Référence :119020

Abrégé de la vie de Mr. Laurent-Dominique Bertet, fondateur et premier supérieur de la Congrégation des prêtres missionnaires de N. D. de Ste. Garde. Sa conduite spirituelle et le recueil de ses lettres. Par un prêtre de la même Congrégation.

[Pierre-François, Évêque de Sisteron].

Avignon, Louis Chambeau, 1758, in-12, (12)-456-(2) pp, bandeaux, lettrines, reliure plein veau raciné, dos à 5 nerfs guillochés et caissons ornés dorés, pièce de titre basane bordeaux, coupes guillochées, tranches rouges (rel. de l'époque), bon état

"Selon son biographe, l'abbé Bertet, premier supérieur de la congrégation, voulait « que la nouvelle congrégation se proposât un attachement inviolable pour l'Eglise catholique apostolique et romaine et en particulier une obéissance parfaite à notre Saint-Père le Pape qui en est le chef visible... Il la regarda comme devant dans l'ordre de Dieu combattre sans respect humain et par toutes sortes de voies canoniques les hérésies du temps. Il voulut que ce fût là un de ses caractères distinctifs. Il ordonna que quiconque aurait la témérité de s'en éloigner fût regardé comme un sujet ou indigne d'y être jamais agrégé ou digne d'en être honteusement chassé après y avoir été reçu ». Les missions conduites par Laurent-Dominique Bertet et les gardistes prennent donc une coloration nettement antijanséniste dans les diocèses de Haute-Provence (Embrun, Glandèves, Sisteron) ou celui de Viviers où ils sont régulièrement appelés. C'est dans le diocèse de Sisteron que leur action semble avoir été la plus soutenue, non seulement parce que se réunit à eux dans les années 1710 une communauté ecclésiastique locale dite des missionnaires de la Croix, mais surtout parce que les deux évêques successifs Louis de Thomassin (1682-1718) et surtout Pierre-François Lafïtau (1720-1764), ancien jésuite, voient en eux le fer de lance de la lutte antijanséniste..." (M.-M.e Compère et D. Julia, Les collèges français, 16e-18e siècles, 1984)

80.00 €