paris-Bucarest). Il réalisera les premières liaisons aériennes entre Paris et Pondichéry, Paris et Addis-Abeba, Paris et Brazzaville. Une grande partie de sa carrière se passera en Algérie et en Afrique. Le premier, il survolera le Sahara et effectuera la liaison Alger-le Tchad, en groupe. En 1945, il est général de division aérienne. Ouvrage dédié aux équipages de l'aviation d'Algérie. Table : Les prisonniers du Gassi Touil, Campagne au Tassili, Drames du bled, La guelta, Ouargla divine et mystérieuse, Un archéologue en avion, Les cendres du Maréchal Lyautey, les Sahariens que j'ai connu, etc.

WEISS (Commandant Pierre).

Les Charmeurs de nuages. Notes pour servir à l'histoire des énergies de l'air.

P., Louis Querelle, 1928, in-12, 224 pp, préface d'Emile Krantz, reliure demi-basane fauve mordorée, dos à 5 nerfs soulignés à froid, titres dorés, couv. illustrée conservée (rel. de l'époque), un mors en partie fendu et recollé, bon état (Coll. Les Ailes françaises sur lEurope)

Par Pierre Théodore Weiss (1889-1970), aviateur militaire et écrivain. Commandant en janvier 1929, il réussit un des premiers ravitaillements en vol. Il expérimente des vols à haute altitude, avec des appareils équipés de turbo-compresseurs, bat un record de vitesse en circuit fermé sur 5000 km, remporte la coupe Bibesco (liaison Paris-Bucarest). Il réalisera les premières liaisons aériennes entre Paris et Pondichéry, Paris et Addis-Abeba, Paris et Brazzaville. Une grande partie de sa carrière se passera en Algérie et en Afrique.

WEISS (Jean-Jacques).

Autour de la Comédie-Française. Trois années de théâtre, 1883-1885.

Calmann-Lévy, 1892, in-12, iv-328 pp, index, reliure demi-percaline crème à coins, dos lisse avec fleuron, date et double filet doré en queue, pièce de titre chagrin bordeaux (rel. de l'époque), bon état

"Lassé et quelque peu désabusé de la politique, J.-J. Weiss, le lendemain de la chute du ministère Gambetta, était retourné silencieusement et modestement à ses études et à ses livres. Quelques mois plus tard, fortement sollicité par un grand journal, le Journal des Débats, auquel le rattachaient de précieuses amitiés et de retentissants souvenirs, il accepta d'y faire la critique théâtrale du lundi. Dans ses feuilletons, J.-J. Weiss, entrainé par le côté humoristique de son esprit par sa fantaisie, son sentiment, son goût éminemment français, par son érudition si variée et toujours si sûre, a touché à toutes les questions au théâtre : aussi bien qu'à l'histoire, à la philosophie aussi bien qu'à la religion ; sa critique a porté aussi bien sur les personnes que sur les choses. Pour présenter ces feuilletons hebdomadaires sous la forme du livre, nous avons dû les rassembler et les coordonner suivant certaines exigences : nous avons été guidé non par leur ordre chronologique, mais bien par l'identité et la communauté de leur sujet et de leur nature..." (Avant-propos)

WEISS (Louise).

Cachemire. Texte de L. Weiss, photographies de Georges Bourdelon et Bernard Daillencourt.

Hachette, 1955, in-8° carré, 126 pp, 63 pl. en noir et 8 pl. en couleurs hors texte, une carte, reliure de l'éditeur, jaquette illustrée, bon état, (Coll. Les Albums des Guides Bleus)

"Le Cachemire est un « pan » du versant S.-O. de l'Himalaya, dont la partie vitale, autour de Srinagar, est une région tropicale d'altitude, où les rivières irriguent rizières et champs de maïs. Il commande au point de vue hydrographique tout le Pendjab, Indus, Jhelum, et au point de vue stratégique la région de Lahore et celle de Delhi. C'est dire que sa possession intéresse l'Inde comme le Pakistan. Or, peuplé de musulmans et d'hindous, il s'est rallié en 1947 à la République indienne ; il joue maintenant le même rôle que la question d'Alsace-Lorraine de 1871 à 1914 ou celle de Danzig et du corridor polonais de 1919 à 1939. Par sa mission aux Indes, Louise Weiss était particulièrement désignée pour présenter l'album ; sa connaissance de la région lui permet de brosser un tableau direct et vivant de l'histoire, des murs, de la réforme agraire, de la modernisation culturelle et économique, etc. L'album est remarquable : paysages, genres de vie, modes d'activité, manifestations religieuses qu'il figure constituent un ensemble documentaire de première valeur." (René Clozier, L'information géographique, 1956)

WEISS (Louise).

Combats pour l'Europe, 1919-1934. Mémoires dune Européenne (Tome II). Edition définitive.

Albin Michel, 1979, in-8°, 361 pp, une carte sur double page, broché, bon état

Tome II seul (sur 5) : Genève ou Moscou ? ; Apostolat pour la Société des Nations. Louise Weiss (1893-1983) est une journaliste, écrivain, féministe et femme politique française. Femme de convictions et marquée par l'horreur du premier conflit mondial, elle cherche à rapprocher la France et l'Allemagne. Elle fonde et dirige notamment la revue L'Europe nouvelle entre 1920 et 1934. Elle fait partie de l'entourage d'Aristide Briand, qu'elle a rencontré à Genève, lorsque celui-ci obtient l'adhésion de l'Allemagne à la Société des Nations. Elle quitte L'Europe Nouvelle suite à l'arrivée d'Hitler au pouvoir en Allemagne qui marque l'échec de son projet européen et à cause des dissensions au sein de l'équipe de la revue, certains souhaitant encore une coopération avec l'Allemagne.

WEISS (Louise).

Mémoires dune Européenne. Tome I : 1893-1919.

Payot, 1968, in-8°, 316 pp, broché, bon état (Coll. Bibliothèque historique). Edition originale

Tome I seul (sur 5 parus de 1968 à 1974) "Jeune agrégée de Université en 1914, plongée aussitôt dans les remous d'une guerre dont elle ressent durement l'atrocité, douée d'un rare talent d'écrivain, Louise Weiss a consacré toute sa vie à tenter d'introduire un sentiment humain dans le jeu inhumain de la politique. Son journal l'« Europe nouvelle » fut par excellence l'organe de diffusion du mouvement d'idées généreuses qui trouvèrent leur expression à la tribune de la Société des Nations. Ses mémoires ne peuvent laisser indifférents les lecteurs qui s'intéressent à l'histoire politique d'entre les deux guerres. Le Tome I, seul paru ce jour, servira d'introduction à cette lecture mais introduction combien vivante ! où l'auteur avec un mélange de sensibilité et d'humour, mais avec un accent de sincérité qui ne trompe pas, raconte son enfance, son développement intellectuel, la formation de son caractère, enfin les drames nationaux dont elle fut le témoin. Lecture captivante, qui fait bien augurer des tomes suivants." (Pierre Genevey, Politique étrangère, 1968)

WEISS (Louise).

Mémoires dune Européenne. Tome I : 1893-1919. Tome II : 1919-1934. Tome III : 1934-1939.

Payot, 1970, 3 vol. in-8°, 316, 359 et 270 pp, une carte sur double page au tome II, brochés, bon état (Coll. Bibliothèque historique)

Tome I à III seuls (sur 5 parus de 1968 à 1974) "Jeune agrégée de Université en 1914, plongée aussitôt dans les remous d'une guerre dont elle ressent durement l'atrocité, douée d'un rare talent d'écrivain, Louise Weiss a consacré toute sa vie à tenter d'introduire un sentiment humain dans le jeu inhumain de la politique. Son journal « L'Europe nouvelle » fut par excellence l'organe de diffusion du mouvement d'idées généreuses qui trouvèrent leur expression à la tribune de la Société des Nations. Ses mémoires ne peuvent laisser indifférents les lecteurs qui s'intéressent à l'histoire politique d'entre les deux guerres. Le Tome I, seul paru ce jour, servira d'introduction à cette lecture mais introduction combien vivante ! où l'auteur avec un mélange de sensibilité et d'humour, mais avec un accent de sincérité qui ne trompe pas, raconte son enfance, son développement intellectuel, la formation de son caractère, enfin les drames nationaux dont elle fut le témoin. Lecture captivante, qui fait bien augurer des tomes suivants." (Pierre Genevey, Politique étrangère, 1968) Louise Weiss (1893-1983), journaliste, écrivain, féministe et femme de convictions, marquée par l'horreur du premier conflit mondial, chercha à rapprocher la France et l'Allemagne. Elle fonda et dirigea notamment la revue « L'Europe nouvelle » entre 1920 et 1934. Elle fit partie de l'entourage d'Aristide Briand, qu'elle acait rencontré à Genève, lorsque celui-ci obtint l'adhésion de l'Allemagne à la Société des Nations. Elle quitta « L'Europe nouvelle » suite à l'arrivée d'Hitler au pouvoir en Allemagne, qui marque l'échec de son projet européen, et à cause des dissensions au sein de l'équipe de la revue, certains souhaitant encore une coopération avec l'Allemagne.

WEISS (Louise).

Souvenirs d'une enfance républicaine.

Denoël, 1937, in-8°, 242 pp, broché, papier jauni, bon état. Edition originale

"La célèbre fondatrice de l'Europe Nouvelle, de la Femme Nouvelle, de l'Ecole de la Paix nous donne aujourd'hui un premier volume de mémoires. L'éclairage en est de la plus précieuse qualité. Ces souvenirs captiveront sur plusieurs plans. Et, d'abord, parce qu'il en est de ravissants : maintes pages, pleines de traits vifs, d'observations délicieusement vraies méritent de figurer dans les anthologies consacrées aux meilleures évocations de l'enfance et de l'adolescence. Et puis, étant donné l'absolue probité intellectuelle de l'auteur, l'acuité de son analyse, la variété de son expérience enrichie par des séjours en Allemagne; en Angleterre, en Espagne, en Palestine, la souplesse d'une langue précise et brillante, apte à traduire les plus fines nuances, c'est là un document tout à fait intéressant sur la vie des idées dans une famille de la grande bourgeoisie républicaine et dans un lycée de jeunes filles, à la fin du siècle dernier et au début de celui-ci." (Marianne, 15 décembre 1937) "Voici le volume de début des Souvenirs de Mme Louise Weiss. Il comprend la période d'avant guerre, le temps de la « première vie » de l'auteur. On y trouve de vivants tableaux de l'enfance, des « portraits de famille » peints d'une touche légère et vraie, des paysages de France, d'Espagne, de Palestine. On y trouve aussi l'histoire d'une âme et d'excellents éléments pour construire une histoire politique de la Troisième République. Mme Louise Weiss a évoqué avec bonheur certains milieux d'une époque disparue, ceux de la bourgeoisie républicaine aux temps héroïques du boulangisme et de l'affaire Dreyfus. Attendons maintenant les années de guerre et d'après guerre." (L'Intransigeant, 21 février 1938) "Dans Résurrection du chevalier (1974), Louise Weiss écrit : « Une liste, dite Liste Otto, avait été dressée par l'Intelligence nazie, désignant les livres français à brûler. Mes Souvenirs d'une enfance républicaine faisaient partie de ces excommuniés. Je fus prévenue de leur destruction imminente par leur éditeur, Denoël, qui m'autorisa à venir prendre en cachette, pour les sauver, le nombre de volumes que pourraient discrètement transporter deux vélo-cars. » L'ouvrage de Louise Weiss n'a, à ma connaissance, jamais figuré sur les listes de proscription allemandes. La suite de ces souvenirs parut en 5 volumes chez Payot (1968) puis chez Albin Michel (1971, 1974, 1976, 1977) sous le titre : Mémoires d'une Européenne." (Henri Thyssens, Robert Denoël, éditeur)

WEISS (Winfried).

A Nazi Childhood. (Souvenirs).

Santa Barbara, 1983, in-8°, 196 pp, 2 photos, broché, bon état. Texte en anglais

WEISSENSTEINER (Friedrich).

L'Archiduchesse rouge. La vie tumultueuse d'Elisabeth-Marie d'Autriche, petite-fille de Sissi et fille de Rodolphe.

Payot, 2009, gr. in-8°, 221 pp, 18 photos sur 8 pl. hors texte, sources, index, broché, couv. illustrée, bon état

Elisabeth-Marie dAutriche est la fille unique de larchiduc Rodolphe dAutriche et de la princesse Stéphanie de Belgique, petite-fille de lempereur François-Joseph et de limpératrice Sissi, de Léopold II et Marie Henriette, roi et reine des Belges. Elle na que cinq ans lorsque son père est retrouvé mort à Mayerling. En 1900, sa mère se remarie et quitte la Cour de Vienne. Elisabeth-Marie qui était très aimée de son grand-père lempereur épouse en 1902 le prince Otto de Windisch-Graetz. Le couple qui se sépare en 1924, aura quatre enfants. Elisabeth-Marie vit une longue histoire damour avec le leader social-démocrate autrichien Leopold Petznek, ce qui lui vaudra le surnom de « Larchiduchesse rouge ». Lhistorien autrichien Friedriech Weissensteiner revient sur lhistoire de larchiduchesse qui vécut les fastes de la Cour, la chute de lempire et les affres de la Deuxième Guerre Mondiale. Pour lanecdote, lorsque convoquée par la police viennoise en 1934, elle est priée de décliner son identité et déclare : « Je suis la petite-fille de lempereur François-Joseph et la fille du prince héritier Rodolphe ! Cela vous suffit-il ? ».

WEITZ (Margaret Collins).

Les Combattantes de l'ombre. Histoire des femmes dans la Résistance, 1940-1945.

Albin Michel, 1996, gr. in-8°, 417 pp, préface de Lucie Aubrac, 8 pl. de photos hors texte, chronologie, biographie abrégée de quelques résistantes, biblio, index, broché, bon état

Infirmière dans le maquis, agent de liaison, boîte aux lettres, convoyeuse d'évadés ou d'enfants juifs, rédactrice ou distributrice de la presse clandestine... les femmes ont joué les rôles les plus divers dans la Résistance. Discrètes mais efficaces, la plupart de ces héroïnes reprirent simplement une vie normale après la guerre, sans jamais se glorifier de leurs actions ni se prévaloir d'un courage qu'elles estimaient tout bonnement "normal". Quoi de plus normal, en effet, que recueillir un enfant, aider une femme dont le mari est en prison ou accueillir un fuyard ? Et pourtant, en ces sombres temps, chacun de ces gestes signifiait l'emprisonnement, la torture, la déportation peut-être, et parfois, la mort. A la lecture des nombreuses interviews de survivantes, recueillies par Margaret Collins Weitz, on constate que ces combattantes de l'ombre, presque ignorées par l'histoire, s'engagèrent souvent dans le combat dès 1940 et contribuèrent notablement par leurs actions incessantes à la lutte pour la Libération. Replaçant ces témoignages parfois très émouvants dans un contexte socio-historique où la responsabilité des femmes était peu reconnue, l'auteur, historienne, reconstitue la vie quotidienne de celles qui, de tous horizons et de tous partis, devinrent des soeurs en résistance. Par ce document, où se retrouvent des femmes inconnues et d'autres devenues célèbres (Danielle Mitterrand, Lucie Aubrac, Françoise de Boissieu, Geneviève de Gaulle...), elle comble une lacune de l'histoire de France au temps de l'Occupation, et rend justice à celles qui ont péri sur le chemin de la liberté.

WEITZMANN (Kurt), M. CHATZIDAKIS, S. RADOJCIC.

Le Grand livre des icônes.

P., Aux Quais de Paris, G. Kogan, éditeur, 1979, gr. in-4°, 238 pp, avant-propos de Manolis Chatzidakis, 215 illustrations contrecollées en couleurs ou en héliogravure, la plupart à pleine page, notices sur les illustrations, glossaire, notes hagiographiques, biographies des auteurs, reliure toile éditeur, dos lisse avec titres dorés, jaquette illustrée (très lég. abîmée), bon état

Bel ouvrage. Les icônes du Sinaï. La peinture d'icônes du VIe au XIIe siècle (Kurt Weitzmann) ; Les icônes de Grèce (Manolis Chatzidakis) ; Les icônes de Yougoslavie du XIIe à la fin du XVIIe siècle (Svetozar Radoj i ).

WEITZMANN (Kurt).

Manuscrits gréco-romains et paléochrétiens.

Editions du Chêne, 1977, in-4°, 127 pp, 48 planches d'illustrations en couleurs et 17 illustrations en noir dans le texte, biblio, broché, couv. illustrée, bon état

WELLEK (René) et Austin WARREN.

La théorie littéraire.

Seuil, 1971, in-8°, 399 pp, ex. du SP

WELLERS (Georges), André KASPI et Serge KLARSFELD (dir.).

La France et la question juive 1940-1944. Actes du colloque du Centre de Documentation Juive Contemporaine (10 au 12 mars 1979). La politique de Vichy, l'attitude des Eglises et des mouvements de Résistance.

Sylvie Messinger, 1981, in-8°, 414 pp, index, broché, bon état

"Malgré de nombreuses publications concernant la persécution des Juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale, maints aspects de cette période ont pas encore été éclaircis. En 1979, un colloque a réuni à Paris des historiens français et étrangers ainsi que des acteurs et des témoins. Les interventions étaient centrées autour de trois thèmes : la responsabilité du Gouvernement de Vichy et de ses institutions dans la persécution des Juifs ; l'attitude des Eglises et des chrétiens face à la persécution ; les réactions des mouvements de résistance face au problème juif. (...) Les Actes de ce colloque apportent de nombreux éléments sur la position des non-Juifs à l'égard des Juifs en France sous l'occupation allemande. C'est un ouvrage de référence qui servira aux chercheurs s'intéressant à cette époque." (Doris Bensimon, Archives de sciences sociales des religions, 1982)

WELLERS (Georges).

L'Etoile Jaune à l'heure de Vichy. De Drancy à Auschwitz.

Fayard, 1973, gr. in-8°, 452 pp, préface de Jacques Delarue, postface du R. P. Riquet, annexes, biblio, broché, qqs rares annotations stylo, bon état

"Né en Russie en 1904, établi en France en 1929, Georges Wellers, athée, est frappé par les mesures antiiuives en 1941, séjourne à Drancy assez longtemps pour assister à soixante déportations, avant d'être déporté à son tour vers Auschwitz et Buchenwald. A la Libération, tout en reprenant ses recherches en physiologie (CNRS), il se fait l'historien de la persécution des Juifs et du phénomène concentrationnaire. Parmi ses ouvrages, Un Juif sous Vichy reste irremplaçable sur le camp de Drancy." (Annales ESC, 1993)

WELLERS (Georges).

Le Système concentrationnaire nazi.

P., UNADIF-FNDIR, 1965, in-8°, 78 pp, préface de E.-L. Lambert, 3 reproductions de dessins de déportés et une carte sur double page des Camps, prisons et commandos de déportés politiques, biblio, broché, bon état

Brochure diffusée par l'UNADIF, Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et Familles de disparus ; FNDIR, Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance.

WELLERS (Georges).

Les Chambres à gaz ont existé. Des documents, des témoignages, des chiffres.

Gallimard, 1981, in-8°, 229 pp, broché, bon état (Coll. Témoins)

WELLES (Jacques d').

Le Grand Théâtre de Bordeaux.

Delmas, 1949, in-8°, 124 pp, 24 planches, broché (bon état)

WELLHOFF (Edmond).

Autour du député moyen.

Fasquelle, 1932, in-8°, 200 pp, illustrations de Cabrol et croquis de l'auteur, broché, état correct

"Nous ne savons pas grand chose d'Edmond Wellhoff, né en 1900 : il fait des études à la Faculté de Droit, à l'École des sciences politiques, il täte du journalisme, est attaché au cabinet de plusieurs ministres du travail : Loucheur, Frot, Grinda, Dalimier, d'autres ministres ; entré au ministère du Travail en 1926, il devient chef-adjoint de la main-d'oeuvre étrangère (1926-1932), il sera contrôleur général des assurance sociales (1932-1952), puis chef de service du contrôle général de la Sécurité sociale : en 1959 il était commandeur de la Légion d'honneur. Mais ce bon bureaucrate a rédigé un petit livre malicieux qu'on a bien oublié Autour du député moyen (1932), on devrait le rééditer : car c'est un bon témoignage sur la vie du Palais-Bourbon dans les années 1930, un regard amusé sur les moeurs politiques de cette époque heureuse, où les partis n'existaient pas vraiment. vraiment. Ce ne sont que des croquetons, des pochades adroites (il faut lire le « Cagibi des belles Madames »), mais les politistes ont tout intérêt à le lire, même aujourd'hui : cette philosophie souriante n'est plus guère de mise. Wellhoff n'a qu'un but, nous amuser." (Guy Thuillier, La Revue administrative, 2007)

WELLHOFF (Edmond).

Tribuns et haut-parleurs.

Fasquelle, 1932, in-8°, 227 pp, illustrations de Cabrol, broché, couv. illustrée, bon état

Une série de portraits d'hommes politiques : Herriot, Caillaux, Laval, Briand, Loucheur, Maginot, Bouisson, Carrier, Poincaré, Painlevé, Herriot, Tardieu, Paul-Boncour, de Monzie, Paul-Reynaud, Cachin, Blum, Mandel, Doriot, Pierre Cot, etc. "Edmond Wellhoff de son fin stylo, et Raoul Cabrol, de son alerte crayon, silhouettent dans ce livre tout d'actualité nos plus célèbres parlementaires en action, c'est-à-dire à la tribune, tels qu'ils sont sur la scène politique avec leurs qualités et leurs défauts et même au repos, chez eux, en pleine désintoxication de l'air vicié des couloirs." (Le Petit Parisien, 4 mai 1932)

WELSCHINGER (Henri).

La Guerre de 1870, causes et responsabilités.

Plon, 1911, 2 vol. in-8°, xx-388 et 434 pp, 5e édition, une carte et 3 fac-similés dépliants hors texte, reliures demi-percaline carmin, dos lisses ornés d'un fleuron et de doubles filets dorés, pièces de titre basane noire, couv. conservées (rel. de l'époque), bon état

"M. Henri Welschinger vient de publier sur les Causes et les responsabilités de la guerre de 1870 deux importants volumes. M. Welschinger a recueilli les résultats des plus récents travaux ; ayant été longtemps secrétaire-archiviste au Corps législatif et à l'Assemblée nationale au moment de la guerre, il avait à sa disposition une abondante provision de souvenirs et renseignements personnels et de pièces officielles ; en particulier, il reproduit la carte des premières exigences territoriales de la Prusse en 1871, et ce simple croquis est plein de sens. En somme, cet ouvrage est l'expression la plus exacte des connaissances actuelles sur la question. Essentiellement, il y a ici d'abord une réplique très forte, et le plus souvent décisive, aux derniers livres de M. Émile Ollivier sur l'Empire libéral ; M. Welschinger établit la lourde responsabilité du gouvernement impérial, et non seulement de l'impératrice, mais aussi d'Ollivier et de Gramont ; il relève notamment et précise d'irréfutable manière la sommation adressée par tous deux au ministre prussien Werther et la lettre d'excuses qu'ils lui dictèrent et qu'ils le chargèrent de faire signer au roi Guillaume, et encore leur volonté arrêtée de ne tenir aucun compte des éclaircissements de Benedetti sur les affaires d'Ems... Ils ont voulu la guerre et ils n'avaient rien fait pour la préparer, ils avaient commencé de diminuer le contingent : double légèreté; leur responsabilité n'est que partagée par les chefs du parti bonapartiste qui les poussaient et les menaçaient..." (Edouard Driault, Revue Historique, 1911) "Un ouvrage d'ensemble sur l'histoire diplomatique de la guerre de 1870, relevant, groupant et discutant les documents ou les renseignements produits depuis une quinzaine d'années, complétant et rectifiant les synthèses de Sorel, de Sybel et de Valfrey, signalant les questions qui restent à élucider, pouvait tenter un historien et rendre de grands services. C'est cet ouvrage que M. Welschinger a voulu nous donner. (...) M. Welschinger n'a pas simplement fait uvre de vulgarisateur, et son livre est plus qu'un simple résumé des travaux antérieurs. L'auteur nous y offre un apport personnel, qui ne consiste pas uniquement en agencement et en composition, mais aussi en appréciations et en discussions critiques. Son histoire n'est pas définitive, car, sur la plupart des questions, nous n'avons actuellement ni les témoignages, ni les documents suffisants pour faire toute la lumière. En réalité, elle nous apparaît encore comme une contribution à l'histoire diplomatique de la guerre. Elle n'en est pas moins très importante. Elle suppose des recherches et des lectures considérables ; elle contient des jugements parfois discutables, mais jamais improvisés ; elle laisse l'impression d'une uvre longuement mûrie ; elle marquera une date dans l'historiographie de la guerre de 1870." (Pierre Muret, Revue dHistoire moderne et contemporaine, 1912)

WELSCHINGER (Henri).

Le Duc d'Enghien, 1772-1804.

Plon, 1888, gr. in-8°, ii-498 pp, broché, bon état

Remarquable étude réalisée à partir d'une correspondance inédite du duc d'Enghien.

WELSCHINGER (Henri).

Le Duc d'Enghien, 1772-1804.

Plon, 1888, gr. in-8°, ii-498 pp, reliure demi-chagrin carmin, dos à 5 nerfs soulignés à froid, titres dorés (rel. de l'époque), manque angulaire sur les 3 dernières pages sans atteinte au texte, bon état

Remarquable étude réalisée à partir d'une correspondance inédite du duc d'Enghien.

WELSCHINGER (Henri).

Le Pape et l'Empereur, 1804-1815.

Plon, 1905, gr. in-8°, iv-473 pp, reliure demi-maroquin vert, dos à 5 nerfs surlignés à froid, titres dorés, couv. conservée, signet (rel. de l'époque), dos uniformément passé, bon état

WELSCHINGER (Henri).

Le Roi de Rome (1811-1832).

Plon, 1897, gr. in-8°, viii-493 pp, un portrait d'après Isabey en frontispice, cart. pleine percaline rouge souple , dos lisse avec titres et double filets dorés en tête et en queue (reliure de l'époque), qqs rousseurs éparses, bon état, envoi a.s.

WELTER (Gustave).

Histoire de Russie, des origines à nos jours.

Payot, 1946, in-8°, 447 pp, 6 cartes, tableau des souverains russes, dates principales de l'histoire de Russie, broché, bon état (Coll. Bibliothèque historique)

WELTER (Gustave).

La France d'aujourd'hui : agriculture, industrie, commerce.

Payot, 1927, in-8°, xii-346 pp, préface de Guillaume de Tarde, 5 cartes dépliantes hors texte et 21 graphiques, reliure demi-basane rouge, dos à nerfs pointillés, couv. conservées, bon état

WELTER (Gustave).

La France d'aujourd'hui : agriculture, industrie, commerce.

Payot, 1927, in-8°, xii-346 pp, préface de Guillaume de Tarde, 5 cartes dépliantes hors texte et 21 graphiques, broché, bon état (Bibl. politique et économique)

WELTER (L.).

La réforme ecclésiastique du diocèse de Clermont au XVIIe siècle.

Clermont-Ferrand, Imprimerie G. de Bussac & P., Letouzey & Ané, 1956, gr. in-8°, 283 pp, Bulletin Historique et Scientifique de l'Auvergne. broché, état correct

WENDT (Herbert).

A la recherche d'Adam.

La Table Ronde, 1958, in-8°, 435 pp, 32 pl. hors texte, 56 figures dans le texte, reliure pleine toile éditeur, bon état

WENKIN (Hugues).

Blitzkrieg ! L'invention de la guerre mécanisée.

Editions Pierre de Taillac, 2018, pt in-4°, 272 pp, 91 photos, 13 dessins et 8 plans en couleurs, biblio, reliure cartonnée illustrée de l'éditeur, bon état

Blitzkrieg ! Ce mot évoque une armée allemande toute-puissante qui terrasse une à une les démocraties... Pourtant, les officiers nazis n'ont rien inventé. Les tactiques qu'ils mettent en oeuvre si brillamment sont la synthèse des méthodes mises au point lors du précédent conflit mondial. Dans les faits, aucune nation ne peut seule revendiquer la paternité de la guerre mécanisée : les Anglais apportent le char, les Allemands les troupes de choc, les Russes la bataille de profondeur... Il faut un extraordinaire concours de circonstances pour que seule l'Allemagne dispose, le 10 mai 1940, d'un outil de guerre mécanisée rodé. Et encore, peu d'officiers dans les rangs de la Wehrmacht ont conscience de la puissance de cette tactique. La campagne de France et l'exploitation de la percée de Sedan constituent pour tous les belligérants une révolution et l'éclatante démonstration de la validité des théories de Fuller, Martel, Estienne, qui bien avant Liddell Hart, Guderian et de Gaulle, avaient prophétisé l'avènement du moteur combattant. Hugues Wenkin dresse un tableau complet des origines du Blitzkrieg, de sa mécanique implacable, de ses limites et des traces qui perdurent encore aujourd'hui dans nos armées contemporaines.

WERNER (Karl Ferdinand).

Les Origines (avant l'an mil).

Fayard, 1984, fort in-8°, 540 pp, repères chronologiques, biblio, index, broché, couv. illustrée à rabats, bon état (Coll. Histoire de France, sous la direction de Jean Favier, 1)

Des origines à l'an mil, c'est l'histoire d'un pays qui n'est pas encore la France, mais dont les caractères durables se dessinent lentement. Une civilisation originale et riche de sa diversité s'élabore dans la fusion, toujours incomplète, des apports procurés par chaque vague d'envahisseurs, des Celtes aux Normands en passant par les Romains, les Goths et les Francs. Des institutions se précisent, qui marqueront les structures sociales et politiques de la France. L'ancienne Gaule, devenue la Francie occidentale, trouve sa place dans un équilibre européen remodelé après l'éclatement des vastes constructions politiques de Charlemagne. "... Sans hésitation, on peut dire que c'est le plus beau livre qui ait jamais été écrit sur l'histoire de France jusqu'à l'an mil. Si un titre récent mérite la mention « chef-d'oeuvre », c'est celui-là. Il faudrait un très long compte rendu pour faire apparaître toute la richesse de ses analyses éblouissantes. Karl-Ferdinand Werner balaie quelques débats éculés sur la nation gauloise (à lire pp. 152-154), montre que la Gaule romaine est le résultat de la fusion des Romains et de Celtes déjà hellénisés, réhabilite les Mérovingiens, démolit quelques légendes sur les invasions ou le Xe siècle, avec des annotations à saisir sur la vocation maritime de la France (pp. 60, 96, 215), l'apparition de l'Etat (p. 320), le contexte latin (p. 26). Vraiment un livre capital, à lire absolument." (Hervé Couteau-Bégarie, Politique étrangère, 1986)

WERNER (Michael) et Jan-Christoph Hauschild.

Heinrich Heine. Une biographie. Traduit de l'allemand.

Seuil, 2001, gr. in-8°, 548 pp, chronologie, biblio, index, broché, couv. illustrée, état correct

WERTH (Alexander).

Leningrad, 1943.

Tallandier, 2010, in-8°, 269 pp, traduit et présenté par Nicolas Werth, 8 photos sur 4 pl. hors texte, 2 cartes, broché, couv. illustrée, bon état

Le 10 août 1941, les armées allemandes lancent l'offensive finale sur Leningrad. Moins d'un mois plus tard, la ville est encerclée. Pendant 872 jours le siège le plus long de l'histoire moderne , seule la "route de la vie", passant par le lac Ladoga gelé, permet l'approvisionnement, du reste très insuffisant, des Léningradois, qui souffrent de la faim et du froid. Alexander Werth, correspondant de guerre britannique, offre de cette tragédie un témoignage exceptionnel qui retrace la défense de la ville par ses habitants et raconte les stratégies de survie quotidiennes cachées derrière les mots "héroïsme" et "patriotisme".

WERTH (Philippe).

Issoudun à la fin de l'Ancien Régime (1772-1789).

Issoudun, Imprimerie Gaignault, 1983, gr. in-8°, 128 pp, préface de Bernard Gagnepain, 16 pl. hors texte, 12 illustrations dans le texte, annexes, biblio, broché, bon état

WERTHEIM (Guillaume).

Mémoires de physique mécanique.

P., Bachelier, 1848, in-8°, (6)-114-28-12-45-43-135-30 pp, 4 pl. lithographiées dépliantes hors texte, reliure demi-chagrin vert, dos à 4 nerfs pointillés et fleurons dorés, titres dorés (rel. de l'époque), bon état. Rare. 1. Mémoire sur l'élasticité et sur la cohésion des métaux. 2. Mémoire sur l'élasticité et sur la cohésion des alliages. 3. Mémoire sur l'influence du courant galvanique et de l'électro-magnétisme sur l'élasticité des métaux. 4. Mémoire sur les sons produits par le courant électrique. 5. Note sur l'élasticité et sur la cohésion des différentes espèces de verre (par E. Chevandier et G. Wertheim). 6. Mémoire sur l'équilibre des corps solides homogènes. 7. Mémoire sur la vitesse du son dans les liquides. 8. Mémoire sur les propriétés mécaniques du bois (par E. Chevandier et G. Wertheim). 9. Mémoire sur l'élasticité et sur la cohésion des principaux tissus du corps humain.

WERTHEIMER (Oscar de).

Cléopatre, Reine des rois. Traduit de l'allemand.

Payot, 1935, in-8°, 311 pp, une carte et 2 croquis hors texte, biblio, broché, bon état (Coll. Bibliothèque historique)